Nos Partenaires

Auteur Sujet: Un petit tour en Cévennes - 01-05 Novembre 2017  (Lu 6355 fois)

05 novembre 2017 à 09:12:00
Réponse #75

Diesel


bien rentré hier avec Sonic, J et Merlin.
P'tit soucis d'internet  (vive le partage de connexion du téléphone) donc un peu plus un peu plus tard.
Merci à Arnaud d'avoir organisé la sortie qui c'est très bien passée.
Hormis le temps pourri du samedi, on c'est régalé.
Très bonne ambiance avec un bon petit groupe.  :doubleup:

06 novembre 2017 à 11:13:08
Réponse #76

raphael


Allez séance d'auto flagellation  :-[ :

bivouac du dernier soir; la météo doit se dégrader dans la nuit avec de la pluie. Je monte mon poncho tarp comme d'habitude : ancrage 5 sardines directement au sol, un ancrage capuche vers un arbre et le dernier point avec le baton-cordelette tendeur vers 6eme sardine.

J'ai en complément un micro tarp qui permet de fermer un des deux côtés ouverts et donc de faire un abri en L.

J'ai la flemme de le monter et me dis que je risque simplement de prendre quelques gouttes mais j'ai un sursac donc ça ira  ::)

Je me couche avec une météo calme mais vers minuit le vent commence a se lever et il pleut mais rien de grave. Effectivement le temps change et je commence a recevoir des gouttes mais c'est gérable je me décale sous l'abri et met toutes mes affaires dans le sac a dos ou dans le sursac sauf les chaussures et la lampe.

Je me rendors mais vers 4 h une bourrasque emporte un coin du tarp avec la sardine et vue la configuration du montage, le tarp s’enroule sur lui-même version torche accroché à l’arbre et comme il est trempé il s’auto colle.

Je me retrouve donc sous une pluie assez intense sans pouvoir re déplier le tarp et le raccrocher au sol d’ailleurs je ne sais pas où se trouve la sardine manquante. Comble de bonheur je ne remets pas la main sur ma lampe.  Que faire ? Heureusement pas loin de moi se trouve le tarp royal d’Adrien, je prends vite la décision de sortir de mon sursac , de le fermer au mieux et de vite parcourir pieds nus (mais vêtu quand même avec un T shirt ML et un caleçon en polaire) les deux mètres qui nous séparent avec mon sursac pour le mettre à l’abri, je fais un second aller-retour pour rapatrier mon sac à dos et mes chaussures. Adrien est réveillé et m’aide au mieux pour me faire de la place et mettre mes affaires au sec.
Pas évident de se remettre dans le sac de couchage avec des vêtements mouillé : ça colle. J’enlève mon Tshirt mais garde mon caleçon. La pluie tombe fort et j’apprécie ma situation. J’arrive à dormir par tranches jusqu’au matin, il est temps désormais de faire le constat.
Le tarp est toujours en situation pitoyable accroché à l’arbre , la couv de survie qui me sert de tapis de sol n’a pas bougé vu le volume d’eau dessus, et il y a ma lampe posée dessus. Avec moi sous le tarp d’ Adrien les affaires sont humides mais pas dans un état catastrophique. Je commence à m’habiller et à refaire mon sac : il pleut toujours. Je fais des aller retours entre le tarp d’Adrien et celui de Max et Julia pour replier mon matelas, mon sursac et le reste de mes affaires. Je cherche mes lunettes et m’assure de ne rien laisser dans la nature. Je prends la décision de quitter le reste du groupe au plus tôt pour rejoindre ma voiture, je grignote rapidement et informe le groupe de ma décision. Je vais faire demi-tour pour rejoindre la RN le plus tôt possible, je connais désormais le bout parcours fait la veille et je préfère ca a continuer sur le parcours prévu sur les crêtes. Max m’aide à enfiler le poncho que j’ai secoué au mieux et je pars avec dessous mon anorak en ventile assez humide au-dessus d’un t shirt en merinos sec.

Il me reste au moins 10 km avant la voiture avec une bonne descente dans une partie mi terre mi caillou, il ne fait pas froid mais il pleut beaucoup et rapidement cela fait floc floc dans les chaussures. J’arrive à la nationale et le rythme de marche s’accélère. J’abandonne vite l’idée de faire du stop : peu de voiture et je dois faire peur. Enfin j’arrive au parking et je me change rapidement avec le back up qui traine toujours dans la voiture, je mange et bois un thé chaud.
Il me reste 4 h de route avant la maison.

Ce que j’en retiens : la flemme mouille, j’aurais dû faire le montage complet de mon abri et surtout assurer les points d’ancrage au sol en bloquant les sardines avec des pierres qui se trouvaient pas loin. C’était aussi la premier fois que j’accrochais ma lampe au tarp (an niveau du trou de la capuche) pour avoir un éclairage au plafond.
Point positif : j’ai l’habitude mettre le plus d’affaires possible dans le sursac (vêtements en cas de baisse de température) ou dans le sac a dos pour la nuit






Se connaitre et s'accepter


06 novembre 2017 à 12:04:28
Réponse #77

Kilbith


Citer
mais vêtu quand même avec un T shirt ML et un caleçon en polaire
Des photos?  ;#

Plus sérieusement :
Tu avais quoi comme poncho tarp?
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

06 novembre 2017 à 12:54:51
Réponse #78

raphael


le meme que d'habitude

Sea to Summit - Poncho/Tarp Ultra-Sil Nano et le complément UST - BASE All Weather Tarp

En montagne je securise toujours avec des pierres en cas de météo défavorable mais là apres trois jours de beau temps...
Se connaitre et s'accepter


06 novembre 2017 à 14:35:41
Réponse #79

Arnaud


Plop,

Petit retour succinct, les autres complèteront ;)
En particulier je laisserai les photographes vous partager les photos qu'ils souhaitent.

Comme déjà évoqué, très bon groupe, des compagnons de route autonomes et bienveillants,
très bonne ambiance, les quelques micro galères des uns et des autres ayant toujours été négociées avec le sourire.
Et pas trop de pression sur mes petites épaules les rares fois ou j'ai senti certain(e)s un peu inquiet(e)s ;)

Chouettes paysages, sauvages, reposants, tracé avec juste ce qu'il fallait de difficultés, de gués et de hors piste pour être un peu fun.
Plus de beau temps que de pluie même si le retour c'est fait sous le déluge sur des chemins transformés en ruisseaux.


En ce qui concerne le déroulement de la sortie, quelques anecdotes:

- Dans une des premières montées on a réveillé une chevrette qui était remisée dans les fougères,
en panique elle s'est prise au collet dans les ronces en essayant de fuir, elle s'est libérée toute seule dans un dernier élan après que j'ai décidé que je pouvait décemment pas lui sauter dessus pour en faire notre repas du soir  ;#

- On est passé devant une curiosité topographique: un béal, canal d'irrigation creusé il y a plus de 500 ans, l'eau est prise dans le Tarn au niveau du col et coule doucement le long de la pente en faisant le tour de la colline pour alimenter un village de l'autre coté,
à l'étude de la carte ça peut laisser dubitatif :D

- A savoir: les sources du Tarn peuvent être à sec.

- Le gâteau à la châtaigne au Mas de la Barque est une tuerie, les bières sont bonnes et la serveuse de l'auberge est très sympa, merci encore à elle d'avoir remplie nos gourdes au bar.

- Certaines sources peuvent puer la mort, des fois mieux vaut attendre la pluie ;)

- On s'est fait une petite frayeur avec le feu, mais heureusement c'était pas justifié.

- On s'est aussi fait réveillé par une bande de jeunes cons bourrés en 4x4 avec leurs pétasses, incident bien géré dans le calme mais clairement ça aurait pu déraper.

- Comme déjà évoqué, l'optimisme mouille et le beau temps endort la vigilance, un épisode cévenol c'est pas juste une petite averse.
Perso, j'ai réajusté deux fois le tarp sous la pluie et le vent qui forcissaient, jusqu’à devoir haubaner toutes les attaches au vent.

- Prévoir des itinéraires de repli permet d'avoir des options en cas de besoin (aléa météo mais aussi blessures ou autre)


Niveau matos, plutôt content de mes choix modulo deux trois trucs que je vais changer:


- Pour les lyos étroits, une cuillère longue c'est pas indispensable mais c'est plus confort, tu mange moins avec les doigts.

- Je changerai mon seul pantalon habituel pour un pantalon et un surpantalon légers la prochaine fois.

- La pluie cévenole à fini de me convaincre que le délai de grâce accordé par le gore-tex dans les pompes ne vaut pas le coup quand tu prends en compte le temps de séchage.

- Je vais me trouver une combat shirt polycoton pour remplacer ma chemise de bucheron en flanelle.

- Je testerai bien un pied d'éléphant car je me suis surpris a dormir les bras en dehors du duvet et ma doudoune n'a pas servie la nuit.

- Je cherche une alternative au polycree, pas assez durable sur des sols inégaux.

- Un de mes sacs étanche sea to summit a percé, va falloir que je trouve un peu plus costaud.
 
Voilà pour l'instant.


Merci encore à tous pour ces moments sympas, j'aurai plaisir à repartir avec vous.

A une prochaine donc,
Arnaud.
« Everybody has a plan until they get punched in the mouth.»

06 novembre 2017 à 16:25:53
Réponse #80

Merlin-Max


Deux photos de J, les Cévennes c'est beau. :D

L'âme sûre ruse mal. ;)

06 novembre 2017 à 19:20:59
Réponse #81

raphael


pas l'air de marcher le lien vers l'album photo de Ju  :(

edit : ca marche  :doubleup:
« Modifié: 06 novembre 2017 à 20:31:02 par raphael »
Se connaitre et s'accepter


06 novembre 2017 à 21:06:06
Réponse #82

Darklighter


bonjour à tous,

vos photos sont vraiment sympa. étant originaire de la région, en ayant passé la majeure partie de mes vac la bas étant gamin entre Villefort et Génolhac, forcément je trouve la région magnifique. Elle a encore gardé pas mal son coté sauvage. Vu que je bossais, je ne pouvais pas me libérer pour venir avec  vous, mais si vous y retournez, je serai intéressé.

bonne soirée,

Nico

07 novembre 2017 à 21:59:52
Réponse #83

Laqueuedurang


Un petit retour à mon tour, une belle balade dans un coin magnifique et sauvage, un rythme un poil trop soutenu pour moi (enfin c’est vrai que j’aime bien prendre mon temps ;#) mais le poids du sac n’a pas aidé, et une super ambiance avec des supers ami(e)s  ::)

Beaucoup d’échanges qui m’amènent à poursuivre mes réflexions sur le matériel et les situations dégradées.

Sans vouloir me convertir à la Mulitude, j’ai pu apprécier l’organisation des autres et j’ai même appris le secret du petit sac, héhé  8) J’ai depuis commencé à calculer avec plus de précision le poids du matériel emporté, c’est dommage, j’aurai dû faire ça depuis le début que je sors, cela m’aurait permis de mieux évaluer ma progression et mes besoins.

Idem pour la nourriture, n’ayant jamais fait de sorties d’une durée égale ou supérieure à celle-ci j’ai entamé un essai sur le déshydraté maison. L’ayant fait un peu à l’arrache quelques jours avant de partir, je n’ai pas prévu suffisamment grand (contrairement à Adrien !  :D) et heureusement que l’on a tronqué la sortie d’une journée et qu’Arnaud a vu juste en me dépannant d’un petit kilo de carburant, je ne suis pas mort de faim :) La prochaine fois je crois que je vais pouvoir manger aussi bien qu’à la maison !  ;)
J’ai appris aussi qu’un ziplock est bien étanche à l’eau mais qu’il laisse passer l’huile, à mes dépends…

Déçu par ma tenue ECWCS Helikon Tex dont je pensais qu'elle me mettrait bien à l'abri de l'eau, j'ai été gaugé en une demi-journée de flotte, y a un truc qui va pas...

Et encore une fois, à voir les différents abris utilisés à chaque sortie, je suis conforté à chaque fois dans ce que je pense être l’idéal et je vais tâcher d’y regarder sérieusement de plus près…

Bref, faut s’entraîner, y a que ça de vrai, et pour ça faut remercier Arnaud pour tout ce qu’il fait !

A pluche !
Pensez par vous-même sinon d'autres le feront à votre place. J-P Petit

08 novembre 2017 à 10:36:36
Réponse #84

Lin Naturel


Et bien elle avait l'air bien sympa votre virée ! Et magnifiques photos !
Conclusion matos : rien ne vaut le vrai matos de randonnée pour ces conditions.
Les chaussures GTX ne restent pas très longtemps étanches, même neuves, et ce à cause des frictions et pliures de la chaussure, le cuir est bien plus efficaces (toujours avoir du papier journal pour mettre dedans le soir).
Les vestes de chasse/bushcraft sont bien pour le beau temps, il faut une bonne veste de rando GTX ou autre membrane étanche quand de la pluie est prévue (ou qu'on est en moyenne/haute montagne).

Pour le pantalon, un pantalon polyester de rando léger et respirant, se trempe tout de suite mais sèche en une nuit (en avoir un de rechange), idem pour les t-shirt, proscrire le coton/jean.

Pour l'abri, le tarp est une bonne solution de légèreté mais dès qu'il y a déluge quelle galère ! Une bonne vrai tente d'expédition fait mieux l'affaire. Sinon il faut avoir une bâche plus grande que le tarp à mettre au sol et en relever les bords pour se prémunir du ruissellement.

Et pour anticiper, de bonnes connaissances en météorologie sont nécessaires pour repérer les signes avant-coureur et préparer son campement en fonction des risques météo.

Autre point, quand on part à plusieurs, il vaut mieux se faire un tas de matos commun (gamelles, réchauds, bouffe, abris...) à se répartir dans les sacs à dos, plutôt que de prendre chacun son matos individuel, qui finalement tout poids et places cumulés sont plus importants.

08 novembre 2017 à 14:44:03
Réponse #85

guillaume


Les vestes de chasse/bushcraft sont bien pour le beau temps, il faut une bonne veste de rando GTX ou autre membrane étanche quand de la pluie est prévue (ou qu'on est en moyenne/haute montagne).

Pas forcément. Il existe pleins de systèmes qui ne sont pas étanches et qui fonctionnent parfaitement. Ex : Paramo, combinaisons de matières, Pile and Pertex, tissus en Epic, etc.

Citer
Pour l'abri, le tarp est une bonne solution de légèreté mais dès qu'il y a déluge quelle galère ! Une bonne vrai tente d'expédition fait mieux l'affaire.

Un bon montage de tarp (avec un tarp de bonne dimension) n'est absolument pas galère sous la pluie. Ça l'est moins que certaines tentes par exemple.
Là où le tarp a ses limites sont les environnements minéraux et les zones infestés de moustiques entre autres.

a+

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

08 novembre 2017 à 16:43:20
Réponse #86

Lin Naturel


Concernant les vestes, je voulais dire par là qu'il faut prévoir une veste imperméable dite aussi hardshell par certains fabricants. Se sont des vestes qui utilisent une membrane imperméable et respirante comme le Goretex ou l'eVent (comme ma veste Karrimor). La mesure d'imperméabilité se mesure en mm, compter au minimum 25 000mm pour une veste efficace. La mienne donnée pour résister à 30 000mm m'a toujours gardé au sec, même sous les épisodes cévenoles et autres intempéries sur des journées entières de marche.
Je parle de ce que je connais et me suis peut-être avancé un peu vite en éliminant les vestes de chasse, il doit certainement en exister de très efficaces, mais dans le cadre de randonnées et bivouacs, se sont avant tout les vestes de rando qui sont étudiées pour.
Le choix de la membrane dépend du fabricant et c'est un choix personnel. Par contre il faut compter entre 200 et 600 balles pour une veste hardshell...

J'ai assez peu d'expérience en tarp et mais pas mal en bâches, l'idée est la même : fixer de la meilleure façon possible en fonction des conditions météo et des possibilités qu'offrent le terrain et le matos à disposition..
Le reproche que je fais à ces deux méthodes d'abri c'est en ce qui concerne le ruissellement et les projections d'eau/boue, ça a toujours été la galère en cas de déluge et il y a toujours un équipement qui fini trempé. Et effectivement les moustiques et arabis s'en donnent à coeur joie ! (que de mauvais souvenirs avec les arabis sur les causses, un nuage de ces bestioles s'étant abrité avec moi sous la bâche pendant une nuit de déluge...).
Donc depuis pour moi c'est tente ultralight de chez D4, car bon rapport qualité/prix/poids + tarp par dessus façon double toit si la nuit s'annonce très très humide et pour faire en sorte d'avoir un auvent et cuisiner sous la pluie.

Je suis complètement preneur d'astuces pour tout garder au sec sous un tarp pendant de fortes pluies (je sais déjà qu'on peut creuser une tranchée/butte pour détourner le ruissellement mais ça peut être aléatoire et fastidieux...)

08 novembre 2017 à 16:53:31
Réponse #87

Merlin-Max


Pour la discussion "pas étanche qui tiens au sec" on a pris quelques heures d'une drache magnifique, j'avais les bras qui dépassaient de mon poncho.
Une veste très légère en polycoton(75/25) avec une polaire poilue en dessous, rien n'est passé, la polaire l'a même pas pris d'eau. Je l'explique(personnellement et provisoirement) par le fait que les poils offraient peu de surface et de tension à l'eau qui imbibait la veste pour passer dans la polaire.
L'âme sûre ruse mal. ;)

08 novembre 2017 à 17:40:44
Réponse #88

guillaume


Concernant les vestes, je voulais dire par là qu'il faut prévoir une veste imperméable dite aussi hardshell par certains fabricants.
Le choix de la membrane dépend du fabricant et c'est un choix personnel. Par contre il faut compter entre 200 et 600 balles pour une veste hardshell...

C'est dans le "il faut" que je ne suis pas d'accord. Chacun prend ce qu'il veut. Et perso ça fait quelques années maintenant que je n'utilise plus de "hardshell" ni de membrane comme tu dis.
Pourtant mon métier se passe en forêt et mes hobbies aussi (le tout dans des contrées bien humides ;#).


Citer
il y a toujours un équipement qui fini trempé.

Avec la pluie qui dure ce n'est souvent qu'une question de temps...

Mais en choisissant bien son spot de bivouac et en utilisant ce montage, ce temps devient relativement long ;).

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

08 novembre 2017 à 19:04:44
Réponse #89

Kilbith


Pour rappel, la dernière version (GenIII) du ECWCS des soldats US se contente d'une veste légère en Goretex Paclite.

ici : http://ciehub.info/clothing/CW/ECWCS/GEN3.html

Normalement, le soldat se contente de sa "softshell" en tissu EPIC, aussi (peu) imperméable théoriquement que du ventile, du Pile&Pertex ou du Paramo (en dessous de 1500mm).....Mais incomparablement plus confortable à l'effort qu'une veste à membrane.

Et pour les "troupes d'élites" on fait complétement l'impasse sur la veste "imper/respi" qui est remplacé par une simple veste "imperméable". Celle-ci n'étant portée qu'à l'arrêt ou sous de très grosses intempéries.


Le "système trois couches", les militaires US l'ont institué dans les années 80 (parka goretex 3 couches blindées)....mais l'ont abandonné en 2007. C'est "has been"  ;#

Ceci dit, le travail des miloufs est particulier et diffère de celui des alpinistes et randonneurs. Mais il se rapproche de celui des chasseurs, bushcrafteurs et autre homme des bois.

« Modifié: 08 novembre 2017 à 19:27:41 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

08 novembre 2017 à 19:16:21
Réponse #90

Kilbith


J'ai assez peu d'expérience en tarp et mais pas mal en bâches, l'idée est la même : fixer de la meilleure façon possible en fonction des conditions météo et des possibilités qu'offrent le terrain et le matos à disposition..
Le reproche que je fais à ces deux méthodes d'abri c'est en ce qui concerne le ruissellement et les projections d'eau/boue, ça a toujours été la galère en cas de déluge et il y a toujours un équipement qui fini trempé.


Le gros avantage du tarp, c'est que c'est facile à secouer à replier et à sécher. Si tu es rincé sur plusieurs jours en rando c'est super. Parce que gérer une tente sur un épisode pluvieux de plusieurs jours....c'est la misère (montagne, démontage, jamais séchage) : tu es vite dans un truc complétement mouillé et inconfortable.

Un grand tarp installé en zone boisé est parfaitement protecteur. J'ai passé une nuit entière sous un tarp D4 3X3 en montagne (dans les bois) lors de Xynthia en 2010. Aucun problème, le lendemain on était frais pour aller voir LM. J'ai aussi dormis par -30°C sous tarp.

Néanmoins je préfère un tente pour la commodité car je randonne le plus souvent au dessus de la ligne des arbres (plus par temps d'orage/averse que de pluie continue) ou dans des zones à moustique.

Au besoin, je ne prends que le double toit. Mais un tarp 3X3 dans les bois, c'est vraiment pas mal si on a pas à gérer les bzzzzzz.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

08 novembre 2017 à 20:17:58
Réponse #91

Lin Naturel


Merci Guillaume pour le lien, il s'agit du montage classique je dirais, encore plus optimisé si on choisi bien son spot de montage, cela dit ça n'explique toujours pas comment on se protège du ruissellement et des infiltrations, je reste ouvert à toute idée mis à part une couche étanche en substrat rattachée au tarp de façon à être relevée vers l'intérieur (pour ne pas se transformer en chenaux), ce qui commence à ressembler à une tente...

Par contre je suis très curieux de savoir quelle veste imper ou ponchon tu utilises dans le cadre de tes sorties/boulot.
Dans "il faut" j'entend que de mon point de vue c'est la meilleure solution (j'aime pô les ponchos) parce que testée et approuvée et que je n'ai pas trouvé d'alternative.
Le prix exorbitant de ces vestes est un gros frein, même si D4 (par exemple) ne s'en sort pas trop mal ces derniers temps.
Je ne roule vraiment pas sur l'or (guide de rando) et je n'aime pas faire l'apologie des grandes marques ou de la technologie, donc si d'autres alternatives existent je suis preneur.

Mes critères sont l'imperméabilité bien sûr (il faut pouvoir tenir 5 ou 6h au sec sous une pluie modérée à forte), sans finir trempé de sueur même s'il pleut donc la respirabilité, le confort avec un sac à dos, la place que ça prend dans le sac à dos, la liberté de mouvements, et moins important mais présents l'accessoirisation (ventilation, fermetures éclaires étanches, zip de serrage, poche étanche...), les poches, la couleur et le look.

Maintenant, je me rend compte que l'on est en train de pourrir le super sujet des Cévennes (d'ailleurs pour celles et ceux qui l'ignorent cela vient des Sept Veines, en rapport aux 7 cours d'eau qui y prennent leur source comme les Gardons, le Lot ou le Tarn par exemple). :love:

 :)

09 novembre 2017 à 10:03:17
Réponse #92

Laqueuedurang


Non non les gars vous ne pourrissez rien du tout, ce n'est peut-être pas le meilleur endroit pour la discussion mais c'est intéressant car c'est un bon débriefing des problèmes rencontrés sur la sortie.  :)

Comme l'a écrit Kilbith je parlais bien d'une parka goretex censée être aux specs militaires américaines, mais ce n'est pas la GenIII pour moi mais la GenI. C'est que qui est censé être une "hardshell". Alors la fabrication polonaise ? La façon dont je l'ai portée ? (entrée d'eau par les ouvertures, capillarité avec un autre vêtement absorbant, pression du sac sur les bretelles rembourrées en mousse qui presse l'eau au travers du tissu) ? Je n'en sais rien mais ça me parait anormal et en tout cas très décevant.
J'ai moi aussi arrêté le poncho parce que je finissais toujours trempé dessous...
Je ne connaissais pas les autres systèmes décrits par Guillaume, je vais y jeter un oeil mais une veste à 4 ou 5oo roros c'est sûr c'est pas pour moi...

Pour les chaussures par contre cuir + goretex je n'ai pas eu de soucis ! :) Juste des mollets bien tendus après la sortie parce qu'elles pèsent une blinde les godasses  :D

Pour que le tarp soit efficace il faut effectivement que le montage soit très bien réalisé:D Le mien je le monte toujours moitié en m**** (manque d'expérience) et certains pourtant bien expérimentés se sont fait surprendre pendant la sortie... Il faut qu'il soit toujours bien tendu, bien attaché et c'est mieux quand on dispose d'une vaste place pour réaliser le montage discuté ci-dessus, ce qui n'est pas toujours le cas notamment en zone boisée. Pour moi une tente ultralégère offre toutes les protections (pluie/vent/sol/insectes) sans se soucier de comment on la monte pour peu que l'on ai l'empreinte au sol, qui finalement est la même qu'un tarp..
 
Pensez par vous-même sinon d'autres le feront à votre place. J-P Petit

09 novembre 2017 à 17:20:10
Réponse #93

adrien.hr


Pour le montage du tarp c'est bien d'avoir un peu plus de place que la longueur du tarp mais pas trop trop non plus, par exemple lors de la dernière nuit, les deux arbres que j'avais choisis pour tendre mon hauban était bien dans l'alignement de la pente mais un peu trop espacés, de sorte que j'avais un bon 3 mètres d'espace en rabe à l'arrière et 1 bon mètre devant. Du coup la tension sur 8m est pas top évidente à obtenir, ça a bien tenu, c'est resté correct mais les côtés du tarp n'était pas parfaitement droit et donc petite perte d'espace doublé à un risque de toucher la toile.

D'ailleurs, un tarp perd-t-il son imperméabilité lorsque l'on le touche de l'intérieur comme sur une tente par exemple ? Je n’en avais pas impression et n'ai pas trop insisté.


09 novembre 2017 à 17:34:14
Réponse #94

guillaume


Comme l'a écrit Kilbith je parlais bien d'une parka goretex censée être aux specs militaires américaines, mais ce n'est pas la GenIII pour moi mais la GenI.

À mon avis, Helikon fait des copies des vestes GenI (II ou III) mais ce n'est pas un fabriquant pour l'armée US.

Patagonia est par exemple un des fabriquant ayant remporté une partie du marché.

a+

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

09 novembre 2017 à 18:00:00
Réponse #95

Kilbith


D'ailleurs, un tarp perd-t-il son imperméabilité lorsque l'on le touche de l'intérieur comme sur une tente par exemple ? Je n’en avais pas impression et n'ai pas trop insisté.

Normalement non.

Si c'est un tarp enduit PU absolument non. Si c'est un tarp en "silnylon" c'est possible qu'il ne soit plus étanche sous une forte pluie si on y touche (cela va dépendre de la qualité du silnylon). Si c'est un tarp en pure coton sans enduction, si tu y touches ça va couler (comme tente patrouille).

"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

09 novembre 2017 à 18:07:42
Réponse #96

Kilbith


À mon avis, Helikon fait des copies des vestes GenI (II ou III) mais ce n'est pas un fabriquant pour l'armée US.

Patagonia est par exemple un des fabriquant ayant remporté une partie du marché.

a+

Oui.

Les vestes "aslike" sont rarement (jamais?) en goretex. Et là on peut avoir du bon comme du pire. Le label Goretex c'est une qualité de matière mais aussi l'assurance d'une réalisation au dessus de tout soupçon. On le paye.

Les vestes de surplus en goretex (les vrais) sont en goretex...mais parfois si elle sont mise au rebut par l'armée, c'est qu'elles ont un problème.

Ceci dit, une grosse veste trois couches en Goretex, quelque soit sa qualité, va se gorger d'eau sous une forte pluie. Plus ou moins vite selon l'état de son déperlant et de l'entretien. A ce stade elle ne va plus "respirer" et on peut avoir l'impression qu'elle laisse passer l'eau (c'est seulement l'effet de l'accumulation de la transpiration sous la veste). S'il fait froid, l'eau peut geler.

L'usure du "déperlant" sur une veste imper est plus rapide au niveau des zones de frottement (sac à dos...). On peut avoir,du fait de la pression exercée par les bretelles d'un sac un passage d'eau local...mais pas avec du goretex qui est étanche à une colonne d'eau de plus de 20m!

En revanche une raincut D4 c'est étanche à une colonne de 1,5m en début de vie. Et bon nombre d'enduction ou membrane ne vont pas dépasser 5m en début de vie ce qui est un peu limite. A cela s'ajoute que les coutures sont toutes  très bien étanchées sur le goretex, pas obligatoirement dans d'autres marques.

Enfin dans quelques cas rares de nos jours sur une trois couches, le goretex peut perdre son étanchéité s'il est fortement imbibé de graisse ou de fumée. Ou bien encore très sale. Laver sa veste assez fréquemment est une bonne pratique. Sur une membrane autre, cela peut être fréquent.

Reste aussi des usures locales du fait des pliures à l'état humide. Le goretex 3 couches est plus résistant que les concurrents, mais pas éternel (cf. perçage rapide au niveau du gros orteil sur les chaussures doublées goretex). On peut accélérer le processus sur une veste si le tissu (surtout le fin) est pincé aux épaules ou sous une bretelle.

« Modifié: 09 novembre 2017 à 18:12:58 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

09 novembre 2017 à 18:16:28
Réponse #97

Kilbith


Pour le montage du tarp c'est bien d'avoir un peu plus de place que la longueur du tarp mais pas trop trop non plus, par exemple lors de la dernière nuit, les deux arbres que j'avais choisis pour tendre mon hauban était bien dans l'alignement de la pente mais un peu trop espacés, de sorte que j'avais un bon 3 mètres d'espace en rabe à l'arrière et 1 bon mètre devant. Du coup la tension sur 8m est pas top évidente à obtenir, ça a bien tenu, c'est resté correct mais les côtés du tarp n'était pas parfaitement droit et donc petite perte d'espace doublé à un risque de toucher la toile.

Pour un tarp simple rectangulaire monté en A :

Ca dépend aussi de la nature de ton montage (direct dessus, direct dessous, prussik, sandow...) et aussi de la nature de ta corde (le nylon va se détendre, le polypro beaucoup moins).

Certaines toiles (ex : silnylon) vont se détendre une fois trempées. Il faut soit retendre, soit avoir un dispositif "auto tenseur". D'autres vont plutôt se tendre une fois mouillé (ex: certain cotons). D'autres vont peu bouger (ex: polyester).
« Modifié: 09 novembre 2017 à 19:02:37 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

09 novembre 2017 à 18:49:23
Réponse #98

raphael



D'ailleurs, un tarp perd-t-il son imperméabilité lorsque l'on le touche de l'intérieur comme sur une tente par exemple ? Je n’en avais pas impression et n'ai pas trop insisté.

effectivement il y a eu quelques gouttes sous le tien pendant la nuit, mais je pense que c'était de la condensation

Voila le montage que j'aurais du faire avec mon tarp
« Modifié: 09 novembre 2017 à 19:00:38 par raphael »
Se connaitre et s'accepter


09 novembre 2017 à 19:39:54
Réponse #99

Laqueuedurang


Pour le montage du tarp c'est bien d'avoir un peu plus de place que la longueur du tarp mais pas trop trop non plus, par exemple lors de la dernière nuit, les deux arbres que j'avais choisis pour tendre mon hauban était bien dans l'alignement de la pente mais un peu trop espacés, de sorte que j'avais un bon 3 mètres d'espace en rabe à l'arrière et 1 bon mètre devant. Du coup la tension sur 8m est pas top évidente à obtenir, ça a bien tenu, c'est resté correct mais les côtés du tarp n'était pas parfaitement droit et donc petite perte d'espace doublé à un risque de toucher la toile.

Adrien sinon tu fais comme moi, tu prends de la corde statique de 6mm et tu la tends bien, tu verras ça va beaucoup moins se détendre, mais bon c'est plus lourd...  :D
Voir là où j'ai étendu mon linge sur le dernier bivouac.
Pensez par vous-même sinon d'autres le feront à votre place. J-P Petit

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité