Nos Partenaires

Auteur Sujet: Retex stage Systema  (Lu 2427 fois)

23 juin 2015 à 10:44:09
Lu 2427 fois

Troll


Bonjour,

Ce WE, j'ai fait un stage de Systema. Je laisse la définition de wikipedia si jamais cela est nécessaire, encore que j'en doute vus les connaisseurs sur le forum ;) !

Je voulais donc vous faire un petit retour, certes subjectif car uniquement basé sur mon ressenti. Ce retour est basé sur des notes prises au fil de l'eau et aussi sur le trajet de retour. Il sera donc un peu façon "bullet points":


Notes générales et principes

=> Selon que l'adversaire pousse / tire, il faut toujours l'accompagner dans son mouvement (même logique que l'aïkido ou le judo), en détendant tout son corps, et en expirant calmement (point fondamental).

=> Dès que l'autre est en mouvement, il faut l'accompagner en restant près de lui et en contact, afin de bien sentir ses tensions (=dans quel sens il se déplace).

=> Dès que l'autre se raidit ou se tend, comme on est en contact, on le sent tout de suite, il faut changer la direction de notre poussée ou tirage. L'idée est de ne jamais forcer. Notre mouvement est fait sur une expiration.

=> Notre corps doit être un tout unifié : on doit bouger de façon fluide tout le corps. On doit donc rechercher une connexion jambes / tronc / bras

=> Les mouvements sont globalement lents afin de ne pas générer de tension chez nous.

=> Il faut bouger en même temps que l'autre. Cependant, il n'y pas de prise "toute faite" - on utilise uniquement l'énergie cinétique et la biomécanique de l'adversaire.


Exercices de respiration et de conditionnement

Dans une même inspiration (=jusqu'à ce que les poumons soient remplis),
faire des pompes sur les poings à vitesse normale ou lente (3 fois)
puis,
Dans une même inspiration (=jusqu'à ce que les poumons soient remplis),
faire des squats à vitesse normale ou lente (3 fois)
puis,
Dans une même inspiration (=jusqu'à ce que les poumons soient remplis),
faire des relevés de buste à vitesse normale ou lente (3 fois)
puis,
Dans une même inspiration (=jusqu'à ce que les poumons soient remplis),
faire des relevés de jambes à vitesse normale ou lente (3 fois)

Une fois les 3 séquences de chaque exercice faite, toujours sur une inspiration unique, on mélange les 4 exercices. On fera néanmoins attention à ne jamais faire d'apnée. Le flux d'air inspiré doit toujours être le même (très fin si possible). On doit finir l'ensemble sur le même rythme cardiaque que l'on a commencé.


Détente et énergie

Sur l'inspiration,
=> serrer le poing (avec le pouce sur l'articulation entre le métacarpe et la phalange proximale),
=> puis, contracter l'avant-bras,
=> puis, contracter le bras,
=> puis, l'épaule.
A ce moment, l'inspiration est terminée.
Ensuite, sur l'expiration,
=> détendre l'épaule,
=> puis, le bras,
=> puis, l'avant-bras,
=> puis, le poing.
A ce moment, l'expiration est terminée.

On peut appliquer ce shéma sur toutes les parties du corps, à tout le corps.

Au moment d'une frappe, c'est ce shéma qu'on utilise, exception faite de la décontraction du poing.

Malgré l'apparent côté farfelu de cette discipline, je peux vous garanir l'efficacité de cette discipline qui mêle aussi bien "l'interne" que "l'externe". J'ai été le premier surpris, car venant des sports de combats externes (judo et boxe). En une seule journée, il est impressionnant de voir les progrès que l'on peut faire. J'ai appris à cette occasion, que sans effort, il est tout à fait possible de faire chuter un gaillard de 90kg alors que je n'en fait même pas 60, et sans forcer.

Voilà voilà ;)

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

23 juin 2015 à 11:02:45
Réponse #1

bpc


seule journée, il est impressionnant de voir les progrès que l'on peut faire. J'ai appris à cette occasion, que sans effort, il est tout à fait possible de faire chuter un gaillard de 90kg alors que je n'en fait même pas 60, et sans forcer.

c'est du au postulat de base:

- doit s'apprendre par une formation trés courte

- le combat ne doit utiliser que 25% du potentiel physique, donc peu d'utilisation de la force physique.
( pour dire, certains patrons du systèma sont à fond contre toute exercice de muscu.)

23 juin 2015 à 11:03:38
Réponse #2

Oim


Merci pour le CR et le descriptif des exos de conditionnement...

C'était où ?
" The trouble with the world is that the stupid are cocksure and the intelligent are full of doubt. "  GrandMaster B.R.
"tous les survivalistes ne sont pas paranoiaques, mais b*rdel j'ai l'impression que tous les paranoiaques deviennent survivalistes..." Le taulier

23 juin 2015 à 11:45:43
Réponse #3

Troll


Bonjour,

C'était un stage à Paris.

Concernant le physique, je suis d'accord sur le fait que le combat lui-même - c'est-à-dire les prises - ne doit pas te vider de tes ressources. A priori, le seul stress d'une réelle agression suffit à l'épuisement.

C'est justement le point où je voudrais en venir.

Le stress étant un facteur d'épuisement, quelqu'un qui n'a pas un minimum de conditionnement physique et qui "en même temps" n'est pas capable de gérer parfaitement ses émotions, verra ses chances de s'en sortir sans trop de casse largement réduites. Il "perd sur les deux tableaux : physique et psychologique". En effet, sa fatigue le rendra moins alerte et moins percutant. De même que son éventuelle imparfaite gestion des émotions créera des tensions et rendra son systema moins efficace.

C'est la raison pour laquelle, je pense, un peu de conditionnement physique général n'est pas une mauvaise chose pour compenser une possible imperfection psychologique. Faire de la prépa fonctionnelle (cf le fil sur Simple & Sinister de P. Tsatsouline).

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

23 juin 2015 à 17:29:13
Réponse #4

Bois San


Merci,

C'était avec qui?
carpe diem

23 juin 2015 à 17:33:01
Réponse #5

Oim


Allez j'essaie de deviner :
Dans le 11ème avec Jean Phillippe Dary et Sebastien Villalba .

Troll , j'ai bon ?
" The trouble with the world is that the stupid are cocksure and the intelligent are full of doubt. "  GrandMaster B.R.
"tous les survivalistes ne sont pas paranoiaques, mais b*rdel j'ai l'impression que tous les paranoiaques deviennent survivalistes..." Le taulier

23 juin 2015 à 18:17:58
Réponse #6

Kilbith


Le stress étant un facteur d'épuisement, quelqu'un qui n'a pas un minimum de conditionnement physique et qui "en même temps" n'est pas capable de gérer parfaitement ses émotions, verra ses chances de s'en sortir sans trop de casse largement réduites. Il "perd sur les deux tableaux : physique et psychologique".

Les Hommes qui gèrent parfaitement leurs émotions, ça n'existe pas. Si ça existait, ce ne serait pas des Hommes.

Citer
En effet, sa fatigue le rendra moins alerte et moins percutant.

Oui et non.

La fatigue peut limiter les capacités physiques et les capacités intellectuelles. Mais ce n'est pas toujours un désavantage en situation d'urgence.

Le fait que le corps passe en position "d'alerte" va largement limiter les effets de la fatigue physique standard (adrénaline...tout ça). Et la baisse de la capacité de raisonnement provoqué par la fatigue, particulièrement celle de se projeter dans le temps, peut paradoxalement renforcer les performances combatives. Tout simplement parce qu'on ressentira beaucoup moins les inhibitions qui sont souvent un handicap majeur.

D'autres moyens permettent de lever ces inhibitions, bien sûr. Mais ceux qui le font sans avoir plus d'avantages que d'inconvénients sont au final peu nombreux.

Il m'est arrivé de faire des choses en état de grande fatigue, que j'aurais été incapable de faire "en bonne forme". La fatigue permet parfois une forme de "lâcher prise", singulièrement utile. Jusqu'à un certain point bien sûr.
« Modifié: 23 juin 2015 à 18:23:14 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

23 juin 2015 à 18:49:16
Réponse #7

Troll


Bonjour,

@oim,

ah ah tu as perdu :p dans le XVI avec JM Frécon :p

La fatigue, selon moi va mettre le cerveau en mode "off" et peut effectivement dans certains cas, être un facteur d'inhibition (douleur, stress, etc...) Mais paradoxalement, c'est là où la situation est dangereuse. Je m'explique. Comme tu auras des capacités cognitives, a minima, dégradées, tu peux à ce moment te mettre en danger inutilement : vouloir trop de rapprocher / t'éloigner et ainsi t'exposer à un coup. Lorsque j'étais réellement fatigué, à la boxe (style complétement différent de combat je suis d'accord), c'est également là où je frappais soit le moins fort...soit le plus fort. Dans les deux cas, j'avais moins de contrôle sur ce que je faisais. Si on se place dans le 2nd cas (celui où on frappe plus fort), tu peux être embêté au niveau judiciaire si tu "abîmes" trop l'autre.

Après, comme tu dis, chacun peut avoir sa propre gestion de la fatigue et son propre ressenti de ce qu'il fait lorsqu'il n'est pas en état "normal" ;)

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

23 juin 2015 à 19:02:10
Réponse #8

Kilbith


La fatigue, selon moi va mettre le cerveau en mode "off" et peut effectivement dans certains cas, être un facteur d'inhibition (douleur, stress, etc...) Mais paradoxalement, c'est là où la situation est dangereuse. Je m'explique. Comme tu auras des capacités cognitives, a minima, dégradées, tu peux à ce moment te mettre en danger inutilement : vouloir trop de rapprocher / t'éloigner et ainsi t'exposer à un coup. Lorsque j'étais réellement fatigué, à la boxe (style complétement différent de combat je suis d'accord), c'est également là où je frappais soit le moins fort...soit le plus fort. Dans les deux cas, j'avais moins de contrôle sur ce que je faisais. Si on se place dans le 2nd cas (celui où on frappe plus fort), tu peux être embêté au niveau judiciaire si tu "abîmes" trop l'autre.

Nous sommes d'accord. Je voulais juste exprimer une nuance : cela dépend des circonstances et du niveau de fatigue.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

23 juin 2015 à 19:09:56
Réponse #9

Troll


Bonjour,

Un autre exemple allant dans ton sens, est aussi sous stress cette capacité d'avoir (parfois, selon les individus) une force prodigieuse. Je crois me souvenir avoir lu il y a longtemps, une mère "soulever" une auto pour dégager son enfant.

C'est aussi un aspect du systema que je trouve assez intéressant: c'est une discipline dont les champs d'application sont infinis. En effet, l'apprentissage de la gestion des émotions par le souffle peut aussi être utile dans la vie de tous les jours : exemples bêtes : des réunions et entretiens professionnels. Je pratiquais depuis un moment des exercices de respiration, justement à des fins de détente. En ce moment pour le boulot, j'enchaîne les entretiens. Force est de constater que les méthodes de respirations, de "contracté - relâché" sont des plus efficaces et permettent de garder les idées claires.

Es-tu aussi pratiquant de quelque chose de ce genre ?

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

23 juin 2015 à 19:18:59
Réponse #10

Kilbith


Es-tu aussi pratiquant de quelque chose de ce genre ?
Non...je les enseigne.  ;)
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

23 juin 2015 à 19:31:54
Réponse #11

Oim


Citation de: Troll
@oim,

ah ah tu as perdu..
Damned !
Je ne suis pas encore clairvoyant, faut que je travaille encore  ;D
" The trouble with the world is that the stupid are cocksure and the intelligent are full of doubt. "  GrandMaster B.R.
"tous les survivalistes ne sont pas paranoiaques, mais b*rdel j'ai l'impression que tous les paranoiaques deviennent survivalistes..." Le taulier

23 juin 2015 à 19:33:57
Réponse #12

Troll


Bonjour,

@oim:
avec la pratique, tu y arriveras ;)

@Kilbith
tu enseignes le Systema ? un autre AM ? une discipline de relaxation ? raconte ;)

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

13 décembre 2015 à 15:34:09
Réponse #13

Troll


Hello,

Ce WE, j'ai fait un stage de systema dont le thème était le coup de poing. J'avais déjà fait un stage dans cette discipline il y a un moment (cf premier post de ce fil). Je vous en propose donc un second.

Le thème était le coup de poing.

Autant, dans le précédent stage, sentir les déplacements de l'autre était quelque chose de presque abordable "rapidement". On pouvait ainsi exploiter au mieux la cinétique (un peu comme au judo : "on me pousse, donc je tire"). Autant le coup de poing est quelque chose d'extrêmement ardu ! Je n'ai jamais vu quelque chose d'aussi difficile, principalement au niveau mental...eh oui car au systema, tout se passe d'abord dans la caboche !

Le coup de poing systma, contrairement à celui de la boxe ou bien du karaté, est relativement lent. Paradoxalement, on pourrait le croire moins puissant (cf équation de l'énergie cinétique, dont la vitesse est une composante fondamentale). Pourtant, il peut faire très mal. C'est une frappe extrêmement profonde et lourde.

On n'utilise pas du tout la rotation du corps (pour générer du couple). Le coup ne part donc pas de la hanche. Il part...du poing. Au moment de l'impact, il faut relâcher les muscles successivement de l'épaule, puis du bras, puis de l'avant bras...tout en ayant le poing "à peine serré". En terme d'image, il faut imaginer que l'on sert un oiseau ou bien une plume dans sa main et qu'il ne faut pas l'abîmer.

Le principal souci vient justement de cette notion de relâchement, qu'il soit successif ou non d'ailleurs.
=> Si jamais on sert trop le poing, on génère une tension dans l'avant bras => pas bon.
=> Si on arme le coup (façon boxe), on créé une tension dans le bras et l'avant bras => pas bon.
=> Si on ne pense pas à avoir un souffle régulier (on expire à la frappe), lent et profond, la frappe ne sera pas lourde => pas bon

Si jamais on a de la tension dans le bras (générique pour avant-bras / bras) et dans l'épaule, on produira un coup de poing "classique" mais lent...donc inefficace.

Pour que ce dernier fonctionne, il faut trouver la différence entre un bras / épaule mou et relâché. C'est le 2nd concept qu'il faut chercher. Typiquement, le trio épaule / bras / poing peut se résumer comme une boule de pétanque attachée à un fil.

Le mouvement "partant du poing" pour un coup au ventre ressemble un petit peu à celui que l'on aurait pour poser un couvercle de casserole, légèrement rotatif donc, avec une épaule fixe.

Pour atteindre cet état de relâchement complet, il faut être capable de débrancher totalement le cerveau des différents mouvements de combat qu'il connait, pour se détendre. Ainsi, il nous a été donné comme astuce de compter comme suit " 1-10 2-9 2-8...". Cela permet de ne pas penser à l'agression ou à "pour faire le mouvement correctement, je dois me relâcher, faire attention à...". En fait, penser à se relâcher...fait qu'on y arrive pas. Un peu comme lorsqu'on dit "ne pense pas à un éléphant". Etonnamment, cela fonctionne bien, dès lors qu'on souffle (expire) pendant la frappe.

Les choses se compliquent encore lorsque le partenaire fait mine de nous foncer dessus. Psychologiquement, cela créé un blocage. Pour ma part, j'ai facilement des réflexes de judoka / boxeur...

En conclusion, je dirais:
=> je ne remets pas du tout en cause l'efficacité - dans l'absolu - de cet art martial
MAIS
=> sur l'ensemble du stage, je n'ai réellement réussi que quelques coups (les autres étaient des coups "standards"
=> demande un temps très long de pratique avant d'être efficace...et encore. Un des membres du stage pratique depuis 4 ans et rate encore régulièrement...
=> pour quiconque a pratiqué un autre art martial ou SDC, la biomécanique du coup n'est pas instinctive
=> impossible de savoir si on sera détendu ou arrivera à se détendre pendant une agression

DONC
=> m'est avis qu'un SDC type KM ou assimilé est plus abordable. Idem boxe
=> un AM traditionnel (karaté, judo, jujitsu) est plus instinctif
Ces deux éléments font que dans une optique utilitariste et court-termiste (apprendre vite, être utile, oublier lentement), je n'aiguillerais pas vers le systema.

Bien à vous,

Troll
Semper potest proficio

14 décembre 2015 à 10:57:40
Réponse #14

bpc


En conclusion, je dirais:
=> je ne remets pas du tout en cause l'efficacité - dans l'absolu - de cet art martial
MAIS
=> sur l'ensemble du stage, je n'ai réellement réussi que quelques coups (les autres étaient des coups "standards"
=> demande un temps très long de pratique avant d'être efficace...et encore. Un des membres du stage pratique depuis 4 ans et rate encore régulièrement...
=> pour quiconque a pratiqué un autre art martial ou SDC, la biomécanique du coup n'est pas instinctive
=> impossible de savoir si on sera détendu ou arrivera à se détendre pendant une agression

DONC
=> m'est avis qu'un SDC type KM ou assimilé est plus abordable. Idem boxe
=> un AM traditionnel (karaté, judo, jujitsu) est plus instinctif
Ces deux éléments font que dans une optique utilitariste et court-termiste (apprendre vite, être utile, oublier lentement), je n'aiguillerais pas vers le systema.


merci pour ce récit détaillé.

par contre, je ne partage pas ta conclusion:

en effet, le systèma est construit pour être assimilé rapidement.

évidement, ça dépend de quel systema on parle, mais ça était construit pour des formations de 1 ou 3 mois ( militaire)a 1an et demi (civil).


il faut voir que même si cela fait maintenant assez longtemps qu'on l'enseigne en france, on est quelque part encore dans une découverte.

par contre, il y a une grosse progression en ce moment depuis que Konstantin Komarov a mis au point une méthode d'apprentissage très précise et détaillée.

14 décembre 2015 à 11:29:56
Réponse #15

Troll


Hello,

Je partage ton opinion sur l'apprentissage relativement rapide...dès lors que l'on est dans une formation militaire.

Cependant, il faut bien faire le distinguo entre une frappe qui "ressemble" à du systema (que tout le monde est capable de produire...mais qui de donnera rien de propre) et une réelle frappe systema. Instinctivement, il est extrêmement compliqué de débrancher le cerveau et pour ainsi dire oublier ce que tu sais faire en self.

De l'avis de différentes personnes avec lesquelles j'ai fait le stage, et de l'avis du formateur de ce dernier, les apprentissages russes / faits par des russes sont exclusivement orientés sur la pratique martiale (c'est à dire son application en situation: frappes, saisies, etc...). En France, l'apprentissage est beaucoup plus "psychologique". L'application physique n'est qu'une conséquence du travail interne que tu dois fournir.

Ce que je veux dire, c'est que le KM (par exp), plus basé sur le physique, donnera des résultats largement plus rapides. Cependant, la pratique du systema, par nature beaucoup plus douce, est plus soutenable à long terme (moins exigeante physiquement) mais demande un apprentissage plus long...en France hein ;)

En complément, deux ouvrages réputés sur le systema

http://observatoire-martial.fr/2014/11/la-methode-de-systema-de-konstantin-komarov/

http://www.amazon.com/Every-Breath-Secrets-Russian-Masters/dp/0978104900

Bien à vous,

Troll
« Modifié: 14 décembre 2015 à 11:41:13 par Troll »
Semper potest proficio

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité