Nos Partenaires

Auteur Sujet: SDF violent qui squatte un hall d'immeuble. La police ne vient pas. Que faire ?  (Lu 7663 fois)

07 août 2016 à 15:45:49
Réponse #25

bison solitaire


Il est certains qu'une intervention des forces de l'ordre est souvent vu comme du répressif. Pour autant selon les individus qui interviennent, ce n'est pas forcément le cas. Par ailleurs, si le dialogue est souvent bienvenu, il est dit et répété aux "gens" qu'en cas de troubles il convient d'appeler la police. Donc ils appellent.

Pour ce qui est du danger, il est là. Reste à mesurer sa probabilité… Je trouve l'argument du psychotique avec les apparences de la bienséance sociale un chouilla à côté de la plaque. Il conviendrait aussi de voir ce que ledit "pas tout à fait équilibré" a à perdre. S'il n'a rien à perdre, il est peut passer à l'acte plus facilement; s'il risque de perdre son boulot, sa maison, sa famille…il aura sans doute tendance à être plus inhibé à une réaction…contendante ou perforante...

Je crois que les "pauvres" de la rue ont toujours été mal perçus. Image de la ville, impuissance des pouvoirs et politiques en place...


07 août 2016 à 17:53:10
Réponse #26

Dersou Ouzala


Le passage à l'acte est multifactoriel et s'il peut dépendre d'éléments tangibles, reste que le moment dudit passage à l'acte est difficile à déterminer, sauf analyse poussée (signaux avants coureurs, habitude de l'individu, répétitions.....), et même là y'a pas de certitudes.
Le risque est toujours permanent avec des humains, reste à mesurer le degré de risque.
Et là, on n'aborde même pas le cas des maladies mentales, ce qui ajoute des inconnus à tout cela. 

07 août 2016 à 19:47:04
Réponse #27

Nay


Message supprimé : tu te trompes de forum, le défouloir n'est pas ici. Surtout lorsqu'on propose ce genre de chose en public, sur un forum privé.

Premier ET dernier avertissement
« Modifié: 07 août 2016 à 22:31:19 par guillaume »
Plutôt mourir debout que vivre à genoux!

07 août 2016 à 20:39:08
Réponse #28

Oim


Bein je vais t'écrire, mais ici.
...
Tu prend un pepper spray ... et tu vas lui en mettre plein la tronche. Un peu radical mais très efficace! .... Le gars aura vite compris et il ne reviendra plus.
...
Ou, si il est bien énervé maintenant qu'en fait, tu l'as agressé, il va t'attendre...

Edit: Suppression de développements inutiles.
Chacun son chemin mais gaffe aux trous..

 >:( im
" The trouble with the world is that the stupid are cocksure and the intelligent are full of doubt. "  GrandMaster B.R.
"tous les survivalistes ne sont pas paranoiaques, mais b*rdel j'ai l'impression que tous les paranoiaques deviennent survivalistes..." Le taulier

07 août 2016 à 21:30:34
Réponse #29

bison solitaire



Tu prend un pepper spray (attention j'ai bien dis pepper spray et non gaz lacrymogène) et tu vas lui en mettre plein la tronche. Un peu radical mais très efficace! La police ne se déplace pas donc tu prend les choses en main. Le gars ne risque pas de mourir et si personne ne le voit, personne ne te verra non plus. Le gars aura vite compris et il ne reviendra plus.

Bonne soirée

Je ne trouve pas que tu t'exprimes mal. Au contraire c'est très clair. Et c'est peut-être là le problème.
Comme je suis très nul en droit et que j'y connais pas grand chose, je voudrais juste savoir où elle est là la légitime défense…
Qu'on soit sur ses gardes avec éventuellement un outil permettant, le cas échéant, d'équilibrer une agression, je crois que je comprend.
Que l'on conseille en revanche d'agir directement de la sorte, là, non.
Au-delà on se demande aussi s'il n'y a pas incitation à commettre un délit...

07 août 2016 à 21:36:42
Réponse #30

Dersou Ouzala


Se sentir en danger ou avoir peur, cela reste difficilement prouvable d'un point de vue judiciaire, voire impossible. C'est un peu comme le sentiment d'insécurité...Cela ne doit en aucune façon permettre d'user de la violence, de façon préventive. Et en ce qui concerne la légitime défense, on en est loin, très loin... Regardez juste comment elle est strictement encadrée au niveau légal, y compris pour les forces de sécurité, et vous comprendrez que c'est un dixième de seconde qui doit permettre de juger de son usage...

07 août 2016 à 23:51:56
Réponse #31

tartopom


Le plus rapide et le moins dangereux: Change de porte et/où de serrure! ;#
BAVU ba pris

08 août 2016 à 17:44:27
Réponse #32

frutapao


BJR La première partie de ton message est très pertinente  :doubleup: mais pour la partie en citation j'ai un peu de mal à comprendre  :-[ Les service sociaux et les FO ne doivent donc pas intervenir ?  :o HN

Mais bien sûr que les différents services doivent intervenir... pour ce qui est de leur ressort!
Et franchement, à part la dégradation matérielle potentielle, le tapage et le fait qu'il soit entré dans une propriété privée, les réponses apportées sont RAREMENT compatibles avec une issue humaine, rapide et pérenne (et sure) de la situation.

Espérer que l'officier de police qui va intervenir soit quelqu'un qui essaie le dialogue relève trop de l'aléatoire pour moi.
Sans compter l'aspect temporel qui n'apportera rien au problème (soit flagrance, et donc résolution assez "brutale", soit plainte ou autre et là on parle de semaines ou de mois...).

Concernant les services sociaux, il vont s'occuper des besoins de monsieur. a-t-il faim, besoin de soins, d'un toit??? le fait que la solution à ses problèmes implique un déplacement n'aura qu'une conséquence secondaire sur le fait qu'il vienne en bas de chez toi.
Il se peut même (et ça arrive plus souvent qu'on ne le pense) qu'il continue à venir malgré qu'il ait un toit/repas/soin ailleurs.

De toute manière, quand je dis que cela reste TON problème et non celui des services, c'est pour faire prendre conscience que l'approche humaine par le dialogue apporte le plus souvent les meilleures solutions.

Il y a toutefois quelques limites:
- que l'on soit soi-même prêt à tenter le dialogue (et à affronter quelqu'un qui ne correspond pas à nos standards de vie, voir les remets en question)
- que la personne soit disponible au dialogue (ce qui exclut les cas de problèmes mentaux et de la prise de stupéfiants par exemple)
- qu'il soit possible de communiquer intelligiblement avec elle (langue, compréhension mutuelle, etc.)
- que l'on accepte de s'investir pour trouver une issue satisfaisante aux souhaits/difficultés du monsieur (et pas des siennes)

Il vaut mieux trouver quelque chose qui motive la personne à bouger (pour un "mieux") que d'espérer qu'elle ne le fasse "pour nous" ou par peur d'un certain "sinon" de type police ou autre.

Désolé si je tarde à intervenir mais je ne me connecte pas si souvent...
Your only weapon is your brain. Everything else is a tool.

Prudence est mère de sûreté

08 août 2016 à 20:34:48
Réponse #33

bison solitaire



Espérer que l'officier de police qui va intervenir soit quelqu'un qui essaie le dialogue relève trop de l'aléatoire pour moi.
Sans compter l'aspect temporel qui n'apportera rien au problème (soit flagrance, et donc résolution assez "brutale", soit plainte ou autre et là on parle de semaines ou de mois...).


Juste quelques précisions:
la flagrance est un cadre juridique, et il peut très bien y avoir une plainte en flagrance. Cela étant, je vois ce que tu veux dire.
En fait, dans ce que tu écris, il est question de flagrant délit et d'enquête préliminaire, pour laquelle il n'y a pas de coercition. Au bout de 6 mois, il faut tenir informé le parquet.
Et le flagrant délit, ce n'est pas que le délit ou le crime "la main dans le sac".
Une victime d'agression vient déposer plainte parce qu'elle s'est fait mettre la tête compteur à gaz il y a deux heures, on est en flagrant délit.

08 août 2016 à 21:15:29
Réponse #34

Dersou Ouzala


Effectivement, le flagrant délit peut durer plusieurs jours (jusqu'à 10 d'après mes souvenirs), c'est le Ministère Public qui décide des poursuites ou non

09 août 2016 à 05:56:11
Réponse #35

azur


- que l'on accepte de s'investir pour trouver une issue satisfaisante aux souhaits/difficultés du monsieur (et pas des siennes)
Tout le monde n'a pas forcément le temps ou les moyens pour ça... et ça ne doit pas faire oublier que le générateur de trouble, c'est quand même lui.
Je suis un être humain capable de compassion, mais il ne faut pas non-plus perdre de vue qui est à l'origine de la dégradation de la situation, ça s'appelle la responsabilité.

Citer
Il vaut mieux trouver quelque chose qui motive la personne à bouger (pour un "mieux") que d'espérer qu'elle ne le fasse "pour nous" ou par peur d'un certain "sinon" de type police ou autre.
Dans ce genre de situation, s'il est possible de trouver un arrangement à l'amiable et une solution par la négociation, c'est toujours préférable... mais si l'intéressé se montre un tantinet difficile à convaincre, il y a des moments où la pédagogie a ses limites et où l'application du droit doit se faire avec toute sa rigueur.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

09 août 2016 à 09:50:50
Réponse #36

bison solitaire


Effectivement, le flagrant délit peut durer plusieurs jours (jusqu'à 10 d'après mes souvenirs), c'est le Ministère Public qui décide des poursuites ou non

Il y a le temps qui concerne le moment des faits. La théorie sera facile à retrouver mais il y a aussi des pratiques locales. Et il me semble que dans le cas d'un viol, il est arrivé qu'on aille au-delà de 48h.
Après il y a l'enquête de flagrance: "on" dit généralement 8 jours avec un acte positif de procédure par jour. (Mais sur ce point les doctrines semblent diverger selon, par exemple l'ENM et le monde policier et aussi, encore une fois, selon les pratiques locales).
Y'a rien de plus tordu que le droit…

HS:
vous en connaissez beaucoup des domaines, vous, ou dans une même phrase, les termes "interprétation" et "stricte" sont quasi accolés? "le texte blablabla est d'interprétation stricte"… Si y'a interprétation c'est pas stricte, et si c'est stricte y'a pas interprétation…Si?
N.B: pas la peine de chercher à me démontrer que c'est pas débile, c'est peine perdue  ;#

09 août 2016 à 12:42:30
Réponse #37

frutapao


Juste quelques précisions:
la flagrance est un cadre juridique, et il peut très bien y avoir une plainte en flagrance. Cela étant, je vois ce que tu veux dire.
En fait, dans ce que tu écris, il est question de flagrant délit et d'enquête préliminaire, pour laquelle il n'y a pas de coercition. Au bout de 6 mois, il faut tenir informé le parquet.
Et le flagrant délit, ce n'est pas que le délit ou le crime "la main dans le sac".
Une victime d'agression vient déposer plainte parce qu'elle s'est fait mettre la tête compteur à gaz il y a deux heures, on est en flagrant délit.

Merci. Je suis peu familier avec les nuances terminologiques dans ce domaine.

Je voulais simplement mettre en lumière les délais entre le début des "manoeuvres" et la résolution finale.

Mais indépendamment de cela, passer par une approche juridique revient à ne rien faire soi-même. Ce qui signifie avoir confiance aux autres et aussi un bonne dose de patience (parfois)
Your only weapon is your brain. Everything else is a tool.

Prudence est mère de sûreté

09 août 2016 à 12:47:53
Réponse #38

frutapao


Tout le monde n'a pas forcément le temps ou les moyens pour ça... et ça ne doit pas faire oublier que le générateur de trouble, c'est quand même lui.
Je suis un être humain capable de compassion, mais il ne faut pas non-plus perdre de vue qui est à l'origine de la dégradation de la situation, ça s'appelle la responsabilité.
Dans ce genre de situation, s'il est possible de trouver un arrangement à l'amiable et une solution par la négociation, c'est toujours préférable... mais si l'intéressé se montre un tantinet difficile à convaincre, il y a des moments où la pédagogie a ses limites et où l'application du droit doit se faire avec toute sa rigueur.

Le générateur de trouble POUR TOI. Dans son monde, il n'a pas forcément conscience de générer quoi que ce soit.
Mais tu as raison quand tu parles des moyens à avoir. Ils sont à la fois simples et évidents mais parfois perdus de vue "dans le feu de l'action".
Responsabilité. Il faut d'abord qu'il ait conscience d'être à l'origine des troubles. Et ça ce n'est pas gagné... surtout si l'approche première vise à lui mettre ce "fait" dans la tête, même de force!

Quand l'intéressé se montre difficile à convaincre, c'est que l'approche n'est pas la bonne. Il ne faut pas le convaincre mais arriver ensemble à une définition commune du problème.

La pédagogie a ses limites. Et si elles sont atteintes chez toi, il vaut mieux faire appel à des spécialistes.
Your only weapon is your brain. Everything else is a tool.

Prudence est mère de sûreté

09 août 2016 à 13:00:48
Réponse #39

bison solitaire


Merci. Je suis peu familier avec les nuances terminologiques dans ce domaine.

Je voulais simplement mettre en lumière les délais entre le début des "manoeuvres" et la résolution finale.

Mais indépendamment de cela, passer par une approche juridique revient à ne rien faire soi-même. Ce qui signifie avoir confiance aux autres et aussi un bonne dose de patience (parfois)

Je t'assure que c'est pas pour chipoter…. mais dans la mesure où chaque citoyen peut non seulement intervenir, mais aussi le faire selon les règles de la légitime défense si la situation le demande, l'approche juridique ne veut pas dire ne rien faire soi-même…
Ce qui revient à ne rien faire, finalement, c'est de trop cogiter.
Et en même temps, ce serait bien d'éviter d'intervenir bille en tête…
Du coup le dialogue n'apparait pas comme une mauvaise solution, il convient par contre d'envisager que l'interlocuteur n'est pas sur la même longueur d'onde...

09 août 2016 à 14:06:35
Réponse #40

Merlin-Max


Le générateur de trouble POUR TOI. Dans son monde, il n'a pas forcément conscience de générer quoi que ce soit.
Mais tu as raison quand tu parles des moyens à avoir. Ils sont à la fois simples et évidents mais parfois perdus de vue "dans le feu de l'action".
Responsabilité. Il faut d'abord qu'il ait conscience d'être à l'origine des troubles. Et ça ce n'est pas gagné... surtout si l'approche première vise à lui mettre ce "fait" dans la tête, même de force!

Quand l'intéressé se montre difficile à convaincre, c'est que l'approche n'est pas la bonne. Il ne faut pas le convaincre mais arriver ensemble à une définition commune du problème.

La pédagogie a ses limites. Et si elles sont atteintes chez toi, il vaut mieux faire appel à des spécialistes.

Mouais...
Se gargariser l'esprit à grands coups de pédagogie et de "vivreensemble" sur un forum c'est tellement mignon, je dirais même hyperbisounours. #lamourtoutnuavecdesfleursdanslelarzac :blink:
Il y a un moment ou tu partages/construis avec les autres et il y a un moment où un casse pieds écrase le château de sable. Il faut savoir faire la part des choses.

Qu'il en aie conscience ou pas, qu'il aie des excuses ou pas, il est générateur de troubles et il faut que ça s'arrête. Si l'intervention des forces de l'ordre est nécessaire, le contrevenant assume, point final.  ;#

L'âme sûre ruse mal. ;)

09 août 2016 à 14:34:26
Réponse #41

frutapao


Je t'assure que c'est pas pour chipoter…. mais dans la mesure où chaque citoyen peut non seulement intervenir, mais aussi le faire selon les règles de la légitime défense si la situation le demande, l'approche juridique ne veut pas dire ne rien faire soi-même…
Ce qui revient à ne rien faire, finalement, c'est de trop cogiter.
Et en même temps, ce serait bien d'éviter d'intervenir bille en tête…
Du coup le dialogue n'apparait pas comme une mauvaise solution, il convient par contre d'envisager que l'interlocuteur n'est pas sur la même longueur d'onde...
Tu ne chipotes pas. Je pense justement que chaque citoyen non seulement peut mais doit intervenir. C'est comme dans la verte, il faut se sortir les doigts du c** et se bouger si on veut arriver à qqch.
J'ai essayé de dire plus haut qu'il était tout à fait possible de combiner plusieurs approches. Approche juridique + services sociaux + discussion.

Il vaut mieux trop cogiter avant de se retrouver dans telle situation pour avoir quelques grandes lignes d'action "le jour où". Trop cogiter "pendant" revient effectivement souvent à ne rien faire.

"Trop cogiter" AVANT évite aussi d'intervenir bille en tête comme tu dis. Et donc d'éviter des erreurs lorsqu'on agit avec des émotions qui prennent le dessus (ras-le-bol, énervement, frustration, colère, etc.).

Ta dernière phrase sur le dialogue et les longueurs d'onde est complètement vraie. JE dirais même que le dialogue n'est non seulement une mauvaise solution mais aussi la meilleure, quand cela est possible, tout en gardant ses précautions (ou un plan B) quand la communication est inenvisageable.
Your only weapon is your brain. Everything else is a tool.

Prudence est mère de sûreté

09 août 2016 à 14:46:06
Réponse #42

frutapao


Mouais...
Se gargariser l'esprit à grands coups de pédagogie et de "vivreensemble" sur un forum c'est tellement mignon, je dirais même hyperbisounours. #lamourtoutnuavecdesfleursdanslelarzac :blink:
Il y a un moment ou tu partages/construis avec les autres et il y a un moment où un casse pieds écrase le château de sable. Il faut savoir faire la part des choses.

Qu'il en aie conscience ou pas, qu'il aie des excuses ou pas, il est générateur de troubles et il faut que ça s'arrête. Si l'intervention des forces de l'ordre est nécessaire, le contrevenant assume, point final.  ;#



Et diminuer le crédit des "gargarismes de forum" c'est fermer la portes aux quelques pistes qu'elles peuvent apporter.
Je ne me permets d'en parler ici que parce qu'elles ont fait leurs preuves sur le "terrain" au cours de mes années de contact et interventions en tant que travailleur social. J'ai toujours eu à faire à des situations où un "paumé" causait des troubles auprès de citoyens lambdas. J'ai aussi toujours eu à faire à des personnes souhaitant une résolution pacifique et équitable aux problèmes.

Entre le partage et le château de sable il y a le ballon qui tombe malencontreusement dessus sans aucune intention de nuire, ni même conscience que le château est cassé car le match était trop prenant...

Je te rejoins tout à fait concernant l'importance d'assumer ses troubles et les conséquences qui en suivent.
La nuance se situe dans le "si c'est nécessaire".
Mon expérience me fait dire que trop de situations ont vu des "victimes" de troubles estimer que l'intervention des FO était nécessaire alors que non...
Non car cette intervention a été tout sauf douce, rapide, humaine et équitable.
Souvent, ces mêmes personnes on été perçues par leur entourage comme sans coeur et égoïstes.
Souvent, aussi, les connaissances du "troubleur" qui ont PARFOIS été moins "gentils" avec le "méchant citoyen qui a mis un de leurs potes au poste pour rien".
Your only weapon is your brain. Everything else is a tool.

Prudence est mère de sûreté

09 août 2016 à 16:33:25
Réponse #43

azur


Le générateur de trouble POUR TOI. Dans son monde, il n'a pas forcément conscience de générer quoi que ce soit.
Mais tu as raison quand tu parles des moyens à avoir. Ils sont à la fois simples et évidents mais parfois perdus de vue "dans le feu de l'action".
Responsabilité. Il faut d'abord qu'il ait conscience d'être à l'origine des troubles. Et ça ce n'est pas gagné... surtout si l'approche première vise à lui mettre ce "fait" dans la tête, même de force!

Quand l'intéressé se montre difficile à convaincre, c'est que l'approche n'est pas la bonne. Il ne faut pas le convaincre mais arriver ensemble à une définition commune du problème.

La pédagogie a ses limites. Et si elles sont atteintes chez toi, il vaut mieux faire appel à des spécialistes.
J'ai suffisamment d'expérience diverses pour savoir qu'il faut être idiot pour déployer les grands moyens sans avoir tenté, au préalable, d'entamer des négociations qui peuvent effectivement s'avérer fructueuses...
Sauf que j'ai aussi assez d'expérience de ce genre de troubles pour savoir que la négociation n'est pas chose aisée avec ce genre d'énergumène et peut rapidement s'avérer dangereuse.
Alors dans ces cas là, il faut parfois être prêt à réagir rapidement et avec force pour éviter de se retrouver soi-même gravement dans le m****
Or, dans le cas présent, les mamys qui résident à proximité n'ont probablement pas envie d'aller se risquer à négocier, et il est alors normal qu'elles fassent appel à ceux à qui la société à délégué la responsabilité de traiter pareille situation.

Plus généralement, j'ai banni de mon vocabulaire le mot "solidarité" car, par définition on n'est solidaire que "contre" quelque-chose et avec des gens qu'on a choisi, qu'on juge digne d'en bénéficier... ce qui suppose une discrimination.
Je lui préfère de loin le mot "charité" qui s'adresse sans distinction à tout les individus en fonction des besoins réels... mais qui, bien ordonnée, commence par soi-même!
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

10 août 2016 à 18:55:58
Réponse #44

Nay


Message supprimé : tu te trompes de forum, le défouloir n'est pas ici. Surtout lorsqu'on propose ce genre de chose en public, sur un forum privé.

Premier ET dernier avertissement


Bein je vais t'écrire, mais ici.Ou, si il est bien énervé maintenant qu'en fait, tu l'as agressé, il va t'attendre...

Edit: Suppression de développements inutiles.
Chacun son chemin mais gaffe aux trous..

 >:( im

Je ne trouve pas que tu t'exprimes mal. Au contraire c'est très clair. Et c'est peut-être là le problème.
Comme je suis très nul en droit et que j'y connais pas grand chose, je voudrais juste savoir où elle est là la légitime défense…
Qu'on soit sur ses gardes avec éventuellement un outil permettant, le cas échéant, d'équilibrer une agression, je crois que je comprend.
Que l'on conseille en revanche d'agir directement de la sorte, là, non.
Au-delà on se demande aussi s'il n'y a pas incitation à commettre un délit...

Je suis bien triste et désolé de voir que j'ai choqué certain d'entre vous.
Je n'avais pas bien saisi que la survie devais à tout prix se faire dans la limite de la loi!
Mon intention n'étais aucunement de prôner la haine ou la violence et encore moins d'inciter à la violence.

Veuillez m'en excuser!

Bien à vous.
Plutôt mourir debout que vivre à genoux!

10 août 2016 à 20:00:43
Réponse #45

bison solitaire


Je suis bien triste et désolé de voir que j'ai choqué certain d'entre vous.
Je n'avais pas bien saisi que la survie devais à tout prix se faire dans la limite de la loi!
Mon intention n'étais aucunement de prôner la haine ou la violence et encore moins d'inciter à la violence.

Veuillez m'en excuser!

Bien à vous.

Ben "à tout prix"…je sais pas, mais en l'occurrence là, je ne sais pas s'il s'agissait de survie…
Et donc, justement, rien dans l'histoire ne justifiait de ne pas respecter la loi...

10 août 2016 à 21:28:52
Réponse #46

Hurgoz


Yo,

Il y a peut être un autre point: voir avec les voisins (lorsqu'ils seront de retour), s'ils l'ont vues, s'il les gènes, ne serait ce que pour faire son auto-diagnostique; On a pas tous la même perception des règles sociales, et du coup, ce qui peut être "rien" pour les uns, peut devenir "énorme" pour les autres. Ca peut très bien notre réaction (et la façon dont on la raconte) qui est complètement disproportionnée par rapport au préjudice réel...

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

11 août 2016 à 02:19:11
Réponse #47

greg1384


Bonsoir à tous, les FO ne peuvent refuser une plainte lorsqu'il y a matière à déposer plainte. Or, le tapage fait parti des infractions devant être constatées immédiatement sinon pas de plainte. Si la personne veut absolument avoir un morceau de papier avec inscrit plainte dessus, elle le peut après avoir fait perdre leur temps au FO qui peuvent à côté de "plainte" inscrire "CSS 11" ( classement sans suite, absence d'infraction). Perte de temps l idée de plainte pour tapage, perte de temps pour les FO, le procureur n'en aura pas connaissance, car le tapage est contraventionnel c'est à dire une amende de 35€.
Je ne vois pas un Officier du ministère public mettre une amende à quelqu'un de démuni.
Concernant le soucis avec ce monsieur, faut d'abord savoir quel est son problème et aller au dialogue.
Parfois, le simple fait de discuter permer de dénouer la situation. Si il ne souhaite pas partir ou arrêter, il ne faut surtout pas employer d'arme tel que la lacry ou autre, il n y a pas légitime défense. La solution marrante à l'ancienne est le seau d'eau par la fenêtre, la deuxième plus normale est de lui dire fermement de partir ( où sont les hommes aujourd'hui) en faisant attention bien sûr à ce qu'il n'ai rien dans les mains, et employer la force ne veut pas dire frapper. Si il est armé, pas de risque, faire le 17 et dire qu'il y a un homme armé devant le hall. Si il n'est pas armé mais qu'il est con, montrer la force pour ne pas avoir à l'employer.

11 août 2016 à 08:59:59
Réponse #48

bison solitaire


Bonsoir à tous, les FO ne peuvent refuser une plainte lorsqu'il y a matière à déposer plainte. Or, le tapage fait parti des infractions devant être constatées immédiatement sinon pas de plainte. Si la personne veut absolument avoir un morceau de papier avec inscrit plainte dessus, elle le peut après avoir fait perdre leur temps au FO qui peuvent à côté de "plainte" inscrire "CSS 11" ( classement sans suite, absence d'infraction). Perte de temps l idée de plainte pour tapage, perte de temps pour les FO, le procureur n'en aura pas connaissance, car le tapage est contraventionnel c'est à dire une amende de 35€.
Je ne vois pas un Officier du ministère public mettre une amende à quelqu'un de démuni.
Concernant le soucis avec ce monsieur, faut d'abord savoir quel est son problème et aller au dialogue.
Parfois, le simple fait de discuter permer de dénouer la situation. Si il ne souhaite pas partir ou arrêter, il ne faut surtout pas employer d'arme tel que la lacry ou autre, il n y a pas légitime défense. La solution marrante à l'ancienne est le seau d'eau par la fenêtre, la deuxième plus normale est de lui dire fermement de partir ( où sont les hommes aujourd'hui) en faisant attention bien sûr à ce qu'il n'ai rien dans les mains, et employer la force ne veut pas dire frapper. Si il est armé, pas de risque, faire le 17 et dire qu'il y a un homme armé devant le hall. Si il n'est pas armé mais qu'il est con, montrer la force pour ne pas avoir à l'employer.

Juste sur la première phrase. A voir avec les pratiques locales. Dans certains commissariats (ou brigade de gendarmerie) le parquet expliquera que comme ce n'est pas à la police de décider des poursuites, ils devront tout prendre. C'est vrai que c'est débile dans la mesure où les policiers et les gendarmes sont notamment formés pour reconnaître les éléments constitutifs des infractions.
Pour le reste, je trouve que ça expose pas mal les différentes options...

12 août 2016 à 00:33:11
Réponse #49

greg1384


tout à fait, c est le PR qui décide des poursuites, mais à la base, ce sont les FO qui qualifient selon les éléments constitutifs de l'infraction comme tu dis. Et si y a pas matière à prendre la plainte, pas de perte de temps. Or là, un sans-abri démuni dans un hall d'immeuble collectif qui fait du bruit. Faut que ce soit le propriétaire de l'immeuble ou un responsable de la copropriété qui dépose plainte. Pour quel motif? bruit? il faut que les FO ou huissier constatent le bruit pour que le sans domicile paye une amende de 35€. Bien sûr il ne va pas payer, il va revenir, où est ce que le fisc va envoyer la lettre de relance de paiement?? lol.
Objectivement, si les FO ne se déplacent pas pour déplacer le problème, faut le déplacer soi-même d'une manière ou d'une autre, graduellement en partant de la discussion jusqu à accompagner fermement mais sûrement la personne loin

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité