Nos Partenaires

Auteur Sujet: De la PERLE à la SERPE  (Lu 2249 fois)

18 septembre 2019 à 11:48:32
Lu 2249 fois

Klaus


Salut,

ça fait un moment que je voulais rebondir sur la méthode PERLE. En voici un rappel (le fil est ici: http://forum.davidmanise.com/index.php?topic=16997.0http://forum.davidmanise.com/index.php?topic=16997.0

Salut,

Depuis plusieurs années que je fréquente ce forum, force est de constater que nous sommes assez capables de déterminer les règles qui prévalent à la survie (règle des 3, le VRM du GHC,…) et donc savoir comment agir.

En revanche, quand il s’agit de matériel, nous avons du mal à justifier nos choix. Les critiques peuvent pleuvoir et les accrochages entre membres se produire.
J’ai moi-même été responsable d’un de ces accrochages récents avec christobal dans le fil sur son couteau http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,16839.0.html et je m’en excuse auprès de lui car ça n’était pas mon intention et je n’ai pas réussi à faire passer mon message. Autrement dit, je suis ressorti frustré d’avoir eu le sentiment que nos échanges étaient stériles.

De ce fait, j’ai repris une réflexion qui avait germé suite à différents événements : comment bien choisir notre matériel ?

J’ai distingué deux étapes :
1.   Identifier son besoin
2.   Y répondre


1.  Identifier son besoin
La première phase est celle du cahier des charges. Je n’ai pas trouvé de méthode particulière à part celle de la check-list.
Je démarre par le planning de mon activité (ex. en rando : 5h00 je me lève, 5h05 je m’habille, 5h15 je range mes affaires, 5h30 je me fais mon petit-déjeuner…).

En entrant ainsi dans le détail d’une journée standard, ça permet de voir toutes les étapes et donc de lister toutes les actions à réaliser (ex . : 5h15 je range mes affaires : déjà, il me faut une lampe et que j’ai les mains libres, je mets mon sac de couchage dans son sac de compression, le linge sale dans un sac spécifique...

A partir de là, on peut réfléchir à quel objet peut répondre à ses actions). La liste de toutes ces actions est longue à établir car en plus de l’activité, il faut prévoir tous les contretemps (météo, panne,…) les accidents (maladie, blessure,…) et ce qu’il faut pour survivre en cas de pépin (rester au chaud, s’hydrater, s’orienter,…).

Une fois la liste de ces actions détaillée, on peut mettre en face les objets nécessaires. Pour chaque objet, j’essaie de déterminer ses points faibles et ses forces.

Bien entendu, il est indispensable de faire cette liste ad hoc, pour une activité donnée, à un moment donné, dans une région avec une météo données.


2.  Y répondre
Ce travail permet ensuite d’établir des critères de choix. Désormais, il ne reste plus qu’à trouver la perle et c’est ce que je vous propose : la méthode PERLE.

PERLE pour P.E.R.L.E. En effet, force est de constater que nous passons souvent notre temps à rechercher des objets qui répondent aux mêmes critères :
  •    Polyvalence
  •    Efficacité
  •    Rusticité
  •    Légèreté
  •    Economie


Polyvalence : s’entend comme le fait qu’un même objet réponde à plusieurs besoins, sert à réaliser plusieurs tâches ou convient dans plusieurs types de situation (conditions météo, milieux différents,…).

Répondre à ces questions élimine les objets qui ne servent qu’à une tâche ou action. Ca guide le choix d’un couteau (on peut couper avec, le bâtonner, pouvoir taper l’arrière du manche, s’en servir comme pied de biche ou éventuellement s’en servir de marteau).  Ca explique pourquoi je ne me sers jamais de mon Griptilian en extérieur (pas assez polyvalent).

C’est moins évident pour le choix d’un sac de couchage (mais là ce sont les conditions d’utilisation qui permettent de juger : le synthétique supporte l’humidité, le duvet est souvent plus efficace pour un même poids) d’un sac à dos  (un dos mousse qui peut servir d’atelle ou un format adaptable à différentes activités).


Efficacité : qui fait bien son office et qui est facile à mettre en œuvre. On peut aussi apprécier l’autonomie du fonctionnement.

Il s’agit de vérifier que l’on a bien là l’objet qui répond le mieux à notre besoin. Il s’agit de virer tous les gadgets qui font plein de chose mais mal ainsi que tous ces objets qui sont des usines à gaz à mettre en œuvre. L’aspect mise en œuvre est à regarder de près, c’était le point de discussion entre feu de bois, réchaud à bois ou réchaud à gaz.


Rusticité : qui est solide et facilement réparable. J’y mettais aussi la simplicité du mécanisme, si besoin. Là, il s’agit d’évacuer tout ce qui est fragile et tout ce qui est complexe à entretenir ou réparer.


Légèreté : il s’agit d’un critère que chacun apprécie selon sa morphologie et qui permet de manière sous-jacente d’apprécier les dimensions de l’objet. Sachant que l’on ne garde pas longtemps sur soi un objet trop lourd ou trop grand.


Economie : il s’agit de ne pas avoir de frein à l’usage de l’objet. En effet, hésiter à emmener un objet adapté parce qu’on l’a payé trop cher, c’est prendre le risque qu’il nous manque cruellement.

Donc, c’est connaître le prix psychologique en dessous duquel j’accepte d’abîmer voire d’abandonner l’objet. En tout cas, le prix qui n’amène aucune restriction à un usage intensif.

Pour l’exemple, je reprends mon Griptilian : en bord de mer, j’ai ouvert une huître, ça a fait une petite entaille au fil. Désormais, j’hésite à m’en servir dans pas mal d’occasion. J’ai eu à virer un petit fil métallique, genre grosse agrafe. J’ai préféré prendre un couteau suisse. Donc, mon prix psychologique, pour un pliant, est sans doute celui d’un SAK. Pour un fixe, manifestement, je n’ai aucune hésitation à utiliser mon F1. Donc mon prix psychologique serait différent.

Je me suis beaucoup servi de cette réflexion, à titre perso, mais elle reste pour moi trop focalisée sur une approche utilitariste de l'objet. J'ai ressenti le besoin de l'amélirer (rustique et efficace me posait problème en terme de définitions) et de la développer pour pouvoir l'adapter à un process, une machine, un état d'esprit, voire une philosophie de vie.
En tout cas merci à Corin pour avoir été l'initiateur de cette réflexion!
 

Donc: la SERPE, c'est Simple > Efficient > Résilient > Polyvalent > Esthétique

Et ça ne fonctionne que dans cet ordre, sinon ça ne veut plus rien dire! Les qualités développées ici sont à mon sens hiérarchisées, la simplicité étant la base du reste. L'efficience viendra en seconde intention, et ainsi de suite, jusqu'à l'ésthétique...

Pour décrire ces qualités, j'ai chopé deux-trois définitions directement du dictionnaire, je pense que ça montre bien qu'on peut s'en servir pour autre chose qu'un objet:

 

    Simple:
        Composé de peu d'éléments
        Facile à comprendre, utiliser, manipuler
        Qui suffit à soi seul, qui n'a besoin de rien d'autre
        Qui se comporte avec franchise et naturel, sans prétention
        Qui n’est rien d’autre que ce qu’indique sa dénomination

 

    Efficient : (≠ efficace)
        Qui aboutit à de bons résultats avec le minimum de dépenses, d’efforts
        Qui possède en lui-même la force, la capacité nécessaire pour produire, créer un effet réel, une action.

 

    Résilient :
        Capable de surmonter une altération de son environnement
        Résistance aux chocs
        Tolérance aux pannes
        Adaptation aux incidents

 

    Polyvalent :
        Qui est efficace dans plusieurs cas différents
        Qui offre plusieurs usages possibles
        Qui possèdent plusieurs compétences

 

    Esthétique (parce qu’on est des putains d'humains, et pas des machines, justement!)
        Qui est motivé par la perception et la sensation du beau
        Qui répond à des exigences ou à des lois de beauté


Plutôt que de faire un pavé de 100 lignes tout seul pour développer ce concept, je préfère échanger sur ce bouzin avec vous. La confrontation, c'est la vie! :love:
Hic et nunc, age quod agis et memento mori

13 décembre 2019 à 13:06:06
Réponse #1

florent.B


    Bonjour à toi Klaus,

En gros, de ce que je comprends, on passe d'une recherche de réponse aux critères "Polyvalence/Efficacité/rusticité/Légèreté/Economie", à une réponse aux critères "Simple > Efficient > Résilient > Polyvalent > Esthétique".

Une partie des critères sont les mêmes, avec des mots différents, et je n'ai pas les capacités pour juger si le fait de parler de rusticité est mieux que de simplicité. Du coup, je vais plutot m'attarder sur les quelques différences les plus importantes :

Tu ajoutes le critère "esthétique". Et là, clairement, je ne suis pas d'accord. Perso, l'esthétique, je m'en fous, mon matos n'a pas vocation à rester dans une vitrine, et de toute facon vu qu'il va prendre des coups, il sera forcément "pas très beau" au final. Au contraire, j'ai même tendance à me méfier d'un outil trop beau. Parce que je vais avoir peur de l'abimer. Parce que je vais avoir peur de m'en séparer si besoin. Parce que je vais arrêter de considérer l'outil comme ce qu'il est (Un objet consommable, pouvant être perdu/remplacé), pour lui accorder une valeur sentimentale.

Un ami m'avait dit une fois, à propos de l'EDC (Contexte un peu particulier : Je suis expat civil, et dans des pays où le niveau de sécurité n'est pas forcément le même qu'en Occident. La probabilité de se faire agresser (Ou même enlever) est "légèrement" plus importante) ce truc que je considère comme ultra important : Dis toi que tout ce que tu as sur toi peut disparaitre. Si tu possèdes quelque chose que tu ne veux/peux pas perdre, alors tu ne le gardes pas avec toi. Donc pas de passeport (mais une photocopie), pas d'objets à valeur sentimentale, rien de trop couteux... Uniquement de l'utilitaire. De bonne qualité, bien entendu (Je suis trop pauvre pour acheter plusieurs fois la même m*rde), mais du potentiellement jetable malgré tout.

Dans le même temps, tu retires le critère "économique", qui pour moi est très important, et ceci pour deux raisons.
- La première, c'est, comme dit au dessus, pour ne pas accorder trop de valeur à l'objet, et pouvoir m'en séparer en cas de soucis. (Ex : Je sympathise avec des militaires/miliciens "amis, mais pas trop". Je peux leur offrir ma lame (D'autant que j'en ai une de backup) comme cadeau qui permettra sceller notre amitié toute nouvelle. Mais si ladite lame coûte l'équivalent d'un SMIC, bah... Au final, elle va plus me poser de problèmes que m'offrir de solutions, une fois sur le terrain.
- La deuxième, c'est que les outils doivent autant que possible être rustiques/réparables sur le terrain. Or, ce qui est couteux est souvent complexe... Et du coup pas adapté.

J'aime beaucoup l'exemple du AK47, outil extrêmement bien conçu, selon moi : Peu de pièces, facile à démonter/nettoyer en condition "pourries", et il paraitrait même que certains artisans locaux sont capables d'usiner/réparer les pièces cassées en cas de besoin. Si on rajoute à cela un prix très limité, qui fait qu'on peut se permettre d'en racheter un deuxième si besoin, et une simplicité d'utilisation de type "idiotproof"...  => Pas étonnant qu'autant de groupes armés de part le monde (Qui évoluent pour certain d'entre eux dans des conditions de pure survie) aient choisi ce genre d'armement, plutôt qu'une arme qui aurait par exemple une meilleure visée et une plus belle esthétique, mais qui serait couteuse, et difficile à entretenir/réparer..

Muere lentamente quien se transforma en esclavo del hábito
repitiendo todos los días los mismos trayectos,
quien no cambia de marca,
no se atreve a cambiar el color de su vestimenta
o bien no conversa con quien no conoce.
(Pablo Neruda)

13 décembre 2019 à 13:26:42
Réponse #2

Rantanplan


Le PERLE, c'est la rationalisation pure pour s'aider dans le choix du matos, choix trop souvent influencé par des critères émotionnels (le beau, le signe d'appartenance, la mode, le fantasme, etc.). Les critères sont top, il n'y avait rien à jeter.

Je ne pense pas que retirer le poids et le prix pour y introduire la notion d'esthétique soit une "évolution de PERLE". On dirait plus des critères de sélection de matériel pour un professionnel de l'image (je pense en particulier à influenceur) ou dans un contexte de loisirs de type "Bushcraft Instagram". Ou les deux à la fois en fait  ;#.

PS: je ne suis certainement pas un Saint VS la consommation. Pas taper.
« Modifié: 13 décembre 2019 à 13:34:32 par Rantanplan »

13 décembre 2019 à 15:35:21
Réponse #3

Merlin06


Léger c'est bien, parce que si c'est pas léger soit tu l'emportes pas soit ça te ralentis et te fais consommer de l'énergie.
Léger c'est vraiment bien...  ;)
L'âme sûre ruse mal.
Le matin du grand soir il y aura de la confiture de bisounours au petit déjeuner.
Nous avons deux souverains, Dame Physique et Sire Temps.

14 décembre 2019 à 12:14:00
Réponse #4

Klaus


J'ai dû mal m'exprimer ou pas être assez clair, vous êtes tous passés à côté du fond de ce sujet, pour vous en tenir à une approche utilitariste concernant des objets, ce que PERLE fait très bien, effectivement!

Citer
J'ai ressenti le besoin de [...] la développer pour pouvoir l'adapter à un process, une machine, un état d'esprit, voire une philosophie de vie.

Donc, oui, la légèreté comme philosophie de vie, Merlin, tu as raison, ça marche aussi, chacun fait comme il veut...  ;#

Rantanplan, j'ai l'impression que ton obsession du matériel te fait voir les choses par le prisme que tu critiques, mais peut-être me trompès-je? Instagram et influenceur vs SERPE et moi, sans déconner...  ::)

Sinon, j'aimerais juste qu'on m'explique en quoi le facteur "économique" ou "valeur monétaire" peut s'appliquer à une personne et surtout l'aider dans son développement personnel. A part si on parle de trafic d'organes ou de traîte humaine, je vois pas!    ;D

Le sujet est peut-être pas à sa place dans le forum, peut-être à déplacer dans une section "philosophie & bivouac"... :love:
Hic et nunc, age quod agis et memento mori

14 décembre 2019 à 18:58:26
Réponse #5

Rantanplan


Effectivement, je me relis et je trouve une partie de ma réponse très mal réfléchie. Oublie.

Par contre, je ne comprend pas la finalité de SERPE. Est ce que tu pourrais développer ?

03 janvier 2020 à 13:11:51
Réponse #6

florent.B


Léger c'est bien, parce que si c'est pas léger soit tu l'emportes pas soit ça te ralentis et te fais consommer de l'énergie.
Léger c'est vraiment bien...  ;)

https://www.youtube.com/watch?v=lrEG-mO6yGY    :lol: :lol: :lol:
Muere lentamente quien se transforma en esclavo del hábito
repitiendo todos los días los mismos trayectos,
quien no cambia de marca,
no se atreve a cambiar el color de su vestimenta
o bien no conversa con quien no conoce.
(Pablo Neruda)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité