Nos Partenaires

Auteur Sujet: Eclosion: Projet d'un petit jeu de survie  (Lu 2518 fois)

17 juin 2016 à 23:56:23
Lu 2518 fois

Zork


Je me permets d'ouvrir un nouveau sujet concernant le projet de jeu de survie sur lequel je travaille actuellement.
Je suis un habitué des forums de jeux, mais si je viens ici c'est aussi et surtout afin que vous puissiez me donner vos avis, vos conseils et également apporter vos critiques afin que ce jeu de survie reste cohérent et prenne forme sans que je ne raconte ou mette en place n'importe quoi.
Pourquoi un jeu de survie, parce que j'en cherche un depuis un long moment, en vain.

Je tiens tout d'abord à remercier Frax et Loriot qui ont été les premiers à m'accueillir ici et qui non pas hésité à m'encourager.
Pour répondre à la question de Frax qui était je site :
Tu es plutôt sur une idée de jeu de plateau, de rôle, de cartes.. ?

Et bien pour le moment je me suis orienté plutôt vers un jeu de cartes, avec ajout de dés et surement aussi de pions afin de compter les vies, la réserve de moral, de nourritures...
Mais tout reste à faire et je ne suis pas du tout contre l'idée de rendre le jeu plus volumineux en cas de besoin.
J'aimerai privilégier la prise de décision du joueur plutôt que de favoriser le hasard.

Loriot quant à lui écrit ceci :
Mais pourquoi partir directement sur un stade post apocalyptique? Autant commencer par étape dans le monde que nous vivons actuellement. Il y a différentes sorte de moustique aussi, certaines propagent des maladies et d'autres pas! Il faut faire durer ton jeu. Commence par le commencement.

Ah oui, il vous manque peut être un bout, j'avais posté cette petite introduction lors de ma présentation sur ce forum.

Titre du jeu provisoire : Eclosion

Synopsis : Cela fait maintenant des années que les différents gouvernements du monde s'unissent afin de tenter d'éradiquer la propagation des anophèles.
C'est ainsi que l'on nomme ces moustiques tueurs.

Les largages d'insecticides sur les villes, détruisent les structures humaines à tel point de rendre certains secteurs inhabitables. La végétation est quasi inexistante. Les recherches avancent lamentablement.
Le monde part en ruine et sa fin est imminente.
 
Les moustiques ont la particularité de se nourrir de sang, et un certain nombre d'entre eux s'abattent sur nous. Ils nous reconnaissent par nos odeurs, notre chaleur.
Certains piquent toute la journée, d'autres seulement la nuit, de ceux-là on peut se protéger par les moustiquaires.
En prenant du sang chez un malade présentant une infection puis en allant piquer une autre personne, ils propagent plusieurs maladies qui comptent parmi celles qui font le plus grand nombre de victimes humaines. Elles se comptent désormais par millions.
À ce titre, les moustiques n'usurpent pas leur réputation d'être les animaux les plus dangereux du monde.
Le moustique résiste maintenant aux insecticides !

La lutte contre eux est très difficile, car ils se sont adaptés, eux aussi, à la mondialisation, et voyagent de continent en continent, souvent sur les bateaux, en particulier sur les porte-conteneurs.

But du jeu : survivre le plus longtemps possible à travers un monde post-apocalyptique.
Trouver de quoi survivre à travers la ville, nourriture, eau, éviter les clans de survivants et tenter de rejoindre une zone sécurisée.


Pour répondre à ta question Loriot, je trouve nettement plus flippant de démarrer le jeu lors d'une phase éventuelle de survie, déjà car c'est plus "exotique", et puis le joueur sera aussi à mon avis dans l'obligation de survivre.
Il serait peu crédible de commencer le jeu alors qu'aucune réelle crise majeure n'est déclarée.

Pour la petite histoire j'avais pensé au thème de la guerre. Le joueur se réveillait dans un charnier, laissé pour mort par l'ennemi. Nu, sans arme, sans équipement, il devait survivre par ses propres moyens et rejoindre son camp sans mourir et sans bien entendu se faire tuer.
La guerre était pour moi un très bon prétexte à la survie, famine, manque d'eau, danger de mort, discrétion, infiltration, et puis j'ai finalement trouvé cette idée très commune.

Il me fallait une fin du monde plus sympathique, et surtout l'idée de base était de trouver un prédateur auquel devrait faire face le joueur.
La plupart des jeux de survie se font autour d'affreux zombies. Je suis fan des zombies, je trouve ces créatures rock'n roll il n'y a pas à dire, mais encore du vu et du revu.
Les extra-terrestres alors, pfff, moins fan pour le coup.
Et puis j'ai longuement cherché un prédateur plus sournois, plus réaliste, mais aussi plus mortel, et je suis tombé sur le moustique.
Bon je l'avoue j'ai passé des heures à lire des articles sur cette insecte sur le net, et je me suis dis que j'étais tombé sur une bonne idée pour la base de mon jeu.
Il ne restait plus qu'à écrire un petit scénario de début afin de rendre le jeu plus immersif.





 

Tous les champignons sont comestibles, mais certains une seule fois.

18 juin 2016 à 13:34:30
Réponse #1

mandragore


Bienvenu ici. Moi j'aime beaucoup jouer mais j'y connais pas grand chose en survie, pour ça que je lis beaucoup ce forum.

Ton idée est chouette, surtout que c'est moins facile de semer un moustique qu'un zombi ^^

Pour le fait de commencer AVANT l'apocalypse, je pense que c'est aussi une question de message que tu as, ou non, envie de faire passer. Genre si dans la survie c'est aussi la question de la préparation AVANT que le monde s'écroule qui importe (ressources, compétences à acquérir), autant le jouer pour faire passer le message, quitte à ptete avoir deux phases de jeu, la phase de vie normale, et la phase où tout part en vrille.

Je me poserais aussi la question du "jeu collaboratif ou individuel". Pour survivre est-ce la loi du plus fort, ou l'union fait la force ?

18 juin 2016 à 15:22:50
Réponse #2

camoléon


Salut Zork,

l'idée d'un jeu de carte type survie peut être sympa. On pourrait se rapprocher d'un jeu d'ambiance comme "loup-Garou". Je ne suis pas trop attiré par ton scénario initial ni par le côté zombie.
Il serait peut être plus intéressant de tirer un type de scénario au hasard, par exemple une carte "catastrophe aérienne", "tornade", "inondation", "ile déserte", "plus de pétrole", ou "plus d’électricité", "zone de conflit" etc... Ou combiner plusieurs carte "événement" de ce genre. Le côté "serious game" me parlerais plus. Du point de vue apprentissage de la survie, cela pourrait être intéressant de cogiter à ce type de préparation ludique. Les personnages des joueurs pourraient faire évoluer leurs connaissances et aptitudes et amasser des items, choisir entre une tactique de coopération ou plus agressive.   
"Pour vivre heureux (et vieux), marchons invisible et silencieux"

"Le courage est le juste milieu entre la peur et l'audace"

"Je marche au pas de Loup"

18 juin 2016 à 23:48:11
Réponse #3

Zork


Hello les gens et merci pour vos retours.

En vous lisant je me rends compte que vous tenez réellement à cette préparation.  ;)
C'est d'ailleurs le thème principal de ce forum, se préparer dans l'éventualité de...
Cela me permet de ce fait de revoir ma copie, mais c'est aussi ce qui s'avère super intéressant et c'est bien pour cela que je me suis incrusté parmi vous.

Pour répondre à ta question mandragore, je pars sur l'idée de laisser le choix aux joueurs durant la partie, tout simplement pour ne pas obliger les participants à coopérer. Je pense qu'il y aura toujours deux écoles dans la survie, les solitaires et les autres. ;#

Le serious game peut être une bonne idée, mais j'ai peur que le côté ludique soit rapidement mit de côté, j'aimerai éviter l'esprit école de survie.
Faire en sorte d'apporter du fun, de la prise de décisions.
Tous les champignons sont comestibles, mais certains une seule fois.

19 juin 2016 à 00:44:03
Réponse #4

Mezig


TAFDAC avec toi; un jeu pas amusant, ben, on y joue pas et c'est pas le but que tu cherche
Après, la survie, soit on s'y prépare, soit on fait ce qui faut pour ne pas y être confronter.
Pour moi, ton jeu peut tout à fait démarrer post-apocalipsement et c'est aux joueurs de se définir à travers l'historique de leur personnage
En gros, t'aura ceux qui se sont préparer à traverser les pires merdes; ceux pour qui, m*rde ou pas m*rde, c'est juste la vie qui continue, peut être un poil plus tendu et les glandus pour qui c'est un énorme choc auquel ils survivrons ou pas et devrons s'adapter très rapidement.
A vivre je me situe plutôt quelque part entre les deux premiers cas mais le troisième peut très fun à jouer.
Les moyens sont la fin.

19 juin 2016 à 12:53:48
Réponse #5

Zork


Je ne sais pas combien de pourcentage réel de la population mondiale se prépare à une éventuelle survie, mais je ne pense pas que ce chiffre soit bien élevé.
Peut être avez-vous des chiffres ?

Il faut bien commencer la partie avec un personnage, c'est pour cette raison que j'avais commencé à préparer des cartes de personnages toutes faites, mais je me suis ravisé.
Tout simplement parce que je pense qu'il sera plus facile de cette manière de s'accaparer son personnage.
Donc en début de partie chaque joueur devra créer 3 personnages, pour finalement n'en choisir qu'un.
Celui certainement qu'il trouvera plus apte à la survie. Sachant que des choix vont s'imposer.

Il déterminera les caractéristiques de départ de ses différents personnages en tirant au hasard :
Son sexe : homme, femme
Son age : Enfant, adolescent(e),adulte, vieux.
Son poids : Maigre, musclé, ventru, obèse.

Je ne donne pas toute la liste pour le moment, mais elle est facilement déclinable à volonté, sans non plus que l'ensemble soit imbuvable.
Sportif, impulsif, nerveux, bagarreur, bricoleur, mécano, médecin...

Qu'en pensez-vous ?
Tous les champignons sont comestibles, mais certains une seule fois.

20 juin 2016 à 18:28:09
Réponse #6

Dalz


Salut, pour avoir participer au dev de plusieurs jeu sérieux et moins sérieux et m'amuser là dedans en temps que prof. j'adore évidemment ce projet.
Du reste, est-ce que tu as un truc qui te plait particulièrement. Dans l'idée je trouve que Contagion est une bonne base.
Ceci étant ton pitch tu jeu est orienté individu sans collaboration, est-ce la tournure que tu souhaites donner ? (je juge pas, j'insiste).
Sinon je pense qu'un jeu de type jdr + plateau dans le type contagion pandémie serait une bonne base en imaginant que la carte du monde soit en fait une carte locale avec les ressources type eau / abris / bois / autre suivant si tu veux être en milieu urbain ou pas. Dans tous les cas il faut penser ton approche est-ce que tu veux un jeu au sens strict marrant et tout ou un truc à viser pédagogique. Les deux sont pas antinomique mais y'a nécessairement un choix à faire.

21 juin 2016 à 03:13:22
Réponse #7

Zork


Dans l'idée, je veux éviter le plus possible le coté carte du monde du style expansion épidémiologique.
Le jeu pandémie est d'ailleurs excellent et traite clairement de ce sujet. :doubleup:

Jeux de stratégie - - Asmodée
Description: Age Minimum: 14 ans Description du produit: Vous et vos compagnons faites partie d'une équipe d'élite combattant quatre maladies mortelles. Votre équipe fera le tour du monde pour entraver la propagation des maladies et développer les ressources nécessaires pour découvrir des remèdes. Vous devrez coopérer et tirer profit de vos forces...

Concernant Eclosion, je réfléchis actuellement sur une mécanique "stop ou encore", je pense que cette mécanique serait une bonne solution pour le thème de la survie. 
On peut continuer à jouer tant que l'on ne décide pas de s'arrêter (pour sauvegarder son avance par exemple) ou tant que l'on n'échoue pas, auquel cas la plupart du temps il faut alors revenir en arrière.

Je cherche à reproduire une ambiance particulière, j'ai déjà une petite idée du visuel des cartes, je les imagine en contre-jour, on verrait seulement les silhouettes des objets, armes, équipements..
Pour l'exemple


J'ai dans l'idée de remplacer le fidèle plateau de jeu par une carte routière de la région. Ainsi le joueur pourrait y trouver des renseignements notamment pour les distances, les lieux et y trouver différentes légendes.


Eclosion pourrait dans mon idée aussi bien se jouer seul qu'à plusieurs. Je pars vraiment de l'idée que le jeu s'articule sur des événements qui nécessiteront des prises de décisions communes ou solitaires dans un monde ouvert post-apocalyptique.

Le but du jeu étant de survivre le plus longtemps possible, je n'envisage même pas de fin du jeu en tant que telle. C'est à dire qu'il serait possible d'arrêter la partie à un moment et de la reprendre à un autre moment, sous réserve bien entendu de surmonter les épreuves du temps et de résister à la vie dans ce monde cruel.

Jour 1
heure 00h00 (donc la nuit)
début de partie. Le joueur commence aléatoirement le jeu sur un endroit de la carte, il se retrouve non loin d'une ancienne zone portuaire, il vient de créer 3 personnages, il se décide enfin et en garde un, bien entendu il pense avoir gardé le meilleur, l'avenir nous le dira.
Il tire une carte saison, il commencera la partie en Hiver, ça commence bien. Les dépenses calorique pour se déplacer seront plus coûteuse...
Son personnage est assez robuste, enfin une bonne nouvelle, il va pouvoir supporter plus de poids, donc plus d'équipement. Par contre côté relationnel c'est pas vraiment ça, le type est insociable, il va être super dur pour lui de s'incruster dans un groupe ou même d'en créer un et ne parlons pas du troc.

Le joueur déplie la carte, il repère un lieu plus propice à la saison, non loin d'une belle réserve de bois, il décide de s'y rendre. Une route permettrait de s'y rendre en 2 heures, il faut désormais trouver un moyen de locomotion, sans doute aussi de l'essence, voir une batterie...

Jour 1 il est désormais 03h00. Le joueur avance le compteur temps.
Il vient d'arriver à l'orée du bois, la perte de temps afin d'éviter le trafic se traduit par une perte d'une heure,il va falloir explorer les lieux, chercher des outils, un abri, peut-être même éviter de faire de mauvaises rencontres.

On peut donc imaginer qu'il puisse tirer des cartes événements, qu'ils doivent même faire des choix radicaux quant à la suite de son périple. Ou bien encore mener des objectifs afin de gagner des récompenses, des vivres.
Pourquoi ne pas rejoindre un autre groupe, les décisions seront dés lors communes. 

Bref l'idée de base est là.
Tous les champignons sont comestibles, mais certains une seule fois.

21 juin 2016 à 12:35:54
Réponse #8

Mezig


tout système de création de perso n'est pas inintéressant.
Il te faudrait peut être rajouter un alignement ( bon, neutre, mauvais )
et comment il se situe dans la survie; comme je l'expliquais plus haut ( survivaliste, survivant, "civil")
Comme tu veux plutôt développer un jeu par carte; il n'est peut être pas la peine de s’embêter avec les caracts physiques et mentales.
Après, des cartes matos, événements, ressources, connaissances.. etc..., certaines à attribuer dès le départs en fonction du profils et le reste à tirer en cour de parie si il y a lieu.
Les moyens sont la fin.

26 juin 2016 à 13:31:51
Réponse #9

Zork


L'exploration en survie laisse t-elle la place au hasard ?

On retrouve une quantité de jeux dans lesquels le hasard à une place plus que dominante, j'aimerai que mon petit jeu ne soit pas basé sur le hasard, pour autant je pense qu'il est inévitable et même souhaitable, puisqu'il permet d'avoir cette zone d'inconnue.
L'exploration devient forcément plus sympathique si l'explorateur ne sait pas ce qu'il va trouver.
Pour autant je pense qu'un survivant ne chercherait pas au hasard se dont il aurait besoin, il ciblerait volontairement les endroits plus propices à ses besoins.

Mais il existe un petit soucis. A penser que la meilleure solution serait de fouiner dans une station essence afin de récolter un peu d'essence ou de se diriger dans un poste de police pour tenter de choper une arme, ferait sans doute considérablement baisser mes chances de trouver ce que je cherche en temps de crise. Si bien entendu on part du principe que les autres survivants ont certainement pensés comme moi.

J'ai bien conscience qu'il serait plus facile de siphonner un réservoir de voiture plutôt que de se faire suer à chercher une station essence et aussi qu'il serait plus simple de choper par là un ex flic, un chasseur ou un ex survivant tombé pendant l'apocalypse. Mais cela nécessiterait probablement  par conséquent le fait de pouvoir stocker son équipement.

Oui, mais stocker où, dans une planque fixe, cachée de tous, dans le but de ne pas se faire piller ses affaires, un survivant se constituerait comme on le sait tous de quoi subvenir à ses besoins tout en évitant de laisser une part trop importante au hasard et ainsi d' éviter toutes malencontreuses rencontres.
L'autre idée serait que le survivant puisse emmener avec lui ses biens et provisions, dans un camping-car par exemple.

Le sédentaire, reviendrait toujours à son point de départ.
Le nomade ferait en sorte de ne jamais rester éternellement dans le même secteur.

Toutes ses réflexions de bases me réconfortent dans l'idée qu'il serait souhaitable que les joueurs soient à l'initiative de leur choix. Créer un jeu " ouvert " est un vrai challenge.

Je suis en train d'inclure un cadran, afin de situer le joueur dans le temps. Une action nécessitera un temps donné, les journées n'étant pas à rallonges, les actions auront donc une incidence sur le chrono de la journée.
La faim, la soif pourront aussi être plus facilement gérable par rapport au temps qui passe.
Le matin, le midi, l'après midi, le soir, la nuit, l'aube.
Le cadran temps serait tout simplement représenté par un indicateur " Petit aiguille de l'heure, grande aiguille des minutes, que le joueur devra déplacer suivant le temps que prendra un déplacement, une fouille, la préparation de son camp... 

Le but du jeu étant de survivre le plus de temps possible, il suffirait pour le joueur de compter les journées sur un compteur temps, semaine, mois années...
Et de tenter de battre son propre record à la nouvelle partie.

Voilà concernant les avancées, n'hésitez-pas à intervenir si vous avez des idées, où si vous aimeriez retrouver des choses ou événements dans le jeu.  ;)


 

Tous les champignons sont comestibles, mais certains une seule fois.

12 juillet 2016 à 15:44:17
Réponse #10

Dalz


Dans ce cas j'aime bien l'idée d'un plateau de jeu qui se découvre au fur et à mesure. Je sais pas si ça a été fait comme je l'imagine mais avec des caré qui se dévoile que si ton joueur va dedans, un peu dans le genre d'un brouillard de guerre pour les jeu de stratégie.
Après faudrait aussi une part de randomisation de la distribution des ressources et donc un tout petit peut d'information sur les lieux... Voir des lieux "fixe" mais des parcours qui évoluent aléatoirement suivant la disposition du paysage (sinon tu joues 2 fios et tu connais par coeur le coin).
Et ensuite la démarche de monde ouvert pourquoi pas mais tu vas louper une frange importante de jouueur qui aime le challenge la compétition, donc l'idée de mission me semble importante.
Au passage j'ai regardé un peu du coup :

https://www.trictrac.net/forum/sujet/ks-debut-2016-outlast-la-boite-de-jeu
http://www.zombiesworld.com/walking-dead-le-jeu-de-plateau-teste-pour-vous%C2%A0/
http://www.adoptezuneordure.fr/jeu-societe-operation-survie.htm

12 juillet 2016 à 18:42:25
Réponse #11

Galileo


Je sais pas si tu connais ce vieux jeu d Avalon Hill Survival Outdoor, ca date de 1975. Un jeu de plateau assez fun a jouer (avec un mode Search & Rescue).



https://boardgamegeek.com/image/254292/outdoor-survival

Je l'avais acheté durant un vente de garage pour 5$ y a quelques années.

31 juillet 2016 à 21:40:15
Réponse #12

Zork


Merci pour les infos, je ne connais pas du tout ce dernier jeu Galileo, pour le reste je suis enregistré sur Zombiworld et également sur tric trac, donc je connais les jeux, mais je vous remercie pour les infos, ainsi que pour vos participations sur ce petit sujet  :doubleup:

Je comprends parfaitement tes propos Dalz et je trouve effectivement intéressant d'avoir des objectifs durant la partie.
Le monde ouvert en mode survie sous entend à fortiori qu'une mission incombe au joueur durant la partie, celle de survivre et de surcroît le plus longtemps possible, j'aimerai axer le jeu sur ce dernier point justement.



Tous les champignons sont comestibles, mais certains une seule fois.

27 mars 2017 à 12:52:03
Réponse #13

Zork


Je poursuis tranquillement, mais je vais avoir besoin d'un petit conseil les amis.

Je me creuse la tête à faire des listes, mais difficile de trouver une réponse précise, même si je sais que répondre précisément à ce genre de question peut-être compliqué.

La question est de savoir quelle véritable quantité de matériel peut-on placer dans un sac à dos de 10, 20, 30, 40,50,60 litres et surtout à quelle véritable quantité de matériels ce volume correspond.
1 litre équivaut à 10*10*10 cm, je crois que c'est ça. :glare:

La contrainte pour le joueur étant de ne pas s'embarrasser du superflu, vous avez compris l'idée.
Alors l'idée n'est pas non plus de savoir si un survivant préférerait rangé son sac de couchage dans son sac à dos ou non, libre à lui de faire ce que bon lui semble au sein de la partie, mais bien de connaitre l'encombrement et le poids de chaque objet.

Dans mon idée, et afin de rendre la quantité d'objets ramassés au cours de l'aventure, potentiellement cohérente, il reste donc à définir le volume et le poids de chaque objets.

C'est pour cette raison, qu'un joueur découvrant une trouvaille au gré de son exploration, puisse en toute connaissance de cause la prendre avec lui, ou non.
Suivant la place dont il dispose dans un premier temps, donc le volume, mais aussi sans que cela n'influe sur ses futurs déplacements, le poids.

La question reste posée, et je vais avoir besoin de vous les gens !  ;D

On ne peut décemment pas proposer un poids ou un volume pour un hameçon, une aiguille, un cure-dent, mais on peut par contre partir du principe qu'une petite boite de rangement puisse contenir une vingtaine de ces petits objets. Et que cette boite puisse être rangée dans une poche du sac à doc.

Cette petite boite, aurait un poids et un volume insignifiant, quelques grammes tout au plus. Mais quel pourrait être l'encombrement d'une dizaine de ces petites boites dans une poche de sac à dos ?
Quel système pourrait rester cohérent et pertinent ?

Mais tout dépendrait de la taille de ces petites boites, mais surtout de la taille de la poche du sac à dos.

Je propose donc une base de départ, bien entendu, ce n'est qu'une proposition qui mérite j'en suis certain quelques ajustements.

Une petite boite = 20 objets insignifiants. 5 petites boites = 1 place d'encombrement.

Un litre d'eau = 1 place d'encombrement = 1kg

Une boite de conserve = 1 place d'encombrement = 1kg

Merci d'avance les z'amis  8)


Tous les champignons sont comestibles, mais certains une seule fois.

27 mars 2017 à 13:30:02
Réponse #14

beck


Je crois que tu as une bonne piste en utilisant uniquement les unité d'encombrement pour le matériel embarqué, sinon ça risquerait de devenir un peu trop compliqué à gérer.
Maintenant je partirais plus sur petite boite = 5 objets / 4 boites = 1 emplacement / 1 emplacement = 500g qui est pour moi la moyenne élevée de poids pour 1l d'encombrement sac à dos.
Pour te donner une idée je dois être à moins de 15kg pour 40l d'encombrement pour rando/bivouac 3 jours (avec tente et bouffe (3l d'eau avec moi au départ))

27 mars 2017 à 14:28:12
Réponse #15

Puk


Salut Zork,

D'accord avec Beck sur l'idée d'unité d'encombrement comme base.

Une conserve = 1kg = 1 "place" me semble cher payé en terme d'encombrement/poids qui serait le même qu'un litre d'eau. Par contre un sac de couchage qui ferait 1,5 Kg, prendrait 1.5 "Place" , ça fait peut d'encombrement...
L'histoire des 5 boîtes pour 1 "place" me semble correct comme estimation, mais cet emplacement ferait aussi 1Kg... ça fait lourd les 100 hameçons

Trouver une logique entre encombrement et poids n'est pas des plus simple.
L'idée de l'unité "place" à 500g permet un équilibre moyen (un litre d'eau=1kg mais l'équivalent volume en fibre de remplissage pour un vêtement chaud type doudoune compressé est en dessous des 500g.

Pour le choix des items "dans" ou "en dehors" du sac, ça peut être pertinent (fixer une limite en terme de place pour le "en dehors" tout comme le "dans") pour l'orga personnelle.
Ex : Je fais le choix de mettre mon couchage en dehors pour mettre autre chose dedans qui craint l'extérieur mais attention, en cas de pluie, plus de couchage confortable=plus de fatigue, risque d'hypothermie, ...

Bon courage pour la suite et au plaisir de suivre l'avancement.

Puk


"La chute n'est pas un échec. L'échec c'est de rester là où on est tombé"

27 mars 2017 à 20:22:23
Réponse #16

Sou


Salut Zork,

Je pense aussi que le système d’encombrement est une bonne chose. Compter tes places en poches et tes objets en gabarit est une bonne idée, et ça a le mérite d’être simple et assez répandu dans les jeux de cartes (ou de système d'item par cartes), ou dans les fps par exemple (on oubli parfois). Mieux vaut éviter les trop grandes précisions du type poids exacte ou même approximatif, ça bride assez vite les possibilités sans réellement apporter au réalisme.

Sinon, je ne sais pas si ça peut t'aider, mais étant moi même makeur amateur, je passe par un forum génial qui est: http://www.rpg-maker.fr/forum.html

C'est axés making ordi, mais pour parler de systèmes de jeu, y a des experts ;)
Je ne sais pas si ça peut aider, mais dans le doute. 

Pour finir, étant un gros joueur de jeux de société, wargame, ect..., je serait ravi de me placer en alpha/bêta testeur si besoin.

Courage, pour ce projet.

Cordialement, Sou.
"La dissidence n'est pas une fin, mais seulement un moyen, celui de faire à sa façon."

28 mars 2017 à 10:57:15
Réponse #17

Zork


Il ne faudra pas que j'oublie vos pseudo dans le paragraphe remerciements de la règle du jeu les z'amis. Je vais jeter de ce pas un coup d'oeil sur le lien cité Sou.

Hors de question que vous compreniez cet appel comme, les amis faites le boulot à ma place, mais si vous avez des suggestions, des idées symapthoches que vous aimeriez trouver dans ce petit jeu de survie, ou même si vous voulez tout simplement vous joindre à moi, je n'ai aucune prétention, sinon celle de se faire plaisir autour d'un thème que j'affectionne sans pour autant le maîtriser; alors n'hésitez pas.

Quant à moi, je vais continuer mon petit bonhomme de chemin, j'ai bien conscience d'être à la frontière du jeu de rôle, mais après tout ça reste un jeu.
Pour autant il faut que je gère les critères du personnage, Son moral, sa volonté à survivre en quelque sorte. Sa capacité à se déplacer. Sa gestion du sommeil. sa déshydratation, la faim...bref la liste est longue.
Et il faut aussi prendre en compte que l'ensemble, en plus de rester fluide, doit également resté dans une certaine cohérence.

Dans n'importe quel jeu vidéo, comme dans le vie courante, il faut débloquer certaines compétences afin d'avoir le droit de pouvoir réaliser certaines actions, ça semble très restrictif, mais à la fois tellement évident.
Moi qui n'ai jamais allumé un feu autrement qu'avec des allumettes ou un briquet, je pense qu'il me faudrait un bol énorme, une dextérité à toute épreuve, des connaissances de base, et une volonté de fer pour y parvenir dans une foret humide et sans accessoires pour m'aider.
La mécanique de jeu est primordiale, mais l'amusement et l'immersion encore plus, la frontière entre les deux est complexe, mais tant que ça m'éclate, je continue.  :doubleup:
Tous les champignons sont comestibles, mais certains une seule fois.

02 avril 2017 à 16:17:42
Réponse #18

Zork


Je parcours les sujets du forum à la recherche d'information sur ce que l'on pourrait faire en récupérant une batterie de voiture ou de camion.
Quelqu'un pourrait-il m'aiguiller s'il vous plait ?
Tous les champignons sont comestibles, mais certains une seule fois.

02 avril 2017 à 17:24:27
Réponse #19

Chill


On a abordé le sujet, et j'avais contribué ici :



et là :



Ce ne sont pas les modèles les mieux adaptés, mais en situation 2KK ça peut le faire un certain temps. Sinon cela peut être un bon firesteel, toujours tant qu'elle est chargée. Comme "PowerBank" pour recharger le smartphone, c'est un poil encombrant  ::)

Sans idée de ce qui la rechargerait, je n'ai pas de réponse plus précise ...

    Chill.
"'Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

02 avril 2017 à 18:24:07
Réponse #20

Zork


Merci Chill.

Je me permets de rebondir sur ton intervention pour compléter ma question.
Sans parler de fabrication durable et complexe, quel serait le minimum de matériel requis afin qu'un survivant puisse s'éclairer pour une nuit en récupérant une batterie de voiture ?


Tous les champignons sont comestibles, mais certains une seule fois.

02 avril 2017 à 19:09:59
Réponse #21

Chill


Il y a éclairer et éclairer.

Une batterie 12v-100Ah chargée à donf fournit environ 1200W et alimentera :
  • un plafonnier 3W pendant 1200/3 heures <=> 400h
  • une ampoule stop 21W pendant 1200/21 heures <=> environ 57h
  • un phare 55W pendant 1200/55 heures <=> moins de 22h
... en première approximation et sous réserve de fils courts, de fort diamètre et avec des connexions de qualité.

   Chill.
« Modifié: 02 avril 2017 à 19:46:20 par Chill »
"'Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

02 avril 2017 à 20:11:14
Réponse #22

Zork


C'est précis Chill je note l'info, mais pour le coup c'est moi qui ai manqué de précision.

On fait plus simple, je suis un survivant et je trouve sur une épave de voiture, une batterie.
Je l'emporte avec moi en prévision d'éclairer mon abri de fortune, puisque j'ai l'intention de m'y installer durant quelques jours.
Suite à mon exploration je décide de m'installer dans une ancienne maison abandonnée.
Je veux utiliser ma batterie comme source d'énergie pour alimenter une ancienne ampoule de plafonnier, mais il me manque du matériel afin d'y parvenir, lequel ?

Câbles, onduleur, transformateur, je n'en sais rien, et les pièces manquantes sont-elles facilement trouvables, sur place peut-être ?
Tous les champignons sont comestibles, mais certains une seule fois.

02 avril 2017 à 20:41:40
Réponse #23

Chill


Si l'ampoule "de plafonnier" que tu mentionnes est le luminaire du séjour, la réponse complète est incluse ici mais c'est AMHA la "mauvaise" solution pour la situation décrite.  :down:
Ce qui me semble la "bonne" marche à suivre, si la lumière du feu de camp, de la lampe Pigeon ou de la lampe à huile improvisée avec le carburant est insuffisante, serait de prélever sur l'épave du véhicule des éléments d'éclairage 12v (ampoule + support  :up: ) pour réaliser une installation "économe".
En effet, en plus de ne pas être d'usage courant (JdM  ;) ) les accessoires pour créer du 230v "secteur" à partir du 12v ont le plus souvent un rendement médiocre.
C'est en partie le thème des fils dont sont issues les illustrations de ma première réponse. Les as-tu relus ?  :glare:

   Chill.
« Modifié: 02 avril 2017 à 20:49:42 par Chill »
"'Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

03 avril 2017 à 18:18:52
Réponse #24

Zork


Lu oui,  :up:, mais il paraît qu'il n'y a pas de question bête...comment ça si ????

Tes explications complémentaires sont nettement plus claires pour moi. Bien entendu, la lumière du feu, ou celle proposée par une lampe à huile sont les meilleurs solutions, mais puisque je souhaite inclure la possibilité de crafter des objets de récupérations, j'ai préféré avoir un peu plus de détails.
Merci pour ton aide en tout cas c'est sympa.  :doubleup: :doubleup:
Tous les champignons sont comestibles, mais certains une seule fois.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité