Nos Partenaires

Auteur Sujet: Les boulets de la survie...  (Lu 2165 fois)

27 octobre 2018 à 13:10:51
Réponse #25

Merlin06


C'est marrant ça, Bibichka nous avait fait un truc du genre pendant la virée forum dans les Cévennes en 2015. Elle est partie faire des photos à la nuit tombante, à un endroit où les falaises se chevauchent et avec juste son kit tour de cou.
Le sifflet nous a permis de la retrouver.  :love: ;#

La Chartreuse c'est bien.  ;)
L'âme sûre ruse mal. ;)

27 octobre 2018 à 14:29:00
Réponse #26

Utopie


Bon je me lance...

J'ai fait une formation il y a 25 ans destiné aux technicien forestiers professionnels : Gestion patrimoniale des espaces boisées. Dans le cadre de la formation nous avions un voyage d'étude au printemps en Roumanie dans les Carpates étudier la forêt primaire : là ou la main de l'homme n'a jamais mis le pied.

Arriver à destination dans une maison forestière, un garde chasse et un garde forestier devait nous emmener entre autre le lendemain sur le terrain. Ils n'avaient pas très envie de travailler et se sont mis dans l'idée de nous bourrer la gueule pour que l'on déclare forfait à 5 heures du matin heure du départ prévu.

On a bien bu. Du bien costaud mais on ne la fait pas aux forestiers de France. Moi je ne suis même pas aller me coucher. Nuit blanche aller hop on y va. Au petit matin, le garde forestier roumain ne marchait pas droit devant moi. J'avais un peu peur qu'il me tombe dessus dans les pentes mais bon... On dessoûle vite en marchant...

Mission du jour, sortie faune avec essaie de trouver des traces d'ours de loups de lynx... Bref. Programme plutôt sympa. Après 2 heures de marche un mec de la formation se tord la cheville et se fait une entorse. Le garde chasse et le garde forestier local lui disent de patienter sur un cailloux. Il parait que 200 mètres plus loin il y a des coqs de bruyères. L'idée, il ne bouge pas, on va voir et on revient le chercher.

Effectivement on voit un coq bordel, puis des traces de lynx puis des traces d'ours... On les compare avec nos pieds. C'est gros bordel. Subjugué par tant de diversité on oublie l'heure, le chemin. On a un peu d'eau, un peu à manger mais on est perdu. Complètement perdu.

C'est seulement à la tombé de la nuit que nous retrouvons le refuge et là... m*rde le mec !!! On l'a oublié !!! Je ne brillait pas. Nous nous étions complètement reposer sur les gardes locaux, stressé par le fait d'être perdu et déjà bien occupé à tenir physiquement la journée.

Le mec est réapparu une demi-heure plus tard. Il s'était fait une béquille et était rentré par le même chemin. C'était un forestier d'une quarantaine d'année. Ca m'avait frappé parce qu'il pleurait en arrivant. Il avait eu très peur (j'aurais été à ramassé à la petite cuillère à sa place). La veille on avait fait un affût à l'ours qui cherche de la viande à la sortie de l'hibernation.

De ce jour, j'ai compris que les forêts avec des vrais prédateurs ce n'est plus la même chose que nos forêts. On ne s'y déplace plus pareil. Nos actes n'ont pas du tout la même conséquence. Garde chasse ou garde forestier tous le monde est armé la-bas.

Autre constat, l'alcool ca ne rend pas intelligent. C'est certain.

Il n'y a que les poissons morts qui suivent le courant

27 octobre 2018 à 19:17:21
Réponse #27

Bibichka


Pour expliciter un peu les propos de Merlin,
Lors de la sortie forum en 2015 en Lozère, j'étais partie seule faire quelques photos;
J'en avais informé le groupe et devais être de retour dans une quarantaine de minutes grand maximum.

Je commençais à grimper pour prendre de la hauteur et profiter de la vue ...
Le spectacle du soleil couchant sur les causses était magique et mon attention en était toute absorbée.

 Je continuais à grimper par un petit sentier ou plutôt une trace à travers la végétation,
le regard toujours autant dédié à la photographie.

Au bout de quelques minutes dans les dernières lueurs du jour , ce qui apparaissait comme un chemin absolument évident à l'allée n'en était plus un au retour ...
Avec la baisse de luminosité, tout avait changé autour de moi , les perspectives et ombres n'étaient plus les mêmes. :ohmy:

En cherchant ce fameux sentier , je me rendis vite compte que j'étais perdue...
et qu'il m'était impossible de définir à quel "étage " je pouvais être par rapport au groupe.

Je savais que je devais me diriger vers le Nord pour les retrouver ce que je parvins à faire facilement...

Une autre idée à la con m'avait traversé l'esprit aussi : Peut-être pouvais-je continuer de grimper jusqu'en haut pour avoir une vue d'ensemble ?? mais finalement, le projet me sembla trop ambitieux et trop fatiguant voire complétement inutile et bête.

Je restais donc à ce niveau et comme  j'avais un sifflet autour de mon cou accroché à un kit (couteau -bois gras- briquet- mini lampe- duktape) je m'en suis servie de toutes mes forces ...
et au bout de quelques minutes seulement , j'ai eu un retour de sifflet de Merlin... :doubleup:

 Nous nous sommes répondus encore une bonne dizaine de minutes quand même jusqu'à pouvoir nous retrouver et retourner ensemble au camp de base, pas très fière de ma mésaventure pour ma part :'(

Je n'ai pas paniqué sachant que Merlin et le groupe étaient informés de mon escapade solitaire.
J'avoue avoir compté sur leur vigilance et bienveillance ... Merci les copains !!  :love:

Depuis, je fais plus attention à mon environnement et davantage encore lorsque je pars shooter seule. Nous avions pensé à un code pour le sifflet , toujours pas mis en place ... hum hum  ;#




"Qui lèche le couteau, se coupera bientôt la langue " Proverbe ukrainien

30 octobre 2018 à 07:57:20
Réponse #28

Baptistator


Bon je me lance...

J'ai fait une formation il y a 25 ans destiné aux technicien forestiers professionnels : Gestion patrimoniale des espaces boisées. Dans le cadre de la formation nous avions un voyage d'étude au printemps en Roumanie dans les Carpates étudier la forêt primaire

Je suis ancien forestier aussi, j'ai pas fait la Roumanie mais j'ai fait l'onf. ..

Je garde en souvenir d'un stage avec l'onf en plein hivers. Des agents à l'ancienne qui nous attaquaient à l'armagnac dans le café et nous offraient le vin pour remplir nos gourdes.
Ils passaient même parfois en 4x4 nous réapprovisionner ou nous donner un café corsé chaud. Ce qui est toujours appréciable quand la température ne passe jamais en positif et qu'on cube dans la neige.

Mais l'alcool nous a vite émoussés et au bout de 15jours à ce rythme on était pas en bon état.

Au milieu du stage on a perdu l'entièreté de l'équipe topo. Les gars étaient partis dans l'idée qu'ils auraient juste à suivre le topofil pour rentrer, sauf que :
- Après plusieurs jours d'arpentage, du topofil il y en a partout.
- le topofil blanc sur sol gelé c'est quasi invisible
- à la nuit tombante on y vois encore moins.

On à mis deux heures à les retrouver.

Et pour nous remercier ils nous ont payé à boire...

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité