Nos Partenaires

Auteur Sujet: Consomables de premiers soins et grande péremption  (Lu 1889 fois)

06 juillet 2017 à 08:44:35
Lu 1889 fois

Pnoey


Bonjour à toutes et à tous,

Hier au boulot, j'ai pris le temps de vérifier l'ensemble du matériel de soin du chantier, notamment la malette de premiers soins. Vu qu'en deux ans personne ne l'avait fait, je m'attendais à trouver plusieurs items dont la date de péremption serait dépassée...

Que nenni ! Tous les consomables stériles (compresses, bandages, compressifs...) avaient une date de péremption datée à juin 2035  :o Pour une date de fabrication en 2015... Et leur conditionnement est tout à fait semblable à ce que l'on connait pour le "civil". En comparaison, les compresses que je trouve en pharmacie n'ont que 2 ans avant péremption...

 Donc j'ai fait une recherche sur le fofo pour trouver des éléments de réponses, et j'ai trouvé ce topic ( http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,5411.0.html ) où Maximil nous dit ceci :

Citer
  Quelque chose de stérile  a été stérilisé à un moment T: pour faire durer cette stérilisation, il y a deux méthodes: confinement parfait ou produit stérilisateur.
On utilise souvent de l'oxyde d'éthylène pour stériliser des gaze mais cet oxyde perd peu à peu ses proprietés et résultats, quelques années plus tard, il n'est plus stérile.
Autre raison: l'emballage devient poreux avec le temps et ne permets plus une étanchéité suffisante pour la stérilisation.   

Donc, cette méga-date de péremption, est-elle due à la qualité de l'embalage ? (moins poreux sur la durée ?) La durabilité de l'agent stérilisateur ? Une combinaison des deux ?
Et les consomables stériles que nous trouvons en pharmacie, sont-ils tout aussi durables, sauf qu'on ne nous met que deux ans d'utilisation, histoire de nous faire acheter ? Ou leur qualité de fabrication est vraiment moins bonne ? Et dans tous les cas, peut-on se procurer pour un prix correct, ce genre de consomables longue durée ?

Voilà, j'apporte plus de questions que de réponses, navré  :-[

Au plaisir,

Pnoey
« Modifié: 06 juillet 2017 à 09:44:17 par Pnoey »
"La vie c'est comme l’accrobranche : il y a des hauts et des bas, mais dans tous les cas, faut s'accrocher !"

06 juillet 2017 à 09:59:43
Réponse #1

Hurgoz


Yo,

Alors, je n'ai pas de réponse toute faite sur le "pourquoi", mais ce que je peux dire, c'est qu'il n'y a pas seulement le matériel stérile qui en a. Masque haute concentration, insufflateur, tubulure sont autant d'exemple, non stérile avec une date. Je met cela sur le dos d'une "fin de garanti constructeur" ou quelque chose s'en rapprochant.

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

06 juillet 2017 à 13:14:50
Réponse #2

Chill


'llo,

Donc j'ai fait une recherche sur le fofo pour trouver des éléments de réponses, et j'ai trouvé ce topic ( http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,5411.0.html )

Tu aurais pu trouver moins "profond" :  http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,68167.0.html

Citation de: Pnoey
Hier au boulot, j'ai pris le temps de vérifier l'ensemble du matériel de soin du chantier, notamment la mallette de premiers soins. Vu qu'en deux ans personne ne l'avait fait, je m'attendais à trouver plusieurs items dont la date de péremption serait dépassée...

Que nenni ! Tous les consommables stériles (compresses, bandages, compressifs...) avaient une date de péremption datée à juin 2035  :o Pour une date de fabrication en 2015... Et leur conditionnement est tout à fait semblable à ce que l'on connait pour le "civil". En comparaison, les compresses que je trouve en pharmacie n'ont que 2 ans avant péremption...

Donc, cette méga-date de péremption, est-elle due à la qualité de l’emballage ? (moins poreux sur la durée ?) La durabilité de l'agent stérilisateur ? Une combinaison des deux ?
Et les consommables stériles que nous trouvons en pharmacie, sont-ils tout aussi durables, sauf qu'on ne nous met que deux ans d'utilisation, histoire de nous faire acheter ? Ou leur qualité de fabrication est vraiment moins bonne ? Et dans tous les cas, peut-on se procurer pour un prix correct, ce genre de consommables longue durée ?

Les fournisseurs "sérieux" de matériel de soin/secours aux professionnels savent que le lot va durer "un certain temps", et sera, ou pas selon la nature de l'activité, utilisé.
Il peut donc être commercialement rentable d'indiquer une date lointaine ; notion de "sérieux", "compétence", etc. Comme les items sont protégés par la mallette, le cahier des charges des constituants peut aussi stipuler ce "milieu ambiant" particulier.

Ce n'est pas le cas du particulier qui achète en pharmacie : soit il a une prescription, donc pour usage à court terme, soit il en a un usage suffisamment fréquent pour être obligé de réapprovisionner, soit ... bref, le surcoût d'un traitement "longue durée" ne se justifie pas.

Quand aux dates sur le matériel cité par Hurgoz, soit c'est pipeau, marketing (la sécurité n'a pas de prix), soit ça se rapproche d'un vieillissement des matériaux en conditions dures. Je n'ai pas encore rencontré ce marquage sur nos matériels en service. (Mais il est très rapidement consommé ! )

    Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

07 juillet 2017 à 09:26:54
Réponse #3

Pnoey


'llo,

Tu aurais pu trouver moins "profond" :  http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,68167.0.html

En effet, le tractopelle était peut-être too much  ::)

Citer
Les fournisseurs "sérieux" de matériel de soin/secours aux professionnels savent que le lot va durer "un certain temps", et sera, ou pas selon la nature de l'activité, utilisé.
Il peut donc être commercialement rentable d'indiquer une date lointaine ; notion de "sérieux", "compétence", etc.

J'ai un peu de mal à suivre ton explication, ce que j'en comprends, c'est que les fournisseurs font un petit effort supplémentaire sur les produits, pour prolonger les dates de péremption, et ainsi donner une image de qualité et de sérieux à leurs produits ?

Au plaisir,

Pnoey
"La vie c'est comme l’accrobranche : il y a des hauts et des bas, mais dans tous les cas, faut s'accrocher !"

07 juillet 2017 à 12:33:27
Réponse #4

Chill


Citation de: Pnoey
J'ai un peu de mal à suivre ton explication, ce que j'en comprends, c'est que les fournisseurs font un petit effort supplémentaire sur les produits, pour prolonger les dates de péremption, et ainsi donner une image de qualité et de sérieux à leurs produits ?

Dans le monde industriel et commercial les relations sont contractualisées. Le "vendeur" de trousses/mallettes/armoires de secours prêtes à l'emploi prévoit d'en vendre un grand nombre. Pour en vendre un grand nombre longtemps, il lui faut se construire une image de marque, une réputation. Il recense des caractéristiques diverses qui vont devenir ses "points forts". Il rédige un cahier des charges (CdC) pour chaque article en y incluant les caractéristiques de ces "points forts" et consulte afin de trouver le "fournisseur" qui y répond le mieux au meilleur prix.

Pour revenir à la péremption de produit stérilisés :
Ce qui semble être utilisé comme "formule" pour calculer la durée est décrit par exemple dans ce document, page 20 et suivantes (p25 : 5 ans pour un total > 750 points).
Lire aussi la page 10 de ce lien (Incidents mécaniques).

Donc, si dans le CdC l'emballage extérieur (la trousse de secours) est spécifié étanche, opaque, etc. et que les manipulations du produit sont décrites comme faibles ou inexistantes, qu'en plus les quantités envisagée sont très importantes, alors le fournisseur-stérilisateur pourrait s'engager sur une période supérieure.

Il est facile de comprendre que ce que je viens d'écrire ne s'applique pas aux produits vendus aux particuliers en pharmacie de quartier. (manipulations ? stockage ? ...)
De même le CdC des dispositifs médicaux conditionnés dans une structure de soins n'a pas les même exigences. (rotation des stocks, garantie de stérilité "absolue", ...)

Bien sur, si des pharmaciens, des industriels de la stérilisation (y'en a un ici qui doit se sentir visé), des docteurs en la matière prenaient le temps de nous expliquer cela, ce serait plus clair et pédagogique.

    Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

07 juillet 2017 à 15:33:54
Réponse #5

sebastienb


En même temps pour du 1er secours (je ne parle pas de soins hospitaliers) on s'en fout que les compresses soit stériles du moment qu'elles sont propres non vu que de toute façon le milieu ne le sera pas ?

07 juillet 2017 à 17:04:25
Réponse #6

Chill


En même temps pour du 1er secours (je ne parle pas de soins hospitaliers) on s'en fout que les compresses soit stériles du moment qu'elles sont propres non vu que de toute façon le milieu ne le sera pas ?

...
De toute façon, l’asepsie parfaite "au pied de l'arbre" n'est qu'un objectif. L'action des personnels de terrain est de ne pas aggraver l'état du blessé en le soustrayant ou en faisant cesser la cause, de le stabiliser et de permettre son transport. Les "soins" sont réalisés dans les lieux adaptés, pas en bas de la falaise ...

Tendre vers l'excellence, elle est par nature inaccessible.

On est bien d'accord, mais le sujet de ce fil-ci peut aussi se comprendre : "Que risquè-je en utilisant du matériel à date de péremption dépassée ?"
•  C'est pour moi : je décide comme il me sied et porte plainte contre moi-même si ça foire.
•  C'est pour un tiers : comment puis-je prouver au juge que j'ai agi au mieux des intérêts du-dit ?
•  Je suis "responsable" de l'éventuelle distribution des secours dans mon environnement professionnel : le matériel à ma disposition est-il réellement en mesure d'effectuer la tâche qui lui incombe ?

Quand toi, sebastienb, porteras secours avec tes compresses de 14 ou 39, n'oublie pas de brûler leurs emballages puis d'affirmer à l'agent enquêteur que tu as consommé toutes tes réserves  ;D

La péremption part d'une bonne intention, mais comme chacun le sait, l'enfer en est pavé ...

    Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

07 juillet 2017 à 22:00:46
Réponse #7

Pnoey


Merci Chill pour les explications, et les liens. En particulier le barème que je trouve très intéressant.  :up: Je comprends mieux l'existence des longues dates de péremption dans mon cas : qualité de l'emballage + faible manipulation + rangé dans une mallette rigide et opaque = grande date de péremption. Par contre, si je retirai un de ces items de la mallette pour le mettre dans ma trousse perso, en lui faisant subir les même contraintes que le reste de mon matos, sa date de péremption chuterai bien vite. C'est bien ça ?

Sinon je vous rejoins sur le fait qu'un matériel emballé mais périmé reste mieux que pas de matériel du tout, spécialement dans l'urgence.

  C'est pour un tiers : comment puis-je prouver au juge que j'ai agi au mieux des intérêts du-dit ?

En France, du fait de la présomption d'innocence, ne serait-ce pas à l'accusation de prouver que les séquelles post-traumatique (je pense ici à une infection), ont été provoquées par l'utilisation de matériel périmé (mais qui a tout de même sauvé la vie de la victime), et non à l'exposition de la victime à un milieu "contaminé" ?

Dans cette optique, si l'on fait tester, par exemple, des compresses provenant du même lot que celles utilisées sur la victime, et ayant la même date de péremption, comment prouver que, parce que il y a parmi les compresses du même lot, des échantillons souillés, celle(s) utilisée(s) sur la victime l'étai(en)t aussi ? (Puisque, bien évidemment, le matériel utilisé sur la victime n'est plus testable sur le point de la stérilité...)

Bien sûr, si les analyses révèlent sur les compresses, le même type d'agent
pathogène que sur la victime, et que cet agent est absent du milieu auquel la victime fut exposée, difficile à défendre j'imagine... Mais bon là, j’extrapole un peu trop je pense...

Au plaisir,

Pnoey
"La vie c'est comme l’accrobranche : il y a des hauts et des bas, mais dans tous les cas, faut s'accrocher !"

08 juillet 2017 à 00:26:40
Réponse #8

Hurgoz


Yo,

En France, du fait de la présomption d'innocence, ne serait-ce pas à l'accusation de prouver que les séquelles post-traumatique (je pense ici à une infection), ont été provoquées par l'utilisation de matériel périmé (mais qui a tout de même sauvé la vie de la victime), et non à l'exposition de la victime à un milieu "contaminé" ?

Dans cette optique, si l'on fait tester, par exemple, des compresses provenant du même lot que celles utilisées sur la victime, et ayant la même date de péremption, comment prouver que, parce que il y a parmi les compresses du même lot, des échantillons souillés, celle(s) utilisée(s) sur la victime l'étai(en)t aussi ? (Puisque, bien évidemment, le matériel utilisé sur la victime n'est plus testable sur le point de la stérilité...)

Bien sûr, si les analyses révèlent sur les compresses, le même type d'agent
pathogène que sur la victime, et que cet agent est absent du milieu auquel la victime fut exposée, difficile à défendre j'imagine... Mais bon là, j’extrapole un peu trop je pense...

Biensûr....là il n'est pas question de peine, mais simplement qu'une plainte c'est des emmerdes...je ne sais pas toi, mais pour ma part, moins j'ai de risques de ce côté là, mieux je me porte.  ::)

D'ailleurs, plus largement, cette histoire de plainte est en bonne partie responsable du fait que peux se forment: tant que les gens ne sont pas formés, on ne peut pas leur reprocher de n'avoir rien fait. Dès que tu es formé, tu as non seulement le devoir d'agir, mais tu risques aussi les emmerdes qui vont avec... (et, "oui": le QI est inversement proportionnel au nombre de 0 figurant sur le chèque de dédommagement...  >:( )

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

08 juillet 2017 à 11:17:57
Réponse #9

Chill


Citation de: Pnoey
Par contre, si je retirai un de ces items de la mallette pour le mettre dans ma trousse perso, en lui faisant subir les même contraintes que le reste de mon matos, sa date de péremption chuterai bien vite. C'est bien ça ?

La date de péremption, étant imprimée, ne changera malheureusement pas. (Contacter H.Potter ?  ;))
Mais la probabilité que l'item reste "stérile" jusqu'à la date indiquée va chuter.
En en prenant un soin "de bon père de famille", l'item restera propre, et certainement beaucoup plus que l'environnement de l'intervention qui causera son utilisation.

Citation de: Pnoey
du fait de la présomption d'innocence… les séquelles post-traumatique (je pense ici à une infection), ont été provoquées par l'utilisation de matériel périmé (mais qui a tout de même sauvé la vie de la victime)

Il faudra nous décrire le scénario plausible dans lequel une compresse à un rôle vital !
Il ne s'agit pas de présomption d'innocence, mais, selon l'article 122-7 du Code Pénal, de l'absence de responsabilité pénale.

Citation de: Hurgoz
on ne peut pas leur reprocher de n'avoir rien fait

@Hurgoz : "Nul n'est sensé ignorer la Loi", y compris et surtout l'article 223-6 du Code Pénal :
Citation de: Code_Pénal
Sera puni des mêmes peines (cinq ans d'emprisonnement … 75 000 euros d'amende) quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.
… et dans ce cas c'est toi qui refuse les emm*rdes du dépôt de plainte.  ;#

On s'éloigne de la péremption, de l'obsolescence programmée ou non, et des innombrables bienfaits de la Société de Consommation.  ;)

     Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

08 juillet 2017 à 11:43:51
Réponse #10

Pierrot


Citer
D'ailleurs, plus largement, cette histoire de plainte est en bonne partie responsable du fait que peux se forment: tant que les gens ne sont pas formés, on ne peut pas leur reprocher de n'avoir rien fait. Dès que tu es formé, tu as non seulement le devoir d'agir, mais tu risques aussi les emmerdes qui vont avec...

Salut,
as-tu connaissance de secouristes ayant été condamnés suite au fait qu'ayant porté secours, a victime est décédée ou a eu des séquelles ??

08 juillet 2017 à 12:12:51
Réponse #11

fall7stand-up8


Salut,
as-tu connaissance de secouristes ayant été condamnés suite au fait qu'ayant porté secours, a victime est décédée ou a eu des séquelles ??

Pas à ma connaissance car le citoyen qui porte assistance n'est pas considéré comme un professionnel de santé. En revanche c'est effectivement une légende urbaine qui a la vie dure et  contre laquelle je me retrouve obligé de lutter lors des formations que j'anime surtout à destination des adultes car c'est une objection récurrente " moi je touche pas car si jamais après il porte plainte bla bla bla".
Il y a donc un déficit d'information à ce sujet. On peut aussi noter que ce type d'objection est plus fréquement avancé par les stagiaires qui n'étaient pas vraiment motivés au début de la formation. Alors le risque judiciaire utilisé comme alibi à l'inaction?
Mais on s'éloigne encore plus du sujet de départ...

Bonne journée à tous

08 juillet 2017 à 12:22:09
Réponse #12

Chill


Citation de: fall7stand-up8
c'est une objection récurrente " moi je touche pas car si jamais après il porte plainte bla bla bla".
Il y a donc un déficit d'information à ce sujet.

... je t'apporte ci-dessus, sur un plateau, les éléments de langages pour répondre :
  •  Irresponsabilité pénale de celui qui agit (sans disproportion, hein !)
     => CP, art. 122-7
  •  Responsabilité civile couverte par les différentes assurances obligatoires (véhicule, logement, etc.)
  •  Responsabilité pénale de celui qui est identifié comme n'ayant pas agit en connaissance de cause
     => CP, art. 223-6, avec le "tarif" en prime : 5 ans et/ou 75 000 €.

Ne me remercie pas, de rien !  :D

    Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

08 juillet 2017 à 22:54:57
Réponse #13

setrus


Citer
as-tu connaissance de secouristes ayant été condamnés suite au fait qu'ayant porté secours, a victime est décédée ou a eu des séquelles ??

Mon père à, une nuit sur son bateau de pêche et par une mer assez agitée, harponné avec une gaffe (qui servait pour les poissons, hygiène...) un matelot qui était passé par dessus bord.
Hémorragie assez importante, saletés et eau de mer dedans, le gars a été (grossièrement) soigné sur place puis hélico, des séquelles pendant une longue période. Dépôt de plainte final (après un an) du matelot, sans suites.


En chine ils devraient pondre une loi pour la "non assistance à personne en danger", parce que la c'est la zone, mais c'est trèèès loin d'ici.

« Modifié: 09 juillet 2017 à 08:46:43 par setrus »

09 juillet 2017 à 14:00:01
Réponse #14

Pnoey


La date de péremption, étant imprimée, ne changera malheureusement pas.

Oui je me doute bien  ;D Ce que je voulais dire, comme tu le dis après, c'est que la péremption réelle chutera, à la différence de l'officielle (imprimée) qui ne changera bien évidement pas.

Il faudra nous décrire le scénario plausible dans lequel une compresse à un rôle vital !

Plusieurs compresses + compression manuelle directe sur une plaie hémorragique, je pensais à ce genre de scénario  :)

Sera puni des mêmes peines (cinq ans d'emprisonnement … 75 000 euros d'amende) quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.

Les mêmes que qui ?  :huh: Que celui ayant mis la victime en danger ?

On s'éloigne de la péremption, de l'obsolescence programmée

Faut-il ouvrir un nouveau sujet ou déterrer un ancien pour continuer ce débat ?

En chine ils devraient pondre une loi pour la "non assistance à personne en danger", parce que la c'est la zone, mais c'est trèèès loin d'ici.

Tu aurais (malheureusement) des exemples ?


Au plaisir,

Pnoey
"La vie c'est comme l’accrobranche : il y a des hauts et des bas, mais dans tous les cas, faut s'accrocher !"

09 juillet 2017 à 14:56:10
Réponse #15

Chill


Plusieurs compresses + compression manuelle directe sur une plaie hémorragique, je pensais à ce genre de scénario  :)

On avait demandé PLAUSIBLES !

:sgt: ça saigne ? J'appuie avec la main, éventuellement protégée, sur la plaie ! :sgt:

... par éventuellement protégée, j'entends par exemple :
  •  le ziploc de ma poche avant droite,
  •  le sac en plastique (de maïs) de l'achat des derniers fruits, (Zut, les pommes seront marquées dans la chute)
  •  un bandana, le blouson du blessé,
  •  etc. …
Bref par tout truc disponible immédiatement, sinon juste mon épiderme dans l'état de nature et de propreté du moment. Et donc dans un état de de non stérilité certain !
Pas par des compresses "stériles" rangée à l'abri dans l'emballage idoine je ne sais où.  ^-^

Citation de: Pnoey
Les mêmes que qui ? Que celui ayant mis la victime en danger ?
Prends le temps de cliquer sur le lien de l'article 223-6  ::)  et de lire le paragraphe que je n'ai pas cité.

    Chill.

PS : De quand date ton dernier recyclage secourisme ?
« Modifié: 09 juillet 2017 à 15:41:52 par Chill »
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

09 juillet 2017 à 16:37:23
Réponse #16

Pnoey


:sgt: ça saigne ? J'appuie avec la main, éventuellement protégée, sur la plaie ! :sgt:

 :-[ Mes excuses, je me suis mal exprimé (et je dois sans doute faire des erreurs dans ma façon de faire).
Jusqu'à présent, je voyais la chose ainsi : plaie hémorragique -> protection, puis compression directe avec main gantée (j'ai toujours une paire de gants à porté), et j'alerte. Puis, si possible (par exemple seconde personne à vos coté), je mets un tampon en place entre la plaie et la main, mais je n'arrête pas pour autant la compression. Pour avoir déjà comprimé une grosse plaie, je sais qu'on tétanise vite, donc je me disais que mettre un tampon pouvait améliorer la situation quand on tétanise (coagulation, formation du clou plaquettaire, etc...)
Mais oui bien sûr, je ne vais pas perdre du temps de compression pour aller chercher des compresses.

Maintenant si tu me dis que l'ajout d'un tampon, quand on en a la possibilité, ne change rien ou pas grand chose, alors  je pense que j'y réfléchirai à deux (voir trois) fois avant de le faire (est-ce que cette action en vaut la peine, dans la situation actuelle, sur cette victime ?...)

PS : De quand date ton dernier recyclage secourisme ?

Presque deux ans, je dois me recycler en octobre  :-\

Au plaisir,

Pnoey
"La vie c'est comme l’accrobranche : il y a des hauts et des bas, mais dans tous les cas, faut s'accrocher !"

09 juillet 2017 à 21:56:11
Réponse #17

Chill


La démarche officielle "Hémorragie" attendue des citoyens en France :


Conforme aux "Recommandations premiers secours" de septembre 2014, aux "Recommandations relative à l'unité d'enseignement PSC1" de janvier 2017, aux Guide Technique et Guide Pédagogique "Sensibilisation aux gestes qui sauvent" de janvier 2016 ; mais l'image est tirée du "référentiel national PSE1" indice C, le dernier GNR.

A mon humble avis, ils ont juste oublié le confort thermique du blessé (couvrir) : moins de sang dans les tuyaux c'est plus de problèmes de thermorégulation. Mais je n'écris pas les textes de référence  :-[

Pour anticiper un recyclage.  ;)

    Chill.
« Modifié: 09 juillet 2017 à 22:01:58 par Chill »
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

10 juillet 2017 à 09:07:35
Réponse #18

setrus


[HS ON]

Citer
Tu aurais (malheureusement) des exemples ?



http://leplus.nouvelobs.com/contribution/205965-video-d-une-fillette-ecrasee-la-chine-et-la-non-assistance-a-personne-en-danger.html

http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/La-Chine-reflechit-a-une-loi-de-non-assistance-a-personne-en-danger-_NG_-2011-10-24-726867

http://observers.france24.com/fr/20170612-chine-pourquoi-femme-renverser-indifference-generale-ecraser-voiture-weibo

J'avais aussi vu une vidéo sordide ou un homme se fait renverser en plein carrefour, et roule jusqu'à un feu. Plusieurs dizaines de passants et de voitures passent devant, peut être même un millier en une vingtaine de minutes. Puis un gars s'approche, sort son téléphone et s'en va. Quinze minutes plus tard, une ambulance vient récupérer la victime, dont personne d'autre ne s'est approché.

Mais ce n'est pas que dans la rue :

http://shanghaiist.com/2016/06/10/woman_stuffed_in_trunk.php

Une phrase que j'ai bien aimé :

"The most concerned are always netizens, the most indifferent are always passersby. I don't know if it is because web users don't go out or because pedestrians don't go online"

[HS OFF]

28 août 2017 à 09:56:07
Réponse #19

setrus



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité