Nos Partenaires

Auteur Sujet: Retex femme rando condition hivernale -5°C (-15°C avec effet éolien)  (Lu 334 fois)

27 novembre 2017 à 10:24:59
Lu 334 fois

Kilbith


Salut,

Désolé, je n'ai pas encore sauté le pas pour mon opération...je me permet seulement de relater ici l'équipement de mon épouse lors d'une rando à la journée effectuée fin novembre dans les Pyrénées (ce WE donc).

La météo (non montagne!) annonce : froid (-3°C le matin à 800m, vent 15km/h, possibilité de chute de neige, ciel bouché devant se dégager dans l'après midi). La météo montagne des conditions plus rudes en altitude.

Départ vers 9h30 parking col à 1058m, température -5°C, vent de nord 20/25km/h, temps couvert, humidité importante, légère chute de neige fondue. Montée plein sud (à l'ombre donc) jusque vers 1800m et redescente par les bois vers 700m approximativement 4/5 heures de marche (environ 700m+, 1100m-, 12km) et une grosse demi heure de pose.

Nous étions en groupe avec des randonneurs ayant une bonne forme physique (mais pas jeunes) et dans l'ensemble une bonne expérience de la randonnée à la journée.

Pas des gens hyper équipés, par exemple on trouve encore pas mal de tshirt coton et le matériel est souvent assez lourd. Le genre à avoir une organe, une banane, un sandwich et un coup de gnôle dans le sac pour le picinic.

En somme des gens ayant une longue expérience de la randonnée loisir (10, 20, 30, 50 ans) mais, pour la plupart, pas de grande connaissances technique ou ne s'étant jamais pris le choux.

Des gens n'ayant pas énormément d'argent à consacrer au matériel (ou pas l'envie) et donc ayant un équipement "à l'ancienne" ou "chaud". Des vrais gens "normaux" quoi. 

Dès le départ, le groupe à froid sur ce col venté. Tout le monde se couvre (parfois trop) et sort ses moufles quand c'est disponible (les gants dans ces conditions sont inutiles et/ou coutent souvent dans les 80/100€). On voit apparaitre des moufles "vintage" de type "walter cecchinel", le top pour l'alpinisme.....circa 1980.

Plus on est monté plus il faisait froid car le vent a augmenté (jusque vers 40km/h), la neige tenait au sol, et l'on se trouvait dans les nuages (brouillard) avec très peu d'éclaircies. En plus de l'effet de l'altitude évidemment. Le rythme de montée était d'environ 400m heure.


Globalement, l'effet éolien donnait donc un petit -10°C au départ et un bon -15°C au plus haut de la journée. Sans soleil et avec une bonne humidité mais sans grosse précipitation. Dans ces conditions il est essentiel d'être presque entièrement couvert, on peut juste faire l'impasse sur le masque.

http://encyclopediecanadienne.ca/fr/article/refroidissement-eolien/
http://macon71-meteo.pagesperso-orange.fr/index_fichiers/Page583.htm

J’en viens à l'équipement de ma femme, qui n'a pas eu froid contrairement à l'ensemble du groupe. Elle est assez frileuse et n'aime pas du tout "avoir froid". Le "no pain no gain" est à ses yeux un comportement de gamin.  :closedeyes:

Elle avait  de bas en haut :
- chaussures Lowa de type hiver (semelle G3, doublure goretex partelana).
- Chaussettes laines hautes de type icebreaker
- Panty laine Devold
- Pantalon "softshell" norrona très coupe vent et bien déperlant avec zip d'aération sur le coté (point important). Guêtre intégrées mais sans crochet ni fil sous le pied. Petites guêtres en renfort dans le sac, même s'il n'était pas prévu de grosse neige au sol.
- Brassière laine (icebreaker?)
- TS MC femme en laine/polyamide brynje à maille.
- TS ML capilène patagonia à zip long.
- Veste patagonia Torrentshell (coupe vent D4 léger resté dans le sac).
- Sous gant synthétique D4+ moufle windstopper like (BH).
- casquette mckinley à visière, pertex like+micropolaire, couvrant les oreilles.
- Buff laine mérinos.


Elle n'a pas eu froid durant une grosse partie de la montée. Puis, quand la montée s'est faite moins raide, elle a commencé à avoir froid aux mains (les conditions étaient aussi plus rudes). Elle a donc ajouté un gilet en duvet fin uniqlo sous sa veste (après avoir hésité à porter du duvet à l'effort). Quand elle a commencé à avoir un petit peu froid au bout des pieds, elle a mis ses moufles "de secours" Ziener bien épaisses mais pas "techniques".

A ce stade, le groupe avait froid. Pas mal de chaussures étaient bien humides (manque d’entretien des chaussures) du fait de la neige. Heureusement, on arrive à la cabane.

Mon épouse ajoute alors en "surveste" une veste primaloft one 100g/m² à capuche et totalement coupe vent (marque salewa). Elle met aussi une jupe Mckinley en synthétique (genre primaloft sport 60g et polaire sur les coté) sur son pantalon et bien sûr un "sit pad" sous elle. Elle peut manger tranquillement et même retirer ses moufles (dans la cabane!).

Elle regrette l'absence de thé chaud dans un thermos. A noter que très peu de gens ont bu lors de cette journée car l'eau était "trop froide". Comme d'habitude, les porteurs de gourde souple ont, pour la plupart, eu leur matériel mis hors service par le gel.

Après cette courte halte (20min) parce que le groupe désormais à l'arrêt "se gelait"...redescente. Mon épouse à conservé sa doudoune. Arrivé au parking de départ, tout le monde avait eu froid (sauf mon épouse à priori).


Je n'ai pas fait ce retex pour "parler matos". Je voulais juste indiquer que Fin Novembre, dans les Pyrénées, en "moyenne montagne" on pouvait avoir très très froid. Ce n'est probablement pas un problème....tant que tout se passe bien.

Il faut donc prévoir le matériel nécessaire pour "faire face". On peut avoir du matériel "simple" (pull over, cache nez, gants laine, pantalon velours, raincut, guêtres...) comme c'était le cas pour certains participants. Ce type de matériel est dans vos armoires ou trouvable à "pas cher du tout".

Mais ce sera plus lourd, plus encombrant ET cela nécessite une "discipline" rigoureuse (se déshabiller et se rhabiller plus souvent). La marge d'erreur est plus faible qu'avec du matériel plus moderne et plus évolué.

Je conseille quand même, afin de faciliter les choses, l'achat de sous vêtements synthétiques même bas de gamme (D4, LIDL...) et d'un vêtement étanche si possible imper/respi (Raincut). Ainsi que de se tenir le plus possible à l'écart du coton (et équivalent genre lin).

Je conseille aussi d'entretenir son matériel. Surtout pour les chaussures et la couche imperméable (cela comprend les guêtres). C'est un point très important, souvent négligé.

Cela ne sert à rien d'avoir une "veste goretex d'alpinisme 400€" jamais lavée avec un DWR tout pourris : aucun avantage par rapport à une Raincut en bon état. Au contraire.

De la même façon, passer le zip de ses guêtres à la paraffine et les brosser après usage change la donne. Et évidemment, entretenir scrupuleusement ses chaussures. 

Bonne randonnée....en confort*.

 ;)


*Si vous êtes confortable en conditions normales, vous préservez une marge quand les problèmes arrivent. Si vous êtes "limite" en conditions normales...vous serez probablement en dessous de l'acceptable "WTSHTF".


« Modifié: 27 novembre 2017 à 12:18:53 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

27 novembre 2017 à 11:18:59
Réponse #1

raphael


Boire avant d'avoir soif, s'habiller avant d'avoir froid et se deshabiller avant de transpirer. C'est de la discipline, contraignant mais ca change le confort.

Et entierement d'accord sur l'entretien des affaires et une solution pour l'un n'est pas une solution pour l'autre.

Faut tester, re tester
Se connaitre et s'accepter


27 novembre 2017 à 12:14:03
Réponse #2

Nirgoule



A noter que très peu de gens ont bu lors de cette journée car l'eau était "trop froide". Comme d'habitude, les porteurs de gourde souple ont, pour la plupart, eu leur matériel mis hors service par le Gel


J’ai abandonné récemment les gourdes souples pour les même raisons
 ;)
« Hier la journée a été dure. Si vous voulez en parler pour évacuer, c’est mon boulot »
« On voudrait du lubrifiant et des piles . Je me sentirai moins stressé si j’en avait, m’sieur »
Generation Kill

"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

27 novembre 2017 à 12:17:16
Réponse #3

guillaume


Merci pour le retour !

Je note qu'il y a une grande maîtrise dans la gestion des couches. Et pour ça, il faut de l'expérience et se connaitre.
Ou savoir écouter les anciens ;).

Par ailleurs, c'est souvent facile quand on est en bonne santé d'être confort par temps froid lorsqu'on est en activité.
Dès qu'on s'arrête un peu longtemps c'est là que la marge de sécurité qu'on a pris dans le sac fait toute la différence !
Je note l'idée de la jupe pour les cuisses. On néglige très souvent cette partie par temps froid.

a+

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

27 novembre 2017 à 12:22:20
Réponse #4

Kilbith


Je note l'idée de la jupe pour les cuisses. On néglige très souvent cette partie par temps froid.
a+

Classique dans les pays scandinaves. Courant chez les skieuses  qui portent une jupe en duvet (ou synthé) pour les phases peu actives.

Pour ma femme : Jupe trouvée dans un Mc kinley suédois à Kiruna.





C'est valable aussi pour les garçons.... ::)
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

27 novembre 2017 à 13:08:02
Réponse #5

Persil


Merci ++ pour le retour Kilbith  :)

C'est pas souvent qu'on parle des femmes par ici ...  ::)

27 novembre 2017 à 13:24:51
Réponse #6

Cheyenne


Pourquoi meteo Mâcon 71?
Je suis maconnais - toi aussi ?

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité