Nos Partenaires

Auteur Sujet: Constructions avec matériaux divers  (Lu 201 fois)

13 septembre 2017 à 10:52:16
Lu 201 fois

Ascanio


Ah, autant pour moi... De toute façon, souder une chaine comme ça, nous l'avons vu, ce n'est pas une bonne idée, finalement.
Mais quand meme, j'ai entendu encore ce matin à la radio que les gens allaient etre accueillis dans des tentes gonflables de l'armée...
Pardon d'insister, mais est-ce que nous, Français, nous ne sommes pas capables de projeter du béton sur des machins gonflables pour mettre quelques démunis à l'abri ? Nous qui avons construit le plus beau viaduc du monde ? Qui avons inventé la photo ? L'aérostat habité, l'optique adaptative ?
Ou alors, d'acheter aux Américains ou aux Britanniques leurs abris urgeo-permanents* ?
Ah non, j'ai trouvé : je vais envoyer un mail aux architectes de l'urgence ou aux artisans du coeur (ou l'inverse) pour leur suggérer  :)
Peace,
Ascanio.

*çui-là, je vais le déposer  ;#
" Celui qui sait s'orienter n'a pas besoin de GPS. " (pcc Lao-Zi.)

13 septembre 2017 à 12:55:51
Réponse #1

Namar


Sans doute tout simplement parce que le béton n'est pas la meilleur alternative :

Ca demande de l'eau en quantité pour être travaillé, pas forcement trouvable sur place (contrairement au torchis et autres), lourd à transporter, il en faut d'énormes quantités si tu veux loger plus d'une famille, nécessite un savoir faire et de l'outillage (assez basique certes, mais plus que pour savoir gonfler un abri), ça n'est pas le truc le plus rapide à mettre en place, et pas possible de mettre en forme les abris à l'avance pour les transporter une fois fini sur le lieu (ou très lourd logistiquement) pas très sain comme matériau pour vivre dedans (absorbe les liquides les fumées, probablement pas ou presque pas de fenetres) etc...

De plus c'est un matériau assez cher surtout qu'il en faut une bonne épaisseur
Et puis c'est pas réutilisable, pas vraiment étanche, en tout cas ça absorbe l'humidité, c'est fragile si pas de structure (donc on augmente le nombre de matériels et matériaux nécessaires, le temps de travail pour construire l'abri, le nombre de connaissances requises etc...).
De plus une fois que ton truc d'urgence est construit, c'est une vraie galère à démonter.
Et vu que les gens qui logent dans ce genre de construction ne tiennent pas forcement à habiter toute leur vie dans un abri d'urgence en béton franchement pas génial, construit à la va vite pour le moins cher possible, et donc absolument pas perenne, bah c'est pas vraiment très pratique si une fois la catastrophe passé et que tout commence à être reconstruit durablement, tu te retrouves avec des trucs en béton en plein milieu d'un endroit qui pourrait servir à d'autres choses comme mettre une ville, des champs etc...
(parce qu'un endroit ou t'as de la place pour loger pas mal de personne dans des abris, ça veut dire un endroit plat, relativement sain et sans risques et c'est pas si fréquent que ça en fait).
Donc ensuite il te faut des bulldozer, du temps et de l'argent pour détruire ce qui à déjà couté du temps et de l'argent. Alors que dans ce genre de situations, l'argent doit servir à pleins d'autres choses et qu'il manque souvent.

Il existe pleins d'alternatives plus durables que le gonflable, avec des matériaux recyclés, trouvables sur place, pas chers voir gratuit, facilement démontables, et qui peuvent resservir à d'autres choses après. ou bien des habitats totalement habitables, faciles à transporter, pouvant resservir autant de fois que nécessaire.
Mais ça coute plus cher que la simple tente qui se retrouve souvent dans les camps de réfugiés par exemple, et c'est tout de même moins rapide à mettre en place.
L'urgence étant souvent d'offrir en priorité des conditions sanitaires viables et d'offrir l’accès aux nécessites de base (soins, eau, nourriture)

Pas mal d'architectes de l'urgence ont fait des travaux remarquables sur le sujet avec beaucoup de créativité et d'ingéniosité et ont trouvés des solutions viables qui présentent beaucoup plus d'avantage que le béton.
Regarde les constructions de Shigeru-Ban par exemple qui a entre autre travaillé sur ce sujet, sinon avec "emergency shelter" tu trouvera pas mal de résultat avec de nombreuses explications.
Après que l'état (français dans ton exemple) soit un peu radin quant il s'agit de débourser l'argent public, c'est pas franchement nouveau.... Après on à du mal à imaginer que juste le strict nécessaire représente très rapidement des sommes astronomiques.
Mais on est en mesure dans certains cas (comme par exemple pour le plus récent) de se poser la question "quid de l'anticipation et du manque de préparation ?"
« Modifié: 13 septembre 2017 à 13:07:08 par Namar »

13 septembre 2017 à 16:07:50
Réponse #2

Ascanio


Wow. Merci Namar. C'est cool de pouvoir poser des questions un peu c*nnes et d'avoir des réponses aussi précises.
Je sais bien qu'il existe des solutions utilisant des matériaux trouvables sur place. Bon, à St Martin on ne va peut-etre pas construire en terre, non plus, pour voir les constructions emportées par la première averse comme la fortresse de Bam.

En tout cas, ce que je vois comme "emergency shelters" sont souvent des trucs pliables, de l'origami, genre Hexayurt. J'en ai inventé aussi, des ultra low-cost qui se construisent avec une scie à main et un vilebrquin et beaucoup d'huile de coude ; mais c'est bon pour les pays tempérés (et encore, il y a parfois des tornades dans les Cévennes).

Y-a-t'il vraiment une solution abordable et praticable ? Les containers ? Un drone géant qui imprime des maisons depuis le ciel ?  ;#
Au fait, j'ai entendu dire que le pouvoir entendait "simplifier les normes". Chouette, je vais enfin pouvoir habiter dans une yourte.
" Celui qui sait s'orienter n'a pas besoin de GPS. " (pcc Lao-Zi.)

13 septembre 2017 à 18:38:40
Réponse #3

Chill


En tout cas, ce que je vois comme "emergency shelters" sont souvent des trucs pliables, de l'origami, genre Hexayurt.
[...]
Y-a-t'il vraiment une solution abordable et praticable ? Les containers ?

Dans le Cahier des Charges des "emmegency shelters", les parties "Coût de possession et d'usage", "Stockage" et "Transport" occupent une place non négligeable. On ne sait pas quand ni où cela servira ... D'où les solutions pliables, emboîtables ou les "gonflables" ; ou le ré-emploi/détournement d'existant.
Stocker ou transporter du vide : bof  ::)

Les container, pour une île, pourraient être une (partie de la) solution. Ils existent en grand nombre et sont déjà répartis un peu partout.
Reste à établir des conventions avec les proprios, ports, armateurs et autres pour mettre à disposition et transporter ceux qui seraient "disponibles" dans la région. Une suggestion de proposition de "loi utile" au corps législatif ?
Les seuls modes de transports abordables sont le bateau (proximité de ports et moyens de manutention) ; ou le chemin de fer. La route ou les airs seront peu rentables : 1 vecteur pour 2 à 4 boîtes !?   ^-^
Je ne sait pas combien de containers routiers rentrent dans un A400M  ;)
Cela restera des système frustes, juste des lieux de sommeil ou des abris (vent, pluie).

Un autre thought du Chill.   :D
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

13 septembre 2017 à 19:03:44
Réponse #4

Namar


Les containers c'est plutôt pas mal niveau espace habitable et couvrant, mais ca demande quand meme un minimum de modifications pour être un tant soit peu confortable.
Je pense que vous imaginez sans mal ce que ça peut faire d'être dans une boite de métal sans isolation, et sans aucune ouverture pour pouvoir aérer en journée, surtout sous les tropiques avec en plus l'humidité.
De plus même pour le transport par bateau il est tout de même nécessaire d'utiliser des grues pour les empiler et de grosses bêtes mécaniques pour les déplacer une fois à terre (et les machines ne sont pas forcement utilisables car détériorées ou les dégâts peuvent rendent les déplacements rapidement impossibles)

A ces deux problèmes que posent les containers, la tente gonflable (et même la plus basique non gonflable) l'emporte largement.

13 septembre 2017 à 22:40:24
Réponse #5

Chill


Les containers c'est plutôt pas mal niveau espace habitable et couvrant, mais ca demande quand meme un minimum de modifications pour être un tant soit peu confortable.
Citation de: Chill
Cela restera des système frustes, juste des lieux de sommeil ou des abris (vent, pluie).

 

Je pense que vous imaginez sans mal ce que ça peut faire d'être dans une boite de métal sans isolation, et sans aucune ouverture pour pouvoir aérer en journée, surtout sous les tropiques avec en plus l'humidité.

Sans aucune ouverture ?
De part en part :


Accès latéral :


Un des avantage du container, c'est qu'il en existe de toutes sortes. Mais s'il faut juste un pan de toile pour fermer partiellement, ça doit se trouver :


De plus même pour le transport par bateau il est tout de même nécessaire d'utiliser des grues pour les empiler et de grosses bêtes mécaniques pour les déplacer une fois à terre (et les machines ne sont pas forcement utilisables car détériorées ou les dégâts peuvent rendent les déplacements rapidement impossibles)

Bateau ? Bateau !



ou bateaux ...  ;#


Manutention civile :

Car à fourche :

... et nos militaires sont équipés :


A ces deux problèmes que posent les containers, la tente gonflable (et même la plus basique non gonflable) l'emporte largement.

Oui, mais on attendait José ! Est-ce à ça que tu pensais :  ;D



Je ne défends pas le container comme solution ultime. Je ne dis pas que tu as tort, ni que tu as raison. J'alimente le débat : rien n'est tout blanc ou tout noir.
• La chaîne soudée pour réaliser des ossatures c'est bien "en théorie", mais qui se soucie de la poussée minimale sur les murs pour des constructions d'urgence ? Et comment figer ce profil théorique ?
• La tente c'est bien pour des déplacés en terrain sec, avec vent modéré. Est-ce une solution viable avec un risque cyclonique ?
• Le container c'est fruste, pas forcément prévu pour être ventilé ou isolé, et moins portable que 15 kg de toile de tente. Cependant ils peuvent arriver remplis de vivres, de mobilier, etc, et ça résiste à la pluie et au vent.

Si l'abri d'urgence parfait existait, nous ne serions pas là en en causer au coin du feu.  :D

    Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

14 septembre 2017 à 00:43:57
Réponse #6

Namar


Bien vu en effet ! Je crois que je me suis laissé influencer par ma vision du container comme abri de moyenne durée, ainsi que par mes recherchent pour m'en faire un atelier qui m'ont laissé un amer gout de prix plutôt exorbitant pour le transport, de peu de choix de modèles, et des travaux à réaliser pour en faire un truc correct (mais bon j'avais vraiment pas beaucoup de sous a mettre la dedans aussi).
Cela dit, un très bon point pour le container pour moi si je suis coincé dans un endroit dépassant les 20°c j'opterais volontiers pour le modèle réfrigéré   ;#

Après ya tout de même le choix en tente, les tentes tunnels par exemple résistent franchement bien au vent si le sol permet de les arrimer correctement.

J'irais chercher dans mes anciens cours si j'arrive a les retrouver pour en sortir des exemples de constructions rapides

14 septembre 2017 à 09:13:11
Réponse #7

François


Un peu d’innovation : Un habitat social fabriqué en quelques jours avec une imprimante 3D  ;)

Sinon, une tente montée sur une robuste structure de tubes, me paraitrait assez facile à transporter et rapide à monter. Avec la possibilité de remplacer rapidement la toile après l'ouragan suivant, du moment que la structure à résisté à la tempête. Ça peut aussi évoluer vers un habitat plus durable en ajoutant une "safe room" en béton, et en remplaçant la toile par un bardage en bois ou en tôle.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

14 septembre 2017 à 15:08:39
Réponse #8

Ascanio


Oui, le coup de l'imprimante 3D, je l'avais vu ; je ne rigolais qu'à moitié quand je parlais de drones géants imprimant des maisons depuis le ciel. Il manque encore le moyen volant. Je suis un peu surpris toutefois, je pensais qu'on imprimait directement en béton. Je souligne le mot pour rappeler qu'il évoque divers mélange de liants -argile, chaux, portlandite- et des agrégats. Je suis fan du béton de tuileau romain : les constructions qu'ils ont réalisées avec il y 2000 ans tiennent encore, et dans l'eau de mer, s'il vous plait.

Il y aussi des trucs type Algeco, format container, plus ou moins, qui sont prévus  pour habiter. C'est encore du provisoire.
Tiens, un des avantages des tentes en béton gonflables est qu'on peut les enterrer, ce qui isole bien du vent et de la chaleur comme du froid.

Si j'avais la place de construire quoi que ce soit, ce serait une coupole carrée, https://en.wikipedia.org/wiki/Square_cupola en OSB 3, le temps de construire une maison en terre damée/ géopolymère /béton romain.  ;D
Je crois quand meme que j'essaierais de fourrer des fibres de basalte et du béton dans un tuyau suspendu à des arbres pour essayer la voute en chainette ;)
" Celui qui sait s'orienter n'a pas besoin de GPS. " (pcc Lao-Zi.)

14 septembre 2017 à 21:48:47
Réponse #9

Thrawn


J'avais lu, mais je n'ai pas le temps de retrouver la référence, mais j'avais lu que la construction en sac de sable était tellement efficace et pratique qu'elle n'était pas mie en place par les ONG dans les camps de réfugiés, de peur que ceux-ci deviennent définitifs (bon, ça ne l'es empêche pas de durer, mais bon...)

15 septembre 2017 à 09:17:11
Réponse #10

Karto


(...) mais j'avais lu que la construction en sac de sable était tellement efficace et pratique(...)

Pas exactement du sac de sable, mais en sac de terre il y a un bouquin de référence bien chiadé, dans l'optique de construction en dur de maisons d'habitation.

https://www.amazon.fr/Earthbag-Building-Tools-Tricks-Techniques/dp/0865715076

15 septembre 2017 à 11:18:30
Réponse #11

Ascanio


Ah oui, j'avis oublié cette technique :-[
Je crois que je vote pour : il n'y a qu'à transporter des sacs en polypropylène et du barbelé (et encore, c'est une solution de riches), ça demande certes pas mal de main-d'oeuvre, mais en gros, si on a des bras, c'est faisable. En plus on peut donner à peu près la forme qu'on veut*, ça a une grande inertie thermique et ça doit meme résister aux balles !

J'ai envie de remettre une pièce dans la machine : je me dis qu'en cas de nouvel ouragan ou d'épisode cévennol violent, les toits risquent de s'envoler à nouveau, laissant les murs de sacs de terre (donc) en place. Que faire pour que des toles ondulées portées par le vent n'aillent pas décapiter quelque malheureux ou causer quelque autre dégat ?

Les maisons japonaises, ai-je lu, étaient faites de matériaux légers afin qu'en cas de séisme, les habitants ne soient pas ensevelis sous des tonnes de décombres. L'intelligence japonaise...

Est-ce quon peu couvrir un maison uniquement avec des "baches" (épaisses et tout, hein, je veux dire du matériau souple en général), de la moumoute -chaume artficiel, ghillie, moquette- ?

Les cabanes thaies sont couvertes de feuilles de je-ne-sais-plus-quoi retenues sur une tige de bois par des clous en bambou. Ils les posent en rangées, de bas en haut, et la suivante recouvre la jonction de la précédente. Je suppose que c'est assez étanche, il pleut beaucoup pendant la mousson, mais ça ne dure pas et ça doit surement etre inflammable.

En fait, la réflexion ne porte pas que sur les catastrophes, ni seulement sur les zones tropicales : le climat nous joue des tours également en Europe, et par ailleurs il y a beaucoup de mal-logés. Beaucoup de gens qui campent dans les jardins publics, qui habitent des bidonvilles ou des réduits insalubres (et parfois chers).

Je l'ai déja mentionné, j'ai entendu que le gouvernement veut assouplir les normes. Est-ce que ça ouvre la voie à l'auto-construction ? Au retour des Castors ? Je me souviens d'avoir lu que les toilettes sèches avaient été reconnues officiellement comme moyen d'assainnissement. Mine de rien, ça "viabilise" d'un coup pas mal de terrain : plus besoin de tout-à-l'égout couteux ni de fosse septique à problèmes ; ça fait toujours ça de moins à payer, meme s'il reste encore à amener l'eau potable et l'éléctricité.

Je termine en revenant sur le terme "ghillie" que j'ai classé dans la catégorie "moumoute" : quand j'ai découvert (ici meme) ces tenues de "camouflage thermique", je me suis dit que c'était sans doute un excellent isolant. Bien sur, mouillé, ça doit etre moins bien. Mais quand meme... Le chaume et les toits thais sont aussi des séries de trucs allongés qui se recouvrent, façon écailles. J'avais vu un tuto "faire soi-meme son ghillie", je me demande si ce n'était pas sur le wiki, je regarderai après, en tout cas c'était fait avec du polypropylène non tissé, étanche et ininflammable...

* Meme des voutes nubiennes ?  ;)

Edit : j'ai trouvé ça : http://www.palmex.fr/installation/aloha/ Ce sont des feuilles de palmier en polyéthylène qui s'utilisent comme les trucs thais, dont ils disent que ça peut durer 50 ans !  Ils le vissent directement sur la charpente. Sous nos latitudes, j'ajouterais quand meme un isolant supplémentaire. Et puis, comme c'est du plastok, on peut lui donner la forme de feuilles plus locales. Un toit de feuilles de platanes ?
« Modifié: 15 septembre 2017 à 12:19:59 par Ascanio »
" Celui qui sait s'orienter n'a pas besoin de GPS. " (pcc Lao-Zi.)

15 septembre 2017 à 13:22:00
Réponse #12

Krapo


Laissons glouglouter les égouts !

16 septembre 2017 à 12:02:33
Réponse #13

Maelrando


Bonjour, j'ai trouvé le sujet très intéressant !

Je ne connaissais pas ce type de techniques pour créer une maison a partir de presque rien !

Sans parler de faire une maison de ce type : utiliser le même procédé pour un abris de jardin est pour moi bien plus intéressant que les cabanes toutes prête a 1000 euros chez les grandes enseignes de bricolage ... .

Merci pour ce partage fort instructif !

16 septembre 2017 à 22:07:10
Réponse #14

Namar


Pas retrouvé mes cours mais j'ai retrouvé dans mes marque-pages quelques docs pdf visualisables en ligne sur le sujet de l'autoconstruction ou de l'habitat d'urgence.
J'ai pas eu le courage de tout relire je l'avoue, je vous laisse donc libres juges de la pertinence de ces dossiers et de la validité de leur contenu

autoconstruction:

http://alphazomes.org/telechargements/AutoConstruction%20.pdf


habitats d'urgence:

http://www.sawaconsulting.org/wp-content/uploads/documents/Memoire%20MG.pdf

https://www.iom.int/files/live/sites/iom/files/pbn/docs/Reponse-aux-desastres-Abris-durgence-habitat-et-regroupements.pdf

http://www.urd.org/IMG/pdf/La_reconstruction_d_habitats_en_Haiti_Final_compresse.pdf

17 septembre 2017 à 10:15:04
Réponse #15

Krapo


Le staff peut peut être découper ce fil de discussion en 2 distincts : "souder une chaîne" et "construction" ?
Laissons glouglouter les égouts !

17 septembre 2017 à 11:14:21
Réponse #16

Ascanio


Bonne idée, Krapo. Je n'ai pas trouvé dans l'index de discussion similaire. Merci Namar pour ce lien sur l'autoconstruction, on dirait que c'est aussi de l'auto-édition... Du seventies pur jus, on dirait un peu l'An 01 ; en tout cas on voit que les problématiques actuelles étaient déjà, au moins, envisagées. Il y a aussi plein de techniques simples, ça parle de tubes d'eau en acier, de carton en rouleau, de polystyrène expansé pour isoler la deuche. "Attention, avertisssent-ils, ça peut prendre feu"  :) Qui oserait écrire ça aujourd'hui ?
En tout cas merci les anciens, vous n'aurez pas  fait que des c*nneries.

Mais foin de nostalgie, nous aussi on a plein de vieux pneus qu'on sait pas quoi en fout' ! C'est aussi une technique dirt cheap, c'est vraiment le mot. Il suffit d'empiler des rangées de vieux pneus où l'on tasse n'importe quelle sorte de gravas, gravats, ramblais,remblais (sic) que les gens donnent sur le Coincoin ; ils les livrent meme parfois, et en sacs  !

Utiliser de vieux pneus dans les murs d'une maison, c'est aussi les "stabiliser" quelques décennies ; est-ce une bonne solution, je ne sais pas, peut-etre qu'on sera heureux de retrouver du caoutchouc synthétique dans les vieilles baraques ? Pour le réutiliser, parce qu'il sera devenu rare, ou pour en retrouver la recette ?

Les pneus peuvent aussi à faire des bardeaux, mais seulement certains types, voir ce lien : http://www.appropedia.org/Tire_shingles
Il utilise un cutter (à lame en crochet ?) pour découper des pneus de course, qui n'ont pas de carcasse métallique dans la bande de roulement. J'ai déjà essayé de découper un pneu -pour récupérer la corde métallique qui renforce le rebord, pour un berimbau ;)- et je peux témoigner que c'est une vraie punition.
Je me demande si les pneus d'avion sont aussi faits comme ça ? Ça ferait de beaux bardeaux. Seul défaut des bardeaux en pneu, la couleur : le toit risque d'etre très chaud en été.
" Celui qui sait s'orienter n'a pas besoin de GPS. " (pcc Lao-Zi.)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité