Nos Partenaires

Auteur Sujet: Question péremption  (Lu 786 fois)

18 juillet 2018 à 09:46:23
Lu 786 fois

Baptistator


Bonjour à tous.

Lors de mon passage en centre de sauvegarde j'avais récupéré pas mal de matos de premier secours dans le but de me constituer une trousse de premier soin polyvalente humain/animaux.

Notamment pas mal de produits injectables en ampoules (adrénaline, anti inflammatoires, vitamine K1... et d'autres trucs que je suis pas sensé avoir)

Hors en refaisant l'inventaire de ma trousse je me suis rendu compte d'un problème :
Pour gagner de la place je n'ai pas pris les boîtes, et si il y à eu les dates sur les ampoules elles n'apparaissent plus.

Ma question est donc avez vous une idée de la durée de vie de ce genre de produit ? (Pour l'avoir fréquemment fait je sais qu'elles restent utilisables longtemps après la date de péremption)

Autre Question, quel est le risque d'injecter des produits dégradés ? Hormis ne servir à rien.

Cordialement

18 juillet 2018 à 10:10:39
Réponse #1

Arnaud


Pas de risque autre que celui d'être moins efficace... pour l'adrénaline quand je vois que des fois il faut une dizaine d'injections, t'as pas forcément envie d'injecter un produit qui n'a plus que 10% de son efficacité mais si t'as rien d'autre sous la main c'est mieux que rien...

Un article qui résume bien le problème : http://splf.fr/tag/date-peremption/
« When the last tree is cut, the last fish is caught, and the last river is polluted; when to breathe the air is sickening, you will realize, too late, that wealth is not in bank accounts and that you can’t eat money. »

18 juillet 2018 à 11:28:46
Réponse #2

Baptistator


Super merci.
L'adrenaline je l'utilise essentiellement en externe pour coaguler les plaies.
Bien que ça marche aussi a l'occasion pour ressusciter une bestiole en arrêt.

Jamais testé sur un humain mais ça peut toujours servir

19 juillet 2018 à 00:37:26
Réponse #3

Hurgoz


Yop,

J'suis pas toubib, mais il ne me semble pas que l'adré soit utilisée dans toutes les cardiopathies. Or, s'il faut tout l'appareillage pour déterminer si tu peux ou pas utiliser, c'est un peu plus compliqué.

Après, à titre informatif, de ce que j'ai pu en lire (je ne suis toujours pas médecin), il y a aujourd'hui une réelle interrogation autour du bénéfice réel du produit en cas d'arret.

https://www.revmed.ch/RMS/2012/RMS-343/Reanimation-cardiopulmonaire-la-fin-de-l-adrenaline

Tcho
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

19 juillet 2018 à 01:54:03
Réponse #4

Darklighter


Salut

Alors pour l adrenaline dans le vidal il est indiqué 18 mois
Vit k1 3 ans
Ketoprofene iv ou profenid 3 ans
Après pour une utilisation de médicaments périmés l efficacité du produit est diminuée effectivement.
Si tu as d'autres médicaments à demander je reste dispo


N.
« Modifié: 19 juillet 2018 à 06:46:09 par Darklighter »

19 juillet 2018 à 07:57:32
Réponse #5

Baptistator


Yop,

J'suis pas toubib, mais il ne me semble pas que l'adré soit utilisée dans toutes les cardiopathies. Or, s'il faut tout l'appareillage pour déterminer si tu peux ou pas utiliser, c'est un peu plus compliqué.

Après, à titre informatif, de ce que j'ai pu en lire (je ne suis toujours pas médecin), il y a aujourd'hui une réelle interrogation autour du bénéfice réel du produit en cas d'arret.

https://www.revmed.ch/RMS/2012/RMS-343/Reanimation-cardiopulmonaire-la-fin-de-l-adrenaline

Tcho

Je suis pas médecin et encore moins véto mais en centre de sauvegarde on travail beaucoup sur de l'experimental mode " si on fais rien il va crever donc autan tenter quelque chose"

Du coup on apprend pas mal de choses de manière empirique :
- l'adre est effectivement peu efficace pour une bestiole déjà en arrêt mais redoutable quand elle est sur le point d'en faire un.
- le fait de faire une intra cardiaque ne change pas grand chose.
- c'est redoutable pour sortir une bestiole du coma
- le fait de ressusciter une bestiole à l'adre n'est que provisoire elle finis souvent par refaire un arrêt derrière


23 juillet 2018 à 11:11:30
Réponse #6

tarsonis


Salut,


Ma question est donc avez vous une idée de la durée de vie de ce genre de produit ? (Pour l'avoir fréquemment fait je sais qu'elles restent utilisables longtemps après la date de péremption)
Comme quoi la question revient effectivement régulièrement ;)

Citer
Un article qui résume bien le problème : http://splf.fr/tag/date-peremption/
Amha l'auteur de l'article n'a pas des masses de notions en pharmacodynamie/physiologie/etc.

Il y a plusieurs problématiques :
- les fabricants : il faut absolument savoir qui a fabriqué le médicament pour tirer la moindre conclusion dans cette étude. Les médocs d'il y a dix ans ne sont sans doute pas les mêmes que ceux d'aujourd'hui. Par ailleurs, de plus en plus de matières premières sont fabriquées en Inde et en Asie, avec en gros 80% des génériques.
L'article du Quotidien du Médecin ci-dessous est assez explicite :

http://www.esculape.com/medicament-alerte/Medicament-la-securitesurlefil-QdM20130312l.pdf
Citer
L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) tire la sonnette d’alarme sur les conséquences pour « la qualité des médicaments en Europe » (titre du rapport 11193 du 5 mars 2007). Elle évoque « des centaines de milliers de morts chaque année » ; elle s’inquiète au sujet « des médicaments proprement dits, sur les génériques ainsi que sur les dispositifs médicaux, les cosmétiques ou les produits vétérinaires », désignant « une menace sérieuse pour la santé physique des individus (qui) peut entraîner des échecs thérapeutiques, une exacerbation de la maladie et, parfois, provoquer la mort ». L’APCE demande la création d’« un instrument juridique international » et d’un « système de traçabilité du médicament. »
Quatre ans après, l’Académie nationale de pharmacie, lors d’une journée « Matières premières, mondialisation et santé publique », constate à son tour que « la sécurité de la fourniture de principes actifs peut ne plus être assurée », notamment parce qu’elle « ne prend pas en compte les risques géopolitiques, ni les risques naturels, la qualité des produits (pouvant) etre potentiellement affectés avec une dispersion planétaire et une dissémination des chaînes de production et de fabrication » (Séance thématique du 20 avril 2011).


Et d'autres articles de presse plus généralistes :
http://www.leparisien.fr/societe/trop-d-opacite-nuit-aux-medicaments-generiques-10-12-2012-2395483.php
Citer
Direction européenne de la qualité du médicament, selon ses propres données, n'a mené en 2011 que 18 inspections en Asie, qui ont abouti à la suspension d'autorisation de 29 sites. Or, des médecins en France sont confrontés en ce moment à une moindre efficacité des traitements de leurs patients, notamment de l'antibiotique vancomycine, produit dont la matière première est partiellement fabriquée en Chine, sur des sites non inspectés.


- Les génériques VS princeps, où les études récentes peuvent montrer différence d'efficience, notamment via les excipients....cf le cas du Levothyrox. On doit donc parler de la bioéquivalence, qui étudie les caractéristiques de l'absorption du principe actif...et non son effet sur l'organisme. Un générique peut différer d'un princeps par ses excipients.

Du coup, l'étude sur les médocs périmés, ainsi que les milliers de médias qui l'ont repris en boucle tombent un peu dans le panneau car seul le principe actif a été quantifié !

On ne peut absolument pas conclure quant à la capacité réelle du médoc, car l'efficience du PA est pondérée par les excipients, qui peuvent périmer. Mais aussi, on ne peut pas extrapoler la stabilité aux médocs avec un principe actif identique mais des excipients différents.
- Enfin, une baisse de concentration du principe actif en fait un médoc dangereux en rapport aux dosages...surtout concernant les antibios et ceux à marge thérapeutique étroite.

Citer
Autre Question, quel est le risque d'injecter des produits dégradés ? Hormis ne servir à rien.
Outre tout ce qui a été mentionné, peut être envisager la perte de stérilité, surtout hors de l'emballage.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité