Nos Partenaires

Auteur Sujet: Constituer ma trousse de premiers soins  (Lu 25480 fois)

28 mai 2010 à 16:32:29
Réponse #75

Stephane


Un petit truc pour faire une pression très localisée et avoir les mains libres: tu places un carré de gaze épaisse sur la plaie, un caillou propre (environ la taille de la plaie) et ensuite tu enveloppes avec de la gaze en rouleau. La pierre appliquera la pression de facon importante sur la plaie et remplacera la main dans bien des cas.
Stephane Deshaies
Estrie, Quebec

Pour conserver la même opinion en politique, il faut souvent changer de parti!

31 mai 2010 à 00:04:19
Réponse #76

Baptiste


Pas besoin de caillou... Cela s'appelle un pansement compressif...
La vie est étrange parfois, on ne veut pas partir loin de ceux que l'on aime mais on ne veux pas non plus revenir en laissant ceux que l'on a appris à aimer...   Moi

31 mai 2010 à 22:58:30
Réponse #77

Jérôme A


 Dans le style Je sais pas ca  peut servir :
Lors d'un pti bobo au doigt , tu t'enfile sur ton bobo préalablement soignée,"pansementé" ,  1 doigt d'un gant stérile que t'as coupé et que
tu  maintiens  avec du sparadrah et te voila proteger de l'humidité et des saletées jusqu'a des soins  + sérieux ... ;) ;)
Technique de boucher (un vrai pas un chirurgien ratée) du 86
 ;) ;)
Si vous vous sentez impuissant...
Aidez quelqu'un .

07 septembre 2012 à 13:26:19
Réponse #78

jacqueline


Je viens de recevoir mes trousses de secours de chez YLEA.

 - La boite plastique pourrait devenir le Kit vélo

 - La trousse moyenne 22  x 15 X 8   pour les premiers soins.

-  La petite trousse pour les médocs (aspegic, charbon actif, paracetamol ) pas de tramadol on en avait parlé.  ^-^

 Les deux trousses passeront de  la sacoche vélo au sac de rando.

 Quand au contenu des trousses Yléa, c'est pas cher , mais c'est pas terrible  comme qualité, que ce soit les bandes, ou le sparadrap.

 J 'ai pu y glisser mon spray de Biseptine ( assez volumineux 100 ml , j'ai gardé quelques  serviettes  antiseptiques, et des petits pansements adhésifs ), un  rouleau de sparadrap digne de ce nom, et une vraie bande capable de soulager une entorse.

Rajouté une dizaine de fioles de  sérum Phy  (manque une glace pour s'enlever une poussière dans l’œil) et le Tire-Tic ( façon pied de biche ) et des grandes compresses en plus ( je dois en avoir trois boites de 100  chez moi ) puisque ça sert aussi à nettoyer.


Et rajouté quelques pansements Gentle Border Lite qui me restaient http://wound.smith-nephew.com/fr/Product.asp?NodeId=3444 qui conviennent mieux à certains types de plaies.

 Manque les Compiz et le fil et l'aiguille pour les ampoules.


 Ne rentrent pas : le pansement compressif , acheté en plus , ainsi qu 'un bloc de froid.. ( je crois que ça va rester à la maison , avant j'avais rien selon : c'est grave  =>  besoin de rien , c'est pas grave =>  besoin de rien non plus  ;D )

 Les  bandes de gaze de Yléa  ça ira bien pour le chien vu que le sparadrap dans la fourrure.. :blink:

 Testé les ciseaux :  ouf ça coupe .

 Le masque bouche à bouche + gants dans une pochette porte clé  restera accroché à l'extérieur de la la sacoche vélo.

 J 'attends   toujours  la livraison pour le kit chien et le kit vélo.

Ca fait plaisir de voir  un sac bien rangé.
 
« Modifié: 07 septembre 2012 à 13:35:41 par jacqueline »

29 septembre 2012 à 11:29:50
Réponse #79

jacqueline


Hello !

Je ressors de l'hosto, pour un abcès  à l'intérieur de la cuisse du à une irritation. Le toubib a jugé qu 'il fallait l'inciser, donc urgences où j'ai poireauté 24 h à jeun , pas assez vital pour passer avant les autres. Puis finalement il se résorbe donc pas d'opé, soins par antibiotiques..

 Inévitablement je me suis posée la question : comment ça se passerait en situation de chaos, et éloignée d'un hôpital ou d'un médecin.

Cette expérience m'a montré qu 'il fallait compléter la trousse de secours, tout au moins celle de la maison. Bétadine jaune et rouge, pansements et sparadrap ( il en faut un paquet ). Je pense que la bétadine a été plus efficace que le spray de biseptine. J 'ai une boite de paracétamol 1 gr , en rabe, plus pratique à absorber dans la nature que les sachets de poudre d'aspégic.

 L'autre conclusion  est de prendre un "cycliste " lycra ( façon Agassi ) pour éviter les frottements et irritations lors de longues marches ( ou longs parcours en vélo ).  Les irritations ça ne prévient pas et c'est vite pénible et handicapant.

 Reste la question des antibiotiques, s'il en reste ( date expiration 04/2015 ) . Normalement à ne pas prendre sans prescription médicale. C 'est oki en situation normale.. sinon  vu l'attente qu 'on pourrait subir ???
 C 'est amoxicilline et et acide clavulanique.

29 septembre 2012 à 15:35:59
Réponse #80

Merlin06


D'après Loïc Cadiou(260 fiches pratiques du sauveteur en mission, estem), la biseptine est d'une efficacité limitée en plus d'être peu pratique, il favorise clairement l'usage de la bétadine.
L'âme sûre ruse mal. ;)

29 septembre 2012 à 18:04:58
Réponse #81

jacqueline


D'après Loïc Cadiou(260 fiches pratiques du sauveteur en mission, estem), la biseptine est d'une efficacité limitée en plus d'être peu pratique, il favorise clairement l'usage de la bétadine.

 Oui j'avais lu ça sur le forum, regrettant d'avoir acheté la veille  deux sprays de biseptine.

 Voilà  je viens d'acheter de la  bétadine pour la trousse, c'est moins cher en plus.

 Enfin c'était la première fois que je prenais une douche et que je me faisais un shampoing  à la bétadine ( la rouge ), une exigence de l’hôpital, pour lutter contre les maladies nosocomiales, je suppose.

30 janvier 2013 à 02:39:47
Réponse #82

EspressoFrog


Sinon en complément de la betadine ou voir substitut au pire il y a toujours le sac de permanganate de potassium qui ne prend aucune place (j'en ai dans mon porte feuille) et pour les strepto et staphs de la fucidine vu qu'on ne trouve pas du "neosporin triple antibiotic" ici. 

18 décembre 2017 à 21:22:50
Réponse #83

Matagot


Je déterre ce post parce que je souhaite améliorer ma trousse de secours actuelle. J'ai fait une recherche sans succès sur le forum. Donc ma question s’adresse aux médecins et infirmiers ici présents.

David parle ici (http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,6753.msg126839.html#msg126839) d'emporter un antalgique puissant à condition d’avoir un médecin « ouvert d’esprit ». Lequel prendre pour limiter l’effet incapacitant d’une vive douleur en randonnée, donc loin de tout ?

On ma récemment prescrit (pour autre chose) du Codoliprane et de la Lamaline. Ce ne sont pas des produits anodins. Conseilleriez-vous l’un et/ou l’autre de ces deux antidouleurs pour l’usage que j’ai évoqué (en connaissant leurs effets indésirables) ?

D’avance merci pour votre aide.

18 décembre 2017 à 22:10:49
Réponse #84

olivetree


Etant un anxieux de nature qui ronge son frein lorsqu'il a affaire des gens  >:( Je me crispe au point d'être si tendu que j'ai des douleurs cervicale atroce. Mon médecin me prescris du Klipal et il m'a conseillé ibuprofène plutôt que le paracétamol parce que l'ibuprofène a des propriétés anti inflammatoire. J'ai 2 cachetons de chaque dans la trousse de secours. Ca laisse le temps aux secours d'arrivé ou de soi même arriver aux secours.

18 décembre 2017 à 22:32:12
Réponse #85

Arnaud


A mon avis, de non médecin mais que je vais donner quand même ;)

Dans un premier temps c'est pas mal de connaitre sa tolérance à la douleur et ses "ressources personnelle" pour la gérer : "les antalgiques c'est pas obligatoire". Dans certaines circonstances, je préfère écouter les signaux d'alarmes et les sentir évoluer plutôt que de les étouffer.

Dans un deuxième temps, c'est mieux d'essayer avant d'en avoir vraiment besoin les trucs que t'as dans ta trousse : ressentir les effets sur soi-même, en particulier t'as pas envie de découvrir une allergie ou un effet secondaire gênant alors que t'as déjà la douleur à gérer...

Ceci étant dit... d'après mon expérience, j'ai pas trouvé que la Lamaline avait un effet plus important que le paracétamol qui est son principe actif principal. Le Codoliprane c'est un peu plus puissant (20mg de codéine) mais c'est encore principalement du paracétamol et donc attention au surdosage en conjuguant Lamaline et Codoliprane avec potentiellement une prise de Paracétamol au préalable.

L'ibuprofène c'est pas mal pour gérer une articulation qui déconne mais l'effet anti-douleur est pas terrible je trouve pas contre ça permet d'alterner avec les trucs à base de paracétamol.

Le Klipal c'est beaucoup plus puissant (paracétamol encore + 50mg de codéine) mais perso j'ai un mauvais feeling avec la codéine, tu sens que c'est le truc qui peux te rendre accro en moins de deux.

Si t'as vraiment un gros bobo, je te conseille le Tramadol qui est l'antalgique de Niveau II le plus efficace et je trouve le plus facile à doser (après c'est la pompe à morphine...) mais ATTENTION pas mal de gens le supporte pas et/ou ont des effets indésirables "problématiques" d'où l’intérêt d'expérimenter avant.
« Modifié: 18 décembre 2017 à 22:47:06 par Arnaud »
« Everybody has a plan until they get punched in the mouth.»

18 décembre 2017 à 22:51:12
Réponse #86

Lily


Je déterre ce post parce que je souhaite améliorer ma trousse de secours actuelle. J'ai fait une recherche sans succès sur le forum. Donc ma question s’adresse aux médecins et infirmiers ici présents.

David parle ici (http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,6753.msg126839.html#msg126839) d'emporter un antalgique puissant à condition d’avoir un médecin « ouvert d’esprit ». Lequel prendre pour limiter l’effet incapacitant d’une vive douleur en randonnée, donc loin de tout ?

On ma récemment prescrit (pour autre chose) du Codoliprane et de la Lamaline. Ce ne sont pas des produits anodins. Conseilleriez-vous l’un et/ou l’autre de ces deux antidouleurs pour l’usage que j’ai évoqué (en connaissant leurs effets indésirables) ?

D’avance merci pour votre aide.

Salut,
Tu as dans la suite du post de David dont tu parles des avis de médecins, comme celui de Cubitus. Et il est plutôt réfractaire aux antalgiques trop puissants. Le rapport bénéfice/risque n'est pas forcément positif. Il y a en page 2 un très intéressant post d'Anke.
Pour la faire courte, si tu as mal au point de ne plus pouvoir avancer, ton meilleur antalgique, c'est ton téléphone et le 112. Si tu prévois d'aller dans des zones pas couvertes par le téléphone (et on est quand même rarement "loin de tout" en France) ou dans des pays qui craignent, il faudra bien passer par un médecin pour mettre en place un protocole qui t'est adapté, non ?

#Arnaud : Moi non plus je suis pas médecin. Mais lire un avis, perso certes, mais publié, sur un médicament, qui inclut le mot "feeling", ça me gratte.
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

18 décembre 2017 à 22:55:04
Réponse #87

Arnaud


C'est un avis personnel et c'est donc mon sentiment mais si tu cherches bien tu trouveras des études qui vont dans ce sens.
« Everybody has a plan until they get punched in the mouth.»

18 décembre 2017 à 22:59:04
Réponse #88

Lily


Oui, sérieusement... comme tu dis, c'est un avis personnel.

Je modifiais en même temps que tu répondais parce que je trouvais que tu ne méritais pas ça. Mais un avis personnel n'est plus personnel quand il est publié. Il va être lu par des gamins qui n'ont ni ton expérience ni ta distance sur les pratiques. Tu es assez au courant je me doute de la manie des listes à la con que font à peu près tous les débutants pour ne pas les encourager dans cette voie.
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

18 décembre 2017 à 23:11:15
Réponse #89

Arnaud


Je fais des efforts mais je ne comprends pas ta dernière phrase, même si je comprends que tu aurais manifestement préférer que je ne poste pas mais là encore, je ne comprends pas ou est le problème.
« Everybody has a plan until they get punched in the mouth.»

18 décembre 2017 à 23:12:00
Réponse #90

fry


La codeine comme le tramadol sont des médicaments opioïdes agissant par l'intermédiaire du métabolisme de la personne qui les consomme.

Cela veut dire que contrairement à la prise de morphine (si on donne 3mg de morphine à 10 personnes différentes, elles auront toutes reçues la même dose de morphine), la prise de l'un de ces médicament n'induit pas du tout la même imprégnation médicamenteuse en fonction du métabolisme de chacun.

Un très faible répondeur (ayant une activité de conversion enzymatique de ces produits très basse) ressentira les effets d'un simple paracétamol ou à peine plus. Un très fort métaboliseur (de l'ordre de 5% de la population) recevra en revanche l'équivalent d'une dose conséquente de morphine, avec tous les effets annexes (vertiges, nausées, danger pour la conduite automobile, etc...) sur une simple dose de codeine classique ne s'écartant pas de la prescription du médecin.

Le principal problème de ces paliers 2 est le caractère totalement aléatoire de leur effet sur le patient. Chez quelqu'un qui se connaît bien dans l'utilisation de ce médicament (qui en a eu une expérience prolongée et chez qui c'est efficace et sans trop d'effets secondaires), ces molécules peuvent rendre service. Mais "au cas où" chez quelqu'un qui n'en a jamais pris et ne sait pas comment il le vivra (le métabolisme n'est pas prévisible et est individuel à chaque personne), ce sont des médicaments à éviter, surtout en situation de survie.


18 décembre 2017 à 23:36:50
Réponse #91

Arnaud


Fry a donné l'avis du Médecin et c'est celui qu'il faut suivre mais ces molécules peuvent te permettre de marcher sans te tordre de douleur alors que tu as quelques os pétés. Ce qui a mon avis en fait des molécules à apprendre à connaitre pour les situations ou tu as une pharmacie à disposition, pour les situations de survie, tu sers les dents.
« Everybody has a plan until they get punched in the mouth.»

19 décembre 2017 à 07:56:23
Réponse #92

olivetree



L'ibuprofène c'est pas mal pour gérer une articulation qui déconne mais l'effet anti-douleur est pas terrible je trouve pas contre ça permet d'alterner avec les trucs à base de paracétamol.

Le Klipal c'est beaucoup plus puissant (paracétamol encore + 50mg de codéine) mais perso j'ai un mauvais feeling avec la codéine, tu sens que c'est le truc qui peux te rendre accro en moins de deux.

L'idée c'est d'avoir quelque chose en cas de forte douleur en attendant d'aller au secours ou que les secours arrivent à soi. De plus, je crois que l'idée est non pas de faire disparaitre la douleur mais de l'atténuer afin que cela soit supportable. On a pas tous le même seuil d'endurance pour la douleur.
2 cachets dans une trousse de secours, ce n'est pas ça qui fera de toi un junkie.
 

19 décembre 2017 à 14:35:40
Réponse #93

Matagot



@ Lily : j’ai lu les messages de Cubitus et Anke. C’est sûr que les antalgiques ne sont pas la panacée ni sans conséquences. Mais parfois, entre deux maux…

@ Arnaud : d’accord avec toi sur les deux points, tenter de s’en passer et les tester avant. Mais dans d’autres circonstances, lorsque les signaux d’alarme deviennent assourdissants, il faut alors baisser le son pour conserver intactes conscience, vision, mobilité et dextérité. Il m’arrive de temps en temps de ressentir certaines douleurs assez voire très incapacitantes (vertèbres dorsales « déplacées » ; je sais, c’est un abus de langage). Jusqu’à présent j’ai toujours eu la chance que ça m’arrive dans des endroits où j’ai pu gérer ça sans trop de difficultés. Mais dans la verte, avec un sac à dos à porter, un sol glissant et pas de réseau ? Même idée qu’Olivetree : avoir un truc qui empêche l’effet domino des catastrophes provoquées par la douleur.

D’après mon expérience récente, pas d’effets secondaires avec le Codoliprane. La Lamaline ? Bof, aucun effet. Par contre j’avais eu l’occasion de prendre UN Ixprim (Tramadol) : Dans le cirage pendant 24 heures ! A oublier. L’ibuprofène ? Je n’ai pas droit aux anti-inflammatoires… Resterait donc le Klipal. A tester.

@ Fry : Je prends note de l’effet « roulette russe » des opioïdes.

Merci à tous pour vos réponses.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité