Nos Partenaires

Auteur Sujet: Trouver des endroits qui ne se développeront pas ?  (Lu 1455 fois)

26 avril 2017 à 13:29:20
Lu 1455 fois

sebastienb


Bonjour,

Il n'est pas question spécifiquement de survie, mais un peu quand même (survie mentale, gestion des risques...) : comment identifier sur un territoire en France les zones qui ne se développeront pas ou très peu lors des 30 prochaines années ? Je veux dire par là que les champs resteront des champs, les forêts des forêts, sans nouvelles habitations ou bâtiments construits ?

Habitant en ville nous souhaitons nous fixer à la campagne sur le très long terme sans cependant s'éloigner trop de la ville. Comment donc trouver des zones où s'installer qui seront protégées du "développement" ? Je sais qu'il y a des zones non constructibles, des champs de captation de l'eau, des parcs naturels mais c'est très flou pour moi...

26 avril 2017 à 13:43:12
Réponse #1

Snafu


Bonjour Sebastienb,

Malheureusement, beaucoup de zone péri-urbaine sont "menacé" par la création de nouveaux lotissement etc. Donc rester proche de la ville tout en préservant le côté nature est relativement dur à anticiper.
Pour répondre à ta question, je te dirai de consulter le PLU (Plan Local d'Urbanisme) de la commune où tu souhaite résider. Après tout dépend comment tu défini "proche" de la ville. En terme de temps ou de kilomètres.
Après bien entendu, cela dépend de beaucoup de choses allant de l'attractivité de la ville, des futurs projets et par conséquent du Maire en place...

Bonne journée

Snafu

26 avril 2017 à 13:52:28
Réponse #2

Arnaud


Pour le moyen terme consulter le PLU s'il existe ou discuter avec le maire.

Pour le long terme, se documenter sur les changements ayant eu lieu dans le paysage et voir si on peut dégager des "tendances". (ex: diagonale du vide)   
« Everybody has a plan until they get punched in the mouth.»

26 avril 2017 à 18:44:53
Réponse #3

guillaume


Pas mieux qu'Arnaud : viser la diagonale du vide...

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

26 avril 2017 à 19:17:07
Réponse #4

Cheyenne


Quand tu as trouvé le patelin, tu regardes le PLU et surtout tu cherches un terrain qui se situe en bout d'une zone constructible (donc tu seras le dernier) et de préférence avec autour le plus possible d'obstacle à la construction (falaise, terrain très en pente, très inaccessible, rivière , etc.).

Pour exemple, lorsque nous avons vendu la maison de mes grands-parents, nous avons gardé tous les prés alentour, pensant qu'un jour on pourrait vendre des parcelles, car il y a un autre accès.
Je viens d'apprendre par l'ancien maire que ces parcelles ne seront jamais rajoutées à la zone constructible.
Les acheteurs sont donc peinards, derniers de la zone, et entourés de prés à perte de vue.
Tant mieux pour eux!

27 avril 2017 à 09:35:31
Réponse #5

Llunatik


Pour habiter quelque part dans la fameuse diagonale du vide, je peux te dire que les chances que ça se développe par chez moi sont très très faibles (ça irait plutôt dans le sens contraire d'ailleurs).
Surtout si tu t’éloignes un peu d'une agglomération.

27 avril 2017 à 10:20:55
Réponse #6

KYUBY


Dans le coeur des Bauges je pense que ce risque est assez faible, mais ce n'est que mon avis, si ca peut aider  ;#

28 avril 2017 à 14:13:18
Réponse #7

sebastienb


Habitant le Nord-Pas-de-Calais on est loin de la diagonale du vide :D Mais merci pour vos précieux conseils, je note de consulter le PLU. Les PLU changent à quelle vitesse cela dit ? Ce sont des orientations très long terme gravées dans le marbre, ou ça peut changer brutalement à l'occasion de changements politiques ?

28 avril 2017 à 18:08:01
Réponse #8

Snafu


Bonjour Sebastienb,

Pour répondre à ta question, je dirai les deux, tu as des zones qui ne seront jamais constructibles pour des raisons de sécurité ou autres. Comme l'as expliqué Cheyenne.
Cependant, tu as des terrains qui ne sont pas prévu d'être constructible mais qu'ils peuvent le devenir. Exemple tout bête que je tire d'un cas concret de mon village : un maire est en fonction d'un certain bord politique, un terrain appartenant à l'opposition qui va donc le conserver et il ne sera jamais ajouter aux zones constructibles cependant, lors d'un changement de maire et donc de bord politique, ce terrain sera donc ajouté aux zones constructibles, tout est question d'arrangement. D'autant plus que dans les petits villages, les querelles prennent leurs sources dans des temps immémoriaux et que tout les moyens sont bons pour "emmerder" l'autre.

Quant aux changements des PLU, je pense mais de ce côté ci je n'en sais rien, qu'ils changent à chaque mandat.

Bonne soirée

Snafu

29 avril 2017 à 09:30:28
Réponse #9

Chill


Citation de: sebastienb
... je note de consulter le PLU.Les PLU changent à quelle vitesse cela dit ? Ce sont des orientations très long terme gravées dans le marbre, ou ça peut changer brutalement à l'occasion de changements politiques ?

Je n'ai pas trouvé la réponse exacte, mais :
  • l'élaboration de ce document est long (au moins 2 ans) et cher ;
  • les articles L153-27 et suivants du Code de l'Urbanisme portant sur le délai d'évaluation du PLU indiquent une périodicité maximale de 9 ans (ou 6 ans selon certains détails techniques) ce qui sous entend qu'on peut ne pas s'en préoccuper tout ce temps.
  • La procédure d'enquête publique limite fortement les changements de type "girouette politique" : en élection locales, la personnalité de la tête de liste compte beaucoup, cependant le corps électoral se modifie généralement lentement, surtout sur ce qui touche au "cadre de vie". C'est aussi ce qui fait une notable différence avec les obsolètes Plan d'Occupation des Sols (POS) qu'un conseil municipal pouvait modifier assez facilement.
Sans que cela soit une table de la Loi gravée au feu divin dans la pierre dure locale, un PLU est un document "à vie longue", et dans le contexte temporel actuel il aurait une couleur "verte" assez marquée.

Si un juriste compétent en droit de l'urbanisme ou de l'environnement veut compléter ...

    Chill.
EDIT : corrections sémantiques
« Modifié: 29 avril 2017 à 17:41:15 par Chill »
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

29 avril 2017 à 13:40:27
Réponse #10

François


La tendance générale est la concentration de l'activité autour des grandes villes et des infrastructures de communication. A coté de ça, loin des grandes villes, des autoroutes et des gares TGV, il y a beaucoup de coins qui ne se développent plus du tout - litote ;D -
Cherche les zones blanches de la 4G, les endroits où ferment les écoles, les hôpitaux, les maternités, les bureaux de poste, les commerces, et tu trouvera ton bonheur.

Juste se méfier des endroits trop beaux qui pourraient un jour attirer les résidences secondaires* des urbains stressés.

* (edit) résidences secondaires au sens large, incluant les locations, villages vacances, camping, etc.
« Modifié: 30 avril 2017 à 06:46:19 par François »
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité