Nos Partenaires

Auteur Sujet: Trucs/astuces pour recettes sauvages en rando  (Lu 1285 fois)

23 février 2017 à 14:22:10
Lu 1285 fois

Joca


Salut,

Je propose de lister ici les trucs et astuces pour cuisiner les plantes dans le cadre de voyages itinérants. Je précise que je n'ai pas trouvé de liste équivalente et que je n'arrive pas à me connecter au wiki (existe-t-il toujours ?).

L'aspect cuisine sauvage n'est traitée bien souvent que dans un aspect survie ou dans un mode "vie en autarcie". Ce qui est très bien et vraiment intéressant. Ce n'est pas moi qui dirai le contraire.

On ne parle pas d'identification, il y a déjà 1000 ouvrages et sites. Notamment le gros livre de Couplan.

Je propose plutôt de centraliser les idées liées à cet aspect, plus rare :

Comment cuisiner les plantes sauvages rencontrées en cour de route ? Et en savoir plus sur le sujet ?

Quand je dis cela, je veux dire sans avoir à transporter une cuisine dans le sac. Quelque chose d'applicable en mode MUL ou MPTL (Marcheur Pas Trop Lourd  ;D).

Je ne parle pas d'être dépendant de la cuillette,  mais plutôt de la voir comme un supplément sympa. Pour pouvoir remplacer certains repas, peut-être. Pouvoir manger frais de temps à autre et non déshydraté. Bref, des recettes simples ne demandant pas de matos spécifique.


Voilà le resultat des mes recherches :

Sur le forum, j'ai évidemment trouvé les inévitables chapatis, et aussi ces deux concepts géniaux : http://forum.davidmanise.com/index.php?topic=9828.0 et http://forum.davidmanise.com/index.php?topic=9140.0

On peut bien sûr facilement imaginer des soupes, des bouillies ou des salades.

Les livres d'identification /recettes sont inadaptés car ne proposent rien de nomade.

Il y a évidemment "Le guide de la survie douce : vivre en pleine nature" de François Couplan. Mais je ne sais pas s'il s'applique à cette idée car je n'arrive pas à trouver plus d'info sur le sujet... Ne demande-t-il pas d'emmener du matos un peu lourd ? Je ne crois pas qu'il soit prévu en mode itinérant.

Pour le matos de base, je liste cela : farine, céréales sèches (avoine, blé...), un peu d'huile, du sel...

Vous pourriez donner vos idées, vos astuces, vos recettes, vos titres d'ouvrages... Et je mets tout dans ce post pour faciliter l'accès aux infos.
Récits de voyages et de rencontres : https://noteslointaines.wordpress.com/

23 février 2017 à 15:57:41
Réponse #1

guillaume


Le problème des plantes sauvages c'est que c'est souvent fadasse.

Il en existe quelques unes qui ont un goût sympa (Epiaire, Lierre terrestre, Ail des Ours, Thym, Etc.) mais elles ne sont pas toujours trouvables.

Le secret : des épices, des épices et encore des épices.

Et si tu veux te nourrir avec, il faut des bases : farine, huile, céréales.

a+

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

23 février 2017 à 17:15:38
Réponse #2

Kilbith


Le secret : des épices, des épices et encore des épices.

Les vieux miloufs avaient toujours dans leur paquetage des épices (mélange) pour relever le gout des rasquettes toujours fades, cuisiner des trucs ou faire passer le gout des "nourritures de circonstances".

Un enseignement de nos grands anciens acquis sur le terrain de guerre.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

23 février 2017 à 17:25:09
Réponse #3

Galileo


Le Curry, la seule épice qui va bien avec tout .
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

23 février 2017 à 17:37:23
Réponse #4

Kilbith


Le Curry, la seule épice qui va bien avec tout .

Il me semble que c'est un mélange (recette variable) de plusieurs épices.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

23 février 2017 à 21:49:56
Réponse #5

Llunatik


Ou pour ne pas que ce soit fadasse il faut effectivement avoir la chance de trouver des plantes un peu plus goutues pour relever: ail des ours, fenouil des alpes, oxalis petite oseille (attention aux calculs rénaux messieurs)...
Le bouillon cube pour une soupe est assez salvateur aussi et fait passer une soupe de plantain pour un vrai potage :)

Globalement, les plantes sauvages me semblent avoir plus de gout lorsqu'elles sont consommées crues, par exemple dans une grande salade mêlée, et ne pas hésiter à y ajouter 2/3 fleurs: la couleur doit avoir un impact positif sur la perception du goût  ;D

23 février 2017 à 22:20:37
Réponse #6

Loriot


"l y a évidemment "Le guide de la survie douce : vivre en pleine nature" de François Couplan. Mais je ne sais pas s'il s'applique à cette idée car je n'arrive pas à trouver plus d'info sur le sujet... Ne demande-t-il pas d'emmener du matos un peu lourd ? Je ne crois pas qu'il soit prévu en mode itinérant."

Le but de ce livre est d'emporter le minimum il me semble. Une gamelle, quelques bases et hop! Donc oui il y a quelques recettes pour manger les plantes sauvages sauvagement.

Pour ma part comme base j'emporte volontiers de la farine de tapioca. Ca épaissit les soupes à merveille et ca leurs donnent ce petit côté soupe orientale qui avec un soupçon d'épices (Maggi piquant, curry en poudre ou en pâte) sont très rapidement faite et délicieuse.

Oui le curry est un mélange d'épices ma ca reste une épice.

(Le maggi piquant est un aromate liquide à base de levures de bière et de légumes fermenté qui en plus est piquant...)
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

23 février 2017 à 23:44:51
Réponse #7

Frax


Pour ma part - et mon avis va rejoindre les précédents - lorsque je pars pour plus de 2 ou 3 jours, j'emporte avec moi un mini ziplock ou une petite boîte de sel, poivre et origan mélangé. J'ai aussi quelques bouillons cubes différents qui ont prouvé leur pertinence plus d'une fois, pour la sécurité autant que pour la cuisine.

Sinon, une fois, avec un copain, nous avions emmené différents sachets de soupes lyophilisées que nous ajoutions à nos gamelles. Ça donne un peu de goût mais ça ne vaut pas le bouillon cube question encombrement.

J'ai aussi eu vent d'une tarte aux framboises cuite sur le terrain, réalisée par un ami lors de l'un de ses périples. Par contre, question approche MUL c'est pas vraiment ça..
A un moment, il faut choisir  ;)

Dans la littérature scout, il y a des recettes de camp.
Cependant, même si certaines ne nécessitent pas trop de matériel, là on parle plutôt de camp fixe, pas trop d'itinérance.
Un exemple récent : La cuisine au feu de camp de Nick Allen, éditions Hachette. Ouvrage que je ne peux pas vraiment conseiller car il est plutôt axé camping mais il y a quelques idées desquelles s'inspirer dedans.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité