Nos Partenaires

Auteur Sujet: Quoi faire en premier ?  (Lu 6263 fois)

07 juin 2016 à 20:40:36
Réponse #25

Boris


Bonjour,
Depuis 1 an je roule 3 jiurs sur 5 en velo pour aller au taff. 20 km aller retour. Nous n avlns plus qu une seule voiture et elle ne roule que pour certains trajets longs ou des grosses courses. Parfois je dois l utiliser dans le cadre du boulot car plus de voitures de service disponibles.
Petites courses en velo, entrainements de jjb/grappling fight en velo, les aperos a pieds parce que le velo bourré  c est dangereux. ..
resultat: 1 bon cardio, perte de poids, globalement  la forme. Et puis une economie importante. Pendant la penurie d essence,j etais hhalluciné  de voir toutes ces files d attentes et ces voitures ne transportant q une seule personne...

 - achat d une cariolle  en prevision pour faire les grosses courses en velo aussi.

- j achete  mes fruits dans un magasin bio. Je vais passer a l amap avec un petit produ8cteur plus local

- je fais partie  du chsct de ma boite, on va axer notre travail sur la question es velos electriques et des velos pour les deplacements urbains, l idee est de pouvoir remplacer les voitures par des velos, on va bosser ussi sur les economies d nrj dans la boite ( lumieres allumées tout le temps, conduite eco, ...

voila, rien d exceptionnel, mais  que des petites actions que l on ne fait pas forcement.

08 juin 2016 à 09:09:50
Réponse #26

kikou92


Salut,
On ne part pas tous du même point de départ. David a bcp d'avance sur moi.  ;)

Pour ma part, j'ai pas mal reflechi depuis deux ans suite a mon stage 72h sans service public et suite aux reflexions sur communautés resilientes.

J'ai commencé a améliorer mon domicile pour cultiver mon indépendance énergétique, la suppression des modes communs ( genre perte d'électricité = perte chauffage ET perte eau ET perte cuisson ET perte lumière...)

J'en suis à développer mes circuits ultra-courts pour certains produits alimentaires au rythme des opportunités (voisins, ventes directes et collegues) qui se présentent : volailles, miel, fromage, oeufs. Plus un petit potager.
Motivations : qualité des produits, empreinte carbone, indépendance envers les supermarchés.

Et puis je mène des actions pour développer mon réseau et élargir mon cercle de connaissances (et saisir de nouvelles opportunités) ; participation à des associations dans ma ville, organisation de la fête des voisins (sinon personne se bouge autour de moi, même dans ma rue certains voisins ne se connaissent même pas...)

Puis je fais bcp de VTT dans ma région : je découvre, j'explore, je saisi, j'engage les conversations.
J'ai envie d'aller au taf à vélo de temps en temps d'ici qqes temps (encore qqes kilos à perdre, et de l'endurance à acquérir,) y'a 40 km, un collègue le fait souvent, c'est donc faisable.

Enfin, le plus important : je sensibilise ma femme, mes enfants et mes proches a tout cela.

 Bref je cultive une certaine résilience écologique.

A+
Alexis

09 juin 2016 à 16:30:04
Réponse #27

Lily


Nous on a pris le parti de traiter ça sous le mode de la consommation et de la simplification.
Ce qui m'a fait (enfin) bouger, c'est le livre de Béa Johnson sur le zéro déchet et celui (plus fun et accessible) sur la Famille (presque) zéro déchet http://forum.davidmanise.com/index.php?topic=67394.0

Une fois qu'on a lu ça, on voit qu'on nage dans une mer d'emballages plastiques et aller au supermarché devient plus difficile... D'autant si on prend conscience qu'on paie deux fois les emballages : il font partie du prix d'achat d'un article mais, en plus, on paie pour le recycler, alors qu'il nous a été imposé...

Dans la série "marre de se faire prendre pour un jambon", on a aussi eu une réflexion sur les produits d'entretien et les produits d'hygiène. Quand on achète un shampoing liquide ou un gel douche, on achète surtout de l'eau. Et cher en plus. D'où le retour au savon (même pour les minots, c'est même parfait) et l'arrivée du shampoing solide dans la maison (je ne suis pas prête pour le no-poo...).

On fait aussi une partie de nos produits d'entretien parce que là aussi, on a des habitudes et des croyances hallucinantes... Comment j'ai pu arriver à penser qu'il fallait un produit spécial pour les toilettes et un autre pour la baignoire ???? Bref. Welcome back au vinaigre. Et au bicarbonate et à ses potes soudés. On fait aussi la lessive (c'est juste TELLEMENT facile) et le déodorant.

Ce qui est intéressant, c'est évidemment de faire plus simple, plus écolo et moins cher mais, au-delà, de déconstruire nos habitudes et nos croyances. J'en parlais pour les produits ménagers mais c'est très net aussi pour le savon, les emballages, ou faire un compost.

L'autre truc intéressant c'est de retrouver des savoir-faire. Alors c'est tout petit, hein. Je sais faire ma lessive ou mon déo, ça va pas révolutionner le monde. Mais du coup ça oblige à s'interroger sur les ingrédients : pourquoi les soudes lavent, que fait le percarbonate, qu'est-ce qui fait qu'un truc mousse ou pas, etc. Ca, c'est passionnant et très utile parce qu'on comprend comment on peut remplacer un élément par un autre, voire bricoler des trucs funs comme utiliser de l'encre de stylo plume comme azurant optique :-) Les industriels n'ont pas d'intérêt à ce qu'on sache faire et qu'on puisse décortiquer leur cuisine. Pourtant, elle est souvent terriblement simple. Regardez une poudre k2R : 99% de percarbonate...

Après, outre la maison, on achète soit du recyclé (surtout pour les enfants), soit des trucs vraiment chers, comme des poêles en fer de qualité, qu'on pourra refiler à nos mômes sans qu'ils risquent un cancer. C'est ici que j'ai lu pour la première fois "j'ai pas les moyens d'acheter de la m*rde". C'est tellement, tellement vrai.
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

01 juillet 2016 à 20:44:17
Réponse #28

Persil


Je me suis aussi rapprochée du village,
il m'arrive de ne pas toucher à la voiture pendant une semaine,
chauffage au bois, compost, jardin potager (depuis peu), alimentation locale et/ou bio, vêtements d'occasions sauf les chaussures et les sous vêtements ^^, toilettes sèches, récup maximale pour les travaux ... consommation consciente ( emballage, origine, conditions de productions etc...) le plus possible (j'arrive pas à renoncer à la chocolade avec de l'huile de palme  :-[)
Mon intention pour l'avenir : réduire mes besoins d'achats pour travailler moins, continuer à développer autonomie et échanges, faire évoluer mon activité pro vers plus de cohérence avec mes valeurs.

03 juillet 2016 à 10:09:41
Réponse #29

cikawasay


Déja 18ans que je vis à Taiwan.
Un pays le développement anarchique et les pollutions diverses jouxtant une nature magnifique sont à même de donner envie d'en faire plus pour notre planète.

1. Pour le matériel (fringues, tout ce que j'utilise pour la randonnée, camping, mobilier, cuisine), c'est du simple, solide, réparable, et durable (principe que j'essai d'appliquer pour tout en général). J'en suis devenu plutot réfractaire au plastique, à de rares exceptions près, et à tout ce qui est fabriqué de manière fragile.
Comme je randonne et campe pas mal: ça donne concrètement: vetements de laine, sacs type bidasse solides, tente canvas, poele à bois..

2. Bouffe: La malbouffe en Europe fait encore figure de cuisine michelin à coté de ce sur quoi on peut tomber ici:cuisine pas chère avec de l'huile recylée d'égout (véridique), produits hypers transformés..
C'est un sujet que j'ai un coeur et comme je donne des cours de gastronomie, je ne me prive pas pour essayer de sensibiliser les gens: quand on voit des biscuits simple contenant près de 30 ingrédients!.
Donc je suis venu à diminuer la viande,  favoriser les légumes et fruits, je consomme moins de féculents qui sont un souci ici ou presque tout est à base de nouille ou riz..

3. C'est très modeste, mais j'utilise un balcon chez moi pour cultiver tomates, aromates, concombres amers, j'ai lancé récemment un lombri composteur avec lequel on arrive à mettre en recyclage autour d'un tiers des déchets végétaux. À développer donc. Ayant déménagé récemment, j'aimerai louer aussi un petit coin de potager. Les quelques essais déja fait sont moyens mais très encourageants; tomates noires de crimée, quel délice! mentre de chine, très utile aussi.

4. Dans la vie courante: refus des sacs en plastique distribués à tour de bras, ceux ci ont déja été interdits mais son disponibles sur demande, et certains commerces ne se conforment pas tout à fait à ces règlement. refus des "cadeaux" divers dans les commerces qui sont des prétextes pour amadouer les crédules en leur vendants les produits plus chers...refus des resto "à volonté" qui sont de vraiis lieu de gabegie tout à fait imbécile.

5. Utilisation de l'eau de pluie pour mes plantes: goutière avec réseau de tuyaux PVC.

6. J'ai une voiture, la gout de la randonnée et la distance pour accéder à ces lieux ainsi que le manque de transport en commun pour aller dans les coins reculés m'a rendu indispensable l'achat d'une voiture..je ne l'utilise que pour aller en randonnée/camper le week end, jamais pour aller bosse, jamais pour faire les courses. Vélo vintage remi à neuf pour ballades.

7. Du fait de la disposition des toilettes/sanitaires, j'ai pris l'habitude du pipi sous la douche, et d'utiliser la douche pour me laver après les grosses commissions (le pommeau se trouvant juste à coté du trone, je crois que certains trones sont équipés d'une fontaine un peu de la meme facon). Avec ça, je n'utilise presque pas de PQ...(vous avez le droit de vous marrer!)

8. Vaisselle: si vous en avez l'occasion, j'ai découvert un truc génial, il s'agit de poudre de feuilles de thés recyclées: ce truc est plus efficace que bien des produits vaisselles, et est naturel, peu cher (2 euros les 2 kilos),c'est particulièrement efficace pour la graisse..donc à la maison ou en camping, toujours dans mon équipement.

Bref pas une vrai stratégie organisée, mais plutot un tas de petits gestes acquis ca et là, et surtout un intéret certain pour apprendre et réduire mon empreinte..

21 juillet 2016 à 17:03:27
Réponse #30

Enid


Mon contexte : tisserande (activité pro à la maison), école à la maison, jardin-potager, pas de bagnole, pas de réfrigérateur, ni congélateur, ni TV, ni téléphone portable, ni tablette (mais deux appareils photo numériques et un ordinateur), ni lave-linge, ni lave-vaisselle.

Sur ma to-do list :

L'alimentation des deux chiennes et du chat est une grande question.
Croquettes VS congelo (consommation électrique supplémentaire puisque nous n'en avons pas) + BARF
BARF sans congel dans notre cas, ce n'est pas possible.

Décision si place dans le prochain logement + quatrième animal à crocs = BARf + congelo
 
Trouver/fabriquer une planche à lessive pour consommer moins de savon.

Toujours à zieuter ce qui pourrait faire l'affaire.

Encore 3 ampoules fluo-compact à remplacer par des LED + une LED dans un couloir obscur qui n'a pas vu une ampoule depuis que j'ai emménagé (mais l'ampoule est sur l'état des lieux d'entrée).

Pas le budget pour le moment.

Diminuer le café, denrée exotique s'il en est.

Bon c'est vraiment pas gagné.

Ne pas céder à la tentation du discount et faire fabriquer les étagères nécessaires à mon atelier par le nouveau menuisier du village (troc ?).

J'ai cédé, c'est maaaal, mais, outre que c'est urgentissime, c'est franchement plus facile de bosser dans un atelier avec plein de rangement ou tout à plus de place qu'il n'en faut.

Supplier mon propriétaire d'arrêter le round-up. La torture dudit propriétaire n'est pas exclue du procédé  ;#.

Gagné.

Installer les cuves de récupération d'eau de pluie (jardin + teinture végétale des fibres textiles).

La hoonte.

Et mon objectif avant l'hiver prochain, voir enfin le fond du panier de linge à ravauder. Douce utopie.

J'ai fait tous les jeans. happy.

Au niveau pro, travailler avec les producteurs de laine bretons et britanniques qui participent à la conservation des vieilles races de moutons, de chèvres et autres bébêtes à poils.

Et même plus, on se créée des projets communs entre artisans du coin. Héhéhhé  :love:



Et surtout, les poussins sont nés et encore au chaud sous la lampe chauffante, le poulailler construit. Reste la clôture et un grillage à poser. Ça plus le prix du vinaigre blanc par rapport au litre de glyphosate, ça a convaincu le proprio. Ben oui, une poule ça gratte le sol... Héhéhhé.  ;# Petit pas par petit pas  :love:
"Personne n'interdit à qui que ce soit de vivre sa vie comme un voyage ou comme autre chose qu'il se choisit. Y'a des contraintes, mais elles sont quand-même vachement larges. Faut juste pas avoir l'ambition de prouver à belle-maman qu'on est sain d'esprit." Karto

Ancien pseudo : lourse

21 juillet 2016 à 23:10:43
Réponse #31

Nirgoule


Côté maison.
Respect de l'architecture locale, couleurs des peintures, choix des matériaux et artisans locaux. Chaque région à sa personnalité et son harmonie qu'il faudrait préserver. Laissons la créativité des architectes s'exprimer dans les villes et leur périphérie dégradées.
Chauffage et énergie dépensée le plus économique possible en privilégiant l'isolation, les matériels peu énergivores (LED). Eau chaude solaire 6 mois de l'année. Tri des déchets.

Jardin.
Compost. La tonte de gazon sert de paillage, la taille des arbustes fait de l'allume feu.  Plantation en privilégiant les fruitiers locaux rustiques (pommiers, prunier, poirier, cerisier, néflier, framboisier, groseillier et cassis). Développer la haie sauvage (frêne chêne charme ronce noisetier ) plutôt que construire des murs ou planter du thuya. Paillage et arrosage au pied des plantes en cas de temps très sec.
Pas de désherbant. Le compost sert d'engrais, le reste du fumier bio en granulés. Les tuteurs viennent d'un bosquet de bambous présant dans le jardin. Engrais vert, plantes mellifères. Deux ruches dans lesquelles j'interviens et prélève peu. Maintien d'un petit biotope autour d'une mare alimentée par un petite source (crapauds, insectes d'eau, plantes aquatiques rustiques).

Consommation.
Pas ou très peu de plats cuisinés ( peu goûteux chers et présentant trop d'additifs inutiles ). Des produits en grande majorité locaux AMAP ou producteurs du coin ( viande légumes) souvent bio. Achats internet non exclusif (librairie notamment). Nos commerces disparaissent à cause de loyers trop chers et de la concurrence de la vente en ligne. Quand je ne peux faire autrement je demande à être livré par La Poste afin de maintenir les tournées journalières du facteur.
Je lis systématiquement les étiquettes des produits. Provenance notamment en privilégiant la région, le pays, l'Europe. Lorsque que le choix et le prix le permettent. Les produits dit connectés ainsi qu'autonomes annoncent bien des complications et une gabegie de métaux rares.
Je ne ressens pas le besoin d'un bain ou d'une douche quotidienne sauf lors des canicules ou après un travail très physique.
Pas de boisson sucrées type soda. La lessive est faite de savon râpée et d'eau. Respect des limitations de vitesse et meme en dessous afin de réduire ma consommation de carbone non renouvelable.

Social
Participation aux associations locales. Échange de coup de main entre voisins. Bricolage garde d'enfant. Participation au maintien d'un commerce associatif en milieu rural. Je ne regarde pas mon smartphone en permanence et surtout quand je suis en compagnie. Respect des limitations de vitesse afin de limiter les risque d'accident corporels et permettre aux piétons et cyclistes une meilleur sécurité, ce que je peux apprécier lorsque je suis à leur place!

Certains choix ne sont possibles que grâce à un niveau de revenu conséquent.    Il appartient à chacun de faire en fonction de ses revenus.

Je ne suis pas pour le replis, la décroissance. Les adeptes de la décroissance prennent-ils en compte les conséquences qu'amèneraient de tels choix à grande échelle : baisse des revenus de l'Etat et donc des services publics : entretien des réseaux (internet, route, énergie, chemins de fer), niveaux de santé, retraites, sécurité. Même si il faut admettre que l'on peut faire certainement mieux pour moins cher en matière de dépense publique  ::)
« Modifié: 21 juillet 2016 à 23:16:33 par Nirgoule »
"If you are out for more than a day with no access to toilets, you need to be aware of how to defecate, without impacting on the environment."

"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

22 juillet 2016 à 00:18:23
Réponse #32

Daeron


Salut Nirgoule

Tu crois que les adeptes de la croissance sont plus responsables en prônant toujours plus de prélèvements sur notre Terre...quid des générations futures ?
Je me vois mal expliquer à mes petits enfants que pour maintenir notre niveau de vie on a sacrifié le leur .
De plus la décroissance , ce n'est en aucun cas le repli ou comme je l'entends parfois  le refus de la science ou montrer du doigt les méchants pauvres qui font leur course à Lidl .

Pour moi la décroissance , c'est moins pour : mieux et plus longtemps .

Un de mes gourous (et ce n'est pas péjoratif  ), avec le Manitou et Rabhi , est Jancovici , je te linke une de ses vidéos qui est très instructive . Si tu as le temps et la patience de l'écouter :

https://www.wetube.io/video/jancovici-de-daesh-a-la-cop21/.

Bonne écoute Mec !

22 juillet 2016 à 22:52:27
Réponse #33

Chill


Un de mes gourous est Jancovici ...

 :doubleup:

... alors conseiller aussi de trouver "Manicore" sur la toile ! (.com ?, je ne sais plus.)
Son site n'est pas très fashion mais est bourré d'informations vérifiables, avec des démonstrations compréhensibles par chacun, je trouve.

   Chill.
"'Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

09 août 2016 à 16:35:13
Réponse #34

Campeur


- ma maison est en bois (isolation, matériau renouvelable) -> si vous avez la chance de faire construire, pensez y
- je me chauffe essentiellement avec un poêle à bois - 3 stères par an (acheté dans le village) -> le poêle à bois, c'est grosso modo 80 % derendement comparé à une cheminée qui doit faire du 30 % - évitez les pelets, faites vous les bras
- je récupère l'eau de pluie qui est réinjectée dans les toilettes et dans le lave linge -> c'est un investissement à la construction, mais ça réduit la facture par deux
- pas ou peu d'appareil électrique en veille à la maison


Comme on a un système d'assainissement individuel :
- je coupe en deux mes pastilles pour le lave vaisselle et complète avec du bicarbonate de soude - le vinaigre blanc remplace le liquide de rinçage, mine de rien, ça fait moitié moins de produits  :D
- on fait la lessive avec des copeaux de savon de Marseille parfumée au lavandin
- le lavage du sol se fait à l'eau de pluie, vinaigre d'alcool, bicarbonate de soude et huile essentielles.
- détartrage, nettoyage au vinaigre d'alcool


on essaie au maximum de réduire les déchets:
- aucun déchet vert ne sort de chez moi, les tontes de gazon vont au pied des haies et participent au désherbage et mes tailles de haie passent sous la tondeuse avant d'aller pailler le potager ou les pieds des fruitiers
- je composte l'ensemble de mes déchets alimentaires (fruits, légumes, viandes, poisson....) quand ce ne sont poules qui font le boulot - 7 poules nourries avec le blé acheté chez l'agriculteur du coin qui font le nettoyage du potager l'hiver et nous donne des œufs frais quasiment toute l'année.
- je n'achète jamais une seule bouteille d'eau - eau du robinet et filtre Berkey + nalgene
- je fais mes propres yaourts (mine de rien, moins de déchets)

-vêtements d'occasion pour les petits depuis une dizaine d'année, c'est plus dur de trouver quand on vieillit
- je cultive mon petit potager sans aucun produit chimique (si j'avoue bouillie bordelaise cette année  :honte:)

- je suis un des profs de karaté du village et l'instructeur de self - je ne suis pas sur que ça aide pacha mama, mais en tout cas, le circuit est court  :D Pour le tir à l'arc, c'est le village d'à coté.
- je viens de plaquer mon boulot après 18 ans dans l'insertion (la aussi je pense que pacha mama s'en contrefout) mais je vais essayer de me réorienter dans les domaines de la sauvegarde de l'environnement ou de la gestion des déchets ou encore dans le maraichage bio et la pacha mama sera peut être contente  ;D
"Posséder les arts de la paix mais non ceux de la guerre, c'est un manque de courage...posséder les arts de la guerre mais non ceux de la paix, c'est un manque de sagesse" Wang Yang Ming (1472 - 1529)

09 août 2016 à 23:42:17
Réponse #35

Daeron


Et beh bon courage à toi pour le maraîchage bio , c'est à mes yeux un boulot de forçat...en tout cas belles démarche !

06 septembre 2016 à 09:15:56
Réponse #36


C'est un HS et en retard de quelques mois je sais bien mais un truc m'interpelle David : je ne connais pas ton coin ni les endroits où tu compte laisser ton vélo, mais plutôt que de le laisser dans un buisson pourquoi ne pas tout simplement l'attacher à un truc solide et fixe avec un GROS antivol ? Genre U solide, avec une chaîne ou un câble pour les accessoires. Parce que dans un buisson, si quelqu'un le remarque... :-\

Généralement ce qui est conseillé pour le vélo utilitaire c'est de le rendre plus chiant à voler que celui d'à côté. Et si en plus il est plus moche que celui d'à côté c'est encore mieux ! ;#

09 septembre 2016 à 15:41:11
Réponse #37

BZH



une alternative possible dans certains cas : le sirop d'agave

surtout pas, IG qui peut grimper jusqu'à 90, et aussi calorique que le sucre.

Alternative: le sirop de poire de terre, le yacon.

Le sirop d'agave, c'est une vaste entreprise marketing.


11 septembre 2016 à 12:57:25
Réponse #38

olivcody


dans l'optique d'essayer de produire par moi-meme, j’envisage de demander à travailler à 80% pour me liberer le mercredi.
cela me permettrait de developper le potager car j'ai des week end chargés avec la vie de famille.
en discutant avec des amis, je me rends compte que je n’achète quasi rien de neuf, sauf les vetement lorsqu'il sont usés (sauf mon slip troué fétiche :love:)

par exemple, mes véhicules sont d'occasion,
mes vélos je les ai moi meme assemblé avec des pieces d'occaz ou destockage
idem pour l'electromenager, je repare

11 septembre 2016 à 13:44:03
Réponse #39

Moniot van Moeren


Ça fait un moment que je suis dessus, mais il est peut-être temps que je rende compte  ;)

Il y a quelques années, j'ai fait une analyse des risques et des besoins de notre unité (la famille). J'ai donc pu voir nos failles dans notre système de vie et la Résilience de notre famille. J'ai pu donc mettre une priorité sur les urgences et donner un poids de faisabilité du projet... aujourd'hui bien avancé.
Pour résoudre les anomalies résolvables à court et moyens termes, je me suis appuyé sur le dogme de la famille Econologie que j'essaie de représenter : La Sobriété Heureuse.
Pour celà, on a revu nos aberrations :
  • Noria d'approvisionnement ; nous participions de manière inconsciente à la culture consumériste en faisant nos courses hebdomadaires en grande distribution (sans discernement) -> Aujourd'hui, nos courses sont mensuelles en sélectionnant des réseaux ultra-court ou en sélectionnant bien les produits.
  • Nous consommions "parce qu'on en a besoin" -> Nous achetons beaucoup de "produits de base" et les transformons nous même (savons, pain, phyto, foin, couture...), nous achetons essentiellement de l'occas' et réparons au maximum. Je ne savais pas faire ; il y a suffisamment de tuto' sur le 'net pour que j'en sache beaucoup plus. J'ai même améliorer mon anglais et mon allemand ;). Nous faisons aussi depuis cette année du fromage à partir de Kéfir de lait.
  • Nous mangions de la viande parce qu'il le faut : nous mangeons de façon raisonnée uniquement de la qualité Élevage Biologique que je vais chercher en AMAP. Nous n'en mangeons pas tous les jours, mais suffisamment. Nous avons aussi des poules pondeuses et un petit élevage de poulets. Pour ajouter à ça, mes besoins en "viande" est compensé par mon nouveau régime entomophage (ténébrions, grillons, bientôt criquets). Nous commençons cet hiver un élevage familiale de lapins. Nous avons aussi deux ruches.
  • Nous consommions... des légumes : aujourd'hui, nous nous fournissons chez un maraicher Biologique en AMAP pour s'ajouter à la production du potager, cultivé en autonomie avec des semences "renouvelables" ;D de chez Kokopelli (pub obligée).
  • Nous n'avions qu'un frigo et des boîtes de conserve ; nous déshydratons, stérilisons, fermentons (bière comprise)...
  • IKE*, Ler**Mer*** : Au revoir ; je bricole beaucoup avec des palettes et meubles de récup'. J'achète ma visserie chez un quincailler local. Nous récupérons un max chez un ferrailleur local. Un barbecue ? 5 parpaing pour un rocket stove. Je bosse actuellement sur un lit-cabane pour mon plus petit. Je n'achète plus de corde ni ficelle et la fait avec les ressources du jardin?
  • J'utilisais ma voiture parce que j'en avais besoin ; on fait quasiment tout à vélo. Mais chercher un bouteille de gaz se fait avec une remorque auto-construite. nous prenons tous le bus pour aller au boulot ou en école.
Il y en a peut-être d'autres. Mes deux gros projets sur 2 ans :
  • une serre avec un système de production aquaponique pour produire mes plants au jardin. Je travaille avec un pote sur l'autonomie énergétique du système.
  • Une production de biogas avec collecte des "co-produits" organiques du voisinage.
Je peux aller encore plus loin, mais je dois d'abord finaliser ce qui est en cours... Vite vite et bien ne vont pas ensemble.

MvM
"Avant notre venue, rien de manquait au monde ; après notre départ, rien ne lui manquera.", Omar Kheyyam
"N'ayons pas peur d'être en contradiction avec le monde !" mère Teresa.

18 septembre 2016 à 10:36:57
Réponse #40

Campeur


j'admire Moniot van Moeren ! pas simple de sortir de décennies de conditionnement.... chacun de tes exemples mériterait un fil à part entière.
"Posséder les arts de la paix mais non ceux de la guerre, c'est un manque de courage...posséder les arts de la guerre mais non ceux de la paix, c'est un manque de sagesse" Wang Yang Ming (1472 - 1529)

02 octobre 2016 à 12:08:44
Réponse #41

Troll


Hello,

Le site http://www.radins.com/ propose un certain nombre d'astuces pour réduire les budgets. Il y a des idées à prendre en fonction des modes de vie et de consommation de chacun.

Bien à vous,

Troll
Semper potest proficio

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité