Nos Partenaires

Auteur Sujet: Guernsey, Gansey, pull marin de travail en laine.  (Lu 1001 fois)

12 septembre 2019 à 09:09:36
Lu 1001 fois

Kilbith


Bonjour,

Dans les profondeurs du forum vous pourrez trouver des informations sur les pull marin breton en laine. Par exemple ceux fabriqués en Normandie par Saint James.

Ces pulls étaient les vêtements de travail pour la pêche aux Harengs en Mer du Nord (puis morue et baleine franche). On en trouve trace à partir des années 1800, mais c'est probablement plus ancien (on exploite le hareng en mer du nord- hareng saur- depuis l’antiquité). Ceci dit le tricot n'apparait en Europe qu'au Moyen Age et le pull semble semble plus récent.

Une idée de l'activité dans les années 1950 dans l'estuaire du Saint Laurent. A cette époque les pulls tricotés maisons avaient plus ou moins cessés d'être.

Souvenez-vous au départ les marins français ont remonté le Saint Laurent jusqu'à la Saguenay (Tadoussac) vraisemblablement au départ non pas pour la fourrure mais surtout pour travailler le poisson, suivre les baleines, avoir de l'eau douce et probablement éliminer les tarets :

https://www.youtube.com/watch?v=ftU5faf0_u0

Il n'en reste pas moins que la "Grande Pêche" (pêche à la Morue sur les grands bancs de Terre Neuve et pêche à la baleine franche) a existé des années 1550 aux années 1980. Et comme les marins (Basques, Français, Portugais, Anglais, Ecossais, Hollandais, Nordiques...) pratiquaient au début de l'hiver dans ces mers difficile, et même parfois hivernaient, ils devaient être chaudement équipés.

Les pulls marins français actuels sont des pulls en laine peignée, d'environ 800g en XL, tissés très serrés, à la coupe ajustée et apportant une certaine résistance au vent et à la bruine tout en offrant une bonne solidité (pour un chandail).

La coupe proche du corps évite de s'accrocher partout, facteur de sécurité, et améliore la résistance au vent. Tellement proche du corps qu'un boutonnage d'épaule facilite l'enfilage.

Pas loin de la côte française dans les reliquats du Duché de Normandie sous la juridiction actuelle de la ci-devant Duchesse de Normandie (Elizabeth II) on fabrique depuis environ 200 ans les pulls de Guernesey.

Ces pulls sont semblables à nos pulls marin  en ce qui concerne la matière et le tissage avec en plus des points en relief sur la poitrine (un peu comme les pulls d'Aran. Même si ceux si n'ont pas la même laine, sont plus ouvragés et sont plutôt une production récente). Ils ont aussi la particularité d'avoir des goussets d'aisance sous les bras. Ils sont de nos jours symétriques (devant = derrière) et il est dit que l'on peut les inverser pour avoir une usure uniforme. Anciennement les manches étaient courtes pour pouvoir travailler proprement.



A la différence du "coupé cousu" des pulls du continent les pulls de Guernesey sont "tricoté en rond"  (comme des chaussettes) et n'ont donc pas de couture latérales. Même si parfois ils ont des "fausses coutures" sur le coté, probablement pour imiter les productions industrielles et "masquer" leur aspect "fait main" qui indiqué des revenus modestes.

Ces pulls de Guernesey sont connus sur l’île de Bretagne sous le nom de Guansey. Ils sont répandus dans les communautés de pêcheurs le long des côtes de l'Ile jusqu'en Écosse et aux Shetland. On en trouve aussi de l'autre coté  de la Manche aux Pays Bas.

Ces pulls étaient courants comme vêtement de travail pour les pêcheurs de Hareng de la Mer du Nord. Il m'a semblé qu'il était intéressant d'illustrer ce fait, car nous sommes intéressés par les vêtements "outdoor", si possible "Low tech" et ce sont de bons exemples.

Je vous propose de suivre le lien suivant qui montre des pêcheurs du XIX début XX avec ces pulls :

https://www.waysideflower.co.uk/blogs/features/9019781-shetland-pattern-gansey-sweaters?_pos=1&_sid=89101f0ec&_ss=r


Quelques photos anciennes des marins des Shetland posant fièrement avec leur pull :

Le béret traditionnel Ecossais bien large....


Notez le port particulier du châle que l'on retrouve communément.



Le plus souvent, les torsades n'étaient que sur la poitrine. Néanmoins au Nord on en trouve sur l'ensemble du pull....ce qui a probablement inspiré les pull d'Aran.



Techniquement les torsades éloignaient la vareuse (plus ou moins enduite) du pull, ce qui permettait une certaine ventilation mécanique, une plus grande isolation et une meilleure résistance à l'eau.


Les types variaient selon les régions, mais comme les marins voyageaient beaucoup pour trouver du poisson et du travail, on ne peut pas trouver de modèle "exclusif" à une région. Tout au plus des tendances.




Un "Gansey" hollandais (trui), plus ouvragé avec le cordon+pompom caractéristique au cou.

On peut consulter https://geschiedenisvanzuidholland.nl/verhalen/visserstruien-bij-de-vleet

On trouve aussi des pulls similaires chez les autres peuples de marin, comme les portugais (et probablement les autres ibériques au moins au nord).

Notez aussi le col avec lien..sachant que les Pays Bas étaient espagnols durant longtemps.

http://3.bp.blogspot.com/_9hidZv2geXk/S2cyql07ckI/AAAAAAAADAQ/e2oTjaJ1Bao/s400/fisherman%27s+sweater.jpg



Les pulls les plus emblématiques, du fait de leurs symboles anciens, se trouvent à "Povoa de Varzim" au nord de Porto.

ici : http://www.feelingstitchy.com/2012/11/embroidered-camisolas-from-povoa-do.html






On peut consulter :
https://books.google.fr/books?id=Ct2rBAAAQBAJ&pg=PA9&lpg=PA9&dq=scotland+fisherman+jumper&source=bl&ots=deoADT3qIN&sig=ACfU3U0NcWiYwDCWYEm3wUbED03IgUO_zw&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwi4rdWN18nkAhUz8uAKHU3ECw04ChDoATADegQIABAB#v=onepage&q=scotland%20fisherman%20jumper&f=false



Plus de lecture (à feuilleter) :
https://www.amazon.fr/Dutch-Traditional-Ganseys-Sweaters-Villages/dp/9058778983
« Modifié: 12 septembre 2019 à 23:40:40 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"


12 septembre 2019 à 09:43:03
Réponse #2

Tompouss


Merci  :love: On a vu des pulls similaires à ceux présentés dans des boutiques en Ecosse, si j'avais eu de la place dans mes valises...
"Pour celui qui ne sait pas vers quel port il navigue, aucun vent n'est favorable" Sénèque

12 septembre 2019 à 10:05:22
Réponse #3

Draven


Des années que je bave devant ce genre de pull, sauf que j'ai tout le temps trop chaud...

Donc ma femme calme mes ardeurs a chaque fois en me rappelant que je suis en t shirt toute l'année  ;# ;#
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

12 septembre 2019 à 11:17:48
Réponse #4

Krapo


 :doubleup:

Citer
l’île de Bretagne

Une petite explication ?

Laissons glouglouter les égouts !

12 septembre 2019 à 12:08:14
Réponse #5

Loriot


Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

12 septembre 2019 à 12:52:40
Réponse #6

Kilbith


Citation de: Krapo
:doubleup:

Une petite explication ?

A titre personnel je ne prends pas l’invasion anglo-saxonne de la fin de l'Empire Romain comme un fait légitime.

Par conséquent je conserve la bonne appellation "Ile de Bretagne". Celle en usage avant que les Bretons, expulsés de leurs terres ancestrales, ne trouvent refuge en Armorique.

 ;#

Ici https://fr.wikipedia.org/wiki/Bretagne_(province_romaine)
« Modifié: 13 septembre 2019 à 10:45:59 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

13 septembre 2019 à 10:49:29
Réponse #7

Dutch


Merci, tu m'as encore fait découvrir quelque chose. :akhbar:
Notamment le gaufrage en laine retenant la chaleur, c'est logique mais je n'y avais pas pensé.

Entre ces deux modèles dont les cols diffèrent, lequel serait le plus adapté à une utilisation "continentale"?

Celui-ci  provient de l’île d'Aran:



Et celui-là de Bretagne:



En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

13 septembre 2019 à 11:05:20
Réponse #8

Kilbith


Bonjour,

Le gaufrage n'est réellement efficace QUE si le pull est placé sous un coupe vent un peu large. Dans ce cas le gaufrage permet d'avoir une couche d'air chaude stable de surface et il éloigne le tissu froid et/ou humide de l'anorak extérieur de la couche d'isolation constituée par le pull.

En revanche, le gaufrage augmentant la surface d'échange (à poids égal) si on porte ce type de pull sans coupe vent dessus, c'est plutôt moins isolant surtout quand il y a du vent (ou que l'on se déplace).

D'autre part les torsades ont tendance à "aérer" le tricot ce qui fait que c'est moins coupe vent porté seul qu'un point simple de type jersey. Les torsades limitent aussi parfois l'élasticité du tricot (mais cela dépend de la laine, du fil...etc.).

Pour ta question :

L'isolation d'un vêtement dépend au moins autant de son adéquation à ta morphologie que du reste. Un pull bien coupé moulant ton corps sans pour autant le serrer isolera plus qu'un truc plus épais baillant de partout (évidemment le port d'un coupe vent vient largement corriger ce problème).

Ce qui compte aussi c'est la surface couverte. Un pull long qui couvre bien le séant sera plus chaud qu'un truc s’arrêtant à la taille. Idem pour des manches longues et un col roulé.

Une bonne coupe doit aussi permettre de minimiser les déplacements de l'isolant (et donc de la couche d'air chaude qu'il contient). Certains pulls remontent au nombril quand on lève les bras ou bine que l'on se baisse, d'autres restent en place. Le second sera en pratique plus chaud.

Pour ta question précise :
Si on considère des pulls de même poids (autant de laine) de même laine (plus la laine est fine/frisée plus elle peut contenir d'air pour le même poids) et de même fil (la texture compte beaucoup) on peut alors dire....

Le premier couvre le cou (col châle) c'est plus chaud et l'isolation est réglable selon que l'on ajuste le col ou pas. On distingue des poches au ventre, d'où double épaisseur, d'où plus isolant à ce niveau surtout sous un coupe vent. Pas facile de porter dessus certains vêtements à col, on risque d'être engoncés à ce niveau.

Le second à un col très large. C'est bien si on le met sur une chemise ou un truc avec un col car cela évite les épaisseur. Porté seul sur un tshirt on a moins  de frottements et d'irritation (pense poil de barbes 3 jours) pour cette raison les marins portaient souvent des cols larges ou des foulards. 

Sur la photo il parait très déformé (cela peut indiquer une laine peu résiliente, un cintre trop fin donc un mauvais traitement, ou bien un pull très lourd). Une large ouverture veut aussi dire plus d'effet de pompage et moins couvrant : moins isolant (toute chose égale par ailleurs).  On dirait un pull fait machine alors que le premier pourrait être fait main.

finalement le second pull est moins adapté en statique surtout si porté seul ou sur un simple tshirt.
« Modifié: 13 septembre 2019 à 11:34:48 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

13 septembre 2019 à 11:13:19
Réponse #9

Krapo


Par conséquent je conserve la bonne appellation "Ile de Bretagne". Celle en usage avant que les Bretons, expulsés de leurs terres ancestrales, ne trouvent refuge en Armorique.

Donc à remettre uniquement dans ce contexte très particulier ;)
Laissons glouglouter les égouts !

13 septembre 2019 à 11:33:22
Réponse #10

Kilbith


Donc à remettre uniquement dans ce contexte très particulier ;)

Comme certaines parties "historiques ou géographiques....ex : ci-devant duchesse de Normandie" de mon post...c'était plutôt un trait d'humour.  ;)
« Modifié: 13 septembre 2019 à 12:11:06 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

13 septembre 2019 à 13:06:57
Réponse #11

Krapo


c'était plutôt un trait d'humour.  ;)

Si tu le dis ! ;)

En tout cas, merci pour toutes les informations que tu donnes  :)
Laissons glouglouter les égouts !

13 septembre 2019 à 14:13:57
Réponse #12

Dutch


Merci Killbith, j'ai donc commandé le premier, celui avec col & poches.
On verra bien ce que donne l'accord du low tech vintage avec un coupe vent moderne (en l’occurrence une smock ou la partie coupe-vent d'une Karrimor 2 en 1)

A priori, les deux étaient tricotés main & 100% en laine d'Irlande. Je me suis planté pour le second, c'est juste le vendeur qui habitait en Bretagne... :-[
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

13 septembre 2019 à 22:29:22
Réponse #13

Magic Manu


Encore une excellente mise au point de Kilbith! Merci!
De mémoire, tu nous avais déjà expliqué l'utilité des torsades, mais je ne retrouve plus le post, à moins que ce ne fut sur RL...
Hope for the best, expect the worse...

24 septembre 2019 à 15:58:06
Réponse #14

Dutch


Bonjour à tous,
A la lumière des infos découvertes sur ce fil, je reprends de zéro tout mon système de couches, mais sous l'angle "low-tech" et les 1ers résultats sont très encourageants. :yeah:

Une petite question: que mettaient les marins du XIXème siècle sous leurs pulls en laine?
Je présume qu'ils portaient bien une 1ère couche. :huh: (difficile à affirmer d'après les photos du 1er post)

A votre avis, c'était du lin, une laine fine type Mérinos, ou du chanvre peut-être?
J'imagine que la soie n'était pas dans leurs moyens & j'ignore si le coton était déjà diffusé à cette époque... :-\

Merci d'avance! :)

Edit: orthographe
« Modifié: 24 septembre 2019 à 18:12:01 par Dutch »
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

24 septembre 2019 à 18:51:53
Réponse #15

Kilbith


Le coton et plus encore la soie étaient connu depuis longtemps. Mais la soie  était très  chère et le coton disponible en quantité seulement fin xviii.

Ils portaient soit du lin, du chanvre ou de la laine fine type agneau si assez riches. Les cols grattaient d’ou les larges cols et le port d’un foulard en étoffe fine.


Les guides alpins portaient encore la chemise lin fin xix....pour cette raison ils craignaient la nuit.


Ceci dit du lin tissé fin ou mieux du coton tissé fin sous la laine épaisse faisaient l’affaire dans un monde ou les trucs étanches n’existaient quasiment pas. Et les vêtements etaient peu etanches par construction.

On ne portait que par très mauvais temps des pardessus cirés, huiles ou caoutchouté. On préférait le drap  de laine epais.

Pour les marins : veste de quart, caban, pea cot, duffel coat existent encore.


Sinon comme coupe vent le cuir  fonctionne. On peut le rendre un peu resistant a l’eau mais ça respire plus beaucoup. Et mouille c’est pas bon.
« Modifié: 24 septembre 2019 à 19:10:34 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 septembre 2019 à 20:08:56
Réponse #16

Colonel_Olrik


une mine d'or ce topic !

J'ai ouï dire que ces pulls étaient aussi la "carte d'identité" du marin pêcheur dans certains coins de la manche/mer du nord (certains motifs sur les pulls par exemple) en cas de disparition en mer.
"Y'a deux types d'impulsifs, ceux qui téléphonent et ceux qui se déplacent. Moi je suis plus dans ceux qui se déplacent"

Si tu ne sais pas, on t'apprend. Si tu n'y arrives pas on t'aide. Si tu ne veux pas on te force.

24 septembre 2019 à 20:57:03
Réponse #17

Dutch


Merci Kilbith, :)
Ça me donne un fil "d'exploration": voir ce qu'on peut tirer des textiles dits low-tech & dans un second temps, comment les accorder aux matières modernes.

A ton avis, du plus proche du corps en allant vers l'extérieur, quelles sont les meilleures chances d'accord/ succès?

« Modifié: 24 septembre 2019 à 23:25:47 par Dutch »
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

24 septembre 2019 à 21:14:04
Réponse #18

Kilbith


AMHA il y a une confusion dans ton post  :lol:


En tradi le mieux c’est la solution d’hillary sur l’Everest ou celle des chasseurs alpins ou gebirgjager :

Sous vêtement laine ou filet coton
Une chemise flanelle fine
Un pull en laine fine de type cachemire, merinos, agneau ou shetland si laine vient du cou.
On peut prévoir un second pull ou un gilet de laine gratté.
Le coupe vent en ventile ou bien mélange polyester coton ou polyamide coton. Pour la forêt du loden peut faire l’affaire. Ou bien encore une cape de loden ou drap marin pour la montagne.
Pantalon drap de laine ou velours de laine ou ventile avec caleçon laine. Le poil d’angora lapin est le plus chaud.

La couche super chaude peut être du mouton retourné. Couche etanche anorak long type cagoule en lin ou coton huilé. Ou bien encore une veste en cuir de chien ou chèvre apprêtée.
« Modifié: 24 septembre 2019 à 21:25:38 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 septembre 2019 à 21:16:01
Réponse #19

Kilbith


une mine d'or ce topic !

J'ai ouï dire que ces pulls étaient aussi la "carte d'identité" du marin pêcheur dans certains coins de la manche/mer du nord (certains motifs sur les pulls par exemple) en cas de disparition en mer.

C’est une légende. Comme pas mal de truc sur les pull Aran d'ailleurs. Du pur marketing années 50/60.

Il ne faut pas oublier que les Pull Aran Irlandais ont tout au plus un gros siècle et sont au départ vraisemblablement des imitations locales des pulls de type Gansey Ecossais. Il n'en reste pas moins qu'ils sont sympa du fait de l’habilité des tricoteuses locales et de la bonne laine disponible. 

Tout au plus cela donnait une idée du métier du naufragé, du village ou de la région d’origine. Après, à la vue du pull une tricoteuse pouvait reconnaître son ouvrage.

Dans la même idée, les étiquettes de tailleurs/magasins présente dans les  vêtements bourgeois permettait d'identifier un corps en s'adressant au tailleurs ou au revendeur.

Evidemment, c'est à replacer dans un monde sans photos d'identité, passeport et CNI
« Modifié: 26 septembre 2019 à 10:04:02 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

29 septembre 2019 à 21:43:33
Réponse #20

Colonel_Olrik


Citer
C’est une légende. Comme pas mal de truc sur les pull Aran d'ailleurs. Du pur marketing années 50/60.

Gott verdamnt! Nous avons été déconfiés.....

Bon et bien sus au publiscistes ! Merci de l'info !
"Y'a deux types d'impulsifs, ceux qui téléphonent et ceux qui se déplacent. Moi je suis plus dans ceux qui se déplacent"

Si tu ne sais pas, on t'apprend. Si tu n'y arrives pas on t'aide. Si tu ne veux pas on te force.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité