Nos Partenaires

Auteur Sujet: Pubalgie : aider à la guérir et éviter de l'empirer  (Lu 839 fois)

16 décembre 2016 à 17:04:46
Lu 839 fois

Tompouss


Bonjour à tous,

Je viens vers vous pour savoir si certains se sont retrouvés dans mon cas et auraient des conseils à me prodiguer.

Je prend l'histoire au début :

Mi octobre je commence à avoir des douleurs au bas ventre et vers le scrotum. Après deux jours je me décide à consulter un médecin (de garde, on était dimanche) celui-ci m'envoie faire diverses analyses d'urine, de sang, prélèvement urétral et échographie du scrotum. Rien d'anormal de décelé.

Malgré ça vu que j'ai toujours pas mal de douleurs je retourne voir mon médecin traitant, celui-ci suspecte une pubalgie mais par acquis de conscience m'envoie voir un urologue. Examen rapide de celui-ci, il m'envoie payer l'addition avec une ordonnance pour de la Tamsulosine à prendre pendant un mois et ce sans me donner plus d'explication. J'essaie de faire le bon soldat et je prend le-dit traitement qui ne change absolument rien.

Fin de traitement je me retrouve de nouveau chez l'urologue pour le rdv de suivi, je lui dit que ça n'a rien changer, il me touche vite fait le bas ventre "ah bah c'est surement une hernie si vous avez trop mal vous appellerez pour opérer, vous pouvez passer régler à l'accueil c'est 100e".

Pas plus d'explication, je me fais jeter dehors poliment, faut faire tourner la boutique apparemment. Un peu désabusé (surtout suite au mot "opération" je suis sensé me retrouver en essai dans une nouvelle boite dans quelques semaines), je décide de retourner chez mon médecin traitant, lui décide me faire passer une écho au cas où et me prescrit des anti-inflammatoires, son verdict ne change pas c'est une pubalgie.

L'echo ne révèle "aucun signe actuel de hernie inguinale" donc à priori ce que j'ai n'est bel et bien rien de plus qu'une pubalgie.

Me voilà sous cure d'Apranax pour 10 jours, bien qu'un peu réticent quand il s'agit de médicaments.


Seulement si j'ai bien compris une pubalgie ça se soigne pas en 10 jours, donc je me dis "et après ?"
Quoi faire et ne pas faire pour aider ? Des séances de kinésithérapie peuvent-elles être un plus ? Aller voir mon osthéo ?

Voilà si certains se sont trouvés dans le même cas que moi j'aimerai bien savoir ce que vous avez fait (et évité de faire).

Merci d'avance.

Tompouss

PS : j'ai aussi une anomalie transitionelle partielle de la charnière lombo sacrée, je sais pas si ça peut jouer ?
Sometimes you gotta remember : everyone wasn't raised like you...

17 décembre 2016 à 05:58:51
Réponse #1

rcp42


Bonjour

Je vais pas vraiment te rassurer ...j'en est fais 2 des pubalgies!!
la première j'ai appris la patience pour que sa passe mais n'avais pas d'aide pour me soigner. A cette époque militaire de carrière en section de combat ....
Des semelles faite par un podologue mon bien aider!
j'ai pus après plusieurs mois de souffrance reprendre une activité physique quasiment normale.

Puis crac ! la 2°, sur une grosse journée d'effort, la misère est revenue  avec tous le cortège de galère.
Du coup j'ai changer de fonction, j'ai bénéficier de soins de kiné à base d'étirement et de repos.
Le médecin était contre l'opération qui à l'époque (1996) était selon lui pas fiable sans compter que je n'aurais pas pu bénéficier des soins qu'avaient les sportifs de haut niveau.

A cette période marché 500 m en rango était source de grande souffrance.

Fait gaffe à ton poids car moi je suis passer de minimum une séance de sport jour à une tous les 3 ou 4 mois. Et comme je grossis quand je regarde une tranche de saucisson !

Et depuis j'alterne les hauts et les bas c'est à dire que je peut crapahuter des heures sans problèmes puis avoir un début de douleur qui me rappelle à l'ordre...

Dans tous les cas je te souhaite bon courage et je te conseil de voir un médecin qui s'occupe de footeux, c'est un problème bien connu dans se sport.

Gilles

C'est quand tu vois un moustique se poser sur tes co...les, que tu sait que rien ne se résout par la violence!

17 décembre 2016 à 12:49:35
Réponse #2

Dc


Bonjour,
Je me permet 2 ou 3 mots sur le sujet.
Une fois les problèmes "sévères" exclus (hernie, déchirure ou autres infection), les causes de pubalgie chroniques sont souvent posturales et musculaires.

Posturales: mauvaise position et fonctionnement de la hanche et de la charnière sacro-iliaque (avec psoas qui tire trop, ischios trop raides, lombaires et fascias hyper-tendus, épaules et pectoraux à trop faible mobilité et mail placés, muscles du cou qui tirent la tête en avant ou arrière, ou sur l'un des côté, ...).
Les solutions sont d'abord de réapprendre à utiliser son corps (on ne sait plus marcher, se baisser, s'assoir, se redresser, se tourner, lever les bras), l'utiliser (on arrête le clavier-canapé), et l'étirer.
D'excellentes sources sont le Supple Leopard de Kelly Starett (pour les anglophones), ou Cario pour les francophones. Personnellement, Starett m'a sauvé la santé mentale (en virant mes pubalgies et lombalgies), en plus de me réapprendre à bouge correctement.
Un bon kiné qui aura fait de la physio et bio mécanique au-delà de leur cursus standard peut aider.
Un bon ostéopathe axé mécanique et viscéral fera un excellent complément pour tout remettre en place pour faciliter le travail postural du kiné ou seul.

Musculaire: muscles des cuisses (quadric et ischio) trop faibles, fessiers trop faible (surtout !), ceinture abdomino-lombaire trop faible. Là il faut passer par du renfo. Mais chez un bon ciné, qui saura faire, pas à la salle du coin avec un coach sportif qui ne connait que le bourinage ou les crunch/planches de base. C'est un travail progressif, varié et toujours infra-douleur qui doit être fait.
C'est le boulot des kinés.

Dans les 2 cas: il faut se prendre en main, et y bosser sérieusement, avec assiduité et effort.
Starett dit avec justesse qu'on a un corps fait pour vivre 110ans, avec de fantastiques capacités auto-réparatrices. ll considère que celui qui a 20, 30, 40 ans vient le voir pété est quelqu'un qui n'a pas respecté le corps que la nature lui a donnée. On est humains, doté de raison et de conscience, mais on a tendance à se comporter moins respectueusement de notre premier outil que les animaux.
En terme de survie, c'est la première erreur: on utilise une partie de la durée de vie de l'outil (notre corps) comme un marge pour dégâts et conneries ...
La philo occidentales vis à vis du sport ("working out": se vider par l'effort) est emblématique. Sur ce point là, Tsatsouline (vu à pleins d'endroits ici) véhicule une philo à mon avis bien plus intéressante sur ce que l'activité physique doit apporter (plus que ce qu'on lui donne). Très orientale.

Voilà, mes 0,02€, si ça peut t'aider.

(ps: pour ton anomalie, nous en avons tous, à degrés plus ou moins importants. A part si elle est très importante, ton corps est une machine magnifique capable de s'adapter, si tu l'utilises bien, d'après ce qu'on m'a dit)
« Modifié: 17 décembre 2016 à 13:51:26 par Dc »

28 décembre 2016 à 18:13:46
Réponse #3

Tompouss


Petit retour, arrêt du traitement anti-inflammatoire hier, aujourd'hui je douille pas mal alors que durant le traitement ça allait pas trop mal mais bon je peux pas le prendre ad vitam aeternam.

La douleur était apparue du jour au lendemain, sans doute des suites d'un faux mouvement ou d'avoir porté un truc trop lourd donc je ne pense pas que ce soit postural mais que mon corps à pas aimé un truc que j'ai fait.

J'ai trouvé un kiné a priori pas mal qui pratique aussi la médecine chinoise, je vais commencer en début d'année. En attendant j'évite les efforts, je ferai bien un peu de gainage ou des étirements (genre vraiment un tout petit peu) mais comme je ne sais pas à quelle dose je m'abstient. Je me demande aussi si un peu de natation ne serait pas un plus à petites dose. Je vais commencer à lire Cario pour voir.

Mon erreur a sans douté été que cette année j'ai grandement réduit la plupart de mes activités physiques et que parallèlement quand j'en demandais à mon corps je lui en demandait autant qu'avant. Forcément à un moment ça bloque. Je pense que mes douleurs finiront par partir avec de la rigueur et un bon coup de pouce médical. Je verrai bien dans les mois qui viennent.
Sometimes you gotta remember : everyone wasn't raised like you...

28 décembre 2016 à 20:08:34
Réponse #4

Claude Ponthieu


Oui, bien des problèmes physiques sont posturales et musculaires.

Ces postures compensent un mauvais alignement de la colonne vertébrale, par des tensions asymétriques musculaires, ou des muscles antagonistes non équilibrés qui accentuent le problème de base — souvent lié à un manque de vision holistique, nous agissons sur les effets en supputant la cause. :o

Par exemple, ignoré/négligé un atlas (première cervicale) mal positionné a sur l’ensemble du corps un retentissement plus important que nous l’imaginons :
mal de nuque, torticolis, mal de dos, lumbago, sciatique, hernie discale, scoliose, nerfs spinaux coincés, rotation du bassin, douleurs dans les hanches, dans les genoux, problèmes de ménisque et autres, longueurs différentes des jambes, …
« Modifié: 28 décembre 2016 à 20:16:06 par Claude Ponthieu »
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

28 décembre 2016 à 20:20:40
Réponse #5

Arnaud


Plop,

Mes 2 Yuans:

- trouves-toi un vrai médecin qui posera un vrai diagnostique.
- si ce n'est qu'une tendinite: repos, repos et encore du repos.

Arnaud.
« Everybody has a plan until they get punched in the mouth.»

30 décembre 2016 à 11:42:48
Réponse #6

Tompouss


Salut Arnaud,
Par vrai médecin tu penses à un spécialiste d'un certain domaine ou consulter un autre généraliste ?  :-[

Merci.
Sometimes you gotta remember : everyone wasn't raised like you...

30 décembre 2016 à 12:49:58
Réponse #7

Arnaud


Tu appelles le club de foot d'à coté de chez toi et tu leur demande à qui ils s'adressent quand leurs joueurs ont ce genre de soucis... ils te conseillerons surement un médecin du sport, un orthopédiste ou un rhumatologue en particulier ;)
« Everybody has a plan until they get punched in the mouth.»

31 décembre 2016 à 12:24:08
Réponse #8

Tompouss


Ah oui ok, bah un collègue footeux m'a rencardé sur un kiné en particulier, j'ai l'ordonnance j'attend juste le premier rendez-vous.

En fait dans mon post je cherchais pas à éviter la case "prise en charge médicale" mais à avoir des possibles retours sur des trucs à faire et ne pas faire. Par exemple mon médecin traitant m'a conseillé de marcher et de bouger quand même tant que ça ne me fait pas plus mal.

Par contre j'ai dû laisser de côté la moto pour mes déplacements quotidiens (même si conduire en voiture me fait mal aussi mais du coup je limite aux allers/retour pour le travail)

Bref, je pense que le temps et une activité très modérée devraient m'aider, avec la surcouche kiné j'espère pouvoir retourner sereinement dans la verte d'ici Avril. Je vais quand même regarder les travaux de Cario que je trouve pertinents, je n'ai jamais été si peu actif (peu de rando, peu de pêche, peu de sport) qu'en 2016 et du coup j'ai accumulé les petites douleurs, avec le recul je me rend compte qu'avec mon travail de bureau j'abîme mon corps bien plus que je ne le pensais si je ne fais rien à côté. Bon à 26 piges je peux encore largement changer ça  :)
Sometimes you gotta remember : everyone wasn't raised like you...

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité