Nos Partenaires

Auteur Sujet: Comment se protéger de la grêle?  (Lu 1534 fois)

27 juin 2019 à 18:28:29
Lu 1534 fois

Dutch


Bonjour à tous,

Il y a quelques années, j'ai vécu un "évènement climatique" local sans dommages physiques car nous étions abrités, mais néanmoins impressionnant:

https://www.youtube.com/watch?v=FIuQAOfJJuE












Une autre vidéo, faite après pour l'assurance: https://www.youtube.com/watch?v=Z76Z2DDo9ts

On s'en est tiré avec une bagnole neuve en RSV & mon pote avec une baraque sans fenêtres ni toit + une inondation du rez de chaussée dans l'heure suivante. :'(







Pour vous donner une idée de la puissance du phénomène, regardez le tarp recouvrant un tas de sable en fin de vidéo (ça avait même dégommé les betteraves sous terre) :o

D'autres ont eu moins de bol: un veau y est resté dans le champ voisin & un couple de randonneurs qui n'avait pas pu s'abriter, a du être héliporté vers l'hôpital de Rodez (commotion + hémorragies multiples)

D'où ma question: y a t-il une conduite à tenir efficace pour se protéger en rando ou bivouac?


En bivouac, je pensais mettre tout le monde sous tente, face contre le sol & recouvert du sac de couchage.
En progression: faire allonger contre le vent, la tête plaquée sur n'importe quel obstacle, mains sur la nuque + sac à dos.

Existe t-il des retours sur ce type de situation?
Si l'obstacle est un tronc, quid des chutes de branches?

J'ai pu observer que seules les branchettes cassaient, mais s'agissant d'une mono expérience, ça ne vaut pas grand chose... :-\

Évidemment, on ne se retrouve pas tous les jours sous un tel bombardement, mais la météo annonçant des orages violents durant notre semaine de bivouac, j'aime mieux prévoir.

Merci d'avance! :)





« Modifié: 27 juin 2019 à 19:05:26 par Dutch »
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

28 juin 2019 à 15:23:56
Réponse #1

François


Les chasseurs de tornades de la Tornado Alley portent un casque en cas d'orage de grêle. A défaut, un chapeau avec un rembourrage à l'intérieur, ou un vêtement porté en turban épais ?

Et, expérience des mines souterraines : ne jamais poser une main à plat sur le sol ou sur une surface dure. Pour éviter qu'elle soit prise entre le marteau et l'enclume.
« Modifié: 28 juin 2019 à 17:59:15 par François »
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

28 juin 2019 à 21:33:29
Réponse #2

Dutch


Les casques on oublie pour un risque aussi diffus. Puis on a déjà pas mal de matos kaki, alors on ne va pas rejouer "La 7ème compagnie au clair de lune" ;#

Je note la chèche en boule dans le chapeau, c'est simple, rapide à mettre en œuvre & sans surpoids.
Merci! :yeah:
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

28 juin 2019 à 21:43:24
Réponse #3

guillaume


Se mettre assit sous le sac à dos ?

30 juin 2019 à 13:07:19
Réponse #4

Draven


Accroupis avec le sac a dos au dessus de la tête ( en essayant de pas laisser les mains exposées...  ;# ).
Même méthode que pour traverser une zone a risque au niveau éboulis ( quand y'a pas le choix... ). Ça arrêtera pas les trucs de plusieurs kilos, mais pour des petites pierres et de la grêle ça suffira.

A priori ce genre de phénomène météo vont s'amplifier dans les années a venir...
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

30 juin 2019 à 22:00:49
Réponse #5

Dutch


J'ai remarqué que la grêle chassait selon le sens du vent, alors que les éboulis tombent +/- droit.
D'où mon idée de la position allongée contre un quelconque obstacle.

Ce jour là, mon véhicule n'a été impacté que d'un coté (mais bien comme il faut :'().
Les grêlons avaient un diamètre entre une balle de golf & un petit œuf de poule.
Il faudrait taper fort pour en faire autant à coups de marteau:

En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

01 juillet 2019 à 07:19:52
Réponse #6

Merlin06


Un appentis de toile à 45° un peu lâche pour amortir peut-être?
L'âme sûre ruse mal.
Le matin du grand soir il y aura de la confiture de bisounours au petit déjeuner.
Nous avons deux souverains, Dame Physique et Sire Temps.

01 juillet 2019 à 07:35:31
Réponse #7

François


Accroupi ou assis le dos au vent, avec quelque chose sur la tête et le sac sur le dos, ça parai pas mal.
La grosse grêle est souvent suivie ou précédée par des phénomènes qui peuvent aussi être dangereux : rafales, tourbillons, chute de branches ou de débris, foudre, crue éclair. Cela influe sur l'attitude à adopter, et je crois que préférerai garder la possibilité de bouger facilement.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

01 juillet 2019 à 08:23:12
Réponse #8

Dutch


Un appentis de toile à 45° un peu lâche pour amortir peut-être?

Le phénomène ne m'inquiète pas trop en bivouac. Sous tente ou tarp + les deux épaisseurs d'un duvet avec le tapis de sol dedans, on devrait être protégé, même si ça endommage le matériel.

En rando, je crains de ne pas avoir le temps d'installer un tarp, ou alors au détriment des autres mesures...
Puis vu comme ça s'annonce, on risque de le monter/démonter un paquet de fois pour rien. :-\



En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

01 juillet 2019 à 12:32:52
Réponse #9

lambda


Salut Dutch.

Tu vas me prendre pour une truite de classe inter-galactique... :-[

Mais en te lisant chez les cousins d'à côté, j'ai cru comprendre que ta semaine de bivouac, tu avais l'intention de faire ça dans le Jura...

Alors, un truc qui me semble evident, c'est que si il y'a risque d'orage, sortie en Montagne = Niet....

Donc du coup, je me dirais, en fonction des indications ici (et chez les cousins) données:
- bivouac familial en montagne (Ou dans le Jura???)
- Grosse proba d'orage durant cette semaine

-----> Prêt au changement drastique de plan.... afin d'éviter justement de se retrouver dans une m*rde sans nom une fois "là haut".... Non?

Après, la question, au delà de ton projet bivouac, est intéressante, c'est clair.... Cela peut nous arriver à tous de la façon la plus impromptue possible.

à+,
Lambda

edit: orthographe


« Modifié: 01 juillet 2019 à 13:56:46 par lambda »
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

01 juillet 2019 à 13:47:33
Réponse #10

Dutch


Alors, on va chez Utopie près du lac de Vouglans, dans le département du Jura mais à +/- 400 mètres d'altitude.
A titre de comparaison, le déluge de grêle en vidéo plus haut s'est déroulé dans l'Aveyron à 430 mètres d'altitude.

Tout ça pour dire que si ça doit tomber, la haute montagne n'a pas l'exclusivité... :-\

N'aies pas d'inquiétude, étant savoyard & ancien chasseur alpin, je n'irai pas mettre la p'tite famille en danger. ;)
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

01 juillet 2019 à 14:42:31
Réponse #11

Kilbith


Bonjour,

Quelques remarques :

- La meilleure façon de se protéger d'un orage, c'est d'éviter d'être dessous. Habituellement les orages en montagne c'est plutôt en fin de journée. Le conseil des anciens s'applique : se lever tôt et arriver tôt.

- Après dans 90% des orages, le gros problème c'est la pluie. En soit elle ne pose pas de problème si on a un vêtement de pluie et une couche isolante. On finira trempé, mais normalement on est par temps chaud, donc ça sèche.

- La grêle c'est assez rare. La grosse grêle encore plus. Pour se protéger, pas 36 méthodes : on place quelque chose entre la tête et la capuche ou le chapeau. Normalement c'est ok, juste un mauvais moment à passer. Au pire on s'arrête on se protége la tête en étant en position de protection.

- Ce qui est dangereux, c'est un orage en haute montagne. Car là c'est vite l'apocalypse. On doit évidemment craindre la foudre qui est plus courante que la grêle. Les moyens de se protéger sont connus...mais pas facile à appliquer.

- Ce qui est dangereux le plus souvent ce n'est pas tant l'orage que ses conséquences : la panique. Classiquement on est surpris par l'orage, on s'affole, on se met à courir, on glisse, on se blesse. Or blessé sous l'orage, c'est là que ça devient dangereux.

- L'orage en montagne entraine aussi le grossissement rapide des ruisseaux : le petit filet d'eau qu'on a passé une heure plus tôt sans s'en rendre compte est maintenant un ruisseau grondant dangereux à passer.

En résumé :

On consulte la météo et on évite la fin de journée à l'air libre et/ou en altitude. Le bon réflexe quand l'orage arrive c'est de perdre de l'altitude. L’altitude aggrave tout : pluie, froid, taille des grêlons, chemin plus difficiles en général.

L'enfer c'est : on part sous le cagnard en tshirt, short, petite chaussure, sac avec quasiment rien dedans "car il faut beau" et que porter plus  "ferait trop transpirer".
On est au dessus de 2500m, souvent sur un col, le temps change en 30 minutes et l'orage éclate.
On est trempé, grêlé, gelé, les éclairs résonnent comme des coups de canons et le sol se recouvre parfois de glace. De toute façon les chaussures suffisantes par temps secs n'accrochent plus sous la pluie.
On grelotte, on a peur, on se jette dans la descente désormais glissante sans voir grand chose, on veut passer un ruisseau furieux, on glisse dans la pente ou on est désquilibré par le flot : jackpot.

Donc : On ne force pas le passage. Au pire on s'assoit et on se protège comme on peut.  On a toujours par beau temps en plus de l'eau, de la crême, du chapeau et de la barre : un imper et une couche isolante.

« Modifié: 01 juillet 2019 à 15:24:50 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

07 juillet 2019 à 15:23:16
Réponse #12

Hurgoz


Hello,

La grèle, j'en ai pris de temps en temps. Quand on est sur de la petite grèle, une capuche suffit...à la limite un bonnet une dessous pour amortir. Si on a les bras nus, ça fouette un peut...rien d'insurmontable.

Lorsqu'on est sur du modèle balle de golf, le mieux c'est, en effet, le sac à dos sur la tête, accroupis.

Maintenant, avec ce qu'on prend actuellement, il y a tellement de vent, que ça arrive presque à l'horizontal...ce qui est assez chiant, parce qu'on va chercher à ce protéger du truc, mais c'est aussi de là que vient le danger de tout OVNI (branches, tuiles, plaques de taules, etc), qu'on ne voit donc pas arriver puisqu'on s'en protège...

Pour les véhicules, ce qui est utilisé par chez moi, c'est une couverture en laine un peu épaisse, maintenue dessus par des sandots (ou autre, tant que ça marche): ça permet d'amortir l'impact.

Citer
- Ce qui est dangereux, c'est un orage en haute montagne. Car là c'est vite l'apocalypse. On doit évidemment craindre la foudre qui est plus courante que la grêle. Les moyens de se protéger sont connus...mais pas facile à appliquer.

Oui...ceci dit, il vaut mieux éviter d'utiliser une couverture de survie pour se protéger de la pluie, quand il y a de la foudre ;)

Tcho
« Modifié: 07 juillet 2019 à 15:28:21 par Hurgoz »
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité