Nos Partenaires

Auteur Sujet: Semi autonomie sur petit terrain ?  (Lu 3310 fois)

30 juillet 2018 à 21:56:32
Réponse #25

Campeur


je me suis installé, il y a un an sur 1.6ha de terrain. le but c'était d'être relativement autonome au niveau alimentaire. je partais sur 4000 m2 de maraîchage avec un bon tiers en arboriculture et le reste en "permaculture". je consommais ce que j'avais à consommer et le reste partais à la vente en circuit court. Ma femme trouvait un boulot et le tour était joué... je ne suis pas du métier et j'avais une petite pratique en jardinage

aujourd'hui, je cultive moins de 1000m2, je m'aperçois que je n'y connais rien en maraichage et que c'est un métier hyper technique, que la permaculture, c'est bien pour les petites surfaces voire les très petites surfaces... etc etc ...

1ère question :

quel âge avez vous toi et ta compagne? même en bonne forme physique, on envoie pas à 20 ans comme à 50 (l'année prochaine pour moi)

2ème question :

le terrain que tu vises est à priori calcaire... à quel point ? beaucoup de pierres ? pour le désherbage (50 % de ton temps en maraîchage, c'est super galère dans un terrain pierreux, il faut tout faire à la main). Le calcaire est - il actif ? si oui, même si les nutriments sont la, les plantes ne pourront y accéder (100 € l'analyse de sol). certains légumes ne supportent pas le calcaire.

3ème  question:

si ton terrain est calcaire et pierreux,il est extrêmement drainant. l'irrigation est la clé en maraîchage...sans eau, c'est la fin des haricots au sens propre comme au figuré. y a t'il un forage sur le terrain ?

4ème question :

concernant les circuits courts... es tu du métier? quand on est pas agriculteur, c'est difficile de creuser son trou... as tu déjà établi des contacts ? si tu n'es pas de la région, tu es un étranger et tu peux générer des jalousies,voire une totale indifférence...

5ème question ;

avez vous des enfants ? de quel âge ? êtes vous prêts, eux aussi à vivre avec très peu ? voire à tirer un trait sur votre niveau de vie actuel ? ... un maraîcher en moyenne, c'est du 4 € de l'heure.

6ème question :

envisages tu de faire l'achat d'une chambre froide pour conserver tes légumes ? tu as beau planter avec des écarts, tout arrive en même temps

7ème question :

pour le petit élévage... cochons, poules et poulets et autres, l'intérêt est de planter soi même la nourriture qu'ils consomment. J'ai récemment suivi une formation pour élever des poules pondeuses... leur alimentation se compte en tonne, pour 250 poules, pour 600 € par mois...en ce qui concerneles cochons, c'est pire.

Bon j'arrête de faire le casseur de rêve, mais aujourd'hui, je cherche du boulot pour assurer la vie de ma famille. je ne parle pas de survie, parce que ça, c'est bon ! mais jusqu'à nouvel ordre le monde ne s'est pas écroulé et on ne parle pas de survie. Si la monde s'écroulait je serai le roi du monde, mais aujourd'hui je suis pauvre comme Job... je sais pas si je suis clair en disant ça  ;#
« Modifié: 30 juillet 2018 à 22:17:36 par Campeur »
"Posséder les arts de la paix mais non ceux de la guerre, c'est un manque de courage...posséder les arts de la guerre mais non ceux de la paix, c'est un manque de sagesse" Wang Yang Ming (1472 - 1529)

31 juillet 2018 à 09:21:33
Réponse #26

Baptistator


Pour répondre à tes questions et donner quelques nouvelles.

Moi et ma compagne avons la trentaine , pas d'enfant et pas l'intention d'en avoir. Nous vivons actuellement en camion donc un terrain représente plutôt une augmentation de notre train de vie.
Nous travaillons tout les deux, éventuellement si le terrain donne bien un des deux arrêtera de bosser pour s'en occuper à plein temps.

Ensuite je n'envisage pas pour l'instant de vendre ma production. Si j'arrive à en vivre ça sera déjà pas mal. Éventuellement troc de légumes et autres contre services.

Nous venons de trouver un terrain qui répond à nos attentes :
4500m2 bien entretenu avec déjà un verger en pleine production. Entièrement clôturé, pas aussi isolé que j'aurais voulu mais déjà bien tranquille. Terre sablo-légèrement limoneuse donc bien drainante (le problème dans la région c'est plus l'engorgement des sols en hiver) et acide... (je sais pas comment on s'est débrouillé, c'est le seul terrain acide qu'on a trouvé dans la région).
Il a déjà une grande (par rapport au camion) cabane habitable et l'accès à l'eau courante, ce qui sera bien pour débuter.

On viens juste de dire au propriétaire qu'on souhaite l'acheter donc rien de bien confirmé pour l'instant

14 août 2018 à 16:27:19
Réponse #27

olivcody


j'ai un ami foreur qui m'a dit que en gros c'est 100 euros les 10 metres de forage pour un puits. avec le reste de la prestation (puisatier, materiel...) c'est 1000 euros pour 50metres
perso je voulais opter pour la citerne beton enterrée. mais à 5000 euros le chantier pour 10m cubes le puits est avantageux. meme à 40m (dans mon coin)
mon dernier soucis est que je suis dans le libournais (vignes) donc je crains que l'eau du sous sol soit pollué.

pour ton projet d'autonomie, la seule contrainte est ton confort.
je suis tombé sur une video youtube hier soir

"etre sans avoir....mais pas pauvre"

le gars à été "obligé" de souscrire au RSA pour avoir la garde des enfants, sinon c’était la DASS.
donc maintenant ils partent en vacances grâce à l'argent des allocs qu'ils n'ont pas voulu à la base.
ils reconnaissent que l'autonomie, je dirais plutot l'autarcie, est utopique mais pas impossible.

perso pour la viande, j'opterais pour un agneau au printemps, que tu fais brouter un peu partout (la nouvelle tondeuse des mairies ecolos) et tu l'abat à l'automne. un congelo est bien utile à ce moment là.

sinon, pour deux adultes 3 poules suffisent pour une omelette quotidienne car en effet, ça bouffe une poule.
l'ideal est de trouver un cerealier pas loin de chez toi.

pour le potager, tu l'as dit toi meme, y a tout et son contraire sur le net. je vais commencer avec 200m² pour faire pousser le plus facile (tomates, poids, salades, oignons etc) avec l'idée de rester sur cette surface mais en greffant d'autres cultures a mesure que mon experience grandit sur le principe d'association permaculturelle.

pour la maison, tu as l'exemple de la maison 3E de patrick Barronet

14 octobre 2018 à 13:38:47
Réponse #28

Troll


Hello,

Voici quelques idées intéressantes ici.

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

14 octobre 2018 à 14:51:51
Réponse #29

éternel débutant


Attention tout de même a l'agneau que l'on prévoie d'abattre a l'automne, il devient souvent trop mignon et il n'est pas si facile de sortir les couteaux du tiroir. Tuer un animal n'est pas à la porté de tous le monde (et je le respecte ). L'agneau en question peut alors devenir une charge en plus non négligeable. ( et puis sa aime tous ce qui ce cultive dans un jardin ).
 Il faut aussi penser au stockage de la viande qui peux nécessiter un congélateur.
 
Un agneau qui arrive au printemps (mars avril), s'il est sevré (70 jours) peut être abattu au mois d’août voir même avant s'il a été nourri correctement. (fonction de la race et du spécimen), en général pour un animal qui n'est nourri qu'exclusivement avec de l'herbe il faut compter environ six mois.

En espérant avoir été utile

16 octobre 2018 à 08:46:45
Réponse #30

Baptistator


J'avais pas vu qu'il y avais des réponses...

Petit tour sur le terrain ce week end (on signe début novembre) on est tombé sur un crane de magasin et un crane de fouine visiblement il y a déjà des locataires...

Pour un animal à viande j'y avais déjà pensé mais pas un agneau (j'ai fais quelques mois comme berger, j'ai maintenant une certaine haine de ces bêtes la). Je pensais à un cochon chinois ou autre cochon nain.

Je n'ai personnellement aucun problème à tuer (Ça à été une grande partie de mon boulot en centre de sauvegarde) mais ma compagne ne veut pas en entendre parler. Et pour l'instant on a pas de moyen de conserver de la viande à long terme

06 novembre 2018 à 20:24:39
Réponse #31

olivcody


la viande n'est pas une necessité au quotidien. tu peux essayer de rentrer dans une assoc de chasse et de temps en temps tu te fais un steack et tu seche une partie de la viande.
le cochon est tres bien dans une ferme. peu d'entretien si il a de la nouriiture à volonté (donc à produire)

idem pour les poules, un coq avec 5 poules et c'est beaucoup de poussins par an. avec du terrain elles trouvent 70% de leur alimentation.


06 novembre 2018 à 21:55:05
Réponse #32

éternel débutant


Pour la conservation, ça peut ce faire par stérilisation en bocaux en verre.
Sinon c'est claire que les poules font partis des animaux les plus simples a s'occuper. Par contre en ce qui concerne les couvés ça dépend pas mal des races. Bien souvent les poules les plus répandue (celle qui ponde le plus donc) ne sont pas celle qui couve le mieux.
Ce que j'ai souvent vu c'est que la poule qui couve sort pour manger, pendant ce temps une autres prend sa place pour pondre et l'autres revient, comme sa place est occupé, elle se met dans le pondoir d'a coté et bien souvent a partir de ce moment c'est foutue.
Ce qui c'est toujours passé chez moi c'est que finalement les poules qui faisait des poussins sont celle qui étaient toujours sauvé, elle pondait tranquille dans un coin et un jours tu la voie sortir avec toute sa suite. Sauf que qui dit poule dehors dit saloperie de poule qui va gratté et picoré la ou il faut pas :down:..... pas si facile la cohabitation.... (en tous chez moi)


07 novembre 2018 à 09:01:02
Réponse #33

Puk


Bonjour,

Pour les poules, d'expérience les meilleures couveuses que j'ai observé : les poules naines.
De vrai couveuse qui ne quitte pas le nid, voire quitte le groupe pour couver tranquille. J'ai souvenir d'une poule qui s'était mise de l'autre côté du grillage qui servait d'enclos dans de l'herbe haute et qui avait niché avec une vingtaine d’œufs sans être plus abritée que son immobilité dans ces herbes hautes.

Par contre avec les poules naines... l'enclos leur permet d'avoir un espace sécurisé mais pas de les contenir, elles volent ! Ce qui est très bien pour leur sécu mais moins pour les jardins si il y a proximité.
Elles peuvent se percher dans les arbres voir monter sur un toit à 7-8 m de haut.

Ce sont de bonnes pondeuses mais avec des œufs plus petits mais avec un jaune presque équivalent à ceux d'une poule "normale".

Au plaisir !

Puk
"La chute n'est pas un échec. L'échec c'est de rester là où on est tombé"

07 novembre 2018 à 10:38:22
Réponse #34

éternel débutant


+ 1 avec puk.
Et des poules naine croisé avec diverse race de coq (batard, et même du poulet blanc plutot orienté viande) donne des poussins qui auront les même habitude que la mère. Et ce après plus de 10 générations. c'est ce qui ce passe chez moi. Maintenant  ça n'a plus grand chose a voir avec des poules naines, elle ne sont pas aussi grosse qu'une "normal" mais les oeufs sont relativement beaux. Elle ponde quand même moins que les autres chez moi, mais c'est peut être du a la consanguinité, comme on maîtrise pas grand chose....

07 novembre 2018 à 10:53:27
Réponse #35

Puk


Ah si dernière précision sur les poules naines...
Elles couvent très bien les œufs d'autres poules par contre elles éjectent les poussins non-nains à l'éclosion sinon ce sont de bonnes mères et même les poussins d'automne avaient leurs chances sans lampe, chauffage, ...
"La chute n'est pas un échec. L'échec c'est de rester là où on est tombé"

07 novembre 2018 à 21:10:11
Réponse #36

Loriot


Pour ma part: nous n’avons jamais eu de problèmes de poussins éjectés pour raisons de non nanisme... j’ai même eu des poules naines qui ont couvés des œufs d’oies et de canards! Je vous dits pas la tête de la poule quand les petits vont prendre leur premier bain dans la mare. Les seuls qui ont pas résisté étaient les œufs de cailles, à cause du poids.
Les différentes attitudes des poules envers leurs poussins viennent plutôt de leur génétique ou comportement.
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

08 novembre 2018 à 09:46:34
Réponse #37

Puk


Merci pour la précision Loriot.

Nous avions tenté la couvée d’œufs de grosses poules par des poules naines une paire de fois uniquement et même résultat sur les deux essais. La première fois nous avions perdu tous les "gros" poussins, la seconde, nous en avons sauvé deux récupéré à l'éclosion. Mais c'est quand vachement plus pratique quand elles gèrent seules les poussins...

Au plaisir de vous lire,

Puk
"La chute n'est pas un échec. L'échec c'est de rester là où on est tombé"

09 novembre 2018 à 10:12:11
Réponse #38

guillem


Bonjour,
J'ai travaillé sur une exploitation biologique qui faisait des repas : donc j'ai des statistiques pour faire manger 60 personnes pendant 3 mois. Le producteur se trouvant au Danemark (plantations début avril cueillette à partir de juin) plus pluvieux, plus ensoleiller que la France métropolitaine (l'été le soleil se couche à 23h et se lève à 4h du matin), sol sableux. J'ai ramené les statistiques pour alimenter une personne sur l'année complète.
Pommes de terre 72 mètres linéaires. planté sur butte chaque 50cm. Biner 2x, cueillir quand feuille sèchent (1 mois et demi).
Tomates (sous-serre) autant que tu veux (coulis, sauces stérilisée en pots).
Oignon 95m, chaque 10cm. cueillir à la monté en fleur.
Carotte été 48m, éclaircir à 3cm.
Poireau 72m, éclaircir 10/15cm, butter.
betteraves 60m, éclaircir 15/20cm.
potager 48m
choux 48m
choux frisé 48m (la fleur est très savoureuse aussi)
choux pommelé blanc 24m
brocoli 24m
panais 36m
persil 23m
céleri 24m
citrouilles 20m (la butternut sans son cul, se garde très bien au cellier, avec un papier cellophane et un élastique)
haricots verts 10m2.
petits pois (ça vaux pas le coup trop peu de rendement). Peut-être des "mange tout".

plus d'informations https://www.rustica.fr/articles-jardin/ à rechercher entrer le nom de la plante. cliquer sur l'article "Comment cultiver".

il faut empêcher aux poules d'aller sur la plantation, par contre elles sont bénéfiques aux arbres fruitiers et pour protéger les abeilles des frelons asiatiques.
Bois 6 stères par hiver pour se chauffer.
« Modifié: 09 novembre 2018 à 15:39:29 par guillem »

09 novembre 2018 à 12:23:23
Réponse #39

Utopie


Bien que ces chiffres soient intéressant en soi, je ne suis pas certaine qu'un modèle de production puisse s'appliquer à un autre environnement. Chez moi les choux c'est compliqué. Ils se font mangés... et j'ai bien peur que toute production fonctionnent comme cela.
Les anciens savent ce qui poussent facilement. Ils ont l'expérience du climat, des dates pour semer pour récolter et comment conserver avec les moyens du pays. Après c'est possible de s'amuser en mettant en place quelques nouveautés culturales mais pour moi, la base va être une visite chez le vieux du coin qui cultive son potager depuis 50 ans...
Il n'y a que les poissons morts qui suivent le courant

09 novembre 2018 à 13:10:41
Réponse #40

éternel débutant



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité