Nos Partenaires

Auteur Sujet: Tea time  (Lu 733 fois)

31 octobre 2018 à 23:50:20
Lu 733 fois

Achille


Bonjour. :)

Préambule : ce sujet sans prétention n’a pour objet que de faire partager un moment sympathique, un petit bol d’air à ceux qui n’ont pas l’opportunité de sortir.

En cette veille de Toussaint, il fait un grand soleil à l’extérieur. Je décide de quitter le confort douillet du fourneau de ma cuisine et d’aller me décrasser les neurones dehors. Le temps de m’habiller, de boucler mon sac et me voilà parti.

L’avantage d’habiter à la campagne est qu’il n’est pas nécessaire d’aller bien loin pour profiter de la nature. Je sors par la porte arrière de ma grange et j’emprunte la route communale pour quitter le village. Je continue au milieu des champs via les chemins de terre.  8)

Inutile de marcher longtemps pour ce que je veux faire, d’autant qu’il est déjà 16H00 et qu’avec le passage à l’heure d’hiver, la nuit tombe vite. Je trouve un coin tranquille à proximité d’une coupe de bois et je pose mon sac.

Je sors le matos coupant et je prépare le petit bois pour alimenter mon réchaud. Les bûcherons ont abandonné les plus petites branches en tas et il me suffit de tendre la main pour me servir.

Je garnis mon réchaud inox et glisse une demi-pastille d’Esbit au fond. Je sors mon Zippo de ma poche, l’allume et le présente sous le réchaud pour enflammer l’allume-feu. Le bois est mouillé mais il prend facilement. Par contre, qu’est-ce qu’il fume ! On doit me repérer de loin. Mais peu importe...  ::)

Je remplis ma petite bouilloire avec ma poche à eau et la pose sur le réchaud qui, pour le coup fume encore plus. J’apprécie mes gants en cuir qui me permettent de manipuler ces accessoires brûlants en toute sécurité. J’ajoute un sachet de thé.

PS : les photos sont en pièce jointe, il faut être connecté pour les voir.  ;)
« Modifié: 31 octobre 2018 à 23:57:46 par Achille »

31 octobre 2018 à 23:54:50
Réponse #1

Achille


Il n’y a plus qu’à servir et à déguster tranquillement. Assis sur mon carré de mousse, je profite de la sérénité du paysage.  :love:

Le temps passe vite et il me faut rentrer. Le soleil va se coucher. Je rince mes ustensiles de cuisine, je vide les braises du réchaud dans un coin de roche et je les arrose soigneusement. Enfin je remballe le matériel dans mon sac et je repars. Je profite des dernières lueurs du crépuscule pour rejoindre le chemin avant la nuit. Là, je peux continuer en toute sécurité malgré l’obscurité. Impossible de me perdre. La nuit est tombée complètement lorsque j’arrive au village.

Je rentre chez moi, satisfait de ma petite virée sans prétention.  8)

Histoire d’apporter un minimum de signal, je détaille ci-dessous mon habillement et mon équipement avec quelques commentaires.

Niveau habillement, rien que du classique :

- Boxer en synthétique
- Tee-shirt D4 en coton que j’ai gardé par flemme et dans lequel j’ai transpiré : j’aurais dû mettre un synthétique
- Chaussettes D4 de chasse en laine majoritaire bien épaisse et chaudes
- Polaire D4 de base suffisante pour la saison
- Pantalon D4 de chasse en coton : un basique. Sa composition en coton n’est pas l’idéal par temps de pluie ; ça tombe bien, il y avait du soleil ce jour-là
- Veste russe Gorka S : le vêtement de terrain par excellence, simple, rustique, solide, coupe vent, résistant à une petite pluie, avec une capuche bien pensée et des poches pratiques (ventrale pour le petit matos, chauffe main pour les gants, la scie..., carnier pour le carré de mousse) [Édit : achetée en novembre 2009]
- Casquette D4 basique en coton
- Bottes en caoutchouc Parcours Aigle : bonne tenue au pied, semelles confortables à la marche, un poil étroites désormais (avec l’âge les pieds s’aplatissent), elles m’accompagnent dans mes sorties et mes activités en extérieur depuis une vingtaine d’années. Un must ! Je voudrais les mêmes en version doublée pour temps froid, mais le prix pique un peu

Pour finir, le matos :

- Sac à dos Millet Epsilon de 30 litres avec trois poches extérieures et une poche sous rabat. C’est un vieux sac que j’avais acheté il y a peut-être 30 ans et que je n’ai jamais beaucoup utilisé. Je l’ai retrouvé au fond d’un placard. Il est suffisant pour des petites sorties. Ses poches permettent de stocker le petit matériel qui est ainsi facilement accessible. L’absence de sangle de poitrine que j’apprécie habituellement ne pose pas de problème sur ce sac vu l’emport et le poids limité
- Poncho Todomodo : en réserve en fond de sac le plus souvent, il n’a pas souffert et est encore utilisable malgré ses 7 ou 8 ans d’âge, contrairement à mon poncho ABL qui est totalement délaminé et à mon modèle BW qui a bien vécu (RIP, il faut absolument que j’en rachète un). J’apprécie sa face intérieure aluminisée qui permet en l’enfilant de se créer une bulle de chaleur lors des pauses par temps froid. J’ai par contre des doutes sur son imperméabilité. À vérifier.
- Couverture de survie lourde munie d’un mètre de paracorde sur chacun de ses quatre œillets : sert de tapis de sol, mini tarp, sit-pad, etc. Indispensable ! Elle commence à être bien usée et rapiécée.
Posé sur la Space blanket :
- Une boite de petites pastilles Esbit pour simplifier l’allumage du réchaud. Alternative : un lot de cotons à démaquiller imbibés d’huile dans un ziplock fait parfaitement l’affaire
- Sitpad taillé dans un matelas mousse D4. Pour s’asseoir, bosser à genou sans se salir ou se mouiller, ventiler son réchaud... Ne pèse rien, ne coûte rien, il peut être à la limite remplacé par la space blanket repliée.
- Sur le sitpad, dans un sachet orange de récup, mon hamac filet. Très pratique pour se poser quand tout est détrempé, peut servir de siège ou pour une sieste improvisée.
- Lot de cordelettes, paracorde et dynema (suivant ce qui me tombe sous la main) : si nécessaire pour monter la Space blanket en abri en cas de pluie
- Poche à eau MSR de 6 litres, rarement remplie à bloc (mais qui peut le plus peut le moins). Très solide, son bouchon à débit variable est des plus pratique.
Sur l’outre :
- Petite bouilloire Primus dans sa housse de rangement, idéale pour faire bouillir de l’eau rapidement grâce à sa forme plus large que haute.
- Réchaud à bois dans un sachet plastique. Les vieux briscards auront naturellement reconnu l’égouttoir Ik*a à 2 balles. Simple et efficace, il avale du bois humide sans broncher mais avec force fumée. Moins performant sans doute en terme de chrono qu’un modèle à double paroi, il compense par son caractère totalement idiotproof : un allume-feu au fond, on remplit de bouts de bois et on allume par le cul.
Sur la Gorka, de haut en bas :
- Bonnet en laine : l’accessoire indispensable contre l’hypothermie à toujours avoir sur soi
- Petit buff, complément du bonnet
- Casquette D4 sur la tête en permanence : protège du soleil, d’une petite pluie, des branches basses dans le visage. Je ne saurais m’en passer que pour enfiler le bonnet
- Bout de savon d’Alep dans son ziplock : pour se laver les mains avec la poche à eau suspendue et son bouchon réglé sur petit débit
- Gratounette et son ziplock pour faire (jamais !) la vaisselle sur le terrain. Je pourrais m’en passer.
- Gants en cuir fin : pour manipuler le réchaud, la bouilloire ou le mug sur le feu sans se brûler, pour bricoler... Indispensables !
- Scie d’élagage Bahco : son extrémité orange la rend bien visible sur le terrain. Elle coupe en poussant et en tirant, idéale pour les fainéants
- Couteau Mora N°1 dont j’ai toxifié le manche pour améliorer le grip et limiter les risques de dérapage des doigts vers la lame. Celui-là ou un autre, peu importe.
- Briquet Zippo pratique pour allumer le réchaud par le bas. L’essence étant volatile par nature, s’assurer de refaire le plein avant de sortir
- Kit feu de secours accroché par un mousqueton à la boutonnière de la poche ventrale de la Gorka : firesteel, briquet Bic sécurisé par un collier de serrage, avec une réserve de tape et de chambre à air, plus un œuf remplis de coton vaseliné, ainsi qu’un sifflet - boussole - thermomètre D4
- 2 paquets de mouchoirs en papier pour se torcher, allumer un feu, compresser une plaie, voire se moucher. Un basique incontournable
- Tasse pliante en plastique fold-a-cup que je possède depuis 35 ans environ. Le complément parfait de la bouilloire pour boire le thé. Éventuellement, selon l’humeur du moment, un simple mug en titane avec son couvercle remplace ces deux contenants
« Modifié: 01 novembre 2018 à 22:45:17 par Achille »

01 novembre 2018 à 13:42:23
Réponse #2

Rantanplan


Très sympa ton retour. C'est aussi ce que je pratique comme sorties...

Citer
Je remplis ma petite bouilloire avec ma poche à eau et la pose sur le réchaud qui, pour le coup fume encore plus.

J'adore ce réchaud idiot proof comme tu dis.

Le plus important: laisser un espace entre le fond de ta bouilloire et le rebord du réchaud. Sois tu bricoles un rehausseur en "X". Soit tu tords des pics à brochette en "U"

Bricoler des pieds ou poser le réchaud sur des cailloux améliore la circulation de l'air.

Je te fais des photos, c'est pas clair...

Citer
Bottes en caoutchouc Parcours Aigle : bonne tenue au pied, semelles confortables à la marche, un poil étroites désormais (avec l’âge les pieds s’aplatissent), elles m’accompagnent dans mes sorties et mes activités en extérieur depuis une vingtaine d’années. Un must ! Je voudrais les mêmes en version doublée pour temps froid, mais le prix pique un peu

Tu chausses du combien ? J'ai eu des soucis de santé aux pieds et je dois désormais porter des semelles ortho... ce qui rend mes bottes aigles doublées néoprène trop petites... Si ça peut faire un heureux... 

01 novembre 2018 à 13:49:30
Réponse #3

b@s


On pratique parfois (pas assez souvent d'ailleurs) le gouter en famille, dans la foret pas loin de chez nous, ou le pique nique du soir. je ne prends pas le réchaud, mais j'avoues que tu m'as bine tenté ;# je vais tester un de ces 4.

tu l'as trouvée où la gorka ?

01 novembre 2018 à 14:05:34
Réponse #4

Rantanplan


Ci joint:

Photo 1&2
Les attaches en "U" qui rehaussent de 5mm la popote. Cela fait la différence entre beaucoup de fumée et aucune fumée !  :o

Photo 3&4
La rehausse en "X" envoyé par un pote et même pas encore testée... (j'ai honte).

Photo 5
Le fait de couper la  lèvre supérieure du réchaud + encoche permet d'encastrer une popote de 1L
https://www.highmobilitygear.com/toaks-titanium-1100ml-pot-with-bail-handle-c2x15467047
Tu as un espace entre le fond de la popote et celle du réchaud. Juste assez pour y caser des pastilles esbit  ;).

Photo 6&7
Système de pieds pour isoler de l'humidité du sol, évacuer les cendres et améliorer la circulation de l'air.
Bricolé à partir de colliers de plomberie (pour fixer les tuyaux aux murs)

01 novembre 2018 à 14:07:08
Réponse #5

Rantanplan



01 novembre 2018 à 16:17:49
Réponse #6

Achille


J'adore ce réchaud idiot proof comme tu dis.

Le plus important: laisser un espace entre le fond de ta bouilloire et le rebord du réchaud. Sois tu bricoles un rehausseur en "X". Soit tu tords des pics à brochette en "U"

Bricoler des pieds ou poser le réchaud sur des cailloux améliore la circulation de l'air.

J’ai vu des tutos pour améliorer ce réchaud et il y a plein de modifs possibles en effet. Je n’ai jamais pris le temps de m’en occuper (j’en ai peut-être trop bricolé auparavant  ::)) et je me contente de m’en servir tel quel. Si nécessaire, je place deux bouts de bois sur le dessus du réchaud pour surélever ma bouilloire et c’est bon. Pour la ventilation basse, je le pose sur une pierre plate ou j’intercale deux morceaux de bois.

Note : avec mon mug de 700 ml, il n’y a pas de souci vu que son diamètre est inférieur à celui de réchaud. Je le pose sur deux sardines glissés dans les trous supérieurs de ce dernier.

Citer
Tu chausses du combien ? J'ai eu des soucis de santé aux pieds et je dois désormais porter des semelles ortho... ce qui rend mes bottes aigles doublées néoprène trop petites... Si ça peut faire un heureux...

J’ai aussi des semelles orthopédiques mais je ne peux même pas les mettre avec mes bottes ! Merci pour ta proposition.  :up: Mes bottes actuelles sont en taille 41. Il me faudrait du 42 sans doute. Je me tâte pour d’autres modèles : Le Chameau peut-être ?


tu l'as trouvée où la gorka ?

Achetée sur http://www.soviet-propaganda.com/index.php/russian-military-clothing/gorka-suits/gorka-s-sposn.html;)

Il y a un sujet consacré à cette tenue :
http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,4236.0.html

Édit : mise à jour du lien pour l’achat de la Gorka
« Modifié: 02 novembre 2018 à 00:42:54 par Achille »

01 novembre 2018 à 16:30:18
Réponse #7

Hurgoz


Yop,

Merci pour la balade Achille.  :up:

Question: tu as quelque chose à mettre sous ton réchaud pour éviter que les braises ne finissent au sol? (là, j'ai bien vue au tu es sur un rocher, mais ça n'empêche pas les braises de tomber et rouler, ou de ne pas trouver de rocher...et du coup pas de café  :o))

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

01 novembre 2018 à 16:53:35
Réponse #8

Achille


Dans le (tout) petit secteur où je traîne (sud du Jura), ce ne sont pas les pierres qui manquent. Au pire, je dégage un coin de terre et je n’ai jamais eu de risque particulier. Il y a quelques cendres qui tombent et chauffent le sol sous le réchaud mais rien de problématique. C’est nettement moins pire en terme d’empreinte au sol et de danger qu’un petit feu de camp.

Naturellement, je ne sors pas mon réchaud par temps très sec pour éviter tout risque.  ;)

01 novembre 2018 à 17:22:27
Réponse #9

Merlin06


C'est le parfait exemple de l'aventure à portée de main. L'étincelle qui fait sortir de devant l'écran et passer un bon moment avec sa part d'inconnu.  :up:
L'âme sûre ruse mal. ;)

01 novembre 2018 à 21:36:37
Réponse #10

Tompouss


Pas mal comme nom de sujet pour aborder de courtes sorties, ça me trottait depuis un moment d'en ouvrir un (CF. post dans graisses et engrenages)

Je vois que les grands esprits se rencontrent aussi en matière de réchauds, bien que je préfère mon thé dans les arbres et mon café bien noir  ;#

Du coup je prend la suite pour vous narrer mes deux dernières sorties dans la verte.

Nous sommes un beau mercredi d'octobre et après avoir passé la journée à me languir derrière mes foutus écrans d'ordinateur (arbeit arbeit qu'ils disaient  ::)) je met son harnais au chien, attrape ma doudoune légère et file vers la forêt.

Tout comme Achille pas besoin d'aller loin, elle débute à 200m derrière ma maison  :love:

A peine entré dans le bois que je constate que les noyers noirs sont en train de perdre leur fruits. La présence de ces arbres m'avait pas mal surpris la première fois (je sais en situer une bonne dizaine dans les forêts non loin de chez moi). Leur fruits, bien que comestibles, sont très dur à obtenir et ont un goût très fort, il faut aimer quoi... Il paraît que c'est meilleur dans des pâtisseries. Et oui Kaya me rend toujours autant maboul avec son automatôme, déjà deux opérations, on lui fait enlever les fils demain, pourvu que ça se soit bien résorbé.








Je continue mon chemin et je débouche bientôt sur les abords de la rivière que je décide de longer vers le chemin du retour, les colverts se marrent en me voyant (mais si imaginez leur coin coin coin on dirait toujours qu'ils se fendent la poire). Je ne peux m'empêcher de frotter des cônes de houblons sauvages à chaque fois que j'en croise un, il est malheureusement un peu tard pour la récolte mais je suis tombé sur un pied avec des notes d'agrumes et de fruits exotiques à tomber par terre, celui là en septembre prochain il va me faire une sacré bière  :love:



Je chercherai aussi quelques champignons, sans en ramasser car je suis franchement mauvais pour les identifier, bien que je repère ce qui me semble être des rosés des prés.



Je finis par arriver à la maison, put**n que c'est bon pour décompresser un petit tour dans la verte  :love:

La seconde sortie c'était samedi dernier, une petite journée de pêche à la carpe à une canne sur la rivière. Levé bien avant l'aube je m'habille chaudement, je passe faire un coucou à la boulangère et go à la rivière. Je marche dans la pâle clarté du lever de soleil, la journée s'annonce pluvieux et qui est le c*n qui n'a pas pris son tarp pour partir "léger" ?

J'arrive bientôt sur un spot prometteur, je constate que les inondations de l'hiver ont fait des ravages en termes d'érosion. J'esche un appât, place mon montage, amorce un peu et me pose sur mon tapis de sol et, la fatigue de la semaine me rattrapant, je finis par m'assoupir aux doux sons de la nature. Ce n'est pas mon détecteur qui me réveillera mais une goutte de pluie. (j'entend mon tarp qui se marre à la maison)


Fort heureusement ce n'est qu'une pisse d'oiseau, je décide d'attaquer le second petit dèj. Je sors le réchaud à bois, un peu de feuilles de roseaux bien secs, quelques fines branches et du bois sec. J'avais des doutes sur le GSI javadrip au début mais en fait j'ai trouvé une méthode idiotproof.



- mettre le café dans le fond de la popote
- mette la flotte en remuant (mouvement du poignet)
- placer ça à chauffer jusqu'à ébullition
- verser à travers le filtre (le couvercle de ma pasta pot est génial pour cet usage car il retient le plus gros des grains)

Finalement je ne prends plus ma bialeti, le café est aussi bon comme ça pour bien moins de poids.
Je savoure mon second petit dej, allongé au bord de l'eau.



Le reste de la journée sera calme à souhait, malheureusement en termes de pêche aussi  :lol:

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité