Nos Partenaires

Auteur Sujet: Mauvaise rencontre en jungle  (Lu 3380 fois)

25 février 2019 à 00:33:39
Réponse #25

DEPLANQUE JOEL


L'orpaillage est un sport dangereux et construit toujours une histoire très saignante. Exemple, la Guyane française avec plusieurs meurtres par semaine. Voir reportage de Philippe Lafaix : LA LOI DE LA JUNGLE. La plupart des gaziers étaient clients de mon armurerie et je peux attester que c'était tout sauf des enfants de chœur...
Les coins peinards pour chercher de l'or n'existent pas. Les criques navigables sont les voies de pénétration utilisées par tout le monde.
L'augmentation de la turbidité de l'eau signale inévitablement une présence d’exploitation. Et donc...
A moins de creuser un vaste trou dans une montagne à la recherche de l'or non alluvionnaire. Et encore...

04 mai 2019 à 12:50:20
Réponse #26

Aleksi


Salut Joel,

Je sais que tu connais la Guyane mieux que la plupart d'entre nous ici. Je veux pas trop rentrer dans la thématique sensible mais en te lisant je ne peux m'empêcher de répondre, car il y'a trop de préjugés, ou tout du moins un point de vu biaisé par la situation en Guyane.
Les coins peinards pour chercher de l'or existent. Et on peut le faire sans avoir à couper un arbre, salir un cours d'eau et porter une arme à sa ceinture. Je ne suis ni Ziké, ni Esnos que je connais bien.
Je suis amoureux de la forêt. Si j'avais l'impression de la détruire à cause des mes ambitions aventurières perso, je m'abstiendrai... De temps en temps, je me retrouve orpailleur artisanale car c'est un moyen pour moi d'être en forêt isolé pendant de longues durées, actif, apprendre des choses passionnantes et vivre de mon bushcraft. Puis je gagne un peu de sous pour continuer ma route.
Je ne suis pas orpailleur, simplement je me laisse embarquer dans des aventures, la dernière au Surinam, pas triste non plus.

Attention aux amalgames donc (ca c'est un jeu de mots...)
Quand ma compagne et partenaire d'aventure se décide à publier quelques photos : https://www.instagram.com/eetiski/
Un récit d'aventure souterrain : ici

02 juin 2019 à 17:58:46
Réponse #27

Tong


Bonjour

quel beau récit
et qui prend aux tripes

Il me donne envie de réagir sur plusieurs points, même si j'ai une petite vie tranquille.
D'abord  je trouve que tu as un instinct incroyable. En cas de pagaille intérieure, ça marche pas toujours bien (la deuxième nuit plusieurs personnes relèvent que tu as fait l'erreur d'y retourner, et tu racontes à plusieurs reprises que tu étais en mauvais état d'esprit). Mais en même temps, ne pas s'alarmer à chaque danger passé, y retourner, je trouve que c’est la qualité qui fait que tu vis pas reclus chez toi pour toujours (comme je le fais). Alors je trouve ça bien moi.

Les chiens. En lisant ton récit je me suis dis : s'il avait eu un chien, ou quelqu’un, il se serrait fait prendre. Les chiens, c'est un peu comme les mecs bourrins, ça fait du bruit en croyant qu'il suffit d'exister pour chasser les fantômes. Et en plus, quand ça dort, ça dort. Je me fierais pas à un chien. Et il aurrait été tué en donnant l'alarme. Ton instinct, il a l'air plus fiable.

Le mauvais état mental. Je déteste que quelqu’un me parle comme ça, et j'y crois pas, et je refuse catégoriquement d'y croire, mais quand même, quand j'ai un gros soucis qui me ronge le mental, les chiens m'aboient dessus, les caissières sont moins sympa. La dernière fois que je me suis faite larguée, un parfait inconnu m'a jeté un sceau d'eau sur la tête, dans une rue que je prenais jamais. On dirait qu'un filet de poisse se tisse au dessus de moi et attrape les problèmes pour moi. Est ce que ces types très sombres ont été attirés par tes soucis ? Est ce que tes soucis t'ont fait te rendormir et rester sur place car ça faisait déjà des jours que tu luttais contre ton intérieur ?

Pousser le wagon. C'est comme ça que j’appelle le fait qu'on peut pas rester tranquille longtemps. Quand t'es malade, tu luttes, quand tu vas bien, ben tu vas chercher un truc à pousser, contre lequel focaliser toutes tes forces. C'est tout à fait impossible de pas faire ça. Quitte à prendre des risques. Sinon c'est pire que d'être mort, c'est être un zombi. Vu tout ce que tu racontes, tu vas super bien alors tu pousses ton wagon toujours plus loin. Je crois que c'est ça. Les gens qui vont super bien n’imaginent pas que les autres, ils poussent leur wagon, que c'est dur pour eux, alors que pour le type fort, ça ne serait pas un effort et il se demande pourquoi les autres acceptent de vivre sans effort. Mais si, en fait ils en font. Ils y a des wagons qui te rendent plus forts et d'autres non.

Et t'as de la chance d'avoir risqué ça dans un contexte où tu as été chercher toi-même une situation risquée. Même si c'est dans une zone que tu te racontais tranquille. Ça te laisse encore de la vraie tranquillité pour une très large plage. Une large plage où tu te crois en sécurité.
Enfin, j'espère, je te le souhaite.

Un jour en lisant un truc ici j'ai eu l'idée de chercher sur internet s'il y avait des infos concernant des coups de feux entendus un été où j'étais allé dormir dans une forêt d'IDF. Et oui, à cette date il y avait eu un couple tué par des braconniers. Cette nuit là j'avais haï la confiance du pote qui dormait à côté de moi, qui avait choisit un coin pas très discret, mais j'essayais de me dire que je risquais rien, que c'était moi qui imaginait que les mecs qui tiraient avec autant d'aplomb dans une zone interdite étaient forcément complètement barjo et sans limites au point de s'en prendre à un couple de marcheurs. J'avais une idée extrêmement précise de leur état d'esprit, je voyais en imagination leur pas, la façon exacte avec laquelle ils avançaient. peut-être qu'il y avait du vrai, que l'instinct choppe des trucs à distance. C'est troublant de confronter la réalité aux histoires qu'on se raconte. Moi j'ai lu ça sur une page de journal des années après. Ca facilite les choses pour confronter les deux états d'esprits, celui qui se raconte des histoires et celui qui reçoit la vérité. Toi, c'était en même temps.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité