Nos Partenaires

Auteur Sujet: Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. "Nelson Mandela''  (Lu 751 fois)

12 août 2017 à 09:53:21
Lu 751 fois

Izula


Bonjour à tous,

Par simple curiosité et pour continuer d'apprendre, pourriez-vous partager vos erreurs  :ohmy:, moments de stresses ^-^ , comment vous avez résolu le machin  ;D et si possible ce que vous en tirez comme expérience  :up: ?

Bonne journée

"Nous sommes dans la m*rde, mais ce n'est pas une raison pour la remuer"
"Etre souple comme le cuir, mais être trempé comme l'acier pour être et durer"
Marcel Bigeard

12 août 2017 à 11:30:33
Réponse #1

Boris


Salut.
J ai au moins une expérience qui m à été utile.
J ai 19 ans a l époque, je suis animateur neige dans un centre de vacances. On prends un télésiège et les deux gamins qui montent avec moi s assoient des deux cotes, je suis au milieu. Je referme la protection et on démarre. TT à coup j entends quelqu'un crier: "le petit!". Je ne l avais pas vu mais le gosse a ma droite tombait en glissant sous la protection... Juste eu le temps de le rattraper par la combi qui heureusement a tenue. Je n ai pas pu le remonter et l asseoir. J ai donc attendu jusqu'à la fin.
Serrant fort ma main...bon grip! Grosse frayeur. Et maintenant j ai appris,  Je check plusieurs fois...et je recheck encore...
« Modifié: 12 août 2017 à 11:39:16 par Boris »

13 août 2017 à 03:00:04
Réponse #2

Pnoey


Hello,

La fois où mon sale caractère a faillit me tuer : en ville avec des amis, un homme qui m'est inconnu s'approche sans se présenter, me tend la main pour me saluer. Et moi comme un c*n, ma bouteille de coca dans la main droite, je sors "Non, je ne vous connais pas."... 1ère erreur.

Rapidement la situation s'est envenimée, j'ai tenté de calmer le jeu en m'excusant, en lui souhaitant le bonjour etc... Mais ça ne lui a pas suffit. La jeune femme qui l'accompagnait me prends à parti verbalement et physiquement. Et alors que je me tourne vers l'homme pour voir s'il allait calmer la femme, je vois sa main dans le dos. 2ème erreur, je ne réagis pas et me retourne vers la femme. Quelques secondes après je me retourne vers l'homme juste à temps pour le voir lancer son bras en crochet et sentir quelque chose me toucher le cou.

Rapidement je m'éloigne de quelques pas, constate qu'il m'a toucher avec un couteau de cuisine d'une bonne vingtaine de centimètre, et porte de suite ma main là où j'ai été touché. Pas de sang, soulagement partiel. Puis ma troisième erreur, je sors le poing américain de ma poche, et tourne autour de l'agresseur pour tenter de récupérer mes affaires au sol. Puis après les avoir récupérées, mes amis et moi nous nous sommes enfuis vers le poste de sécurité du centre commercial tout proche (et heureusement qu'il était proche, car mon handicap ne m'aurait pas permis de fuir plus loin que ça, c'est à dire un bon 50m).

Au final, plus de peur que de mal, une simple coupure mais à 5cm d'une artère, et un bon coup de pied au cul pour ma part quand à ma façon de gérer ce genre de situation.

Les premiers mois suivants, j'ai eu une phase un peu de paranoïa, pensant que tout le monde était dangereux (mon déménagement vers Lille n'aidant pas). C'était il a 4 ans, j'avais alors 18 ans. Depuis j'ai découvert Volwest, ce forum, et j'ai suivis des formations en sécurité qui m'ont appris à gérer ce genre d'individu. J'ai identifié des erreurs que je ne compte plus refaire, mais je me demande sans arrêt si je suis passé à coté de quelque chose d'autre.

Application directe il y a quelques semaines : billard entre pote, je vais au bar chercher les boissons, quand un mec bourré s'approche, me dévisage, puis me tend mollement la main en marmonnant un "bongnouuur". J'avais juste envie de l'envoyer paître, mais je suis rester impassible, en lui serrant fermement la main et en lui répondant un "bonjour" courtois. Et il s'est en allé tout simplement.

Donc savoir se retenir parfois, c'est potentiellement sauver sa propre vie, ou celle de ceux qui sont avec nous. Voilà pour mon expérience :)

Au plaisir,

Pnoey
"La vie c'est comme l’accrobranche : il y a des hauts et des bas, mais dans tous les cas, faut s'accrocher !"

13 août 2017 à 09:10:43
Réponse #3

mrfroggy


Beaucoup plus jeune j ai fait l erreur de "provoquer " gentiment, mais provoquer quand meme ,un Judoka, champion de Bretagne je crois.
je lui expliquais qu il était fort dans sa catégorie, mais que dans la rue c était quand meme différent.
Je prenais pour exemple mon frangin, tres bon combatant de rue, sans la moindre expérience "martiale".
On a fini par se confronter,  et je l ai mis au sol plusieurs fois.
ça l a vexé.
Une bonne heure plus tard,moi pensant à autre chose,et relâchant mon attention ,le gars me surpris de dos, et me  frappa dans les parties..Il aurait aussi pu etre muni d une lame, et me mettre un coup dans le dos...
Moralité faire tres attention à l orgueil, c est quelque chose de vraiment dangereux.
J avais lu un bouquin interressant ,livre d Henry Plée, il abordait ce sujet...me souviens plus du titre..







 
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

14 août 2017 à 00:28:42
Réponse #4

Vanadium


Citation de: Pnoey link=topic=68341.msg549856#msg549856
Rapidement je m'éloigne de quelques pas, constate qu'il m'a toucher avec un couteau de cuisine d'une bonne vingtaine de centimètre, et porte de suite ma main là où j'ai été touché. Pas de sang, soulagement partiel.

Ah oui, donc le gars vient avec sa femme dire bonjour aux gens avec une lame de 20 cm cachée dans le dos. Ca ne peut être qu'avec de bonnes intentions, c'est évident !
S'il est venu te dire bonjour, ce n'est pas gratuitement. Tu lui aurais serré la main, il y aurait eu une suite tout de même : vraisemblablement une demande avec tentative d'embrouille, et au final, si résistance, sortie du couteau.

Le coup de "je te serre la main et je ne la lâche plus" tout en te liant une ficelle autour du poignet pour que tu payes une rançon pour être libéré, c'est un classique sur les marches qui mènent à l'église Montmartre à Paris.

http://www.leparisien.fr/espace-premium/paris-75/a-montmartre-les-touristes-pieges-par-les-tresseurs-01-08-2013-3021595.php
« Modifié: 14 août 2017 à 02:57:08 par Vanadium »

14 août 2017 à 08:11:27
Réponse #5

mrfroggy


Hs:Ya pas à dire, Paris c est quand meme un sacré merdier....

Disons qu on ne demandait pas de juger la situation, surtout que dans le cas présent l arme était cachée.
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité