Nos Partenaires

Auteur Sujet: [Projet]Un tour en Queyras Juillet / Août 2016  (Lu 1963 fois)

26 décembre 2015 à 00:12:08
Lu 1963 fois

Cocoeau


Bonjour !
J'aimerais cet été partir dans le Queyras avec mon copain. Idéalement 7 jours de marche, avec éventuellement une journée de battement pour en plus (en début, milieu ou fin de rando) (nous avons une possibilité d'hébergement chez des habitants pour une ou deux nuits).
Nous sommes tous deux habitués à la montagne et à la randonnée, jeunes, en bonne santé. Je suis formée aux premiers secours (PSC1) même si j'espère toujours ne pas en avoir besoin ;D et nous avons tout le matériel nécessaire.

Seulement nous ne sommes jamais montés au delà de 3000m actuellement et j'ai déjà eu de drôles de réactions à l'altitude autour de 2800m... Hors j'ai repéré un itinéraire superbe avec plusieurs passages autour de 3000 / 3200m (nous éviterons tout de même de nous y attarder : le bivouac, ce sera plus bas, ne serait-ce que pour ne pas avoir trop froid en faisant la popote du soir).
Existe-t-il des précautions particulières pour éviter les malaises liés à l'altitude ? Je n'ai aucune crainte pour mon copain mais j'ai visiblement une sensibilité particulière...

Quelques questions plus générales sur le Queyras :
Est-ce qu'on y trouve aisément des sources ?
Quel climat espérer en été ?

Merci d'avance aux connaisseurs du Queyras et de l'altitude  8)

26 décembre 2015 à 10:19:12
Réponse #1

guillaume


Pour ces altitudes là, juste le pas monter trop vite devrait aller. Je viserais le sommet au milieu de la rando donc.

a+

26 décembre 2015 à 10:44:02
Réponse #2

Géo


Salut!

Pour l'altitude, à part y aller doucement et descendre au moindre problème (maux de tête) je vois pas trop...

Concernant les sources dans le Queyras, il faut savoir que sa partie Ouest est plutôt calcaire et sa partie Est plutôt cristalline... donc tu auras plus d'eau en surface à l'Est (vallon de bouchouse, col agnel, ...), ce qui correspond aux parties les plus en altitute.

Il fait souvent BEAU avec plus d'incertitude à l'Est je dirais.

Voila pour ce que j'en pense
A+

26 décembre 2015 à 10:53:57
Réponse #3

azur


Existe-t-il des précautions particulières pour éviter les malaises liés à l'altitude ? Je n'ai aucune crainte pour mon copain mais j'ai visiblement une sensibilité particulière...
Tu veux probablement parler de ce que les montagnards surnomment le MAM (mal aigu des montagnes): http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/mal-aigu-montagne.pdf
D'une façon générale, il est imprévisible car il peut très bien toucher un montagnard aguerri qui a déjà de nombreuses sorties dans les jambes et ne pas atteindre un nouveau qui débarque... On ne peut donc pas le prévoir.
On peut limiter le risque en prenant des précautions d'ordre général: ne pas être en situation de fatigue, se protéger du froid, du soleil... toutes ces petites choses qui pourraient rendre l'organisme plus fragile et/ou plus sensible.
Par exemple, à la Réunion, il est vivement déconseillé de ne pas dépasser 400m d'altitude dans les 48h qui suivent une activité de plongée...

Cependant, il faut relativiser: il devient vraiment problématique lorsqu'on passe une période longue en altitude. Si ton itinéraire ne passe qu'occasionnellement et que pour quelques heures au dessus de ton altitude de confort, ça n'aura qu'un impact léger.
Si vous réservez effectivement les zones les plus hautes pour le milieu de la randonnée, c'est le bon compromis entre l'acclimatation suffisante et la fatigue pas trop avancée.
Le problème devra être pris en compte de façon un peu plus attentive si vous devez passer la nuit en altitude, car c'est là que ça risque d'être le plus dérangeant. Les conseils de la FFME sont assez clairs dans le document en lien.
Et si vraiment ça devient gênant, tu peux décider de redescendre vers une altitude confortable, et y faire une pause plus longue...
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

26 décembre 2015 à 11:13:39
Réponse #4

VieuxMora


Bonjour,

J'ajouterai que faisant partie de la génération à qui on prétendait qu'il ne fallait pas boire pendant l'effort  ::), j'ai fortement diminué les effets désagréables de l'altitude (entre 3000 et 4500m)  à partir du moment où je me suis hydraté régulièrement avec de l'eau légèrement sucrée et salée.

26 décembre 2015 à 12:40:55
Réponse #5

Cocoeau


Bonjour,

J'ajouterai que faisant partie de la génération à qui on prétendait qu'il ne fallait pas boire pendant l'effort  ::), j'ai fortement diminué les effets désagréables de l'altitude (entre 3000 et 4500m)  à partir du moment où je me suis hydraté régulièrement avec de l'eau légèrement sucrée et salée.

Intéressant, mais pourquoi sucrée et salée ? Apport en minéraux et prévention de l'hypoglycémie ? Ca doit pas être super bon donc j'imagine que la raison n'est pas gustative  ;#

26 décembre 2015 à 12:50:05
Réponse #6

Troll


Hello,

Si tu souhaites un goût, tu peux faire un mélange 2/3 1/13 d'eau / jus de fruit. A cela tu ajoutes une pincée de sel et une cuiller de miel. Pendant un temps, j'utilisais ce genre de boisson pendant mes séances de course de fond.

Certes ce n'est pas un grand cru...mais cela évite la déshydratation et les coups de pompe.

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

26 décembre 2015 à 12:53:17
Réponse #7

azur


Intéressant, mais pourquoi sucrée et salée ? Apport en minéraux et prévention de l'hypoglycémie ? Ca doit pas être super bon donc j'imagine que la raison n'est pas gustative  ;#
En fait, c'est la version la plus simple d'une solution de réhydratation:
Citer
Composition à base de sodium, de potassium, de chlore et de sucre qui permet de maintenir une osmolarité sanguine afin de prévenir les déshydratations massives, ce soluté nécessite un apport d'eau de bonne qualité, et en bonne quantité.
Une trop faible dilution entraîne une dangereuse déshydratation intracellulaire, et une trop forte dilution entraînera une excrétion urinaire du surplus.
Ce remède est efficace contre la principale cause de décès par déshydratation: la diarrhée aiguë fébrile, mais nécessite de l'eau propre au risque d'entretenir la contamination bactérienne du malade.

Les proportions sont les suivantes : Diluer 6 cuillères à café de sucre et 1/2 cuillères à café de sel dans 1 litre d'eau.
Boire autant que le volume des diarrhées.

Il fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Solut%C3%A9_de_r%C3%A9hydratation_orale
C'est beaucoup moins cher et probablement aussi efficace qu'une solution tout prête du type isostar.
En condition normale, il est clair que le gout n'est pas forcément très plaisant, mais lorsqu'on transpire beaucoup et que l'on a besoin de s'hydrater de façon conséquence, c'est plus agréable à boire que de l'eau pure.
Comme quoi, la nature a bien fait les choses: le mécanisme gustatif nous pousse à consommer ce dont le corps à besoin!
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

26 décembre 2015 à 14:39:48
Réponse #8

Cocoeau


Comme quoi, la nature a bien fait les choses: le mécanisme gustatif nous pousse à consommer ce dont le corps à besoin!

Oui j'ai déjà constaté ça : en rando, mon corps refuse le chocolat mais il m'arrive d'avoir des envies fulgurantes de fruits secs - et je ne suis pas satisfaite tant que je ne les ai pas assouvies. Dans la vie courante c'est plutôt l'inverse  :lol:

Est-ce que les pastilles de Vichy (bonbons aux minéraux des sources de Vichy) ne pourraient pas aider aussi à maintenir un bon niveau de minéralisation et de sucre ?

26 décembre 2015 à 15:31:27
Réponse #9

azur


Est-ce que les pastilles de Vichy (bonbons aux minéraux des sources de Vichy) ne pourraient pas aider aussi à maintenir un bon niveau de minéralisation et de sucre ?
Le sucre va te donner soif... et ça ne résout pas le problème du sodium.
Si la recette de soluté contient autant de sucre, c'est surtout pour faire passer le gout du sel, mais le sodium est beaucoup plus important pour permettre un fonctionnement normal des cellules.

Un médecin ayant participé au soutien du marathon des sables nous a expliqué qu'en temps normal et sous nos latitudes, un homme a besoin de 2 à 5g de sel par jour, 1 à 2g de plus s'il pratique une activité physique (c'est une moyenne).
Au cours du marathon des sables, les européens, dont l'organisme n'est pas acclimaté, doivent consommer 20g de sel par jour pour compenser les pertes par transpiration!
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

26 décembre 2015 à 16:29:56
Réponse #10

Cocoeau


Je n'exclus pas de boire de l'eau en abondance avec les pastilles Vichy  :) d'ailleurs ce n'est pas incompatible avec ton soluté de réhydratation maison, c'était une idée de complément. Je me demandais juste si la quantité de minéraux là-dedans était assez élevée pour avoir une incidence quelconque.

26 décembre 2015 à 16:48:59
Réponse #11

azur


Je n'exclus pas de boire de l'eau en abondance avec les pastilles Vichy  :) d'ailleurs ce n'est pas incompatible avec ton soluté de réhydratation maison, c'était une idée de complément. Je me demandais juste si la quantité de minéraux là-dedans était assez élevée pour avoir une incidence quelconque.
Je ne pense pas que ça change grand'chose mais si c'est bon pour le moral, faut pas se priver! :doubleup:
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

19 janvier 2016 à 13:58:31
Réponse #12

jseb


Est-ce qu'on y trouve aisément des sources ?
Quel climat espérer en été ?

je ne connais pas ton itinéraire, mais dans le Queyras, tu n'es jamais loin d'un village, d'un hameau ou d'une bergerie, donc de points d'eau.
il y a des troupeaux de moutons dans chaque vallée, donc il ne faut pas boire aux sources avant d'avoir vérifier si les bêtes sont au dessus.
pour le climat, on est en montagne, j'ai déjà eu de la neige à 2000m un 1er août. enfin, ça ne dure qu'une nuit quand même, ça fond dans la matinée.

bonne ballade

21 février 2016 à 20:08:59
Réponse #13

Cocoeau


Après de longues réflexions sur des itinéraires sympas, mon copain a posé une volonté : aller faire un tour en Italie.
Vous connaitriez un village joli proche de la frontière (Sud du Monte Viso dans l'idéal) ?  :)

01 mai 2016 à 17:45:22
Réponse #14

Cocoeau


Alors ça y est, on s'est constitué un chouette itinéraire !
Les dénivelés et kilométrage sont approximatifs.

Comme vous le verrez on s'est un peu laissés emporter et les 7 jours de marche sont devenus 9, mais c'est si beau le Queyras  :love: ! Du coup, ce sera notre première rando aussi longue (jusque là on avait fait 7 jours au plus long) alors on a visé des journées assez tranquilles pour ne pas s'épuiser et tenir la distance.

L'itinéraire est en boucle avec départ et arrivée à Abriès.

Jour 1 : Abriès - Ristolas par le GR 58 (pour éviter la route et avoir un peu de dénivelé dans les jambes dès le début). Bivouac près du torrent à une petite heure de marche après Ristolas (pour respecter l'interdiction de bivouac à moins d'1h des habitations). 550m de D+ et 9km de marche.

Jour 2 : Un petit tour au col Lacroix par la Monta (GR58 BC), on redescend sur l'Echalp (GR58 B), et on remonte tranquillement vers le lac Egorgeou. On s'arrête bivouaquer avant le lac, près de la bergerie "Cabane de Peyroun" si elle est libre, un peu à l'écart sinon. 850m de D+ et 10km de marche.

Jour 3 : On continue ce bout de GR58 en passant par les lacs Egorgeou et Foréant. Passage du Col Vieux, dodo au Refuge du Col Agnel (bivouac). 8km de marche et 700D+.

Jour 4 : On redescend vers Saint-Véran "Plus haut village de France", on dors une heure après le village en remontant vers le col des Estronques. 12km de marche et un D+ quasi nul.

Jour 5 : On continue vers le col des Estronques, on le passe, puis le Col Fromage - avec un nom pareil, on s'arrêtera pour y manger un morceau  :doubleup: - et on continue sur le GR5 (GTA) jusqu'au Clot Henri, jolie cabane ou on dormira cette nuit-là. 11km et 850m de D+.

Jour 6 : De la cabane, on grimpe (100m) jusqu'au sommet Bucher, avant de redescendre sur Ville-vieille près de Château Queyras par les sentiers forestiers. On remonte sur la variante du GR58 en direction du Col de Péas. Il y a peut-être une bergerie sur ce chemin, mal renseignée sur Refuge.info, si c'est le cas on y dort, sinon on bivouaque dans le secteur vers 2000m. C'est la plus grosse journée : 10km et 900m de D+.

Jour 7 : On continue sur la variante du GR58 et on passe le col du Péas avant de redescendre sur Les fonts, on dort une petite heure après le hameau en direction du Col de Malrif. 800m de D+ et 7km.

Jour 8 : On remonte jusqu'au col du Malrif, on le passe et on va dormir aux lacs du Malrif. 7km, 800m de D+.

Jour 9 : On redescend à Abriès, on se fait un bon resto et on rentre  ;D 7km, D+ quasi nul.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité