Nos Partenaires

Auteur Sujet: Matos pour froid sec  (Lu 1979 fois)

31 janvier 2019 à 15:33:01
Lu 1979 fois

Arnaud


Plop,

Si je suis à peu près au point et équipé pour la gestion du froid humide (disons jusqu'à -15°C)  je n'ai pas d'expérience du "grand froid" (on va dire en dessous de -30°C).

Alors dans l'optique de m'équiper pour une sortie au Nord du Cercle Arctique l'hiver prochain, je suis preneur de ce que ceux qui connaissent considérent être du matos d'une qualité irréprochable en particulier pour ce qui est des bottes, vestes, grosses doudounes et chapeaux.

Merci d'avance,
Arnaud.
« When the last tree is cut, the last fish is caught, and the last river is polluted; when to breathe the air is sickening, you will realize, too late, that wealth is not in bank accounts and that you can’t eat money. »

31 janvier 2019 à 16:52:07
Réponse #1

sonicflood777


J'estime ne pas avoir assez d'expérience en la matière pour t'aider (-35 mini) mais tu devrais peut-être en toucher un mot à eraz, des muls d'en face. Il a une bonne expérience du grand froid et maîtrise des systèmes comme le VBL (vapor barrier liner).

Bon trip :)

sonic.

31 janvier 2019 à 19:28:21
Réponse #2

Galileo


Je dirai pour

- la veste et le pantalon, le top ici au dessus de Canadian Goose c'est OSC - Outdoor Survival Canada c'est pas donné (+$1K CA) et le col est en coyote (raison pour laquelle j'en ai pas acheté une - j'ai un faible pour les coyotes  ;) )

http://outdoorsurvivalcanada.com/product-category/all/mens/men-40/

La Mission pour les expéditions
La Atka pour le bushcraft en grand froid

Il existe très peu de revue de ces vestes (y en a 2 sur YT a cause du prix)
https://www.youtube.com/watch?v=LLQJclTc2yw
https://www.youtube.com/watch?v=HFj8Ab_5B2A

Perso je portai une Happy Suit (veste et pantalon) de surplus de l armee US en 4 eme couche (pas chère et suffisante pour moi par -35C).
Celle de Wildthings Gear
https://www.wildthingsgear.com/products/high-loft-jacket-usmc-1-0?variant=2250826819
https://www.wildthingsgear.com/products/high-loft-pants-so-1-1?variant=1510793027

L ensemble avec les bottines se trouve sur Ebay pour moins chere que le prix sur le site

- les bottes SOREL Glacier (mes anciennes bottes de travail quand j étais dans le Nord) après 10 ans elle sont toujours tip top. Et le  rapport qualité/prix est imbattable.
 
https://www.sorelfootwear.ca/en/mens-glacier-xt-boot-1573891.html?dwvar_1573891_variationColor=010#q=glacier&start=0

- les gants des Outdoor Research (j'ai les moufles Firebrand de chez eux - acheté avec la Happy Suit). Les OR sont chauds, parfois trop a mon goût!

-  le "chapeaux", j en portai pas, juste une tuque (ou un balaclava) et un masque de ski en néoprène.

I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

31 janvier 2019 à 19:59:29
Réponse #3

sonicflood777


P'tit HS: Ça va l'épisode polaire chez toi Galileo ?
Pas trop pénible à supporter ?
Contente de te lire, je profite aussi de ton post, j'ai un faible pour les balades quand il fait frette ;D

31 janvier 2019 à 20:46:54
Réponse #4

Galileo


A Edmonton il fait +4 la alors oui c'est super dur  ;#
On attend la neige a partir de soir et jusqu'a dimanche 10 a 30cm. On va revenir a du -30 mileu de semaine.

I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

31 janvier 2019 à 22:23:16
Réponse #5

Arnaud


Merci pour ces premiers retours, malheureusement OSC ça à l'air compliqué de faire livrer en France.
« When the last tree is cut, the last fish is caught, and the last river is polluted; when to breathe the air is sickening, you will realize, too late, that wealth is not in bank accounts and that you can’t eat money. »

31 janvier 2019 à 22:34:07
Réponse #6

Galileo


Evite canadian goose. Il y a tellement de contrefacon qui circulent que tu risque litteralement ta vie.
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

31 janvier 2019 à 22:58:08
Réponse #7

Nirgoule


"D'abord le vêtement extérieur (en toile?), ensuite un anorak en poil de chameau, très léger très chaud et ample, ou un gilet en duvet. Puis deux ou trois chandails minces en laine de shetland fine, à grosses mailles. Lorsque j'enlevais le premier de ses chandails, je trouvais fréquemment entre celui-ci et le deuxième une couche de givre qui provenait du gel de l'humidité de mon corps qui s'était condensée au contact du froid.
Mon deuxième et mon troisième chandails étaient humides, ces chandails se trouvent suffisamment près du corps pour empêcher 'humidité de geler.
Puis une chemise de laine, parfois deux, un sous vêtement léger en laine, tous parfaitement secs et chauds.
Sur la partie inférieure du corps, sous le pantalon imperméable au vent, je portais un pantalon en poils de chameau, léger et ample, un ou deux caleçons longs en laine et un caleçon long en coton.
Dans les bottes je portais plusieurs chaussettes en laine non dégraissées et à même la peau deux chaussettes de laine fine, dont la paire intérieur était retournée de façon que les coutures soient à l'extérieur pour éviter tout danger de blesser.
Les mains étaient protégées par des gants de laine et des moufles et les poignets par des protèges poignets tricotés composés de deux couches de laine shetland."

Paul-Emile Victor Coutumes et techniques de la piste blanche"  Paris 1948.

Note : l'équipement correspond à un individu circulant en traineau à chien l'hiver en Arctique.

Bon faut déjà trouver le pantalon en poils de chameau  :)
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

01 février 2019 à 07:25:16
Réponse #8

Galileo


Merci pour ces premiers retours, malheureusement OSC ça à l'air compliqué de faire livrer en France.

Si tu commande en Finlande il devrait pas y avoir de gros pbs. Le site espagnol ne semble pas en avoir. Les sites russes sont hors de prix.

http://outdoorsurvivalcanada.com/retailers/#1490641505077-ea71581b-e475
« Modifié: 01 février 2019 à 07:30:46 par Galileo »
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

01 février 2019 à 08:17:54
Réponse #9

sonicflood777


Sinon, t'as le marché de l'occasion sur Kijiji (bon coin canadien). Rien que dans le district de Montréal, t'as qq items interessants.
Si le vendeur canadien est frileux pour un envoi en France, faut te trouver un pote là-bas... Ahem :closedeyes: ;#
promis, tu n'es pas visé Galileo !

Édit: suis tombée au pif sur Gear-up.com. ils expédient en France sous 5 jours pour 167 dollars :blink:
Sinon, si t'as une connaissance au Canada ou USA, Cabelas fait une promo à 800 dollars sur l'Atka avec livraison gratuite si c'est récupéré en magasin. Et ladite connaissance te l'envoie.

« Modifié: 01 février 2019 à 08:33:15 par sonicflood777 »

01 février 2019 à 11:54:04
Réponse #10

lambda


...Alors dans l'optique de m'équiper pour une sortie au Nord du Cercle Arctique l'hiver prochain, ...

Bonjour à vous.

Arnaud, juste pour peut-être te donner un coup de pouce plus efficace....
- Quel serait ton projet et sur quelle durée et quelle condition "d'engagement" ???
- A quel endroit au Nord du Cercle?

Par ex, autonomie en Pulka, expé en traineau de chiens (solo/groupe?), sortie à la journée autour d'une cabanee isolée, sortie à la journée autour d'une location ayant plus de commodities modernes?...

Mode plus "bushcraftien/trad" avec manioulation d'outils et exploitation du terrain, ou plutôt technique à but de performances sportive? avec déplacement journalier ou pas?

En milieu de Taiga, ou Toundra/montagneux?
etc...

Cela peut pas mal influencer tes choix d'équipements et tes choix de portages, entre autre...

À+,
Lambda




"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

01 février 2019 à 12:07:52
Réponse #11

Arnaud


Salut,

Pour la durée à priori 3 Semaines, pas de notions d'engagement ni de performances.
Si autonomie ou itinérance, quelques jours maxi.

Pour les activités, entre ballades lentes le nez sous les aurores boréales, pêche, chiens de traineau, ski, moto-neiges et rennes... je suis équipé pour ce qui est dynamique c'est plus pour le statique que je m'interroge.

Taïga, plutôt cabanes/bivouacs "chauds".

Voilou, merci.
Arnaud.
« When the last tree is cut, the last fish is caught, and the last river is polluted; when to breathe the air is sickening, you will realize, too late, that wealth is not in bank accounts and that you can’t eat money. »

01 février 2019 à 12:29:26
Réponse #12

lambda


Ok arnaud. :) Merci pour ton retour.

- tu passes par une structure?
- tu y vas seul?
- tu t'es fais une formule toi-même?
...
- où cela va t'il se passer?

Désolé pour toutes ces questions, mais globalement plutôt que de foncer à te donner des sites sans fins de fournisseurs de matos et de marques/modèles précis d'Items (qui peut parfois donner l'impression que si c'est pas exactement cela, t'es mort... :D ), Il vaut mieux bien definir ton besoin et au final pas mal s'inspirer de ce que font les locaux, sans meme tomber dans un traditionnalisme romantique excessif...

Si par ex (cela ne reste qu'un exemple servant à illustrer l'idée):

Tu passes par une ou des structures, ne serait-ce que pour louer la moto-neige et faire du traineau (quasi 100/100 de chance deter sur une formule, meme engagée sur plusieurs jours, avec un guide et un équipage et matos loué (le guide étant proprio dudit matos et des chiens, ou pas)).

ET

Que tu ne souhaites pas forcément retourner hiver après hiver Là Haut, parce que tu souhaites simplment experimenter d'autres choses/biotopes/lieux durant tes voyages,

ALORS

Suivre les indications de la ou des structures et se faire prêter/louer le matos qui va bien pour les cativités...

Autre exemple, si tu souhaites vraiment investir dans ton propre matos, alors franchement cela vaut vraiment le coup de suivre ce que font les locaux et de, pourquoi pas, s'équiper sur place "autant que faire ce peut..." :D

à+,
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

01 février 2019 à 12:46:25
Réponse #13

lambda


... Mais pour être plus concrêt (c'est plus motivant/dynamisant quand meme d'échanger sur du concrt, des fois... :D), en attendant ton retour sur les questions...

Pour du statique: typiquement observer des aurores, pratiquer de la pêche sur glace à la "dandine" ou equivalent, profiter d'une pause casse croute, monter un camp chaud léger...

- Soigner le système d'isolation au sol: une formule parmi tant d'autre, qui va vraiment bien, une bâche plastique au sol + (optionnel) un tapis de sol de type mousse un peu épais + une peau de renne la plus grande possible (à acheter sur place).
éventuellement, mettre en dessous de tout cela une première couche de matelas vegetal avec du petit branchage de conifer (mais cela suppose de faire du prélèvement... c'est déjà un autre contexte orienté sur au moins une nuitée sur place...)

- Paire de bottes caoutchouc épais, les plus hautes possibles, avec groooooos liners en laine feutré AMOVIBLES + au moins une paire de rechange toujours bien au sec à l'abris dans ton paquetage

- Système 3/4 couches pour le vestimentaires: un exemple typique:
* un sous vêtement thermique en laine manche longue et calecon long (jusqu'au chevilles)
* Un bon gros pull en laine col roulé (si on supporte)...
* une veste doudoune en duvet, avec un tissu extérieur coupe vent.
* pantalon en polycoton taille haute, ou une salopette "ski"...

- Chapka et éventuellement cagoule neoprene, ou simplement une bonne écharpe multi-tour en polaire...

ET AUSSI

un bonnet en polaire tout simple à mettre/enlever en 2 secs, toujours en back-up au fond d'une poche....

- En statique, une excellente paire de mouffles à accompagner avec des sous-gants, ou gants de travail bien fins: pour la pêche, pour bricoler, tu enlèves les mouffles et garde les gants fins (voir des mitaines) et lors de la phase d'attente, tu remets les mouffles bien par dessus...
Ou pour les aurores, si tu prends des photos, manipulations fines avec les gants fins et lorsque tu observes simplement, tu remets les moufles...

Et toi étant bien assis sur ta peau de rennes (cf système de couchage plus haut).

ET

une paire de gants genre gants de skis classiques en back-up...

Pour du statique (c'est ton interrogation), tu peux remplacer la laine et le duvet, par du synthétique: pas de problème de sueur et d'odeur à la longue dans un context statique et ou tu peux régulièrement "faire ta lessive ou raffraichir ton linge" (cabane, poele eau chaude, temps pour toi...)

Toujours en statique: rester assis à observer/pêcher... marcher lentement pour aller faire une bricole autour de la cabane/camp...
Tu peux te permettre de t'équiper avec quelque chose de pas forcément très léger, ni même très respirant à la condition que:
- tu ne laisse pas l'humidité s'accumuler dans tes fringues, donc, beaucoup de régulation à faire (mais pas difficile, car peu de chance que tu te démènes justement suffisament pour transpirer excessivment), ce qui implique d'avoir de couches de vêtements les plus faciles que possible à enlever/remettre en quelques secondes.



- Avec toi, en permanence dans ton sac à la journée, un thermo initialement rempli d'eau chaude, ou de café/thé si tu veux, bien preparé le matin avant de partir...

Après, matos, kit feu décent, bobologie, hydratation, camp, outillage, couchage, éclairage, orientation, etc.... Ca déborde un peu de ta question initiale apparament orientées plutôt vestimentaire, me semble t'il.

Pas de liste à la precision chirurgicale et aux references uniques... ;)

À+,
Lambda
« Modifié: 01 février 2019 à 13:14:26 par lambda »
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

01 février 2019 à 13:56:22
Réponse #14

Arnaud


Merci pour tous ces conseils ;)

Pour répondre à tes questions:

J'irai seul, dans l'idée vols secs et première et dernière nuits d’hôtel réservées à l'avance, pour le reste j'improviserai sur place en ayant pris des infos à distance. Pour le lieu, j'hésite encore entre plusieurs destinations en Laponie.

Pour le matos, mis à part spécialités locales type peaux de rennes, je préfère vraiment y réfléchir en avance de phase, acheter en promo en plein été et pouvoir personnaliser certains trucs plutôt que d'être tributaire des magasins à touristes sur place.

Et si j'ai bien quelques idées sur le type de matos adapté c'est pourtant de "références" dont j'aurais besoin, j'ai pas envie d'acheter du matos pas solide et de me retrouver avec des bouts en moins ;#

Merci,
Arnaud.
« When the last tree is cut, the last fish is caught, and the last river is polluted; when to breathe the air is sickening, you will realize, too late, that wealth is not in bank accounts and that you can’t eat money. »

01 février 2019 à 14:23:10
Réponse #15

ofelas


Citer
c'est plus pour le statique que je m'interroge.
A ce sujet là (en statique), je me suis bien renseigné et je continue à le faire, vous savez pourquoi  ;D 8)
Dans mon ça serait pas de guibole, pas de chocolat  ;D

Avec des outils comme celui là
J'en ai chié comme un rat mort pour comprendre, je ne suis pas fait pour les maths  ::)
Il a fallut que je passe plusieurs heures à tout décomposer, pour savoir ce que voulait dire tous ces trucs, et à quoi ça correspondait

http://www.eat.lth.se/fileadmin/eat/Termisk_miljoe/IREQ2009ver4_2.html
https://www.taiga.se/produkter/clothing-tool

Pour faire simple et résumé, je me rapproche de plus en plus des vêtements chambres froides, et aussi des vêtements des mecs que je vois régulièrement qui bossent autour de moi, à l'extérieur, quand je suis là haut avec -35°c

https://www.asasupplies.com/Insulated-Clothing-Freezer-Wear
https://www.wenaas.com/en/
https://www.freezerworkwear.com/

Paradoxalement, des vêtements aux prix encore plus abordables avec technologie I-reflect film aluminisée, quand on est statique, dans mon cas, ça a été efficace

Essayer de composer avec le taux métabolique en W / m2 suivant l'activité et la température  :bang:
« Modifié: 01 février 2019 à 14:34:10 par ofelas »

01 février 2019 à 14:48:12
Réponse #16

lambda


Ok, Ok, Arnaud. :)

Du coup, déjà pleins de references données par les copains, plus haut...

Je peux te donner celles que j'utilise chaque hiver là haut, mais elles datent peut-être un peu...

- Sac de couchage Valandré "Thor", duvet. Je sais même plus si il est encore fabriqué, mais bon tu pourrais trouver ton Bonheur dans le marque, avec un produit réactualisé.
* Muchos Pesos, et un peu fragile, mais léger et compressible: plutôt orienté expé polaire/haute montagne... Mais bon, ca fait 11 ou 12 ans que j'ai le mien, et pas de souci, juste quelques accros, brûlures  ;D réparées au tape et petite couture....
Bref... Voir Valandré (couchage/doudoune/moufles... mais pas "rustique"...)

Sinon en SDC synthétiques qui ont fait leurs preuves, en plus d'être modulaires (je n'ai pas mais connu ici et déjà "vu à l'oeuvre" avec des compagnons de virée nordique:

CARINTHIA: défense 6 par exemple + sac à viande ou ,éventuellement, petit SDC léger à glisser dedans

WIGGYS: produit US, aussi modulaire, un peu lourd mais avec une gamme arctique très efficace.

- Parka "duvet" de chez WOOLRICH.... J'en ai une depuis aussi 11/12 ans... Toujours fonctionelle, et reprisée.... :D  voir si la marque actuellement n'est malheureusement pas devenue plus fabcy qu'autre chose...

- Bottes: NOKIAN modèle NAALI, par exemple.... Un must pour là haut.... communément utilisées par les locaux finlandais/suédois... adaptable pour skis de randonnée forestiers, mais lourds pour de la marche sur longue distance: idiot proof à mettre/enlever en 3 secondes, et utiliser... des bottes de "forestiers" de là haut.

- Bottes en laines feutrées et semelles goudronnées, pour bricoler léger autour de la cabane/abri, rentrer du bois, bref, les "charantaises" ou sabots de papi-mamie de "là haut": les VALENKI. Un "must have" aussi! :)

- Pour du sous-vêtement laine... voir par exemple chez Pyrenees-Bushcraft: les sous vetements Wollpower... pareil, plus de 10 ans que j'ai un haut et un bas de chez eux.... :D


etc...

à+,
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

01 février 2019 à 16:10:15
Réponse #17

Arnaud


Merci beaucoup ;)

Du coup de ce que je comprends pour les pieds, le choix se résume presque entre les Wellies (style Nokian Naali, M90 Suédoises,... ) et Pacboots (Style Sorel Glacier XT, Kamik Siberia, ...) et du coup j'hésite entre les deux conceptions, un avis ? sachant que je ne prendrai qu'une paire et que du coup c'est le coté polyvalence qui a mon avis doit compter le plus...
« When the last tree is cut, the last fish is caught, and the last river is polluted; when to breathe the air is sickening, you will realize, too late, that wealth is not in bank accounts and that you can’t eat money. »

01 février 2019 à 16:30:29
Réponse #18

lambda


Re-salut Arnaud.... :)

Franchement entre les 2 types de chaussant que tu indiques, d'un point de vue confort thermique et mécanique, cela se vaut sans problèmes ni mauvaises surprises...
Les 2 sont couramment croisées Là Haut et tu ne devrais pas avoir de souci quelque soit le choix dan cette selection....

Les Pacboots (Sorel) que tu indiques sont peut-être un peu moins lourdes que les Wellies (Nokian), ces dernières (Nokian) étant intégralement en caoutchouc "armé"...

Les 2 formules ont des liners amovibles,
Les 2 formules permettent de "marcher"...

J'aime beaucoup mes Naali pour quelques raisons "subjectives):

- Pas de lacet à gérer, potentiellement gelables et cassables (à la longue).... ce sont vraiment des bottes à enlever et remettre comme... des bottes de jardinage.
0 dexterité fine nécessaire pour les enfiler à l'arrache....
Typiquement, besoin pressant nocturne, pas les Valenki sous la main, alors les Naali sont enfilées au saut du SDC, avec ou sans liner (sans les liners, en cas de besoinn très très pressant :D), et cela fait la farce le temps de faire ce que j'ai à faire avant de me remettre au pageot tout aussi facilement...


- Aucun risque de voir les bottes gelées par indavertance au petit matin, et dure comme un sabot (j'ai connu ce type de calvaire avec des sorels, mais pas les models Pacboots, et mal utilises de ma part à l'époque...).

- Le profil de leur semelle est conçu, par leur bout carré, pour être directement clipsable dans le sabot standard de skis de randonnée "forestiers", très commun en laponie finlandaise/suédoise.

- Le corps de la botte est complètement réparable avec de la rustine à vélo...

À+,
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

01 février 2019 à 16:35:24
Réponse #19

Arnaud


Tu m'a presque convaincu  ;#

Question subsidiaire, comment tu gères la condensation qui doit bien finir par geler à l'intérieur ?
« When the last tree is cut, the last fish is caught, and the last river is polluted; when to breathe the air is sickening, you will realize, too late, that wealth is not in bank accounts and that you can’t eat money. »

01 février 2019 à 17:05:36
Réponse #20

lambda


Prends le temps de voir aussi d'autres avis, hein... :)

Je fonctionne à la NOKIAN, mais cela reste adapté à ma chtite personne.
Si tu as l'ocasion de voir en vrai les SORELS, n'hésite pas....
Les "avantages" des NOKIAN (NAALI) mentionées ne le sont que pour moi, et peut-être n'ont pas de sens à tes yeux suivant tes pratiques, feeling...

Mais je me dis toujours que si les gens du cru utilisent beaucoup ce type de chaussant journalièrement, c'est qu'il doit bien y'avoir une raison... :)

- Pour la condensation qui se forme en cours de journée, en fait quelques remarques, mais là aussi, liées à ma façon de vivre "mon" grand Nord...

* En cours de journée, je n'hésite pas à m'arrêter faire une pause d'activité et je les enlève pour les faire sêcher un peu à l'air et les exposer au soleil (si il y'a) ou au feu de camp...

(attention pas trop près, ca fait vieillir le caoutchouc prématurément et le fait craqueler... En fait, les bottes devraient simplement mises sur une bûche, un support sec à l'abri de l'humidité pendant la nuit, à vue du feu, mais pas plus... Seul les liners peuvent être mis à proximité raisonnable du feu pour vraiment être irradiés, chauffer et sêcher en profondeur...)

... Le temps, de manger un bout, boire un café, sur ma peau de renne ou assis sur la pulka...

* si pas d'arrêt significatif en cours de journée, en fait, le liner va s'humidifier petit à petit (normal), mais garde quand meme quelques capacités isolantes (laine feutrée).
Qui plus est, la botte étant étanche et pas respirante, en fait, tes pieds restent dans une moiteur acceptable et généralement assez confortable.
Cela va en effet condenser à l'intérieur, mais tant que tu restes en activité, ca ne gèlera pas vraiment... les parois intérieures seront simplement humides.
Et une fois le soir à la cabane/camp, operation séchage des liners et bottes (cf la parenthèse du haut...).
Et dans tous les cas, pour le lendemain, je prepare mon autre paire de liner de rechange toute sêche.
La première normalement sêche au lendemain matin étant conservée pour le surlendemain, etc...

En résumé:
- garder le pied en lui-même aussi (relativement) "sec" que possible et chaud grace au liner qui va server de buffer à l'humidité.
- tout mettre systématiquement  sêcher au soir pour la nuit et faire tourner ses 2 paires de liners...

En fait, avec un peu d'habitude, cela condense, forcément, mais ne gèle jamais, sauf à laisser le corps en caoutchouc des bottes dehors sans précaution aucune.

En contexte de bivouac froid (ca ne devrait pas être le cas pour toi, mais des fois, on ne choisit pas... :/ ), sans feu, mais avec ton système de couchage siffisament bien dimensionné pour pouvoir s'en passer:


- Le soir tu enlèves tes bottes, et les liners de la journée;
- les liners de la journée, tu peux leur faire faire une séance de "dry freezing" si tu as un bon froid en dessous de -20°C (à la louche, genre quand les poils de narine collent franchement en inspirant fort une fois ;) ...)
- Tu essuies avec un chiffon quelconque soigneusent l'intérieur de tes bottes et tu peux leur faire aussi faire du "dry freezing", idem.

- Au matin, tu récupères liners et bottes, et tu tapes tout cela contre une buche pour faire tomber les résidus d'humidité ayant gelé dans la nuit.

- Tu mets ta seconde paire de liners "neuve", tu ré-enfiles tes bottes... Pendant quelques dizaines de secondes, ca va faire froid là dedans, mais très vite (si tu n'as pas de problème de circulation, et bien nourri, et a bien dormi) tout va se remettre en température et c'est reparti...

Autre variante, dans le cas ou le froid n'est pas assez vif pour permettre d'effectuer du "dry freezing":
- après essuyage de l'intérieur des bottes, les glisser entre ta bache plastque et ta peau de renne/matelas thermique, sous ta tête, pour les maintenir à peu près sêches et à temperature pour le lendemain...
- Et le liners de la journée, dans le SDC avec toi, contre toi pour un peu les faire sêcher...

Attention, cela veut dire que ton SDC va pomper un peu plus d'humidité dans la nuit...

Séance de secouage de SDC et séchage autant prononcé que possible le lendemain matin, obligatoire, avant de tout remballer....


- Le coup des bottes sous ta tête, entre bâche et couche isolante de sol, c'est très intéressant pour  les chaussant à lacets comme les SOREL, pour éviter de se retrouver avec des lacets tout rigidifiés au matin et du coup inlaçables...

Juste quelques trucs en passant...

à+,
Lambda
« Modifié: 01 février 2019 à 17:12:26 par lambda »
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

01 février 2019 à 19:27:18
Réponse #21

ofelas


Arnaud, pour les aurores, malgré le minimum solaire, ça pète  8)
Si la météo nous lâche un peu la grappe, c'est l'éclate :love:  :up:
http://spaceweathergallery.com/indiv_upload.php?upload_id=151621

Attention, c'est addictif, depuis je suis accros   :crazy:
L'année dernière, j'ai même failli me geler un peu les doigts, à force d'enlever les gants pour prendre des  photos et les remettre alors qu'ils étaient gelés  ;# 
« Modifié: 01 février 2019 à 19:33:24 par ofelas »

04 février 2019 à 10:06:31
Réponse #22

Kilbith


Salut,

Hier petite sortie neige par -8°C, vent à 15/35km/h (ce qui nous amène à une température ressentie sympa), pas de soleil, et dénivelé positif de 850m (montée en raquette 300m/h). A mi pente : plus d'arbre.

Encore une fois même constat : à la montée avec tshirt laine aclima ML 200g et anorak coupe vent sans membrane sur un pantalon en tissu type schoeller (gants windstopper, chaussure lowa hivernale, bonnet léger) j'étais bien (sac dans les 5kg tout compris). Mais fallait pas trop admirer le paysage!

En revanche à l'arrêt pour manger (en plein vent, à coté d'une cabane d'estive),  même avec une grosse doudoune synthétique (genre 180g/m² d'isolant) et une jupe synthétique (type portefeuille uniqlo), j'étais juste bien.
Le problème, comme d'habitude, c'est la gestion de la transpiration compte tenu de l'effort à fournir à la montée. Par exemple, avec le sac à dos, on ne peut pas éviter que le dos soit humide. On a donc vite froid à cet endroit.
Le point le plus délicat étant les mains (perception des moufles buffalo, décidément chaude mais coupées comme des sacs. Pas de dextérité, fermeture pas pratique, volume pouce mal foutu...heureusement qu'elles sont légères, compactes et valables sous la pluie tout en gérant très bien l'humidité et séchant vite).

A ce stade ma femme avait (entre autre) les moufles dachstein/ortovox et surmoufle isolée (heatboost D4) depuis un moment pour combattre l'onglée ( il faut dire qu'elle porte sans problème des moufles duvet Valandré dès 0°C en marchant...). Donc les habitudes, le ressenti et la physio comptent énormément.

Pour la question initiale :

Bref, il est donc important de bien cerner ses besoins. Les parkas "grand froid" ci-dessus (type canadagoose, il existe d’autres marques comme quartz ou celle indiquée par Galileo) sont bien à l'arrêt ou en marchant tranquillou par grand froid. C'est lourd, encombrant (même dans un pulka) et difficile à faire sécher. Les laver est encore plus compliqué. C'est peu polyvalent. Mais c'est isolant.  Je me base sur mes observations et aussi l'utilisation d'une parka de ce type (modèle de chez Cabela's, j'en avais parlé ici quelque part).



AMHA, ce sont plus des vêtements "pro" pour des gens véhiculés que des vêtements de randonné. Et il faut aussi garder à l'esprit que la Laponie c'est froid, mais pas autant que le nord Amérique ou que la Sibérie profonde.

Pour les bottes Sorel caribou vs Nokian mle milouf (Naali). Ayant utilisé les deux modèles il est difficile de trancher.

Lambda a bien résumé le truc : les nokian c'est idiot proof et pratique à utiliser.
Comme le chausson est en laine majoritaire, c'est plus facile à faire sécher à proximité d'un feu qu'un truc en synthétique. La semelle est très épaisse et isole bien du froid.

En revanche pour marcher ce n'est pas terrible, c'est très lourd, il faut bien gérer la condensation et comme c'est ouvert sur le dessus la neige entre facilement en marchant : il faut porter le pantalon à l'extérieur. A noter que les feutres semblent avoir une durée limitée (une grosse semaine de marche et c'est troué) du moins pour le lot de ceux que nous avions utilisé (d'autres semble plus résistant).

Pour les Sorel caribou. L'isolation du chausson est comparable. C'est à dire bonne quand c'est sec, insuffisante quand c'est humide. Il faut donc deux jeux de chausson. Elles sont inférieures en isolation au niveau des semelles. Le cuir et les lacets peuvent geler, mais en prenant des précautions dans l'entretien c'est un problème limité. Elles me semblent plus confortable pour marcher quel es nokian, mais cela reste inconfortable (lourd, les chaussettes on tendance à glisser vers les bas, les ampoules possibles).

Les feutres synthétiques sèchent plus vite que ceux de laine mais n'aiment pas du tout le feu. Ce qui fait qu'ils peuvent sécher plus vite ou moins vite que  des laines selon ce que l'on dispose (poele/feu ouvert). Ils sont aussi chaud que ceux de laine (pas plus). Ils me semblent plus résistant (pas de trace importante d'usure en une semaine si ce n'est à la jointure cuir/caoutchouc). Ils peuvent sentir plus vite que la laine, mais on peut les laver plus facilement en machine.

Avec les Sorel, la neige rentre moins car elles peuvent être serrées au mollet (et souvent présence d'un rebord moutonné) on peut avoir le pantalon dans les bottes ou sur les bottes (les deux formules ont des avantages et des inconvénients). Comme elles ont un diamètre d'ouverture moindre on peut utiliser un pantalon avec bas de pantalon moins ample. On peut aussi ajouter des guêtres (apport de chaleur).


Les sorel caribou sont donc plus souples, plus confortables mais probablement moins isolantes que les Nokian (surtout au point critique des semelles). Elles demandent aussi plus d'entretien. Les chaussons s'humidifient un poil moins (un peu d'évacuation à travers le cuir du haut, mais c'est très faible). Elles me semble plus polyvalente.

Le modèle glacier indiqué par Galileo (feutres plus épais) est souvent noté comme plus isolant et pouvant réellement faire le taf pour des activités "pros" ou statiques chez les nord américain. Mais elles sont encombrantes et pas facile de réellement marcher avec. 

Dans tout les cas, le secret c'est d'avoir plusieurs jeux de chausson. Dès que c'est humide (et ça vient rapidement, surtout dans la partie caoutchouc) l'isolation chute ne flèche. AMHA, il faut envisager le recours à des VBL par grand froid (perso j’en emporte). Et aussi d'avoir un bout de mousse à placer sous les pieds en position statique. Et bien sûr de bien gérer les chaussettes.

Les indications "températures" des Sorel (caribou = -40°C) sont fantaisistes. C'est peut être possible avec des chaussons secs et si on fait un marathon, mais pas en marchant tranquillou ou en statique. Les autres fabricants (ex : Baffin) ne font pas beaucoup mieux me semble-t-il.





« Modifié: 04 février 2019 à 14:31:38 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

04 février 2019 à 11:10:11
Réponse #23

Draven


Pour les bottes j'ai des Kamik NationPlus depuis l'an dernier moi.

J'ai pas mal comparé avec les Sorel Caribou, a priori la production des Sorel a pas mal baissé en qualité ces dernières années, pas mal de personnes recommandent les Kamik a la place.

Moi j'en suis super content  ;D
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

04 février 2019 à 11:13:15
Réponse #24

Arnaud


Encore une fois merci Lambda et merci Kilbith et Draven.

« When the last tree is cut, the last fish is caught, and the last river is polluted; when to breathe the air is sickening, you will realize, too late, that wealth is not in bank accounts and that you can’t eat money. »

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité