Nos Partenaires

Auteur Sujet: Résultat d'étude scientifique sur les insectes et les oiseaux  (Lu 548 fois)

06 décembre 2018 à 09:51:51
Lu 548 fois

Utopie


En octobre 2017, la revue scientifique PloS One rapporte les résultats d'une étude menée en Allemagne. Dans 63 zones protégées (réserves) en 27 ans près de 80% des insectes volants ont disparu - entre 76 et 82% selon les saisons. Six mois plus tard, en mars 2018, le muséum d'histoire naturelle et le CNRS publient des travaux montrant qu'environ 1/3 des oiseaux de la campagne ont disparus. La cause vient  des pesticides... qui se retrouve maintenant dans l'eau de pluie...
Si vous souhaitez plus d'informations : https://nousvoulonsdescoquelicots.org/

Il n'y a que les poissons morts qui suivent le courant

07 décembre 2018 à 15:09:42
Réponse #1

Ptifred


Je suis cette initiative depuis le début, pourvu que celle-ci porte ses fruits!
Ou ses graines de coquelicot...

11 décembre 2018 à 08:16:20
Réponse #2

Baptistator


Alors déjà désolé pour le temps de réponse j'ai quelques pages de retard, mais pour une fois que j'ai de bonnes connaissances sur un sujet...

Pour l'étude sur les insectes je peux pas dire mais pour celle sur les oiseaux elle souffre de biais méthodologiques assez importants, on en a déjà pas mal parlé sur d'autres forums et je vais pas refaire tout le débat.

Mais en gros elle repose sur un échantillonnage statistique par maille basé sur du volontariat. En gros des bénévoles se baladent dans la campagne et comptent les oiseaux qu'ils voient ou entendent.

Ça pose des problèmes évidents entre ceux qui sortent que les jours ou il fait beau, ceux qui sont de bonne volonté mais y connaissent rien (Genre j'entend un merle et je signale un aigle), ceux qui sont bourré (on parle des chasseurs mais les naturalistes sont pas mal non plus) et comptent tout en double...
Ensuite le système par maille est en lui même compliqué : comment définir les limites de la maille sur le terrain? Que faire des observations imprécises ? Quand on entend un oiseau en limite de maille comment dire sur quelle maille il est ?

Pour avoir participé à une étude de ce genre ça prend plusieurs années avec la compilation de centaines de millions de données à l'aide d'outils statistiques velus juste pour dire si l'oiseau est présent ou non. Alors les compter j'imagine même pas.

Alors clairement l'étude n'est pas à jeter elle montre une tendance, certains journaux on eu tendance à faire du sensationnalisme dessus (30% de baisse des effectifs) alors que l'étude est plus nuancée. Certaines espèces sont effectivement en nettes diminutions mais d'autres ont complètement explosées à la hausse pour le même régime alimentaire.

Ensuite pour les conclusions et les causes, je trouve ça un peu facile de dire que "c'est les pesticides" parce que :
- les oiseaux ça bouge, ceux que vous avez chez vous en hivers passent leur été (donc période de reproduction) dans les pays du nord ou les pesticides sont beaucoup moins utilisés.
- la première cause d'accueil de passeraux en centre de sauvegarde est la prédation par les chats (80% de taux de mortalité)
- les chasses traditionnelles contribuent pas mal (ex bruant ortolan-80% en 30ans)

Même si l'agriculture n'est clairement pas exempte les causes sont multiples et beaucoup plus complexes mais restent quand même liées à l'activité humaine.

Un exemple parlant qui montre que l'activité humaine est pas toute blanche ou toute noire. Les écologistes de chez moi ont fait fermer le centre d'enfouissement des déchets (ce qui en soit est pas un mal) mais dans les années suivantes la population de cigognes à chuté de 90%... On a trouvé ou elles venaient se nourrir...

11 décembre 2018 à 13:28:33
Réponse #3

Utopie


Oui effectivement c'est intéressant cet histoire de comptage des oiseaux. Je ne savais pas que cela était fait par des bénévoles. Comment le CNRS peut sortir des donnés si peu fiable ?

Difficile de dire en quoi les pesticides et herbicides sont toxiques mais ils ont un effet certain sur tout les organismes quel qu'ils soient on ne peut pas le nier et ils sont partout la preuve en est par la lecture de ce site internet :

https://www.wedemain.fr/Les-pisseurs-involontaires-de-glyphosate-attaquent-Monsanto-en-justice_a3675.html
Il n'y a que les poissons morts qui suivent le courant

11 décembre 2018 à 14:07:08
Réponse #4

Baptistator


On ne peut pas nier que les herbicides et autres pesticides sont des belles saloperies c'est sur. Mais en ce qui concerne les oiseaux ce n'est pas la cause de tout.

Certaines espèces sont en déclin depuis des décennies, le moineau friquet par exemple à commencé à décliner dans les années 20 sans qu'on sache vraiment pourquoi.

Pour le pourquoi de l'étude et de sa méthodologie, tout simplement sur ce genre d'échelle on a pas le choix d'employer des bénévoles, sinon il faudrait employer des centaines de personnes à plein temps pendant des années mais la fiabilité des chiffres s'en dressant.

15 décembre 2018 à 20:42:07
Réponse #5

Rantanplan


Vidéo un peu troll mais intelligente, d'un chaine que j'apprécie énormément (ma ferme autonome).

Sous la provocation "vegan", il y a un vrai argumentaire contre l'agriculture industrielle. Sujet sous-jacent à l'extinction de masse.

https://www.youtube.com/watch?v=6X4UEawXu-Q

Dure 1H

A écouter plusqu'à regarder (faites votre sport pendant ce temps là =)...

Aujourd'hui à 15:19:29
Réponse #6

Utopie


Ah ben j'ai fait ca en rangeant la viande de cochon fraichement tué. Ca a pris encore plus de sens du coup.
L'animal est l'avenir de l'homme
C'est en regardant un cheval courir que l'homme a appris à courir
C'est en regardant les oiseaux voler qu'il a appris à voler
C'est en regardant une grenouille nager qu'il a appris à nager

Moral de l'histoire : C'est normal que les inuits ne savent pas nager
Moral de la moral : On a encore sacrément besoin d'eux
Il n'y a que les poissons morts qui suivent le courant

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité