Nos Partenaires

Auteur Sujet: Conseil Jura  (Lu 946 fois)

02 novembre 2019 à 23:17:32
Lu 946 fois

Alexcendre


Bonjour,
Je pense me faire une rando/bivouac sur 3/4j dans le Jura pour cette hiver.Surement au lac de Joux ( http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,16000.0.html son compte rendu ma rendu rêveur)
Je suis habitué au bivouac dans l'Aube donc température mini -5/-8 en cas extrême

Première question (con) : faut il absolument des raquettes ou à pied c'est faisable ?? je ne sais pas a quel hauteur de neige m'attendre

Deuxieme question : Faut il un réchaud spécifique par rapport a la température extérieure ? (j'ai un réchaud classique a visser sur bonbonne )


Je dors habituellement en hamac/tarp/matelas gonflant  ou au sol sous plashch Palatka avec carinthia Def 4 (un membre du forum l'avais justement testé par -10 a 1500m d'altitude si je me souviens bien ), seras il suffisant pour les températures de la région ? (le ressenti dépend des gens forcément, le plus froid que j'ai testé c'est -5 avec juste une couverture en laine, niveau ressenti c'était ma limite )



Si vous avez d'autres conseils je suis preneur, (j'ai déjà lu pas mal de sujet sur cela mais on ne sais jamais si j'ai raté des trucs)
« Modifié: 02 novembre 2019 à 23:25:31 par Alexcendre »

03 novembre 2019 à 07:02:43
Réponse #1

gowildadventure


Salut,

Pour le réchaud regarde bien quelle sorte de cartouches tu achètes. Il y a des mélanges plus performant que d'autre par température négative. Sinon tu peux garder la cartouche à proximité (dans ton sac de couchage, sous ta veste, etc) avant de l'utiliser.

J'ai utilisé un de ces réchaud par -10°C à 3000m avec une cartouches msr. Pas eu de soucis particulier.

A plus
La vie est un choix

03 novembre 2019 à 07:18:21
Réponse #2

guillaume



J'ai utilisé un de ces réchaud par -10°C à 3000m avec une cartouches msr. Pas eu de soucis particulier.


Tant qu'elle est neuve ça va ;).

Alexcendre : ton sac de couchage risque d'être trop juste. Je te conseille d'en prendre un plus chaud, ou d'en mettre un deuxième dedans, ou de dormir bien habillé dedans. Les bouillottes et boissons chaudes seront les bienvenues ;).

La demi tente polonaise c'est sympa (j'en ai aussi) mais ce n'est pas ce que je prendrais en hiver. En hiver, le bon combo c'est pelle + tente. Ou tarp, en milieu boisé, quand on a l'habitude.

a+

03 novembre 2019 à 08:08:53
Réponse #3

gowildadventure


Oui elle était neuve j'ai pas précisé!
La vie est un choix

03 novembre 2019 à 08:23:32
Réponse #4

azur


Un petit retour d'une sortie réalisée dans le même coin que le lac de Joux: http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,64373.0.html
Si tu y vas en plein hiver, à mon avis les raquettes seront indispensables.

Quant au réchaud, à l'expérience de ce qu'on a vécu, un modèle "phase liquide" me semble être le minimum car les températures peuvent vraiment descendre bas dans ce massif forestier.
Tu démarres le réchaud avec la bonbonnes en position normale et quand c'est à peu près chaud (au bout de 30" à 1'), tu retournes la bouteilles: le propane qui se retrouvera en haut poussera le butane liquide dans le conduit et le passage au dessus de flammes permettra de transformer le butane en gaz pour qu'il brule normalement:
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

03 novembre 2019 à 08:45:24
Réponse #5

Tompouss


Même remarque que Guillaume concernant le sac et l'abri. Après perso je suis pour descendre un peu en vallée pour dormir, tu gagnes vite quelques degrés en ressenti.

La bouillotte et la nalgène pipi sont reines par ce temps. J'aime bien la nalgène comme bouillotte car ça fait de l'eau non gelée à dispo immédiate le matin (j'aime bien me préparer tout pour le café pour pouvoir le lancer et prendre mon petit dej sans sortir du duvet, c'est appréciable quand il fait froid et un vrai luxe en dessous de -10°c)

Pour le réchaud, je reste un adepte du petit feu contrôlé + réchaud à gaz par temps très froid. Le gaz sert le matin et de back up, car le rendement chute énormément et que je veux pas trimballer X cartouches. Après démarrer un feu quand le bois est plein d'eau gelé demande une certaine maîtrise, j'ai déjà été pris au dépourvu et forcé de tourner au gaz.
"Pour celui qui ne sait pas vers quel port il navigue, aucun vent n'est favorable" Sénèque

03 novembre 2019 à 10:57:40
Réponse #6

azur


Attention aux fausses bonnes idées: dans le Jura, les pentes sont relativement douces donc l'air froid descend doucement et stagne dans les fonds de vallées.
C'est à cause de ce phénomène que la ville de Mouthe subit régulièrement des températures très basses.
Dans certaines combes dites "fermées" telle que la combe noire, la températures sont négatives la nuit presque toute l'année et lors des nuits d'hiver les plus froides, ça descend très bas (il me semble que ça va parfois jusqu'à -40°C)

Donc ce n'est pas dans les vallées que tu trouveras la météo la plus clémente... mais plutôt là où sont installés les fermes d'alpage.
Il arrive d'ailleurs souvent qu'une partie de ces fermes isolées (vides en hiver) soit ouverte pour les randonneurs qui auraient besoin de s'abriter
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

03 novembre 2019 à 13:00:45
Réponse #7

Loriot


Salut!
Excellente idée que la vallée de Joux en hiver.
Personnellement je prendrais pas d’abris. Il y a pléthore de refuges et de cabanes qui sont accessibles en tout temps. (Même si dans la plupart on est pas sensé y passer la nuit, c’est on va dire toléré).

Porte attention à la faune, certains coins sont en district franc en Suisse (du Brassus en direction de st Cergue en gros)
Passer en dehors des chemins autorisés en hiver peut coûter relativement cher!

A ce propos, oui, les raquettes ou ski de randonnée sont nécessaires! (Si il y a de la neige...) sinon ça devient vite la galère!

Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

03 novembre 2019 à 13:03:26
Réponse #8

Draven


En plein hiver dans le secteur de Joux tu peux t'attendre a du -15 ou -20 facile en nocturne, ou du 5°c humide...  ;# Y'a plus de saison...

La neige c'est variable d'une année sur l'autre, ensuite c'est a voir quand t'arrives sur place, perso parfois je les chausse dès que je sort de chez moi ( je suis dans la Haute Joux ), soit elles prennent la poussière tout l'hivers et une paire de guêtre me suffit ( celles de l'armée Suisse, merci Guillaume  :love: :love: ).
Donc a voir...

On est pas en " haute montagne ", donc l'enneigement est très variable d'une année a l'autre. Tu peux avoir des températures très très basses mais très peu de neige malgré tout. Donc le matos doit être adapté en fonction ( et un peu au dernier moment, ça change vite d'une semaine a l'autre parfois ! ).

Si besoin de conseils, j'habite sur place quasiment...  :up:
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

04 novembre 2019 à 09:03:15
Réponse #9

Kilbith


Plein de bons conseils ci-dessus...

Première question (con) : faut il absolument des raquettes ou à pied c'est faisable ?? je ne sais pas a quel hauteur de neige m'attendre

Cela dépend des conditions. Il y a des années avec peu de neige, des années avec de la neige compacte, des années avec de la neige poudreuse (profonde) et des années avec du verglas sur les chemins.

Les raquettes permettent de progresser avec beaucoup moins d'effort (on s’enfonce moins) et de risque (on glisse moins, on se fatigue moins) que sans.

Elles permettent aussi de se passer de grandes guêtres le plus souvent (en fonction de ton pantalon de nos jours ils ont souvent des ersatz de guêtres, néanmoins sur plusieurs jours il faut toujours de bonnes guêtres dans le sac à dos par sécurité). Ce qui permet de garder les pieds souvent plus au sec à l'effort (les guêtres favorisent la stagnation de l'humidité) .

Alors que sans raquette dans la profonde on doit absolument avoir de grandes guêtres adaptées à la neige (passant sous la chaussure). Car sinon la neige rentre dans la chaussure par le dessus, mouille le pantalon, détrempe les chaussettes et la chaussure.

Avoir les pieds mouillés par l’intrusion de neige/eau dans la chaussure) est gérable en sortie à la journée si on ne s'arrête pas et qu'il ne fait pas trop froid. Mais par -10°C sur plusieurs jours, c'est juste impensable si on veut pouvoir compter jusqu'à 10 avec ses orteils.  :o

Citer
Deuxieme question : Faut il un réchaud spécifique par rapport a la température extérieure ? (j'ai un réchaud classique a visser sur bonbonne
)
Cela dépend de la température rencontrée et du temps d'utilisation.

Ton réchaud "peut" fonctionner, selon les conditions et le carburant, mais ce n'est pas l'idéal.
Si tu prends des cartouches "hiver" contenant autre chose que du 100% butane (mélange isobutane ou butane/propane), cela se passe bien pour des chauffes rapides jusque vers -5°C/-10°C (en prenant soin de garder les cartouches au chaud).
Mais c'est vite galère si on utilise beaucoup le réchaud (ex : fonte de neige) car la cartouche se refroidit vite au niveau de la valve (détente des gaz, passage de l'état liquide à l'état vapeur).
Plus le temps passe, plus la cartouche se vide, plus c'est galère car la pression relative baisse. Et si on a un vrai coup de froid, cela ne fonctionne plus.
Il faut aussi savoir que cela fonctionne mieux, pour la même température basse, en haute altitude qu'à basse altitude (comme le Jura).Toujours une question de pression. Ce n'est donc pas une solution recommandable.

Il est vraiment préférable de prendre un réchaud à cartouche déportée.
Premièrement parce qu'ils sont bien plus stables dans la neige (penser à prendre une base stable). C'est très courant de renverser de l'eau brulante avec les réchauds "colonnes" dès qu'ils ne sont pas parfaitement droits et/ou que l'on a des gants aux mains. Or dans neige, ce n'est que rarement droit et on porte des gants.

Deuxièmement, parce qu'ils permettent de conserver plus facilement la cartouche au chaud. Par exemple en l'isolant du sol, en la tenant dans les gants pour la réchauffer, en la changeant durant la chauffe (avec une plus chaude gardée contre soi) où en la rapprochant (attention danger!) du brûleur pour la réchauffer.

Et, de nos jours, c'est mieux de prendre un réchaud à cartouche déportée ET réchauffeur.
En condition très froide cela permet de "renverser" la cartouche (attention, il faut prendre des précautions!).
Dans ces conditions le gaz liquide s'écoule par gravité vers le brûleur et passe par le réchauffeur ou il est vaporisé en phase vapeur. Attention, dans ces conditions le gicleur du brûleur à plus tendance à s’encrasser, c'est donc moins fiable qu’en mode standard.




Citer
Je dors habituellement en hamac/tarp/matelas gonflant  ou au sol sous plashch Palatka avec carinthia Def 4 (un membre du forum l'avais justement testé par -10 a 1500m d'altitude si je me souviens bien ), serat il suffisant pour les températures de la région ? (le ressenti dépend des gens forcément, le plus froid que j'ai testé c'est -5 avec juste une couverture en laine, niveau ressenti c'était ma limite )

Impossible de répondre.

D'une part on ne connait pas ton matelas, or c'est un facteur très important dans la neige et le gros froid.

D'autre part, les températures varient beaucoup dans nos régions. S'il fait un temps clément (jusqu'à -10°C) tu seras probablement au chaud (sous réserve de bien utiliser ton sac defence 4 et le reste). Mais par température inférieure (courante dans le Jura en hiver) ce sera insuffisant, et même dangereux (le froid rend vite c*n).

La "Plashch Palatka" c'est tacticool....mais pas vraiment quand elle est imbibée d'humidité et qu'au petit matin elle est congelée et qu'il faut la replier. Au lieu de porter un âne mort, tu portes désormais un couple d'âne mort à la rigidité cadavérique et glacé. Et tu as les mains sous les aisselles pour gérer l'onglée  ;)



Citer
Si vous avez d'autres conseils je suis preneur, (j'ai déjà lu pas mal de sujet sur cela mais on ne sais jamais si j'ai raté des trucs)
Lire c'est bien, mais insuffisant.

Ton gros problème ce sera le froid aux extrémités.

Prends en plus des évidences (vêtement modulaires, confortables et adaptés aux conditions de température, de vent et d'humidité) :

Une paire de moufle chaude de rechange, d'autre sous gants fins, un passe montagne et plusieurs paires de chaussettes pour toujours disposer d'une paire sèche (le plus important). C'est le minimum.

Le matériel est important par temps froid, mais le plus important c'est l'utilisation qu'on en fait. Cela peut s'apprendre en lisant, mais ne peut se comprendre qu'en faisant.

Quand on part du début avec très peu d'expérience, il faut être très très prudent. Par la suite seulement très prudent.  Et enfin quand on pense maitriser et qu'on connait bien....être très très prudent.  ;)






EDIT :

En hamac par -10°C ce n'est pas impossible, mais c'est très compliqué et il faut un matériel spécialisé. A déconseiller.

Les couvertures de laine, là aussi c'est tacticool....mais si on a inventé les sacs de couchage, c'est qu'il y avait de bonnes raisons.

Très insuffisant par temps froid genre -10°C, sauf à disposer de porteurs pour en transporter plein d'exemplaires* et/ou n'avoir que ça comme solution disponible. Encore plus galère dans la neige.

*Poses toi la question suivante : combien de couvertures de laine devrais-je avoir pour disposer ne serait-ce que de la moitié de l'épaisseur d'isolant de mon Defence 4?
« Modifié: 04 novembre 2019 à 09:41:48 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

04 novembre 2019 à 14:26:17
Réponse #10

Alexcendre


Merci pour vos réponses.
J'ai bien fait de passer par la, sinon j'y serai sûrement aller un peu a l'arrache (pas trop non plus je ne suis pas suicidaire)

Je vais essayer de trouver mieux que le def 4, ca a deja été dur de mettre ce prix dans un sdc (non par soucis d'argent mais par radinerie :D)

Donc pour les raquettes merci pour les réponses je vais investir la dessus ca évitera de finir les pieds gelés.

Pour le réchaud je trimballe l'actuel depuis 5ans acheté sur ali***** il as bien servi ca me fera une excuse pour prendre une gamme au dessus.


@Kilbith je n'avais pas pensé au gel pour la plashch... La effectivement c'est une autre histoire deja juste mouillé c'est un peu chiant mais se gère mais gelé elle ne servira plus a rien a part me faire chi**.

Pour la couverture je la sort surtout pour le fun pour du bivouac à "l'ancienne" la je ne compte pas l'emmener.


Pour le froid au extrémité c'est clair que ca va être un soucis,
Deja pour les pieds il faut que j'investisse, les rangers ne seront plus suffisante.


Bon du coup je pensais que cela allait être plus simple que ça mais je manque de matériel adaptés, rien que niveau habillement basique on es pas dans les même plages de températures que dans mon coin.
Je  vais adapter tout cela

04 novembre 2019 à 14:53:00
Réponse #11

Draven


On dit toujours que le Jura a 1000m ça correspond grosso/modo a 2000/2500m dans les Alpes.

Sur une journée ou maxi une nuit tu peux " improviser " un peu ( sans tomber dans les extrêmes... ), mais sur plusieurs jours, les grands froids et/ou grosse épaisseur de neige faut être bien équipé ou très bien connaître son matos. Le froid ne s'improvise pas, ou alors faut être prêt a retourner a la voiture rapidement si ça chie ;)

Ton SDC peux le faire, un Def4 si t'a un bon matelas, une gourde/bouillotte et des vêtements thermiques correct en dessous, ça peux le faire jusqu’à un gros -10.
Après plutôt que d'en racheter un, tu peux investir dans un sdc synthétique léger que tu met dedans ou autour du Def4. Tu pourra toujours le réutiliser a d'autres saisons...

Les raquettes comme je l'ai déjà dit, ça dépends vraiment de l'enneigement... d'une année sur l'autre et même d'une semaine sur l'autre c'est extrêmement variable depuis quelques années...
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

05 novembre 2019 à 10:58:26
Réponse #12

Kilbith


Merci pour vos réponses.
J'ai bien fait de passer par la, sinon j'y serai sûrement aller un peu a l'arrache (pas trop non plus je ne suis pas suicidaire)

Il ne faut pas non plus exagérer la chose, tu es en France/Suiss (réseau, infrastructure proches...).

La plus forte probabilité c'est que tu fasses vite demi tour. Après tu peux avoir à demander de l'assistance et ce n'est pas anodin. Enfin il y a le risque d'accident, plus courant dans ces conditions que lors d'une rando ordinaire.



Citer
Donc pour les raquettes merci pour les réponses je vais investir la dessus ca évitera de finir les pieds gelés.

Le risque c'est surtout d'être très vite épuisé ou d'être arrêté par une neige compacte et glissante dans un passage délicat. Les raquettes, dans une certaine mesure, peuvent limiter ces désagréments.

 
Citer
@Kilbith je n'avais pas pensé au gel pour la plashch... La effectivement c'est une autre histoire deja juste mouillé c'est un peu chiant mais se gère mais gelé elle ne servira plus a rien a part me faire chi**.
Pas impossible à gérer, mais pas le plus agréable.


Citer
Pour le froid au extrémité c'est clair que ca va être un soucis,
Deja pour les pieds il faut que j'investisse, les rangers ne seront plus suffisante.
C'est le plus gros souci sur plusieurs jours, surtout si on dort dans le froid, encore plus sans feu.

Notes que la solution n'est pas seulement matériel. Elle requière surtout une bonne compréhension des phénomènes, de l'expérience et un très grosse part de discipline (la flemme tue).

Par exemple des rangers bien entretenue et d'une taille adaptée complétées par une  paire adaptée de chaussette de laine (ou mieux deux plus fines compatibles)  changée/séchée régulièrement  peuvent faire le taf (rechangeS dans le sac).

Si tu complètes par des semelles, VBL et éventuellement des surchaussures....Cela devient même très bien adapté pour le grand froid que tu peux rencontrer (système de l'armée norvégienne).

ex : https://bushcraftuk.com/community/index.php?threads/swedish-or-norwegian-winter-boots.53414/

Mais dans la plupart des cas : tes rangers vont s'imbiber rapidement d'eau, tes chaussettes se tremper.

Dès que tu arrêtes tu auras très froid (même par température non extrême, disons au dessus de -5°C). Si cette situation persiste des blessures graves vont suivre (pieds de tranchée, engelures, gelures). Evacuation.

Si tu retires tes rangers et ne fait rien elles seront un bloc de glace le lendemain et tes chaussettes auront aussi gelées. Fin de la rando habituellement.

Probablement que constatant ce fait tu vas tenter de les sécher/dégeler à l'aide d'un feu. Une fois sur deux tu vas brûler le cuir qui va se racornir et décoller les semelles. Tes chaussettes de laine sentiront le roussi  (si laine) ou vont  partiellement fondre (non laine). Fin de la rando.

Ne me demande pas pourquoi je le sais ;#

Citer
Bon du coup je pensais que cela allait être plus simple que ça mais je manque de matériel adaptés, rien que niveau habillement basique on es pas dans les même plages de températures que dans mon coin.

L'équipement est un point, mais le plus important c'est de savoir l'exploiter. Le mieux c'est de suivre les conseils de quelqu'un de (réellement) expérimenté lors d'une rando hivernale. Les copains du CEETS sauront aussi t'instruire efficacement  à l'occasion d'un stage.

Le matos moderne (ex : coque plastique) facilite les choses, mais on peut aussi faire avec du matos simple et la bonne expérience. Le matos moderne offre une plus grande marge d'erreur, mais ne saurait pallier à toutes les erreurs.

« Modifié: 05 novembre 2019 à 11:04:40 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

05 novembre 2019 à 22:31:26
Réponse #13

Loriot


Je peux encore te suggérer un truc:
Te trouver un lieu de bivouac ou une cabane proche de la route, les deux sont possible.

T’installer tranquillement et tester ton matériel et tes capacités. A la vallée de Joux il y a passablement d’endroit qui permettent cela. Cela te permet de rayonner autour à la journée ou la demi journée et retrouver ses affaires et un lieu sur. Il y a des cabanes à 15 minutes de certains parking et pourtant on y semble loin de tout.

Si tu as besoin d’infos plus précise Sur des coins sympa, n’hésite pas.

Pour une première hivernale je pense que c’est une meilleures approche.
Après tu fais comme tu veux.
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

08 novembre 2019 à 23:18:01
Réponse #14

Alexcendre


Il ne faut pas non plus exagérer la chose, tu es en France/Suiss (réseau, infrastructure proches...).

La plus forte probabilité c'est que tu fasses vite demi tour. Après tu peux avoir à demander de l'assistance et ce n'est pas anodin. Enfin il y a le risque d'accident, plus courant dans ces conditions que lors d'une rando ordinaire.
Oui je me doute bien je dit pas que je vais mourir quand même mais juste éviter de passer une nuit de m*rd*.



Le risque c'est surtout d'être très vite épuisé ou d'être arrêté par une neige compacte et glissante dans un passage délicat. Les raquettes, dans une certaine mesure, peuvent limiter ces désagréments.

Pas impossible à gérer, mais pas le plus agréable.

C'est le plus gros souci sur plusieurs jours, surtout si on dort dans le froid, encore plus sans feu.

Notes que la solution n'est pas seulement matériel. Elle requière surtout une bonne compréhension des phénomènes, de l'expérience et un très grosse part de discipline (la flemme tue).

Par exemple des rangers bien entretenue et d'une taille adaptée complétées par une  paire adaptée de chaussette de laine (ou mieux deux plus fines compatibles)  changée/séchée régulièrement  peuvent faire le taf (rechangeS dans le sac).

Si tu complètes par des semelles, VBL et éventuellement des surchaussures....Cela devient même très bien adapté pour le grand froid que tu peux rencontrer (système de l'armée norvégienne).

ex : https://bushcraftuk.com/community/index.php?threads/swedish-or-norwegian-winter-boots.53414/

Mais dans la plupart des cas : tes rangers vont s'imbiber rapidement d'eau, tes chaussettes se tremper.

Dès que tu arrêtes tu auras très froid (même par température non extrême, disons au dessus de -5°C). Si cette situation persiste des blessures graves vont suivre (pieds de tranchée, engelures, gelures). Evacuation.

Si tu retires tes rangers et ne fait rien elles seront un bloc de glace le lendemain et tes chaussettes auront aussi gelées. Fin de la rando habituellement.

Probablement que constatant ce fait tu vas tenter de les sécher/dégeler à l'aide d'un feu. Une fois sur deux tu vas brûler le cuir qui va se racornir et décoller les semelles. Tes chaussettes de laine sentiront le roussi  (si laine) ou vont  partiellement fondre (non laine). Fin de la rando.

Ne me demande pas pourquoi je le sais ;#

C'est super ca la surchaussure je vais voir pour me dégoter cela,

Oui j'ai déjà testé également le séchage des chaussettes trop prés du feux :D (c'étais les chaussettes de l'armée censé être en laine mais elle ont cramé :/)


Ah c'est donc surement pour ca que ma dernière paires de rangers a perdu les semelles je comprend mieux :D

Ah oui pour les paires de rechanges ca il faut que j'y pense ,mais mes chaussures commencent a prendre l'eau juste en marchant des petites flaques faut que je change si je ne trouve pas la surchaussure qui m'as l'air bien sympathique
Pour les semelles habituellement pour travailler en extérieur j'en prendre avec face alu ca fonctionne pas mal




Je peux encore te suggérer un truc:
Te trouver un lieu de bivouac ou une cabane proche de la route, les deux sont possible.

T’installer tranquillement et tester ton matériel et tes capacités. A la vallée de Joux il y a passablement d’endroit qui permettent cela. Cela te permet de rayonner autour à la journée ou la demi journée et retrouver ses affaires et un lieu sur. Il y a des cabanes à 15 minutes de certains parking et pourtant on y semble loin de tout.

Si tu as besoin d’infos plus précise Sur des coins sympa, n’hésite pas.

Pour une première hivernale je pense que c’est une meilleures approche.
Après tu fais comme tu veux.

Oui c'est une bonne idée,je vais surement rajouter 1 journée en plus juste pour testé le matos et après je partirais pour le parcours prévu, je veut bien des idées de coin c'est gentil , je te mp




On dit toujours que le Jura a 1000m ça correspond grosso/modo a 2000/2500m dans les Alpes.

Sur une journée ou maxi une nuit tu peux " improviser " un peu ( sans tomber dans les extrêmes... ), mais sur plusieurs jours, les grands froids et/ou grosse épaisseur de neige faut être bien équipé ou très bien connaître son matos. Le froid ne s'improvise pas, ou alors faut être prêt a retourner a la voiture rapidement si ça chie ;)

Ton SDC peux le faire, un Def4 si t'a un bon matelas, une gourde/bouillotte et des vêtements thermiques correct en dessous, ça peux le faire jusqu’à un gros -10.
Après plutôt que d'en racheter un, tu peux investir dans un sdc synthétique léger que tu met dedans ou autour du Def4. Tu pourra toujours le réutiliser a d'autres saisons...

Les raquettes comme je l'ai déjà dit, ça dépends vraiment de l'enneigement... d'une année sur l'autre et même d'une semaine sur l'autre c'est extrêmement variable depuis quelques années...

Non c'est clair que ca peut vite tourner au vinaigre avec le froid c'est pour ca je préfère être sûr de mon matos.

Pour le Def 4 , j'ai un autre sac de couchage (0°C confort) je peut coupler les deux mais ca rajoute 1kg il me faudras faire un tri dans le sac .


Pour les raquettes un amis en as donc je vais choisir premièrement les guêtres 
« Modifié: 08 novembre 2019 à 23:24:30 par Alexcendre »

09 novembre 2019 à 08:15:13
Réponse #15

Outdoorsman


Bonjour à tous,
je suis content de voir que mon récit soit encore lu et donne des envies.
Je suis d'accord avec toutes les remarques qui ont été faites plus haut.

Les conditions peuvent énormément variées d'une semaine à l'autre et il faut affiner son équipement en fonction et, bien sur, croiser les prévisions météo de plusieurs sites (meteoblue.com est très fiable sur ce secteur).

Repère bien sur les cartes les cabanes et refuges potentiels. Ce sont de bons back up.

Les raquettes ont été indispensables pour nous. Il y avait 1 mètre de neige. Les crampons dessous sont aussi très utiles sur la glace des lacs.
Si tu dois en acheter, je te conseille des TSL qui sont très solides et fiables.

Autre point clé, la gestion de l'humidité. Il faut prévoir des vêtements qui sèchent rapidement le soir au bivouac. Petite astuce, marcher doucement, sans transpirer, la dernière heure, permet en général aux vêtements de sécher sur soi.

Pour la nuit, prends un tapis de sol bien isolant. C'est un point clé pour passer une bonne nuit.

Bon voyage, c'est une région magnifique
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

09 novembre 2019 à 20:29:18
Réponse #16

Alexcendre


Bonjour à tous,
je suis content de voir que mon récit soit encore lu et donne des envies.
Je suis d'accord avec toutes les remarques qui ont été faites plus haut.

Les conditions peuvent énormément variées d'une semaine à l'autre et il faut affiner son équipement en fonction et, bien sur, croiser les prévisions météo de plusieurs sites (meteoblue.com est très fiable sur ce secteur).

Repère bien sur les cartes les cabanes et refuges potentiels. Ce sont de bons back up.

Les raquettes ont été indispensables pour nous. Il y avait 1 mètre de neige. Les crampons dessous sont aussi très utiles sur la glace des lacs.
Si tu dois en acheter, je te conseille des TSL qui sont très solides et fiables.

Autre point clé, la gestion de l'humidité. Il faut prévoir des vêtements qui sèchent rapidement le soir au bivouac. Petite astuce, marcher doucement, sans transpirer, la dernière heure, permet en général aux vêtements de sécher sur soi.

Pour la nuit, prends un tapis de sol bien isolant. C'est un point clé pour passer une bonne nuit.

Bon voyage, c'est une région magnifique

Hoo oui lu et très apprécié :) merci a toi pour ce partage d'ailleurs

Merci pour ces conseils ,je vais checker les cartes et pointer les cabanes pour assurer le coup.
Ca devrait être sympa,je patiente en regardant les photos du coin :)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité