Nos Partenaires

Auteur Sujet: Survie Mentale : Mise au placard + divorce  (Lu 4832 fois)

07 juillet 2016 à 10:36:57
Lu 4832 fois

jmcostes


Bonjour à vous tous, je reviens après plusieurs année d'absence pour, non pas demander de l'aide mais avoir vos opinions, conseils avisés ou expériences persos...
Je suis actuellement en perte de confiance totale sur ma personne et sur bcp de personnes qui me sont proches. Moi qui me sentais si  sûr de moi dans de nombreux domaines...pffff...
 Cet état à été provoqué AMHA par l'association de plusieurs facteurs simultanés :
-48ans
-Mise au placard dans la société ou je travaille (j'ai conscience aussi que je m'en suis exclus moi meme...bcp de "toxiques" dans l'entourage)
-Separation douloureuse avec mon amie (j'en prends évidemment une part de responsabilité mais elle  utilisé entre autre de la PNL (Programmation Neuro Linguistique), chantage affectif, etc.. pour atteindre certains de ses objectifs (prêt d'argent, etc...), très déstabilisant au niveau de la confiance car manipulation.. Je m'en suis aperçu, mais trop tard...et toujours une emprise ..:-(

Du coup, plus d'énergie, ni envie de bouger, broyer du noir malgré un suivi médical et psycho.... Quelques conseils? Merci a vous tous et toutes!

07 juillet 2016 à 10:50:24
Réponse #1

Maximil


Dans les étapes :
  • Pratiquer de la méditation un peu tous les jours pour prendre le temps de réfléchir et de se poser. Moins de stress, moins noir.
  • Lire, lire et lire : tout ce que nous traversons a déjà été vécu par pleins d'autres gens qui s'en sont sortis et qui ont écrit sur le sujet.
  • Rêver, faire des projets, les mettre en œuvre
  • Vivre, tout simplement

Alors oui, ce n'est rien de concret. Oui, ça va être dur.
Tu dis avoir un suivi médical et psycho, c'est bien.

Une question pour toi-même et dont la réponse n'a pas à être sur ce forum : c'est quoi ton rêve ? Si tu devais mourir demain, c'est quoi tes envies ?

Plus de femmes, plus de boulot... tu peux choisir une autre femme si tu le souhaites, ou pas. Tu peux choisir un autre boulot, ou pas. La vie (et ses possibilités) s'ouvre en fait devant toi mais tu n'en verras cette facette que bien plus tard.

En attendant, courage, accroche toi. Ca ne sera pas toujours aussi dur.

La vie, c'est 10% d’événements, et 90% de notre façon de les prendre et d'y réagir.
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

07 juillet 2016 à 11:01:17
Réponse #2

Arnaud


De loin, derrière mon clavier...

48ans c'est la fleur de l'âge, tu devrais en profiter au lieu de déprimer, ressaisies-toi ;)
Fais des trucs qui te font du bien, t'as commencé à faire du tri, continues! limites les nuisances au max.

Proverbe shadok: "Il n'y a pas de problème qu'une absence de solution ne puisse résoudre."
L'âge c'est un faux problème, c'est donc vite réglé. Concentre toi sur le présent.

Pour le boulot, cherches en un nouveau et négocie une rupture conventionnelle ou une mutation avec ton employeur actuel... tu peux aussi les attaquer pour harcèlement morale si t'as envie d'en découdre mais à mon avis ça sert à rien de te faire plus de mal en restant pendant qu'eux cherche à te faire démissionner.

Inscris toi dans des assocs, donne de ton temps, bouge, fait des rencontres... va vers les autres, reste pas tout seul ;)

La confiance reviendra petit à petit quand tu auras repris les commandes.

Arnaud.
« Everybody has a plan until they get punched in the mouth.»

07 juillet 2016 à 11:30:45
Réponse #3

gandalf99


D'une façon général, quand cela ne va pas, l'énergie est au plus bas, et la tête est centré sur des détails et se perd dedans.

Peut-être que de prendre quelques jours loin de tout ça, à la plage par exemple, permet de "prendre de la hauteur", sortir la tête de tout ça, et cela aidera à avoir une vision nouvelle, qui aidera à prendre un chemin qui n'était peut-être pas encore vu.

De plus, au contact d'un milieu naturel, et loin du brouhaha de la ville et de sa folie, seul peut-être aussi, cela permet de retrouver de l'énergie.

Sans énergie : pas de motivation, idées noires, même si on sait ce qu'il faut faire on le fait pas...

Alors cela peut t'aider à prendre de la hauteur et retrouver de l'énergie.

Et d'une façon général, le développement personnel peut aussi peut être t'aider. Non seulement à trouver du sens, mais aussi proposer peut-être des chemins efficaces pour aller vers un meilleurs mieux-être.

Par exemple, sans généraliser, mais du rebirth ou de la respiration holotropique peut aider des personnes, notamment à se libérer de choses fortes par la respiration.

Des pratiques comme l'EMDR permettent de traiter des problématiques émotionnelles d'une façon innovante, et il y a de l'expérience derrière maintenant pour en juger. Les témoignages abondent.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Eye_movement_desensitization_and_reprocessing

Voilà, ce sont des idées lancées comme ça.

07 juillet 2016 à 11:46:10
Réponse #4

Hadrien


Bonjour

j'ai 54 ans, je sors d'une séparation, je partage juste mes ressentis :

- les merdes volent en escadrille : quand tu es mal dans ton boulot, tu es mal dans ton couple, quand ton couple bat de l'aile, il est très difficile d'être efficace au boulot (ou alors tu te noies dans le boulot pour oublier Madame). Le positif c'est que si ta situation s'améliore sur un point (par exemple si tu es mieux seul que mal accompagné), elle va s'améliorer sur l'autre. Comme il y a des cercles vicieux, il y a des cercles vertueux et un succès , même petit, appelle un autre succès.
De succès en succès ,tu vas te rebâtir.

- tu n'es pas seul à être passé par là, donc, lis, surfe, feuillette des magazines, tu vas te rendre compte que des tas de gens ont connu des problèmes de ce type et qu'ils s'en sont sortis . Il y a toujours à prendre dans l'expérience d'autrui. Elle sert au moins à se dire qu'on n'est pas une incongruité mais que tous ces processus sont connus, documentés, explicables, expliqués.

- si le corps travaille,la tête ne travaille pas : pour moi c'est bricolage, jardinage et depuis peu du vélo... La fatigue physique détruit moins que la fatigue mentale. Et elle est plus saine. En plus tu perds du poids (les hommes seuls ont tendance à grossir) et tu te fais des muscles.

- ne cédez jamais au désespoir, il ne tient jamais ses promesses, c'est ce que j'ai appris d'un écrivain polonais qui est passé par les camps nazis et y a survécu.


ce sont juste mes deux centimes...:-)
Varius, multiplex, multiformis

07 juillet 2016 à 13:03:03
Réponse #5

raphael


T'en chies et tu vas en chier (experience perso) ; les nuits sont terribles (reveil a 3 h  ^-^).

C'est un passage obligé du deuil mais tu as les armes pour rebondir et etre plus fort

 :calin:

"
En se tenant aux diverses études réalisées transversalement sur les étapes d'un deuil de relation, voici les faits qui font du processus de deuil notre similitude, notre ressemblance à l'autre que nous.     
1. Le choc
Même quand la séparation est prévisible parce que le couple se déchire depuis longtemps, la rupture est vécue comme un choc. C'est du à une modification brusque des habitudes provoquant un changement des conditions sécuritaires.
Cet état émotionnel intense est marqué par l'anxiété et le stress souvent accompagnés de troubles physiologiques, comme la perte d'appétit, l'insomnie. Moins la personne est soutenue, plus grande sera son stress et son anxiété. Certaines personnes sont dans un état de choc semblable à celui vécu par les victimes d'accident. Ils sont engourdis émotionnellement et ne semblent rien ressentir. 
Au cours de cette étape, on entre dans le déni (c'est impossible !) puis parfois dans la recherche compulsive d'une solution qui permettrait que l'inévitable n'existe pas et que la situation présente n'ai jamais existée. 
2. la recherche de l'autre ou l'évitement
D'après les études réalisées, la seconde étape peut être la recherche obsessionnelle de la présence de l'autre ou son évitement tout aussi obsessionnel. Certaines personnes vivent même les deux facettes de cette étape.
La recherche de l'autre :
S'il y a rupture physique, il n'y a pas rupture de l'attachement. L'autre est physiquement inaccessible, mais moralement présent. Il est très souvent dans les rêves, parfois imaginé dans les endroits familiers. On le voit partout et tous les objets nous le rappellent. Celui qui vit cette étape recherche éperdument tous les signes de présence. 
L'évitement de l'autre : 
On cherche alors à nier et à refuser tout ce qui peut rappeler l'autre. On déménage à la hâte, on se précipite dans une relation de remplacement, on dévie les conversations qui parlent de l'autre, on oublie les amis communs. 
3. La colère
Dans cette étape, les émotions dominent.  On est surtout en colère et son expression nécessaire, incontournable doit pouvoir être dépassée. La colère peut être tournée vers soi ou vers l'autre. 
Tournée vers l'autre, on est en colère contre l'autre et /ou tous les autres, tous ceux qui n'ont pas pu empêcher que la rupture survienne, qui ne nous ont pas aidé à l'éviter. Contre cet autre qui n'est pas resté, contre sa famille et contre ses amis. Contre tous les hommes ou toutes les femmes.
Tournée vers soi, c'est la culpabilité qui domine. On se sent coupable "Je n'aurais pas dû dire ça, faire ça... ". La rupture est vécue comme une punition.
En fait on cherche la faute (de l'autre, des autres ou de nous), la faute qui nous a menée vers cet état de solitude que l'on ne parvient pas encore à accepter, à vivre.   
4. La dépression 
Après toutes ces étapes agitées, arrive celle de l'abattement. On est d'abord triste, vraiment triste parce que tout ce que l'on vit devient vraiment réel. Puis toute l'énergie s'épuise un peu plus et s'installe un état dépressif. Il n'y a rien à faire, l'autre n'est plus là. On se replie sur soi. On renonce à tout, on s'isole. 
5. La reconstruction de l'équilibre
Après "avoir touché le fond", on remonte la pente. On accepte la situation et surtout on s'adapte au changement. L'absence de l'autre nous a obligés à modifier nos habitudes. Nous vivons autre chose. Nous apprenons autre chose. On se recentre sur soi et on découvre un autre aspect de nos valeurs de vie que la vie commune avait peut-être étouffées. On fait de nouveaux projets. On retrouve un équilibre. L'autre n'est plus au premier plan. Il est devenu partie intégrante de notre expérience de vie. 
Comment arrive-t-on à cette reconstruction ? 
Il est nécessaire de sortir de la dépendance affective dans laquelle on s'enfonce dans les premières étapes du deuil d'une relation. Pour en sortir il faut la comprendre, c'est à dire prendre conscience des mécanismes qui la sous-tendent. 
La dépendance affective est une situation et, comme toute situation, elle fait appel à toutes les autres situations identiques que l'on a vécues dans le passé. La petite enfance, l'enfance et l'adolescence.
Il faut dépasser la rupture et lui donner un sens. Beaucoup de personnes parviennent même à s'en sortir enrichies, en découvrant les ressources intérieures qui étaient plus ou moins en sommeil dans l'habitude d'une sécurité. 
Il faut comprendre nos manques et nos attentes. La véritable transformation passe en priorité par soi. 
C'est la distance à soi qui permet, paradoxalement, de se retrouver. Anne Ancelin Schutzenberger résume les techniques en disant qu'il est nécessaire de se faire plaisir, de bien s'entourer pour reconstituer "un stock de vitamines émotionnelles".   "


Se connaitre et s'accepter


07 juillet 2016 à 13:06:57
Réponse #6

DavidManise


Salut, amigo...

Désolé de lire que la vie te malmène en ce moment. 

Deux ou trois pistes de réflexion :

1) culturellement, on a tendance en occident de ne pas faire de différence entre la nature des gens et les comportements et situations.  En Espagnol on distingue clairement le esta/eres.  La situation passagère et la nature inaltérable.  Là, t'as un joli tir croisé qui essaie de te faire croire que ta nature est pas aussi bien que tu voudrais.  Mais c'est de la m*rde en barre.  La vérité c'est que, pour le peu que je connais de toi, t'es un mec en or, fiable, courageux et plein de qualités, dont la capacité à faire confiance et l'honnêteté.  Y'a des contextes où ça paye pas...  le tout c'est de s'en rendre compte et d'arrêter l'hémorragie. 

2) soigne toi.  Prends de l'énergie et tourne la vers toi et ta guérison.  Peu importe ce que tu choisiras, ça sera déjà le simple fait de le faire qui aura son effet.

3) notre esprit peut fabriquer plein d'enfers et plein de paradis, qui sont tous aussi artificiels les uns que les autres.  La vérité c'est que ce sont des pensées et des fabrications mentales qui causent tout ça.  Et une belle manière de court-circuiter tout ça c'est effectivement la méditation / pleine conscience.  Peu importe la méthode, 5-10 minutes par jour font une énorme différence.  Si ça te botte, regarde chez headspace.com.  T'as 10 séances gratuites qui te permettront de voir si ça te convient ou pas...   y'a plein d'autres méthodes.  Faut voir si tu en trouves une qui te convient ou pas, mais moi ça m'a beaucoup aidé, notamment dans les gros creux de vague.  Le piège après c'est d'arrêter quand on revient en haut de la vague ;)

Bref...  bon courage à toi, en tout cas.  Comme on dit au Québec, "la vie c'est court, mais c'est long par moments"... 

T'es un mec en or.  Laisse personne te faire croire l'inverse, à commencer par toi-même ;)

Tchuss !!! ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

07 juillet 2016 à 14:18:28
Réponse #7

Hurgoz


Yo,

Beaucoup de trucs ont déjà été dis!  :up:

Je rajoute juste deux trucs:

BONNE NOUVELLE: il apparait assez clairement que la solution de tes soucis, c'est tout simplement TOI!

BONNE NOUVELLE 2: Tu as conscience du problème; ouvrir les yeux est en général le plus difficile! L'étape suivante c'est de mettre en marche des solutions correctives; c'est un peu comme de la ré-éducation: faut y aller doucement, les progrès viennent à leur rythme et ne peuvent être provoqués. Il faut ce cajoler un peu! :)

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

07 juillet 2016 à 15:01:57
Réponse #8

jmcostes


Euh...comment dire...autant d'aide et de soutien en si peu de temps, de la part de pratiquement que des inconnus...! Waouhh j'en reste Baba et j'avoue je ne sais plus trop quoi dire... Ne doutez pas de vous, vous etes SANSAS, des mecs en OR effectivement!  Quoiqu'il arrive!  :)

David, ton petit mot me touche profondément...  :'( :)

Pas besoin de remerciements vous savez ce que je pense de vous tous....A très bientôt, je garde les noms! ;D


07 juillet 2016 à 15:41:44
Réponse #9

raphael


Ici c'est pas internet c'est une communauté  :love:

et rencontrer en vrai ses membres ce n'est que du bonheur  :closedeyes: ;)
Se connaitre et s'accepter


07 juillet 2016 à 17:16:25
Réponse #10

Vef


Salut,
pour ce qui est de la pleine conscience, je te conseille "méditer, jour après jour" de Christophe André. C'est un des premiers psy à avoir amener la méditation pleine conscience dans son activité. J'ai pas vraiment lu le bouquin mais suivi le cd de méditation vendu avec et je le trouve plutôt bien foutu.
Bon courage.

07 juillet 2016 à 18:45:26
Réponse #11

b@s


juste un point : attention à l'orientation de tes pensées... souvent quand ça va mal on a tendance à tout voir du mauvais coté, à se croire maudit ou malchanceux. bien souvent on interprete les signes selon l'humeur du moment ... tout le monde sait ça, mais bizarrement on oublie souvent de se le dire quand on le fait ...

à une période où je me réveillais toutes les nuits pour broyer du noir, c'est ce constat qui m'a aidé à retrouver le sommeil ... si ça peut aider ... ;)

09 juillet 2016 à 15:55:29
Réponse #12

** Serge **


- Se tourner vers une discipline/aide qui va travailler sur la respiration.

- La méditation bien guidée peut sans doute aider.

- Prendre un jour à la fois. Hier est passé, demain n'est point encore.

- Si, effectivement, la solution est en nous, il n'y a pas de mal à se faire aider.

* Assess the situation
* Breathe
* Listen to yourselve
* Evaluate

Godspeed. 
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

10 juillet 2016 à 11:55:38
Réponse #13

Jco


Plein de réponses très sensées, donc pas grand chose à ajouter...

"A ta place" (facile à dire) je chercherai en premier à changer de job, car parmi tes sources de tracas c'est sans doutes le truc sur lequel tu as le plus d'influence...

Après c'est facile à dire derrière son clavier, beaucoup plus difficile dans la vraie vie!

Courage !

22 juillet 2016 à 15:50:29
Réponse #14

Laqueuedurang


De part mon expérience personnelle je te dirais :

1- prendre soin de ton corps, ne pas se laisser aller à l'apathie mais faire du sport, de la musculation, bouger, pour ne pas transformer en physique un problème psychologique.
2- manger, et bien manger ! Attention à l'amaigrissement ou à la prise de poids (ne pas tomber dans l'alcool). En profiter pour manger plus sainement et apprendre à cuisiner s'il le faut.
3- bien dormir, ça peut peut-être passer par des médications par moments mais attention de ne pas tomber dedans non plus... Le moins possible ! Dormir longtemps s'il le faut, trouver un endroit calme pour dormir s'il y a des dérangements dans ton environnement.

Avec ça déjà tu es sauvé  :) le reste n'est que matériel et plaisirs.

Ca peut te permettre de ne pas perdre ton boulot, parce que après tout ça le plus important est de bosser pour avoir un salaire = pouvoir vivre dans la société.
Si des fois tu devais en changer et changer ton niveau de salaire : adapter son niveau de vie à ses revenus, ne pas hésiter à déménager pour un logement plus petit, faire des coupes dans les charges inutiles, se séparer de matériel.
L'idéal étant d'avoir un petit pécule pour pouvoir rapidement meubler et équiper un petit logement au cas où tu perdrais tout. Comme ça tu te barres, tu laisses tout, tu prends un petit logement pas cher n'importe où en France, tu l'équipes et au moins tu es autonome.

Les gonzesses, que tu en ai ou que tu n'en ai pas ce n'est pas grave. Comme il me semble déjà avoir lu une phrase de David qui disait quelque chose comme : dans la vie on est tout seul, quand on est a deux c'est qu'on a eu la chance d'avoir une petite parenthèse où on était pas tout seul...

Tout ça ça peut prendre un certain temps alors... bon courage ! Et ne perds jamais espoir.
Pensez par vous-même sinon d'autres le feront à votre place. J-P Petit

22 juillet 2016 à 15:59:23
Réponse #15

Laqueuedurang



Peut-être que de prendre quelques jours loin de tout ça, à la plage par exemple, permet de "prendre de la hauteur", sortir la tête de tout ça, et cela aidera à avoir une vision nouvelle, qui aidera à prendre un chemin qui n'était peut-être pas encore vu.

De plus, au contact d'un milieu naturel, et loin du brouhaha de la ville et de sa folie, seul peut-être aussi, cela permet de retrouver de l'énergie.


TAFDAK. C'est souvent en me retrouvant seul en pleine nature en vacances que j'ai eu les idées les plus claires sur ce que je pouvais faire, le problème étant de les appliquer revenu à la routine quotidienne...   ;D
Pensez par vous-même sinon d'autres le feront à votre place. J-P Petit

22 juillet 2016 à 18:34:31
Réponse #16

chrisflap


Bonjour Jm,

Il t'a été dit  beaucoup de choses, je n'en ajouterais pas.
Sinon , que je vis une galère du même type depuis un petit moment. Et quand je regarde derrière moi ,je vois que j'ai progressé.J'ai appliqué beaucoup de choses qui t'ont été conseillées.
Tout n'est pas fini , mais j'ai avancé. Je te confirme que c'est possible.

Il faut toucher le fond du trou , puis se donner une impulsion , l'envie d'avoir envie. On règle une chose à la fois! On entreprends une chose à la fois, une fois réglé,(ça peut demander du temps),on passe à la suivante.
A chaque jour suffit sa peine.Ne te projette pas, a long terme,un jour après l'autre, un pas après l'autre, et quand tu retournes , tu vois que la vallée est toute petite derrière toi.
Là tu peux te dire, j'ai progressé !

Courage, on se crois seul, dans ces cas, je peux te dire que non.
Chris ;)

Ps: selon l'endroit ou tu te trouves, on peut programmer une petite sortie, feu de camp.
Chrisflap

22 juillet 2016 à 22:19:27
Réponse #17

mrfroggy


Tout comme les copains, ne baisse pas les bras, il y aura toujours des hauts et des bas, peu importe la vie qu on mène. faut accepter cette constante.

Petite expérience perso: le vélo.
C est tout con, mais quand on fait du vélo, il est tres difficile de ruminer ses emmerdes. et mine de rien, penser positif une ou deux heures durant, ça fait un bien fou et ça aide a aller de l avant.
J arrive depuis pas si longtemps, a zapper la journée suivante, c est a dire que je vis la journée présente au mieux, parce qu a chaque jour suffit sa peine, pas la peine d en rajouter.
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

22 juillet 2016 à 23:17:47
Réponse #18

Cavannus


Tu as su identifier ton entourage toxique et manipulateur, et surtout tu as eu la force de t'en éloigner. C'est déjà beaucoup.

Si  je peux faire une comparaison : tu es un passager qui vient de quitter le Titanic juste après qu'il ait heurté l'iceberg. Tu as froid et faim, il fait nuit et ta chaloupe a l'air bien seule et vulnérable au milieu de la nuit glaciale. Mais, heureusement, tu n'es pas un de ces nombreux passagers qui sont encore en train de danser au son de l'orchestre, se disant que tout va bien et que ce solide paquebot est insubmersible.

22 juillet 2016 à 23:58:11
Réponse #19

ad_hoc


Bonsoir,

Comme tu as identifié ton mal être, tu vas réussir à refaire surface rapidement.
Je suis dans ta situation, divorce en cours, vente de la maison etc. etc.... et pour refaire surface je fais ce qui me plait, je reprends mes passions, la plongée, le tir, je pars à la découverte d'autres horizons.

Tu ne dois pas d'isoler, au contraire, sortir, faire de nouvelles connaissances, changer d'air, de milieu.
Tu dois croire en toi, pense à t'alimenter correctement, avoir une bonne hygiène de vie tout en se faisant plaisir bien sur.... faut pas déconner non plus...hein.

Au plaisir de te lire.


12 août 2016 à 16:29:39
Réponse #20

Xav-au-naturel


Je te comprend...  J'ai été jusqu'à la tentative de suicide... Encore maintenant ça reste present et ça fait partit de ma vie malgré le temps passé... Ce qui m'as sauvé et me permet de me redresser c'est le moindre petit ''bonheur ''(depuis le simple bonjour de la boulangère ) et de m'accrocher pour trouver un but et le réaliser . Le psy et la relaxation  ne m'ont pas aidés Mais trouver un but et le réaliser m'as permis de reprendre pied! Je suis de tout coeur avec toi dans cette période difficile !
Il faut faire de sa vie un rêve ; et faire du rêve une réalité !

14 août 2016 à 11:43:21
Réponse #21

Le Tervueren


Salut,

Beaucoup de choses très utiles ont été dites  :up:
Comme cela a été dit, tu as identifié les origines, ce qui est déjà beaucoup, c'est là dessus que tu peux travailler pour avancer.

Le fait de se retrouver au fond du trou, ça parasite complètement la vision qu'on peut avoir de l'avenir. C'est là qu'on a l'impression souvent qu'il n'y a pas de solutions, parce que l'état où on se trouve empêche de l'entrevoir. C'est pour ça qu'il est important qu'une tierce personne (ça peut être un thérapeute, comme ça peut être les amis, la famille) puisse apporter son soutien.

Tu dis avoir un suivi médical et psycho, ce qui est une très bonne chose, tu as pris une décision qui est difficile à prendre pour beaucoup, donc c'est déjà un grand pas  ;) Si tu as l'impression que ça n'avance pas, c'est que le travail est parfois (voire souvent) long à mener. Ou si tu sens que ça ne te convient pas, tu as tout à fait la possibilité de changer de thérapeute, utilisant d'autres approches (certaines vont convenir à certains et pas à d'autres), ou tout simplement quelqu'un avec qui le courant passe mieux. Et puis ce n'est pas évident de se raconter à quelqu'un qu'on ne connait pas, la relation de confiance (essentielle !) met parfois du temps à s'installer.
Je ne sais pas si ton médecin t'as prescrit un antidépresseur (c'est selon le niveau de l'état dépressif), sache que s'il y en a besoin il ne faut pas hésiter à l'accepter, car même si ça ne résout pas tout (loin de là), cela aide à passer le cap difficile. Ce que je dis souvent à mes patients, c'est que ce n'est pas ça qui va améliorer leur situation comme par magie, mais que ça va être un point d'appui temporaire (et j'insiste beaucoup sur ce point, car beaucoup de gens n'ont pas envie de prendre un traitement de ce type toute leur vie, ce qui est fort compréhensible), le temps de sortir la tête de l'eau et de pouvoir continuer à avancer dans des conditions plus sereines.

A côté de ça, c'est important d'avoir des activités pour "se vider la tête", mais aussi pour reprendre confiance en soi et s'occuper de soi. C'est dans ce but qu'on propose à nos patients des activités thérapeutiques de diverses natures. Ca peut être le sport, des activités artistiques ou manuelles, etc.

L'EMDR a été évoquée, c'est vrai que c'est une bonne technique qui était indiquée à l'origine pour des troubles traumatiques, qu'on étend également aujourd'hui à des problématiques anxieuses. En gros le principe, c'est de "reprogrammer" la partie du cerveau qui gère les souvenirs, pour que ces derniers qui sont liés à des ressentis négatifs soient ensuite liés à des ressentis + positifs. Il y a l'hypnose aussi qui est intéressante, qui joue également sur le versant relaxation. Dans ces cas, veiller à choisir un thérapeute sérieux et bien formés à ces outils.

Bon courage à toi, y a toujours de la lumière à la sortie du tunnel  ;)

08 septembre 2016 à 14:28:44
Réponse #22

zapi


ça m'est arrivé aussi, ne pas oublier que tout ça prends du temps, qu'il y a des jours sans, mais jour après jour, insensiblement la situation peut s'améliorer, courage :)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité