Nos Partenaires

Auteur Sujet: Polutions plastiques propagées en montagne.  (Lu 2077 fois)

20 avril 2019 à 00:27:22
Lu 2077 fois

NoName


Citer
Une équipe internationale de chercheurs du CNRS, des Universités de Toulouse et Orléans et de l’université de Strathclyde en Ecosse ont mis en évidence des plastiques dans les pluies et neiges tombant dans les Pyrénées. ...

Des microplastiques apportés par voie atmosphérique dans les Pyrénées

De la montagne à la mer ... une bonne partie du cycle de l'eau.

20 avril 2019 à 08:49:40
Réponse #1

Buffalo


Ou bien de la mer à la montagne cela devient un véritable fléau!
Je cause pas aux cons, ça les instruit "Audiard"

20 avril 2019 à 12:55:57
Réponse #2

Karto


Note au lecteur : ce fil était mal parti. Il a été nettoyé. Si une réponse a l'air déplacée, c'est qu'elle répondait à un truc supprimé durant le nettoyage, mais qu'elle apporte de la valeur malgré tout.
« Modifié: 09 mai 2019 à 11:59:01 par Karto »
Celui qui est arrivé au bout peut recommencer : la fin c'est le début de l'autre côté.

21 avril 2019 à 09:27:16
Réponse #3

Rantanplan


@Dutch,

Je te comprends.

Personne n'est une oie blanche.

On prend tous la voiture, certains font du tourisme par avion, on a tous dans nos caddies des produits emballés dans du film plastique et au moins une fois utilisé des couverts/gobelets en plastoc, de plus, une majorité de consommateurs ne mange pas BIO (pesticides qui font des ravages sur l'entomofaune)...

Pour en revenir aux chinoiseries, ce n'est pas le consumérisme exacerbé qui m'ennuie, mais plutôt cautionner des marchandises importées de loin, de mauvaise qualité / fragiles qui finiront à la poubelle parce-que non-fonctionnelles ou vite cassées.

Je pourrai faire un parallèle avec la fast-fashion: des vêtements de m***, fabriqués loin d'ici (dans des conditions sociales discutables), vite passés de mode, souvent trop fragiles pour être revendus (et chers en plus).

Comment ça, c'est aussi le cas des impers-respi MUL ? (don't feed the troll)  :lol:

PS: tes histoires de déminage et de ramassage de déchets sont toutes à ton honneur. Si tout le monde pouvait en faire autant !

@+ !

21 avril 2019 à 09:33:41
Réponse #4

Hurgoz


Yo,

Pour en revenir aux chinoiseries, ce n'est pas le consumérisme exacerbé qui m'ennuie, mais plutôt cautionner des marchandises de mauvaise qualité / fragiles qui finiront à la poubelle parce-que non-fonctionnelles ou vite cassées.

J'interviens moins, mais, honnêtement, le consumérisme exacerbé n'est pas un problème?

Avoir besoin d'outils et s'en procurer est une chose, consommer pour consommer en est une autre; à chaque fois qu'on achète quelque chose, c'est redonner un coup de manivelle à la machine à bordel.

A chaque fois que je consomme un truc, il faut qu'il ait été produit, que l'industrie pétrochimique ai fait tourner un production, etc etc

Ce n'est pas juste le transport qui m*rde: c'est le fait de consommer pour posséder un truc dont, au final on a pas besoin.

Tcho
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

22 avril 2019 à 00:01:06
Réponse #5

Rantanplan


Citer
Ce n'est pas juste le transport qui m*rde: c'est le fait de consommer pour posséder un truc dont, au final on a pas besoin.

Dans la problématique du plastique, ce qui m*rde amha, c'est les pots de yaourt jetables en plastique, les couverts jetables  en plastique, les emballages de paquets de chips, de biscuits, les barquettes de viande, les bouteilles d'eau minérales... Même certains légumes sont dans des sachets en plastique !

Toute la consommation courante du quotidien (loin du consumérisme, donc) génère ce type de déchet. Quand on prend le temps d'y penser, c'est juste ahurissant...

+

1 Apparemment, il n'est pas possible de recycler à 100% le plastique, en circuit fermé. On ne peut que seulement mélanger du plastique recyclé à du plastique neuf (et les plastiques traités avec des retardateurs de flamme sont de purs perturbateurs endocriniens qui pourraient se retrouver par mégarde dans du plastique recyclé en contact alimentaire, jouets etc.).
   
2 Le plastique est un sous produit de du raffinage du pétrole. Il n'est pas possible de volontairement cesser de produire du plastique. Il faudrait pour cela aussi cesser de produire de l'essence (et vis versa).

A méditer.

22 avril 2019 à 10:20:17
Réponse #6

Tompouss


Les micro plastiques dans la flotte c'est malheureusement pas un sujet si récent que ça, de même que les perturbateurs endocriniens...

Taper sur les chinois ça fait pas avancer le schmilblick et en plus quand je vois la quantité de déchets plastiques produits en faisant attention à ce qu'on consomme bah on est pas les plus propres. Même en achetant mon 8ème de boeuf au paysan du coin, je le congèle dans quoi ? Sous vide ? Plastique !

Comme le disait Hugo y'a un gros problème de consumérisme (pour ceux qui ont Netflix un docu pertinent : "minimalism", les mecs ont aussi écrits des bouquins, en anglais, plutôt pertinents)
On vit tous avec beaucoup (beaucoup) plus que ce dont on a besoin, moi y compris, et faut parfois se poser les questions :
- c'est fait comment ?
- ça va vraiment m'apporter quelque chose durablement dans ma vie ?
- ça devient quoi après ?

"Pour celui qui ne sait pas vers quel port il navigue, aucun vent n'est favorable" Sénèque

22 avril 2019 à 13:10:57
Réponse #7

Dutch


AMHA les deux sont indissociables...

Nous -pays industrialisés- en sommes collectivement responsables.
Ça va de la pollution des océans, à la production & l'usage d'armes chimiques & des centaines d'essais nucléaires dans l'atmosphère.

La prise de conscience de ces dernières années est une bonne chose, mais à mon sens, elle vient surtout du fait que nous avons le plus d'expérience de ce qu'il ne faut pas faire.
Alors TAFDAK pour réfléchir à des alternatives, mais je trouve qu'on est assez mal placés pour s'ériger en donneurs de leçons... :-[

Sinon, pour revenir au plastique dans nos montagnes, vous êtes déjà allé faire un tour sous les télésièges à la fonte des neiges? :'(

En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

22 avril 2019 à 13:24:45
Réponse #8

NoName


Amha, il s'agit d'un problème de société dont la réponse ne peut émerger de la seul addition de comportements et choix individuels; même s'ils sont nécessaires.

L'organisation planétaire de nos sociétés rend l'ensemble du système trop complexe pour que des comportements unitaires mêmes nombreux, même simultanés, produisent un résultat prévisible.

Les réponses devraient être concertées entre les acteurs, à toutes les échelles.
L'absence de production sera toujours moins polluante que la production suivit d'un recyclage (par nature partiel).
Un non achat d'objet, n’empêchera pas sa production.

Cela n'enlève cependant rien à la nécessite pour chacun, d'essayer de prendre sa part de l'effort commun et de rechercher l'efficience à une échelle locale.
Un "non déplacement" sera toujours moins polluant que n'importe quel déplacement même éco-responsable ...

Pour répondre à je ne sais plus quelle personne qui semblait, dans ce fil, pointer du doigt "La Chine"; n'oublions pas que l'occident (et pas seulement) y à délocalisé ses productions manufacturières depuis plus de 50 ans; y délocalisant ainsi les couts écologiques et sociaux associés.
Quels étaient les choix de ce pays au moment de l'orientation de son développement vers un devenir d'atelier du monde ? Il est toujours plus simple de juger à posteriori ... mais plus utile d'apprendre.

Comme j'imagine beaucoup des personnes présentes sur ce site, ma vie est remplie de plastique (alimentation, habillement, médecine, loisirs ...) et lorsque l'ensemble des systèmes sociétaux concoure à rendre très difficile le fait de s'en passer et très facile le fait d'en user; je m'interroge parfois sur la place du libre arbitre sous contraintes fortes ... et sur la place de la contrainte dans le libre marché.

Je n'avais imaginé provoquer autant de réactions avec cette information.

Mes excuses pour le bruit ajouté ...

22 avril 2019 à 18:15:35
Réponse #9

oajfh


Je profite de ce fil pour rappeler diverses pratiques simples qui permettent de réduire la consommation personnelle un petit peu (sans pour autant constituer une solution miracle, hein). J'imagine que d'autres pourront compléter/corriger.

(si c'est considéré comme HS/à côté, désolé, n'hésitez pas à virer ce post)

Je ne respecte pas scrupuleusement 100% de ce qui est mentionné, mais si c'était le cas mes poubelles seraient quasiment dénuées de déchets plastiques.

(Au boulot, par contre, ....  :( Avec des bâtiments chauffés à 22°C toute l'année alors qu'il fait >15°C la moitié de l'année, des livraisons de bouffe le midi, des voyages en avion fréquents pour beaucoup de collègues, ... c'est la misère)

- Privilégier les sacs en papier, en tissu ou les paniers en osier plutôt que le plastique (ces trois premiers sont soit plus durables et réparables, réellement biodégradables, ou tout du moins pollueront bien moins).

- Acheter ses légumes et fruits au marché, et réutiliser ses sacs. J'ai toujours quelques sacs en papier sur moi, pour éviter qu'on me donne un sac plastique de plus.

- Un certain nombre de boutiques proposent de l'alimentation en contenu libre. Ca permet de remplir un sachet papier de raisins secs avec la quantité qui nous convient plutôt que d'en acheter des récipients plastiques.

- Toujours trimballer des couverts sur soi. Perso, j'ai une gamelle et des couverts en bambou depuis un certain temps. J'évite aussi d'aller au kebab du coin qui file des barquettes en polyester...

- Ne pas se faire livrer de la bouffe quand on peut marcher / cuisiner, ...

- Se laver avec un pain de savon naturel plutôt qu'autre chose. J'utilise le même pain de savon depuis plus d'un an. Les flacons de savon liquide, j'en consommais plusieurs par an, en comparaison.

- Préparer de la nourriture avant un voyage, pour éviter de se retrouver à acheter un sandwich en plastique à la gare, ou équivalent.

- Arrêter de prendre l'avion pour un voyage à la con sur un weekend. Ce n'est que récemment que je me suis rendu compte du côté très destructeur de cette démarche, et de l'attitude derrière. Tant pis, si je veux aller quelque part de loin, je marcherai ou je prendrai le train, dorénavant. Ou bien je n'irai pas. Je voyagerai moins et j'y consacrerai plus de temps, mais ces voyages auront plus de sens à mes yeux.

- Apprendre à recoudre ses vêtements...

- Arrêter d'en acheter, aussi, au passage. Arrêter d'avoir l'impression qu'un vêtement avec un mini-trou de mite dedans est inutilisable, par ailleurs. Je ne sais pas encore recoudre mes vêtements, mais je n'en ai pas acheté de neufs depuis plus de trois ans (mis à part des chaussures et des sous-vêtements).

- Donner tout ce qui n'est pas nécessaire plutôt que de le jeter. Des ateliers de dépannage électronique reprendront volontiers du matériel défectueux, et seront au courant des bonnes pratiques pour ce qui est de jeter ce matériel.

- Nul besoin d'un nouveau téléphone tous les deux ans, ou un nouvel ordi pour surfer sur le net quand l'ancien le fait très bien (et sans doute plus rapidement... sic)

- Faire son propre yaourt... ?

- Arrêter d'aller skier ... ? Je ne suis pas beaucoup allé en montagne, et les seules fois où c'était le cas, je me suis dit que c'était tout de même un sacré gâchis de faire venir des canons à neige, d'avoir des téléskis activés en permanence et parfois à 90% vides, des hélicoptères de secours sollicités pour des sauvetages, des chalets chauffés à 20+°C dans lesquels on mange de la nourriture qui a été montée là uniquement pour soi, etc.

Je suis d'accord que le post précédent selon lequel le problème est en grande partie sociétal. Les voyages en avion qui deviennent plus faciles et moins chers, l'incitation à consommer toujours plus, la facilité de production et le coût bas du plastique et de son transport, la volonté de croissance à tout prix... Le fait que ce soit cool de porter des vêtements de marque et du dernier cri, d'avoir acheté la dernière console de jeu. Et l'attitude de 'gaspiller moins' plutôt que de 'ne pas produire' le superflu...

D'un autre côté, je ne suis pas sûr de connaître beaucoup de personnes qui respectent tout ce que j'ai cité (raison pour laquelle je cite tout ça, en soi, et aussi parce que deux-trois points ne m'étaient pas immédiatement intuitifs, et ne le seraient ptêt pas pour d'autres). En attendant d'espérer que le plastique soit miraculeusement banni dans l'alimentation, l'habillement, etc. autant essayer de converger vers une attitude évitant sa consommation...

Dire qu'"Un non achat d'objet, n’empêchera pas sa production." est peut-être souvent vrai, mais pas toujours. D'ailleurs, je trouve que cette attitude peut mener dans le mauvais sens. Ne pas acheter à la supérette du coin n'empêchera pas la production de plastique, par contre elle permet de soutenir la boutique locale/le producteur local qui a besoin de nous, ce qui est ptêt plus le message à transmettre. Et si l'attitude de non-achat peut aussi permettre de s'intéresser et d'intéresser d'autres personnes à des choses plus simples, ce sera l'une des petites choses qui améliorera un tout petit peu notre attitude à l'égard de l'environnement (ou, tout du moins, l'empirera moins).

(Je ne sais pas trop non plus quel message véhiculent certaines sous-parties du forum, à vanter des voyages dans des contrées lointaines et implicitement valider les trajets d'avion pour y arriver, avec le matériel top-la-mort importé d'un autre continent dont *moi* je ne saurais de toute façon pas me servir correctement (et dont je ne me servirais que peu) mais qui a l'air vraiment alléchant, du coup. Ênfin, après avoir acheté du matériel pour mon stage au CEETS, je me suis dit qu'en soi ça me suffirait probablement tant qu'il fait au-dessus de -5/-10, et que sauf utilisation plus régulière ou situation vraiment spécifique je n'avais pas vraiment besoin de plus, en France métropolitaine. Moins, même, à terme.)

Ma vie est certes remplie de plastique, à l'heure actuelle, mais si je jette un regard parmi mes affaires, je me rends compte qu'il y a une majorité de choses dont je n'ai pas réellement besoin. Et que je ne rachèterai pas.

22 avril 2019 à 18:45:23
Réponse #10

promeneur4d


...
- Privilégier les sacs en papier, en tissu ou les paniers en osier plutôt que le plastique (ces trois premiers sont soit plus durables et réparables, réellement biodégradables, ou tout du moins pollueront bien moins).
...

En est-tu sur? Est-ce qu'une substitution du plastique par:
1) de la cellulose issue de foret vierges,
2) du cotton (qui, meme s'il ne fait qu'une petite partie des terres cultivées, nécessite une grande part de pesticides, sans compter l'eau, cf Aral sea...)

soit plus écologique? Ne pas voir la foret décimée ou le paysan Malien empoisonné quand on peche son barracuda ne veut pas dire que c'est plus écolo. C'est quoi écolo?

-------------------------------------------------------------------------

Pour ceux qui s'intéressent au changements de comportement environnementaux:

Stern. 2000. Psychology and the science of Human-Environment Interactions.

Steg & Vlek, Encouraging pro-environmental behaviour: An integrative review and research agend https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0272494408000959

Si 86% de la population d'un pays veut pas d'OGM dans les champs et qu'ils sont plantés quand même, peut on parler de démocratie?

22 avril 2019 à 19:44:09
Réponse #11

raphael


"encore un problème dont la solution est une reduction drastique de la population mondiale " Thanos  ;#

plus sérieusement, face a un défi planétaire, il y a eu un cas de résolution assez efficace : le trou dans la couche d'ozone.

Par contre je n'arrive a comprendre pourquoi cela a si bien et si rapidement fonctionné et que l'on arrive pas a reproduire ce schéma. peut être parce que le problème a été identifié et pouvait être résolu "simplement" : interdire les CFC et basculer vers une solution simple a mettre en oeuvre (remplacer les gaz propulseur et frigogènes par d'autres produits existants)
« Modifié: 22 avril 2019 à 19:50:07 par raphael »
Se connaitre et s'accepter


22 avril 2019 à 20:17:52
Réponse #12

oajfh


promeneur4d :

Je suis d'accord avec toi que les choses ne sont pas aussi simples que ce que je mentionne (et j'ai aussi lu des rapports indiquant que les plantations de coton (ou les pratiques agricoles associées) accentuaient les effets de désertification en Asie Centrale (de même que la production de cachemire, d'ailleurs).

Cela dit, entre un sac en tissu -réutilisable, réparable et dont je me sers depuis 3 ans et pour potentiellement des dizaine d'années, et dont le tissu pourrait resservir pour autre chose s'il lâche complètement- et les nombreux sacs plastiques dont je me serais servi à la place, je pense que le bilan n'est pas si ambigu que ça à établir. De même pour le panier en osier...

(Ce que tu dis est au moins en partie vrai cela dit pour un sac en papier, je ne suis pas en mesure de justifier la différence).

Mon message vise surtout à porter l'accent sur la quantité conséquente de consommation inutiles encore présentes chez soi, que quelques réflexes simples permettent de réduire, ce qui est toujours ça de gagné.

Si tu as d'autres réserves par rapport aux choses que j'ai mentionnées, n'hésite pas à les partager.

23 avril 2019 à 09:17:10
Réponse #13

gowildadventure


se retrouver à acheter un sandwich en plastique à la gare

C'est vrai que ça pas l'air bon ce truc  :'( :lol:

Blague à part je pense que changer des petites habitudes peut avoir un réel impact. Personnellement je refuse toujours les sacs en plastique à la caisse, et ça même si je ne parle pas la langue du pays.
En voyage j'ai l'impression que c'est plus difficile de consommer moins de plastique vu qu'on se ravitaille principalement dans des supermarchés...
On essaie de faire ce qu'on peut, ma copine a des sacs en tissus pour les fruits et le vrac.

Mais une bonne nouvelle c'est que le plastique à usage unique va bientôt être interdit en Europe, et ça pour moi c'est la conséquence d'une prise de conscience amenée par toute les personnes qui change leur habitudes de consommation.

À plus
Jolan
La vie est un choix

23 avril 2019 à 14:08:51
Réponse #14

anyone


Salut,

Par contre je n'arrive a comprendre pourquoi cela a si bien et si rapidement fonctionné et que l'on arrive pas a reproduire ce schéma. peut être parce que le problème a été identifié et pouvait être résolu "simplement" : interdire les CFC et basculer vers une solution simple a mettre en oeuvre (remplacer les gaz propulseur et frigogènes par d'autres produits existants)

Les CFC dans l'atmosphère ont un cycle de vie relativement court : il suffit d'arrêter d'en émettre et ils sont relativement rapidement dégradés par la « chimie de l'atmosphère » (UV, oxydation,…). Le cycle de vie du plastique sur terre ou en mer est de quelques centaines d'années, il me semble, et celui du CO2 dans l'atmosphère de quelques milliers d'années, donc juste arrêter d'en émettre ne suffira pas à court terme.

23 avril 2019 à 20:24:57
Réponse #15

raphael


Salut,

Les CFC dans l'atmosphère ont un cycle de vie relativement court : il suffit d'arrêter d'en émettre et ils sont relativement rapidement dégradés par la « chimie de l'atmosphère » (UV, oxydation,…). Le cycle de vie du plastique sur terre ou en mer est de quelques centaines d'années, il me semble, et celui du CO2 dans l'atmosphère de quelques milliers d'années, donc juste arrêter d'en émettre ne suffira pas à court terme.

en effet  :up:
Se connaitre et s'accepter


23 avril 2019 à 21:18:14
Réponse #16

Rantanplan


Bonsoir.

Chacun ici essaye d'être de bonne volonté et se sent peut être un peu coupable.

Cela me rappelle un reportage "Cash Investigation" où les journalistes pointaient la stratégie du "c'est la faute au consommateur", afin que le débat public n'aboutisse jamais sur des réglementations contraignantes pour les industriels.

Ci dessous, le lien vers le reportage:
"Plastique, la grande intox".
https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-11-septembre-2018_2925427.html

@+ !

24 avril 2019 à 12:30:17
Réponse #17

Hurgoz


Yo,

Je pense que nier l'interdépendance des comportement individuels et collectifs est une erreur.

Oui, une réglementation change le comportement des gens et des entreprises.

MAIS, les comportements individuels modifient aussi les réglementations (ou devraient). Une entreprise qui vend moins de produit, en produit moins par exemple. Idem: une entreprise ne prend pas de choix. Se sont les personnes dans l'entreprise qui prennent des choix et ceux ci deviennent les choix de l'entreprise. Eduquer et sensibiliser un preneur de décision, donc, modifie le comportement d'une entreprise.

Tcho
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

24 avril 2019 à 20:07:07
Réponse #18

promeneur4d


Yo,

Je pense que nier l'interdépendance des comportement individuels et collectifs est une erreur.

Oui, une réglementation change le comportement des gens et des entreprises.

MAIS, les comportements individuels modifient aussi les réglementations (ou devraient). Une entreprise qui vend moins de produit, en produit moins par exemple. Idem: une entreprise ne prend pas de choix. Se sont les personnes dans l'entreprise qui prennent des choix et ceux ci deviennent les choix de l'entreprise. Eduquer et sensibiliser un preneur de décision, donc, modifie le comportement d'une entreprise.

Tcho

Tu oublies qu'avec la législation actuelle, le manager d'une boite doit maximiser le profit des actionnaires... Il n'a pas le droit de "sauver le monde" si le profit des actionnaires en souffre.
Si 86% de la population d'un pays veut pas d'OGM dans les champs et qu'ils sont plantés quand même, peut on parler de démocratie?

25 avril 2019 à 17:03:53
Réponse #19

promeneur4d




C'est clair que c'est pas toutes les boites. Je connais aussi deux directeurs de boite géniaux, comme je connais des vieux qui ont fumé toute leur vie et qui ont pas le cancer.

2Cy et Hurgoz: je sais pas si vous lisez l'anglais, mais il y a pleins d'articles intéressants sur ce theme.
Voici quelques citations de
https://link.springer.com/article/10.1007/s10551-006-9209-z
Rose 2007. Corporate Directors and Social Responsibility: Ethics versus Shareholder Value. Journal of business ethics

qui est le premier lien trouvé concernant ce thème:
Citer
...
The  results  of  the  experiment  indicate  that:  (1)directors  that  have  duties  to  shareholders  consistently  give  up  corporate  social  responsibility  for increased  shareholder  value,  even  when  their  personal  morals  and  ethical  standards  suggest  alternative   courses   of   action; ...
...
4)   directors   favor   shareholder   value   over personal ethical beliefs and social good because theybelieve that current corporate law requires them topursue   legal   courses   of   action   that   maximize shareholder  value.  Taken  together,  the  findings indicate  that  our  corporate  leaders  make  decisions that emphasize legal defensibility, rather than ethics or social responsibility.
...

et très important
Citer
...
If we desire to increase the social responsibility of corporations and allow business leaders to apply their ethical standards to business decisions, changes in corporate law rather than changes in ethics education will be necessary.
...

ou

Citer
...
Corporate  charters,  stock  exchange listing  requirements,  and  federal  regulation  all  require that managers and directors pursue the goal of maximizing shareholder wealth, often at the expense of other stakeholders.
...

Pas le temps de traduire.
Si 86% de la population d'un pays veut pas d'OGM dans les champs et qu'ils sont plantés quand même, peut on parler de démocratie?

26 avril 2019 à 10:48:42
Réponse #20

Chris-C


M'en fous j'ai un partenariat avec katadyn  ;#

08 mai 2019 à 10:36:28
Réponse #21

Hurgoz


"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité