Nos Partenaires

Auteur Sujet: Fabrication d'un umiak  (Lu 3468 fois)

12 juin 2015 à 18:56:27
Lu 3468 fois

Mezig


Depuis que j'habite à coté d'une rivière, je rêve de pouvoir me taper des ballades sur l'eau mais sans moyen pour acheter une petite embarcation même d'ocaz, ben c'est moins ça.
C'est pourquoi, j'ai décidé me me construire un umiac.
C'est une embarcation esquimaude, principalement utilisé par les Inuits, réaliser pour la structure avec du bois flotté, des os de baleines voir, pour certaine parties hautes a l'aide de poissons rouler dans une peau, mouillé et mis en forme avant congélation; le tout assemblé à l'aide de ligature en tendons d'animaux.
L'enveloppe étant quand à elle réaliser en peaux de mammifères aquatique, du morse principalement, cousus sur la structure et étancher à la graisse.
Contrairement à son petit cousin le kayak, c'est un canot ouvert ( les plus grand peuvent jusqu'à 20 personnes ), ce qui correspond plus à mon cahier des charges: aller à la pêche, emmener en ballade des jolies demoiselles copains et, pourquoi pas, partir en expédition pendant plusieurs jours avec tout le barda.
De plus, le pas trop hardi navigateur que je suis flippe un peut à l'idée de me retrouver ficelé à mon bateau en cas de problème.
Et pour finir, durant ma brève carrière d'animateur occasionnel, j'ai déjà eu l'occasion d'en réaliser plusieurs avec des enfants ( sur 5 jours, au prix d'une grosse journée de couture suivie d'une nuit blanche pour la peinture, on passait le vendredi après-midi sur l'eau et c'était génial ).

Mon projet
Les os de baleine ne poussant pas dans ma région, la structure serra en bois, j'ai déjà l'autorisation d'un propriétaire pour aller chercher mon bonheur dans les reste d'une coupe de cette hivers.
De même, pas d'élevage de morses prés de chez moi, donc, pour l'enveloppe, je vais utilisé des bon vieux draps de grosse toile; y a plein à ma recyclerie préférée et comme les gents ne les achètent pas car il sont tachés, ça devrai pas me couté une fortune.
Pour l'étanchéité, un bidon de 5 litres de peinture gycero trouvé en solderie devrai faire l'affaire (c'est le plus gros poste de mon projet ).
Pour les ligature enfin, l'idéal serrai d'utiliser des liens en fibre naturel mais bon, je n'ai pas le budget et comme un obligeant voisin agriculteur m'a fourni gracieusement une abondante provision de ficelle de lieuse en plastoc bleu, je m'en contenterai.

Voila, c'est tout pour le moment et à suivre .... la suite.
Les moyens sont la fin.

12 juin 2015 à 19:05:38
Réponse #1

Sam Sebja


salut

séchée, la glycéro est-elle assez souple pour ne pas se craqueler quand son support "bouge" ?

12 juin 2015 à 19:38:43
Réponse #2

Mezig


De part mon expérience, je dirai oui; ceci dit, je n'est pas tester dans la duré.
Pour cette occasion, je compte la couper avec de l'huile de lin, ce qui devrai il conférer davantage de souplesse.
Et puis bien que l'umiak soit un bateau relativement souple, c'est pas un accordéon non plus.
Les moyens sont la fin.

12 juin 2015 à 19:41:24
Réponse #3

guillaume


À tout hasard, as-tu vu la construction des canoës de Maxi ?

http://www.davidmanise.com/forum/index.php?topic=18.0

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

12 juin 2015 à 20:00:25
Réponse #4

Pierrot


Beau projet, bon courage.

En revanche ça:

Citer
De plus, le pas trop hardi navigateur que je suis flippe un peut à l'idée de me retrouver ficelé à mon bateau en cas de problème.

C'est une légende qui a la vie dure, quand un kayak se retourne, on en sort sans aucun problème, même avec une jupe en néoprène.

12 juin 2015 à 20:19:43
Réponse #5

Hurgoz


Beau projet, bon courage.

En revanche ça:

C'est une légende qui a la vie dure, quand un kayak se retourne, on en sort sans aucun problème, même avec une jupe en néoprène.

Resté bloqué, non: mais s'assommer sur un caillou au moment où on chavire, oui...ce qui peu expliquer cette légende nautique. Ceci dit, même si ça fait quelques années que je n'ai pas pratiqué, c'était déjà rare à l'époque. (d'où l'importance du casque dans les rapides et du gilet, en général).

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

12 juin 2015 à 20:22:39
Réponse #6

Mezig


Effectivement, je l'avait vue mais un peut oublier; merci à toi de nous le rappeler.
On peut réaliser des chose superbe en contre-plaqué époxy qui est une technique très abordable pour un bon bricoleur.
Mon propos est tout autre; je suis fasciné depuis longtemps par les embarcations primitives et après l'umiak; j'aimerai me lancé dans la réalisation d'un coracle ou d'un currach ( ca dépendra des matériaux disponible à ce moment ).
Après, ça tien plutôt de l'ordre du fantasme mais je me taperai bien un monoxyle; les indiens séminoles sont AMHA les grands maitres de la discipline puisqu'ils arrive a faire une pirogue pratiquement plate en partant d'un tronc et puis, évidement; un voyage au canada pour me faire un canoë en écorce de bouleau.
Les moyens sont la fin.

13 juin 2015 à 01:06:34
Réponse #7

Hurricane


Salut,
Tu habites à coté d'une rivière de quel coin de la France ??   :)
"Des choses simples pour des gens simples". Benoit, NDS.

13 juin 2015 à 02:42:19
Réponse #8

Nostoc


J'espère qu'on pourra suivre avec des photos. Ce processus tout simple dans la façon dont tu le présentes est quand même à la source de notre civilisation scientifique :) et colonisatrice :(
C'est la dessus (le coracle) que l’Amérique aurait été visitée par les irlandais (les légendes ont parfois du vrai, voir l'épopée de saint Brendan) et les récits des merveilles d’outre-Atlantique auraient incités les capitalistes des époques suivantes, à vouloir traverser l'Océan eux aussi et ainsi faire avancer les sciences en les dotant de financements.

13 juin 2015 à 08:46:53
Réponse #9

Mezig


Un grand merci à Pierrot pour avoir contribué à lever mes inquiétudes sur le kayak.
Un presque pas merci à Hugoz pour m'en avoir rajouté.  lol
Pour Hurricane: je suis dans le nord du 44, prés du Don.
T'inquiète pas Nostoc, je compte bien illustrer ce fils avec plein de photos.
Si tu me le permet, un petit rectificatif : c'est à bord d'un currach ( robuste canot irlandais pouvant emmener plusieurs personne et affronter des mers bien formée) que St Brendan a effectué son périple et non avec un coracle ( petite embarcation encore en usage au pays de galle d'environ 1,20 m par 1,50 m ).
A lire sur ce sujet : "Le voyage du Brendan : A travers l'Atlantique dans un bateau de cuir" de Tim Severin
« Modifié: 13 juin 2015 à 09:26:06 par Mezig »
Les moyens sont la fin.

13 juin 2015 à 09:25:05
Réponse #10

Hurricane


Je vais suivre aussi ce post  ;)
"Des choses simples pour des gens simples". Benoit, NDS.

13 juin 2015 à 19:28:47
Réponse #11

Nostoc


Chouette pour les photos
et merci beaucoup pour tes précisions et tes corrections. Le sujet m'intéresse, je vais chercher ce livre.

13 juin 2015 à 20:15:41
Réponse #12

Pierrot


Citer
Un grand merci à Pierrot pour avoir contribué à lever mes inquiétudes sur le kayak.

Il n'y a pas de quoi.

J'ai quelques années de kayak de mer et tu n'a pas idée du nombre de fois où j'ai expliquer à des gens que "non, on n'est pas attaché dans le kayak et,  non, on ne reste pas coincé dedans si le bateau se retourne.

C'est une idée très répandue.

18 juin 2015 à 11:05:32
Réponse #13

Mezig


La suite.
Étant donné que je le fait pour moi, je compte prendre mon temps et faire en sorte qu'il dure plusieurs saisons; ne vous étonner pas si cette réalisation c'étale sur un bon bout de temps.
Pour des raisons de simplification, j'utiliserai les termes en vigueur  en charpente de navires en bois pour désigné les différentes pièces du bateau ( ne pas hésité à me demander des éclaircissements ) .
J'ai commencer par aller faire mes courses en foret dans une coupe de cette hivers et j'y est récolter plusieurs longues perches de bouleau qui vont me fournir les lisses ainsi que les varangues et autres membrures.
Un petit sapin séché sur pied va , quand à lui, me donner la quille de ma future embarcation.
Une branche de sapin présentant une jolie courbure me donnera l'étrave et l'étambot quand à lui serra tirer de la chute du tronc servant à la quille.

L'outillage:

Par gout et pour essayer de rester proche de la tradition Inuit; je compte utiliser un outillage restreint, sans appareilles électrique.


Donc, au premier plant, un vilebrequin pour percer des différent trous de passage des liens
Une scie à bois Fiskar pour des coupes propres et précises.
La Sicilienne ( petite machette réaliser à partit d'une serpe italienne, j'en profite d'ailleurs pour dire merci au membre qui nous à donner le plan ) pour tous les travaux de dégrossissage mais également de planage.
Petit Poulet Rose, un mora compagnon qui me servira pour tout ce qui est finition.

La quille

Dans mon tronc de sapin, j'ai put tirer une section la plus droite possible de 2,70 m, ce qui me donnera un umiak d'environ 3 m.
La voila dans sa position naturel.


Il m'y faut réaliser maintenant un plat tout du long pour pouvoir y fixer l'étrave et l'étambot ainsi que le varanguage; affiner les extrémités pour facilité la pénétration dans l'eau et éviter l'usure prématurée de la toile et faire les encoches et trous qui me servirons pour ligaturer les différentes pièces fixées sur la quille.

Bon, au boulot.


Les moyens sont la fin.

30 juin 2015 à 02:21:44
Réponse #14

Nostoc


Un petit mot pour t'encourager à continuer de partager des photos et ou des textes !
Merci ! J'ai plaisir à suivre ça.

22 octobre 2015 à 11:12:41
Réponse #15

Mezig


Si un gentil modo peut supprimer ce post.
Je le recommencerai quand j'aurai plus de matière.
Les moyens sont la fin.

22 octobre 2015 à 12:54:58
Réponse #16

lambda


Bonjour à vous, :)

Mezig, cela serait dommage d'effacer quoi que ce soit ici. Il y a déjà beaucoup d'informations venant de part et d'autres, des différents intervenants...
enrichi le au contraire, en prenant ton temps! le côté "brouillon" où des bourgeons, même embryonnaires, d'idées émanent du tronc commun de la discussion est salutaire en fait....

Regarde aussi ce qu'à fait Anke, il avait realise il y a un moment de cela un kayak un peu dans la même idée/meme esprit que toi...

http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,24316.msg266412.html#msg266412

mais il en parle sur d'autre fils aussi...

Bonne continuation!

Je suivrais ton fil avec intérêt (projet equivalent que je voudrais realise pour Là Haut, sur place....)

à +,
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

22 octobre 2015 à 13:47:12
Réponse #17

Mezig


Si tu le prend comme ça ...
C'est ok.
Je viens de relire et tu a raison; y a suffisamment d’info pour que quelqu'un reprenne derrière et/ou que je continue.
Les moyens sont la fin.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité