Nos Partenaires

Auteur Sujet: Le vélo  (Lu 5669 fois)

24 août 2015 à 15:41:19
Lu 5669 fois

Raydock


Salut à tous,

Adepte du vélo depuis môme comme principal moyen de transport, aussi bien pour le boulot que pour les vacances, je vous livre quelques réflexions pas très originales, mais je n'ai trouvé que peu de sujets ici, plutôt orientés sport/vtt (j'ai peut-être mal cherché).

Le vélo en ville est  :

- rapide  !
En ville ce serait le moyen de transport le plus rapide. Et plus on en fait, plus vite on va.
- sûr !
Malgré les appréhensions, c'est aussi sûr que la marche. Et plus la part modale du vélo augmente, plus la circulation est sûre pour tous (voire le taux d'accident à Copenhague avec 55 % de déplacements à vélo).
- sain  !
Pour la santé du cycliste bien sûr, et pour celle des autres, grâce à une meilleure qualité de l'air (les projections des différentes etudes sont impressionnantes). Et pour celle de la planète évidemment.
- silencieux, économique, convivial et agréable... La liste pourrait s'allonger.

Mais le vélo en général, c'est aussi :

Pour faire ses courses, transporter ses enfants, ou faire un tour du monde il suffit d'une remorque, ou d'un vélo-cargo ou/et des sacoches et la capacité d'emport devient vraiment importante.
Le vélo va partout ou presque, avec du matériel adapté (géométrie, taille des pneux et transmission) tous les terrains sont praticables.
La météo n'est pas un obstacle,  on peut rouler sous la drache et sous la neige, les pays nordiques sont aussi les plus cyclistes.
Le vélo est durable, réparable, adaptable, transformable. Bien sûr le marketing et l'évolution des matériaux et des standards pousse à la consommation et à l'obsolescence des biclous, mais on peut aussi rouler sur des vélos de  plusieurs dizaines d'années en acceptant de mettre un peu de cambouis sur ses mains, car la mécanique reste simple à apprendre et souvent intuitive.

Quel vélo ?
Pas question de parler marques et matos dans le detail, il y en a des tartines sur les forums spécialisés.
Mais quelques généralités quand même  :
Dans l'optique du forum on va privilégier la polyvalence, donc pas un tout carbone taillé pour le goudron, ni un vtt en aluminium tout suspendu, ni même un élégant hollandais lent et lourd comme un veau. Trop spécialisés ou trop fragiles.
Mieux vaut regarder du côté des vélos que prennent les voyageurs au long cours. Le cadre en acier, ça vieillit bien (gaffe à la rouille), ça se ressoude, les filetages sont solides, ça se plie bien avant de se briser et ça se redresse.
Le vélo doit avoir de quoi mettre des garde-boues et des porte-bagages (même si on peut bricoler pour en ajouter).
La transmission (3 plateaux devant, de 6 à 10 pignons derrière) permet de monter un col chargé et avec sa remorque.
La géométrie permet de mettre des pneus larges plus confortables et résistants.
Les freins et les manettes de vitesses (sur le cadre, à l'ancienne par exemple) sont facilement réparables, ne demandent pas de pièces introuvables.

Demain (sans pétrole ? ), comme hier (quand l'économie et la politique dérapent) et donc dès aujourd'hui, le vélo c'est un outil indispensable.


24 août 2015 à 15:58:23
Réponse #1

Troll


Bonjour,

Je suis d'accord sur la polyvalence du vélo comme moyen de transport autant pour soi que pour du matériel.

J'ajouterai aussi qu'il permet de transporter - dans le cadre d'une route ou d'un chemin acceptable - une charge beaucoup plus lourde, beaucoup plus loin, qu'à pieds, et ce avec une dépense énergétique moindre.

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

24 août 2015 à 16:25:59
Réponse #2

Diesel


J'ai été au boulot pendant 5 ans ou plus 200 jours par an été comme hiver en VTT.
Pas une grande distance (4km de mon habitation) mais je traversais une ville moyenne avec des dénivelés.
Je me permet de répondre point par point de par ma propre expérience.

Citation de: Raydock
Le vélo en ville est  :

- rapide  !
En ville ce serait le moyen de transport le plus rapide. Et plus on en fait, plus vite on va.
Pas tellement si on respecte les feux. Beaucoup plus en cas de circulation dense ou on circule sans rester pare-choc contre pare-choc

Citation de: Raydock
- sûr !
Malgré les appréhensions, c'est aussi sûr que la marche. Et plus la part modale du vélo augmente, plus la circulation est sûre pour tous (voire le taux d'accident à Copenhague avec 55 % de déplacements à vélo).
Pas vraiment, ça reste dangereux, la vitesse d'un vélo est trop souvent sous estimée, les priorités non respectées, le vélo n'est pas forcement très visible
J'ai failli plus d'une fois me faire tasser contre un trottoir, me battre pour faire respecté une priorité,  me prendre une portière ouverte au dernier moment, surprendre une voiture en me situant dans son angle mort. Le vélo en ville le matin, quand tout le monde est pressé d'aller au boulot, c'est la roulette russe. La nuit, même éclairé comme un sapin de noël on se fait des frayeurs. L'hiver étant la meilleur saison pour se faire rentrer dedans.Et je ne parle pas des jours de pluie.
On oublie sans doute de dire que le vent, la pluie sont autant de problème. Pédaler contre le vent, la pluie dans la figure ... hum, délice. Ou partir le matin par -5° avec une petite descente à 40km/h, ça réveil.
Je ne doute pas que le civisme et la ville se prêtent bien au vélo à Copenhague mais ce n'est hélas pas le cas partout.

Citation de: Raydock
- sain  !
Pour la santé du cycliste bien sûr, et pour celle des autres, grâce à une meilleure qualité de l'air (les projections des différentes etudes sont impressionnantes). Et pour celle de la planète évidemment.
Si tout le monde roulait en vélo peut-être mais le vélo en ville c'est aussi aspirer à plein poumons ce que les voitures recrachent. Et coté respiratoire, le volume d'air si tant est qu'on force un peu ce n'est pas celui de la marche. Autant dire qu'on recycle les gaz d'échappement. J'aime à penser que je participe à la récupération du CO² et contribue à diminuer l'effet de serre mais au prix d'une réduction de mon espérance de vie.
Là c'est l'été que j'apprécie le plus. Plus besoin de se poser la question du parfum, c'est transpiration et pollution. :)

Citation de: Raydock
- silencieux, économique, convivial et agréable... La liste pourrait s'allonger.
Oui, on arrive a surprendre les gens et on se fait beaucoup d'amis lorsque, sur les piste cyclable, on chasse le marcheur à poussette, la femme en téléphone, le gamin avec son ballon. Alors on se pousse sur le trottoir pour éviter la foule et on se fait de nouveaux amis qui essayent de nous remettre sur la piste cyclable ... ;#

Citation de: Raydock
Quel vélo ?
Pas question de parler marques et matos dans le detail, il y en a des tartines sur les forums spécialisés.
Mais quelques généralités quand même  :
Dans l'optique du forum on va privilégier la polyvalence, donc pas un tout carbone taillé pour le goudron, ni un vtt en aluminium tout suspendu, ni même un élégant hollandais lent et lourd comme un veau. Trop spécialisés ou trop fragiles.
Mieux vaut regarder du côté des vélos que prennent les voyageurs au long cours. Le cadre en acier, ça vieillit bien (gaffe à la rouille), ça se ressoude, les filetages sont solides, ça se plie bien avant de se briser et ça se redresse.
Le vélo doit avoir de quoi mettre des garde-boues et des porte-bagages (même si on peut bricoler pour en ajouter).
La transmission (3 plateaux devant, de 6 à 10 pignons derrière) permet de monter un col chargé et avec sa remorque.
La géométrie permet de mettre des pneus larges plus confortables et résistants.
Les freins et les manettes de vitesses (sur le cadre, à l'ancienne par exemple) sont facilement réparables, ne demandent pas de pièces introuvables.

Demain (sans pétrole ? ), comme hier (quand l'économie et la politique dérapent) et donc dès aujourd'hui, le vélo c'est un outil indispensable.
En ville c'est surtout une question de pneus, un pneu fait  pour rouler sur route sans être freiné par les crampons. Et de préférence sans suspension (ça ne sert à rien sinon à pomper dans les côtes). Les accessoires ? bein, un sac à dos va très bien vu que malheureusement, les accessoire on la fâcheuse tendance à se faire voler. Le gros cadenas n'est pas de trop lui aussi.
Et je ne parle pas des petits malins qui percent les chambres à air durant la journée...

ça fait un peu désabusé mais voilà ce que je retiens de mon expérience en ville. Je fais toujours du vélo mais pour mon plaisir le week-end.
Pour ma survie au quotidien, je préfère marcher à pied pour aller au boulot. Tant que les gens ne seront pas plus respectueux envers les minorités à mollets galbés et musclés. Je ne tiens plus à leur servir de cible.  ;D

24 août 2015 à 17:13:10
Réponse #3

hrk


2 avis bien tranchés et bien différents.
j'aurais aimé naivement celui de Raydock, pourtant moi aussi après 3 années de vélo pour me rendre au boulot, je fais le même constat que Diesel. Les seuls coté positifs, un bon cardio, des cuisses / mollets en béton !

24 août 2015 à 17:16:44
Réponse #4

olivcody


pour parler du modele plus precisement,
je dirais vtt géométrie typé "allmountain" autour de 69° d'angle de direction (polyvalence), cadre acier rigide (plusieurs marques française et anglaise propose des kit cadre), 120 à 140mm de debatement de fourche (blocable), roues de 29 pouces (monté en slick c'est redoutable d'inertie).
il faut des roues plutot haut de gamme à rayon acier pour garder un bon rendement tout en etant reparable partout dans le monde. les freins à disques hydroliques sont à privilegier pour une utilisation "offroad engagé", mais des freins mecaniques sont plus faciles d'entretient.

24 août 2015 à 18:06:53
Réponse #5

Loid


Ma femme a bien compris que je devenais de plus en plus pingre, nature, simpliste... Bréf, à force que j'en parle, elle m'a acheté un vélo avec panier et sacoche.

Depuis plus de problème de place en ville, plus d'embouteillage, plus à faire le plein, plus ou presque d'entretiens, plus d'attente pour le chauffage  ;D , moins de pollution, et plus de forme pour aller marcher le weekend. Au final je touche plus a la voiture. C'est bluffant la façon dont arrive rapidement à changer une habitude.

24 août 2015 à 18:35:51
Réponse #6

Nostoc



- sûr !
Malgré les appréhensions, c'est aussi sûr que la marche. Et plus la part modale du vélo augmente, plus la circulation est sûre pour tous (voire le taux d'accident à Copenhague avec 55 % de déplacements à vélo).


Ça ressemble à l'impression que j'en ai, malgré les discours extrêmement alarmistes habituels.
Il y a des nuances qui recadrent : par exemple pour les piétons en ville, 80 % des morts concernent les moins de 4 ans et les plus de 80 ans...en gros.
Alors ça serait intéressant d'en dire plus sur la sûreté de circuler à vélo.
Je constate que depuis les dix dernières années où le vélo s'est répandu en masse ici, les cyclistes ont fait énormément de progrès au niveau sécurité.
Et hélas, c’est après quelques frayeurs où j'ai rien eu par chance que j'ai appris les règles.  Il y a le code de la route, et le code du faible. C'est une copine en mobylette qui m'avait appris beaucoup de choses utiles, et à travers ses exemples , un "état d'esprit" qui m'a été utile pour interpréter d'autres situations.

je suis bien d'accord, le vélo, c’est TOP !

24 août 2015 à 18:36:28
Réponse #7

b@s


j'ai été cycliste sportif (petit niveau mais compet vtt) quand j'étais jeune, et pourtant j'avoue que j'ai beaucoup de mal à aller bosser en vélo. faut dire, c'est pas loin (environ 3 kilomètres), que de la descente ou presque pour y aller ... donc que de la montée pour revenir  ;#

qu'est-ce qui me bloque ? je sais pas trop en fait, le temps l'hiver (pluie et froid arrivé trempé au boulot non merci)... mais quand la saison est plus clémente juste le fait que j'en chie comme un dingue à la montée (faut dire 65 kilos quand j'étais cycliste et euh ... un peu plus aujourd'hui  ::))

mais je reste convaincu, hein, croyant mais pas pratiquant quoi .. :lol:

24 août 2015 à 19:27:57
Réponse #8

mrfroggy


Salut  :)

J ai franchis un cap cette année, je roule en vélo tout terrain dit "single speed", soit mono vitesse.
J ai aussi viré la suspension avant pour n avoir qu un vélo rigide.
Les premières sorties furent assez éprouvante en mono vitesse, pas a cause du matos, mais de moi n ayant pas modifié ma façon de gérer l effort.
Maintenant je roule comme les autres, et j ai des jambes bien plus fortes qu avant..
Si j ai fais ces modifications, c est pour avoir un moyen de locomotion fiable, bien plus léger,avec un entretien réduit a son minimum. (et bien plus silencieux).
Grosso modo, je nettoie ma chaine de temps a autre(je vais essayer un lubrifiant a base de cire sans tarder, qui laisse la chaine bien propre), et je gonfle mes pneus(remplis de préventif ).

c est génial pour garder la forme, et ça ne coute rien, étant donné qu il faut virer sa transmission (on peut même revendre ses pièces)..
Bref tout ça pour dire que mon vélo me sert a aller au boulot de temps a autre, découvrir la ville, aller au supermarché,traverser la foret en longue rando.un vrai moyen de transport polyvalent.
" La plupart des gens ne réalisent pas ce qu'ils ont, car ils sont préoccupés par ce qu'ils n'ont pas. "

24 août 2015 à 20:25:04
Réponse #9

b@s


Salut  :)

J ai franchis un cap cette année, je roule en vélo tout terrain dit "single speed", soit mono vitesse.
J ai aussi viré la suspension avant pour n avoir qu un vélo rigide.
Les premières sorties furent assez éprouvante en mono vitesse, pas a cause du matos, mais de moi n ayant pas modifié ma façon de gérer l effort.
Maintenant je roule comme les autres, et j ai des jambes bien plus fortes qu avant..
Si j ai fais ces modifications, c est pour avoir un moyen de locomotion fiable, bien plus léger,avec un entretien réduit a son minimum. (et bien plus silencieux).
Grosso modo, je nettoie ma chaine de temps a autre(je vais essayer un lubrifiant a base de cire sans tarder, qui laisse la chaine bien propre), et je gonfle mes pneus(remplis de préventif ).

c est génial pour garder la forme, et ça ne coute rien, étant donné qu il faut virer sa transmission (on peut même revendre ses pièces)..
Bref tout ça pour dire que mon vélo me sert a aller au boulot de temps a autre, découvrir la ville, aller au supermarché,traverser la foret en longue rando.un vrai moyen de transport polyvalent.

tu fais uniquement du plat ou aussi du dénivelé ? quel braquet ? tu as des freins ? tu as modifié toi même ton vélo ?
dieu existe ? (tant que j'y suis avec les questions) :lol:

24 août 2015 à 21:35:57
Réponse #10

aliɔs



J'utilise le vélo en ville pour aller travailler.
11 KM aller retour.
Contrairement à ce que l'on peut penser, j'ai l'impression qu'il est beaucoup plus facile de crever en ville qu'à la campagne vu le nombre de débris de verre sur la route. Donc enveloppes renforcées.

24 août 2015 à 21:41:04
Réponse #11

mrfroggy


je roule exactement comme avant(lorsqu il y avait des vitesses). plat, dénivelés...
pour être certain de monter partout et de passer dans le gras, je roule en 30X18.

c est un développement un peu court uniquement sur la route.. et encore.. moi j aime bien parce qu en ville, ça donne une transmission "nerveuse".

Oui, j ai conservé les freins d origine(on trouve une paire de freins hydro Shimano pour 60 euros en france) dans les descentes en foret, c est plus prudent ;#

Yes, j ai tout fait moi même.déjà j suis mécanicien, donc c est un petit plus.
Ensuite j ai pu m acheter l outillage spécifique vélo a pas cher.
mais c est super accessible...le plus difficile , c est de trouver son braquet...

je ne sais pas si Dieu existe, mais Je suis allé à Lourdes avec ma femme. Il n'y a pas eu de miracle. Je suis revenu avec  ;#
(ce n est pas de moi, et je fais un gros bisou a ma femme  ;))
" La plupart des gens ne réalisent pas ce qu'ils ont, car ils sont préoccupés par ce qu'ils n'ont pas. "

25 août 2015 à 09:54:12
Réponse #12

Maximil


A titre d'info, il y a un excellent forum sur www.velotaf.com. En plein sur ce sujet...
Le vélo est, à mon avis, un outil de déplacement absolument indispensable à avoir. Mais dont on peut se passer pour le moment. Toutefois, l'économie financière directe qu'il procure par rapport à la voiture (essence, vidange, pneus) et indirecte (santé, maladie, minceur...) est à prendre en compte.
Pas facile de l'utiliser tous les jours.
Mais juste un calcul à partir de Diesel (notre pingouin, pas la voiture)

Soit une voiture qui fait du 5l au 100, 4km par trajet, 200 jours par an. Sur un si petit trajet, on va pouvoir considérer du 0.25€/km en voiture, de façon arbitraire.
0.25*4*2*200 = 400€
Et si on le rapporte sur 10 ans, placés à 6%, on a : 5 588€

Voilà ce que coûte, dans cet exemple, un trajet de 4km en voiture pour aller au travail sur 10 ans.

Voici aussi donc ce qu'on économise de façon directe en prenant un vélo plutôt qu'une voiture.

C'est une base de travail qui reste à affiner et que chacun peut calculer selon sa voiture. On peut aussi (on gagne moins mais on gagne quand même), aller au travail 4 jours sur 5 et une journée à vélo, aller faire ses courses à vélo à chaque fois que possible etc. cf. l'excellent site de MMM à ce sujet.
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

25 août 2015 à 10:00:29
Réponse #13

Troll


Bonjour,

L'assurance est aussi non neutre dans le calcul (à moins qu'elle ne soit déjà comprise dans le 0,25/km) ;)

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

25 août 2015 à 10:02:59
Réponse #14

Diesel


Calcul erroné, il y a les transports en commun.  ;)

Il est certain que la voiture en ville est une aberration.

25 août 2015 à 11:44:28
Réponse #15

Maximil


Pour calculer les 0.25, c'est un chiffre très précisément calculé à l'aide de la règle pifométrique. Mais c'est dans la moyenne.
Pour ceux qui voudraient le calculer plus précisément, voici un mode :

Prix d'achat de la voiture

- Prix de revente à terme de la voiture si elle vaut encore quelque chose (argus, estimation etc.)
il faut donc calculer le coût sur la durée. Sur 1 an, une voiture ne coûte pas la même chose que sur 10 années divisées par 10
sauf si la voiture sera quand même achetée

+ consommation au km * nb de km moyen par an * nb d'années du calcul
la consommation à prendre en compte est la conso réelle moyenne suivant ses habitudes de trajet et non la consommation théorique constructeur. A noter qu'une économie possible, en prenant moins sa voiture, peut être plus élevée que sa conso moyenne car pour les petits trajets, une voiture consomme beaucoup plus (temps de chauffe du moteur)

+ (prix des pneus divisé par nb milliers de km de durée de vie pour les pneus) * nb de km moyen par an * nb d'années du calcul

+ (prix d'une vidange divisé par nb de km par vidange) * nb de km moyen par an * nb d'années du calcul

+ coût assurance * nb années du calcul
sauf si la voiture sera quand même achetée

+ coût de réparation par an * nb années du calcul OU coût de réparation global estimé (une vanne EGR, un turbo, un pot d'échappement, etc.)

Cela va donner un coût total que vous diviserez par le nombre de km total estimé.
Vous aurez, suivant les hypothèses prises, un coût moyen au kilomètre. Je vous conseille, si vous ne connaissez pas la durée de vie probable de votre voiture, de travailler toujours sur 10 ans pour pouvoir comparer.

Sur ma dernière voiture, peu chère à l'achat (<3500€), très économique à l'entretien, moins à la consommation (6 à 7L essence, grands trajets), j'avais un coût de 0.11ct d'€ par km. Mais avec une voiture qui coûte chère à l'achat ou qui tombe souvent en panne ou dont la consommation réelle d'essence (courts trajets par exemple) coûte chère on peut facilement atteindre les 0.50€/km.
J'ai déjà vu sur un gros véhicule urbain type SUV un coût à plus de 1€/km ! Je vous laisse faire le calcul du coût pour aller chercher le pain à 2km ^^

Enfin, il reste à calculer le coût de non-gain, qui se traduit par la perte financière de l'argent dépensé dans la voiture qui n'a pas pu être placé. On utilisera alors la formule des intérêts composés en utilisant la même période et un taux de placement selon son estimation (0.75% je crois si livret A, et de 3 à 7% si investissement).

Ce mode de calcul peut aussi être utilisé pour tout autre achat (TV écran plat etc;)
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

25 août 2015 à 12:28:17
Réponse #16

Raydock


Salut,

sur le vélo en ville, même si je comprends parfaitement qu'il y ait des aspects rebutants, attention aux idées reçues.
- la pollution :
 plusieurs études montrent qu'on est plus soumis aux particules néfastes dans sa voiture et dans les transports en commun qu'à pied ou à vélo : http://blog.velib.paris.fr/blog/2014/03/15/velib-et-pollution-les-reponses-du-docteur-jean-luc-saladin/ ou  http://www.oramip.org/oramip/attachments/ORAMIP_transports.pdf et à vélo on y est soumis moins longtemps qu'à pied, même si effectivement, la respiration est plus profonde et rapide. Il vaut mieux rouler sur les axes les moins fréquentés et sur les pistes séparées de la route bien sûr pour en respirer moins. Et puis si on augmente le nombre de cyclistes en général, on diminue d'autant la pollution.
- les accidents
Il faut se protéger et s'éclairer, et appliquer des règles spécifiques : surveiller les angles morts, l'angle des roues, et savoir que le cycliste n'a jamais la priorité dans la pratique, que le conducteur a toujours oublié son clignotant, qu'il y a toujours un piéton qui traverse devant ce bus qu'on veut doubler, que le scooter va toujours prendre la piste cyclable devant toi, etc...
Mais les chiffres parlent encore http://www.fubicy.org/IMG/pdf/SecuRoutVelo.pdf. Et surtout, au contraire des autres moyens de transports, plus il y a de cyclistes, moins il y a d'accidents.
- la rapidité, c'est bien établi pour les trajets de 1 à 5-6 km, le vélo est le plus rapide. Mais aussi plus souple que les transports en commun, en particulier pour les trajets péri-urbain/centre-urbain.
Une synthèse européenne, qui date un peu malheureusement, car la pratique du vélo augmente énormément après avoir beaucoup baissé dans les années 80 (nos anciens faisaient beaucoup plus de vélo que nous) : http://internationaltransportforum.org/pub/pdf/04CyclingF.pdf

C'est vrai que sur le vélo urbain il y a le très fourni forum indiqué par Maximil.
L'intérêt d'en discuter ici, je me disais que c'était pour faire ressortir la polyvalence de l'outil, aujourd'hui pour ses déplacements "vélotaf", mais aussi pour le voyage, sur route et sur piste, voire sur terrain très difficile. Et aussi pour demain, comme véhicule ne dépendant que de notre force musculaire et de notre savoir-faire mécanique. Je suis en réflexion sur le type de matériel et les connaissances à acquérir pour assurer ce côté durable et polyvalent à mon véhicule préféré.

25 août 2015 à 17:00:24
Réponse #17

François


Je ne sais pas si tu as déjà eu l'occasion de pédaler en ville un jour d’alerte-pollution, je peux certifier que s'il y a la moindre côte sur le trajet, tu arrive avec la gorge et les bronches aussi encrassées qu'après avoir fumé un paquet de Craven sans filtre, quoiqu'en disent les statistiques :)
Et en fait, ce que disent les mesures du professeur machin, c'est seulement que l'air est, en moyenne, moins chargé sur les trajets empruntés par les cyclistes et à la hauteur de leur visage (sur un vélo droit, j'imagine), elles ne disent pas qu'ils absorbent moins de saloperies.

Il est d'ailleurs fortement déconseillé aux personnes vulnérables de faire du vélo ces jours là.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

25 août 2015 à 17:10:41
Réponse #18

Loriot


Je ne sais pas si tu as déjà eu l'occasion de pédaler en ville un jour d’alerte-pollution, je peux certifier que s'il y a la moindre côte sur le trajet, tu arrive avec la gorge et les bronches aussi encrassées qu'après avoir fumé un paquet de Craven sans filtre, quoiqu'en disent les statistiques :)
Et en fait, ce que disent les mesures du professeur machin, c'est seulement que l'air est, en moyenne, moins chargé sur les trajets empruntés par les cyclistes et à la hauteur de leur visage (sur un vélo droit, j'imagine), elles ne disent pas qu'ils absorbent moins de saloperies.

Il est d'ailleurs fortement déconseillé aux personnes vulnérables de faire du vélo ces jours là.
Oui et il est fortement déconseillé de respirer de tout façon ce jour là... Cyclistes ou simple habitant.
On peut faire du vélo sans augmenter sont volumes respiratoire en pédalant tranquille, l'effort pour se déplacer est de toute façon moins important qu'à pied car le rendement énergétique est meilleur à vélo...
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

25 août 2015 à 17:27:19
Réponse #19

François


Et une fois que tu est arrivé, tu arrête de respirer combien de temps pour compenser le fait d'avoir respiré plus fort quand tu pédalais ? :)

EDIT : je suis partisan de l'utilisation du vélo, j'ai fait des dizaines de milliers de km en vélotaf, mais on ne peut pas dire n'importe quoi non plus.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

25 août 2015 à 20:08:51
Réponse #20

Loriot


Ah mais je pense que on est sur la même longueur d'onde et que on est d'accord! T'inquiètes pas!
Je dis juste que quand c'est trop polué, c'est pas une raison de prendre la voiture parceque ca l'est!
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

25 août 2015 à 22:07:39
Réponse #21

Raydock


Je ne sais pas si tu as déjà eu l'occasion de pédaler en ville un jour d’alerte-pollution, je peux certifier que s'il y a la moindre côte sur le trajet, tu arrive avec la gorge et les bronches aussi encrassées qu'après avoir fumé un paquet de Craven sans filtre, quoiqu'en disent les statistiques :)
Et en fait, ce que disent les mesures du professeur machin, c'est seulement que l'air est, en moyenne, moins chargé sur les trajets empruntés par les cyclistes et à la hauteur de leur visage (sur un vélo droit, j'imagine), elles ne disent pas qu'ils absorbent moins de saloperies.

Il est d'ailleurs fortement déconseillé aux personnes vulnérables de faire du vélo ces jours là.

J'ai toujours habité en banlieue parisienne ou à Paris et j'y circule toujours à vélo, donc y compris pendant les pics de pollution. C'est clair que je sens tout de suite quand l'air est plus pollué (en même temps je l'ai entendu à la radio avant de partir), j'ai l'impression d'avoir le souffle plus court, et que la gorge me gratte, ou d'avoir le nez envahi. Et je ralentis mon rythme, pour éviter d'être essoufflé. J'ai pensé aussi aux filtres, mais je ne suis pas encore convaincu par ce qui existe, les particules les plus fines/dangereuses ne sont pas filtrées, et les sensations ne doivent pas être terribles au niveau du souffle, mais je n'ai pas essayé.
Par contre je ne change pas de moyen de transport :
http://oramip.atmo-midipyrenees.org/pdf/expo/poster5.pdf
A pied c'est le même air, plus longtemps (et faut quand même aller bosser à l'heure)
En métro, c'est le même air, plus les particules propres aux frottements et freinages.
En voiture, c'est là où on est le plus exposé, et ce serait un peu paradoxal de prendre sa voiture pour éviter la pollution et donc... de polluer plus.
Rester chez soi ce serait pas mal, mais on ne peut pas trop aérer et l'air intérieur n'est pas terrible non plus (et puis c'est mal vu au boulot  ;D).

Sinon, pour ceux qui cherchent à s'équiper, en occasion il y a les bourses au vélo (il y en a un peu partout, souvent en avril/mai, puis en septembre). On peut y trouver de bons anciens demi-course, ou des randonneuses en acier, ou des vtt en acier des années 90. Il faut veiller à la taille du vélo et à son état, tout l'équipement ou presque est changeable, c'est donc surtout le cadre qu'il faut vérifier (la rouille, d'éventuels points d'impacts). Pour les pièces, il existe de plus en plus d'ateliers associatifs, on y apprend la mécanique sur le tas. En neuf, l'acier revient à la mode et on peut trouver des cadres à monter soi-même, avec ce qu'il faut pour mettre des porte-bagages, ou des vélos tout montés.

26 août 2015 à 00:28:40
Réponse #22

François


On peut faire du vélo, faire un jogging, fumer un paquet de Craven, et même les trois au cours d'une même journée bien polluée. A moins d'être asthmatique, ou particulièrement cacochyme, il n'y aura pas de conséquences fâcheuses à court terme. Cela ne veut pas dire que c'est bon. Quoiqu'en disent les idéologues fumeux (c'est de circonstance :) ), les conséquences seront moindres si on évite les efforts soutenus ces jours là. Ou si on va vivre dans un endroit propre, mais on n'a pas toujours le choix; plus exactement ce n'est pas toujours la priorité qu'on se donne.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

26 août 2015 à 14:10:15
Réponse #23

modl


Calcul erroné, il y a les transports en commun.  ;)

Il est certain que la voiture en ville est une aberration.
Faut déjà une ville d'une certaine importance. Dans mon bled du Pwatoo (10 000 habitants à la louche), y'a pas de transports en commun.
Le vélo peut-être une option (quoi qu'on a une pente à 16% !!!), pas la voiture.
Perso, j'ai été à la fac de Talence (à côté de Bordeaux) à vélo pendant longtemps : aussi rapide que la voiture (pas de temps à tourner pour trouver une place pour se garer), que les bus de l'époque (une hérésie dans le transport urbain à cette époque).
Inconvénients, déjà mentionnés : les automobilistes se foutent totalement de toi, au point que je roulais très en arrière sur la selle, pour pouvoir lever le guidon en cas de portière ouverte brutalement. Ça te freine pas mal, mais au moins, tu ne passes pas par dessus ladite portière. Ça fait un peut forcer les charnières, et j'ai une jante qui a mal pris le truc une fois...
Quand le temps est moyen, voire à l'humide, le vélo est moins sympa, voire pas sympa du tout.
Heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière...

26 août 2015 à 23:28:48
Réponse #24

wolf


Finalement c'est peut être çà la solution à mon problème de poids: me taper les 5 km qui me séparent de mon taff à vélo.

Mais la montée au retour.....

A voir
"Be the type of person that when your feet touch the floor in the morning, the devil says: "aww shit, they're up"   Dwayne johnson

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité