Nos Partenaires

Auteur Sujet: Préparation anti-frilosité  (Lu 3293 fois)

22 avril 2017 à 10:07:19
Lu 3293 fois

Tong


J'ai lu avec intérêt le sujet "Why cotton kill"

Alors je me pose une question, qu'il sera sûrement utile de poser sur le forum. (comment lutter contre le froid quand on a froid mais qu'en fait il fait pas froid, et est ce important)

Je viens de passer un we dans une maison à 12°C. Après avoir préparé le départ, les enfants, conduit quelques heures, stressé parce que beaucoup d'incertitudes et de paramètres contradictoires (on emmenait un voisin qui ne s'assoit jamais dans l'herbe...) ouvert le chemin à la machette (non c'est pas vrai, mais c'était presque ça) pour arriver à la maison, ouvert le chemin à la machette au milieu des toiles d’araignées pour traverser la maison, nettoyer et faire les lits, à manger.....j'ai eu froid et sommeil.
Le voisin, en chemise (une fine chemise de coton et un fin pull sans manche) n'avait pas froid.

Je suis donc allée me rajouter un pantalon, encore une paire de chaussette, deux pulls et finalement mon manteau pour avoir moins froid et aller dormir (et un troisième pull en foulard autour de la tête, mes enfants ont tellement rit qu'il en ont fait une photo). Au milieu de la nuit, j'ai retiré la moitié de tout ça, et le lendemain je me sentais en forme mais j'ai gardé mes deux pantalons et enfin eu le courage de retirer mon t-shirt en coton pour un en laine. Alors que le voisin était toujours aussi bien avec sa chemise. Il n'est absolument pas sportif, maigre, et moi je fais plus de sport et j'ai une bonne couche de gras. Seulement il m'arrive souvent d'avoir très froid le soir après une journée où j'ai dépassé mes limites (c'est fluctuant, pas facile à anticiper, juste plus souvent selon le cycle) et ça arrive chez moi par 20°c . Les enfants se sentaient exactement pareil par 10 ou 20 ° : très bien.

Hier, par 4°C, je croise des voisins en chemise et légère veste de coton ou nylon. Ils n'ont pas l'air d'avoir froid. Et moi je me caille avec un pull et un manteau.

Je me pose ces questions : est ce qu'avoir froid est un risque plus grand d'hypothermie ?
Est ce qu'il y a des méthodes plus appropriées pour lutter contre le froid quand la cause est l'épuisement ? (sur le moment, et en prévention....comme il m'est arrivé de greloter de froid par 34 ° après une journée de sport intense, je me dis que la température extérieure n'est pas le seul critère, en général, deux heures de repos en me couvrant au maximum suffisent) Si un jour je veux faire un stage, est ce que ça semble possible ? (je trouve que ça me serrait d'autant plus utile que j'ai vite froid). Est ce que le stress peut conduire à avoir froid ? Le stress et les restes post-traumatiques ? Et le manque de sommeil ? Bref, le machisme est-il une cause d'hypothermie pour les femmes ?



22 avril 2017 à 12:10:45
Réponse #1

LaMouette


Je vais suivre ça de près car j'ai le même problème.

22 avril 2017 à 15:54:38
Réponse #2

Loriot


Tu dis avoir une couche de gras... ca aide pas pour ne pas avoir froid.
Le gras ne transmet pas bien la chaleur, ainsi l'intérieur de ton corps ne réchauffe pas bien ta périphérie.

Je crois que c'est un truc comme ça.
Édit: un peu comme un Thermos.

Un lien sur une émission radio:
http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/cqfd/8364168-les-frileux-en-vedette-20-02-2017.html

« Modifié: 22 avril 2017 à 16:08:17 par Loriot »
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

23 avril 2017 à 07:21:47
Réponse #3

Galileo


I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

23 avril 2017 à 21:34:26
Réponse #4

danseenslipsouslalune


Hello,

Je t'en supplie Tong, si tu trouves la solution, je suis preneur!!!  :'(
3 stages CEETS, dont 2 avec nuits en extérieur.
Au 2ème, je suis à peu près sûr d'avoir été "overkill" en matos, Tarp et vêtements qui vont bien (mérinos and co), quant au duvet, Wiggy's superlight, résultat, gelé toute la nuit et quasi aucun sommeil...

Debrief avec le Manitou, et apparement, mes glandes surrénales ne bosseraient pas comme il faut pour produire adrénaline, nécessaire (entre autre) à la production de chaleur.

Pour info je fonctionne en épuisement total depuis environ 2 ans, donc lien probable avec stress et fatigue...

Si tu creuses davantage et trouves des pistes...  ::)

Dav-
Il vaut mieux être un guerrier au milieu d'un jardin, qu'un jardinier au milieu d'une guerre...

24 avril 2017 à 11:51:29
Réponse #5

Kilbith


Je t'en supplie Tong, si tu trouves la solution, je suis preneur!!!  :'(

Il faut distinguer "avoir froid"....de "se refroidir". La sensation n'est pas toujours un bon indicateur de l'évolution de notre température interne. Si on écarte les dysfonctionnements thyroïdiens et infections sous jacente...

Si on a un faible IMC, un fort tonus musculaire (jeune ou sportif), une bonne forme physique (jeune ou sportif, bonne circulation...) : à l'arrêt on peut avoir le sentiment "d'avoir chaud", tout simplement parce que l'on produit de la chaleur par un métabolisme très actif. Mais on se refroidit.

Si on a un fort IMC, un faible tonus musculaire, une mauvaise forme physique :  à l'arrêt on aura souvent la sensation de froid. Pas obligatoirement correspondant à un refroidissement (fort IMC, forte isolation du fait de la graisse, température à la surface de la peau faible, comme les senseurs sont à ce niveau on a froid).

Evidemment, en activité c'est différent. La personne faible IMC souvent en bonne forme va souvent bouger vite donc dégager beaucoup de chaleur. Quitte à se refroidir très vite à l'arrêt. La personne forte IMC et petite forme doit faire un gros effort pour se déplacer (même lentement, même au camp) et donc aura vite chaud...chaleur qui mettra du temps à se dissiper à l'arrêt (isolation de la couche graisseuse et du rapport surface/volume).

Des médicaments (abaissant le tonus musculaire ou les sensations) des vaso constricteur, vont aussi modifier la chaleur fournie du métabolisme basal et/ou la sensation. Les vaso dilatateurs aussi. Le stress ou la grande fatigue aussi (tonus musculaire, réponse du corps...). Et ce que l'on mange (ex : la viande rouge demande pas mal d'effort pour être digérée et met longtemps à l'être...le sucre se digère vite mais crée un effet boost, s'il est mal géré on transpire et après on a froid...etc.)

On peut aussi travailler sur la perception. Pour le moins on a une "habituation" ce qui fait qu'avoir froid (ou chaud) devient une normalité.


Normalement une technique vestimentaire (entre autre) adéquate peut gérer ces problèmes quand on se connait un peu. Les défauts courants  c'est de trop se couvrir (on a trop chaud, on transpire, on détériore ses isolants, puis on a froid). Ou bien vêtement trop serrés qui bloquent la circulation ou désormais inefficaces), de se couvrir trop tard (on a déjà froid, or des vêtements ne réchauffent pas) ou de mal se couvrir (humidité stagnante à proximité de la peau, pas de protection vent, trop effet cheminé, pont thermique...).

Pas mal de choses sont présentes dans le forum.

 ;)

« Modifié: 24 avril 2017 à 12:09:27 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 avril 2017 à 18:50:32
Réponse #6

Tong


Il faut distinguer "avoir froid"....de "se refroidir". La sensation n'est pas toujours un bon indicateur de l'évolution de notre température interne. Si on écarte les dysfonctionnements thyroïdiens et infections sous jacente...

Si on a un faible IMC, un fort tonus musculaire (jeune ou sportif), une bonne forme physique (jeune ou sportif, bonne circulation...) : à l'arrêt on peut avoir le sentiment "d'avoir chaud", tout simplement parce que l'on produit de la chaleur par un métabolisme très actif. Mais on se refroidit.

Si on a un fort IMC, un faible tonus musculaire, une mauvaise forme physique :  à l'arrêt on aura souvent la sensation de froid. Pas obligatoirement correspondant à un refroidissement (fort IMC, forte isolation du fait de la graisse, température à la surface de la peau faible, comme les senseurs sont à ce niveau on a froid).


Bonjour,
il me semble que se refroidir parce qu'on est au dessus de la température requise, (l'exemple de l'IMC faible) n'est pas un problème, on n'est pas pour autant en train de risquer une hypothermie.
et ne pas se refroidir parce qu'on est déjà en mode de préservation de sa température centrale (l'exemple de l'IMC fort) est un problème : on se rapproche de la situation d'hypothermie.
(super les infos émission de radio et pdf, distinguant bien la température en périphérie et la température centrale)

Je suis allée acheter des t-shirts en laine. Au début, le vendeur n'était pas très content que je ne réponde pas à ses questions sur les activités que j'allais pratiquer avec. Pour rester sur facebook ou dormir au chaud....
Je crois que l'épuisement est une piste intéressante, surtout dans une régulation à long terme. J'ai lu aussi que l'anémie est une cause de frilosité. En admettant que le corps tend à faire adopter une activité en adéquation avec ses capacités, avoir froid serrait un indice qu'il nous faut remplir la machine, plutôt que la vider. Peut-être un niveau plus profond que la sensation de fatigue fluctuant au cours de la journée.
Je vais tester une gestion parfaite alimentaire/sommeil sur plusieurs mois, et méditation plusieurs fois par jour, à chaque fois que je peux en fait. Je vais donc tenter de garder ma chemise bien sèche tout au long de la journée, comme sait si bien le faire mon voisin, comme ça elle ne sera pas un refroidissement le repos venu. Évidement, c'est une image, mais l'attitude ultra égoïste de ce type me fait voir l'écart entre vivre tourné autour de son confort personnel et vivre en grillant ses deux bouts de chandelle et même plus encore quand on gère un paquet de contraintes, en mettant son confort de côté pour les autres ou pour des buts supérieurs ou futurs. A force, on ne se rend peut-être plus compte qu'on va vraiment trop loin.

Ca fait déjà deux jours, et là, je suis déjà en tong :)

Merci beaucoup à tous, pour vos réponse et aussi vos questions partagées...

24 avril 2017 à 21:01:31
Réponse #7

danseenslipsouslalune


...
vivre en grillant ses deux bouts de chandelle et même plus encore quand on gère un paquet de contraintes, en mettant son confort de côté pour les autres ou pour des buts supérieurs ou futurs. A force, on ne se rend peut-être plus compte qu'on va vraiment trop loin.
...

Mais c'est carrément ça!!!  :-\

Je réponds plus en détail sur le reste plus tard, mais là ça me parlait trop!!!!!
Il vaut mieux être un guerrier au milieu d'un jardin, qu'un jardinier au milieu d'une guerre...

24 avril 2017 à 21:10:37
Réponse #8

Tompouss


Sinon la méthode Wim Hof c'est pas mal.

Un truc pour le froid aussi c'est de bien se chauffer avant de se coucher, Danseenslipsouslalune tu vaias caillé aussi au Leuzeu non avec le Wiggys non ? J'ai passé une nuit par -3 avec le duvet presque entièrement ouvert cette semaine pour pas crever de chaud, la petite tisane chaude avant de se coucher c'est pas mal pour ça.

La gestion du froid c'est aussi une question d'acclimatation, il suffit de voir la vitesse où on remet nos pulls aux premières fraicheurs de septembre. S'habituer à avoir "frais", en gros quand on est en situation sans risque réel comme par exemple à la maison, éviter de trop chauffer ou autre et s'habituer à une ambiance avec 1-2°c de moins. L'hiver je chauffe à 18°c et je traine en short et t-shirt dans ma maison par exemple, et ça aide bien sur la moto quand il fait -5 ou -10  ;D
Sometimes you gotta remember : everyone wasn't raised like you...

24 avril 2017 à 22:00:23
Réponse #9

danseenslipsouslalune


Yes... j'avais caillé au Leuzeu  :o

J'ai passé 8 ans à me déplacer qu'en moto, hiver comme été.
Même pendant ma formation pro à Merville (près de Béthune, c'est le nord  :lol:), de septembre à avril, moto 7/7 par tous les temps.
Quand je vivais à Nice, j'allais surfer l'hiver dans une eau à 13/14 degrés, et ça ne me gênait pas de me foutre à oilpé pour me changer en plein mois de février, 5°C dehors + vent + douche sur la plage pour me rincer...
Quand j'ai connu Mme, elle était folle de voir que je pouvais rentrer dans des draps glacés et réchauffer le lit instantanément alors qu'elle se gênait pendant des plombes (bon, ça je crois que c'est génétique et propre aux femmes...  :o  ;# )
Et je vis depuis 10 ans dans les Vosges, et j'ai eu l'occasion de m'acclimater, même au taff, quand on part sous la neige à 6h30 du mat en savoie, on était plus proche des -3 -4 l'hiver... Pas de soucis...

Mais ça c'était avant.

Tong a vraiment mis des mots sur un truc qui me concerne.
La machine ne suit plus chez moi.
Elle a aussi lancé des pistes très intéressantes.

@Kilbith, je comprends bien tes propos, ce qui me gêne ce n'est pas tant le risque d'hypothermie, je ne pense pas avoir été en danger à aucun moment, mais le froid, en tout cas la sensation de froid m'empêche désormais de dormir...

En ce qui me concerne, on est plus sur une gestion d'un problème de fond, et de rythme de vie, que sur un problème technique je pense.

J'ai aussi noté une fonte musculaire importante.
Et ça, je pense que ça compte... (surtout que j'étais pas très épais).

Ce dont je prends conscience, c'est qu'il est important de savoir où sont ses limites, et si on apprend à les repousser, ne pas le faire n'importe comment, pour être capable de se préserver...

Du coup je sais pas dans quoi ça rentre ça dans la règle des 3 ou le CCVMD... "Conscience"... ?
« Modifié: 24 avril 2017 à 22:16:41 par danseenslipsouslalune »
Il vaut mieux être un guerrier au milieu d'un jardin, qu'un jardinier au milieu d'une guerre...

25 avril 2017 à 07:29:40
Réponse #10

guillaume


Plutôt dans les "3 ans" dans ton cas ;). Les problèmes de fond sont compliqués à traités mais encore plus à identifier.
Là on dirait que t'as déjà cerné une partie du problème ;).

a+

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

25 avril 2017 à 14:31:04
Réponse #11

Tong


Yes... j'avais caillé au Leuzeu  :o


Tong a vraiment mis des mots sur un truc qui me concerne.
La machine ne suit plus chez moi.
Elle a aussi lancé des pistes très intéressantes.


Et danser en slip sous la Lune, tu le fais par tous les temps ? :)

ce que tu racontes m'interpelle, moi aussi il y a clairement un avant et un après.
Enfant j'ai passé quelques années sans manteau et sans chaussette (un jour je me suis dit, tient, les chaussettes ça doit servir à un truc, quand j'ai eu un peu le bout des doigts de pied douloureux par moins 10, ça a duré trois seconde et c'était fini, j'ai plus jamais eu froid durant des années). La nuit, j'avais toujours trop chaud aux pieds, qu'il me fallait laisser dehors, même si j'avais peur que des sorcières me les croque. J'aimais tellement mieux le froid que le chaud que j'ai décidé de travailler dehors et pas dans un bureau.
Mais la mauvaise gestion du froid, elle devait déjà être là. Il m'est arrivé d'avoir un mal de ventre terrible un lendemain après avoir joué dans l'eau l'hivers et restée la journée dans des habits glacés, je n'avais pas eu froid. Un vieux du métier, adulte, (un métier dans le froid) m'expliquait que mes acidités gastriques qui arrivaient toujours à la même heure, c'était le froid, que je le sentais pas, mais c'était connu de lui, réagir au froid provoque cet effet là, il m'a dit met un bonnet, c'est comme les pieds. T'as froid au pied mets un bonnet; t'as des brulures d'estomac une ou deux heures après avoir commencé à bosser dans le froid, mets un bonnet.

En activité, je n'ai pas de problèmes moi non plus, et je suis bien la seule à faire des boules de neige à la main avec plaisir, je n'ai pas froid, et la dernière à rester en tong.
Mais c'est le mode pause finalement qui est trop violent. Violemment refroidissant. Mais je pense que ça, c'était déjà avant. J'ai tellement souvent entendu que j'en fais trop d'un coup sans me reposer. On a des constitutions différentes et finalement, mutualiser nos sensibilités différentes est peut-être utile à tous : celui qui est sensible aux odeur détecte les aliments nuisibles et personne n'en mange si un seul est dégouté, ça coupe l’appétit à tout le monde, et si un autre réagit à autre chose, c'est pas qu'il est le seul à y être fragile, mais le premier à s'en rendre compte. On serrait à l'optimum de notre hygiène de vie en groupe, chacun portant quelques compétences, sans être tous des perfections. Mais on est complètement dénaturés et on ne vit plus en groupe. Alors je sais pas.

25 avril 2017 à 15:28:58
Réponse #12

danseenslipsouslalune


Par tous les temps oui! Qu'il fasse soleil, beau, ou chaud!  ;#
Mais je vais pas tarder à changer en danseenwiggy'ssouslalune...  :lol:

Intéressant ton raisonnement Tong... Je développerai plus tard aussi car pas mal de trucs sur le feu (tiens... une petite lampe s'allume en disant ça, par rapport à ton sujet...)

@Guillaume oui, les 3 ans... d'épuisement, probablement plusieurs fois précédés par 3s de connerie où j'aurais pu dire "non, je passe mon tour...", histoire de préserver la machine...

Ca tourne en discussion philo là, voire limite de la survie mentale, rapport à l'hygiène de vie etc... Y avait un fil là dessus...

Peut-être y recoller ce sujet?

« Modifié: 25 avril 2017 à 15:35:11 par danseenslipsouslalune »
Il vaut mieux être un guerrier au milieu d'un jardin, qu'un jardinier au milieu d'une guerre...

25 avril 2017 à 16:07:36
Réponse #13

Kilbith


Citer
@Kilbith, je comprends bien tes propos, ce qui me gêne ce n'est pas tant le risque d'hypothermie, je ne pense pas avoir été en danger à aucun moment, mais le froid, en tout cas la sensation de froid m'empêche désormais de dormir..

Je comprend dormir en randonnée.

Pas facile d'émettre, à distance, un avis autre que technique (problème mélatonine?). Sans compter que la médecine cela concerne les médecins.

Pour rester sur le plan technique :
Evidemment on pense d'abord isolation vis à vis du sol, mais ça tu le sais. Idem pour le fameux "chapeau" (prendre un bonnet péruvien ou un passe montage, un simple bonnet a tendance à glisser durant la nuit).

Bien manger, être hydraté (on hésite souvent pour ne pas avoir à se relever), faire quelques exercices (pas trop, pas au point de transpirer dans le sac en début de nuit et se cailler après) avant de se coucher. Ne pas se coucher "froid" en somme. Cela fait aussi partie des classiques.

Un point moins souvent abordé c'est la sensation de froid au niveau des pieds. C'est un facteur reconnu comme limitant la qualité du sommeil et la vitesse d'endormissement*.

Quelques pistes (testées comme d'hab) :

Les chaussettes de type "Rab hot socks en primaloft".
Pour un poids et un encombrement minime c'est une très bonne arme contre le froid aux pieds si on a une isolation vis à vis du sol. Le prix est correct, la durabilité bonne si on ne fait pas le fou.

ici : https://www.aventurenordique.com/chaussettes-rab-hotsocks.html

D'autres solutions existent (laine, pile...) mais c'est moins compact et/ou plus lourd. Toutefois le manque de compacité améliore l'isolation vis à vis du sol.

Un collant pas trop serré permet de garder le sang "à la bonne température" quand il chemine dans les jambes. Les brynje sont étonnements efficaces pour le poids quand ils sont utilisés dans un sac (mais toujours aussi moches).

On peut aussi penser à ajouter une chaufferette chimique 8h au niveau des pieds. C'est pratique, pas trop cher, compact, léger.

Evidemment, la classique "bouillotte" fait des miracles mais ce n'est pas toujours simple à réaliser.

 :)

* ref. http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/435342.stm

Source : http://www.chronobiology.ch/wp-content/uploads/publications/Krauchi2010FrontBiosci15-604-625.pdf

site du chercheur (nombreuses pistes sur le sommeil selon la température, le genre, le chronobiologie, la mélatonine...) : http://www.chronobiology.ch/team/kurt-kraeuchi/
« Modifié: 25 avril 2017 à 16:29:09 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

25 avril 2017 à 16:28:57
Réponse #14

danseenslipsouslalune


...
Je comprend dormir en randonnée.
...

Ben, j'avoue que je demande quasi systématiquement une couverture en plus à l'hôtel... (voire parfois un radiateur :ohmy: )

Dans mes expériences évoquées:

- sous pantalon en woolpowwer;
- pantalon rando D4 doublé/respirant;
- chaussettes laine D4;
- t-shirt ML merinos D4;
- veste woolpower 600;
- veste 3 en 1 lafuma (avec polaire);
- tour de cou willpower tube lite;
- buff en laine sur la caboche;
- matelas isolant thermarest solar ridgrest;

Et je ne citerai plus mon wiggy's qui pèse un âne mort!  ;#

ouais, je sais... je suis dans la m****  :closedeyes:

Il vaut mieux être un guerrier au milieu d'un jardin, qu'un jardinier au milieu d'une guerre...

25 avril 2017 à 16:31:18
Réponse #15

Kilbith


Ben, j'avoue que je demande quasi systématiquement une couverture en plus à l'hôtel... (voire parfois un radiateur :ohmy: )

Dans mes expériences évoquées:

- sous pantalon en woolpowwer;
- pantalon rando D4 doublé/respirant;
- chaussettes laine D4;
- t-shirt ML merinos D4;
- veste woolpower 600;
- veste 3 en 1 lafuma (avec polaire);
- tour de cou willpower tube lite;
- buff en laine sur la caboche;
- matelas isolant thermarest solar ridgrest;

Et je ne citerai plus mon wiggy's qui pèse un âne mort!  ;#

ouais, je sais... je suis dans la m****  :closedeyes:

Tu as un bon équipement sauf pour le principal : pieds, têtes, mains (cf. ci-dessus).

Tu peux probablement mieux dormir avec moins de trucs....mais plus de meilleurs trucs. Trop se couvrir là ou ce n'est pas nécessaire induit des inconvénients (je ne vais pas développer).

Ce qu'il faut c'est se couvrir suffisamment là où il faut. Notamment pour ceux qui ont des problèmes physio.

 ;)

"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

25 avril 2017 à 17:27:45
Réponse #16

Arnaud


Quelques pistes supplémentaires...

Le wiggy's... a mon avis pas adapté à ta morphologie, trop de volume a réchauffer, pertes thermiques dû à la capuche, tu emmitoufles et tu respires dedans ?

L'empilage de fringues, surement humides de transpiration, très mauvais.

Les chaussettes, larges... très larges les chaussettes ;)

Balaclava + gants fins polartec, appréciables pour les frileux.
« Everybody has a plan until they get punched in the mouth.»

25 avril 2017 à 19:57:14
Réponse #17

Loriot


Et pour la nuit, la bouillotte... pour les pieds froid c'est un vrai bonheur...
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

26 avril 2017 à 10:18:13
Réponse #18

Utopie


Le matos c'est bien et savoir s'en servir c'est peut-être encore mieux mais a mon avis être hyper frileux démontre que le métabolisme ne fonctionne pas comme il devrait. Je crois que c'est le foie qui rentre dans la régulation thermique d'un organisme mais il ne doit pas y avoir que lui pour faire le boulot. Enfin, je ne suis pas médecin mais je pense qu'en dehors du matos il faille chercher de ce côté. J'ai été très malade du Lyme pour ma part. Pendant cette période, il m'est arrivé d'oublier d'enlever ma doudoune de ski et mon bonnet dans la salle de consultation d'un médecin s'en m'en rendre compte ! et ça faisait des années que j'étais hyper frileuse ! Depuis que je me soigne pour ce problème je vais beaucoup mieux. Je reste un peu caille caille mais il fait parfois 9° le matin là ou je dors et ca va.
Courage fuyons, réfléchissons après...

26 avril 2017 à 11:46:15
Réponse #19

Arnaud


Le forum n'ayant pas vocation à être un outil de diagnostique à distance et vu qu'il y a certainement des milliers d'affections qui peuvent entrainer une certaine frilosité... pour un diagnostique et une prise en charge adaptée, il vaut mieux consulter un spécialiste.

Pour en revenir au sujet, sans parler de dérèglement ou de maladie, quand on a plus vingt ans, qu'on est crevé et pas dans son environnement habituel, on est évidement pas aussi résistant que jeune et en pleine forme dans son fauteuil préféré.

Ceci étant dit, il y a plein de trucs pour améliorer son confort thermique tout au long de la journée/nuit dont on aurait pas forcément eu besoin "avant" mais qui font toute la différence en cas de besoin... et pour partager les bonnes infos et remettre en question les mauvais choix et les mauvaises habitudes on est j'espère au bon endroit.
« Everybody has a plan until they get punched in the mouth.»

26 avril 2017 à 12:48:55
Réponse #20

Kilbith


Ceci étant dit, il y a plein de trucs pour améliorer son confort thermique tout au long de la journée/nuit dont on aurait pas forcément eu besoin "avant" mais qui font toute la différence en cas de besoin... et pour partager les bonnes infos et remettre en question les mauvais choix et les mauvaises habitudes on est j'espère au bon endroit.

Tout a fait.

J'ai été amené par le passé (lointain) à encadrer plusieurs centaines de jeunes hommes sur le terrain et à gérer parfois des hypothermie (et des coups de chaleur). Les causes contextuelles sont multiples (grande fatigue, sous nutrition, infection, psychologie...) sans même parler de problèmes relevant pleinement du médical.

Mais le plus souvent, c'est un manque de matériel et encore plus souvent un manque de savoir-faire que ce soit dans l'utilisation du matériel ou dans la bonne attitude  à adopter qui étaient en cause.

Plus récemment, j'ai participé à plusieurs "campement d'hiver" sur quelques jours en haute montagne qui réunissent des personnes expérimentées et d'autres moins. Le jeux étant d'avoir le matériel le plus léger possible et ces campements n'ayant pas lieu au c*l du camion.

Même quand les conditions sont "pas trop mal" (au dessus de -15°C) c'est un challenge pour tous et particulièrement les plus expérimentés. On constate d'ailleurs pas mal de renoncement à la suite de la première nuit. En revanche, même les gens ayant eu des problèmes mais qui acceptent les conseils (et parfois quelques prêts) des plus expérimentés surmontent l'obstacle du froid.

Évidemment sur un forum on ne peut aborder que les aspects les plus "matériels".

 :)
« Modifié: 01 mai 2017 à 17:41:44 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

30 avril 2017 à 00:42:49
Réponse #21

danseenslipsouslalune


Tu as un bon équipement sauf pour le principal : pieds, têtes, mains (cf. ci-dessus).

Le buff et les chaussettes en laine c'est pas bon?...

... Le wiggy's... a mon avis pas adapté à ta morphologie, trop de volume a réchauffer...

Ca malheureusement je crois que t'as pas tort...
Du coup en effet, je m'emmitoufle, capuche et tour de cou serré.

... Les chaussettes, larges... très larges les chaussettes ;)

Balaclava + gants fins polartec, appréciables pour les frileux...

Je vais tester ça...

...le métabolisme ne fonctionne pas comme il devrait...

En effet, je suis en train de creuser de ce côté.

Comme l'a dit Arnaud, pour ce qui est des conseils en matos, on est effectivement au bon endroit.
J'ai trouvé de très bonnes infos ici, et malgré les stages, et l'application de la plupart des conseils, même si je ne les applique pas à 100%, je pourrais concevoir d'avoir un peu froid, mais pas de me peler comme ça.
Donc il faut que je creuse plus loin.

Mais comme le disait également Arnaud, je ne demanderai pas de diagnostic ici, y a d'autres sites pour jouer au docteur  ;#

@ Loriot oui, hot nalgene approved  :doubleup:

En tout cas merci à Tong pour le sujet, et aux copains pour ces pistes et pour me faire avancer dans mon questionnement.

Dav-
Il vaut mieux être un guerrier au milieu d'un jardin, qu'un jardinier au milieu d'une guerre...

30 avril 2017 à 11:26:11
Réponse #22

Utopie


Juste un petit mot pour clarifier les choses. Ce n'est pas parce que je raconte mon expérience d'une période de grande frilosité dans ma vie que je pose un diagnostique pour tout le monde. Faut peut-être pas exagérer. Au delà du matériel, je suis certaine que l'on peut améliorer les fonctions de notre organisme par des drainages ou par un entrainement au froid. Ceci dit j'aimerais savoir quel organe ou quels organes régulent la fonction thermique dans notre corps. Ca ca m'interesse sans vouloir jouer au docteur bien sûr mais dans l'idée d'amélioration de leur fonction... Il existe par exemple le yoga du froid. Je ne crois pas que tous les problèmes se règlent par le matériel même si cela est primordiale dans le cadre de stage ou de conseil au quotidien. Bravo pour vos compétences et désolée d'être hors cadre.
Courage fuyons, réfléchissons après...

30 avril 2017 à 12:38:43
Réponse #23

danseenslipsouslalune


Je crois que ton approche est très complémentaire, d'ailleurs c'est celle vers laquelle je m'oriente en ce moment.
Je pense qu'il s'agit juste d'être prudent et d'éviter de glisser vers des hypothèses qui requièrent des compétences spécifiques, et d'aller vite vers des conclusions que nous ne maitriserions pas  :)
Il vaut mieux être un guerrier au milieu d'un jardin, qu'un jardinier au milieu d'une guerre...

30 avril 2017 à 19:14:32
Réponse #24

Tong


Bonjour

je crois que le côté médical a sa place : bien sûr que ça peut jouer, et c’est bien vu de venir le rappeler ici (et j'y ai pas lu un diagnostique, moi non plus)

et puis maladie ou pas, il faut quand même vivre.
un malade peut quand même se retrouver en situation de survie, d'hypothermie...la survie c’est pas juste un truc pour les bien-portants qui vont s'amuser hors des villes
on peut etre bien portant et brusquement être malade en haut d'une montagne
on peut etre malade et pas le savoir (l'exemple de la maladie de Lyme qu'on ne connait pas forcément), ou le savoir mais de toute façon, s’arrêter à une étiquette médicale, c'est pas toujours la meilleure façon de revenir à la santé. Il faut quand même vivre, voire survivre.

bref, ma succeptibilité se réveille encore, le médical pouvant parfois servir à gouverner des gens au lieu de leur laisser leur liberté. Dessiner une frontière entre bien-portants voulant rester entre dominants et les autres.

Alors mes quelques changements me profitent déjà beaucoup.
Énormément.
J'ai constaté que je m'habillais non pas en fonction de mes ressentis mais en fonction de critères extérieurs. L'hiver est passé on se met pas deux pulls. Avec mes t-shirts en laine, la fatigue (flemme, léthargie ?) me laisse tranquille et à la place je fais bien plus de choses, comme cuisiner mieux, bouger plus, etc. Il semble que je ressente le froid quand il est trop tard. Et qu'avant de m'en rendre compte, je suis passée en hibernation.
J'ai amélioré mon alimentation et me détend plus souvent : il n'y a pas photo, le stress est une sale habitude qui colle à la peau et épuise.

L'adaptation au froid :
pour ma part, elle ne change rien, au contraire. Je m'habitue assez vite à la température ambiante (en moins d'une journée déjà) Que ce soit être dehors par zéro ou dans une maison de campagne à 10°.
Il suffit de retourner dans une maison chauffée pour s'en rendre compte.
Mais je ne m'habitue pas en quelques minutes : j'ai froid, ou j'ai un feu qui s'allume à l'intérieur, je n'ai plus froid mais ça emperche de dormir (c'est quand il y a au moins quinze degré d'écart avec la température habituelle). On dirait que c'est au moment du repos qu'il y a un problème, à avoir froid jusqu'aux os.

ca fait deux fois que je rigole en parlant d'hibernation, mais Danse en slip sous la pluie et moi ont peut-être été amenés à se confronter au froid en s'habituant trop. Du coup on se met en mode hibernation plus vite, et d'autant plus vite qu'on est fatigués....histoire de se voir comme des super héros plutôt que des frêles frileux :)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité