Nos Partenaires

Auteur Sujet: Des mâles alpha et des questions  (Lu 3056 fois)

16 juin 2016 à 14:55:36
Lu 3056 fois

Lily


Salut,

J'ai besoin de vos conseils. J'ai changé de boulot et je forme et suis des gens qui sont en situation d'illettrisme. Ca va des gens qui ont oublié à quelques jeunes qui n'ont jamais appris. Voilà pour l'update aux anciens et pour poser le cadre.

Dans le cadre de mon boulot, on a en formation un jeune absolument gentil, pas très grand mais très costaud. Il a un réel problème de contrôle de lui-même quand il est en situation de stress. Par exemple, un des gars de la formation faisait son kéké en cours, ça l'a saoulé, il est venu nous en parler (ce qui est en soi un pas super positif) mais il tremblait de partout. On a bien vu que, sans le cadre de la formation, l'autre mec aurait méchamment mangé.

Le problème pour le jeune, c'est qu'il a le poing facile (et tout à fait efficace), qu'il traine moult condamnations pour violence et qu'il a du coup écopé de tôle ferme.

Je ne sais pas si on peut dire qu'il s'énerve quand il sort les poings. Plutôt qu'il faut qu'il fasse sortir d'une manière ou d'une autre la frustration qu'il a de pas pouvoir s'exprimer autrement.

Il me dit une fois qu'il ne cherche pas la m*rde, que les gars viennent le chercher. Je tilte, pense à quelques ours de ce forum, et lui explique que oui, je le crois. Mais qu'avec les biceps qu'il a, et toute cette impression de puissance qu'il dégage, ce sera TOUJOURS comme ça. Que c'est un mâle alpha et que tous les bêtas (dans tous les sens du terme) viendront lui chercher des noises même s'il est calé peinard au fond d'un bar à boire une bière.

Alors mes interrogations, c'est quoi lui dire ? J'ai abordé le problème sous deux angles. Le premier, c'est l'angle Spiderman : grands pouvoirs, grandes responsabilités. Mais ce n'est pas forcément facile à conceptualiser et à mettre en oeuvre. L'autre angle, c'est de lui faire prendre conscience que ses muscles, c'est presque un handicap, comme le fait de ne pas savoir lire, et que du coup, il faut qu'il suive une "formation" pour apprendre à gérer (l'idée étant d'éviter la formule "faut te faire suivre pas un psy").
Mais en pratique, qu'est-ce que je peux lui proposer ? Comment aborder mieux la question sans blesser (et sans se faire blesser accessoirement) ? Qu'est-ce qui fait tilt et qui peut faire changer quand on a que ses poings pour s'exprimer ?

Ce jeune est un cas particulier mais pas singulier, ces questions se posent régulièrement au boulot. Je manque de références, de pratique et d'idée pour me positionner efficacement et avec bienveillance vis-à-vis de ces jeunes.
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

16 juin 2016 à 16:36:57
Réponse #1

Draven


Pour le contrôle de lui même, j'aurais tendance a conseiller de faire un sport de combat.
Mais un truc très encadré, très " calme ", histoire qu'il se défoule tout en apprenant a respecter des limites bien précises.
Y'a aussi les sports a hautes montées d'adrénaline, ça va lui apprendre a se contrôler quand l'adrénaline coule a flot dans ses veines ( quand il tremble de partout ) ( boxe, saut en parachute, etc... ).


De la, " l'angle spiderman " va venir de lui même, il va apprendre a se maitriser et a maitriser sa force, tout en étant conscient de ses " pouvoirs ".

D’où l'adage " Seuls les guerriers sont pacifistes, les autres n'ont juste pas le choix ".
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

16 juin 2016 à 16:41:02
Réponse #2

Lily


Merci Draven  :)
Donc les tremblements, c'est l'adrénaline... Rétrospectivement ça me fait un peu flipper mais je comprends mieux pourquoi ce jeune me donne cette impression d'énergie incroyable.
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

16 juin 2016 à 16:57:17
Réponse #3

Draven


Bah j'suis pas médecin hein, mais en cas d'afflux massif d'adrénaline ça peux provoquer des tremblements.
Mais j'suis pas forcement le plus a même de te répondre, attends de voir ce que les autres vont te dire aussi, y'aura surement d'autres idées :p
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

16 juin 2016 à 17:20:29
Réponse #4

azur


C'est l'illustration parfaite d'un article que j'ai lu il y a quelques temps traitant précisément de illettrisme: les illettrés (à quelque degré que ce soit) ont plus de mal que les lettrés à mettre des mots sur leurs ressentis, leurs sensations, leurs sentiments... ils ont donc beaucoup de mal à les EXprimer verbalement.
Or, le problème, c'est qu'il faut que ça sorte! Et quand ça ne peut pas sortir verbalement, ça sort autrement. Ceci doit donc s'ajouter à la montée d'adrénaline.
L'autre aspect de l’illettrisme dans ton cas, c'est qu'ayant du mal à s'exprimer et à manier le langage, l'intéressé a peu d'outils pour désamorcer un conflit, désamorçage qui passe le plus souvent par une discussion.

Comme draven, je pense que la pratique d'un sport de combat va lui apprendre à maitriser physiquement et physiologiquement ses émotions et à gérer son stress, mais je reste convaincu que l'apprentissage de la lecture et la fréquentation de personne "cultivées" lui feront percevoir que le rapport de force et l'affrontement ne sont pas inéluctables.

Parallèlement, je pense qu'il faut lui apprendre à ne pas craindre l'affrontement et l'usage de la force qui peuvent s'avérer nécessaire tant que cette force est maitrisée... mais pour maitriser sa force, il faut aussi entrer dans des notions subtiles comme la légitime défense (d'un point de vue moral autant que légal) qui sont difficiles à appréhender lorsqu'on dispose d'un vocabulaire limité.

C'est l'illustration parfaite que illettrisme et l'inculture conduisent à la barbarie.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

16 juin 2016 à 17:26:18
Réponse #5

Kilbith


Merci Draven  :)
Donc les tremblements, c'est l'adrénaline... Rétrospectivement ça me fait un peu flipper mais je comprends mieux pourquoi ce jeune me donne cette impression d'énergie incroyable.

C'est typique de l'excitation du combat quand le gout du sang te viens en bouche...on y prend vite gout.

Pâleur du visage, les pupilles rétrécissent, parfois rictus, les mains sont compulsives, les mots deviennent hachés,  les mouvements saccadés, déplacement pointes des pieds, fixation du regard... tremblement.

Si le type est de bonne foi (plein de gens se posent assez facilement en victime pour rationaliser leurs actes) il peut chercher un palliatif dans la dépense physique (conseil déjà donné ci-dessus) mais aussi (et surtout) gagner en confiance en soi pour ne pas se sentir "agressé" par des futilités.

Le fait d'apprendre à lire et à écrire va à la fois améliorer sa confiance en soi et lui donner les moyens de s'exprimer efficacement (l'illettrisme selon mon expérience est souvent lié à un déficit de vocabulaire et de verbalisation) sans obligatoirement que ce soit de façon physique.

Belle mission que tu as là.
« Modifié: 16 juin 2016 à 17:35:13 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

16 juin 2016 à 17:45:50
Réponse #6

Bomby


Salut,

J'ai besoin de vos conseils. J'ai changé de boulot et je forme et suis des gens qui sont en situation d'illettrisme. Ca va des gens qui ont oublié à quelques jeunes qui n'ont jamais appris. Voilà pour l'update aux anciens et pour poser le cadre.

Dans le cadre de mon boulot, on a en formation un jeune absolument gentil, pas très grand mais très costaud. Il a un réel problème de contrôle de lui-même quand il est en situation de stress. Par exemple, un des gars de la formation faisait son kéké en cours, ça l'a saoulé, il est venu nous en parler (ce qui est en soi un pas super positif) mais il tremblait de partout. On a bien vu que, sans le cadre de la formation, l'autre mec aurait méchamment mangé.

Le problème pour le jeune, c'est qu'il a le poing facile (et tout à fait efficace), qu'il traine moult condamnations pour violence et qu'il a du coup écopé de tôle ferme.

Je ne sais pas si on peut dire qu'il s'énerve quand il sort les poings. Plutôt qu'il faut qu'il fasse sortir d'une manière ou d'une autre la frustration qu'il a de pas pouvoir s'exprimer autrement.

Il me dit une fois qu'il ne cherche pas la m*rde, que les gars viennent le chercher. Je tilte, pense à quelques ours de ce forum, et lui explique que oui, je le crois. Mais qu'avec les biceps qu'il a, et toute cette impression de puissance qu'il dégage, ce sera TOUJOURS comme ça. Que c'est un mâle alpha et que tous les bêtas (dans tous les sens du terme) viendront lui chercher des noises même s'il est calé peinard au fond d'un bar à boire une bière.

Alors mes interrogations, c'est quoi lui dire ? J'ai abordé le problème sous deux angles. Le premier, c'est l'angle Spiderman : grands pouvoirs, grandes responsabilités. Mais ce n'est pas forcément facile à conceptualiser et à mettre en oeuvre. L'autre angle, c'est de lui faire prendre conscience que ses muscles, c'est presque un handicap, comme le fait de ne pas savoir lire, et que du coup, il faut qu'il suive une "formation" pour apprendre à gérer (l'idée étant d'éviter la formule "faut te faire suivre pas un psy").
Mais en pratique, qu'est-ce que je peux lui proposer ? Comment aborder mieux la question sans blesser (et sans se faire blesser accessoirement) ? Qu'est-ce qui fait tilt et qui peut faire changer quand on a que ses poings pour s'exprimer ?

Ce jeune est un cas particulier mais pas singulier, ces questions se posent régulièrement au boulot. Je manque de références, de pratique et d'idée pour me positionner efficacement et avec bienveillance vis-à-vis de ces jeunes.

Salut Lily,

intéressante problématique, mais je ne suis pas sûr qu'il soit correct de poser la question en termes de mâles alpha, bêta, ou quelque lettre de l'alphabet grec que ce soit...

Comme ça, à chaud et sans plus y réfléchir, le cas de ton élève me ferait plus penser à la thèse selon laquelle, faute de pouvoir communiquer par l'écrit ou le verbe, on en est réduit dans les tensions à communiquer par la violence (agir contre l'illettrisme comme tu le fais étant donc d'un bénéfice considérable).

Il a un bon fond mais ne se contrôle pas et a du mal à gérer la tension, dis-tu... Ce n'est pas vraiment le profil d'un mâle alpha, quelle que soit la taille de ses muscles. Et, paradoxalement,c'est peut-être précisément parce qu'il ne dégage pas l'image bien assurée et confiante d'un mâle alpha, mais qu'il peut représenter compte tenu de son gabarit apparent une cible de valeur pour la réputation de divers mal intentionnés qu'il est souvent en proie à des ennuis. Il est possible qu'il y ait une forme de dissonance perceptible entre l'impression de puissance qu'il te donne et l'image de manque d'assurance qu'il pourrait dégager en certaines circonstances et lieux.

En fait, je comprends qu'il soit fort délicat de paraître lui dire "faut te faire suivre par un psy". Mais pour autant cette piste n'est certainement pas à exclure. Je ne suis pas spécialiste et peux naturellement me tromper mais, dans le cas que tu décris en tout cas, le besoin de parler, ou plutôt d'être écouté, me semble plus important que celui d'être canalisé par telle ou telle activité consommatrice d'adrénaline...

Cordialement,

Bomby

PS : Croisé avec Azur et Kilbith, qui vont en grande partie dans le même sens...

16 juin 2016 à 18:20:57
Réponse #7

raphael


il doit bien exister des livres de témoignages de "grosses brutes" devenu des sages avec l'age. Comme cela tu fais d'une pierre deux coups : apprentissage de la lecture et découverte de parcours de vie.

d'ailleurs il me semble que sur le forum il y a eu un ptit jeune bagarreur qui est revenu témoigner de son évolution favorable dans la vie
« Modifié: 16 juin 2016 à 21:05:04 par raphael »
Se connaitre et s'accepter


16 juin 2016 à 19:37:22
Réponse #8

Jan Kenpon


Pour un livre sur une grosse brute est devenue sage, je pourrais te conseiller "la pierre et le sabre" d'Eiji Yoshikawa, un roman sur la vie de Musashi... Mais clairement, si il débute dans la lecture, le pavé va le rebuter (sans compter avec les mots Japonais).

Et je suis d'accord avec les autres, si on ne peut pas s'exprimer correctement par la parole, on l'exprime par les gestes.

En tout cas ça fait plaisir de voir des personnes investie comme toi! J'espère que ton "élève" parviendra à s'épanouir dans la lecture et canaliser sa colère.

16 juin 2016 à 20:27:45
Réponse #9

danseenslipsouslalune


Salut,

J'ajouterais que s'il a fait cette démarche, c'est qu'il n'est pas forcément idiot, et a une certaine lucidité...
Lucidité qui doit du coup lui faire prendre conscience de son illettrisme et lui donner un sentiment d'infériorité "sociale", et générer une certaine frustration, colère, sentiment d'injustice, etc... bref, tout un tas de sentiments négatifs qui font vite bouillir la marmite.
Mais ta bienveillance lui apportera beaucoup et lui sera sûrement une précieuse source d'inspiration pour suivre les conseils que tu recevras ici.
Il se sentira considéré, par quelqu'un de bienveillant et intelligent, et comme l'exemplarité est le meilleur des enseignants, ne sous-estime pas tout ce que tu pourras lui apporter par rapport à ça et à tes attentions envers lui.

Bon courage  :doubleup:

Dav-
Il vaut mieux être un guerrier au milieu d'un jardin, qu'un jardinier au milieu d'une guerre...

16 juin 2016 à 20:47:50
Réponse #10

Leif


le but de ta formation c est quoi?

apprendre a lire, écrire etc...  ou ne plus frapper.

juste pour comprendre :

c est comme si tu disais je forme des gens en cuisine , il y en a un qui est très mal habille comment faire? ;)

16 juin 2016 à 21:12:04
Réponse #11

Lily


Merci les gars, j'ai pas mal de choses à en dire, il faut que je prenne le temps de synthétiser :-)
@ Leif : le but de la formation, c'est la lutte contre l'illettrisme. Mais
1/de manière évidente, en tôle, il va y avoir une légère suspension du processus (même si des gens comme le Gisti font des trucs formidables). Du coup, ce serait bien qu'il ne frappe plus :-) La lutte contre l'illettrisme, ça va avec tout un processus de socialisation, d'apprentissage de règles de savoir-être, etc. Se maîtriser, c'est une grosse règle.
2/ j'aimerais comprendre le processus qui conduit à frapper parce que, aussi, au bureau, on est deux nanas. Lui, il est gentil et je crois qu'il n'a jamais frappé que des hommes (youpi !) mais certains sont parfois plus inquiétants. Du coup, comprendre, avoir des billes pour réfléchir de mon côté, ça me permet (à mon sens) de mieux l'orienter et, de manière indirecte (mais pas négligeable !) d'éviter peut-être des situations pourries pour ma collègue et moi.
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

16 juin 2016 à 22:33:36
Réponse #12

fabien8242


Bonsoir,

2/ j'aimerais comprendre le processus qui conduit à frapper

ça, ça va dépendre de pleins de trucs, et notamment psy...
s'il n'a jamais appris à lire et écrire, étant enfant, c'est que les soucis ont commencé très tôt pour lui.
il y a beaucoup de pistes, en théorie. Après, seul le fait de connaître son parcours à lui t'aidera à comprendre pourquoi, lui, il tape. C'est au cas par cas. Mais ça, ça se fait en général dans un lieu de soin.

En termes de références bibliographiques, tu peux aller voir du côté de Maurice Berger, qui est médecin pédopsychiatre, et qui est une référence en la matière. Il a écrit plusieurs ouvrages (les derniers surtout) autour de la violence chez les enfants.

Vu que tu ne connais ni leur parcours de vie, ni leurs éventuels troubles psychiatriques, je te conseillerai de garder un oeil sur eux.
La relation d'aide, c'est un peu comme si t'étais sur une voie d'escalade :
Tu ne peux pas donner tes deux mains pour aider quelqu'un, sinon tu tombes.
Par contre, si tu ne donnes rien, c'est l'autre qui tombe.
Tu ne peux tendre qu'une seule main pour aider l'autre, tout en gardant ton autre main bien accrochée à la paroi.  ;)

vous pouvez, avec ta collègue, vous mettre d'accord sur un "code".
"Si je t'appelle pour te demander une boite de crayon, c'est que ça commence à aller mal ici"
ça peut être un sms prédéfini dans ton portable aussi, et elle débarques dans la seconde pour proposer une pause café... ou te venir en aide au cas où.
ce sont des idées en vrac mais à toi de trouver en fonction de ton lieu de travail.
mieux vaut anticiper et ne pas trop laisser monter ni l'angoisse, ni l'excitation... 

Perso j'utilises un code quand je vais chez des gens chez qui je m'ennuie. Je demande à ma copine si "elle n'aurait pas vu mon portable par hasard" (code). Ce à quoi elle doit répondre "dans la chambre" ou "dans la voiture", en tout cas un endroit très loin pour que je puisse aller faire un tour !! ça marche pas mal et ça reste discret !!  ;#

"une main tendue vers l'autre, l'autre pour toi".
 
FAB
"l'humour, c'est comme les essuies-glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer"

16 juin 2016 à 22:41:14
Réponse #13

azur


2/ j'aimerais comprendre le processus qui conduit à frapper parce que, aussi, au bureau, on est deux nanas. Lui, il est gentil et je crois qu'il n'a jamais frappé que des hommes (youpi !) mais certains sont parfois plus inquiétants. Du coup, comprendre, avoir des billes pour réfléchir de mon côté, ça me permet (à mon sens) de mieux l'orienter et, de manière indirecte (mais pas négligeable !) d'éviter peut-être des situations pourries pour ma collègue et moi.
Illettré et sans grande éducation, l'être humain retrouve des comportements quasi-animaux, donc avec le plus souvent (mais ça n'est pas une règle absolue), des phénomènes comparable à ce qu'on retrouve dans la nature.
Or, basiquement, le monde mâle tourne autour du rapport de force... ce que les femmes détestent le plus souvent et surnomment "le combat de coq" ou le "concours de grosse b***".
Les mâles humains éduqués seront tentés de se mettre à leur avantage en matière de compétence, de connaissance, de gain de pognon ou que sais-je... sans éducation, il aura tout simplement envie de foutre sur la gueule du contestataire potentiel pour montrer qu'il est le plus fort/dominant/alpha

La probabilité qu'ils s'en prennent à une femme est donc moindre, puisqu'il ne verra pas forcément en elle une concurrence à son autorité. En contrepartie, méfiance avec ceux qui deviendraient trop pressants, ils pourraient réagir violemment en étant éconduits.

Dans le cas que tu cites, tu aurais plutôt affaire à un mâle "protecteur" avec les femmes...
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

16 juin 2016 à 23:05:23
Réponse #14

Leif



Citer
Alors mes interrogations, c'est quoi lui dire ?

il ne te pose pas de questions mais tu veux quand meme lui parler

Citer
J'ai abordé le problème sous deux angles. Le premier, c'est l'angle Spiderman : grands pouvoirs, grandes responsabilités. Mais ce n'est pas forcément facile à conceptualiser et à mettre en oeuvre.

il cherche sa place et tu lui proposes spiderman


Citer
L'autre angle, c'est de lui faire prendre conscience que ses muscles, c'est presque un handicap,

si il a fait de la prison pour violence ceux qui ont ete frappe doivent aussi penser que ses muscles sont un handicap

Citer
comme le fait de ne pas savoir lire, et que du coup, il faut qu'il suive une "formation" pour apprendre à gérer (l'idée étant d'éviter la formule "faut te faire suivre pas un psy").

je vois vraiment pas de rapport entre la violence et le fait de savoir lire

Citer
Mais en pratique, qu'est-ce que je peux lui proposer ?

devenir champion de boxe , quitte a savoir frapper autant gagner des sous

Citer
Comment aborder mieux la question sans blesser (et sans se faire blesser accessoirement) ?

mais qu elle question?

Citer
Qu'est-ce qui fait tilt et qui peut faire changer quand on a que ses poings pour s'exprimer ?

y a pleins d autres choses pour s exprimer quand on est violent, c est juste un manque d imagination.


la question avec ça pour moi(on ne se connait pas lily)

tu repondrais quoi si il te dit:"que va tu faire si j essaye d éclater ta tête par terre, me lire le code penal?
« Modifié: 17 juin 2016 à 09:00:11 par guillaume »

17 juin 2016 à 12:03:00
Réponse #15

Claude Ponthieu


Bien des raisonnements sont faussés par nos propres expériences ou projections.

Dire que l’illettrisme est l'illustration qui conduit à la barbarie est largement abusif — bien des individus lettrés ont été au-delà de la barbarie.
L’humanité est loin d’être acquise par le genre humain.

Sans rentrer dans des détails inutiles, dans certains cas, la violence physique sans passage à l’acte peut être contre productive pour la prise de conscience de celui qui devrait la subir, et peut être plus destructive pour l’émetteur — Le non passage à l’acte peut se transformer en un véritable poison.
La violence verbale est trop souvent occultée, et pourtant elle est bien plus pernicieuse…
La violence c’est aussi autre chose que de l’énergie mal canalisée.

Nos règles sociétales sont imposées par les plus forts (faibles), lettrés ou illétrés et non par l’éthique. ;#

Les réflexions de Leif ont le mérite d’être simples, pragmatiques, …


il doit bien exister des livres de témoignages de "grosses brutes" devenu des sages avec l'age.
La vie de Milarepa est un bon exemple d’un individu brute de forme qui atteint l’accomplissement par un long travail d’affinements successifs.

Pour ceux qui aident les autres, la lecture du Manuel d'Épictète est assez instructive.

Lily, c’est seulement en ”apprivoisant” (au sens du Petit Prince) le-dit individu que tu auras les réponses recherchées — nous sommes tous uniques. ;)

Souvent une activité manuelle adaptée à l’individu, est une clef pour ouvrir une porte de sortie à ce cycle infernal.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

22 juin 2016 à 11:51:12
Réponse #16

Lily


Salut à tous,

Merci pour vos contributions. Pas de réponses toutes faites (et heureusement !) mais ça m’a permis de décentrer un peu mon point de vue et de le mettre en perspective. Nouveaux outils pour réfléchir, quoi.
Ok pour revoir le lien entre manque de vocabulaire et violence. C’est pas un lien nécessaire mais plutôt un facteur aggravant (éventuellement explicatif mais évidemment pas atténuant).

Pour ce qui est du positionnement en mâle alpha ou pas, merci Bomby pour ta contribution. Tu as certainement raison. En le revoyant, d’ailleurs, ce que tu disais sur la dissonance a fait beaucoup de sens. Dans le même sens, l’idée qu’il se sente « indigné » m’a bien aidé lors de notre dernière conversation.

Leif, pour ce qui est du but de la formation et du fait que je tente de répondre à des questions que mon gars ne me pose pas : oui, c’est de la lutte contre l’illettrisme donc des cours de français/maths. Mais c'est fait par un centre social. Ce qui veut dire qu’on ne peut pas ne pas prendre en compte toute la personne. On accueille les gens avec leur manque en lecture ou écriture, mais tu conviendras avec moi que ce n’est pas comme faire une formation en anglais pour passer le TOEIC. Tout le monde arrive dans ces cours avec un bagage parfois lourd. Donc on prend tout. Le fait même qu’il soit venu chez nous fait que je peux légitimement considérer qu’il nous interroge sur sa violence et veut des réponses. Savoir lire et écrire, ce n’est pas juste une compétence, c’est tout un processus de socialisation (dans notre société en tout cas). Donc oui, je réponds (comme je peux, je débute) à des questions mal/pas formulées. Mais c’est mon boulot. Comme aider à remplir des papiers, à s’actualiser à Pôle Emploi, lire et expliquer des courriers. Ca devrait pas, mais c’est comme ça.
Et pour finir Leif (parce que ça m’a un peu heurtée, autant le dire), je ne justifie rien et je pense qu’il a mérité ses mois de tôle. Mais il a le droit d’être accompagné, et j’ai le droit de tenter de trouver des outils pour mieux comprendre et travailler des protocoles.

Je pense effectivement, Azur, que, comme femmes, on ne risque pas grand-chose avec ce gars là en particulier. C’est plus délicat avec d’autres, pour qui taper sur leur gonzesse est plus commun. On reste attentives, donc. Ma collègue a des qualités de désescalade que je n’ai pas. Je parais facilement sèche et cassante, ça ne m’aide pas  :-\

Bref, merci à vous tous. C’est enrichissant comme toujours.
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

22 juin 2016 à 17:52:54
Réponse #17

DavidManise


J'arrive un peu tard, mais ça me semble être typiquement un mec jeune, agressif et plein d'énergie guerrière qui essaie de rentrer dans le moule d'une société trop non-violente pour lui... 

Le problème ici, pour moi, c'est que c'est lui qui a un problème.  En fait il est "juste" en train de communiquer différemment (et ça fait peur, tout ça)...  et que dans cette société ça lui attire des ennuis.  Alors qu'en temps de guerre ça serait peut être bien juste un héros. 

"Un canon n'est rien d'autre qu'un truc qui oriente une explosion."
- Tyler Durden ;)

Bref...  revenons à la question initiale qui est, en fait, "comment faire pour qu'il cogne moins ou à meilleur escient".  Pour le coup, si c'est ce qu'il souhaite :

- calmer la bécane avec du sport, et des moyens de s'exprimer physiquement ;
- calmer les émotions ensuite en favorisant l'estime de soi et en renforçant ses compétences en communication ;
- le mettre à une méthode de pleine conscience active quelconque (pas un truc trop zen, plutôt pleine conscience de ses muscles au travail et de sa respiration pendant le sport, je dirais) ;

Tchuss ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

26 juin 2016 à 10:58:41
Réponse #18

Leif


http://richarddimitri.com/

Fouille au max sur ce personnage rich, il a une vision tres interessante sur l ego et les conflits que cela provoque.

le fait que l on se concentre sur soi en premier pour voir le monde , au lieu de son ensemble complet.

paix et amour

19 septembre 2016 à 01:31:14
Réponse #19

Tong


c'est un vieux machin mais
l'amalgame illettrisme pauvreté du vocabulaire (et du savoir vivre, communiquer) me fait bondir
c'est pas parce qu'on a à apprendre à écrire dans une langue qu'on maitrise pas les autres (autre langue, français, langue étrangère, langage des corps, etc)
et justement, les gens qui n'ont pas appris à lire (le français) ont souvent appris d'autres choses. ça m'a éblouie plus d'une fois, notamment lire leur environnement immédiat avec bien plus de précision.

ensuite, ce gars, tremblant, il a peur.
faut plutôt qu'il se calme en se rassurant
qu'il est pas acculé par un plus fort que lui, ou dans un schéma de dominant dominé (là, devant la maitresse, tous égaux)
les gars bourrés de muscles, sont tout de même d'anciens petits qui ont du emmagasiner des tonnes de sévices, coups quand ils étaient impuissants de la part de leurs plus grands et ça laisse toutes les traces de traumatismes...peur action ou peur inhibition, ou les deux
faut pas oublier la peur



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité