Nos Partenaires

Auteur Sujet: après Nice, que faire ?  (Lu 19211 fois)

15 juillet 2016 à 15:26:45
Lu 19211 fois

b@s


salut !

évidemment, au delà de la tristesse et l'horreur qui nous submerge, et face à ceux qui agitent des grandes phrases au lieu de faire quelque chose d'utile, évidemment, le pire est déjà arrivé pour ces gens...et nous n'y pouvons rien.

Mais...

il y aura je le crains d'autres Nice, d'autres victimes. Et pour eux on peut faire quelque chose.

en parcourant quelques pages facebook connues, on trouve des pistes, surement qu'il y en a d'autres, et peut être que certaines sont de fausses bonnes idées...

se former au premier secours (PSC1 mais aussi utilisation du tourniquet ?)

se former à la protection personelle (évidemment contre un camion ça sert à rien ... ni contre trois mecs armés de kalachnikovs... mais ça peut éviter d'être au mauvais endroit au mauvais moment)

 parler de protection personnelle (hier soir en bord de mer j'ai repoussé un ballon de foot qui allait tomber droit sur ma fille... réflexe possible parce que mon attention n'était pas 100% captée par la beauté du paysage vu qu'on n'était pas seuls ... ma femme trouve ça parfois too much... mais commence à comprendre à travers ce genre d'exemples en situation... il faut trouver les mots pour en parler sans faire peur, sinon les gens se ferment)

faire du lien. créer des groupes de petites tailles mais résilients, qui vont pouvoir agir en cas de m*rde qui heurte le ventilo. Avoir un plan aussi (ça va ensemble). minimiser les situations hasardeuses, les "on verra bien".

comme évoqué ici même, s'identifier (encore des victimes non identifiées hier soir, et des familles dans l'attente)

les citoyens armés (fantasme ou pas ? )


voilà, il en manque, je compte sur vous...

Une mention spéclale à tous les keyboards warriors qui auraient arreté le camion avec leur couteau suisse s'ils y avaient été, aux politiques qui trouvent le moyen de se faire un peu de pub au passage (si c'était moi, ça ne serait pas arrivé), et autres loosers d'internet  :down: >:( .

15 juillet 2016 à 16:20:33
Réponse #1

raphael


Juste en te lisant ; la notion de binôme me vient a l'esprit. Ne faut il pas être au moins deux "vigilant", membre des 5%,....pour être un peu plus en sécurité lors de sorties, rassemblement, fête...Ceci pour ne pas être en code rouge en permanence...


Se connaitre et s'accepter


15 juillet 2016 à 16:36:26
Réponse #2

Copper Jack


Très franchement, si le terrorisme low-tech devient courant, les services gouvernementaux deviendront encore plus incapables d'être au bon endroit au bon moment.
Dès lors, outre croiser les doigts pour qu'émerge une société armée et compétente avec cet armement, pas grand chose à faire pour empêcher ce genre d’événement ou même minimiser ses conséquences.
À part peut-être [PeutêtretroppoliqueON] aider les gens à répondre rationnellement à la peur et à la souffrance en leur expliquant au quotidien comment réagir ce genre d'événements, les ficelles politiques qui les sous-tendent, et tout ce que vous pouvez apporter comme éclaircissement. C'est presque cliché, mais l'incompréhension mène à la peur, et la peur à l'erreur - je parle aussi bien au niveau individuel qu'à l'échelle de la société. [PeutetretroppolitiqueOFF]

À ce sujet, dans le cadre de la prévention des attentats, le code rouge en permanence est à mon sens une mauvaise idée. On s'épuise vite à vouloir être vigilant en permanence, et s'épuiser signifie avoir des réactions inappropriées. Mieux vaut rester attentif aux indices globaux - les mouvements de la foule, les voies de retraits possibles - et aviser en cas de problème que de scruter en permanence en espérant spotter le mec au regard un peu trouble qui pourrait vouloir tout faire sauter.

15 juillet 2016 à 16:56:47
Réponse #3

Kam


Comme beaucoup, j'attends toujours de savoir si l'une de mes proches (mon ex) est toujours en vie. J'ai les probabilités de mon côté mais j'avoue que je suis moins zen que d'habitude...

Et dans le même temps, je repense à un voyage fait en Asie il y a plus de 10 ans, où je suis passé entre autres par les zones tribales du Pakistan - comme dans les films: des mecs avec le gilet de pêcheur et la kalashnikov à l'épaule. D'autres complètement illuminés qui revenaient de mission (j'allais dire évangélique, mais ça ne marche pas :D) en Afrique, avec lesquels j'ai pris un verre (de thé). Mais ce n'était pas le jihad. Aujourd'hui ces mêmes mecs se font exploser - ou pire - en Afrique ou en France.

Mais pour revenir au sujet... Bien évidement, il faut se former à la self-defence, aux premiers soins, etc... Mais dans la vie de tous les jours... Je comprends bien l'idée d'essayer de repérer en permanence les points de sortie possible etc, mais à partir de quel moment est-ce que ça devient too much? A partir de quel moment on frise la parano? On ne peut pas se méfier de tout - en tous cas je ne le peux pas. Ou plutôt je ne le veux pas. Parce que sans tenter de nier la réalité, je veux vivre, avant de survivre. Ou plutôt: je n'ai pas, au jour d'aujourd'hui, à survivre.

J'ai des attaches au Mali. Le père de l'un de mes amis est mort, il y a quelques mois, abattu par les "rebelles". Si j'habitais comme lui à Tombouctou, les choses seraient différentes. Mais malgré l'horreur des attentats qui nous ont frappés et qui nous frapperont encore, la situation est différente. Ils sont exceptionnels. Une exception abjecte et tragique, mais une exception tout de même.

Désolé si ce post est décousu. J'avoue que ce n'est pas pour moi le meilleur jour pour penser droit.

15 juillet 2016 à 17:17:41
Réponse #4

bloodyfrog


Tu as je crois énoncé pas mal de points, difficile d'en rajouter...

J'ai comme toi (et comme sans doute tous les pères de famille ici) été particulièrement choqué, car c'est précisément dans ce genre d'évènement (avec des enfants, difficile d'éviter tout rassemblement festif en vacances...) que la famille est la plus vulnérable.

Je retiens:
-Etre conscient que ta sécurité et celle de tes proches ne peut être assurée que par toi et/ou eux. Be aware. Etat d'urgence, Sentinelle, toussa, c'est de la m*rde en barre pour Mme Michu.
-Avoir un plan: en cas de m*rde, qui fait quoi, qui attrape quel enfant, ou on se retrouve, etc...
-Etre formé aux premiers secours, y compris sur les enfants, y compris aux secours dits tactiques.

Pour résoudre ou du moins réduire la menace, j'ai bien quelques solutions à proposer, mais j'ai peur qu'elles soient hors charte et immorales, voir même anti-démocratiques... Je m'abstiendrais.

Manu.

15 juillet 2016 à 17:51:27
Réponse #5

Hurgoz


Yo,

Après les attentats du 13/11/15, Protegor avait publié un article (http://www.protegor.net/blog/2015/11/paris-13112015/) sur lequel il y a ce passage:

"En marchant dans la rue, nous regardions tous nos mobiles pour les infos, les SMS, les tweets… puis je me suis rendu compte que je venais de croiser une personne sans la voir. "

Donc, une bonne partie de la nuit, j'ai tenté - mal probablement - , à l'aide de deux PCs, deux comptes FB, un compte tweeter et des pages ouvertes sur les médias nationaux et locaux, de recouper les infos et de retransmettre l'utile (à savoir, connaitre les raisons, les quoi, les qui, j'en avait rien à foutre: mon but était de refiler à mes contacts qui pouvaient être sur place des infos viables sur l'état des lieux, les risques présent, les numéros d'urgence, les coins où attester de son état de santé, etc). Car, on peu en dire beaucoup de mal , mais les réseaux sociaux réagissent extrêmement vite (bien plus que les SAIP en tout cas), en cas de crise. Deux gros deal toutefois: l'accès à l'info en zones de crise peut être rendu difficile du fait de la charge des réseaux mobiles et il faut faire un énorme tri (entre les uns, les autres qui "sont trop tristes" les ceux qui soutiennes les Niçois depuis leur apparte de fonction, etc...c'est vraiment une plaie de tout recouper). Là j'ai rien inventé: c'est le concept des MSGU (Médias Sociaux en Gestion d'Urgence), utilisé notamment par le groupe Visov.

Du coup, je me dis que si nous réussissions à faire un groupe FB (ou autre), accessible à tous, mais sur lequel seules certaines personnes peuvent poster afin de limiter les sources d'infos et donc conserver un max de fiabilité ça serait pas complètement idiot.... vos avis?

Pour le reste: rester vigilant dans les zones à forte concentration, se former premier secoure (le tourniquet c'est cool, mais ne pas oublier le pansement compressif, qui, s'il peut être moins rapide à mettre en oeuvre et sur des plaies moins grosses, reste extrêment polivalent). Pour le reste, le mieux pour traiter avec un camion, c'est de se pousser de son chemin.....  :'(

Tcho

Hugo
« Modifié: 15 juillet 2016 à 18:22:02 par Hurgoz »
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

15 juillet 2016 à 18:03:01
Réponse #6

bloodyfrog


En apparté sur les premiers soins: les primo intervenants ce jeudi soir avaient peu de "gestes" à pratiquer, outre celui de trier les victimes...
Contrairement au Bataclan ou les victimes souffraient pour beaucoup d'hémorragies externes, à Nice, des polytrauma, fractures multiples, atteintes au bassin, au dos, hémorragies internes sérieuses dues au choc... La prise en charge devait être totalement différente et loin du fantasme "tourniquet"*...

Manu.

Note*: tourniquet qui a tout de même pu aider sur des arrachements ou autres cas...

15 juillet 2016 à 18:24:34
Réponse #7

Maximil


Question con : dans une telle situation : quitter la zone le plus rapidement possible (laisser de la place aux secours, éviter un double attentat etc.) ou porter secours aux victimes ?
S'attaquer au kamikaze ?
Quid de la réaction à tenir (oui, je sais, ça dépend...)
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

15 juillet 2016 à 18:34:05
Réponse #8

Hurgoz


Yop,

Avec mon SST, je suis loin d'être un spécialiste du premier secoure "sous le feu". Toutefois, en s'en tenant au "Protéger, Alerter, Secourir", on peu aisément tirer une première remarque: on ne porte pas secoure si la zone risque de nous mettre en danger. On évalue celui-ci et on essaie de le diminuer (oui: ca veut dire que si le tireur, conducteur, etc fou passe à porter et qu'on a les moyens de le neutraliser, le faire diminue les risques).

Après, en matière de premiers secours, dans certains cas (hémorragies externes), les premières minutes sont excessivement importantes. Des secoures mettront toujours plus de trois minutes à arriver. Du coup, si on a les moyens d'agir, il ne faut pas hésiter.

Après, commencer un comptage, se genre de choses, honnêtement, je doute qu'on est le temps de mettre un truc efficace en place avant l'arrivée des secoures (à moins de tomber sur un groupe d'affranchis). Ceci dit, on peut essayer de s'intégrer aux équipes, mais le risque de les gêner est trop grand.

Donc, in fine, il faut évacuer, sauf si on peut être utile sur place.

Tcho

Hugo
« Modifié: 15 juillet 2016 à 22:48:49 par Hurgoz »
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

15 juillet 2016 à 18:47:50
Réponse #9

raphael


A priori un quidam a eu les cojones de s'agripper a la cabine et tenter de l’arrêter. Ensuite les FO ont fini le job  :closedeyes:

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/07/15/01016-20160715ARTFIG00086-attentat-de-nice-comment-la-police-a-stoppe-le-tueur-au-camion.php
Se connaitre et s'accepter


15 juillet 2016 à 22:39:58
Réponse #10

Hurgoz


Yo,

Juste pour reprendre le truc sur les Premiers Secours, Volwest a publié une vidéo intéressante sur le compressif: http://lesurvivaliste.blogspot.fr/2016/07/le-pansement-compressif-pose-et.html

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

15 juillet 2016 à 23:48:36
Réponse #11

Rammstein


Je tente maladroitement une réponse...

Que faire ? Garder toujours à l'esprit que nous sommes en guerre, sur notre sol, que l'ennemi est parmi nous, et que nous ne pouvons plus vivre dans l'insouciance comme avant.

https://www.youtube.com/watch?v=0X123hAmXtw

Rammstein

16 juillet 2016 à 00:36:33
Réponse #12

Chill


...que l'ennemi est parmi nous, et que nous ne pouvons plus vivre dans l'insouciance comme avant.

Aucune polémique dans ce que j'écris.

J'étais impliqué dans le dispositif de secours de juillet 1998 et j'avais été surpris du traitement médiatique (de son absence, en fait) des incidents consécutifs à la finale. Au moins 2 véhicules avaient foncé dans la foule, la conductrice de l'un ayant réalisé un score d'au moins 50 blessés et 1 DCD. Une recherche dans les archives du Parisien ou de Libération aux dates du 14 au 16/7/1998 confirmera.

Du peu que je sais à ce jour de l'événement de Nice, le chauffard n'était pas un musulman pieux et sa radicalité a du mal à ressortir.

Autant débattre de la conduite à tenir à du sens, autant insister sur l'état de guerre me chiffonne. Ne peut-on attendre de l'enquête des certitudes "certaines" ? 🤔 🕵🏻

Chill.
« Modifié: 16 juillet 2016 à 00:43:47 par Chill »
"'Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

16 juillet 2016 à 00:55:17
Réponse #13

Hurgoz


Même sentiment de mon côté. Tant qu'on se tien dans un état de droit, on ne tire pas de conclusions avant le résultat d'enquête...c'est juste une question d'éthique et de valeurs.

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

16 juillet 2016 à 02:20:30
Réponse #14

Hurricane


Aucune polémique dans ce que j'écris.

J'étais impliqué dans le dispositif de secours de juillet 1998 et j'avais été surpris du traitement médiatique (de son absence, en fait) des incidents consécutifs à la finale. Au moins 2 véhicules avaient foncé dans la foule, la conductrice de l'un ayant réalisé un score d'au moins 50 blessés et 1 DCD. Une recherche dans les archives du Parisien ou de Libération aux dates du 14 au 16/7/1998 confirmera.

Du peu que je sais à ce jour de l'événement de Nice, le chauffard n'était pas un musulman pieux et sa radicalité a du mal à ressortir.

Autant débattre de la conduite à tenir à du sens, autant insister sur l'état de guerre me chiffonne. Ne peut-on attendre de l'enquête des certitudes "certaines" ? 🤔 🕵🏻

Chill.

Tu attends quoi de l'enquête ? Qu'on te dise que c'est un "loup solitaire", un "déséquilibré" ou une action terroriste ne changera rien au fond du probleme.

Tout ça n'a pas grand chose à voir avec le radicalisme qui est une excuse pour masquer les capacités destructives d'une frange de la population dite française.

Ca va de paire avec la bonne vieille fumisterie faite pour rassurer le bobo frenchy planqué sous sa couette : La "déradicalisation". On a des centres comme ceux de balnéo, mais avec de l'eau bénite. A ce qu'il parait ça fonctionne.
"Des choses simples pour des gens simples". Benoit, NDS.

16 juillet 2016 à 08:41:29
Réponse #15

AC


J'étais impliqué dans le dispositif de secours de juillet 1998 et j'avais été surpris du traitement médiatique (de son absence, en fait) des incidents consécutifs à la finale. Au moins 2 véhicules avaient foncé dans la foule, la conductrice de l'un ayant réalisé un score d'au moins 50 blessés et 1 DCD.

D'après cet article il s'agissait d'un avocat bourré et d'une institutrice qui a paniqué dans la foule après son dîner au Fouquet's.

Je me souvenais du cas de l'institutrice, qui m'avait fait réfléchir sur les risques des grands rassemblements de personnes sur la voie publique. Cependant, ça n'a pas grand chose à voir avec un conducteur de camion qui fonce délibérément sur 2 km, quelles que soient ses motivations. On apprendra peut-être qu'il était accro au jeu vidéo GTA.

Au delà des débats socio-politiques, un des problèmes de fond est que le progrès technique fournit aux cinglés des instruments (pas seulement les armes) qui permettent de faire beaucoup plus de dégâts qu'autrefois. Et les solutions seront probablement techniques. Par exemple, si les camions étaient équippés obligatoirement de radars anti-collision non débrayables, alors il ne serait rien arrivé avant hier...

16 juillet 2016 à 09:35:53
Réponse #16

François


Au delà des débats socio-politiques, un des problèmes de fond est que le progrès technique fournit aux cinglés des instruments (pas seulement les armes) qui permettent de faire beaucoup plus de dégâts qu'autrefois.

En soi, ce n'est pas nouveau. Depuis la fin du XIX eme siècle, tout homme déterminé a les moyens techniques et financiers de tuer beaucoup de gens. Et depuis cette époque, la presse (et maintenant les réseaux sociaux) leur assure une large publicité. Cela avait d'ailleurs permis en Europe des vagues d'attentats nihlistes, anarchistes, nationalistes et autres prétextes en ...iste, qui ont duré jusqu'à la première guerre mondiale qu'ils ont largement contribué à déclencher. Remeber Sarajevo 28 juin 1914, et que le même type de provocation ne nous pousse pas à la faute.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

16 juillet 2016 à 10:21:50
Réponse #17

Pierrot


Citer
On a des centres comme ceux de balnéo, mais avec de l'eau bénite. A ce qu'il parait ça fonctionne.

 :lol: :lol: :lol:  :up:

16 juillet 2016 à 10:28:55
Réponse #18

Hurgoz


Le camion était il labélise GermanWings?  ;)

edit: Fin des débats sur les motivations: http://www.huffingtonpost.fr/2016/07/16/attentat-de-nice-daech-jihadiste-islamiste_n_11030054.html?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001....enfin: à priori! Daech ayant tout intérêt à revendiquer: ça n'en fait pas une preuve irréfutable......   :(

Tcho

Hugo
« Modifié: 16 juillet 2016 à 11:11:18 par Hurgoz »
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

16 juillet 2016 à 11:22:29
Réponse #19

Chill


Tu attends quoi de l'enquête ?

Savoir si elle reste conduite par le pôle anti-terroriste, ou pas.
Le fait qu'un maghrébin soit l'auteur d'un fait divers tragique lié à son état social/mental/familial/etc. est différent d'un attentat islamiste planifié par un fou de Dieu ; non pas pour les victimes, mais pour ceux qui restent. S'il semble possible de lutter contre des groupes "terroristes", il n'y a pas de solution éprouvée contre la connerie d'un seul. Comme si le copilote d'un avion allemand était traité comme un nostalgique nazi/fondamentaliste chrétien/autre et non un dépressif passé au travers d'un trou de la raquette du suivi "médical" d'une profession.
[grillé par Hurgoz]

les solutions seront probablement techniques. Par exemple, si les camions étaient équipés obligatoirement de radars anti-collision non débrayables, alors ...

Mon vécu professionnel m'incite à douter de cette affirmation. La lutte du bouclier et de l'épée n'est qu'une fuite vers ... on ne sait où. Dans les usines pour lesquelles je travaille, une partie considérable du coût des installations concerne la "sécurité" des travailleurs. Et lors de mes visites je ne cesse de constater le contournement des mesures de sécurité "techniques", contournement souvent réalisé avec de l'utra-low technologie.
Est-il utile de citer le piratage informatique ? La complexité technique génère trop souvent de la fragilité. Nous nous sentons tous, quelque part, plus intelligent que ceux pour qui le système a été installé. Et certains réussissent à le prouver.

[Philo]
De tout temps des humains ont "pété les plombs", d'aucun pour être célèbre (Erostrate), d'autres par rancune, jalousie, idéologie …
La tendance d'un système est d'aller vers le chaos. Le maintien d'un ordre harmonieux demande une énergie considérable. Je ne sais pas ce qui serait actuellement en mesure de la fournir. Ce fut une des missions de l'Instruction Publique qui n'est plus aujourd'hui que l’Éducation Nationale ...
N'oublions pas : "Vivre est dangereux : on finit par mourir."  ;)
[/Philo]

   Chill.
"'Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

16 juillet 2016 à 12:18:09
Réponse #20

Merlin-Max


Rien de plus qu'avant, la situation globale et locale n'ayant pas évoluée.  ;)
L'âme sûre ruse mal. ;)

16 juillet 2016 à 12:27:41
Réponse #21

Chill


il y aura je le crains d'autres Nice, d'autres victimes. Et pour eux on peut faire quelque chose.
...
se former au premier secours (PSC1 mais aussi utilisation du tourniquet ?)
...
comme évoqué ici même, s'identifier
...
voilà, il en manque, je compte sur vous...

Une mention spéclale à tous les keyboards warriors qui auraient arreté le camion avec leur couteau suisse s'ils y avaient été, aux politiques qui trouvent le moyen de se faire un peu de pub au passage (si c'était moi, ça ne serait pas arrivé), et autres loosers d'internet

Je me lance, espérant ne pas être classé dans le dernier §  :'(

Que faire ?

Evidemment : ça dépend principalement de l'analyse de la situation.

      1) "C'est un camion fou !" => Accident non évolutif.
   a) en famille, aucune formation, handicapé, etc.
=> Se protéger, rester vivant ! se mettre à l'abri, hors trajectoire.
=> Alerter le 112
=> Quitter la zone et éviter que d'autres de la même catégorie que vous ne s'y rendent.

   b) Secouriste en goguette, possesseur d'EDC/trauma kit, SPV, ambulancier de passage, 5% …
=> Se protéger, rester vivant ! se mettre à l'abri, hors trajectoire.
=> Faire alerter les secours.
=> Ne traiter que les Urgences Absolues : arrêter les hémorragies garrotables, mettre en PLS tous les inconscients. Ignorer ceux qui ne saignent pas et crient (dur, dur)
=> Secourir, ranimer éventuellement l'être aimé.  :love:

L'engin va s’arrêter tout seul (obstacle) => secourir les occupants.

      2) "C'est une action terroriste" => Évolution possible : d'autres véhicules ? bombes ? tirs ? gaz ?
   a) en famille, aucune formation, handicapé, etc.
=> Se protéger, rester vivant ! se mettre à l'abri,
=> Quitter la zone dès que possible et éviter que d'autres de la même catégorie ne s'y rendent.
=> Alerter le 112, préciser ce qui vous a fait conclure à un attentat.

   b) Secouriste en goguette, avec EDC/trauma kit, SPV, ambulancier de passage, 5% …
=> Se protéger, rester vivant ! se mettre à l'abri, hors rayon d'action d'une possible explosion du véhicule, à proximité d'un abri "balistique", penser au sens du vent.
=> Alerter les secours, préciser les évolutions constatées, la notion d'attentat.
=> Assurer le dégagement d'urgence de victimes au sol qui bougent encore hors de la zone à risque si opportunité + forme physique + motivation, …
=> traiter en zone sûre les UA ou l'être aimé comme 1-b)

Même si l'engin s'arrête : ne pas approcher !

C'est volontairement Binaire et basé sur le P-A-S.
Ceux qui ont une formation "Combat" auront certainement des subtilités à apporter.

   Chill.
"'Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

16 juillet 2016 à 14:01:49
Réponse #22

Hurricane


Savoir si elle reste conduite par le pôle anti-terroriste, ou pas.
Le fait qu'un maghrébin soit l'auteur d'un fait divers tragique lié à son état social/mental/familial/etc. est différent d'un attentat islamiste planifié par un fou de Dieu ; non pas pour les victimes, mais pour ceux qui restent. S'il semble possible de lutter contre des groupes "terroristes", il n'y a pas de solution éprouvée contre la connerie d'un seul. Comme si le copilote d'un avion allemand était traité comme un nostalgique nazi/fondamentaliste chrétien/autre et non un dépressif passé au travers d'un trou de la raquette du suivi "médical" d'une profession.
[grillé par Hurgoz]


Faudra que tu comprennes un jour que "la connerie d"un seul" et les "groupes terroristes" c'est la même chose.

Qu'il s'agisse d'un fou de dieu ou d'un déséquilibré, Les racines du mal sont les mêmes, faudra juste qu'un jour on comprenne ça, mais c'est déjà bien trop tard. Traiter la racine du mal, c'est traiter l'origine, c'est traiter en profondeur, c'est traiter efficacement.

Chez moi j'avait des mauvaises herbes. Je les coupait, je les traitait, rien n'y faisait : J'ai tout arraché, là ça fonctionne.

Quand nos autorités et le peuple auront fini leur brainstorming à vouloir différencier un terroriste d'un loup solitaire dépressif, on aura avancé. Mais il va falloir encore beaucoup, énormément de morts.

Il y a deux ans, sur ces faits, on aurait déclaré que c'est "la connerie d'un seul", aujourd'hui les autorités qualifient d'attentat avant même les résultats d'enquête. Ca aurait du te sauter aux yeux.
Dans 10 ans et 500 attentats, on avouera qu'on a quelques petits soucis mineurs émanant peut être d'une certaine communauté et que ça commence un petit peu à faire beaucoup.
« Modifié: 16 juillet 2016 à 14:13:38 par Hurricane »
"Des choses simples pour des gens simples". Benoit, NDS.

16 juillet 2016 à 14:27:51
Réponse #23

bloodyfrog


Je comprends les différents points de vue (Padamalgam vs touslesmêmes... pour schématiser... ;D) mais gaffe, nous allons doucement et maladroitement sortir du cadre de ce forum, qui se veut apolitique. Mea culpa, j'ai été parmi les premiers à mettre le pied là ou il ne fallait pas.

Merci à tous de ne pas trop afficher ses couleurs, quelles qu'elles soient, de rester dans le factuel et d'éviter les propos hors charte.

Manu.
:cyborg:

16 juillet 2016 à 14:38:58
Réponse #24

Hurricane


Tous pareils non, fort pourcentage oui. Je fréquente cette communauté depuis que je suis gosse et c'est juste un constat.

Mais bon je ferme ma gueule sinon je vais faire déraper le post.
"Des choses simples pour des gens simples". Benoit, NDS.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité