Nos Partenaires

Auteur Sujet: Le vélo  (Lu 5789 fois)

27 août 2015 à 07:02:42
Réponse #25

François


Montée au retour, descente à l'aller  :)
C'est plus agréable dans ce sens que le contraire, à mon avis. Cela évite d'arriver au boulot en sueur, et devoir se changer.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

27 août 2015 à 09:15:09
Réponse #26

Diesel


Après une journée à courir partout, j'aurai préféré l'inverse dans mon cas.  :'(
Sans compter que les vents dominants étaient toujours face à moi. Le matin et l'après midi avec les inversions thermiques. ^-^
Quand le vent était faible, ça allait mais montée + le vent quand il y en avait en fin de journée, ça finissait de m'achever.

A pieds, je vais moins vite mais au moins j'échappe à ça

27 août 2015 à 22:38:22
Réponse #27

wolf


A pieds, je vais moins vite mais au moins j'échappe à ça

J'y ai pensé mais 1 heures aller et 1 heures retour après 12 h   :crazy:.

Je vais tenter les 2 au lieu de me chercher des excuses....  ::)
"Be the type of person that when your feet touch the floor in the morning, the devil says: "aww shit, they're up"   Dwayne johnson

31 août 2015 à 07:47:22
Réponse #28

Nostoc


J'ai pensé aussi aux filtres, mais je ne suis pas encore convaincu par ce qui existe, les particules les plus fines/dangereuses ne sont pas filtrées, et les sensations ne doivent pas être terribles au niveau du souffle, mais je n'ai pas essayé.

Bonjour,
d'abord merci pour les liens et explications sur la sécurité
ensuite pour les filtres :
j'ai essayé et le résultat est parlant, je gagnais 20% de temps de trajet (surement du à un moindre essoufflement) mais j'ai quand même évité en dehors des trajets les plus pollués car les odeurs du masque montrent des émanations de cov ou autres...
comme les lunettes de soleil qui rendent l’œil plus exposé car on se sent à l’abri, la pupille grand ouverte et s'exposant plus longtemps et plus fort.

31 août 2015 à 07:52:55
Réponse #29

Djeep


...des émanations de cov ou autres...

BJR Cov ? HN
Allumez le feu :-)
Donnez un titre honorifique à un clampin et il se sentira l'âme d'un petit chef !

31 août 2015 à 07:56:22
Réponse #30

Nostoc


composés organiques volatils

par exemple les plastiques du masque, ou les solvants ou blanchisseurs du filtre lui même.

31 août 2015 à 09:57:02
Réponse #31

Djeep


BJR  :up: Merci :) HN
Allumez le feu :-)
Donnez un titre honorifique à un clampin et il se sentira l'âme d'un petit chef !

31 août 2015 à 11:36:32
Réponse #32

zarmup


Bonjour,
Question respiratoire: J'ai fais vélotaf pendant quelques années (50km A/R de la lointaine banlieue au centre de Paris) et je me suis posé la question de la dose de saloperies quotidienne que je respirais. Question posée à quelques médecins qui m'en faisaient une autre en retour: tu fume combien de clopes?
Ben oui, la pollution urbaine est irritante et potentiellement dangereuse mais par rapport au tabac au quotidien, c'est presque "gentil"!
ça me fais penser aux gars en surpoids de 10kg qui équipent leur vélo de pieces titane pour gagner 20gr ou ceux qui pour maigrir font des sorties conclues par 2-3 bières et une clope.
A pied, à cheval ou en voiture, on respire les merdes de la ville. Mais je pense que le vélo, en te gardant un organisme "actif" permet de mieux encaisser.
1 paquet de clopes, ça équivaut à combien de km en ville polluée?
L'homme prévoit, Dieu rigole!

31 août 2015 à 15:25:54
Réponse #33

François


Il y a une trentaine d'année, on estimait que vivre à Paris, Lyon, Marseille, Grenoble - une ville polluée quoi - équivalait à fumer un paquet de clopes par jour (à l'époque cela paraissait tout à fait acceptable). Depuis la pollution a beaucoup diminué. Délocalisation des industries, quasi-disparition des chauffages au bois ou au charbon, amélioration des chauffages au fioul, accroissement de la part des chauffages au gaz et électriques, grosse amélioration des autos et cyclos. On en est peut-être à un quart de paquet de clopes par jour ?
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

31 août 2015 à 15:54:36
Réponse #34

Diesel


Pas sûr, ça dépend de ce qu'on récupère dans les bronches.
En ville, c'est maintenant majoritairement des véhicules diesel (rien à voir avec mon pseudo  ;D ) qui font trop peu de route pour être en conditions optimales pour ne pas polluer fortement (moteur froid).
Et le reproche qu'on leur fait, c'est d'émettre des particules fines qui seraient particulièrement nocives.
De plus, je pense qu'il y beaucoup plus de circulation en ville qu'il y a 30 ans. Donc moins polluante peut-être d'une certaine forme  (hum?  :ninja: ) mais plus nombreuses de toute façon

Moi, je ne miserais pas ma chemise là dessus. Et de toute façon, même à 1/4 d'il y a 30 ans, c'est sans doute toujours trop sans compter qu'on a l'accumulation de tout ça dans nos poumons de toute façon.
Et la concentration urbaine augmente sans cesse depuis des années aussi.

31 août 2015 à 16:01:58
Réponse #35

Kilbith


En ville, c'est maintenant majoritairement des véhicules diesel (rien à voir avec mon pseudo  ;D )

Pour cette fois (seulement cette fois  :glare: ) tu n'y es pour rien...Le problème des diesels semble derrière nous (en ce qui concerne les particules fines). Encore plus dans l'avenir et la généralisation du filtre à particule (et même de ceux captant les Nox).

Source: Sciences et Vie 23/01/2015: http://www.science-et-vie.com/2015/01/les-pneus-les-freins-et-lusure-des-routes-emettent-presque-autant-de-particules-nefastes-que-le-diesel/

Citer
41 % des particules polluantes émises par le trafic routier en Ile-de-France proviennent des pneus, des plaquettes de frein et de l’abrasion des routes – juste après le diesel (qui compte pour 55 %

) ! Tel est l’enseignement principal du dernier rapport de l’association Airparif de surveillance de la qualité de l’air en région Ile-de-France (qui prend en compte l’année 2012). A l’heure où Paris est une fois de plus victime d’un sévère pic de pollution, ces trois nouveaux venus dans le club des pollueurs ont surpris plus d’un spécialiste.

Si les voitures diesel sont depuis longtemps montrées du doigt pour leur nocivité, la mise en évidence de ces trois nouvelles sources de pollution aux particules fines – engendrées par tous les véhicules, voitures électriques compris – devrait modifier la stratégie classique de la lutte contre la pollution dans les centres urbains.

Il faut aussi particulièrement se méfier des feux de cheminée...très polluants comme on peut le constater en hiver dans certaines vallées pyrénéennes encaissées.  ;)
« Modifié: 31 août 2015 à 16:17:15 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

31 août 2015 à 16:13:21
Réponse #36

François


Il faut aussi particulièrement se méfier des feu de cheminée...très polluant comme on peut le constater en hiver dans certaines vallées pyrénéennes encaissées.  ;)

Je plussoie, j'opine, etc. Certains jours d'hiver il y a une inversion de température : fond de vallée à l'ombre qui reste froid toute la matinée et montagnes qui chauffent (un peu) au soleil. L'air froid et empli de fumées de chauffage reste immobile sous un couvercle d'air moins froid. Pour peu que certains se chauffent avec du bois coupé l'été l'automne précédent (pas assez sec), c'est irrespirable. Ces jours là je prends le vélo électrique, solution de riche j'en conviens.
« Modifié: 31 août 2015 à 16:58:14 par François »
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

31 août 2015 à 18:51:23
Réponse #37

Thrawn


Je vais aller à contre-courant...

Dans mon travail, j'ai -entre autres- à étudier des dossiers d'accidents corporels de la route.
Quand je suis arrivé dans ce boulot, mes nouveaux collègues m'ont dit:
"ah, tiens t'es motard... tu vas peut-être pas le rester longtemps!"

Quelques années plus tard, je suis toujours motard... mais je ne fais plus de vélo sur route ouverte.
Certains risques sont évidemment communs à tous les deux-roues: ne pas être vus et donc se faire griller une priorité ou alors la glissade bête.

Mais en moto, si on est un peu sérieux, on a un bon équipement de protection (qui ne fait pas tout, mais comparé à une tenue de cycliste, c'est une véritable armure!).
 Et la possibilité de se tirer de certaines situations merdiques en mettant un coup de gaz si nécessaire. La moto est également "moins invisible": le phare, le feu arrière, le gabarit du véhicule... n'ont rien de comparable avec un vélo.
Au besoin, un coup de klaxon ou faire gueuler le moteur dans le vide peuvent permettre de rappeler à certains votre présence.

J'ai trop lu de dossiers de cyclistes se faisant faucher dans des ronds-points, ou embarqués par le rétro de la voiture qui les double de trop près, ou encore, qui doublent la file par la droite au feu rouge et se font broyer quand la file redémarre...

Mon propos est bien entendu à envisager dans un environnement urbain (vitesse moto <50).
Et dans ce cadre, mon impression perso, c'est qu'en moto, la blessure majoritaire, c'est la fracture du poignet, suivie par des fractures des membres plutôt classiques (bref, ça fait mal, mais ça se ressoude).
Toujours dans ce cadre, les suites médicales d'un accident de vélo en milieu urbain, toujours dans mon impression, combine souvent brûlures,fractures moches et trauma crânien (souvent léger, certes).
(brûlures et fractures "moches" dues à l'absence d'équipement de protection: si les vestes/pantalons/gants de moto coûtent si cher, c'est pas pour rien!)
(Trauma crânien: bah oui, souvent pas de casque. et je ne parle même pas du menton qui reste exposé même avec un casque cycliste)

Bref. Je ne nie pas le danger de la moto, mais si je dois cogner un truc ou glisser sur du macadam, je préfère que ce soit dans une armure de matériaux modernes prévus pour me protéger plutôt qu'en vêtements classiques (encore moins en vêtements "cyclistes"  :lol: )



Mes deux roulettes
« Modifié: 31 août 2015 à 18:58:25 par Thrawn »

01 septembre 2015 à 09:52:43
Réponse #38

tartopom


mais je ne fais plus de vélo sur route ouverte.
Certains risques sont évidemment communs à tous les deux-roues: ne pas être vus et donc se faire griller une priorité ou alors la glissade bête.


Nous sommes donc bien d'accord, le principal frein au développement du vélo comme moyen de transport fiable, écologique et économique en ville reste la voiture.

Pour tous autres obstacle (météo, dénivelé, condition physique,...) il existe des solution technique. (velo electrique, pneu cloutés, habillement dédié, vélo caréné et velomobile,...)

 :D Ravachol cycliste avant de savoir marcher
BAVU ba pris

01 septembre 2015 à 16:03:13
Réponse #39

Loriot


Bon... Je vais peut-être enfoncer une porte ouverte.
Oui le cycliste dans certaines régions de France peut craindre pour sa vie.
Pour rappel, je ne vis pas en France mais juste à côté.
J'ai souvent embarqué mon vélo lors de mes vacances, pour me déplacer autour de mon lieu de vacance.
Certaines régions sont mortellement dangereuse! Le but de l'automobiliste semble être de tuer le cycliste. Je n'ai pas comptabilisé les "incidents" mais le sud ouest à selon moi la palme! A se demander si il y a pas une prime pour chaque vélo mis à terre!!! la Bretagne c'était bien plus agréable.
Pour être cycliste en France et vivre longtemps je pense qu'il faut habiter le bon département...

Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

01 septembre 2015 à 16:21:56
Réponse #40

Djeep


... Le but de l'automobiliste semble être de tuer le cycliste...
BJR   >:( Un peu excessif comme remarque  :down: HN
Allumez le feu :-)
Donnez un titre honorifique à un clampin et il se sentira l'âme d'un petit chef !

01 septembre 2015 à 17:55:45
Réponse #41

Loriot


Peut être juste alors de l'éliminer de la route alors... Mea-culpa.
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

01 septembre 2015 à 18:28:05
Réponse #42

aliɔs


Je n'ai pas comptabilisé les "incidents" mais le sud ouest à selon moi la palme! A se demander si il y a pas une prime pour chaque vélo mis à terre!!!

Sans aucun doute à cause de chauffards extérieur à la région et en "villégiature" dans le sud-ouest comme l'indique ce fait divers du jour  :D :

fuite inconsciente passée par des pistes cyclables

http://www.sudouest.fr/2015/09/01/mimizan-quinze-mois-de-prison-ferme-pour-le-chauffard-parisien-2111442-3446.php

05 septembre 2015 à 09:58:08
Réponse #43

Daeron


Enorme...j'adore critiquer les politics , mais là , chapeau bas :

http://patrimoine.lesechos.fr/patrimoine/impots/021293039906-les-trajets-domicile-travail-en-velo-desormais-indemnises-1149268.php

put**n , mine de rien , ça faisait longtemps que j'avais pas vu un truc d'utile venu d'en haut .

05 septembre 2015 à 16:42:02
Réponse #44

Ishi


Oui bravo pour cette loi.

Par contre, le petit commerçant ou l'entreprise ayant besoin d'un moyen de transport pour faire des petites livraisons auprès de ses clients et pour faire ses déplacements professionnels (banque, poste, comptable, etc...) récupérera la tva sur l'achat d'une voiture utilitaire 2 places mais pas sur l'achat d'un vélo classique ou électrique.
Cherchez l'erreur.
La terre n'appartient pas à l'homme, l'homme appartient à la terre.

07 septembre 2015 à 10:11:02
Réponse #45

Maximil


D'un autre côté, c'est ENCORE les employeurs qui vont devoir payer cela !!!  >:(
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

07 septembre 2015 à 13:27:54
Réponse #46

Diesel


D'un autre côté, c'est ENCORE les employeurs qui vont devoir payer cela !!!  >:(
On croirait que c'est le MEDEF qui parle vilain petit canard  ;D

Fait ton mea culpa   :nana:
 

07 septembre 2015 à 16:08:19
Réponse #47

guillaume


Citer
Ces participations sont en effet exonérées d’impôt sur le revenu pour les salariés et de cotisations sociales pour les entreprises, dans la limite d’un montant fixé par décret

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

07 septembre 2015 à 16:21:37
Réponse #48

Kilbith


On croirait que c'est le MEDEF qui parle vilain petit canard  ;D

Fait ton mea culpa   :nana:

D'un point de vue économique peu importe que ce soit l'entreprise ou le salarié qui paye. Un salaire, c'est le résultat d'une négociation qui tient surtout compte de la productivité du travailleur et de l'état de l'offre et de la demande.

Ce que paye le salarié, il a tendance à le négocier avec l'employeur en exigeant une augmentation de salaire. Ce que paye l'employeur, il a tendance à le retirer de la paye du salarié. Dans les deux cas on obtient un équilibre qui dépend, essentiellement, de la productivité du travail et de l'état du marché de l'emploi (local, national ou international selon les couts d'arbitrage).

Deux points viennent modérer ce propos :

- La perception passe avant la réalité ("l'employeur paye" VS. "l'employé paye"). En effet les salariés, comme les hommes, se déterminent plus sur leur perception que sur des faits. C'est un point important, mais qu'il ne faut pas surestimer.

- La répartition de la masse salariale entre les travailleurs. On peut imaginer que des transferts aient lieu entre les travailleurs les plus productifs et ceux moins productifs (notion d'équité sociale). Pour les entreprises cela revient au même....

...tant que le travailleur economiquement lésé par ce transfert accepte de rester dans l'entreprise dans le cadre réglementaire considéré. Si l'employé très productif, qui estime être sous payé, n'accepte pas cet arbitrage il va chercher à s'établir en d'autres lieux, sous d'autres règles. Et inversement.


PAVC (pourrait être perçu hors charte).



« Modifié: 07 septembre 2015 à 16:28:58 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

07 septembre 2015 à 16:37:06
Réponse #49

Bomby


D'un point de vue économique peu importe que ce soit l'entreprise ou le salarié qui paye. Un salaire, c'est le résultat d'une négociation qui tient surtout compte de la productivité du travailleur.

Ce que paye le salarié, il a tendance à le négocier avec l'employeur en exigeant une augmentation de salaire. Ce que paye l'employeur, il a tendance à le retirer de la paye du salarié. Dans les deux cas on obtient un équilibre qui dépend, essentiellement, de la productivité du travail et de l'état du marché de l'emploi (local, national ou international selon les couts d'arbitrage).

Deux points viennent modérer ce propos :

- La perception passe avant la réalité ("l'employeur paye" VS. "l'employé paye"). En effet les salariés, comme les hommes, se déterminent plus sur leur perception que sur des faits. C'est un point important, mais qu'il ne faut pas surestimer.

- La répartition de la masse salariale entre les travailleurs. On peut imaginer que des transferts aient lieu entre les travailleurs les plus productifs et ceux moins productifs (notion d'équité sociale). Pour les entreprises cela revient au même....

...tant que le travailleur lésé par ce transfert accepte de rester dans l'entreprise dans le cadre réglementaire considéré. Si l'employé très productif, qui estime être sous payé, n'accepte pas cet arbitrage il va chercher à s'établir en d'autres lieux, sous d'autres règles.


PAVC (pourrait être perçu hors charte).

Non, non, c'est relativement factuel et neutre (pour finalement de la science économique), donc pas vraiment hors charte.

Ca peut même, au contraire, éviter des débats et discussions qui, eux, seraient pour le coup hors charte sur un sujet qui, lui, relève en réalité du politique...

On garde ton intervention, merci Kilbith !

En fait c'est plutôt le sujet de cette nouvelle législation sur "l'indemnisation" par l'employeur des déplacements domicile-travail à vélo qui est hors charte, compte tenu de l'appréciation politique qu'il amène.

L'info étant donnée, et un commentaire économique relativement neutre ayant été donné, restons-en donc là SVP ! Et revenons à la pratique cycliste plutôt qu'à sa sponsorisation gouvernementale.

Cordialement,

Bomby

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité