Nos Partenaires

Auteur Sujet: [DIY] Tourniquet/Pansement compressif  (Lu 5265 fois)

02 décembre 2015 à 23:07:13
Lu 5265 fois

Boub65


Salut,
Un petit bricolage pour fabriquer un outil fabuleux... copie du SWAT-T.

Vous prenez une bande pilate élastique (en général 15cm de largeur) et vous la coupez à 1m20 de longueur.

Cela vous fait :
1) une bande élastique pour faire des pansements avec des compresses dessous (on sert pas)
2) un pansement compressif israélien si on met beaucoup de gaze et qu'on sert plus lorsqu'on place la bande
3) un tourniquet si on sert beaucoup plus fort!

Pour choisir la bonne force de bande, faut tester la force de vos bandes en mode tourniquet (prendre l'absence de pouls) et choisir la bonne couleur/force.

Avantage:
1) facile, pas cher, et pas de pièces qui risquent de casser
2) ça fait trois fonctions bande/pansement compressif/tourniquet (en plus de travailler son stretching et de servir d'allume feu d'urgence)
3) ça tient absolument pas de place enroulé
4) la largeur permet de réduire la douleur et de mieux "écraser" les tissus pour arrêter l'hémorragie
5) la fermeture se fait en insérant la fin de la bande sous le dernier tour, et ça tient impecc car c'est du latex contre latex!
6) ça marche sur les enfants et les animaux
7) couleur rose non tactique :) donc on passe inaperçu avec ça dans son kit

Voilà, voilà... L'idée n'est pas de moi (utilisation d'une chambre à air sur YT), ce qui est de moi c'est le détournement des bandes élastiques pilates :D

A+,
BouB.

03 décembre 2015 à 00:59:01
Réponse #1

Hurgoz


Yo,

Et merci Boub!  :up:

Juste une remarque en passant: attention avec le latex: il peu engendrer des allergies! ;)

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

03 décembre 2015 à 01:51:56
Réponse #2

Spip


Quid de la conservation ? Ca tient la chaleur et le froid dans un fond de sac ?

03 décembre 2015 à 06:58:32
Réponse #3

guillaume


Les outils "multifonctions" sont toujours sympas : on gagne en place/poids. Mais on perd en efficacité pour un usage bien précis.

Si l'élastique fonctionne sûrement très bien en mode dégradé, ce n'est pas avec ça que je m'entrainerais et ce n'est pas ça que je mettrais dans ma trousse en cas de fort risque d'hémorragies. Je préfère le tourniquet, dédié à cette utilisation ;).

a+

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

03 décembre 2015 à 09:04:08
Réponse #4

fry


Effectivement, il faut bien se mettre en tête que les matériels improvisés sont, du moins dans cette situation, largement moins efficace et entraînant bien plus de complications qu'un matériel spécialisé dédié.

En 2008 des américains ont mené une étude comparant les garrots improvisés à differents types de garrots professionnels. Résultat: 66% d'efficacité pour le SOFTT contre 25% pour des garrots improvisés (avec une ceinture ou autre). Par ailleurs 33% de morbidité (cad complications diverses) avec le SOFTT contre 80% avec les garrots improvisés.

Comme d'habitude en santé concernant les soins d'urgence, la débrouille et l'improvisation reste toujours loin en dessous en terme d'efficacité et bien au dessus en terme de risque, que les équipements professionnels. C'est un domaine où investir un peu est vraiment rentable.



Kragh JF Jr, Walters TJ, Baer DG, Fox CJ, Wade CE, Salinas J, et al. Practical use of emergency tourniquets to stop bleeding in major limb trauma. J Trauma. 2008;64:S38_50

03 décembre 2015 à 09:50:36
Réponse #5

Troll


Hello,

Même si les chiffres sont moins bons avec les méthodes improvisées, sont-ils fait par des personnes "compétentes" ? J'entends: un médecin fait la même manip, mais une fois avec le matos ad hoc, et l'autre fois en improvisant ?

Car si on fait les couples médecin / matos ad hoc Vs quidam / matos improvisé, le premier couple aura forcément de meilleurs résultats.

En tous cas, pas con la bande latex !  ;D

Rapport aux allergies, peut-on avoir des précisions (types d'allergies, risques, etc...) ?

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

03 décembre 2015 à 09:51:58
Réponse #6

Boub65


@guillaume et @spip oui oui bien sûr... 100% d'accord.

L'idée ici n'étant pas d'inventer un nouveau type de garrot (donc inefficace), mais de mimer un garrot reconnu le SWAT-T et utilisé par les EMT (il n'est pas homologué armée car difficile de se le placer soi-même sur un bras).

Quand je vois la place que prend un CAT et un pansement compressif vs un SWAT-T en latex... je me sens tenté...

A+,
BouB.

03 décembre 2015 à 10:36:27
Réponse #7

nfkb



Rapport aux allergies, peut-on avoir des précisions (types d'allergies, risques, etc...) ?


L'allergie au latex c'est entre 1 à 6% de la population.
Ca peut aller de manifestation bénigne à la mort.

Je vais dans le sens de Fry, j'aime l'idée DIY mais la garrot tactique fait mieux. Si ça peut vous rasssurer, je sais que les secours préhospitaliers ont beaucoup investi dans ce matériel ces dernières semaines.

03 décembre 2015 à 10:42:09
Réponse #8

fry


Même si les chiffres sont moins bons avec les méthodes improvisées, sont-ils fait par des personnes "compétentes" ? J'entends: un médecin fait la même manip, mais une fois avec le matos ad hoc, et l'autre fois en improvisant ?

C'est une étude américaine militaire réalisée à l'USCS Hospital de Bagdad pendant le conflit en 2006, a chaque inclusion de cas était recensé l'auteur de la pose de garrot (patient lui-même, militaire tierce, personnel médical du CSAR ou des urgences de l'hôpital), sa compétence médicale exacte (civil, militaire formé de base au secours de premier niveau, "medic" avec formation terminale TCCC, infirmière, médecin), et bien évidement ces variables ont été ajustées en statistiques pour ne pas induire de biais de sous-groupe en fonction de la compétence de celui qui posait le garrot. Croyez-moi c'est une étude très solide et au protocole impeccable, ce qui en sort est une véritable bible, et c'est l'une des 2 ou 3 études mondiale qui a relancé l’intérêt pour les garrot qui commence à peine à se répercuter dans le civil comme on le retrouve dans la recommandation ERC 2015, comme d'habitude très en retard par rapport aux us militaires.

Je ne trouve pas qu'un SOFTT soit très lourd ou très encombrant, seul le prix peu en décourager certains mais là encore pour ce que c'est et son bénéfice, ça me semble très raisonnable.

03 décembre 2015 à 11:00:47
Réponse #9

Draven


Quand je vois la place que prend un CAT et un pansement compressif vs un SWAT-T en latex... je me sens tenté...

Pourtant un pansement compressif israelien 4" sous vide c'est la taille d'un paquet de clope + ou - ( y'a l'emballage autour du pansement sous vide, mais ça se plie ). Idem pour un tourniquet de qualité. c'est quand même pas une place énorme si tu te promène en permanence avec un petit sac. Et dans un véhicule j'en parle même pas ( j'ai plusieurs compressifs du coup dans la voiture, 4 et 6" ).
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

03 décembre 2015 à 11:30:33
Réponse #10

bloodyfrog


Salut,

Je m'étais moi aussi intéressé au SWAT-T parce que multi usages comme Boub les précise, et souvent proposé dans des kits "low profile" à destination des EMT ou des policiers US. 
C'est un objet qui s'aplatit un peu plus que les tourniquets type CAT ou SOF-T, mais il n'est jamais précisé son poids, et ce truc est étonnamment lourd! Plus qu'un CAT!
A réfléchir, car pour ma part, c'est plus souvent le poids que le volume qui m'incite à virer un matos de ma poche.

Parmi les tourniquets "combat", le SOFT-Wide est celui qui s'oublie le plus car se plie à plat facilement:
http://www.itstactical.com/medcom/medical/streamline-your-softt-w-tourniquet-with-this-diy-flat-fold-method/

En achetant un lot de 6 sur la baie US, je les avais touché neufs à 18 euros pièces port compris...

Manu.

Note: je salue tout de même le post de Boub65.  :up:
Dans une salle de spectacle, je préfèrerais être en présence de 30 secouristes éclairés/préparés avec quelques connaissances basiques, un bandana et une longueur de chambre à air en poche, plutôt que d'un seul pro avec un CAT en poche (à moins que ce pro porte sous l'aisselle un MP5K, dans ce cas il m'intéresse aussi...).


03 décembre 2015 à 12:41:53
Réponse #11

Boub65


@bloodyfrog et les autres...

En effet, dans mon cas, le choix d'une bande polyvalente est une question de compromis place (plutôt que poids) vs outils dédiés/spécialisés.

Dans mon kit 4x4 (trousse de toilette Decathlon Newfeel) j'ai CAT, pansement compressif Olaes, Quikclot, etc... Car j'ai la place!

Dans mon kit rando (pochette maxpé FR1) j'ai des compresses et la bande élastique me permettant d'être polyvalent avec un espace réduit. En plus mon 4x4 est jamais très loin (1 à 2 heures) avec le kit lourd. Les secours sont en général à plusieurs heures (12+).

La bande (violette) dans mon kit qui fait 10cm de large pèse 55g...

A+,
Boub.

03 décembre 2015 à 14:59:04
Réponse #12

bloodyfrog


Pour compléter mon post ci dessus, un SOF-T Wide qui s'oublie facilement: plié de façon à pouvoir se caler entre deux passants du pantalon, sous la ceinture (je porte une ceinture en cuir épais, sous une ceinture plus souple ça s'efface encore plus...)

Manu.

Note: ça bouge pas d'un poil, faut juste y penser avant de déboucler sa ceinture...


03 février 2016 à 22:04:15
Réponse #13

aliɔs


Le "garrot de fortune" est au programme des initiations aux gestes d'urgence d'une durée de 2 heures :

Les actions à conduire dans une situation d’exception engendrant de nombreuses victimes (env. 1h)

    le dégagement en urgence d’une victime ;
    la mise en position d’attente pour les victimes qui le nécessitent ;
    la lutte contre les hémorragies au moyen de garrots de fortune ou par une compression réalisée directement sur la plaie.


http://www.interieur.gouv.fr/A-votre-service/Ma-securite/Les-gestes-qui-sauvent/Le-programme-de-l-initiation-aux-gestes-de-premiers-secours

04 février 2016 à 01:12:52
Réponse #14

Chill



Les actions à conduire dans une situation d’exception engendrant de nombreuses victimes (env. 1h)


Un bref rappel pour tous ceux dont le BNS, l'AFPS, le SST ou le PSC1 n'est pas à jour. Et pour ceux qui pensent à y aller un jour  :closedeyes:

Contrôle des hémorragies.

En présence d'un accident du quotidien ou d'un accident catastrophique à effet limité (ACEL), se poser la question :
"Sans risque pour le blessé ou moi-même, puis-je appuyer directement sur la plaie qui saigne ?"

Je constate que :
1) Pas de corps étranger dans la plaie :
  Non pas la terre ou les grains de sable mais :
   - éclats significatifs de verre/métal, arme, etc.
   - esquilles osseuses, fracture ouverte ;
      qui blesseront ma main,
      qui charcuteront un peu plus le blessé,
      qui ne seront généralement pas retiré de la plaie par les primo-intervenants en milieu "civilisé" pour ne pas agraver la lésion.

2) Il existe un support osseux sous-jacent :
Le principe d'action-réaction peut s'appliquer : pour boucher il faut que le bouchon se plaque sur le contenant, pas que le contenant se dérobe devant le bouchon ...
Donc pas pour l'abdomen.

3) La balance "Bénéfice vs Risque" est favorable : Le geste n’aggravera pas l'état du blessé.
Exemple : le cou ! L'appui efficace impacte les voies aériennes. Il ne saigne plus mais il est étranglé et ne respire plus ...

=> Si 1 et 2 et 3, alors appuis avec la main (éventuellement protégée) directement sur la plaie qui saigne. Si la compression est efficace il sera possible, si nécessaire, de se libérer en relayant par un pansement compressif.

Dans les autres cas :
- Catastrophe à moyens dépassés (CMD),
- Fusillade, guerre, ...
- Compression locale impossible (section, délabrement, corps étranger, ...) ou constatée inefficace d'emblée
=> Effectuer une compression à distance.

Si le sauveteur est formé et entrainé : point de compression (PC) réflexe :
   - pli de l’aine (inguinal) ou fémoral,
   - sous clavière ou huméral,
   - carotidien
relayé par un garrot artériel huméral ou fémoral. Il n'y a pas de garrot cervical ... ;)

Pour les sauveteurs non entrainés aux PC : Garrot direct.
Le tourniquet n'est qu'une technique de garrot parmi d'autres.

Pour la plaie hémorragique du cou, il n'existe que le PC carotidien réflexe posé dans la 1ere minute. Après ???

Les hémorragies du Tronc sont rares et "extériorisées" : les gros vaisseaux étant enfouis profond, quand c'est plein dedans, alors ça déborde dehors. Le sauveteur n'y peut pas grand chose. Pour aider au maintien des autres fonctions vitales :
   - Thorax => confort ventilatoire = LVA + 1/2 assis (conscient) ou PLS coté atteint au sol (autres)
   - Abdomen => jambes fléchies

Le 13-11-2015, la conduite à tenir pour le citoyen acteur de sa Sécurité Civile était :
  Autoprotection ("Un bon sauveteur est un sauveteur indemne") + alerte 112,
  Garrot et/ou PLS pour tous,
  RCP pour l'être aimé(e).

C'est globalement ce qui est proposé actuellement par la BSPP. C'était dans les "Quelques gestes pour une vie" démontrés gratuitement par la CRF au siècle dernier.

Ce rappel dogmatique ne remplace ni la formation ni le maintien des acquis !

Chill.
« Modifié: 04 février 2016 à 20:56:23 par Chill »
"'Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

04 février 2016 à 14:17:54
Réponse #15

fry


Je ne connais pas vraiment les référentiels de secourisme, mais ils enseignent réellement qu'il faut faire des points de compression dans les situation de catastrophe dépassées, de guerre, et de multi-victimes ?

04 février 2016 à 15:06:45
Réponse #16

hrk


Bonjour Fry,

Ce que préconise le nouveau référentiel ''Recommandations aux premiers secours 2'', éditions sept. 2014 édité par le Ministère de l'Intérieur sous l'égide de la "Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises" quant aux garrots dans le cadre de Situation à Multiples Victimes (typiquement les évènements tragiques du 13 nov.).
Dans le cadre du travail et du bénévolat je travaille avec des S.P.  L'un avec 40 ans de carrière n'a posé que 2x un garrot , l'autre, en 16 années, n'en a jamais posé. Ceci dit, depuis les attentats, nous avons chargé nos sacs de 1er secours perso., dispo. dans la voiture, de nombreux pansements compressifs et de garrots cotons d'1m40.
Un tourniquet, généralement, t'en a qu'un! et à 35€ (ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dis!) t'aura du mal à le voir partir avec le SMUR. Les garrots cotons à 3€, tout aussi efficace et sans effet de mode non plus, tu peux (malheureusement) en poser un paquet.
La pose d'un garrot n'est pas enseigné dans le SST et le PSC1, tout au plus expliqué dans le cadre de SMV.
 
« Modifié: 04 février 2016 à 15:14:03 par hrk »

04 février 2016 à 15:57:34
Réponse #17

Chill


Je ne connais pas vraiment les référentiels de secourisme, mais ils enseignent réellement qu'il faut faire des points de compression dans les situation de catastrophe dépassées, de guerre, et de multi-victimes ?

En quoi le point de compression te fait-il réagir ?

Je précisais qu'il s'agit de sauveteurs formés et entraînés. Si les points de compressions ne sont plus au programme officiel, il n’empêche qu'ils existent. Des fois ça peut servir, juste le temps de (re)trouver le garrot, souvent improvisé ou trop bien rangé vu l’occurrence de pose.
Dans les cas évoqués, la finalité reste la pose d'un garrot ET la survie des victimes.

Dans le cadre du travail et du bénévolat je travaille avec des S.P.  L'un avec 40 ans de carrière n'a posé que 2x un garrot , l'autre, en 16 années, n'en a jamais posé.
...
La pose d'un garrot n'est pas enseigné dans le SST et le PSC1, tout au plus expliqué dans le cadre de SMV.

Depuis 1982 je n'ai "croisé" -en secours constitués- qu'une douzaine de vraies hémorragies. J'ai fait relayer 1 point de compression inguinal (clampé par l'AR) et fait poser 3 garrots coton (2 motards, 1 AT). Le reste : des CHUT ou des "américains".
J'étais présent au retour d'intervention d'un PS ayant arrêté une hémorragie carotidienne survenue pendant l'intervention (appel pour agression dans le métro, plaie au cou, rupture de l’artère en présence des secours attendant l'AR) et le point de compression reflex du chef d'agrès a certainement sauvé la vie du blessé.
Mais je n'ai jamais vécu de fusillade.  :-[

Je le répète : on peut se passer de point de compression, surtout si il ne sont pas instinctifs/maîtrisés. Et ils sont relayés au plus tôt car inconfortables.
Le sang qui est dehors ne sert plus (truisme) et tout geste efficace en limitant la perte améliore certainement le devenir du blessé.
Je laisse le corps médical trancher.

   Chill.
« Modifié: 04 février 2016 à 21:01:38 par Chill »
"'Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

04 février 2016 à 18:50:39
Réponse #18

fry


Sur le point de compression:

Ma remarque est un point de détail. Effectivement la seule utilisation qu'on puisse en attendre en 2016 est un appui pour temporiser la sortie d'un véritable garrot de sa poche / house / sac, tant il est vrai que les rares séries réalisées sur des points de compression n'ont pu démontrer son efficacité qu'au mieux 40 secondes au membre inférieur et la moitié au membre supérieur. Si c'est clair pour tous les utilisateurs de ce geste comme ça l'est pour toi, alors pas de problème. Cependant en situation de multi-victime il ne faut vraiment pas finasser quitter à tirer sa propre ceinture pour poser un garrot plus vite et passer immédiatement au suivant.

Je ne jouerai pas au jeu de dire combien de garrot j'ai posé (car je l'ignore) ni combien d'hémorragies massives de tous les types j'ai pu prendre en charge avec ou sans secouristes, mais je n'ai jamais eu  besoin de point de compression, en revanche j'ai -très- souvent regretté que l'équipe me précédant ne pose pas plus tôt (ou ne pose pas tout court quand ça n'avait pas été fait) un garrot. Et ceci autant au niveau secouriste, que personnel médical spécialisé (cet acte à beaucoup souffert de ses campagnes de diabolisations), même si cela fait 7 ans maintenant que les premières études militaires ont mis en évidence l'erreur commise en minimisant le rôle du garrot dans les hémorragies de membres certains ont encore du mal à s'y faire.

Je pense que les recommandations françaises suivant l'ERC ou simplement l'actualité, ne tarderont pas à appuyer lourdement sur ce geste comme le font en ce moment la BSPP auprès du grand public dans leurs ateliers portes ouvertes.

04 février 2016 à 21:32:24
Réponse #19

Spip


Et ceci autant au niveau secouriste, que personnel médical spécialisé (cet acte à beaucoup souffert de ses campagnes de diabolisations), même si cela fait 7 ans maintenant que les premières études militaires ont mis en évidence l'erreur commise en minimisant le rôle du garrot dans les hémorragies de membres certains ont encore du mal à s'y faire.

Désolé, mais je crois que je ne comprends pas bien cette phrase.


Je pense que les recommandations françaises suivant l'ERC ou simplement l'actualité, ne tarderont pas à appuyer lourdement sur ce geste comme le font en ce moment la BSPP auprès du grand public dans leurs ateliers portes ouvertes.
Mais aussi les assoces de sécurité civile.

04 février 2016 à 22:03:23
Réponse #20

fry


Désolé, mais je crois que je ne comprends pas bien cette phrase.

Nous en parlions dans plusieurs autres sujets, la campagne d'alerte contre les dangers du garrot, fut une époque, a été si bien menée que ce geste a été entouré d'une sorte d'aura anxiogène menant à ne pas l'indiquer ou mal le réaliser. Une série d'étude militaires et civiles ont pourtant très tôt tiré la sonnette d'alarme devant les mauvais résultats épidémiologiques des décès par hémorragie afin de réhabiliter le garrot d'abord dans le milieu militaire puis dans le milieu civil par extension, avec des recommandations élargies martelant aux équipes médicales de pratiquer ce geste lorsqu'indiqué (les études relevant d'importantes proportions de décès sur des patients hémorragiques traités par compressifs simples là où un garrot aurait pu et aurait du être installé lien1 lien2 ) , et d'élargir l'indication sans hésiter dans les multi-victimes.

Les attentats ont précipité un élan de communication allant dans ce sens et c'est tant mieux.

05 février 2016 à 21:49:01
Réponse #21

aliɔs


Sur le site "vivre avec la menace terroriste" il y a 4 vidéos sur le sujet :

Dans le doute sur la fiabilité : message édité

J'avais appris à poser un garrot avec un lien cravate ou une cravate mais sans "tourniquet"
« Modifié: 07 février 2016 à 16:47:15 par aliøs »

06 février 2016 à 22:12:34
Réponse #22

Raiderscout


Hello

Pour ne parler que des 4 vidéos sur le site "vivre avec la menace terroriste" , les mises en euvre des techniques pour stopper les hemmoragies par balles sur une personne consciente touchee aux membres inferieurs ne marcheront pas telle que presentees.

Le garrot US CAT utilisé est généralement réservé aux membres supérieurs. Il est en plastique et peut casser sur une cuisse lors du serrage qui nécessite beaucoup plus de force. Le froid n arrange pas la situation. Il y a aussi beaucoup de fake introduis sur le marcher avec l engouement pour les jeux  de pistollets à billes.

Préférez un garrot tourniquet en nylon cordura et barre de serrage en fer.
Réglementaire dans l armée française. Une nouvelle version plus aisée a bloquée est actuellement en dotation dans l US army.

Un garrot ne se pose plus au dessus de la plaie mais LE PLUS HAUT POSSIBLE SUR LE MEMBRE. Le problème vient du fait que sur un déplacement ou avec le sang et une plaie déchirée il peut glisser. Surtout il s agit d aller au plus vite et au plus simple pour que cela reste efficace.

On contrôle que le saignement est stoppé. Si non on ressert. S il bouge ou est inneficace on en pose un deuxième. Un G ou un T sur le front du blesse avec l heure de pose a 4 chiffre. On vérifié la conscience et on donne l alerte en précisant le geste effectue.

Pour un garrot avec des moyens dégradés en évitant ficelle et fil de fer ( deja vu) on applique la même procédure.

Ca glisse. Il fait souvent sombre. Il y a le stress et les cris et débattements des victimes et le parasitage de ceux qui paniquent et de ceux qui conseillent...
Il faut apprendre a se le poser et a le faire d une main. Et serrer fort le jour J.

La plupart des ecrans de téléphones ne fonctionnent pas avec des gants et ou des mains poisseuses. Je teste un kyocera qui doit normalement éviter ce soucis.

Il y a un point d entrée Et parfois un point de sortie.

Bref. Des gestes simples a driller au plus proche de la situation réelle. Un coup de marteau sur les doigts nous fait bondir de douleur, alors un fémur fracturé par balle... Qui de facto induira un risque hémorragique artérielle et une agitation certaine lors de la mise du garrot si la personne est consciente.

Mes deux cents

Chris.
« Modifié: 06 février 2016 à 22:23:49 par Raiderscout »
"Be Prepared !"

06 février 2016 à 22:53:54
Réponse #23

Pierrot


Citer
Pour ne parler que des 4 vidéos sur le site "vivre avec la menace terroriste" , les mises en œuvre des techniques pour stopper les hémorragies par balles sur une personne consciente touchee aux membres inférieurs ne marcheront pas telle que présentées.

Merci,
J'attendais que quelqu'un de plus qualifié que moi dans ce domaine le dise, il y a une seule chose de bonne dans ces vidéos, c'est la façon d'appeler les secours......

06 février 2016 à 23:45:47
Réponse #24

Raiderscout


Oui le message est pas mal. Si tous les messages reçus étaient de cet ordre ce serait déjà bien. Après décliner son identité c est mieux et ne raccrocher que si on nous le demande. Dans un cas comme celui ci on gardera la liaison pour récolter le maximum d éléments.

On ne parle ici que des inters sur des blessures par balles aux membres supérieurs et inférieurs.

Video 3
Le pansement relais ne sera efficace que s il y a pression = douleur.
Douleur + Hemmoragie conduisent parfois rapidement à la perte de conscience.
Une victime n exercera jamais une pression suffisante pour arrêter durablement une Hemmoragie importante, surtout par balle.
Soit le secouriste maintient la compression ; soit il fixe le pansement (principe du pansement dit " israélien").
Si le pansement relais est inefficace ou la situation ne permet pas d en poser ou maintenir un (plaie béante, arrachage de membre, pas de materiel, plusieurs blessés à gérer, etc.) le garrot s impose comme la solution la moins pire.
D autres méthodes avec ou sans matériels existent.

La pose du garrot de circonstance dans la video ne fonctionnera pas telle que montrée mais surtout risque surtout da graver l état de la victime car pose sur la plaie. Cette démonstration et méthode est inefficace et dangereuse.

Chris.
"Be Prepared !"

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité