Nos Partenaires

Auteur Sujet: Multi fuel obligatoire pour asie centrale?  (Lu 1516 fois)

19 septembre 2019 à 10:53:17
Lu 1516 fois

gowildadventure


Hello,

Au printemps prochain on va s'attaquer à la partie asiatique de notre voyage à vélo. Jusque ici pour cuisiner on a utilisé à 95% le réchaud à bois et à 5% le réchaud à alcool. Pour moi c'est le meilleur combo pour l'europe hors haute montagne.

Cependant j'ai l'impression que la suite du voyage va être compliquée avec ces deux réchauds. D'une part le bois doit être assez rare dans certains pays en -stan et de l'autre part l'alcool est apparemment pas facile à trouver vu que c'est des pays musulmans.

Des avis, des retours d'expérience sur les réchauds à emporter dans ces regions?

Merci d'avance
A plus
Jolan
La vie est un choix

20 septembre 2019 à 18:51:08
Réponse #1

gowildadventure


Alors personne n'est allé se balader dans ces magnifiques régions?  :)
La vie est un choix

20 septembre 2019 à 20:58:57
Réponse #2

Dutch


Une suggestion purement théorique: si le bois est rare & que l'alcool pose problème, il reste l'essence & le gaz.
Partant de là, il faudrait voir comment se débrouillent les locaux, ça donnera une piste de ce que tu as le plus de chances de trouver.
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

21 septembre 2019 à 05:07:54
Réponse #3

François


De ce que j'ai pus lire à droite et gauche, dans les pays en stan c'est l'essence qui est le combustible le plus disponible (comme presque partout dans le monde), et bien souvent le seul disponnible.

Après, le choix en réchaud essence est vaste ; de l'inénarrable mais toujours vaillant Optimus SVEA et toutes ses imitations et clones locaux, simple, fiable, léger, peu puissant ; aux réchauds en titane, hyper légers, puissants, multi combustibles, et chers. En passant par le MSR Whisperlite (le seul que j'ai pratiqué régulièrement), assez léger, moyennement puissant, assez bon marché, non modulable en puissance.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

21 septembre 2019 à 09:25:14
Réponse #4

gowildadventure


Si, mais ils ne sont jamais revenus... :closedeyes:
C'est rassurant  :lol:

Oui après il reste l'essence et gaz. Mais là c'est pareil le gaz est possible à trouver mais pas partout. L'essence est facile à trouver sous toute ses déclinaisons mais j'ai lu que la qualité était pas la même qu'en Europe. Et que les réchauds avait tendance à s'encrasser très rapidement   :-\

Du coup si l'essence c'est la seule solution viable. Il me faudrait un réchaud léger, qui accepte tout les types de carburant, fiable, facile à nettoyer et pas trop cher  :lol: c'est le mouton à cinq pattes où ça existe?

A plus
Jolan
La vie est un choix

21 septembre 2019 à 10:45:49
Réponse #5

Hurgoz


Yo,

Vous souhaitez quel niveau d'autonomie et sur combien de temps?

Tcho
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

21 septembre 2019 à 11:06:09
Réponse #6

Dutch


Il y a quelques années, j'ai utilisé un réchaud essence des années 40, à l'occasion d'un voyage Chalon/Athènes sur une mobylette des années 60: http://motobecane-restauration-passion.over-blog.com/

J'avais trouvé ça chez un brocanteur. Il avait la forme d'une grosse boite de conserve chromée, munie de deux poignées pliantes & avalait tous les carburants.
Selon les endroits, il a fonctionné au SP98, au 95 E10, à l’ordinaire qu'on trouve encore en Grèce et même avec du mélange à 2.5% d'huile qu'on avait pompé dans un réservoir de mob, faute de mieux.

C'était un engin assez rustique de fabrication US, probablement distribué dans l'immédiate après-guerre pour dépanner les populations des zones dévastées.

J'en ai vu d'autres à plusieurs reprises sur les puces, donc on en trouve encore.
Il doit traîner au grenier de ma maison de campagne, je ferai des photos si je le retrouve.

Par contre, aucune idée du rendement... :-\
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

21 septembre 2019 à 11:52:31
Réponse #7

gowildadventure


Yo Hurgoz,

On cuisine une seule fois par jour normalement mais avec un réchaud comme ça vient la tentation de l'utiliser pour se faire un thé dans la journée. Du coup je pense quelques chose comme deux fois par jours pendant une semaine à 10 jours d'affilée. Je me rends pas du tout compte du volume de carburant que ça représente. Par exemple combien de litre d'eau on peut chauffer avec un litre d'essence?

Dutch je suis preneur des photos si c'est rustique comme tu dis et que ça mange n'importe quoi. Par contre dieu sait le poids  :-\

Merci d'avance  :)
La vie est un choix

21 septembre 2019 à 12:25:59
Réponse #8

Dutch


Concernant les photos, c'est difficile car il est dans ma baraque en Catalogne, à +/- 1700 bornes A/R...

Après quelque recherches, ça ressemble au Coleman 530B46, mais 30% moins gros et avec des poignées pliantes comme sur un quart militaire.




En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

21 septembre 2019 à 13:38:24
Réponse #9

François


Une discussion déjà ancienne, mais qui donne pas mal d'éléments de réponse :
Choix de réchaud

Pouvez vous vous contenter d'une puissance modeste ? (la puissance d'un bleuet camping gaz)
Si oui, je choisirai le réchaud le plus simple et le plus léger possible.
Les réchauds les plus simples sont souvent ceux qui s'encrasse le moins et qui sont le plus faciles à entretenir.
En utilisant du carburant auto, tous les réchauds à essence vont s'encrasser plus ou moins vite et demander un entretien régulier. Autant que cet entretien soit simple.

La conso en essence est à peu près la même (en poids) que celle des réchauds à gaz.
Sauf si on laisse le réchaud s'encrasser : la puissance s'effondre et la conso double ou triple.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

21 septembre 2019 à 13:47:46
Réponse #10

François


Concernant les réchauds (très) anciens d'occasion : attention aux joints qui peuvent ne pas supporter longtemps le carburant sans plomb.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

21 septembre 2019 à 15:12:41
Réponse #11

Kilbith


C'est rassurant  :lol:

Du coup si l'essence c'est la seule solution viable. Il me faudrait un réchaud léger, qui accepte tout les types de carburant, fiable, facile à nettoyer et pas trop cher  :lol: c'est le mouton à cinq pattes où ça existe?

A plus
Jolan

https://www.auvieuxcampeur.fr/whisperlite-international.html?gclid=EAIaIQobChMI286Xwv7h5AIVjMjeCh1YlwFPEAAYAiAAEgIW1PD_BwE


Quand on a que le choix de l’essence...
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

21 septembre 2019 à 19:24:30
Réponse #12

Laurel


Salut,
 Je m'y suis promener mais c'était il y a longtemps. Nous fréquentions essentiellement les montagnes ( Hindu Kush, Pamirs, Tien Shan) et pour nous les réchauds pouvant utiliser tous les types de dérivés du pétrole était de rigueur. Les combustibles fossiles se trouvent dans tous les lieux habités même les plus reculé car les locaux utilisent souvent des motos. Ils ont aussi des réchauds à pétrole mais ils sont très peu pratique car prévu pour du fixe. Ils utilisent aussi très souvent la bouse séchée mais je te le recommande pas...
 Tu peux regarder chez des fabricants comme MSR ou Primus, j'ai eu de bonne expérience. J'utilise encore en voyage un MSR dragonfly. L'allumage des réchauds à pétrole nécessite de se familariser avec la chose car c'est très différent des réchaud gaz. Les joints sont un point sensible car le combustible à besoin d'une certaine pression pour fonctionner correctement; il faut aussi parfois décrasser la buse qui vaporise le combustible car elle peut s'encrasser assez vite si tu utilise des combustibles moins raffiné ou moins propre.
Bref, ce n'est probablement pas obligatoire mais c'est super pratisch... Et ca lance la conversation avec les gens quand tu fais ta cuisine.
Dans les centres urbains ainsi que les lieux de départ d'expéditions tu trouveras presque toujours des cartouches de gaz.
Bonne ballade.
Never mind the bollocks ...

22 septembre 2019 à 07:20:35
Réponse #13

François


Dans le cas d'un réchaud essence ou pétrole pressurisé, c'est prudent d'emporter un kit d'entretien, au moins un jeu de joints et la graisse qui va avec.
C'est pas tellement que ces joints vont s'user en usage normal, mais plutôt qu'ils risquent de souffrir des nettoyages imposés par l'utilisation de carburants plein d'additifs. Une fausse manip est si vite arrivée (là c'est du vécu  :D ).
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

22 septembre 2019 à 08:40:06
Réponse #14

gowildadventure


Merci à tous pour vos réponses!

Les marques les plus connues sont clairement Msr, primus et optimus. J'ai trouvé un réchaud qui a l'air sympa. Pas trop cher, pas trop lourd, on a pas besoin de changer les buses en cas de changement de combustible, possibilité d'utiliser du gaz aussi et c'est allemand alors ça devrait tenir une utilisation intense. Il s'agit du Edelrid Hexon. Ici une review en anglais qui en parle :https://somecampingstoves.wordpress.com/2015/11/03/edelrid-hexon-review/
Il a pas l'air très connu mais sur le papier il a l'air sympa. Qu'est ce que vous en pensez? Si je commande ça je ferais sûrement une review.
L'entretien m'inquiète un peu sur tout ces réchauds en général étant donné que je suis habitué à zéro entretient sur le réchaud à bois ou alcool...

A plus
Jolan
La vie est un choix

22 septembre 2019 à 14:49:13
Réponse #15

Kilbith


J’en dis qu’un modèle  essence demande de l’entretien et qu’il faut l’acheter avec un kit et donc trouver facilement des kits.

Pour ça les grandes marques sont top...et les modèles us classiques les plus répandus dans le monde.

Le fait de pouvoir utiliser du gaz en dépannage n’a pas beaucoup d’intérêt  a mes yeux carde nos jours pour 30€ on trouve des réchauds gaz titane de 30g.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

23 septembre 2019 à 06:42:51
Réponse #16

François


Je ne connais pas ce modèle ni cette marque, donc je n'ai pas grand chose à en dire.

Les points particuliers à vérifier :
- l'utilisation de la même buse pour les "essences" et pour les "pétroles" * entraine souvent un mauvais rendement, la buse n'étant optimale ni pour l'un ni pour l'autre. Il ne faudrait pas que pour économiser quelques grammes de buse, on doive transporter 500 g de combustible en plus.
- à priori, il parait complexe à nettoyer, à vérifier donc. De même que la disponibilité du kit d'entretien.

* Il y a deux types de combustibles liquides couramment utilisés dans les réchauds pressurisés :
- les essences : essence C, essence blanche, white gas, Coleman fuel. A défaut des précédents, les carburants des moteurs à essence, en prenant le plus faible indice d'octane qui est le moins additivé
- les pétroles : pétrole lampant, kerosene, jet A1. En second choix, le carburant pour moteur diesel.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

23 septembre 2019 à 13:42:17
Réponse #17

gowildadventure


Ok vous voulez dire que le kit d'entretien ça s'achète plusieurs fois  ;# >:(
Sérieusement c'est un truc que j'aurai jamais pensé.
Je note que c'est mieux d'acheter chez les grandes marque connues même si je préfère filer ma thune à des petites entreprises innovantes... :-\

Du coup il y a quoi comme concurrent connu? Le Msr whisperlite et?
 A plus
Jolan
La vie est un choix

24 septembre 2019 à 05:39:21
Réponse #18

François


Je ne peux parler que de ce que je connais :
- le MSR Whisperlite Internationnal, simple, relativement léger, fiable et largement diffusé, mais d'une puissance modérée et difficilement modulable (sa puissance ... ça marche par tout ou rien)
- l'Optimus SVEA 123R. Il y a très longtemps j'ai pratiqué la version semi-fixe, l'Optimus n°8. Aujourd'hui, j'aurai confiance dans la version rando/alpinisme, le SVEA 123R, diffusé sans modification depuis plus de 40 ans. Léger, ultra simple, ne demandant quasiment aucun entretien, mais un peu capricieux et de puissance très modeste. Et ne marche qu'à l'essence (tous types), pas aux pétroles ni au gaz.
Le réchaud présenté par Dutch est du même type, en plus compliqué et probablement plus puissant.

Question performance et rendement, le plus important c'est l'adéquation entre quantité à chauffer - taille et forme de la gamelle - réchaud - accessoires (couvercle, parevent, protection/réflecteur sous le réchaud). C'est le cas pour tous les types de réchaud, mais c'est particulièrement important quand il fait froid et/ou quand on doit transporter le combustible sur de longues distances.

Dans l'absolu, on devrai toujours avoir un kit d'entretien complet, et donc en renouveler les éléments au fur et à mesure de leur emploi. En pratique une panne de réchaud n'a pas toujours la même importance : ça peut être une question de vie ou de mort de fondre la neige pour avoir 5 litres d'eau par personne tous les jours. Mais le plus souvent boire et manger froid (et cru) c'est juste désagréable.
« Modifié: 24 septembre 2019 à 06:26:15 par François »
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

24 septembre 2019 à 23:00:23
Réponse #19

gowildadventure


Oui on est d'accord que hors haute montagne la panne temporaire d'un réchaud c'est plus une question de confort que de survie mais j'aime bien le matos fiabke quand même  ;#

Je suppose que c'est idiot comme question mais ça ne serait pas possible de simplement faire brûler le carburant dans une petite coupelle?
La vie est un choix

25 septembre 2019 à 01:38:35
Réponse #20

François


Haute montagne, et tous les pays où en hiver il n'y a plus d'eau liquide.

Toujours possible de faire bruler du combustible à l'air libre. Avec un très mauvais rendement, particulièrement pour l'essence, à  la fois très volatile et demandant beaucoup d'air pour bruler complètement, ce qu'on ne peut pas obtenir en laissant les choses se faire naturellement. Il faut donc au moins un dispositif à  mèche qui limite la quantité d'essence (et malheureusement aussi la quantité de chaleur produite), soit un système pression+gicleur+bruleur qui optimise le mélange essence/air.

Il me revient un souvenir de réchaud à essence de fortune : une petite boite de conserve, du sable imbibé d'essence au fond, quelques trous dans le haut de la paroi. Ça brule assez pour cuisiner dessus, mais avec beaucoup de suie et donc probablement un piètre rendement.
« Modifié: 25 septembre 2019 à 01:46:30 par François »
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

25 septembre 2019 à 14:09:39
Réponse #21

gowildadventure


Ok donc mauvaise idée  ;#
Je pense que je vais me diriger vers le msr whisperlite international. Le lien de Kilbith me dirige vers un modèle qui ne ressemble pas à ce que j'ai vu sur Internet. C'est un ancien modèle? Est-ce que c'est vraiment pas possible de régler la puissance sur ce modèle?
La vie est un choix

25 septembre 2019 à 20:00:44
Réponse #22

Tumiza


Sinon y’a le msr dragonfly qui est réputé plus facile a régler que l’international. Il est fourni avec 2 gicleur en fonction du combustible. Sur le mien j’ai eu un problème de collage  de la soupape de la pompe quand celle ci n'était pas utilisé régulièrement. Probleme apparemment recurrent car celle fourni dans le kit d’entretien était different et a solutionné le problème.
Ca vaut le coup de tout démonter une fois sur une table pour être capable de la faire en condition difficile
BAVU ba pris

25 septembre 2019 à 22:21:22
Réponse #23

gowildadventure


D'après ce que j'ai lu le dragonfly est aussi réputé pour faire le bruit d'un avion au décollage  :glare:
Je sais pas si c'est vraiment plus bruyant qu'un whisperlite mais sinon c'est vrai qu'il pourrait être pas mal. Un poil plus lourd aussi.
La vie est un choix

25 septembre 2019 à 22:36:38
Réponse #24

Tumiza


Un ami a un ancien whisperlite. Franchement en decibel ca doit etre identique. La difference c’est que le whisperliate emet un bruit continu alors que le dragonfly émet ce bruit caractéristique de tuyères. De toute facon meme avec un whisp’ on est content quand ca s’arrete ;D
BAVU ba pris

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité