Nos Partenaires

Auteur Sujet: Potabilité eau de source  (Lu 2660 fois)

22 septembre 2015 à 11:22:19
Lu 2660 fois

beck


Bonjour à tous,

[nouveau membre, 27 ans - région liégeoise en Belgique - novice en survie forêt - objectif acquérir un maximum de connaissances pour savoir se débrouiller en toute situation dans la verte pour être à l'aise dans mes futures randonnées -bivouacs avec ma compagne]

je fais des petites sorties en forêt dans ma région pour m'entrainer à faire du feu (firesteel et feu friction) et trouver de l'eau.
Pour le moment je vais voir les sources à proximité de chez moi et je voulais savoir si en buvant cette eau directement à sa sortie il y avait des risques ou non. Doit-on quand même la faire bouillir ou est-elle potable sans traitement? Y a-t-il des risques? A quoi dois-je être vigilant?
Je n'arrive pas à trouver l'info sur le net. Si vous pouviez m'éclairer sur ce sujet, ça serait parfait.

22 septembre 2015 à 12:45:01
Réponse #1

Troll


Bonjour,

En règle générale, il est bon de filtrer l'eau dans un premier temps.

On filtrera donc depuis les plus gros éléments (un bout de brindille par exemple) vers les plus petits (un grain de sable par exemple).

Ensuite, par défaut (mais cela ne tient qu'à moi), je fais systématiquement bouillir / passer au charbon actif afin d'être "certain" de la potabilité de l'eau.

Un signe avant-coureur est la présence d'algue / végétation sur une eau. Logiquement, cela veut dire "attention"...

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

22 septembre 2015 à 13:39:17
Réponse #2

beck


Dans mon cas, je ne pense pas avoir besoin de filtrer l'eau. Elle s'écoule directement depuis le sol, à travers la roche sous forme d'un petit filet d'eau que j'ai "décroché" de la paroi à l'aide d'une petite rigole en écorce de bouleau. J'ai donc une eau sans impuretés visibles et donc encore moins d'algues.
J'aimerai en fait savoir si je peux sauter l'étape de purification de l'eau (ébullition ou autre) pour gagner du temps et de l'énergie.

22 septembre 2015 à 14:14:07
Réponse #3

Arnaud


Une source peut être contaminée de plusieurs manières, la pollution et les microorganismes les plus dangereux étant invisible à l'oeil nu, impossible de juger de la qualité d'une eau sans la faire analyser.

Le risque de chopper des saloperies en buvant de l'eau étant bien réel, à chacun de voir en connaissance de cause mais vu la facilité de se procurer et d'utiliser du micropur et/ou un filtre moderne permettant de réduire sérieusement les risques (sans toutefois les éliminer complètement) ça serait dommage de s'en passer ;)
« Everybody has a plan until they get punched in the mouth.»

22 septembre 2015 à 14:37:10
Réponse #4

Troll


Bonjour,

On peut en effet supposer qu'il n'y aura pas de bêbêtes léthales dans l'eau en Belgique...si tu es déjà en bonne santé. Tu serais dans un pays avec une hygiène plus variable, il en irait très sans doute autrement.

NEANMOINS, cela n'est pas une raison. On ne sait jamais ce qu'il peut y avoir en sous-sol d'une part. A titre d'exemple, ta paroi est-elle propre ? Ton écorce ? D'autre part, tu peux courir un risque au niveau intestinal (diarrhées, etc...)

Comme dit par Arnaud, le traitement est facile, rapide, peu cher...il n'y a pas objectivement pas de raison de prendre le moindre risque.

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

22 septembre 2015 à 15:53:04
Réponse #5

beck


Il en sera donc ainsi. Je ne suis pas chaud de me retrouver en pleine forêt avec les intestins en compote. Merci des infos!

22 septembre 2015 à 17:17:59
Réponse #6

Loriot


Bon... Je vais faire réagir quelques personnes ici-bas.
Essayes! Si la région n'est pas utilisée pour l'exploitation des animaux (élevage). Qu'il n'y a pas de de station d'épuration douteuse dans le bassin versant, ni d'industrie en dessus...
Que la source se trouve au milieux d'une région "propre".
Perso, moi je me gêne pas.
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

22 septembre 2015 à 18:57:15
Réponse #7

Luc


Je vais faire la personne chiante qui réagit ici bas, mais comme le dit Arnaud même en Europe il y a couramment plusieurs risques non visibles à l'oeil dans l'eau.  Bien sûr on a un système immunitaire mais on est pas tous egaux face aux risques. (certains ont par exemple bien bousté le leur). Les solutions de traitement sont simple, efficace et pas cher, pourquoi se priver?  Si tu veux tenter parle en quand même à ton medecin avant, ça aussi c'est pas très cher et ca peut eviter des mois de galère.

22 septembre 2015 à 19:26:39
Réponse #8

Ani7


Salut bien,
C'est dommage, Beck disait vouloir en apprendre un maximum, afin de sortir "tranquilou"dans la verte. Pour le coup, nada. Essayer, au risque d'être sérieusement... emmerdé, c'est moyen comme conseil, non ?!  :blink:
Aprés, l'idée de "scanner" l'environnement afin de detecter les pollutions les plus visibles  :up:
Sinon, question pour tous : existe-t'il un "protocole" comme pour goûter les plantes inconnues, applicable à l'eau, ou faut-il passer systèmatiquement par les étapes filtrage et traitement ?
À plus.

22 septembre 2015 à 22:38:31
Réponse #9

guillaume


Ensuite, par défaut (mais cela ne tient qu'à moi), je fais systématiquement bouillir / passer au charbon actif afin d'être "certain" de la potabilité de l'eau.

En faisant cela, tu diminues les risques mais rien n'est certain pour autant. Certains virus sont thermos-résistants. Certains virus sont si petits qu'ils passent à travers n'importe quel filtre du commerce.

Ce qui va bien, c'est le combo filtration-chimie. Rendre l'eau apte à recevoir le traitement chimique dans un premier temps (filtration) puis la traiter dans un second temps (micropur forte, aquatabs).

En cas de doute concernant les polluants chimiques (métaux lourds, pesticides, etc.) le charbon actif aide un peu. Mais la faible quantité de charbon actif fait que les polluants le sature très vite, malgré sa forte capacité d'adsorption.

Citer
Un signe avant-coureur est la présence d'algue / végétation sur une eau. Logiquement, cela veut dire "attention"...

Pas systématique non plus. Tout comme la présence de vie (poissons, bêbêtes) dans l'eau ne garantie rien.

a+

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

23 septembre 2015 à 18:20:16
Réponse #10

Cavannus


Salut,

Pour ma part, en rando je traite l'eau claire aux UV-C (j'ai le CamelBak All Clear, mais le Steripen est plus répandu). C'est un moyen rapide et facile (secouer une bouteille pendant 1 minute) qui n'altère aucunement le goût de l'eau.

La stérilisation aux UV n'est pas vraiment répandue parmi les randonneurs, même les vendeurs de plein air ne la citent jamais (pourquoi? parce qu'il faut de l'eau claire? ou alors effet psychologique, car un peu de lumière bleutée ça paraît moins efficace qu'un filtre bien compliqué et qu'une pastille qui a le goût de piscine?).
Dans l'industrie de l'eau, en revanche, c'est connu et c'est utilisé en complément d'autres techniques.

Je ne réponds pas à ta question, mais je te propose cette alternative pratique et peu coûteuse à l'usage. Et ça marche même l'hiver!

23 septembre 2015 à 19:12:18
Réponse #11

Kilbith


La stérilisation aux UV n'est pas vraiment répandue parmi les randonneurs, même les vendeurs de plein air ne la citent jamais (pourquoi? parce qu'il faut de l'eau claire? ou alors effet psychologique, car un peu de lumière bleutée ça paraît moins efficace qu'un filtre bien compliqué et qu'une pastille qui a le goût de piscine?).

Oui, sur le papier c'est quasi parfait, mais...

Ca bouffe pas mal de piles, c'est pas donné et surtout, surtout : c'est pas fiable (le mien a fait une journée). Et comme il n'y a pas d'importateur sérieux : garantie nada.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

23 septembre 2015 à 20:02:18
Réponse #12

guillaume


Ca bouffe pas mal de piles, c'est pas donné et surtout, surtout : c'est pas fiable (le mien a fait une journée). Et comme il n'y a pas d'importateur sérieux : garantie nada.

Et pour ma part, c'est la seule fois où j'ai choppé un dysenterie. Avec un protocole de "test" ne laissant que très peu de marge d'interprétation quant à la cause de celle-ci.

a+

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

23 septembre 2015 à 22:49:37
Réponse #13

Cavannus


Ah... euh... Retours intéressants  ^-^  :-\

Pour ma part :
- j'ai toujours une boîte de pastilles dans ma trousse de secours en cas de bris ou défaillance de mon stérilisateur UV;
- dès que je suspecte des particules en suspension, je double voire triple le temps de stérilisation;
- je n'ai jamais eu de problème avec la batterie (interne au lithium) que je recharge très régulièrement avant de perdre une "barre".

Question efficacité : certaines personnes oublient d'essuyer l'eau sur le bord de la gourde, qui elle n'est pas stérilisée. J'imagine que tu n'as pas fait cette erreur. Le CamelBak se visse sur la gourde comme un bouchon, et s'utilise en secouant l'eau (le tube UV est dans le bouchon de la gourde), est-ce que cela lui conférerait plus d'efficacité? ou pas? A-t-il un tube de meilleure qualité que le SteriPen? -- Ou alors ai-je juste eu de la chance?

24 septembre 2015 à 17:27:55
Réponse #14

mirmidon


Bonjour : Une piste a suivre
Le projet Faircap est open source, basé sur le Do It Yourself et réalisé avec une imprimante 3D.

C’est un petit filtre à placer sur une bouteille d’eau standard, contenant un peu de charbon actif et permettant de purifier l’eau en éliminant les bactéries et autres produits chimiques. Une version plus évoluée contient également des micro-filaments plastique, ce qui éliminera 99,9 % des bactéries.

Cette idée est économique, actuellement entre 2 et à 4 euros, et simple à mettre en place, dans des pays où l’accès à l’eau potable est encore un grand problème.

En passant à une fabrication de masse, le coût pourrait descendre à un centime par litre. Mauricio Cordova, l’initiateur de ce projet, va certainement lancer une campagne de crowdfunding pour développer ce produit et chercher des partenariats avec des ONG.
Source
je ne suis n'y pour n'y contre bien au contraire

24 septembre 2015 à 20:59:20
Réponse #15

Loriot


Dits moi comment tu purifies ton eau et je te dirais qui tu es... ;D
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité