Nos Partenaires

Auteur Sujet: Volume et poids d'un bob pour une localisation commune rurale grosse Agglo  (Lu 4139 fois)

20 décembre 2017 à 11:29:39
Lu 4139 fois

olivetree


Bonjour.

Tout d'abord, si je poste au mauvais endroit. Svp, pas taper, mais déplacez  ;#
A l'occasion de mon SST, j'ai découvert le site du gouvernement, les sac d'évacuation (les B.O.B).
J'ai farfouillé sur youtube. Il y a à boire et à manger et surtout les gens ne localisent pas leur B.O.B.
Je m'explique. J'ai vu des B.O.B. qui à la louche doivent peser 45 Kgs et d'autres à peine 8 Kgs. Le gap est tellement grand qu'on ne sait plus sur qui se fier. Et les B.O.B sur Youtube sont tous inspiré du modèle américain, du genre, je me barre dans les Appalaches en cinq sept ou au beau milieu de l'Alaska, ce qui, à mon avis est irréaliste. Je pense qu'un B.O.B doit correspondre à notre lieu de vie. Un B.O.B à Tatatouine ne sera certainement pas le même qu'un B.O.B au fin fond des landes ni au beau milieu de Paname. Voilà pour le préambule.
Ma question. Moi, petit homme rural vivant dans une commune rurale dépendant d'une grosse agglo, en d'autres termes petit bled au voisinnage d'une grande ville ou d'une grosse agglo. Il y a des cours d'eau un peu partout, c'est boisé, il y a du gibier, des infra, des routes, etc.
Quel volume et quel poids devrait faire mon B.O.B? Quelque chose de réaliste, portable, pragmatique?
Parce que, par exemple, les 6 litres d'eau dans le sac... On multiplie par le nombre de personne et ça devient "injouable".


20 décembre 2017 à 12:09:39
Réponse #1

Tompouss


Quel volume et quel poids devrait faire mon B.O.B? Quelque chose de réaliste, portable, pragmatique?

Déjà il manque le "pour quel motif je devrais quitter mon domicile ?"

Perso en cas de guerre civile ou autre connerie souvent fantasmée, je reste barricadé chez moi avec ma bouffe, ma réserve d'eau, de quoi me défendre et je vais pas jouer les robins des bois. Et celui ou ceux qui voudraient me déloger ont intérêt à être nombreux et bien armés.

Dans mon cas il y a trois situations en termes de "probabilité" auxquelles je pourrais être confronté (le reste relevant de l’hypothétique) :
- inondation
- maison qui flambe
- fuite de gaz (chez moi ou sur le réseau)

Le sac d'évacuation c'est donc : de quoi pieuter sur le canapé d'une connaissance ou de la famille voire en cas extrême dans ma bagnole, quelques vêtements de rechange (2 changes chacun) et ça s'arrête là.

Ah si en complément, tous mes documents utiles (bail, assurances, factures...) sont numérisés et stockés (entre autre) sur une clef USB dans un coffre en banque au cas où tout flambe, ce coffre contient aussi 500e en liquide (de quoi assurer des nuits d'hôtel par exemple)

On est loin de fantasmes du coup  ;)
Les bons choix viennent avec l'expérience. Et l'expérience ? De tous les mauvais choix desquels on a survécu  ;#

20 décembre 2017 à 12:52:41
Réponse #2

Hurgoz


http://www.georisques.gouv.fr/index.php

Sans compter les différents plans locaux et départementaux de gestion de crise -> voir mairie.
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

20 décembre 2017 à 13:09:37
Réponse #3

cikawasay


Dans le métro à Taipei, il y a des affiches avec le bob de tremblement de terre (nous sommes en zone sensible, près du Japon)  proposé par les autorités: ça comprend: lampe torche et piles, radio portable, vêtements chaud (qui peut le plus peut le moins), gants (pour se protéger: débris, opérations de déblaiement, quelques bouteilles d'eau, les médicaments de base, sifflet pour se signaler, de quoi se nettoyer: savon, les documents officiels (papiers) et un peu d'argent, quelques encas: boites de conserves, biscuits, chocolat..certain y ajoutent un casque pour se protéger (répliques, objets qui tombent dans les rues..), pécu, briquet, allumettes (on se demande pourquoi faire en pleine ville). L'hypothèse est de tenir donc deux ou trois jours en attendant le rétablissement des services de base, bref, pas de quoi dépasser 8 kilos!  En ce qui me concerne: lampes à huiles pour tenir en cas de coupure de courants, voire lampes à pétrole (plus fastidieuses à mettre en oeuvre), réchaud à pétrole+popotte (cuisine) , petite tente et le couchage qui va avec, filtre à eau. J'ai vécu le grand tremblement de terre de 1999, 2400 morts, 11000 blessés et des batiments effondrés près de chez moi: parmi les conséquences qu'on ne se figure pas: la perte d'équilibre (des gens tombent tout à coup en descendant l'escalier) , le stress (bagarres de personnes agées dans la cour du collège (ouvert le soirt pour que tout le monde puisse faire de sport), aggressivité chez les gens (bagarre mémorable au seul fast food ouvert le lendemain). Bref, la peur des répliques et donc tout le monde campait dans la rue dans les parcs. ces apsects sont également à prendre en compte.

20 décembre 2017 à 14:28:48
Réponse #4

Matagot



20 décembre 2017 à 16:36:49
Réponse #5

olivetree


Merci pour les liens. J'ai aimé la phrase : "Tout randonneur à un bob chez lui, son sac de rando."
J'ai réfléchi à la réponse de Tompouss qui est beaucoup plus dans mon courant de pensée. Sauf invasion dû à une guerre comme en 40, fuite de gaz, le feu nucléaire, ou une subite fonte éclair des glaces, se calfeutrer dans ma maison serait plus profitable que d'aller me réfugier dans un bois.
Je vais partir, sur quoi stocker en cas de ...

20 décembre 2017 à 17:18:15
Réponse #6

Matagot


Citer
J'ai aimé la phrase : "Tout randonneur à un bob chez lui, son sac de rando."

Je l’ai longtemps pensé, ayant un sac de rando ou de voyage toujours bouclé. J’ai quelque peu changé d'opinion quand j’ai dû, en urgence et sous stress, renverser ma trousse de secours pour mettre la main sur ce que je cherchais et parer au plus pressé. Pas très efficace.

Je me suis alors souvenu des prises de tête que j’ai eu avec mon sac à dos, typé alpi, utilisé pendant des années en vacances (donc en étant relaxé) et qui était devenu mon BOB : Chercher item – fond du sac – vider sac – trouver item – refaire sac – chercher autre item – refond du sac – etc. >:(

Or, un BOB c’est fait en principe pour une évacuation en urgence. Et une évacuation en urgence est par nature un événement stressant, sinon dramatique. Une randonnée n’est pas, par nature, un événement stressant (même si elle peut mal tourner).

N’ayant ni l’expérience, ni le sang froid des sachems du forum et étant un adepte zélé de l' « effet chimpanzé », je me suis efforcé de repenser mon BOB et l'utilisation de ce qu'il contient dans cette optique, le choix du matériel et du rangement découlant de ce présupposé de base : Si tu évacues un jour, tu seras en panique.

Et, comme Tompouss, mon sac d'évacuation ne doit pas me permettre de survivre à l'apocalypse, mais simplement de limiter mes problèmes suite à un incendie, un tremblement de terre ou un glissement de terrain, ce qui serait déjà pas mal.  :)


20 décembre 2017 à 17:54:08
Réponse #7

Merlin06


Un BOB selon moi c'est très proche d'un sac de rando à la journée(rural ou urbain) quand tu as la responsabilité d'un groupe, tu majores un peu l'isolation, les premiers secours et quelques outils(éventuellement un peu de ferraille en bonus). Le tout base sur la règle des 3 et CCVMD.

Ça doit impérativement rester léger(grand maximum 0.15 poids de corps) vu que le principe c'est être contraint à une évacuation, il faut donc se déplacer avec, potentiellement vite et loin.

Un excellent exercice de style avait eu lieu à ce sujet, l'escape cube.
Edit, un reste ici: http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/2016/03/kit-escape-cube-de-rammstein.html
« Modifié: 20 décembre 2017 à 18:09:57 par Merlin-Max »
L'âme sûre ruse mal. ;)

24 décembre 2017 à 10:53:55
Réponse #8

Ascanio


Bonjour, j'ajoute mon grain de sel : j'ai longtemps eu mon BOB dans un sac à dos. Puis j'ai eu besoin du sac à dos, alors j'ai transféré le bazar dans une valise à roulettes. Comme j'habite en ville, je redoute surtout tremblement de terre ou tsunami/inondation, puisque je suis près de la mer et à quelques mètres seulement au-dessus de son niveau.

 Dès lors, un contenant "urbain" ne me paraît pas idiot ; sauf que les valises à roulettes, c'est fait pour rouler sur les sols d'aéroport, sur un trottoir ça devient galère, et je n'imagine même pas sur un sol en gravier/terre/herbe.

Alors j'ai en tête d'utiliser un caddie chariot de courses de mamie : ça a de grandes roues et c'est fait pour être rempli de trucs pesants , ça peut être laissé dans l'entrée sans attirer l'attention, ça tient debout tout seul et on en trouve même des camouflés  ;D.
En plus, une structure de caddie chariot de courses ressemble assez à une claie de portage, alors on pourrait imaginer de rajouter des bretelles et une ceinture pour en faire un "saccadie".

Qu'en pensez-vous ?

Edit : "Caddie" est une marque déposée, j'aurais dû parler de "chariot de courses", même si "Bug-out chariot de courses" sonne moins bien. :)

« Modifié: 24 décembre 2017 à 14:55:58 par Ascanio »
" Celui qui sait s'orienter n'a pas besoin de GPS. " (pcc Lao-Zi.)

24 décembre 2017 à 19:57:29
Réponse #9

Merlin06


En fait tu peux cumuler les deux.
Exemple, un BOB pour chacun des occupants du foyer et un chariot complémentaire pour une courte distance ou mettre dans le coffre de la voiture directement.
L'âme sûre ruse mal. ;)

25 décembre 2017 à 20:01:40
Réponse #10

Cheyenne


Le Kdi de Mamie n'est pas une mauvaise idée mais il faut effectivement d'autres roues.
J'en ai bricolé un qui me sert pour aller faire du bois, avec des roues (gonflées) de tondeuse
pour trimbaler tronçonneuse bidons serpes etc
Ca passe pas mal partout.

26 décembre 2017 à 09:16:08
Réponse #11

Matagot


Ça doit impérativement rester léger(grand maximum 0.15 poids de corps)

J’ouvre une parenthèse au sujet du rapport poids du sac/poids du porteur.

J’ai souvent lu ce ratio de 15 % - qui grimpe à 20% sur certains sites américains mais descend à 10% dans cette discussion des voisins de RL https://www.randonner-leger.org/forum/viewtopic.php?id=23010.

As-tu de l’info précise sur ce ratio ? Parce que pour moi, 15% (ou 10, ou 20) du poids d’un petit obèse, d’un grand tout maigre ou d’un musclor, n’ont peut-être pas le même effet sur le porteur lui-même. J’avais d’ailleurs lu quelque part que ce qu’il faudrait prendre en compte n’est pas le poids du porteur mais sa masse musculaire.

En espérant ne pas avoir été hors sujet…

26 décembre 2017 à 10:19:18
Réponse #12

Buffalo


Matagot je suis tout à fait d'accord avec toi quand tu parles de prendre en compte le masse musculaire du porteur et il faut aussi y ajouter l'habitude de porter un sac car les muscles travaillent différemment selon que l'on porte un sac ou pas, je fait en moyenne une quarantaine de km/semaine avec un sac d'une petite douzaine de kg et des dénivelés autour des 350m, il m'arrive pour diverses raisons de ne pas marcher pendant une semaine, et, quand je recommence les premières sorties sont quelquefois laborieuses. ce qu'il faut aussi c'est un sac confortable car les sacs bas de gamme ont tendance à perturber la circulation sanguine et cela provoque des désagréments physiques
Je cause pas aux cons, ça les instruit "Audiard"

26 décembre 2017 à 10:34:37
Réponse #13

Matagot


il faut aussi y ajouter l'habitude de porter un sac car les muscles travaillent différemment selon que l'on porte un sac ou pas,

Exact ! On devrait parler de poids « toute chose étant égale par ailleurs », donc en prenant en compte la condition physique et l’entraînement.

J’ai la nette impression qu’un sac de 15 kg porté par quelqu’un d’affuté, musclé et surtout habitué à porter un sac « pèsera moins lourd » (façon de dire  ;D) qu’un sac de 10 kg pour quelqu’un qui n’en porte jamais.

Heu... J’ai pas sorti une lapalissade là ?  :huh: ;#

26 décembre 2017 à 21:12:10
Réponse #14

Merlin06


J’ouvre une parenthèse au sujet du rapport poids du sac/poids du porteur.

J’ai souvent lu ce ratio de 15 % - qui grimpe à 20% sur certains sites américains mais descend à 10% dans cette discussion des voisins de RL https://www.randonner-leger.org/forum/viewtopic.php?id=23010.

As-tu de l’info précise sur ce ratio ? Parce que pour moi, 15% (ou 10, ou 20) du poids d’un petit obèse, d’un grand tout maigre ou d’un musclor, n’ont peut-être pas le même effet sur le porteur lui-même. J’avais d’ailleurs lu quelque part que ce qu’il faudrait prendre en compte n’est pas le poids du porteur mais sa masse musculaire.

En espérant ne pas avoir été hors sujet…

Pile dans le sujet. ;)
Les 15% sont une base moyenne communément admise, je n'ai pas de sources médicales ou sportives sur le sujet sous la main.
Dernière rando' sur 3 jours j'avais dans les 10kg de sac pour 75kg de bonhomme, RAS. Plusieurs copains qui avaient un ratio supérieur(tout en étant un peu plus lourds eux-mêmes) on un peu peiné sur certains passages. D'autres dans le même temps étaient partis en MUL(environ 10%) et ont été moins fatigués.
La forme compte aussi bien entendu.
L'âme sûre ruse mal. ;)

29 décembre 2017 à 22:48:12
Réponse #15

Mrod


Salut,

Mon petit grain sel au hs,

Comme dit, 15% c'est une moyenne toute relative. Relative à plein de facteurs: au bonhomme, son entraînement, son équipement (le confort de portage), comment le poids est réparti, etc. Seconde précision. Ce ratio est un indicateur qui a pour seul but de limiter les risques de blessures lors d'un effort prolongé.
Rien avoir avec un effort bref et ponctuel, qui est plus proche des 150%. Pour vous donner un ordre d'idée et de comparaison, lorsque l'on saute d'une hauteur d'un mètre, nos jambes encaissent le double de notre poids total, donc 100% et ce sans aucun problème. Mais si vous le faites deux cent fois d'affilé sans entraînement, là ça posera problème à coup sûr.

Pendant ma formation d'accompagnateur on m'a enseigné: 10% pour le péquin moyen, 15% pour une personne entraînée et max 20% pour quelqu'un qui pratique régulièrement et ce depuis plusieurs années. Au delà, le risque de blessure ou de traumatisme est exponentiel.

Petit cours accéléré de traumatologie liés au sport.

Les risques liés à une surcharge, dans le cadre de la pratique de la randonnée?

Y'en a deux différents. Le premier, qui est le plus fréquent, est accidentel. La fatigue, liée à l’effort prolonger, engendre une perte du contrôle et des capacités musculaires qui peux provoquer un accident, cause du dit traumatisme, comme par exemple une chute ou se tordre une cheville sur un mauvais appui. Forcément plus on porte de poids plus la fatigue est rapide et proportionnellement grande, donc le risque accru et du fait d'une masse supérieur, le traumatisme est aussi potentiellement plus grave.
Le second risque, c'est un traumatisme lié directement à l'effort prolongé. Faut comprendre que y'a très peu de risque de blessure musculaire, à proprement parler. Blessures qui le plus souvent n'arrivent qu'à l'échauffement ou au début de l'activité par manque d'échauffement. Mais pas sur un effort prolonger. Le risque le plus fréquent c'est au niveau des ligaments et tendons. Pour deux raisons: La première c'est que les muscles sont bcp plus souples et flexibles et encaissent mieux les traumatismes car le muscle est prévu pour ça, il se développe et se renforce justement grâce à des micro-traumatismes. La seconde raison c'est que les tendons et ligaments sont beaucoup plus long à ce renforcer que les muscles. Le muscle s'adapte très vite et on peux développer ces capacités très rapidement, ce qui n'est pas le cas des tendons et ligaments (idem pour les os). Il faut des mois de pratique régulière pour qu'ils s'adaptent et se renforcent, au minimum six mois de plus que les muscles, en ce qui concerne les os c'est encore plus long.

Edit: J'ai oublié de finir et de répondre à Matagot et buffalo
On peux pas se baser sur la masse musculaire car chaque individu, de base, a une résistance morphologique lié à sa propre masse totale. Un gars de 120kg aura des muscles, tendons, ligaments et os adapté à son poids, idem pour un type de 60kg. Voilà pourquoi on l'exprime communément en % et pas en masse réelle (kg).
D'autre part la masse musculaire n'a rien avoir avec ça résistance réelle face à une surcharge, et encore moins liée à l'endurance du bonhomme (qui détermine le degré de fatigue musculaire à effort égal).

Concernant le portage, ça n'a rien avoir avec la qualité du dit sac à dos. Y'a des premiers prix qui sont très bien et visse versa. Ce qui compte c'est que le sac soit adapté à la morphologie du porteur, qu'il soit réglé correctement (ce qui est très rarement le cas) et que le poids total (sac + emport) soit inférieur ou égal à ce pourquoi il est fait.

Nico
« Modifié: 29 décembre 2017 à 23:19:24 par Mrod »
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

13 janvier 2018 à 19:42:58
Réponse #16

Campeur


volume et poids d'un bob ?.... ben ça dépend combien tu es ? tu es deux , trois, quatre ou plus ? tes mini toi, c'est des bb ou des gaillards. Ta douce/ton doux peut porter ou s'occupe des petits ?

j'ai un bob à la maison, en cas d'évacuation, genre  :

- les pompiers frappent à ta porte à 3 h du mat, le ruisseau du coin est devenu un torrent et ravage tout sur son passage.
- ou encore, la maison a pris feu, et c'est le craquement des flammes qui me réveille

j'ai des petits (de moins en moins petits - 14 - 10  ^-^) et une douce qui n'est pas wonderwoman  :love:

Mon sac fait plus de 15kg... j'ai pas pesé, mais il y a de quoi habiller toute le monde chaudement... quand tu as retiré les fringues, il est moins volumineux... au bout de 2 jours, il y a déjà moins de bouffe... pas d'eau, mais un filtre à pompe et une outre adapté au filtre... du coup ça reprend du poids...

bon mais tout ça, ça veut dire que je pars à pied .... ??? la voiture a brûlé aussi ou le ruisseau l'a emporté...

pour moi le BOB doit répondre à la règle de trois... pour quatre... c'est pas nouveau, mais c'est un repère.
"Posséder les arts de la paix mais non ceux de la guerre, c'est un manque de courage...posséder les arts de la guerre mais non ceux de la paix, c'est un manque de sagesse" Wang Yang Ming (1472 - 1529)

14 janvier 2018 à 08:09:18
Réponse #17

raphael


et pourquoi pas un petit chariot de jardin pour transporter tous vos bobs ?
Se connaitre et s'accepter


14 janvier 2018 à 11:25:04
Réponse #18

Ascanio


Pas mal, le chariot de jardin ! C'est un peu grand pour mon petit appart, alors j'ai dégoté un bug-out-chariot de mamie.
Du coup, j'ai révisé son contenu et je me pose une question : combien de temps peut-on conserver l'eau ?

Je n'achète pas d'eau en bouteilles, je bois l'eau du robinet, du coup je ne peux pas faire tourner un stock. J'ai quelques thermos et gourdes, lors d'une coupure d'eau au mois d'août, j'avais rempli (entre autres) un thermos que j'ai ensuite oublié dans un coin : l'eau n'avait pas de goût suspect. Je pense que j'avais nettoyé le thermos avant de le remplir, je fais attention à ce genre de choses, et l'eau qui nous arrive au robinet est très surveillée, donc exempte de bactéries, virus et parasites. Mais à long terme ? Je suppose qu'une eau propre dans un contenant stérile ne va pas croupir spontanément, mais j'aimerais vos avis éclairés.

À part ça, je retiens l'idée du filtre.
Autre idée, une vache à eau souple ? Pour aller chercher 10 ou 20 litres d'eau au camion ?
" Celui qui sait s'orienter n'a pas besoin de GPS. " (pcc Lao-Zi.)

14 janvier 2018 à 12:31:55
Réponse #19

Arnaud


Du coup, j'ai révisé son contenu et je me pose une question : combien de temps peut-on conserver l'eau ?

Indefiniement ? au pire tu la traites à nouveau quand tu en as besoin.

Autre idée, une vache à eau souple ? Pour aller chercher 10 ou 20 litres d'eau au camion ?

C'est fragile... dans un contexte dégradé mieux vaut un jerrycan ou même un seau.
2 récipients de 10L étant à mon avis plus pratique qu'un de 20.

cf. Porteur d'eau
« Everybody has a plan until they get punched in the mouth.»

14 janvier 2018 à 14:34:17
Réponse #20

Tompouss


Perso j'ai un puits avec une pompe électrique ET une pompe mécanique, je bois la flotte comme ça mais si j'avais un doute j'y collerai de la javel (non aromatisée) selon ces doses en fonction du % de la javel :
1%      =  10 gouttes par litre.
4-6%   =  2 gouttes par litre.
7-10% =  1 goutte par litre.

C'est ce qui se fait sur plein de réseaux d'eau potable en France et ailleurs. Attention cependant la Javel perd de son efficacité avec le temps et c'est d'autant plus significatif que la concentration est faible.

Si je veux conserver de la flotte je remplis des bidons (opaques) et j'y colle la même dose, je les stocke  dans ma cave (mais ça passe aussi sous le lit), je fais tourner le stock régulièrement car quand je brasse de la bière j'utilise de l'eau pour le refroidissement, je la récupère soit vers mes bidons soit vers mon récupérateur d'eau de pluie s'il n'est pas plein. J'ai 6 jerricans alimentaires de 20l soit 120l ce qui fait un bon 10j d'autonomie mais là du coup je ne prévois pas de la bouger. Pour les activité outdoor avec moyen de transport (genre escapade en zodiac sur le rhin pas loin de chez moi) j'ai deux bidons de 10l, ils peuvent servir à chercher de l'eau aussi si besoin, et j'en colle souvent un des deux (plein) dans la voiture si on fait un long trajet, ça peut dépanner si on a une fuite de LDR, ça permet de rester bien hydraté si on se retrouvé bloqués en route...

Après franchement, dans un sac d'évacuation, si je devais me retrouver dans la cambrousse (mais je ne vois pas quel événement possible me pousserait à aller me réfugier dans les bois)  je privilégierait un petit filtre à eau et plusieurs contenants de 1l que de trimbaler un jerrican.
Les bons choix viennent avec l'expérience. Et l'expérience ? De tous les mauvais choix desquels on a survécu  ;#

14 janvier 2018 à 19:01:03
Réponse #21

Chill


et pourquoi pas un petit chariot de jardin pour transporter tous vos bobs ?

…Parce que c'est du poids mort, et que ça n'a pas une stabilité fantastique en roulis ?

Le chariot de courses de Mamie pèsera moins du quart du poids à vide pour une capacité d'emport de 50 à 70L. En cherchant un peu plus, il en existe qu'on peut atteler à un bike, avec des roues robustes et une faible trainée (roulements)
Comme pour les valises à roulettes : quel hiérarchisation/cahier des charges pour le portage ? pour le roulage ? pour le look :) ?

Un avis, pas une polémique !
   Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

14 janvier 2018 à 19:02:05
Réponse #22

Draven


Pas mieux que Tompouss, dans un " sac d'évacuation " je mettrais plutôt un bon filtre et des poches souples ( stockées vide ) et une ou deux gourdes pleines.

Par contre a domicile tu peux stocker autant d'eau que l'espace dispo te le permet  ;D
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

14 janvier 2018 à 19:22:37
Réponse #23

Chill


Citation de: Ascanio
combien de temps peut-on conserver l'eau ?
Je n'achète pas d'eau en bouteilles, je bois l'eau du robinet, du coup je ne peux pas faire tourner un stock.

"Vous pouvez répéter la question ?" ©
J'ai la comprenette lente :  c'est de l'eau à transporter ou à stocker ?

Si c'est du stockage, tout ce qui est dans les tuyaux après le compteur t'appartient ;) et tu précises déjà qu'elle ne pose pas de problème de conservation. Il me semblait que tu étais sur un piste :
Citation de: Ascanio
Cette discussion m'a rappelé que j'avais un petit cumulus récupéré tellement entartré qu'on aurait cru un bac à sable. Comme je n'ai pas la possibilité d'installer un capteur solaire […], ni d'échangeur frigo/chauffe-eau, etc, je vais quand même tenter un truc : l'installer dans la sdb sans isolant, pour essayer de profiter de la température ambiante *. C'est facile à faire, juste des flexibles à dévisser/revisser.

Citation de: Chill
Si tu utilises ton cadavre de cumulus uniquement comme tampon de "chambrage" de ton chauffe-eau, il pourra aussi te servir de stock d'eau en cas de panne si il dispose d'une purge judicieuse. Vérifie l'emplacement/la présence d'un clapet anti-retour en amont.

Si c'est un déplacement, une quantité raisonnable, dépendante des us et coutumes de chacun, associée à des solutions pour traiter les diverses "sources" rencontrées ?
A part quelques rares endroits, l'eau ne me semble pas un problème insurmontable dans le contexte "commune rurale grosse agglo" en France.
Pas mieux que Draven ou Tompouss, quoi …


    Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

14 janvier 2018 à 20:34:20
Réponse #24

Ascanio


Salut Chill, j'ai dû mal m'exprimer. Donc : il y a un tremblement de terre, je fuis avec mon BOC (Bug-Out-Chariot), et une fois dans le gymnase ou on a rassemblé les rescapés/sous mon tarp à guetter les zombies, je décide de boire un coup. Et là, damnerde, j'ai zappé de changer l'eau dans mes gourdes, elle sent le croupi.
La question est donc : depuis combien de temps ne l'ai-je pas changée ?
  • six mois ?
  • un an ?
  • l'époque des pyramides ?
Je ne sais pas si il y a le moindre risque, encore une fois je nettoie les récipients avant de les remplir avec de l'eau si propre que j'en ai honte de ch.. dedans (mais c'est un autre débat). Est-ce que je ressors mon attirail de petit chimiste, fabrique du chlorure d'argent, le bourre dans des sachets de thé que je virgule dans mon thermos et ma gourde, ou est-ce superflu ? Suffit-il que je change l'eau quand j'y pense, à chaque fois qu'il y un film de zombies à la télé  ;D ?
Je préfère poser la question.
Pour le cumulus, ben je prends quand même des douches un peu plus souvent, donc ça ne devrait pas trop stagner  ;)
" Celui qui sait s'orienter n'a pas besoin de GPS. " (pcc Lao-Zi.)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité