Nos Partenaires

Auteur Sujet: Gestion des menstruations en milieu dégradé  (Lu 320 fois)

24 octobre 2018 à 13:28:24
Lu 320 fois

Klaus


Bonjour à toutes et à tous,

Dans une réflexion générale sur l'hygiène en zone "hors-confort" - qui je trouve ressort peu dans les discussion alors que c'est plus que primordial - l'excellent sujet sur la gestion de son évacuation lors du passage de l'ouragan Florence par Raiderscout a relancé une réflexion que nous avions commencé à avoir ma compagne et moi sur la gestion des mestruations - les règles - dans un contexte dégradé.

C'est sûr que c'est moins viril que de parler de la taille de son couteau ( ;#), c'est sûr que ça ne pourrait a priori ne pas concerner les gros couillus que nous sommes et qui composent une très grande majorité de ce forum (re- ;#), mais quand on doit partir pour se protéger, on part le cas échéant avec sa douce et on a envie que ça se passe bien pour tout le monde... c'est-à-dire de pas laisser madame se saigner dessus dans le pantalon pendant plusieurs jours une fois par mois.

A noter que cette réflexion s'insère aussi dans les domaines du forum concernant la survie en milieu naturel, la vie sauvage, la santé et l'écologie/respect de la nature. J'ai choisi de poster dans cette rubrique car au final, qui peut le plus peut le moins, et donc si ça fonctionne quand ça part en vrille, ça fonctionne tout le temps. Si la modération veut déplacer le topic dans une catégorie qui semble plus adaptée, pas de souci!




A l'heure actuelle, il existe quatre façons de gérer les règles: les tampons, les serviettes jetables, les serviettes lavables et les coupes.


On va commencer par le pire, les tampons. Et par exemple le visionnage du reportage Tampon, notre ennemi intime diffusé sur France5 en avril 2017: https://www.youtube.com/watch?v=BBWXQi2wScs
Bon, c'est affligeant, niveau santé c'est la m*rde, etc. Mais en situation d'urgence? Bah pas top non plus, j'ai envie de dire! Le tampon a plusieurs désavantages, et son principal c'est qu'il prend l'eau - c'est d'ailleurs sa fonction première que d'absorber du liquide. Il nécessite donc un emballage particulièrement méticuleux, type zip-lock: une fuite et le stock entier est foutu. De plus, il prend de la place et n'est pas compressible. On pourra prévoir une semaine de tampon dans le sac à dos, mais guère plus si on veut vraiment rationnaliser son emport. Enfin, le tampon utilisé doit être jeté, et quand on est dans la nature, cela ne signifie qu'une chose: une pochette étanche de plus pour le stocker, sachant qu'il prend plus de place usagé que neuf et qu'il présente des risques de fuites et d'hygiène (je ne vous fais pas de dessin). Le seul avantage, pour être honnête, c'est qu'il est possible d'aller dans l'eau avec (à la condition d'en changer immédiatement après).


Les serviettes jetables, même si elles sont très certainement composées des mêmes saloperies que les tampons, ont un moindre impact sur la santé vu qu'elle ne sont pas insérée dans une muqueuse. C'est déjà ça de gagné! Ceci étant, hormis leur capacité à mieux être casable dans un sac, elles présentent les mêmes désavantages que les tampons par rapport à leur hydrophilie et à la gestion des déchets. De plus, impossibilité pour l'utilisatrice de se foutre à l'eau avec!


Les serviettes hygiéniques lavables fonctionnent sur le même principe que les serviettes jetables. Leur principal avantage sur ces dernières sont qu'elles sont réutilisables et permettent de se dispenser de la gestion des déchets. Une fois utilisées, il suffit de les replier et de les clipser, dans l'attente du lavage. Elles sont donc à considérer comme un vêtement de ce point de vue-là, ce qui n'est pas rien. Elles se trouvent en coton biologique. Tout comme les jetables, elles ne permettent pas l'immersion.



Les coupes menstruelles sont une sorte de petit entonnoir en silicone chirurgical qui s'insère dans le vagin, comme un tampon, et qui reccueille le flux menstruel. Après environ 8h, on doit les vider, les rincer et les réinsérer. Elles sont réutilisables pendant plusieurs années (à voir selon la tenue dans le temps spécifique à l'utilisation).
Elles présentent donc l'avantage d'un faible encombrement (un seul volume pour plusieurs utilisations), de ne pas (trop) craindre les conditions de stockage (humidité, etc.), de ne pas produire de déchets, de ne pas nécessiter d'entretien à part un rinçage à l'eau propre (stérilisable à l'eau bouillante), de permettre l'immersion de l'utilisatrice dans l'eau sans conséquence, et accessoirement d'être d'un coût dérisoire par rapport à leur longévité.
Elles représentent en ce sens la meilleure option de gestion des menstruations, que ce soit en contexte dégradé et a fortiori au quotidien.




100% des femmes de notre entourage avec qui le sujet a été abordé ont été intéressées par cette solution. J'ai pour l'instant trois retours d'utilisatrices de 20, 35 et 43 ans: il n'y aura pas de retour en arrière au jetable, et les serviettes lavables, quand elles ont déjà été testées, sont conservées mais uniquement au titre de backup.


En espérant que ce sujet permettra de prolonger la vie - du moins la vie confortable - des femmes de ce forum ou de nos entourages.

Klaus
Hic et nunc, age quod agis et memento mori

24 octobre 2018 à 14:02:02
Réponse #1

Ptifred


Tout à fait d'accord!
Ma conjointe utilise la coupe menstruelle depuis pas mal d'années, et aucun retour en arrière de prévu. Il n'y a rien de mieux selon elle, facile à utiliser, à transporter, un seul objet à acheter (aucune idée de sa durée de vie, mais cela doit être très long) et cela ne produit aucun déchet. Pas de risque d'oublier d'en acheter, pas besoin de faire un stock au cas où, etc.

24 octobre 2018 à 14:03:54
Réponse #2

Baptistator


Intéressant. N'étant pas une femme je ne peux pas juger mais nul doute que ce sera utile.

Après pour apporter ma pierre à l'édifice il semblerait que chez certaines femmes les règles soient interrompues en cas de situation stressante prolongée (donc potentiellement en situation de survie) mais aussi en cas de déficit alimentaire ou d'activité physique intense prolongée (grande sportive).

Je sais pas si c'est généralisable, les lectrices donnerons leur avis. Je me base pour dire cela sur mon expérience avec certaines de mes ex ainsi que sur certains récit de femmes rescapées des camps de concentration.

Donc ça peut être valable dans les cas de survie en environnement fortement dégradé mais pas pour une sortie bushcraft ou une grande rando en autonomie

26 octobre 2018 à 19:48:34
Réponse #3

Rosetta


La coupe, c'est plutôt confortable et pratique, mais il faut quand même pas rogner sur l'hygiène et avoir de quoi rincer le bouzin correctement.
Après, je ne sais pas si vous en avez entendu parler, mais certaines femmes, semble-t-il, parviennent à se passer tout à fait de protection et à gérer leur flux. 
Exemple de témoignage sur le "Free Flow instinct" ici : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1378129-ni-tampon-ni-serviette-je-vis-sans-protection-pendant-mes-regles-vive-le-flux-instinctif.html

J'ai trouvé quelques autres témoignages, dont des ratages complets, chez des femmes dont le flux est important surtout. Une idée à tester peut-être pour celles qui se sentent l'âme aventurière.
a bove ante ab asino retro a stulto undique caveto

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité