Nos Partenaires

Auteur Sujet: Bivi Carinthia et condensation  (Lu 5794 fois)

04 juin 2019 à 16:36:37
Réponse #25

Dutch


A votre avis, ce bidule serait-il plus adapté à mes activités?  https://fr.aliexpress.com/item/GeerTop-BivyII-Ultra-L-ger-Une-Personne-Randonn-e-Tente-1-Homme-3-Saison-tanche-Easy/32968014602.html?spm=a2g0o.cart.99999999.272.803b3c00oZApPU

Il semble avoir un espace interne plus proche d'une petite tente que mon "cercueil" actuel...



Si c'est une chinoiserie merdique, existe t-il un produit équivalent en terme de poids/encombrement?
Merci d'avance!

Pour ta question :
AMHA, l'usage d'un bivy éloigné du corps ne va pas améliorer les problèmes de condensation. Sauf si c'est très ventilé. Ce sera même plutôt le contraire (la membrane du bivy large est plus froide que dans un bivy proche du corps). après cela dépend aussi de la conception et de la membrane.

Un petit retour pour dire que tu avais parfaitement raison.
Bien qu'étant mieux ventilé, ce bivy plus grand est catastrophique niveau condensation.
Au moins j'aurai essayé... :-[

En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

04 juin 2019 à 17:24:12
Réponse #26

Kilbith


Citer
Un petit retour pour dire que tu avais parfaitement raison.
Bien qu'étant mieux ventilé, ce bivy plus grand est catastrophique niveau condensation.

Citer
Pour ta question :
AMHA, l'usage d'un bivy éloigné du corps ne va pas améliorer les problèmes de condensation.

Mon humble avis était fondé sur moult essais.  ;)

Après bivy+tarp....c'est inutile. C'est l'un ou l'autre si on a la bonne version de l'un des deux. Ou bien tarp+bivy seulement déperlant (pour se protéger du vent, des insectes et du splash effect).
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

04 juin 2019 à 19:12:43
Réponse #27

Dutch


Disons que j'avais très envie d'essayer ce bivy, alors quand un est sorti sur le Bon Coin à 500 mètres de chez moi & à moitié prix, ça frisait la provocation... ::)

Le tarp, c'est pour me protéger des cerises dont la chute m'a réveillé plusieurs fois la 1ère nuit.
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

19 septembre 2019 à 10:11:15
Réponse #28

Dutch


Bonjour à tous,
Je remonte ce topic après de multiples essais qui m'ont permis de régler en grande partie les soucis de condensation.

L'achat d'un bivi Carinthia Observer s'est avéré un compromis acceptable entre physiologie du bonhomme & ventilation.



Il subsiste toutefois une humidité latente dans le bas du bivi le matin:
_Avec un matelas gonflable D4, elle se fixe entre les boudins.
_Avec un Thermarest "aréré", elle est contre la membrane qui touche le sol.

A votre avis, est-ce que c'est lié au liner?
J'utilise une peau d'éléphant Bundeswehr, mais du coup, +/- 40% de la membrane se trouve plaquée contre une surface qui elle, ne respire pas...

Si je vire le liner, est-ce que ça pourrait améliorer la respiration ou la terre humide va colmater la fibre gore-tex?
Parce que si c'est pour arriver au même résultat avec juste le bivi à nettoyer après chaque sortie, c'est pas la peine... :-\

Merci d'avance. :)
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

19 septembre 2019 à 11:05:47
Réponse #29

Kilbith


Salut  :)


Une proposition : met ton Thermarest SOUS ton bivy (qui ne doit pas être en goretex pour la partie inférieure d'ailleurs, à vérifier).

Plusieurs avantages :

*Plus besoin de porter un liner supplémentaire pour protéger le tissu inférieur renforcé de ton bivy, même plus besoin d'envisager un liner sous ton liner pour le protéger.  ;#

*Liner qui fait actuellement une excellente baignoire par temps pluvieux car il dépasse bien sur les cotés et collectera parfaitement le ruissellement.

*Le thermarest va protéger ton bivy. Ok il sera mouillé et sale, mais comme tu le portes hors du sac et qu'il est imputrescible, WTF?

*Le thermarest ne prendra plus de l'espace vital à l'intérieur du bivy. Gain en hauteur.

*La condensation sera moindre  car reportée entre le bivy et le thermarest (à vérifier, la condensation est un Diable bizarre).

 Faut vraiment que tu fasses une sortie forum ;)


« Modifié: 19 septembre 2019 à 11:34:06 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

19 septembre 2019 à 13:42:01
Réponse #30

Dutch


Tsss, je ne suis pas non plus dénué de bon sens... ;#
Le liner est replié en cas de pluie + tarp au dessus la plupart du temps. Puis c'est quand même pratique pour ne pas embarquer tout un écosystème quand on va se coucher.

Concernant le matelas sous le bivi, c'est au programme du prochain bivouac.

Une sortie forum, pourquoi pas si l'occasion se présente. :)
Pour l'instant, je suis plutôt "en mode pépère" & je pense que c'est prématuré. Vous raisonnez en individuel/autonome & en mouvement, tandis que je sors en "collectif familial" et en camp fixe... :-\
C'est la raison pour laquelle j'en bave autant à appliquer tes conseils, qui nécessitent d'être réajustés en permanence.

Sinon, tu saurais voir sur photo si le sol de mon bivi est en gore tex ou pas?
Sur le XP II, j'en suis quasi-sûr, mais c'est moins flagrant sur l'Observer.
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

19 septembre 2019 à 15:19:43
Réponse #31

Kilbith


D’après leur site le dessous est en goretex aussi....bizarre. Du beau matos avec le goretex respirant!

1.7 kg c’est pas léger....le thermarest dessous tu grattes 200g.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

19 septembre 2019 à 16:26:24
Réponse #32

Dutch


Il y a plus léger, mais ça reste acceptable pour un abri 4 saisons réellement polyvalent & de qualité.
En virant la housse & le liner BW, je gagne quasi 500 grammes. :)

Jusque là, je conservais studieusement le liner comme barrière au froid par conduction, suite aux explications des manuels de David & Guillaume.

Je m'imaginais aussi qu'il stopperait d'éventuelles remontées d'humidité provenant du sol, mais après m'être pris plusieurs orages sérieux, les bivis Carinthia s'avèrent d'une étanchéité remarquable, alors c'était une crainte infondée.

NB: si tu veux les coordonnées du vendeur, n'hésites pas. ;) Il en a régulièrement des neufs aux alentours de 300€ et il m'a vendu celui là 200 car c'est un modèle militaire non badgé Carinthia (à l'extérieur, il l'est dedans)
Bref, le même modèle qu'à 650€ sur le site de la marque, mais traité IR en plus. :)


En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

19 septembre 2019 à 16:44:41
Réponse #33

guillaume


Jusque là, je conservais studieusement le liner comme barrière au froid par conduction, suite aux explications des manuels de David & Guillaume.

Si je comprends bien, ce que tu appelles liner est une surface 100% étanche dépourvue d'isolation ?
Dans ce cas ça n'isole pas du tout de la conduction mais de la convection (nulle au ras du sol) et de l'évaporation.

a+

19 septembre 2019 à 18:00:17
Réponse #34

Dutch


Oui, dans mon idée l'association d'un liner + matelas réglait le problème de tout ce qui venait "du dessous"... :-[

Du coup si je mets le Thermarest Z Lite sous le bivi, je perds le bénéfice des poches d'air réchauffées?
Remarque, pour le moment j'ai trop chaud...
« Modifié: 19 septembre 2019 à 18:05:32 par Dutch »
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

20 septembre 2019 à 01:27:10
Réponse #35

François


A mon avis tu va seulement déporter les poches d'air chaud de l'autre coté de la paroi du bivi, comme la condensation, et cela ne sera pas moins efficace du point vue isolation.
Et pourquoi mettre un liner dessous : que ce soit le liner ou le matelas qui est sali, quelle différence ?

Sur le bivi Carinthia que j'ai eu utilisé, il y a d'ailleurs des passants en dessous pour y fixer un matelas Thermarest grand format. De mémoire, la condensation se produisait bien entre la paroi inférieure du bivi et le matelas. Mais difficile de faire la différence entre condensation et eau de fonte ou de ruissellement.
« Modifié: 20 septembre 2019 à 01:33:43 par François »
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

20 septembre 2019 à 09:47:48
Réponse #36

Kilbith


A mon avis tu va seulement déporter les poches d'air chaud de l'autre coté de la paroi du bivi, comme la condensation, et cela ne sera pas moins efficace du point vue isolation.
Et pourquoi mettre un liner dessous : que ce soit le liner ou le matelas qui est sali, quelle différence ?

Sur le bivi Carinthia que j'ai eu utilisé, il y a d'ailleurs des passants en dessous pour y fixer un matelas Thermarest grand format. De mémoire, la condensation se produisait bien entre la paroi inférieure du bivi et le matelas. Mais difficile de faire la différence entre condensation et eau de fonte ou de ruissellement.

+1
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

20 septembre 2019 à 11:57:44
Réponse #37

Dutch


Merci,
Le prochain essai aura lieu sur la dalle en ciment devant chez moi. Elle est bien sèche et il n'a pas plu depuis des semaines.
Si le matelas est humide au matin, on sera fixé sur l'origine "interne" de la condensation & les capacités du bivi à l'évacuer par le bas.
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

16 février 2021 à 14:32:52
Réponse #38

Dutch


Bonjour à tous,

Je remonte ce topic après une soixantaine de nuits d'utilisation.
J'ai réussi à résoudre les problèmes de condensation & d'humidité en déplaçant le matelas mousse Thermarest sous le bivi, ainsi que le gonflable (utilisé seulement par basses températures).

Pour freiner les remontées d'humidité et augmenter l'isolation, j'ai opté pour un sac mortuaire faisant office de liner.
Il sert de sac étanche dans le sac à dos.
Déployé, il assure également la protection des matelas contre les salissures/crevaisons et évite qu'ils glissent durant la nuit.

D'autre part, en le retournant il est possible d'utiliser sa face aluminée comme réflecteur, à la manière d'une Space Blanket.
Pour un coût d'une dizaine d'euros & un poids de 360 grammes, le système me donne entière satisfaction en terme d'efficacité/polyvalence. :)





Auparavant, j'utilisais un modèle de l'IML beaucoup plus lourd et sans face aluminium (l'intérieur était tissé façon gros Ripstop, comme un liner de piscine)
Celui là sera moins durable, mais il me convient mieux.

Il reste toutefois un point que j'aimerai éclaircir suite à une nuit en moyenne montagne la semaine dernière par -19°:
Est-ce que des chutes de neige sur le bivi peuvent provoquer une intoxication, asphyxie ou suffocation, en bloquant la membrane imper-respirante?

Sur le Carinthia XP2, une étiquette spécifie d'ouvrir la moustiquaire pour ventiler, tandis que sur l'Observer Plus, il est imprimé sur la membrane qu'elle laisse passer le gaz carbonique.

Mais quid si l'on est recouvert de neige pendant la nuit? :-\
Celle ci est elle suffisamment aérée pour laisser la membrane travailler, ou il vaut mieux tendre un tarp par sécurité?
Je me pose la question car j'ai observé un léger retour de la condensation, uniquement avec un voile de neige déposé par le vent.

Comme le site du fabricant n'est pas très explicite sur ce point précis, des retours d'expériences m'intéressent.
Merci d'avance si vous avez des pistes. ;)
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

17 février 2021 à 08:23:45
Réponse #39

guillaume


J'ai connu des potes en kaki qui avaient une housse comme la tienne en fond de sac, pour un "bivouac" improvisé...

En ce qui concerne le CO, je ne pense pas que tu risque grand chose, même avec de la neige. En effet, ça respirera toujours un petit peu à mon avis.
Aurais-tu la possibilité de dormir avec un détecteur pour tester ?

a+

17 février 2021 à 09:23:30
Réponse #40

Chill


Citation de: guillaume
En ce qui concerne le CO, je ne pense pas que tu risque grand chose, même avec de la neige. En effet, ça respirera toujours un petit peu à mon avis.
Aurais-tu la possibilité de dormir avec un détecteur pour tester ?

Sauf à avoir une combustion dans le bivi, je suppose que Guillaume parle de CO2.

Citation de: Dutch
Est-ce que des chutes de neige sur le bivi peuvent provoquer une intoxication, asphyxie ou suffocation, en bloquant la membrane imper-respirante?
...
Mais quid si l'on est recouvert de neige pendant la nuit? :-\
L'étouffement sous la neige, en avalanche, combine une noyade (envahissement des voies aériennes supérieures) et un encapsulage dans une neige tassée, en couche épaisse, compromettant l'approvisionnement en oxygène et l'évacuation du dioxyde de carbone.
Tout va dépendre de la notion de "recouvert de neige" ... Avec le voile cité après, le risque est faible voire inexistant.

Citation de: Dutch
Celle ci est elle suffisamment aérée pour laisser la membrane travailler, ou il vaut mieux tendre un tarp par sécurité?
Je me pose la question car j'ai observé un léger retour de la condensation, uniquement avec un voile de neige déposé par le vent.

Kilbith l'expliquera mieux que moi : la respirabilité nécessite un gradient et concerne une barrière entre 2 milieux gazeux. Avec une source froide - solide ou liquide - au contact direct d'une membrane, la condensation est inévitable : les molécules d'eau gazeuses ne peuvent plus migrer dans le gaz (absent) de l'autre coté de la barrière.
Il est facile de comprendre qu'immergé, un bivi partiellement rempli d'eau ne va pas se vider tout seul !

     Chill
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

17 février 2021 à 10:10:26
Réponse #41

François


L'apparition de la condensation est probablement aussi due au refroidissement de la paroi du bivi. Au contact de la neige - solide ou fondante - la paroi se refroidie plus qu'au contact de l'air froid qui est moins conducteur. Et le point de condensation de l'air humide se déplace, de l'extérieur du bivi vers l'intérieur.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

17 février 2021 à 12:44:44
Réponse #42

Dutch


Merci de vos retours. :)

@Chill: Je ne parlais pas d'un enfouissement par avalanche, juste d'être recouvert par des chutes de neige.
A aucun moment je n'ai été incommodé (si ce n'est par l'humidité), mais bon, il y en avait 1 cm tout au plus.
Je ne sais pas ce que ça donnerait s'il en tombait 20 ou 50 cm pendant mon sommeil.... :-\

Après, si ça m'évite d'être mouillé, je monte un tarp & ça résout tous les problèmes du même coup.

Aurais-tu la possibilité de dormir avec un détecteur pour tester ?

Ça peut s'envisager, en empruntant celui qui est à coté de ma chaudière.
Par contre à part sonner en cas de pépin, il ne me donnera aucune mesure.
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

17 février 2021 à 20:17:14
Réponse #43

Karto


Salut Dutch !  :)

Je n'ai aucune réponse à donner, mais je suis ce sujet avec curiosité, pour deux raisons.

La première raison, en tente ou sous une bâche, j'ai beau touiller les souvenirs, je pense que les seules nuits sans condensation que j'ai connues, c'était celles où y'aurait pas vraiment eu besoin d'abri de toutes façons. Certes c'était pas dans du gore-tex. J'ai jamais trop lutté contre, surtout que contrairement à un bivy, dans une tente ou sous une bâche, sauf cas extrêmes, c'est pas un problème. (une fois par curiosité j'ai pesé une petite tente, avant et après séchage, de retour après juste une nuit dehors dans un coin bien froid et humide : il y avait un demi litre de flotte emballé avec, résidus de pluie inclus ; pourtant je m'y trouvais très bien au réveil)


Et la deuxième, elle est plus HS, mais c'est celle là qui me fait me poser des questions. Si je comprends bien, tu as investi pas mal de pognon dans plusieurs abris "Observer", parce que tu as trouvé que c'était ce qui convenait le mieux pour tes bivouacs familiaux. Et apparemment maintenant tu t'en es pas mal servi, dans pas mal de conditions. Ca m'intéresse beaucoup d'entendre pourquoi, et en quoi, à l'usage, tu trouves ce mode de bivouac supérieur.
On m'avait donné un très bon bivy en gore-tex y'a longtemps. Après l'avoir essayé un peu de toutes les façons, je m'étais dit que j'y voyais trois bons usages :

- le bivouac d'urgence, en mode "ma tente s'est envolée et la civilisation n'est pas derrière le prochain virage". Mais pour ça, un sac d'urgence en plastique tout con suffit à sauver les miches, on n'est plus dans le plan A.

- l'ambiance "tactique", où le choix du lieu dépend d'abord de contraintes tactiques, où on veut pouvoir installer et remballer en quelques secondes et sans allumer de lumière, où on veut être le moins visible possible... mais je ne vis pas cette vie là.

- certaines ambiances montagnardes engagées. J'ai finalement donné le bivy à un ami qui aimait bivouaquer sur la Cuillin Ridge. Là c'était pratique pour lui.

Du coup j'aimerais savoir comment tu complètes cette liste, avec tes expériences ! :)
« Modifié: 17 février 2021 à 21:10:54 par Karto »

17 février 2021 à 22:00:48
Réponse #44

Chris-C


Citation de: Karto
On m'avait donné un très bon bivy en gore-tex y'a longtemps. Après l'avoir essayé un peu de toutes les façons, je m'étais dit que j'y voyais trois bons usages :

J'ai toujours le gros bivy de l'armée que tu m'avais choppé sur Lyon. J'y ai trouvé en plus de l'utilisation "bivouac sans trop se poser de question" un intérêt en cas de tempête. Le coté lourd et raz du sol limite les secousses comme dans une tente qui vient s’écraser sur ta tronche. Et donc je dors mieux  :closedeyes:

18 février 2021 à 00:57:45
Réponse #45

Dutch


@Karto: Je vais essayer de te répondre, mais ça relève d'un choix personnel, pas du théorème.
Déjà, ce mode de bivouac n'est pas forcément supérieur, mais plutôt adapté à nos pratiques et surtout à mon organisation.

Je développe:
Quand je me retrouve au milieu de nulle part avec trois gamins (dont un à 70% d'invalidité), j'ai besoin d'un matériel fiable, peu encombrant et par dessus tout, idiotproof.
Dans l'hypothèse où je me retrouve blessé ou simplement diminué, c'est plus à la portée d'un enfant de monter son bivi et de s'y mettre en sécurité qu'une tente cinq personne ou un tarp.

Autre avantage à mes yeux: la modularité.
La plupart des gens raisonnent "autonome et en mouvement", tandis que nous établissons un bivouac collectif, pour éventuellement se balader aux alentours (on ne parle pas vraiment de randonnée, même si ça arrive parfois).
Du coup, le choix des emplacements sont subordonnés à tous un tas de critères qui réduisent les possibilités, la présence d'eau étant le principal.

Quatre bivis, on trouve toujours des parcelles assez plates pour les installer, là où ce ne serait pas forcément possible pour une grande tente.

Il y a aussi l'aspect sécurité/fractionnement des risques.
Je préfère avoir plusieurs petits pépins à gérer qu'un gros merdier: un tarp ou une tente collective HS, c'est la cata avec trois mômes, alors qu'il est peu probable que ça arrive aux quatre bivis en même temps.
Ça c'est avéré payant deux fois: un gamin littéralement couvert de fourmis à 02H00 du mat' et une autre fois un qui s'était endormi bivi ouvert un soir d'orage (donc transformé en baignoire).

Et puis, il y a une question d'intimité.
J'ai observé que les tensions entre frères & sœurs étaient moindres s'ils avaient la possibilité de s'isoler.
Après une journée bien active, ça me repose aussi de ne plus les entendre se chamailler une fois couchés. ;#

La première raison, en tente ou sous une bâche, j'ai beau touiller les souvenirs, je pense que les seules nuits sans condensation que j'ai connues, c'était celles où y'aurait pas vraiment eu besoin d'abri de toutes façons. Certes c'était pas dans du gore-tex. J'ai jamais trop lutté contre, surtout que contrairement à un bivy, dans une tente ou sous une bâche, sauf cas extrêmes, c'est pas un problème.

Pour l'aspect condensation, c'est moi le problème. :-[
J'ai une tendance physiologique à la surchauffe, que ne rencontrent pas les autres personnes qui ont dormi dans mes bivis, ni mes enfants.

C'est en grande partie réglé grâce aux méthodes décrites plus haut, mais au début, on parlait plus d'inondation que d'humidité. En hiver, ça finissait par rendre mon couchage inutilisable en 2-3 jours sans créneau météo permettant le séchage.

Hier matin, j'étais levé avant le point de rosée à cause du gore tex plus mouillé à l'intérieur qu'à l'extérieur. :-\
Pour vous donner une idée, il y avait carrément des auréoles dans le dos de mon duvet. Pas de transpiration, mais de condensation qui s'était écoulée & ré-imbibée par en dessous. :blink:


Reste l'aspect budget:

Et la deuxième, elle est plus HS, mais c'est celle là qui me fait me poser des questions. Si je comprends bien, tu as investi pas mal de pognon dans plusieurs abris "Observer", parce que tu as trouvé que c'était ce qui convenait le mieux pour tes bivouacs familiaux.

J'ai investi dans deux Carinthia (XP2 et Observer Plus), ainsi que deux Defcon 5 (et aussi quatre de l'armée française en secours dans la voiture, mais il s'agit plus de sursacs que de mini tentes).

Le tout m'est revenu aux alentours de 600€, grâce au marché de l'occasion et des copains dans l'armée.
C'est un investissement qui ne me paraît pas déraisonnable comparé à une tente haut de gamme et, si je calcule ce que m'auraient coûté des gîtes ou locations depuis un an et demi qu'on les utilise, c'est largement amorti.

J'espère avoir répondu à tes questions, n'hésites pas si tu veux que je détaille certains points. ;)

En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

18 février 2021 à 09:00:41
Réponse #46

Karto


Merci Dutch ! Oui t'as super bien répondu, et ça paraît cohérent.

Par curiosité : comment dorment les enfants dans leurs bivys quand il pleut ? Est-ce que ça les dérange ? Et toi ? (je ne parle pas de l'Observer, mais des trucs plus bas et moins tenus)
Vous vous tournez sur le côté ? Vous rabattez tout par dessus votre figure ?

18 février 2021 à 10:40:55
Réponse #47

Dutch


En fait, on utilise que des bivis à arceaux, les sacs AF restent dans la voiture en secours.
On s'en est servi une fois ou deux pour renforcer les sacs de couchage, mais à l'intérieur des autres.

L'espace intérieur est assez vaste pour me retourner aisément ou bouquiner et encore plus pour un gamin.
La plupart du temps, je ferme le dessus et ventile par la fenêtre de tête, sauf avec le XP2 qui n'en a pas (mais il est tout de même muni d'un arceau)

Les Defcon 5 (et un Gearbest que j'avais oublié de mentionner) sont des clones d'Observer construits pareils: https://www.asmc.fr/defcon-5-bivouac-olive



Je pense que le terme bivi est une catégorie fourre-tout qui suscite des incompréhensions lors les échanges sur les forums, parce que ça va du simple sursac ultraligtht à l'abri de carpiste, en passant par les tentes individuelles comme les nôtres.
Du coup, tout le monde ne se représente pas la même chose quand on en discute... :-\


Au niveau des précipitations, elles ne sont pas plus gênantes que dans une tente. Il faut seulement être plus rapide pour entrer dedans et bien secouer la structure avant d'en sortir.

La condensation a tendance à revenir par forte pluie, mais ça s'anticipe:
Sur les bivouacs de plusieurs jours à une semaine, je construis généralement un espace de vie avec plusieurs tarps.
En gros, une salle à manger/cuisine & chacun sa chambre.

Quand des intempéries s'annoncent, je rapatrie les bivis sous le tarp à l'heure du coucher.
Ce serait jouable en terme d'étanchéité, mais ça me facilite la vie en évitant de tout salir:







Sinon, quand le terrain ne se prête pas à un abri collectif, un tarp individuel fait office de sas/auvent pour que les gamins s'habillent & se déshabillent au sec:







Encore une fois, il s'agit d'une utilisation détournée correspondant à des pratiques familiales pas forcément transposables à l'itinérance de randonneurs.

Mais même s'ils ne sont pas prévus pour ça à la base, ces bivis me procurent une modularité très satisfaisante. :)

Edit: le topic dérive un peu en HS, mais c'est la faute au modo! ;#
« Modifié: 18 février 2021 à 11:46:38 par Dutch »
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

18 février 2021 à 11:03:30
Réponse #48

Shirokuma


Encore une fois, il s'agit d'une utilisation détournée correspondant à des pratiques familiales pas forcément transposables aux randonneurs.
Mais même s'ils ne sont pas prévus pour ça à la base, ces bivis me procurent une modularité très satisfaisante. :)
Super, ce que tu fais avec tes gosses.  :doubleup:

Je rêve ou il y a un Bivi en camo “Belge” ?  :huh:
“L'expérience est une bougie qui n'éclaire que celui qui la porte.” Confucius

18 février 2021 à 11:19:12
Réponse #49

Dutch


Oui, c'est un modèle militaire que j'ai racheté à Guillaume, le XP2 dont on voit mieux les détails ici: https://www.aventurenordique.com/sursac-carinthia-xp-2-plus.html


« Modifié: 18 février 2021 à 13:25:48 par Dutch »
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité