Nos Partenaires

Auteur Sujet: après Nice, que faire ?  (Lu 19278 fois)

16 juillet 2016 à 17:44:43
Réponse #25

DavidManise


Salut,

J'ai un ami qui a laissé une jambe à Nice, jeudi soir.  Le mec était ultra-marathonien.  Sa vie vient de changer "un petit peu". 

Quoi faire dans ce genre de situation ?  Ben au risque de paraître désagréable, la même chose que ce qu'on radote ici depuis bientôt 14 ans. 

1) être attentif à son environnement : code jaune minimum...

2) avoir plus de solutions que de problèmes ;

3) si on peut aider, on aide...  d'abord en restant soi-même en santé et en sécurité, ensuite en sécurisant ce qui peut l'être : 3 secondes avec la connerie, 3 minutes sans 02 ensuite, quoi.

4) se former : premiers secours, self-défense... 

5) militer pour que nos forces de l'ordre aient accès à des formations de qualité toujours meilleure...

6) rester cool : concrètement, même si c'est horrible et inacceptable, la risque objectif de mourir sous les balles ou les pneus d'un terroriste aujourd'hui est inférieur à celle de crever d'une réaction allergique à une piqûre de guêpe.  C'est un problème symbolique et culturel avant d'être un risque objectif...  et ça il faut le garder à l'esprit.

7) coopérer...  Nous sommes actuellement divisés, et faciles à remonter les uns contre les autres, faute de projets communs fédérateurs.  Entre les "nous" qui peuplent la France, dans les interstices, poussent et grandissent les extrémistes.  Ils se nourrissent de nos divisions et les exploitent.  Il est urgent de se réunir tous, face à cet ennemi commun, plutôt que de se disputer sur les bonnes solutions...  d'autant plus que les solutions seront diverses et complexes.  On aura besoin de guerriers, mais on aura aussi besoin d'éducateurs et de medecins et de pacifistes et de travailleurs sociaux.  Bref, de tous ces gens qui oeuvrent tous à leur manière dans un projet collectif cohérent.  C'est là qu'on m*rde le plus.

Le jihadisme est un problème tactique, mais aussi stratégique, et aussi politique, et aussi culturel...  et limite même spirituel.  Il est temps qu'on élargisse nos réponses, parce que les gus, en face, c'est un vrai projet de société qu'ils ont.  Et ils sont en train de mettre à mal des empires entiers avec des moyens minimes, mais beaucoup de cohérence et d'adaptabilité dans leur stratégie globale. 

Va falloir évoluer et se serrer les coudes, là, plutôt que de nous mordre entre nous comme des rats flippés dans une cage... 

La solution tactique et stratégique ne nous fera pas faire l'économie d'une vraie remise en question.  Profonde et honnête.  On va où, en tant que civilisation ?  Pourquoi ?  Comment ?

Tchuss ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

16 juillet 2016 à 19:37:45
Réponse #26

gibbon_sceptique


Très bon post.
Numéro 6 l'utile rappel.

La solution tactique et stratégique ne nous fera pas faire l'économie d'une vraie remise en question.  Profonde et honnête.  On va où, en tant que civilisation ?  Pourquoi ?  Comment ?
C'est une annonce sur l'élargissement des thématiques du forum que tu nous annonce la ?  ;#
Empathie et bienveillance qu'y disaient.

16 juillet 2016 à 19:41:53
Réponse #27

DavidManise


Très bon post.
Numéro 6 l'utile rappel.
C'est une annonce sur l'élargissement des thématiques du forum que tu nous annonce la ?  ;#


Non, parce que ce forum est dédié à la survie, au sens technique du terme, et s'interdit de glisser vers les sujets d'ordre politique.   C'est juste pas notre job.

Maintenant, depuis 15 ans j'ai bossé sur la survie nature / survie urbaine...  et ça me fait, un peu logiquement, déboucher sur l'écologie et la survie à long terme.  Et cette survie à long terme passera forcément par le fait d'implémenter, réparer, réguler et entretenir la coopération, en tant que moyen de survie collectif.

C'est probablement ça qui va occuper les 15 prochaines années (tout en continuant à donner stage et à former des moniteurs bien entendu)...  Y'a déjà plein de bons trucs de faits dans la domaine, mais y'a encore des trucs à améliorer, et à relier, etc, etc.

Bref, ça va être cool :D

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

16 juillet 2016 à 21:17:04
Réponse #28

b@s



7) coopérer...  Nous sommes actuellement divisés, et faciles à remonter les uns contre les autres, faute de projets communs fédérateurs.  Entre les "nous" qui peuplent la France, dans les interstices, poussent et grandissent les extrémistes.  Ils se nourrissent de nos divisions et les exploitent.  Il est urgent de se réunir tous, face à cet ennemi commun, plutôt que de se disputer sur les bonnes solutions...  d'autant plus que les solutions seront diverses et complexes.  On aura besoin de guerriers, mais on aura aussi besoin d'éducateurs et de medecins et de pacifistes et de travailleurs sociaux.  Bref, de tous ces gens qui oeuvrent tous à leur manière dans un projet collectif cohérent.  C'est là qu'on m*rde le plus.
 et se serrer les coudes, là, plutôt que de nous mordre entre nous comme des rats flippés dans une cage... 

La solution tactique et stratégique ne nous fera pas faire l'économie d'une vraie remise en question.  Profonde et honnête.  On va où, en tant que civilisation ?  Pourquoi ?  Comment ?

Tchuss ;)

David

oui, mille fois oui, mais bon sang que c'est difficile ... le collectif pour beaucoup c'est le communisme ...
 Beaucoup croient encore qu'un personnage politique providentiel va être élu et mettre de l'ordre. Comme si mettre de l'ordre c'était un projet de vie (sauf pour ceux qui ont des tocs éventuellement).

des solutions (très) alternatives (Pierre rabbhi  ou même Volwest) sont tellement étiquetées qu'ils feraient fuir pas mal de nos concitoyens. Pourquoi ne pas s'appuyer sur leurs convergences plutôt que sur leurs différences ?

les jeunes avec qui je bosse (c'est à titre d'exemple et absolument pas statistique ce que je dis) ont des valeurs avant tout virtuelles et/ ou matérielles (la possession et le paraitre...)  alors oui, l'âge adolescent est difficile, mais bon ... l'age n'explique pas tout. Autour d'eux tout tourne autour de ça aussi ... et même chez nous, pour la plupart en tous cas.

'fin bref, c'est un peu éloigné du sujet de départ, mais c'est surement une bonne piste de solution... fédérer autour d'un vrai projet commun, et en commençant par le bas...

Pour le reste, c'est vrai que finalement tout a déjà été dit ici depuis longtemps... le fréquence des catastrophes pourrait faire croire qu'il faut en faire plus, mais en fait il faut surtout faire MIEUX (avec moins ;) )

16 juillet 2016 à 21:19:07
Réponse #29

MarKu$


après Nice, que faire?!

pour ma part j'ai éteins les infos et j'ai écouté l'album "ride the lightning"...je commencais a saturer.

concrètement, pour moi, j'envisageais avant cela de me re-former psc1, ca me conforte dans mon optique bien que face a des victimes de telles catastrophes je vais pas pouvoir être aussi utile que je le voudrais...quid de ma réaction face a ça aussi ?! blocage? panique ultime? j'espère ne jamais le savoir.

etre conscient que ca peut péter n'importe où, où n'importe quand...
là je suis en constamment en code jaune dans la vie de tous les jours mais maintenant en orange dans mon boulot ( service d'intervention dans le réseau tram/bus de ma ville )....après coup je ne compte pas les interventions pour colis suspect ( avant l'état d'urgence hein ) où j'examinais moi meme avec tact et douceur le sac/valise avant de renseigner mon PC....fini tout ca!

ne pas tomber dans la paranoia!! faire le distinguo entre les "bons" et les "mauvais", ma belle famille marocaine me permet de ne pas tomber dans l'amalgame facile et de conserver un esprit critique et lucide, j'affute l'ouverture d'esprit et me nourrit de leur culture pour mieux la connaitre....mieux les connaitre!....

ah j'oubliais pour avoir vécu des situations un peu chaudes, je pense a la dernière en date où un malaise dans un bus a tourner en agression sur le SP par la victime ( drogué en manque ), l'individu est sorti, a ramassé un parpaing et a coursé les 3 pompiers sur place, 2 se sont barricadés dans le camion, le 3 ème a couru...l'agresseur s'est retourné, le chauffeur et moi étions face a lui a environ 10m, il s'est approché bref...moment de solitude...dialogue et détournement d'attention le temps que les FO arrivent...tout ca pour dire ne pas "seulement" compter sur les autorités/secours en priorité en cas de pépin...ca rejoins le point 3 de david.

y'a tellement a dire que je vais m'arreter là, beaucoup de choses ont été dites avec justesse!


PS : faire comprendre a certains qu'on ne vit pas dans un monde de bisounours où les problèmes se règlent en se lancant des boules coco et des guimauves!....en convertir dans les 5%





17 juillet 2016 à 01:20:03
Réponse #30

Lily


Se demander quoi faire, c'est un peu vouloir conjurer la malchance et croire qu'on est pas fragiles et dépendants de la chance et/ou du destin (rayez les mentions inutiles).

Il y a 3 niveaux.

Le niveau micro, individuel, où on peut faire du mieux qu'on peut et c'est pour ça qu'on est tous là. C'est bien. Ca ne sera jamais suffisant contre le mauvais endroit au mauvais moment quand tous les voyants étaient au vert deux secondes auparavant. Et je ne sais pas (plus) à quel point l'entraînement peut modifier la nature des gens (je crois qu'il y a des gens difficiles à faire mourir et les autres. Je ne suis pas certaine d'être dans la bonne catégorie).

Le niveau macro, l'Etat, les politiques menées et les décisions prises ont, en l'occurrence, beaucoup plus d'influence sur notre qualité de vie et notre vie tout court. C'est pourquoi il faut s'engager. Ne serait-ce qu'à relayer de l'info fiable et à lire et réfléchir (en passant, si vous ne le connaissez pas déjà, allez voir le parfois agaçant mais toujours excellent blog d'Abou Djaffar, food for thoughts inside : http://aboudjaffar.blog.lemonde.fr/ ). Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la rafle du Vel d'Hiv, histoire de rappeler que le niveau macro, ça peut avoir une certaine influence sur les chances de survie des individus.

Et puis l'éternel oublié du niveau médian. Le point 7 de David : la coopération et la construction d'un projet commun. C'est dur quand le niveau du dessus fait nawak, franchement. Avant, je faisais de l'analyse politique, je voyais bien qu'il se faisait des conneries. Mais maintenant que je fais du social, le vivre, c'est autre chose. Ca me fait hurler tous les jours. A ce propos, d'ailleurs, il ne faut pas des guerriers ET des éducs ou des médecins. Les gens qui bossent dans le social SONT des guerriers : ils maintiennent (artificiellement ?) une paix sociale très précaire.

Bref, je n'ajoute rien et je m'égare. Nice a été pour moi le coup de trop. Je ne hiérarchise plus rien. Je n'aurais certainement pas évité le camion, pas évité le Vel d'Hiv, pas su me cacher sur la plage à Abidjan, pas eu de réflexe salvateur au Bataclan...

Ce soir, à l'encontre de tout ce que je peux lire sur ce forum depuis des années, et qui m'a sauvé la mise des dizaines de fois, j'ai l'impression qu'il n'y a rien à faire. Qu'on découvre juste que, comme le reste du monde, les Kényans de Garissa, les Turcs d'hier, les Palestiniens ou les Sud-Soudanais, on est juste de tout petits grains de poussière.
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

17 juillet 2016 à 10:08:53
Réponse #31

bison solitaire


Ceux qui travaillent dans le social sont plutôt des diplomates.
Ce qui n'enlève rien à leur importance (et je ne suis d'ailleurs pas un guerrier non plus)

L'entrainement, à mon sens, ne modifie pas la nature des gens. L'application de ce qui est vu à l'entrainement au quotidien, oui, ou en tous cas peut.

Concernant la vigilance, David s'est exprimé sur le sujet. J'ai pu récemment assisté à une conférence professionnelle où il était question de ce concept. Mais comme c'était entre autre animé par une universitaire, elle ne pouvait pas faire le lien avec Cooper (trop empirique et pas assez scientifique): dommage. Parce qu'en gros, il y a vigilance ou pas, mais du coup les degrés de Cooper n'apparaissent pas.

Dans un récent "C dans l'air" (bien dommage que cette émission ne soit plus vraiment un débat), les participants indiquaient qu'il était maintenant nécessaire que tout à chacun soit concerné au quotidien par ces problématiques… Chacun d'entre nous est un acteur: se protéger, alerter, renseigner, porter secours…
Forcément l'animatrice: "on n'est pas en Israël"… Mais franchement, pourquoi comparer? C'est déjà se bloquer dans la réflexion et dans les réponses que chacun peut apporter.

Pour ma petite personne, ce n'est pas un sacrifice que de ne pas côtoyer les milieux où il y a la fête et/ou du monde et/ou le soir voire la nuit. Je n'aime pas la fête, ni le bruit, ni la foule. Et je suis animal diurne. Pour les autres, ne changez rien, sauf à élever la prise de conscience des risques (gravité x probabilité) et votre vigilance (en "jaune" votre attention peut facilement être attirée juste par un individu qui n'a pas tout à fait le même comportement que les autres dans le contexte où vous êtes, quelques secondes d'observation devraient vous permettre de relâcher l'observation ou de vous éloigner).

Concernant ce type d'attaque au camion, dès qu'une voie est assez large pour une voiture même petite, je fais plus gaffe (depuis que j'ai des enfants), parce qu'on n'est juste pas à l'abri de quelqu'un qui confond route et piste cyclable/piétonne (et notamment du côté de Nice, Antibes, Villeneuve-Loubet)… Là où je me fais encore surprendre c'est avec les véhicule électrique…alors que les vélos ça va…

Enfin voilà quoi...

17 juillet 2016 à 10:37:57
Réponse #32

Spip


Je me lance, espérant ne pas être classé dans le dernier §  :'(

Que faire ?

Evidemment : ça dépend principalement de l'analyse de la situation.


Personne n'a rebondi sur cette intervention, alors je vais le faire car je ne suis pas de cet avis, désolé.

Chill, toute ta réflexion présuppose que tu as des informations correctes, c'est-à-dire celle que nous avons, nous, derrière notre radio ou notre écran quelques heures plus tard. Sur le terrain, il est difficile de savoir ce qui se passe : des bruits divers, reliés ou non au danger, des cris, des mouvements de foule, des machin a dit que. Sur le terrain, difficile de savoir quels sont tous les risques. Tu as vu un camion ? mais y a t-il des tireurs ? combien ? quelles positions ? des explosifs ? des otages ? des forces de l'ordre ?

Selon l'endroit où tu te trouves lorsque ça se passe, ta vue de la situation peut être totalement différente, le stress et donc la capacité d'analyse aussi. Il faut selon moi distinguer les personnes en situation des personnes intervenant sur la situation, les personnes en situation des personnes qui ont réussi à s'écarter de la situation. Il faut aussi distinguer les personnels en théâtre d'opération du civil dans sa quotidienneté. Il y a des cas ET des moments où il y a une conduite à tenir ou des principes pas trop débiles à avoir en tête, d'autres où c'est simplement l'instinct. 

17 juillet 2016 à 11:02:55
Réponse #33

Hurgoz


Yo,

Alors je vais peut être en énerver certain, peut être même en choquer; mais bon, il faut mettre les pieds dans le plat.

Au delà de la guerre, des attaques (qui sont horribles et inacceptables) réelle et bien physique, il y a une guerre psychologique, qu'on est en train de perdre sans équivoque.

Aujourd'hui à grand coup de martelage médiatique, on a réussi a créer dans l'esprit des gens des associations qui pourraient bien conduire à notre perte (contrairement aux attentats qui n'ont pas le pouvoir en eux-même de nous mettre à terre):
  • Problème + nombreux mort = attentat
  • Problème + nombreux morts + peau mâte = attentat djihadiste

Soyons bien d'accord, je ne suis pas en train de dire que les terroristes sont de pauvres petits gas qui ont eu une enfance difficile et qu'il faut les comprendre. Non!

Ce que je suis en train de dire, c'est qu'il y a une différence énorme entre "il est possible qu'il s'agisse d'un attentat", "c'est un attentat il n'y aucun doute" et ce, avant même qu'il y est eu revendication ou résultat d'enquête. C'est là dessus qu'on est en train de perdre. On agis comme eux (Daech) le veulent, se sont eux qui bougent les pièces et, in fine, on est également leur pièces.

Contre ça? Développer une self défense mentale. Refuser les à priori, refuser la dictature des médias et de la pensée unique; se faire son opinion, chercher, vérifier, ou simplement prendre du recule et attendre des données qui se basent sur des faits.

A la rétorique "le procédé est celui décrit par daesh en 2014" je répondrais que le crash du Germanwings était le procédé des attentats du 11/09, et que le mec n'était pas terroriste. Le mec qui a foncé sur la foule à Dijon n'était pas non plus terroriste...

Ce qui ne veut pas dire qu'il faut faire comme si le terrorisme n'existait pas, ou comme si c'était forcément autrechose qu'un attentat (surtout si on est sur les lieux du drame): ça peut être un attentat, mais il faut baser son opinion sur des faits et non des "à priori".

Il y a urgence à cesser de moutonner.

Tcho

Hugo

(P.S.: petite vidéo sur le montage médiatique: https://www.youtube.com/watch?v=YTLMz1Ra1jA. Attention tout de même il y a certain parti pris).
« Modifié: 17 juillet 2016 à 11:48:24 par Hurgoz »
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

17 juillet 2016 à 11:14:58
Réponse #34

bison solitaire


Je suis d'accord et en même temps on s'en fout…
Ce que je veux dire, c'est que si on s'arrête à l'étiquette attentat, djihadiste, cinglé… On va rester dans le concept (ce que font à peu près tous ceux qui s'expriment dans les médias). C'est une tuerie de masse. Ou alors, faudrait faire un brainstorming au niveau du forum pour voir ce que chacun met derrière ces mots là…

Est-ce que ce dernier événement a provoqué une terreur? oui
Etait-ce religieux? il semblerait que dans sa tête à lui, oui (radicalisation éclaire disent-ils)
Est-ce qu'il y a des religieux sympas par ailleurs? oui, beaucoup plus…


17 juillet 2016 à 11:19:18
Réponse #35

Hurgoz


Yo,

Je suis d'accord et en même temps on s'en fout…

Je suis à 300% d'accord avec toi: on s'en cogne!

Le problème c'est que la plupart des gens ne s'en cognent pas: il faut un responsable, il faut [blabla]. Et c'est là que ça devient craignos.

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

17 juillet 2016 à 11:28:40
Réponse #36

bison solitaire


C'est clair…
Et je crois que tant qu'on attendra des réponses (sous entendu, rejet de la responsabilité sur elles) de la part des institutions, c'est pas gagné.
Je crois aussi qu'elles font ce qu'elles peuvent selon leurs intérêts (électorat par exemple) et leurs moyens (budget et humains)… Après est-ce qu'il y a volonté pragmatique, ça je sais pas…
(Au passage, la lecture du livre du général SOUBELET vaut le détour pour quelques passages sur… la maturité de certains conseillers ministériels… un énarque de 25 ans (qui n'a connu aucun champ de bataille voire aucun type de violence autre que celui de la prédation intellectuelle) en mesure de faire barrage aux argumentaires d'un général 4 étoiles parce que soi-disant le ministre ne va pas aimer…oui…savoureux…)

17 juillet 2016 à 11:43:03
Réponse #37

gibbon_sceptique


C'est intéressant de voir l'évolution, après des années sans conflits armés sur le territoire* et pour une grande partie de la population une absence d'expériences de nombres de types de violences, la prise de conscience que si l'état est en mesure d'assurer certaines missions il n'en reste pas moins que l'action individuelle et collective a une place indispensable. Et ce a tout les niveaux.

Merci aux différents intervenants pour leurs réflexions et leur traitement du sujet.
Empathie et bienveillance qu'y disaient.

17 juillet 2016 à 12:05:52
Réponse #38

Hurgoz


Plop,

Je crois aussi qu'elles font ce qu'elles peuvent selon leurs intérêts (électorat par exemple) et leurs moyens (budget et humains)… Après est-ce qu'il y a volonté pragmatique, ça je sais pas…

Je crois qu'il ne faut surtout pas oublier que tous sont en préparation pour 2017. Ils sont don probablement les moins aptes à réagir sereinement face aux campagne de comm'. Dans la nuit du 14 au 15, le hashtag #nice06 a été littéralement pollué par les gens en général, et les politiques en particuliers, avec des non-informations [blabla soutien], [blabla terrible], [blabla blabla] ce qui rendait la collecte d'info encore plus compliquée.

Bref: maintenant ça repose sur l'intelligence de chacun.

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

17 juillet 2016 à 12:20:10
Réponse #39

bison solitaire


Ben oui… y'a des gens qui veulent bosser ensemble… et t'as des "chefs" qui arrivent: on a des réponses!! (sous entendu aux questions que vous ne vous poser pas)…
Clairement…plus on monte, plus on assiste à des réunions où on est que sur du concept.
Pire… tout le monde est d'accord sur l'inutilité du "truc" (chronophage, contre-productif…) et on fait quand même… Je vous dirai pas sur quoi précisément, je peux pas...

17 juillet 2016 à 13:09:33
Réponse #40

Chill


... toute ta réflexion présuppose que tu as des informations correctes, c'est-à-dire celle que nous avons, nous, derrière notre radio ou notre écran quelques heures plus tard. Sur le terrain, il est difficile de savoir ce qui se passe : des bruits divers, reliés ou non au danger, des cris, des mouvements de foule, des machin a dit que. Sur le terrain, difficile de savoir quels sont tous les risques. Tu as vu un camion ? mais y a t-il des tireurs ? combien ? quelles positions ? des explosifs ? des otages ? des forces de l'ordre ?

Ma réflexion est basée sur mon vécu d'intervenant et de formateur d'intervenants.
J'ai "traité" des explosions, des feux, des accidents pour lesquels l'idée de manœuvre repose sur ce que l'on comprend initialement de la situation. Même si elle est faussée, agir sans analyse préalable (3-20 secondes ?) ne peut souvent rien apporter de bon. Ma première question à l'arrivée sur les lieux est : "Que s'est-il réellement passé".
Je constate la même chose dans l'industrie. Beaucoup de (tous les ?) jeunes ingénieurs pensent en solution alors que le problème n'est pas défini car pas formellement posé. Et Dieu sait qu'il existe des méthodologies de résolution, et que le cadre du boulot n'est pas le stress de l'intervention sur la voie publique !

Selon l'endroit où tu te trouves lorsque ça se passe, ta vue de la situation peut être totalement différente, le stress et donc la capacité d'analyse aussi. Il faut selon moi distinguer les personnes en situation des personnes intervenant sur la situation, les personnes en situation des personnes qui ont réussi à s'écarter de la situation. Il faut aussi distinguer les personnels en théâtre d'opération du civil dans sa quotidienneté.

... c'est pourquoi tous ne sont pas chef d'agrès, chef de garde, directeur des secours.
Je me proposais de donner un schémas basé sur le P-A-S à ceux qui lisent ici, qui se préparent, qui souhaitent être "acteurs de leur sécurité civile". Les 5% ?  ::)

Il y a des cas ET des moments où il y a une conduite à tenir ou des principes pas trop débiles à avoir en tête, d'autres où c'est simplement l'instinct.

J'en suis intimement convaincu. Et, pour rassurer Lily, il y a quelques fois ou la chance est aussi au rendez-vous : demande de renfort appropriée, reconnaissance dans le "bon" sens, envoi en sauvetage de l'équipe au top, alimentation sur le bon hydrant, etc.
L'instinct s'acquiert pour la plus grosse partie par la pratique, mais pas que. Certain ont un don. Pour les autres une reflexion personnelle, la "digestion" ou l'assimilation de principes simples, facilite de réagir avec ses tripes quand le cerveau est bloqué. A St-Cyr, ils professent "La sueur épargne le sang". La proposition de logigramme va dans ce sens.
Mais ces logigrammes commencent tous par "Quel est le problème à traiter ?"  ;)

   Chill
"'Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

17 juillet 2016 à 13:15:59
Réponse #41

Hurgoz


Yo,

Je me proposais de donner un schémas basé sur le P-A-S à ceux qui lisent ici, qui se préparent, qui souhaitent être "acteurs de leur sécurité civile". Les 5% ?  ::)

COPAIN!!  :love:  ;#

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

17 juillet 2016 à 13:18:50
Réponse #42

b@s


Ben oui… y'a des gens qui veulent bosser ensemble… et t'as des "chefs" qui arrivent: on a des réponses!! (sous entendu aux questions que vous ne vous poser pas)…
Clairement…plus on monte, plus on assiste à des réunions où on est que sur du concept.
Pire… tout le monde est d'accord sur l'inutilité du "truc" (chronophage, contre-productif…) et on fait quand même… Je vous dirai pas sur quoi précisément, je peux pas...

j'assiste de plus en plus à des minis révoltes, polies mais fermes, face à ce genre de situations. J'ai eu mon lot de réunions à la con cette année, avec le petit chef qui te régurgite la parole divine. Il y a la aussi le lot d'opposants systématiques qui ne servent à rien (les contre touts, dont les petits chefs n'ont rien à branler, voir même qui leur sont utiles) ... Mais il y a eu aussi des oppositions construites et constructives, avec des questions techniques et professionnelles, dans l'intérêt des gens pour avec qui on bosse.

j'y ai découvert une nouvelle phrase énervante après le "on n'a pas le choix" (dédicace au Manitou lors de la formation préparation mentale), le "je ne vous autorise pas à dire ça" ... ça tombe bien je n'attendais pas votre autorisation  ;#

tout çà pour dire qu'il faut partir de là ou on est, mais y aller avec préparation... pour faire bouger les inertes malgré eux. choisir nos chefs avec soin, et ne pas hésiter quand on peut à remettre en cause les choix merdiques.


être le changement, même modestement, plutôt qu'attendre le changement.

17 juillet 2016 à 13:24:41
Réponse #43

bison solitaire


parfois je me dis ça aussi…et parfois, nouveau passage désespérant…
Disons que je comprend pourquoi les élites ont été parfois décapitées… sans doute pas la bonne solution pour remettre un pays sur pieds après, mais je crois, hélas, que je comprend…quand bien même, sans me connaître, on pourrait me mettre dans le même lot…snif...

17 juillet 2016 à 17:29:56
Réponse #44

Hurgoz


Yo

...mais je crois, hélas, que je comprend…quand bien même, sans me connaître, on pourrait me mettre dans le même lot…snif...

Mais non...mais non....regarde: même moi j'ai mis de l'eau de mon vin! Allez! C'est tout! Ca va aller! (Et puis, tu trouves que c'est pas cool, mais imagine lui: https://www.facebook.com/Petit.paris.Msk/videos/1215856065111940/) ;)

Plus sérieusement, une idée comme ça, qui m'est venu:

Etant donné qu'on commence à être plutôt nombreux sur VSS, même si tout le monde ne publie pas, il y  a un paquet de lecteur, ça serait p't'être pas con de réfléchir collectivement à un trauma-kit que chacun pourrait porter. De façon à ce que, s'il est pris dans un merdié, il ai de quoi réagir, mais également que s'il était blessé, quelqu'un puisse utiliser sur lui. Genre une normalisation de trauma-kit (item, contenant, emplacement).

Z'en dites quoi?

Tcho

Hugo
« Modifié: 17 juillet 2016 à 17:58:43 par Hurgoz »
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

17 juillet 2016 à 18:00:06
Réponse #45

bison solitaire


Merci Hurgoz  :D

Pour le trauma kit, tu voudrais un truc comme certains militaires (qui placent leur matos au même endroit, comme ça leurs potes trouvent tout de suite ce qu'il faut que le bonhomme)?

17 juillet 2016 à 18:03:29
Réponse #46

Hurgoz


Pour le trauma kit, tu voudrais un truc comme certains militaires (qui placent leur matos au même endroit, comme ça leurs potes trouvent tout de suite ce qu'il faut que le bonhomme)?

C'est exactement l'idée! :)
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

17 juillet 2016 à 18:45:41
Réponse #47

bison solitaire


Il n'y a pas longtemps j'ai donc pu assister à toute une semaine sur la thématique du moment. Un médecin d'un service "kisonbo" conseillait à l'auditoire d'avoir un garrot CAT, avant même un compressif. Pour lui c'était plus simple non seulement à poser mais aussi à "rectifier": souvent ceux qui font les garrots ne les serrent pas assez, donc "ils" arrivaient, donnaient un tour de plus. Avec un compressif c'est plus compliqué de "rectifier", c'est plus long à poser.

Après, on n'est vraiment pas tous fringuer pareil...

17 juillet 2016 à 18:52:45
Réponse #48

DavidManise


Yo, juste un détail : perso un cinglé, un jihadiste, un criminel ou un mec inattentif, je réagis de la même manière, au niveau tactique.  Et au niveau préventif aussi. 

Bref, on s'en tape de connaître les motivations des gens, dans la mesure où les réponses à apporter sont de toute manière génériques et fonctionnement pour un panel bien plus large de problèmes / motivations.

Bref, je sors du "pourquoi" et je m'intéresse froidement au "comment".

Plein de bonnes réflexions dans ce fil.  Merci à tous :love:

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

17 juillet 2016 à 19:04:27
Réponse #49

Hurgoz


Il n'y a pas longtemps j'ai donc pu assister à toute une semaine sur la thématique du moment. Un médecin d'un service "kisonbo" conseillait à l'auditoire d'avoir un garrot CAT, avant même un compressif. Pour lui c'était plus simple non seulement à poser mais aussi à "rectifier": souvent ceux qui font les garrots ne les serrent pas assez, donc "ils" arrivaient, donnaient un tour de plus. Avec un compressif c'est plus compliqué de "rectifier", c'est plus long à poser.

Yep, mais un garrot ne s'applique qu'aux membres. Hors, dans le cas d'une plaie perforante à l'abdomène ça servira assez peu...à la limite pour une plaie à la tête...... ;#

Le compressif par contre: plus large spectre, mais inutile dans le cadre, par exemple, d'une amputation (ce qui  pourrait arriver si, par exemple, un camion charge la foule, ou dans un accident de bagnole).

Du coup, je pense que les deux sont à avoir.

Citer
Après, on n'est vraiment pas tous fringuer pareil...

Justement, c'est pour cela qu'une réflexion de groupe s'impose en essayant de déterminer les grandes familles (homme/femme, profession Y, emploi Z)....bref, essayer de voir si c'est possible, et si ça intéresse.

Edit: d'ailleurs, ne serait ce qu'en discuter, même si à la sortie on s'apperçoie que ça ne débouchera sur rien, vaut la peine d'être menée: sensibilisation, ouverture aux problématiques, idées....

Tcho

Hugo
« Modifié: 17 juillet 2016 à 19:19:42 par Hurgoz »
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité