Nos Partenaires

Auteur Sujet: [RETEX] Gestion pré et post-agression  (Lu 2281 fois)

22 novembre 2018 à 09:05:22
Réponse #25

Baptistator


Pff j'ai beau avoir lu ton topic m'être dit qu'il allais falloir que je me calme, j'ai failli faire la même que toi ce matin...

Un mec qui me frôle d'un peu trop près dans une ruelle étroite, un bon coup de chaussure de sécurité dans sa portière assorti d'un "tu veux pas non plus essayer de me rouler dessus c*nnard"

Et le mec pile et sort en gueulant, le ton monte et le mec veut que je lui file du fric immédiatement pour rembourser sa portière "sinon il me défonce la gueule"

Heureusement j'ai la chance d'habiter dans un petit village ou je suis connu. Le mec s'est vite calmé quand il a vu débarquer le charpentier, le couvreur, le maire et le moniteur d'auto école.

Tous lui ont confirmé que c'est lui qui était en tort et qu'il y avais pas de soucis, on va appeler la gendarmerie et on se portera témoin pour "non respect des distances de sécurité, mise en danger de la vie d'autrui et agression" le mec c'est calmé et est reparti direct. Mais c'est pas passé loin...

Faut vraiment que je me calme...

22 novembre 2018 à 11:44:28
Réponse #26

Karto


Inversement, Baptistator, un village comme ça c'est ton turf.
J'ai spontanément pas le même niveau d'agressivité quand je suis à 100 mètres de mon portail que quand je vais bosser deux jours à Paris. La territorialité c'est pas seulement un instinct, c'est aussi défendable par la raison en self protection. Faire monter la pression sur les gus qui mettent les autres en danger dans les rues de ton propre bled, c'est plutôt sensé.
Méfie-toi de l'homme d'une seule citation.

22 novembre 2018 à 13:42:02
Réponse #27

Le-Jerome



 Le mec s'est vite calmé quand il a vu débarquer le charpentier, le couvreur, le maire et le moniteur d'auto école.

Tous lui ont confirmé que c'est lui qui était en tort et qu'il y avais pas de soucis, on va appeler la gendarmerie et on se portera témoin pour "non respect des distances de sécurité, mise en danger de la vie d'autrui et agression" le mec c'est calmé et est reparti direct.


encore une fois : très bonne réaction, les gens sont sortis et ont remis le type à sa place.
Quand à la remarque sur la territorialité quand on est symboliquement chez soi (villages, proximité immédiate du domicile etc), je confirme, il y a des choses que je supporterai à 20 km de chez moi mais pas dans mon village à 5 minutes, et encore moins devant ma porte.

un héros, c'est un abruti qui a eu de la chance

23 novembre 2018 à 20:07:43
Réponse #28

Personne(T.H)


il y a des choses que je supporterai à 20 km de chez moi mais pas dans mon village à 5 minutes, et encore moins devant ma porte.

Euh je veux pas chercher la mer*e, mais tu peu m'expliquer ?
Tu peu les supporter a 20 km de chez toi mais pas devant ta porte, je te suis pas trop .
Perso si je supporte pas devant ma porte je supporte pas les chose a 20 bornes de chez moi . (C'est un avis , tout se qui a de plus personnel hein , ont s'emballe pas je veux juste essayer de piger le résonnement . ;))
c'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure a celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air cons...

Un con qui marche ira toujours plus loin qu’un intellectuel assis.

23 novembre 2018 à 22:53:36
Réponse #29

Lorka-85


Baptistator est en tords niveau "grey man" et philosophie de la survie urbaine (ou campagnarde), d'avoir donner un gros coups de pieds avec chaussure lourde de sécurité, on peu imaginer un impact important sur la portière, perso je serais peu être devenu enragé a la place du conducteur, surtout si j'avais pris ça comme injustifié au moment des faits. Cela peu couter la vie.

Mais pas en tord niveau recul, perception subjective du danger (mais juste), mise en danger ,etc (mais un frôlement dangereux, encore faut t'il le prouver), mais cela, c'est une notion abstraite dans l'esprit du conducteur, face a du concret (dommage au véhicule, souvent assuré au tiers si vieux, donc 100% de réparation a sa charge) palpable immédiatement !

perso je crie jamais d'insulte, ni de bras d'honneurs au volant ou au guidons, mais j'ai de quoi faire face à plusieurs individus si jamais c'était critique.

J'aime la citation de Roosevelt donné par Klaus le principal intéressé du topic : "parle doucement et porte un gros bâton".

24 novembre 2018 à 09:19:50
Réponse #30

Klaus


Euh je veux pas chercher la mer*e, mais tu peu m'expliquer ?
Tu peu les supporter a 20 km de chez toi mais pas devant ta porte, je te suis pas trop .
Perso si je supporte pas devant ma porte je supporte pas les chose a 20 bornes de chez moi . (C'est un avis , tout se qui a de plus personnel hein , ont s'emballe pas je veux juste essayer de piger le résonnement . ;))
On risque de tomber dans le hors-sujet et de glisser gentiment mais sûrement vers ce que tu veux éviter, à savoir de la m*rde, mais comme tu veux comprendre - ce que je respecte - je me permets de répondre avant quiconque en citant trois exemples NON-polémiques: un dépôt d'ordure sauvage, un tag & une canette de boisson sur un muret.

Dans une zone loin de chez toi, ça fait chier quand même car c'est un manque évident de respect pour la communauté au sens large, parce que ça bousille le paysage, parce que c'est pas écologique, bref parce que ça ne rentre pas dans ton système de valeur... mais bon, peut-être que c'est en ville voire dans une banlieue pérave et que dans toute cette laideur urbaine tu te dis que ça n'en rajoute au final que peu. Au mieux, si tu constates ça dans un super coin de nature ou un joli petit village propret, tu compatis avec les habitants du coin en te disant que c'est dégueulasse ce qui leur arrive car tu t'identifies à leur peine en faisant preuve d'empathie. Mais bon au bout d'une heure - ou d'un journée si tu as du mal à te distancier - t'auras zappé, et ça t'en aura fait bouger une sans toucher l'autre. Dans ton village, si tu as la chance d'en habiter un, ou dans ton quartier, ou tout autre endroit où tu as développé des liens, des habitudes, des attaches, où tu as des souvenirs, etc., et donc qui est déjà un peu plus un "chez toi", une de ces trois incivilités auront un impact plus important émotionnellement. Elles seront certainement plus considérées comme une violation de l'intimité de "ton" habitat. Tu vivras donc cela plus comme une agression te concernant, ou du moins concernant la communauté de vie à laquelle tu appartiens, plutôt que comme une agression concernant "quelqu'un d'autre". Si on focalise maintenant encore un peu plus et qu'on se retrouve sur ton palier de porte d'appartement ou devant le portail de ta maison, il est fort à parier que la vue d'un seul de ces trois exemples te mettra tout simplement hors de toi et que tu réagiras comme si on était venu te chier sur les chaussures... Tu auras été agressé, tout bonnement, et personne d'autre à ta place. Et tu mettras beaucoup plus longtemps à redescendre que si tu avais vu la même scène dans un reportage à la télé, c'est certain.  ;)

En espérant que mon intervention t'auras éclairé, et en souhaitant que le HS/pente savoneuse cesse avant d'avoir existé.

Peace,

Klaus

 :love:
Hic et nunc, age quod agis et memento mori

24 novembre 2018 à 09:43:49
Réponse #31

Klaus


Baptistator est en tords niveau "grey man" et philosophie de la survie urbaine (ou campagnarde), d'avoir donner un gros coups de pieds avec chaussure lourde de sécurité, on peu imaginer un impact important sur la portière, perso je serais peu être devenu enragé a la place du conducteur, surtout si j'avais pris ça comme injustifié au moment des faits. Cela peu couter la vie.

Mais pas en tord niveau recul, perception subjective du danger (mais juste), mise en danger ,etc (mais un frôlement dangereux, encore faut t'il le prouver), mais cela, c'est une notion abstraite dans l'esprit du conducteur, face a du concret (dommage au véhicule, souvent assuré au tiers si vieux, donc 100% de réparation a sa charge) palpable immédiatement !

perso je crie jamais d'insulte, ni de bras d'honneurs au volant ou au guidons, mais j'ai de quoi faire face à plusieurs individus si jamais c'était critique.

La réaction de peur peut effectivement nous amener à des actes peu maîtrisés comme donner coup ou proférer des insultes, qui eux-mêmes peuvent avoir des conséquences graves (escalade de la violence). Nous restons toutefois des animaux, et le cortex n'a pas toujours, loin s'en faut, le contrôle! Le chien qui a chiqué un enfant qui l'a attrappé par derrière est-il en tort? L'enfant lui-même avait-il conscience que son acte provoquerait de la peur chez l'animal?

Ben dans nos cas, je pense, on est dans cette situation... Sauf que l'homme (au sens paire de c*u!lles) est un animal très/trop intelligent et surtout très/trop con quand on touche à sa fierté mal placée, et que l'escalade par-delà ce qui ne devrait rester qu'un avertissement est dans sa nature. D'où les agressions verbales puis physiques.

Certains ont la chance d'être prédisposés dans une certaine mesure pour éviter les provocations. Cela semble être ton cas, c'est cool et j'aimerais être comme toi et ne jamais proférer d'insultes. Après peut-être que dans d'autres situations qui ne me feraient pas bouger un cil tu partirais en c*u!lle grave. On est pas tous égaux là-dessus, faut composer!

En ce sens, au risque de me répéter, un travail sur soi pour se préconditionner et relativiser a priori ce qu'on peut considérer comme une agression ou un danger permet d'éviter de "provoquer" des altercations. Ca évitera pas tout, mais ça limitera les occasions!
Hic et nunc, age quod agis et memento mori

24 novembre 2018 à 10:06:59
Réponse #32

Baptistator


Je sais bien que en l'occurrence je suis dans mon tort en ce qui concerne le coup de pied et les insultes. Mais comme le dit Klaus c'est une action réflexe je J'ai pas réfléchi avant même si je me doutais que le mec allais tenter de forcer le passage, ça m'arrive régulièrement à cet endroit mais pas le choix de l'emprunter.

Pour préciser la situation exacte :
La rue en question est une rue à double sens, sans trottoir. Elle comporte des places de stationnement ce qui fait que deux voitures ne peuvent se croiser.

Le mec en question arrivais en face. Il y avais une voiture garée sur sa voie de circulation. Le code de la route aurais voulu qu'il s'arrête pour le laisser passer mais il a deboité pour forcer le passage en accélérant franchement.

Il a fallu que je donne un coup de guidon pour éviter de prendre son rétro dans le bras (pour vous donner une idée de la distance).

Ma réaction à été un réflexe, je ne suis pas particulièrement prédisposé à la violence mais ce genre de cas arrive à peu près une fois par semaine.


24 novembre 2018 à 15:19:32
Réponse #33

Tompouss


Il a fallu que je donne un coup de guidon pour éviter de prendre son rétro dans le bras (pour vous donner une idée de la distance).

Ma réaction à été un réflexe, je ne suis pas particulièrement prédisposé à la violence mais ce genre de cas arrive à peu près une fois par semaine.

Et là on arrive aux différences de tolérance que Klaus mettait en avant, de mon point de vue se contenter du coup de pompe était encore sympa quand la personne a clairement menacé ton intégrité physique, donc pour moi tu n'es pas en tort loin de là, imagine plutôt qu'à ta place ce jour là se serait tenu un gamin ou un vieillard qui n'a plus tes réflexes, il se serait passé quoi ?  ;)

Et puis si tu savais combien de coups de pompe je file à des caisses qui me coupent les virages ou empiètent sur ma voie, ou me font des refus de priorité dangereux quand je suis à moto tu culpabiliserais pas  :lol: C'est d'ailleurs la seule fois où j'ai eu une réponse plus soft (signe des doigts montrant les yeux à une personne qui a changé de voie sans regarder et que je n'ai pu éviter que parce que ma moto a une bonne réserve de puissance) que le mec est sorti de la voiture au feu suivant pour m'"agresser"  ::)

24 novembre 2018 à 15:46:27
Réponse #34

Personne(T.H)


c'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure a celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air cons...

Un con qui marche ira toujours plus loin qu’un intellectuel assis.

24 novembre 2018 à 16:58:04
Réponse #35

Baptistator


Et là on arrive aux différences de tolérance que Klaus mettait en avant, de mon point de vue se contenter du coup de pompe était encore sympa

Honnêtement quand le mec est sorti de la voiture j'étais plutôt énervé et quand le ton est monté je suis monté aussi. Quand les habitants sont sortis J'ai été frustré parce que j'étais parti pour péter la gueule à ce canard...

Ce n'est qu'une fois la pression redescendue que je me suis rendu compte que le mec devais faire deux fois mon poids et que j'aurais pas forcément été à mon avantage.

On va dire que les mecs du coin on bien fait de se pointer

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité