Nos Partenaires

Auteur Sujet: conditionnement des enfants par les dessins animés  (Lu 1698 fois)

25 septembre 2016 à 21:24:29
Lu 1698 fois

olivcody


salut à tous,
je me suis surpris alors que ma fille me demandait pourquoi j'emporte un sac à dos lorsque l'on sort, à lui dire:
"c'est comme DORA, elle à toujours un sac à dos avec plein d'objets au cas où".
*
plus generalement, meme dans "la maison de mickey" il ne part jamais en aventure sans des outils

finalement, les dessins animés ne conditionnent ils pas nos enfant à se premunir devant les elements exterieurs (EDC, BOB,  etc...)

25 septembre 2016 à 22:31:55
Réponse #1

Boris


Sam le pompier peut etre. Peppa pig...non... :'(
 :)

25 septembre 2016 à 22:33:42
Réponse #2

laflap



25 septembre 2016 à 22:36:37
Réponse #3

azur


Tout ce que les enfants voient participe à leur "conditionnement"...
C'est d'ailleurs le grand drame des Disney qui favorisent largement l'anthropomorphisme dans le rapport avec les animaux, dommageable sur bien des plans.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

26 mars 2017 à 06:59:57
Réponse #4

Dock


Question idiote, l'enfant dont tu parles me semble moins conditionné que l'adulte qui lui a répondu "c'est comme ..." non ?  ;D

Je me plaît à croire que nous le sommes encore à l'âge adulte, le seul truc qui ferait la différence, à mon humble avis, c'est d'en être conscient pour en faciliter le tri dans nos petites et grandes têtes, non ?

26 mars 2017 à 09:50:16
Réponse #5

Red_J


Le cerveau des enfants est beaucoup plus malléable et est essentiellement tourné vers l'apprentissage.

La meilleur solution c'est encore de ne pas les mettre devant la télé :)
Memento Audere Semper

26 mars 2017 à 18:44:21
Réponse #6

Dock



27 mars 2017 à 06:59:24
Réponse #7

Tompouss


Ou devant du Miyazaki et pas du Disney  ;# je blague mais à moitié seulement, l'univers de Miyazaki est en générale beaucoup moins binaire, a tendance à présenter la nature comme une grande force qu'il faut respecter pour ne pas devoir la craindre (princesse mononoké par exemple) et qui présente de manière générale les femmes comme des personnes plus indépendantes et dont la finalité n'est pas "ils se marrièrent et eurent des gosses"

Enfin comme toi les gamins j'ai été devant la télé, le truc c'est de savoir doser et de trouver du contenu intelligent à leur montrer (pas toujours gagné pour le contenu intelligent je l'accorde)
Sometimes you gotta remember : everyone wasn't raised like you...

27 mars 2017 à 16:03:50
Réponse #8

danseenslipsouslalune


...
La meilleur solution c'est encore de ne pas les mettre devant la télé :)
...

Ben voilà, entièrement d'accord!
Plus de tv à la maison et c'est beaucoup plus détendu...
Fini le poison en débit continu, on choisit un programme de temps à autre sur l'ordi ou la tablette, et le reste du temps, on invente des jeux, et on ré-apprivoise le truc gris et mou dans notre boite crânienne   :doubleup:

...présente de manière générale les femmes comme des personnes plus indépendantes et dont la finalité n'est pas "ils se marrièrent et eurent des gosses" ...

Ouais... si seulement un jour un arrivait à faire sauter ce put**n de cliché!!!!!!!!!!  :glare:
« Modifié: 27 mars 2017 à 16:09:04 par danseenslipsouslalune »
Il vaut mieux être un guerrier au milieu d'un jardin, qu'un jardinier au milieu d'une guerre...

27 mars 2017 à 16:25:05
Réponse #9

sebastienb


Je n'ai pas l'impression que Vaiana, la Reine des neiges, la princesse Merida de Rebelle soient présentées comme de futures mariées et génitrices. Ne seriez-vous pas conditionnés à grand coup d'anti américanisme primaire ?

Sur la télé, la télé n'est pas le problème, mais les programmes diffusés. En choisissant ce qui est regardé on peut y apprendre plein de choses (à équilibrer bien sûr avec des activité hors écran).

27 mars 2017 à 18:23:34
Réponse #10

benoit


Je peux conseiller un super livre sur l'impact de la télévision sur nos cerveaux, et celui de nos enfants :
TV lobotomie
http://livre.fnac.com/a6158328/Michel-Desmurget-TV-lobotomie
très pédagogue en video :
https://www.youtube.com/watch?v=NvMNf0Po1wY

cela permet de se faire un avis sur notre petite lucarne.

par contre, supprimer la TV dans la maison, même si je suis pour, je trouve que c'est dur pour nos enfants. la TV fait partie de la vie "sociale" et permet, aussi une "integration".

28 mars 2017 à 10:30:16
Réponse #11

Patoruzu



Sur la télé, la télé n'est pas le problème, mais les programmes diffusés. En choisissant ce qui est regardé on peut y apprendre plein de choses (à équilibrer bien sûr avec des activité hors écran).
+1
Il en va de même que pour les lectures ou l'alimentation, il faut bien choisir ses sources.

D'où l'intérêt de débrancher la télé des chaînes télévisées, et de prendre une subscription à un service en ligne (TV d'occas plus PS3, une solution à peu de frais).

Nous avons un abonnement chez un fournisseur bien connu, et disposons d'un catalogue suffisamment varié et de qualité pour pouvoir contôler ce que les marmots regardent, tout en évitant la pub. En ce moment, c'est les Schtroumpfs (la série du début des années 80).
There's a whisper on the night-wind,
there's a star agleam to guide us,
And the Wild is calling, calling. . .
let us go.

11 août 2017 à 13:02:48
Réponse #12

Kimie


Hello,

la télé n'est pas une baby-sitter, c'est juste un objet avec des images qui bougent.
Les enfants, laissés seuls devant la télé sont seuls face aux images dont certaines quand elles suscitent des émotions et des sensations trop fortes, les mettent en difficulté.
Un enfant ne sait pas se réconforter, se rassurer, réfléchir seul : il a d'abord besoin d'un adulte présent à ses côtés pour répondre, avant de pouvoir se débrouiller.
Quand on parle d'enfants, de qui parle-t-on ? parce qu'à deux ans et à sept ans le cerveau/les pensées et donc les capacités de l'enfant ne sont pas les mêmes.
Les dessins animés basiques, avec d'un côté le bien et de l'autre le mal, peuvent être utiles - à condition que l'adulte soit là pour l'aider à différencier réalité et imaginaire, "c'est pas pour de vrai".
Ils ont du sens quand l'enfant est trop jeune pour comprendre des subtilités comme l'ambivalence - être partagé entre son devoir et son désir, par exemple ; ces dessins animés donnent des repères. Bien entendu, c'est réducteur quand il n'y en a pas d'autres : à chaque âge, il y a des repères à acquérir pour avancer vers une étape plus complexe mais aussi plus riche.
On commence par le stage 1, puis 2 puis 3, au CEETS. Aller directement au stage 3 sans être préparé, c'est risquer de se planter, n'est-ce pas ?
Disney version guimauve, peut être adapté aux très jeunes enfants. Stage 1. Miazaki (que j'adore) et ses histoires sont plus adressés aux plus âgés, y compris les adultes - c'est le stage n°...

Quand on parle de sexisme, on est déjà dans une réflexion relativement avancée parce que pour désigner un acte, une parole, un comportement comme sexiste, on a fait un certain  parcours qui commence au début par :
- quelle est la différence des sexes (enfant de 2 ans environ) : découverte anatomique, qui se fait parallèlement au bain culturel (les paroles de la famille, des voisins, de la nounou, des personnes qui travaillent en crèche, etc.)
- la formation des "goûts et des couleurs" influencé par le bain en question
- l'enfant grandit, il continue à avaler l'eau du bain. jusqu'à ce que à l'adolescence, il a envie de connaître autre chose. Marre du bouillon familiale et proche : il découvre parfois que ce que ce qu'on lui a dit est trop rigide et il découvre que d'autres milieux pensent différemment.  La vie est plus compliquée que maman en rose, papa en bleu, qu'il y a aussi les droits et les devoirs, et que le sexisme est une atteinte à l'égale dignité entre les hommes et les femmes, tout en reconnaissant que les hommes seront différents des femmes.
  Mais parfois, l'ado, sans en avoir conscience, regrette le temps où enfant il croyait encore que le sexe est une question de choix et que les changements sont possibles. et là, je n'irais pas plus loin, parce que c'est une histoire trop compliquée pour un seul post  ;#

Bref, les dessins animés basiques ont leurs avantages et inconvénients en fonction de l'âge de l'enfant :
plus il est jeune, plus cela peut l'inscrire dans un rôle que la société attend d'un individu de tel sexe, et participer à lui donner une certaine sécurité intérieure parce qu'il y a une adéquation entre son sexe anatomique et son image de lui-même, construite à partir de ses expériences et relations.
Mais si l'adulte n'est pas là pour lui dire : "tu peux bien faire semblant d'être une fille [quand c'est un garçon, et vice-versa] tu resteras toujours un garçon, alors cela laisse champ libre à plus de complication dans son rapport au monde : pas sécurisant pour le sentiment d'identité. Je parle ici du cas de l'enfant en bas âge.

Ce que je trouve problématique dans le choix d'interdire la télé chez soi, sans discussion possible, c'est que l'enfant finira par regarder la télé, les vidéos de youtube ou autres, ailleurs. seul ou parfois entre amis. Le hic c'est qu'il n'y a pas la présence d'un adulte pour l'aider à voir la vie dans sa complexité :
exemple : il se retrouvera, lui et ses potes devant un film (dessin animé ou pas) interdit au moins de 18 ans, et personne plus avancée dans la réflexion pour lui faire entendre que le rapport homme-femme dans la relation amoureuse, n'est pas un rapport de domination ou de guerre...

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité