Nos Partenaires

Auteur Sujet: Créer du lien en milieu naturel  (Lu 1982 fois)

11 janvier 2018 à 09:42:46
Lu 1982 fois

corbak


Bonjour les poto,
 donc voila un petit topic sur comment créer du lien en milieu naturel. j'ai quelques astuces pour fabriquer du lien... durable, moins durable, rapidement et moins rapidement...
Avec différents végétaux, et différentes techniques de préparations.

Je prépare ça tranquillement...

11 janvier 2018 à 09:43:10
Réponse #1

corbak


La Ronce

Je viens de faire trois vidéos,  pour montrer de façon rapide et claire(bon je parle pas très fort, je ferais un effort sur les prochaines), comment refendre de la ronce.
Hésitez pas si vous avez des questions, c'est une bonne base pour débattre.

https://youtu.be/XL0S6hG8c7c

https://youtu.be/nbfrKeVhXmQ

https://youtu.be/tXRPQ-FAyGY

Critiques et questions sont les bienvenus les amis.
 ;)
« Modifié: 13 janvier 2018 à 22:21:30 par corbak »

11 janvier 2018 à 09:43:27
Réponse #2

corbak


« Modifié: 11 janvier 2018 à 11:25:58 par corbak »

11 janvier 2018 à 11:11:21
Réponse #3

DavidManise


Hâte de voir ça :)

T'as jeté un oeil du côté de l'écorce de tilleul ?  J'ai découvert ça y'a même pas deux ans, c'est une tuerie...

Bisous ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

11 janvier 2018 à 11:34:52
Réponse #4

corbak


Salut David  :)

Écorce ou liber... j'ai pas trop vu sur l’écorce du Tilleul, mais pas mal de chose sur le liber, et le travail de la fibre...

Mais oui clairement, le cordage c'est une tuerie !

La en premier lieu, je voudrais plus partir sur du lien rapide et facile, sans tressage. Presque réalisable en urgence avec juste un doukdouk ou un opinel.

 bisous ;)


11 janvier 2018 à 15:20:44
Réponse #5

Mrod


La clématite, géniale aussi

Nico
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

11 janvier 2018 à 18:05:20
Réponse #6

Loriot


Pour du tout fin la pervenche.
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

12 janvier 2018 à 06:36:55
Réponse #7

huckleberry



La en premier lieu, je voudrais plus partir sur du lien rapide et facile, sans tressage. Presque réalisable en urgence avec juste un doukdouk ou un opinel.


Ray Mears utilise dans un épisode de fines racines de pin, ça avait l'air de fonctionner.

Sinon dans le pacifique on utilise ça :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hibiscus_tiliaceus

12 janvier 2018 à 14:42:24
Réponse #8

Mrod


Lu,

Dans le lien que tu donnes il parle d'utilisation "d'écorce interne", ce qui ne veux pas dire grand chose en botanique, je pense qu'il parle du liber qui est la première couche après l'écorce.

En métropole on trouve communément des hibiscus syriacus utilisés en ornement. Mais je ne sais pas s'il a les même propriétés.

Petit rappel visuel des différentes couches.



Nico
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

12 janvier 2018 à 15:38:40
Réponse #9

DIY


La refente de rejet

Sans même refendre, un rejet vrillé jusqu'à ce qu'il se "défibre" donne un cordage d"appoint tout à fait utilisable et solide.
 Utilisation visible au début de cette vidéo: https://youtu.be/6s6fG10mrSM

Au printemps l'écorce de saule se détache facilement par grandes bandes dont on peut extraire le liber.

12 janvier 2018 à 19:35:37
Réponse #10

huckleberry



Dans le lien que tu donnes il parle d'utilisation "d'écorce interne", ce qui ne veux pas dire grand chose en botanique, je pense qu'il parle du liber qui est la première couche après l'écorce.

En métropole on trouve communément des hibiscus syriacus utilisés en ornement. Mais je ne sais pas s'il a les même propriétés.




Oui c'est bien ça , mais en parlant de faire des liens rapidement cet arbre peut fournir ce qu'il faut, en se servant des branches, la fine écorce est collée au liber et traditionnellement il faut la battre pour la séparer du liber, mais pour un lien de fortune ça convient très bien.








À propos de "hibiscus syriacus" c'est fragile et sujet aux maladies il ne me semble pas que l'écorce était utilisée, ils se servaient de ce genre de variétés pour baliser les sentiers en montagne.



La nervure centrale d'une feuille de palmier fonctionne bien aussi, ainsi que la fibre d'un tronc de bananier qui est assez tenace pour faire des liens.




edit : ça serait sympa d'ajouter les photos des arbres, feuilles, fleurs pour les reconnaitre facilement dans la nature.





« Modifié: 12 janvier 2018 à 23:32:36 par huckleberry »

13 janvier 2018 à 15:04:14
Réponse #11

NoName


Sans même refendre, un rejet vrillé jusqu'à ce qu'il se "défibre" donne un cordage d"appoint tout à fait utilisable et solide.
 Utilisation visible au début de cette vidéo: https://youtu.be/6s6fG10mrSM

Au printemps l'écorce de saule se détache facilement par grandes bandes dont on peut extraire le liber.

Merci pour le lien !

Une idée des essences utilisées ?
Pour les liens ?
Pour le manche ?
Pour la boite ?

Du connifère ?


D'autre part, je n'ai pas compris quel était l'objet construit entre les minutes 22 et 27 (makkaratikku).

Ni le suivant ...
google traduction ne connait pas et je n'ai trouvé que ceci :
https://www.tapatalk.com/groups/paleoplanet69529/plotkapyssy-t39395.html


Enfin, quel est ce couteau à tout faire, parfois utilsé vers de la viande amie ?

Je suis resté bluffé par le manche de hache ...


13 janvier 2018 à 22:20:36
Réponse #12

corbak


Citer


Enfin, quel est ce couteau à tout faire, parfois utilsé vers de la viande amie ?

Couteau à emouture scandinave, typique pour travailler le bois. Les différentes positions de travail sont typique aussi en sculpture au couteau et même si la lame est dirigé vers soi, elles incluent de nombreuses sécurité qui permettent de travailler en toute sécurité... L'expérience joue beaucoup.

Bon j'ai mis trois petites vidéos pour la ronce au début du topic.

L'avantage de la ronce c'est qu'on en trouve fréquemment et ça évite de toucher au arbres. Autre avantage, personne ne vous dira jamais rien si vous coupez un bout de ronce.

 ;)

14 janvier 2018 à 13:51:19
Réponse #13

Arnaud


Merci Corbak pour les vidéos, toujours sympa de voir faire.

Pour les liens ?
Pour le manche ?
Pour la boite ?

Je suis pas sûr à 100% mais je dirai une espèce de bouleau.

Du connifère ?

Un pin sylvestre ?

D'autre part, je n'ai pas compris quel était l'objet construit entre les minutes 22 et 27 (makkaratikku).

Un volet ?

Ni le suivant ...

Un jouet pour les gamins, une espèce de pétard à main.

Enfin, quel est ce couteau à tout faire, parfois utilsé vers de la viande amie ?

Un puukko, le petit couteau traditionnel.
« Everybody has a plan until they get punched in the mouth.»

14 janvier 2018 à 19:26:17
Réponse #14

Claude Ponthieu


Vidéos complémentaires en anglais avec possibilité d’avoir des sous-titres en français.

Ronce
How To Make Natural Cordage From Bramble

écorce de Saule
How To Make Natural Cordage From Willow Bark

écorce de Cèdre
How To Make Natural Cordage From Cedar Bark
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

14 janvier 2018 à 19:49:14
Réponse #15

Loriot


écorce de Cèdre
How To Make Natural Cordage From Cedar Bark


Attention! Rien de grave mais l’ecorce De cèdre dont il est question n’a rien à voir avec les cèdres (Cedrus ...) mais c’est en général du Thuja, Chamaecyparis ou un autre genre ou espèce proche d’amerique Du Nord... les collons a l’époque se sont un peu défoulé pour nommer les plantes...
Donc, il ne s’agit pas de cèdre du Liban ou de l’atlas ou de l’himala...
« Modifié: 14 janvier 2018 à 20:13:32 par Loriot »
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

14 janvier 2018 à 19:55:27
Réponse #16

Claude Ponthieu


Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

14 janvier 2018 à 20:06:39
Réponse #17

Claude Ponthieu


[…] c’est en général du Thuja, Chamaecyparis…

Plus exactement, c’est du Thuja plicata communément appelé western ou Pacific redcedar, giant ou western arborvitae, giant cedar, ou shinglewood. ;)

Il le spécifie ici Primitive Skills - Root Cordage.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

14 janvier 2018 à 20:36:14
Réponse #18

Ascanio


Grand merci, ce soir je me coucherai moins ignare ; j'avais déjà essayé, mais sans grand succès.
" Celui qui sait s'orienter n'a pas besoin de GPS. " (pcc Lao-Zi.)

15 janvier 2018 à 02:38:17
Réponse #19

Mrod


Super tes vidéos Corbak et ça fait plaisir de voir ta pomme au passage.
Je vais tenter d'apporter un complément. Je sais pas si tu avais prévu d'aborder ces sujets là. Peut être que je te devance, sinon ce sera amha un complément très utile pour tous. Ce sont des astuces ou outils utilisés en vannerie que tu dois connaître.

Ce serait plus simple et rapide, et sûrement plus clair en image. Mais j'ai ni matos photo, ni vidéo, donc faudra se contenter de mes explications et quelques illustration que j'ai choppé sur le net.

Mais avant, histoire de bien se comprendre, ce que nous montre Corbak, ce "lien" qu'il fabrique au final dans la vidéo, est appelé "éclisse" ou "clisse" en vannerie, entre autre. C'est le terme que j’utiliserai donc. Faut savoir que c'est un terme générique qui englobe d'autres "objet", pas seulement des liens, mais passons là dessus. Pour faire simple une éclisse, c'est un lien produit en refendant une tige dans sa longueur.

La technique que montre et explique Corbak dans les vidéos est la plus simple et la plus courante. Elle nécessite peu d'outillage (un couteau), néanmoins y'a pas mal d'outils complémentaires qu'on peux fabriquer soit même, très facilement et rapidement même sur le terrain à l'aide d'un couteau et rien de plus. Ces outils peuvent être perfectionné ou plus facile et rapide à réaliser avec plus d'outillage. Quand on veux fabriquer beaucoup de lien ou éclisses, ils sont très utiles et facilitent les différentes étapes, mais font surtout gagner beaucoup de temps. Et comme vous le verrez ils sont très facile et rapide à réaliser.

Cette technique et ses outils s'applique à de nombreuses essences comme la ronce, mais aussi le saule, l'osier, le cornouiller sanguin, entre autres. Mais pour d'autres essences comme le bambou, on utilise d'autres techniques pour fabriquer ces éclisses. Je vous en reparlerai, et vous mettrait quelques vidéos d'illustration de ces techniques là aussi.


Fabriquer des éclisses.


Concernant l'utilisation de la ronce, voici quelques astuces pour retirer les épines tout d'abord.
Je vous conseille de porter des gants pour cette opération, même si y'a peu de risque de grosses blessures avec la technique que je vais vous expliquer, qui ne nécessite pas d'outil tranchant dans son utilisation. C'est mieux de porter des gants solides car les épines de ronces et autres essences, sont plus souvent porteuses de germes, bactéries et autres. Du coup si on se blesse avec, même une simple égratignure, ça s'infecte facilement. Dans les pires cas, on peux faire une septicémie ou contracter des maladies pas cool genre le Tétanos.

Je commence par, l'astuce, l'outil le plus simple. Il faut deux bout de bois, de 20cm de long et environ 2cm de diamètre. On les maintient côte à côte dans une main, on coince la tige de ronce entre les deux puis on la fait glisser entre ses deux bout de bois en tirant la tige dans le sens de la longueur et en maintenant une pression suffisante (mais pas trop). Quand les épines vont venir heurter les bouts de bois ça va soit les casser soit les faire sauter entièrement. Vous vous rendrez compte que c'est pas l'idéal, déjà ça enlève les épines que sur deux faces donc faut répéter l'opération en ayant fait tourner la tige d'un quart de tour sur elle même entre chaque. En suite, la tige à tendance à sortir de cet "étau" improvisé mais ça on peux l'éviter en orientant le mouvement de traction dans le sens opposé.

Deuxième version améliorée du même outil. Faut avoir un couteau ou mieux une scie et un bout de bois (évitez d'en choisir un avec des nœuds), de 2 ou 3cm de diamètre et 20cm de long, que vous refendez en deux pour commencer. Ça fonctionnera mieux que deux bout de bois, mais vous pouvez aussi le faire avec deux donc sans refendre.
Vous avez donc deux pièces de bois. Sur chacune d'elles, à environ 2/3 ou 3/4 de la longueur (faut que la distance soit à peu près la même sur les deux), vous allez faire une encoche dans le sens de la largeur, perpendiculaire à la longueur. Si c'est de la refente, vous les faites sur la partie interne. Faut qu'elles soient le plus perpendiculaire possible sur chaque pièce de bois. Cette encoche idéalement faut qu'elle soit en forme de demi-cercle mais en V ça marche aussi et c'est plus facile à faire (deux traits de scie par encoche). Cette encoche ,au plus large, est de la même dimension que la section de vos tiges de ronces. Et sa profondeur est égale à la moitié de cette section.
Une fois ces deux encoches faites. Si on c'est bien comprise et que vous avez pas merdé. Vous pouvez maintenant venir mettre les deux pièces de bois côte à côte, les plaquer ensemble et faire correspondre ces deux encoches. Elles forment un trou, au centre de votre outil, plus ou moins carré, idéalement circulaire. Dans se trou vous allez engager votre tige de ronce, en laissant dépasser le bout de quelques cm. Faut évidement, au préalable, avoir retirer les épines sur les premiers cm de votre tige. En suite, d'une main vous maintenez les deux pièces de bois ensemble (avec une pression suffisante) et de l'autre vous tirez la tige. Et là, c'est génial, ça enlève toutes les épines ou presque en un seul passage.
Si vos deux pièces de bois sont suffisamment longues, vous pouvez faire d'autres encoches, plus grande ou plus petites, pour vous en servir sur des tiges de diamètres différents.

A savoir aussi. Si votre "trou" est légèrement plus petit que la tige et que vous maintenez une pression suffisante, ça va non seulement virer les épines mais aussi l'écorce de la tige de ronce qui se décolle très facilement. Surtout quand y'a beaucoup de sève, donc avec de la ronce fraîchement coupé et relativement aussi à la période de l'année.

Si tout comme moi, vous voulez produire une grande quantité d'éclisses et que vous disposez d'un peu plus d'outillage. Vous pouvez créer une version améliorée de cet outil. Il vous faut une perceuse et forets de différentes tailles. Et une planchette de bois (dense c'est mieux pour la durée de vie de l'outil), d'une section qui avoisine 5x2cm (ça peux être plus large), et la longueur de cette planchette dépend du nombre de "tailles" que vous voulez avoir.
Si vous voulez la faire simplement et rapidement, vous prenez votre planchette (un morceau de latte de clic-clac ou de lit c'est parfait pour ça) et vous faites des trous de différentes tailles, espacés les uns des autres. Celle que je me suis faite dispose de 12 trous qui vont de 4 à 15mm, plus ou moins alignés et centrés, espacé d'environ 1cm. Ça fonctionne bien pour enlever les épines, mais comme les tiges sont jamais régulières sur toute la longueur, y'a des moments ou le trou devient trop large pour bien les enlever, ou trop fin et la tige se bloque. Comme l'outil est en une seule pièce de bois, on est obligé de retirer la tige de ronce pour la passer dans un autre trou (plus grand ou plus petit).
J'en viens donc à une dernière version de cet outil. Un petit peu plus complexe à réaliser.
Pour ça il vous faut deux pièces de bois, si possible identiques. De section plus ou moins carré et autour de 2 ou 2.5cm. La longueur est variable tout comme la version précédente. Vous prenez ces deux pièces et les maintenez ensemble côte à côte à l'aide d'un étau ou de serre-joints. Parfaitement alignée si possible. A l'aide d'une perceuse vous allez faire deux trous, proche des extrémités (1 ou 2cm du bord), qui transperce les deux pièces de part en part. Ceci afin de pouvoir en suite les fixer ensemble à l'aide de deux vis/écrous. Une fois que c'est fait (trou + fixation) vous avez une planchette qui fait environ 2.5x5cm de section. Avec au centre une fente (qui est fermée pour l'instant) qui court sur toute la longueur. A nouveau à l'aide d'une perceuse vous allez venir faire des trous, de différentes tailles et espacés les uns des autres, dans l'axe de cette fente. Une fois que c'est fait, faut légèrement desserrer les deux vis pour que les deux pièces ait du jeu entre elles, qu'on puisse les espacer légèrement d'un ou deux mm. Et c'est terminé.

Ce type d'outil, y'a une dernière version très utile. C'est facile a faire s'il est de petite taille et donc peux de trous. A l'aide des vis on fixe entre les deux pièces de bois une pièce métallique, une lame (cutter, lame de razoir, ou une pièce fabriquée sur mesure). Ce qui va permettre quand on fait passer la tige dans le trou de la refendre en deux en même temps. Avec cette modification, en deux passage, vous allez retirer les épines, potentiellement tout ou une partie de l'écorce et refendre en 4 votre tige (deux passage).

J'en reste là pour l'instant. Je vous prépare une suite concernant la refente et les autres étapes de fabrication. Qui sera plus courte car là j'ai des photos pour illustrer et donc y'aura des explications moins détaillée.

Nico




"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

15 janvier 2018 à 12:34:03
Réponse #20

corbak


Super Nico,
Je rajoute des petites précisions et on synthétise. Idée de classification :
-Lien brut
-refente rapide et mise en œuvre rapide
-préparation complexe nécessitant stockage et temps ( ex:l'écrouissage)

Il y a déjà matière à faire un truc sympa.

La désignation :éclisses et clisses concerne la petite refente, on parlera de lattes quand on refend du plus gros rejet comme le châtaigner par exemple.

On parlera du sécateur aussi comme outils de récolte rapide. Que j'utilise aussi pour enlever les épines de la ronce.

On peut parler de lecture de paysage, ou trouver du matériau utilisable, cours d'eau, vallon, futaie haute et dense...

Et la sélection du matériau. Production d'eclisse donc de lien, plus rapide et plus simple sur une sélection de matériau propre et adapté.

Je jette des idées en vrac. On fera le tri.


15 janvier 2018 à 13:02:27
Réponse #21

Claude Ponthieu


Pour le saule et en petit diamètre, je fends directement avec cet outil — section de maximum 5 cm.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

15 janvier 2018 à 13:06:13
Réponse #22

Ascanio


Salut Nico/Mrod, ce que tu décris me fait penser à un appareil à battre les collets, comme ça :
https://www.ebay.fr/itm/Appareil-a-battre-les-collets-Prci/282735667966?hash=item41d45beafe:g:Xk4AAOSwO9JaJ2Wn
" Celui qui sait s'orienter n'a pas besoin de GPS. " (pcc Lao-Zi.)

15 janvier 2018 à 14:42:22
Réponse #23

Claude Ponthieu


Salut Nico/Mrod, ce que tu décris me fait penser à un appareil à battre les collets, comme ça :
https://www.ebay.fr/itm/Appareil-a-battre-les-collets-Prci/282735667966?hash=item41d45beafe:g:Xk4AAOSwO9JaJ2Wn

Si je puis me permettre, c’est plus un genre de filière comme celle utilisée en bijouterie.
Dans le cas présent, il est possible de la faire dans une plaque de tôle de fer — la forme conique étant inutile. ;)
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

15 janvier 2018 à 15:05:59
Réponse #24

corbak


Pour la refente, mon avis est de pratiquer à la main pour se faire une idée précise des réactions du bois. Tout gadget, outils de refente fonctionne sur le même principe, celui de la refente à la main. Et si d'aventure tu perds  ton outils, savoir faire à la main est utile.
Je posterai des vidéos sur la refente de rejet bientôt.
Mais je pense qu'on est tous d'accord, la liberté qu'offre les compétences est importante et dans le cadre du production plus conséquente, ou un gros projet, effectivement aménager des processus et utilisés un outillage spécifique permet d'être plus rentable et plus rapide.
 ;)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité