Nos Partenaires

Auteur Sujet: Retex: accident de voiture  (Lu 1943 fois)

07 mars 2017 à 23:25:26
Lu 1943 fois

Bryan



Contexte :
Normandie, route de campagne, nuit d’hiver, 3h du matin, température -5°C, verglas.

Protagonistes :
Ma copine (N.) et moi, trentenaires un peu débrouillards, puis 2 jeunes femmes autour de la vingtaine.

Matériel :
Couverture de survie, lampe torche, trousse de secours (mon EDC) , puis dans la voiture des filles plein de fringues.

Déroulement :

Sur la route :
Rentrant d’une soirée non alcoolisée mais tardive, ma compagne au volant de sa voiture et moi en passager, je lui fait prendre un itinéraire plus rapide et moins sinueux plutôt que la petite route pleine de traversées de villages qu’elle voulait prendre.
Je m’entends encore lui dire « Même si ça glisse, au moins ça sera droit, donc pas de problème ».
Bein voyons…

La route monte d’abord en serpentant dans une forêt, puis arrive à découvert au milieu des champs, où elle devient droite.
Le passage qui aurait pu être plus délicat dans les virages de la montée n’étant pas gelé, cela nous a surement donné un faux sentiment de sécurité, d’où manque de vigilance (trois secondes ?) en arrivant à découvert, d’autant que ma route « droite » est irrégulière et bombée.

En sortant du couvert des derniers arbres à environ 70 Km/h nous croisons une camionnette, puis en arrivant dans la partie dégagée je vois ma chérie bouger légèrement le volant de droite et de gauche.
A cette seconde je pense qu’elle teste un peu l’adhérence ; mais la seconde suivante les oscillations du volant et de la voiture s’amplifient et elle me dit: « Eh, je ne sens plus rien là, j’ai plus rien ! ».

Avant d’avoir eu le temps de penser, la voiture fait un tête-à-queue en traversant l’autre voie et nous basculons assez doucement dans le bas-côté. Aucun airbag ne se déclenche, aucune vitre ne se brise.
Nous sommes couchés sur le côté passager.


Dans le fossé :
Rapidement nous nous assurons mutuellement que nous allons bien, elle coupe le contact mais en laissant les phares puis nous décidons de sortir par le « haut », donc la portière de ma conductrice. Elle essaie d’ouvrir sa porte mais n’y arrive pas.
(En fait elle a du mettre la main seulement sur la poignée sans que nous pensions au poids de la portière ; mais aurait-ce été moins dangereux de la soulever, avec le risque de se la faire retomber sur la tête, les mains, les jambes ?...)

Donc changement de plan, nous sortons par sa fenêtre. Heureusement la vitre électrique descend.
La tension sur la ceinture de ma douce la ralentit un instant pour se dégager, mais elle s’en sort vite fait, se dresse sans me marcher sur la tronche.
Là nous nous disons qu’il serait prudent passer d’abord rapidement la tête à l’extérieur pour vérifier qu’aucun autre véhicule n’est en train d’arriver plein balle et donc de risquer de sortir comme nous, avec le risque de nous percuter au moment où nous sortons par la vitre.
Elle vérifie donc, RAS, elle sort puis c’est mon tour ; nous nous retrouvons donc dans le champ, il fait nuit et froid.


Dans les champs :
Je sais à ce moment que le chrono de l’hypothermie commence à tourner ; mention spéciale pour madame, qui est victime de la maladie de Raynaud. Je mets mes gants et mon bonnet (toujours dans mes poches de manteau).
Nous nous éloignons un peu de la voiture, je sors ma lampe torche et découvre qu’à 50 m devant nous, une voiture est déjà plantée là, ayant fait un « tout droit » dans le champ en passant pas loin du gros pylône électrique. Je m’approche pour regarder : personne dans la voiture, moteur et phares éteints, vitres levées et embuées, elle semble être là depuis un moment.

Après ces premières minutes dehors ma compagne a déjà bien froid.
Pendant qu’elle appelle la police, je lui mets son T-shirt supplémentaire en guise de bandana, ce qui couvre bien la tête et la nuque et rentre dans le col à l’arrière, supplément de chaleur garanti à ce niveau là. J’y ajoute mes gants (je m’en passerai mieux qu’elle) et sort la couverture de survie; mais il faudra que j’insiste pour qu’elle s’accroupisse à l’abri de la voiture enveloppée dedans.
En ligne avec la police puis son assistance-assurance, je comprends qu’elle soit énervée et concentrée sur le téléphone ; et la couverture fait du bruit, mais bon…


Au téléphone :
 Vu que nous ne gênons pas la circulation et que nous ne sommes pas blessés, les services de Police ne font rien, nous disent de ne pas appeler non plus les pompiers et nous renvoient vers l’assurance.

Le service d’assistance (n° spécial urgences) met trois plombes à répondre, en commençant par des conneries, puis finalement nous dit qu’ils envoient un dépanneur qui sera là dans « environ 45 min – 1h ».
Quand ma douce demande quid de notre propre rapatriement vers la civilisation, ils répondent qu’APRES l’arrivée du dépanneur il nous faudra les rappeler pour qu’ils cherchent alors un taxi à nous envoyer.
En pleine cambrousse normande.
A 3h du mat.
Mais bien sûr ! Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu…


Arrivée de la 2ème voiture :
Tandis que N. téléphone, elle me désigne une 206 qui se plante également, comme nous couchée dans le bas-côté, quelques dizaines de mètres avant nous, de l’autre côté de la route.
Je vais voir et trouve là bas deux jeunes nanas déjà sorties de la caisse, errant dans le champ, l’air déboussolé, trop peu couvertes.

Je comprends qu’elles sont plus paniquées par la réaction supposée de leur mère (elles ont pris la voiture, pas assurée, contre son avis) que par la situation immédiate. L’une n’arrêtera pas de me dire « Je voudrais pleurer, mais je n’y arrive pas ! » et l’autre « put**n, ma mère va me tuer… ».
Elles finissent quand même par me signaler qu’une des deux est légèrement coupée à la main (la vitre sur laquelle est couchée leur voiture s’est cassée) ; ce dont je m’occupe avec quelques compresses, dosettes de désinfectant et pansements, tout en la rassurant comme je peux.

N. qui nous rejoint peut donc enfin appeler les pompiers pour dire que maintenant il y a des blessés !
Je sais que ce ne sont que trois égratignures de rien du tout, mais déjà il pourrait y avoir un truc plus grave qui m’échappe complètement, et surtout cet argument sera la clé pour faire intervenir pompiers et police dans cette situation qui semble ne faire qu’empirer.


Avec les filles :
N. me demande également de faire signe avec la lampe à toutes les voitures qui arrivent, le plus tôt et le plus loin possible, pour qu’elles ralentissent et ne fassent pas comme nous.
Elle m’aide aussi à prendre soin des filles, notamment en les faisant se couvrir ; d’autant qu’elles ont une montagne de bordel dans leur voiture. A leur demande j’y récupère donc des fringues, leurs papiers, une liasse de billets dans la boite à gants ( !), et une couverture en laine.
Nous insistons plusieurs fois pour qu’elles se couvrent la tête et s’assoient avec les couvertures.

L’une commence à enfiler un deuxième pantalon par-dessus son premier, puis interrompt son geste en disant à sa copine « Non, je peux pas mettre celui-là, ça ne va pas avec » ; et là je sens que N. commence à s’agacer sérieusement.
Je recadre un peu la miss Normandie en lui récapitulant la situation (elle vient d’avoir un accident de voiture, on est seuls, il fait nuit, on est en hiver, il fait froid, donc on se fout du look : elle DOIT se couvrir !).

Mais finalement je me dis que s’occuper des deux nanas nous a peut-être permis de ne pas ressasser l’accident, de nous occuper en pensant à autrui.


Arrivée des secours :
Très rapides, les pompiers sont arrivés 10 minutes après l’appel.
Je clarifie la situation avec l’un d’eux : les trois voitures, les quatre personnes, les soins prodigués ; à la suite de quoi il nous fait monter N. et moi dans leur camion.
Bien au chaud, N. subit un de ses désagréables et inévitables moments où le sang chaud revient envahir ses doigts et ses orteils ; j’ai mal pour elle, je ne peux rien y faire et surtout nous sommes maintenant hors de danger.

La Police et le dépanneur enchainent.
Un flic sympa nous explique que malheureusement lui non plus ne peut pas nous ramener maintenant en ville ; seulement une fois la situation ici terminée (logique, nous comprenons). C’est finalement le dépanneur qui se propose de nous déposer là où nos amis viennent nous récupérer et nous héberger pour la fin de cette nuit particulière.


Pensées et émotions du lendemain :
Ce n’est qu’au réveil que toutes les variantes possibles du scenario viendront me faire flipper : et si on avait croisé la camionnette 15 secondes plus tard, et si on s’était mangé le pylône, ou la première voiture, et si les filles nous avaient percutés en dérapant, et si l’un de nous avait les jambes brisées, et si on s’était évanouis, et si on était morts tous les deux…

Et si je n’avais pas été sensibilisé au secourisme, à la survie, et si je n’avais pas eu un EDC correct ?
Alors en plus de ma bonne étoile, je remercie ceux qui, comme David, consacrent leur vie à en prolonger.

08 mars 2017 à 00:07:37
Réponse #1

Hurgoz


Yo,

Cool que vous vous en soyez sortis sans bobo...toutefois une petite précision me semble importante:

Citer
Au téléphone :
 Vu que nous ne gênons pas la circulation et que nous ne sommes pas blessés, les services de Police ne font rien, nous disent de ne pas appeler non plus les pompiers et nous renvoient vers l’assurance.

 les services de secours sont là pour portés secours à des personnes qui n'ont plus les moyens de s'en sortir par eux même, et ne sont pas là pour servir de taxis en cas de galère. Pourquoi? Pas pour le plaisir de vous en faire chier, mais simplement parce que si dans le même temps il y a un accident, avec des personnes à désincarcérer d'un véhicule par exemple, qui eux risquent réellement leur vie, ils seront déjà occupé par vous...dommage pour les autres... :-[

(j'entends venir l'argument "oui mais je ne pouvais pas savoir si tout le monde était ok"....en effet, tu ne pouvais pas savoir. NB: les secours non médicalisés non plus...car ils sont "non médicalisés". Le seul truc qu'ils peuvent faire en cas de doute, c'est immobiliser et transporter sur un centre de soin)

Au pire, dans cette situation, les seuls qui ont réellement une carte à jouer sont les flics pour rubaliser la zone et éviter le sur-accident.

Dans ce genre de cas, pour le taxi, il y a:
1\ votre assurance (j'espère qu'ils auront eu de vos nouvelles ;) )
2\ les agences de taxi (pour le prochain coup, pensez à chercher qui pourrait faire ça et à noter leur num dans vos téléphones)
3\ les proches (famille ou amis)
4\ le pouce (dans la mesure où vous portez des tenues Haute Visibilité et pouvez longer la route).

Après, tu parles d'un EDC correct, mais je pense que le kit voiture était un peu faiblison: une couverture par exemple (ouais: comme les nanas), de quoi se faire une boisson chaude, des vêtements chauds, voir de la rubalise si vous vous sentez une âme altruiste...en bref: tout ce qui vous aurait permis d'attendre la dépanneuse confortablement....

Encore une fois: ce n'est pas pour vanner...d'ailleurs, merci pour ton honnêteté!  :doubleup:

tcho

Hugo
« Modifié: 08 mars 2017 à 15:19:55 par Hurgoz »
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

08 mars 2017 à 06:32:07
Réponse #2

fall7stand-up8


Salut

Je sais bien que c'est pas la première chose à laquelle on pense quand on vient de tomber dans le fossé mais sortir le triangle et aller l'installer 150m en amont de l'accident ça peut aider à ne pas se prendre une autre voiture sur le coin de la figure. ;)

08 mars 2017 à 07:55:56
Réponse #3

azur


Je sais bien que c'est pas la première chose à laquelle on pense quand on vient de tomber dans le fossé mais sortir le triangle et aller l'installer 150m en amont de l'accident ça peut aider à ne pas se prendre une autre voiture sur le coin de la figure. ;)
Et dans la situation présente, ça peut largement contribuer à ralentir les véhicules avant qu'ils n'arrivent dans la zone verglacée, ce qui n'est pas rien! :up:
On ne rappellera jamais assez: avant toute autre chose, il faut PROTEGER
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

08 mars 2017 à 15:17:24
Réponse #4

Hurgoz


Yo

On ne rappellera jamais assez: avant toute autre chose, il faut PROTEGER

 :up:

Le seul bémol là dessus c'est: ne pas se mettre en danger (ce qui va beaucoup dépendre de la configuration de la route)

Edit: dans les trucs " à faire" et qui n'a pas été cité dans le compte-rendu: enfiler la tenue haute-visibilité au dessus du reste (c'est comme "ne pas faire le garrot autour du cou": c'est évidant,  mais quand c'est dis, ce n'est plus sous-entendu ;) )

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

08 mars 2017 à 16:33:25
Réponse #5

azur


Le seul bémol là dessus c'est: ne pas se mettre en danger (ce qui va beaucoup dépendre de la configuration de la route)
En partant du principe que "charité bien ordonnée commence par soi-même", effectivement, il faut commencer par se protéger soi-même!!!

Citer
Edit: dans les trucs " à faire" et qui n'a pas été cité dans le compte-rendu: enfiler la tenue haute-visibilité au dessus du reste (c'est comme "ne pas faire le garrot autour du cou": c'est évidant,  mais quand c'est dis, ce n'est plus sous-entendu ;) )
Oui, c'est clair... mais de ce que je peux observer dans mon coin, ça rentre dans les habitudes.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

24 mars 2017 à 15:56:22
Réponse #6

Bryan


Oui Hugo, je comprends bien et même j'adhère parfaitement à ce que tu dis.
Clairement, nous n'avions pas tant besoin de "Secours" que de "solution" pour la suite. (Enfin au début; après il fallait vraiment que cette portion dangereuse soit gérée par la Police, ou balisée par la DDE)

Concernant l'EDC, je n'étais pas dans ma propre voiture (qui contient bien une couverture, de quoi manger/boire, chauffer) mais dans celle de ma douce; et pour le coup il devait surtout y avoir quelques vieux judogi  ;#

Donc je n'avais que/j'avais déjà mon éternel sac à dos, et heureusement.

Le triangle et les gilets!
Ah bah oui, pourquoi j'en ai pas parlé?
Bien sûr qu'on les a sortis de la voiture et mis. Mais à y repenser, j'ai mis le triangle seulement quelques dizaines de mètres avant notre voiture, alors qu'il aurait effectivement fallu l'installer bien plus en amont, dans la foret, avant que la route n'arrive dans sa partie verglacée...


24 mars 2017 à 22:42:43
Réponse #7

Draven



Bien sûr qu'on les a sortis de la voiture et mis. Mais à y repenser, j'ai mis le triangle seulement quelques dizaines de mètres avant notre voiture, alors qu'il aurait effectivement fallu l'installer bien plus en amont, dans la foret, avant que la route n'arrive dans sa partie verglacée...

Bah t'as bien fait, si mis trop tôt il ne sert a rien ton triangle, puisque les gens ne vont pas comprendre pourquoi il est la, et ils vont ensuite se dire qu'il a été oublié par un mec qui était en panne quelques heures avant.
La réglementation stipule 30m en amont, ou avant un obstacle. Parfois ça peut être 100/150m dans le cas d'un virage, etc... Mais plus c'est inutile, sans compter que tu va te mettre en danger en allant le poser...

l'idéal ça serait d'avoir des cônes de signalisation, plusieurs. Mais après faut se déplacer en camionnette en permanence... A défaut, une lampe qui a un mode clignotant en rouge, ça fait le taff aussi. Triangle positionné a quelques dizaines de mètres et lampe rouge clignotante posée sur le sol ou l'obstacle au niveau du soucis.
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

24 mars 2017 à 22:46:35
Réponse #8

Tompouss


Vous vous en tirez pas trop mal, une actuce bête, dans les rations de l'armée il y a des kits pour réchauffer les plats avec de l'alcool solidifié. Ça prend pas de place dans la boite à gants et peut permettre avec un quart en plus de se chauffer un truc à boire ou d'allumer un feu par tout temps.

En tout cas d'après ton récit vous avez géré le truc, pour nous par après c'est facile de dire ce qu'il aurait fallu faire.

Par contre que la gendarmerie n'intervienne pas pour faire cesser une situation à risque j'ai à chaque fois du mal, j'ai dû leur signaler un truc super accidentogène il y a quelques semaines et je me suis limite fait engueuler de les déranger, bon après je suis du genre insistant  ::)
Sometimes you gotta remember : everyone wasn't raised like you...

25 mars 2017 à 07:18:35
Réponse #9

azur


Bah t'as bien fait, si mis trop tôt il ne sert a rien ton triangle, puisque les gens ne vont pas comprendre pourquoi il est la, et ils vont ensuite se dire qu'il a été oublié par un mec qui était en panne quelques heures avant.
La réglementation stipule 30m en amont, ou avant un obstacle. Parfois ça peut être 100/150m dans le cas d'un virage, etc... Mais plus c'est inutile, sans compter que tu va te mettre en danger en allant le poser...
Plus précisément, voilà les règles de pose du triangle:
EN AGGLOMERATION au minimum 30 mètres du véhicule à signaler.
HORS AGGLOMERATION le triangle doit être positionné 30 mètres et visible à 100 mètres du véhicule à signaler.

Source: http://www.saser.fr/triangle.html
Donc, hors agglomération, il faut bien garder à l'esprit le "visible à 100m" et donc le placer en amont d'un obstacle qui réduirait la distance de visibilité
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

25 mars 2017 à 17:11:52
Réponse #10

Chill


Citation de: azur
Source: http://www.saser.fr/triangle.html

Saser c'est bien,  ;) mais cela reste une association.

:sgt: Nul n'étant sensé ignorer la Loi :sgt:, les sources officielles :

Quelques détails :
  • Si il n'y a pas obstacle à la circulation, si le véhicule (ou une fraction de son chargement) n'est pas sur la chaussée, le triangle ne s'impose pas.
  • La mise en place du triangle reste une opération de protection : elle ne doit pas alourdir le bilan de l'accident par une mise en danger supplémentaire.
  • Bien lire le 1er alinéa du II : suite à un arrêt d'urgence (volontaire ou subit) même hors chaussée le conducteur doit porter le gilet.
  • Le signal règlementaire demandant de ralentir est le mouvement répété du bras droit tendu, de la position horizontale dans la ligne des épaules, paume tournée vers le sol,  à la position bras ballant. De nuit, un dispositif lumineux blanc non éblouissant peut être tenu à la main. Le signaleur fait face à la circulation.
La question revient régulièrement au parlement :
Réponse ministérielle à la question écrite parlementaire n° 44635 du 30 juin 2009 (JO du 30/06/2009, page 6753) :
Citer
" Le Gouvernement a décidé de rendre obligatoires le gilet de sécurité et le triangle de pré-signalisation afin de mieux signaler aux autres conducteurs la présence d'un véhicule immobilisé sur la chaussée et celle de son conducteur si celui-ci est amené à sortir du véhicule.
Cette nouvelle obligation a pour objectif de renforcer la sécurité du conducteur et des passagers du véhicule en panne ou accidenté, donc de sauver des vies.
L'allumage des feux de détresse en toutes circonstances d'arrêt d'urgence demeure également obligatoire. Les règles d'utilisation du triangle sur autoroutes résultent clairement des dispositions du Code de la route.
En effet, l'obligation de mise en place du triangle s'applique, selon les termes de l'article R. 416-19 du Code de la route, pour les véhicules immobilisés sur la chaussée. Les véhicules immobilisés sur la bande d'arrêt d'urgence et n'empiétant pas sur la chaussée ne sont donc pas soumis à cette obligation.
En ce qui concerne le cas d'un véhicule immobilisé sur la chaussée, les règles de sécurité à respecter sur les autoroutes demeurent. Il est notamment interdit à un piéton de circuler sur une autoroute (art. R. 421-2 du Code de la route).
Les consignes de sécurité en cas d'accident ou de panne (mettre les feux de détresse, revêtir son gilet et se mettre à l'abri le plus rapidement possible derrière les barrières de sécurité) doivent être appliquées.
L'arrêté d'application de l'article R. 416-19 du Code de la route (arrêté du 30 septembre 2008 relatif à la pré-signalisation des véhicules) précise d'ailleurs dans son article 2 que « l'obligation de mise en place du triangle ne s'applique pas lorsque cette action constitue une mise en danger manifeste de la
vie du conducteur ".

    Chill, qui n'a rien retrouvé pour les "100 m" :-[
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

25 mars 2017 à 17:34:25
Réponse #11

azur


Chill, qui n'a rien retrouvé pour les "100 m" :-[
Et c'est pourtant ce qui est enseigné dans les auto-écoles...  :huh:
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

25 mars 2017 à 17:36:23
Réponse #12

Chill


Citation de: Draven
l'idéal ça serait d'avoir des cônes de signalisation, plusieurs. Mais après faut se déplacer en camionnette en permanence...

 ^-^ C'est un drame pour tous mes déplacements : EPA, VSAB, FPT-SR ou VL officier ?  ;#
J'ai finalement choisi une citadine 3 portes, pour limiter l'emport ! (avec 2 triangles et 1 cône pliant, comme les gobelets.)

Citation de: Draven
A défaut, une lampe qui a un mode clignotant en rouge, ça fait le taff aussi. Triangle positionné a quelques dizaines de mètres et lampe rouge clignotante posée sur le sol ou l'obstacle au niveau du soucis.

 :closedeyes: Hum, hum.  :-\
Le feu rouge clignotant impose l'arrêt impératif : Contrôle des forces de l'ordre, pont tournant/levis, passage à niveau, etc.
Le feu orange, clignotant ou tournant, serait mieux indiqué.

    Chill, Capillotracteur.
« Modifié: 25 mars 2017 à 17:48:02 par Chill »
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

25 mars 2017 à 17:41:28
Réponse #13

Chill


Citation de: azur
Et c'est pourtant ce qui est enseigné dans les auto-écoles...

... et cela semble de bon sens. Mais quelle obligation ? Quelle base réglementaire ?

N'oublions pas : "Le règlement dans les mains d'un imbécile est une arme redoutable", certes. Mais le Taulier veut du signal fiable, pas du bruit (même sensé), si j'ai tout bien compris ...

   Chill.
« Modifié: 25 mars 2017 à 21:28:47 par Chill »
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

28 mars 2017 à 18:58:01
Réponse #14

Bryan


Tour de passe-passe mnémonique: ma chérie me dit que nous n'avons pas porté les gilets, en tout cas pas tous les deux ni tout le temps!
Pourtant je me revoie enlever le mien quand les choses se sont tassées; comme quoi la mémoire c'est un peu comme la politique: ça dit ce qui arrange sur le moment...

Draven, ce que tu dis confirme un peu le feeling que j'ai suivi pour placer le triangle: trop en amont aurait signifié s'éloigner plusieurs minutes de ma brune en la laissant seule, pour n'être peut-être finalement pas si efficace que ça si ça laisse aux automobilistes suivants le temps de zapper/réaccélérer après le triangle.

Par contre le coup d'une petite lampe clignotante c'est pas con du tout!
Jusqu'à la semaine avant l'accident j'avais toujours gardé une mini-frontale dans mon sac, et bien sûr je l'ai enlevée (30g sur un fond de sac qui doit faire 3 ou 4 Kg) juste quand il ne fallait pas...
Entre cette utilisation "intermittente" pour la visibilité, et pour se libérer les mains de la grosse torche quand on manipulait les vêtements et la trousse à bobos, j'ai senti direct que ça m'avait manqué.
Autant vous dire que la frontale et ses piles de back-up sont revenus dare-dare dans le sac une fois à la maison!
(par contre elle fait blanc ou rouge comme lumière, y compris en cligno; mais pour le orange, alors là je n'ai pas de solution...)

Tompouss: je ne savais pas qu'on trouvait de l'alcool solide dans les rations (en même temps c'est logique), mais j'en ai effectivement quelques morceaux dans mon EDC. Par contre pas de quart en métal...
Je me suis toujours dit jusque là que je me démerderais bien pour trouver/couper une vieille canette, mais il est vrai que "La chance c'est pas un plan!"
A creuser donc.

Chill, pour le signal officiel à faire avec le bras, je ne sais pas trop quoi en penser...
Je veux dire pour l'application pratique dans le réel.
On n'était que deux au début, on devait vite gérer le risque de sur-accident (tu vas me dire "Bah justement!", hein?), anticiper l'hypothermie, aller placer le triangle, s'éloigner de la route, téléphoner; puis ensuite s'occuper des nanas...
Dans tout ça je ne vois pas comment assigner à quelqu'un le rôle de surveillant de la circulation, sachant qu'il/elle doit se tenir à l'écart de la route pour se protéger (et vraiment loin, parce qu'imaginez un peu un chauffard qui sort à 110 Km/h sur une plaque de verglas dans un champ tout plat; il peut en faire du chemin avant de s'arrêter!), et rendre son signal de bras compréhensible de loin alors qu'il fait nuit.
Compliqué.
Mais si tu as des pistes, je suis preneur!

Sur l'"obligation" de placer le triangle, si je comprends bien ça ne s'appliquait pas à notre cas.
Mouais... Mais bon, entre ne pas être obligé et être intelligent, il y a un sacré fossé.

HS mode on
Anecdote marrante: lorsque N. décrit ce qui nous arrive à la personne de l'assistance, au lieu de dire que la voiture s'est juste couchée dans le bas-côté, elle dit "la voiture est tombée dans le ravin".
Réaction un peu catastrophée de l'interlocutrice: "OH! mais à quelle distance de la route?"
N.: "Juste à côté, je ne sais pas, 1 mètre". D'où la question suivante: "Mais il est profond comment ce ravin?", et N. de répondre un peu gênée "Bah, euh... à peu près 70 cm".  ;D
HS mode off

Et je plussoie avec ce que tu dis sur la quantité impressionnante de bordel qu'on est tenté de prendre au fur et à mesure qu'on se constitue un back-up voiture de plus en plus fourni parce qu'on lit tous les post du grand David.
Quand tu as déjà attaché dans ton coffre au velcro tout ce qu'il faut pour réparer/remorquer/recharger/nettoyer un peu ta bagnole, que tu y as rajouté pelle, corde, deux BOB dignes de ce nom pour 3-4 personnes, le tout sous plusieurs couvertures de survie, bache et poncho; sans compter que l'habitacle comment à être bien rempli avec les bouteilles d'eau, le plaid et le chèche sous les sièges, l'extincteur et le FAK dans la boite à gants, le marteau scratché au siège, lampe et couteau à portée de main; tu te dis qu'à un moment il va falloir arrêter.

Mais tu ne sais pas comment, parce qu'il y a trop d'idées sensées qui s'échangent sur ce forum!


28 mars 2017 à 19:07:00
Réponse #15

azur


Et je plussoie avec ce que tu dis sur la quantité impressionnante de bordel qu'on est tenté de prendre au fur et à mesure qu'on se constitue un back-up voiture de plus en plus fourni parce qu'on lit tous les post du grand David.
Quand tu as déjà attaché dans ton coffre au velcro tout ce qu'il faut pour réparer/remorquer/recharger/nettoyer un peu ta bagnole, que tu y as rajouté pelle, corde, deux BOB dignes de ce nom pour 3-4 personnes, le tout sous plusieurs couvertures de survie, bache et poncho; sans compter que l'habitacle comment à être bien rempli avec les bouteilles d'eau, le plaid et le chèche sous les sièges, l'extincteur et le FAK dans la boite à gants, le marteau scratché au siège, lampe et couteau à portée de main; tu te dis qu'à un moment il va falloir arrêter.

Mais tu ne sais pas comment, parce qu'il y a trop d'idées sensées qui s'échangent sur ce forum!

Vas faire un tour sur "randonner léger"... l'idée de rationalisation y est assez développée et les principes sont intéressants, même lorsqu'il s'agit d'autre chose que de randonnée!
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

28 mars 2017 à 19:29:02
Réponse #16

Cheyenne


Pour ranger le bordel, une astuce éventuelle.
C'est ce que j'ai fait dans mon Minibus/camping après avoir vu de près la préparation des 4X4 du Dakar: utiliser tous les trous.
Par exemple dans mon cas j'ai enlevé certains caches pour ranger pelle, scie, etc
si c'est à l'arrière guère plus de résonance,
mais bien sûr certains ne voudront pas "nuire à l'esthétique de leur coffre  ;)

l'autre souci c'est que ça reste "relativement" accessible, et surtout ... se souvenir où se trouve chaque objet !!!

28 mars 2017 à 19:48:44
Réponse #17

Draven


Pour ranger le bordel, une astuce éventuelle.
C'est ce que j'ai fait dans mon Minibus/camping après avoir vu de près la préparation des 4X4 du Dakar: utiliser tous les trous.
Par exemple dans mon cas j'ai enlevé certains caches pour ranger pelle, scie, etc
si c'est à l'arrière guère plus de résonance,
mais bien sûr certains ne voudront pas "nuire à l'esthétique de leur coffre  ;)

l'autre souci c'est que ça reste "relativement" accessible, et surtout ... se souvenir où se trouve chaque objet !!!

Pas mieux, j'ai une crosse caisse en plastique qui est sanglée dans le coffre ( avec rations, eau, couverture, tarp, outils, lingettes, ponchos, etc... ) et j'ai des trucs supplémentaires dans tous les recoins de la voiture :D

Pour la lampe clignotante Bryan, rouge ça irais très bien, l'important c'est que ça clignote pour attirer l'oeil du gars qui arrive en voiture.

Anecdote : depuis une semaine y'a un triangle de signalisation ( petit modèle, un truc de voiture ) qui est mis a l'entrée d'un village ou je fais une dépose tous les soirs. Le premier coup j'ai fait attention sans rien voir dans le village en rapport avec ce triangle, depuis je passe normalement... Je vais finir par le " frôler " avec mon bus de 13m pour qu'il se replie si le gars le ramasse pas...
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

06 avril 2017 à 20:51:46
Réponse #18

Bryan


Ouais, je connais bien RL, pour la bonne raison que je suis MUL moi-même.

Mais pour le coup, je dissocie bien les deux aspects de ces "préparations":
- traquer le moindre gramme qu'on va porter sur son dos en autonomie dans la verte pendant des jours,
- et à l'inverse faire de ma voiture une des couches de survie (donc en outre de ressource matérielle) entre mon EDC et ma maison.

Mais je me suis peut-être mal exprimé, sur cette question du "bordel" embarqué en voiture: ça ne me dérange pas du tout d'avoir tapissé le fond de mon coffre et les recoins de ma caisse de trucs potentiellement utiles.
L'idée à laquelle je crois est que, d'après la loi de l'emmerdement maximum, si un jour j'ai besoin de ma pelle, de ma grande corde, ou de mes bâches, ça sera précisément le jour où je ne serais pas tranquille à la maison. Et si ça arrive à la maison, la voiture y sera aussi!

"Espérer le meilleur, se préparer au pire."
"La chance, c'est pas un plan."

J'adhère!

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité