Nos Partenaires

Auteur Sujet: Kayak de rando : Les aventures d'Hurricane  (Lu 6771 fois)

27 avril 2016 à 18:18:29
Réponse #50

danseenslipsouslalune


... on peut ,d'une seule main, couper le bout malfaisant car la pression est exercée par les 2 lames qui enserrent l'objet à couper....

J'aime bien l'idée... mais peut-être plus dans une eau calme, lac ou autre, et donc en kayak...
Mais j'ai peur que pris dans la houle ou les vagues quand tu surfes il faille malgré tout ta deuxième main pour attraper l'objet "malveillant"... sous peine de te cisailler autre chose...  :-\
Il vaut mieux être un guerrier au milieu d'un jardin, qu'un jardinier au milieu d'une guerre...

27 avril 2016 à 18:39:20
Réponse #51

fall7stand-up8


D'accord avec toi mais avec un couteau, même avec les 2 mains tu vas manquer d'appuis et encore plus si tu es pris dans le jus

27 avril 2016 à 19:52:44
Réponse #52

danseenslipsouslalune


Je ne sais pas si je vais arriver à expliquer de façon assez claire par écrit c'est pas évident  :huh:), mais l'idée de l'appui pour moi je ne vois pas trop où est le soucis.

En fait, l'idée c'est d'avoir à couper quelque chose qui te "maintient" dans une situation potentiellement dangereuse.

De ce fait, on va imaginer un filet ou un leash  ;) enroulé autour de ta jambe, pour le filet, j' "insérerais" le couteau entre le filet et mon corps, et je coupe en repoussant dans la direction opposée à la mienne, dans le cas du leash, je l'agrippe à deux mains, le plie en deux et le coupe comme je ferais avec un cordage...

(Mince, pas évident à expliquer à l'écrit... j'espère que c'est un pitit peu clair...  :blini: lol )
Il vaut mieux être un guerrier au milieu d'un jardin, qu'un jardinier au milieu d'une guerre...

27 avril 2016 à 23:47:17
Réponse #53

Hurricane


Pour apporter un peu de contradiction sur ce leash

Mon premier kayak date des années 1985, et j'ai usé beaucoup de fonds de maillots  de bain dans des baquets. Comme tout le monde je me suis posé la question du leash, en mettre ou ne pas en mettre, telle était la question ?  :)

Pour la pagaie, pas trop d'interrogation, je l'ai toujours attachée. Puis j'ai fini par m'attacher moi même en pensant que c'était une sécurité. Et il y a quelques années je suis allé me ballader sur une mer un peu formée dans le nord Cotentin sur un sit-on-top. Une première vague importante prise un peu de travers, éjection du bonhomme, quelques rouleaux me font tourner autour du kayak, saucissonnage en règle et bonne poussée d'adrénaline avant que je n'arrive à me dégager.

Je ne me suis plus jamais attaché à un kayak depuis. Pour éviter d'avoir à nager pour rattraper mon kayak, le leash de pagaie fait au moins 3 mètres et est attaché sur le côté et non à l'arrière, au bout d'un certain temps il fait pivoter le kayak tout seul.
Pour compléter le dispositif, j'utilise la technique de Djeep: "un bout flottant à la traîne"
jusqu'à maintenant ça a été suffisant.

Merci pour ton retour.

Je suis un peu réticent au leash de Kayak à fixer à la jambe. J'ai pas ton experience mais ça conforte un peu ma position là dessus.
"Des choses simples pour des gens simples". Benoit, NDS.

27 avril 2016 à 23:47:56
Réponse #54

Hurricane


hello,

Il faut clarifier un peu tout ça, ma remarque s'adressait à Hurricane qui parlait de faire du kayak sur un lac, et je faisais allusion à un kayak gonflable qui a une bonne prise au vent et qui peut donc dériver plus rapidement qu'un sit-on-top, si on est prêt du rivage avec un risque de se retrouver dans des vagues qui se brisent et d'autant plus si il y a des rochers, il est évident qu'il ne faut pas mettre de leash, le but du leash est simplement de ne pas perdre son embarcation en pleine eau et donc de pouvoir rejoindre la terre ferme.

Je n'en utilise pas moi même mais j'ai toujours un leash fixé à bord au cas ou les conditions se dégradent, simple précaution.

 :)

Bien noté.  ;)
"Des choses simples pour des gens simples". Benoit, NDS.

27 avril 2016 à 23:52:47
Réponse #55

Hurricane


Hello  :)

Je ne voudrais pas rentrer dans la surenchère à l'équipement, mais... dans ma perspective de reprendre le surf prochainement (de mer, lol  ;) ), j'envisage le port d'un petit couteau de mollet.

Non, pas pour me battre contre les mérous, ni forcer les sirènes à m'accorder des faveurs particulières, mais je me suis fais éjecter plusieurs fois de ma planche avec le leash qui tirait pas forcément dans le bon sens.
D'autre part, en mer, il m'est arrivé (malheureusement), de tomber sur des bouts de filets dérivants, donc ceci + cela + l'expérience de pommeau ben...
Un petit couteau chez d..... ou autre enseigne de grande distri qui va bien, attaché sobrement au mollet, et si ça coince, ben tu coupes...

Enfin en ce qui me concerne c'est un choix bien arrêté et non négociable pour me remettre à l'eau.

Dav-

J'ai vu plusieurs récits sur le probleme de filets de pêche, notamment par des plongeurs.

Perso, en nageant dans des criques, ça m'est arrivé de me prendre dans des fils de pêche. Bon... Ca m'a pas entrainé sous l'eau mais j'ai eu du mal à m'en dépatouiller, surtout qu'il y avait des vagues.

Donc un couteau ça me semble presque obligatoire avec toutes les cochonneries qui flottent parfois en mer. Une pince je suis moins fan... Faut faire preuve de "précision" et je suis pas sur que ça soit possible dans toutes les situations, contrairement à un couteau saisi à pleine main.  :-\
"Des choses simples pour des gens simples". Benoit, NDS.

28 avril 2016 à 12:20:13
Réponse #56

Jco


A force de lire des compte-rendus d'expé en canoé/kayak (notamment dans Carnet d'Aventure), j'ai de plus en plus envie de m'y mettre, notamment pour faire des expé "tourisme" (type: 3 semaines de kayak en corse), en itinérant.

Problème: mon expérience est très limitée (un stage "eau vive" UCPA, quelques descentes à la journée).

Pour un débutant dans mon genre (qui n'a pas de rivière a proximité), est-ce faisable de se lancer dans l'aventure (kayak gonflable), ou vais-je au devant de gros ennuis sans un minimum de formation ?

Merci pour vos retours.

28 avril 2016 à 13:11:11
Réponse #57

Djeep


BJR

...notamment pour faire des expé "tourisme" (type: 3 semaines de kayak en corse), en itinérant.

Problème: mon expérience est très limitée...

Pour un débutant dans mon genre (qui n'a pas de rivière a proximité), est-ce faisable de se lancer dans l'aventure (kayak gonflable), ou vais-je au devant de gros ennuis sans un minimum de formation ?
...

Si tu évoques le kayak de mer, la réponse est "oui". La mer ne pardonne pas et un débutant va au devant de graves problèmes en évoluant seul sur ce milieu surtout sur les côtes de la Corse : forts courants, rochers, vent fort et météo assez capricieuse. Avant de penser à ce genre de trip, je ne peux que te conseiller d'étoffer ton expérience pour avoir une autonomie en ( presque ) toute sécurité.

HN
Allumez le feu :-)
Donnez un titre honorifique à un clampin et il se sentira l'âme d'un petit chef !

28 avril 2016 à 13:41:11
Réponse #58

Pierrot


Salut,

Djeep a répondu pendant que je rédigeais, pour moi c'est la rivière qui ne pardonne pas, la mer est beaucoup plus accessible. J'ai perdu des amis en descente de rivière, jamais en mer même si on s'est fait parfois des frayeurs............

En rivière au dessus de classe II, je dirais qu'il faut un minimum de formation et surtout ne pas y aller seul. La maitrise de l'esquimautage est vivement recommandée.

En mer c'est à la portée d'un débutant, en conditions normales, quand la mer se lève il va falloir un peu plus de technique, là aussi être en groupe aide beaucoup. Il faut aussi maitriser les techniques pour remonter à bord du kayak quand on dessale. L'esquimautage est un plus mais n'est pas indispensable

Ce qu'il faut surtout c'est apprendre à pagayer correctement avec une pagaie adaptée pour ne pas fatiguer, être efficace et éviter les tendinites à long terme. J'ai vu pas mal de pagayeurs utilisant de grosses pales être obligés de s'arrêter, leurs coudes ayant déclaré forfait.

Citer
(type: 3 semaines de kayak en corse)

Pour ce genre de programme, il faut un matériel fiable, aucune difficulté par temps calme, sauf la longueur de certaines étapes. En revanche avec des rafales à 90km/h et des creux d'un mètre, un débutant va se faire des frayeurs....

Quand il fait ce temps le matin, tu restes à terre, quand  il se lève pendant que tu navigues, (même en ayant pris la météo le matin), il faut gérer jusqu'à ce que tu puisses débarquer et des fois, c'est long.

Mais la balade en vaut la peine.

28 avril 2016 à 21:36:59
Réponse #59

huckleberry


Dans tous les cas, mer, lac ou rivière il faut un plan d'eau calme pour débuter, comme le dit Pierrot la technique est très importante.
Il faudrait que tu cherches si tu n'as pas un club à côté de chez toi, tu pourrais utiliser différents matos, et te faire une idée.
Comme le dit bien djeep attention avec l'océan, ça ne pardonne pas.

Par exemple j'ai un sit-on-top de 2.70m et 83cm de large pour 23kg j'évite d'aller en pleine mer avec, je reste surtout dans le lagon et déjà y'a bien moyen de se faire peur quand la houle rentre un peu fort sur le reef (très fort courant) ou que le vent s'en mêle, pourtant je m'en sers pour aller à la chasse et même avec la combi et les palmes de chasse à bord, je fais toujours attention.


« Modifié: 28 avril 2016 à 22:37:34 par huckleberry »

03 mai 2016 à 10:26:47
Réponse #60

Hurricane


A force de lire des compte-rendus d'expé en canoé/kayak (notamment dans Carnet d'Aventure), j'ai de plus en plus envie de m'y mettre, notamment pour faire des expé "tourisme" (type: 3 semaines de kayak en corse), en itinérant.

Problème: mon expérience est très limitée (un stage "eau vive" UCPA, quelques descentes à la journée).

Pour un débutant dans mon genre (qui n'a pas de rivière a proximité), est-ce faisable de se lancer dans l'aventure (kayak gonflable), ou vais-je au devant de gros ennuis sans un minimum de formation ?

Merci pour vos retours.

Perso j'ai apris un peu tout seul. Comme dit plus haut, faut commencer par un plan d'eau calme. Je me suis entrainé à faire des manœuvres et à savoir remonter sur mon kayak. J'ai aussi testé la réaction de mon gilet de sauvetage dans l'eau, voir comment se comporter avec.

J'ai regardé des vidéos, j'ai lu quelques bouquins. Ca remplace pas un prof mais c'est un bon début car ce n'est pas non plus du kayak de descente. Par contre comme dit plus haut faut être un minimum aguerri pour allé en mer. J'y barbote depuis mon plus jeune âge donc je sait qu'en kayak faut faire attention.

Un petit bouquin fort sympathique :
http://www.canotier.com/francais/eau-calme/guides-19/europe/france/le-guide-du-canoe-en-france/

On a pas trop le droit de mette des liens commerciaux ici mais ça m'apporte rien de personnel donc j'ai cru lire que c'est toléré. Il y a moins cher sur d'autres sites.

Il y a une partie sur la technique, il y a des préparations type de matériel à emporter pour des randos qui donnent une bonne base de réflexion et il y a des descritpions de lieux de promenade.

C'est assez simple, c'est un bon petit bouqin.
"Des choses simples pour des gens simples". Benoit, NDS.

03 mai 2016 à 10:39:32
Réponse #61

Jco


Merci à tous pour vos réponses.

05 mai 2016 à 02:45:58
Réponse #62

huckleberry


 :(

http://www.ladepeche.pf/Les-recherches-se-poursuivent-pour-retrouver-un-jeune-paddle-boarder-au-large-de-Paea_a11953.html

Les recherches se poursuivent pour retrouver un jeune homme de 16 ans perdu en mer avec son paddle. L'hélicoptère inter-administrations Dauphin a survolé la zone jusque tard dans la nuit. Dés l'aube, les recherches ont recommencé avec encore plus de moyens. L'avion Casa de l'armée de l'air est venu renforcer le Dauphin, une quinzaine d'embarcations ont aussi pris la mer, pompiers, gendarmerie et fédération des secours en mer.

C'est hier, mardi, vers 16 heures, que le Centre de sauvetage et de recherche en mer (MRCC) est avisé de la disparition d’un jeune homme en paddle board dans le secteur de Paea. Parti en début d’après-midi avec un ami, ils se sont trouvés en difficulté tous les deux en raison du courant de la passe et des conditions météorologiques. Un seul a réussi à regagner le rivage pour donner l’alerte.
Le MRCC a aussitôt engagé l’hélicoptère inter-administration Dauphin ainsi que des pompiers à bord d’un jet-ski et une patrouille de gendarmerie. Après plusieurs heures de recherches sans résultat, l’hélicoptère s’est posé à Faa’a pour ravitailler avant de reprendre les recherches qui se sont donc poursuivies cette nuit.

La nuit a été très mouvementée pour les secours puisque le Dauphin est également intervenu pour sauver 4 personnes dont le bateau coulait à Arutua. Les personnes ont été déposées saines et sauves à Rangiroa.



 :(

http://www.tahiti-infos.com/Les-secours-retrouvent-le-paddle-de-Matariki-le-jeune-homme-toujours-porte-disparu_a148186.html


Màj (15 h 25, mercredi 4 mai) : La Casa de l'armée de l'air a repéré ce mercredi vers 14 h 30 un Paddle dérivant à 5 nautiques au Sud-Est de Moorea. Les secours sont toujours à la recherche de Matariki, le jeune homme de 16 ans porté disparu depuis mardi après avoir été emporté par un fort courant sortant, passe de Tevahi à Paea. La planche a été récupérée vers 15 heures "sans leach et sans corps", confirme Stanley Ellacott, président de la FEPSM, présent sur place. Les recherches se poursuivent pour retrouver le corps du jeune homme dans la zone comprise entre la position du paddle lors de sa découverte et la passe de Tevahi. Elles sont conduites par hélicoptère.

PAEA, le 4 mai 2016 - L'hélicoptère Dauphin a repris ses recherches et des moyens nautiques supplémentaires ont été engagés, ce mercredi matin, pour tenter de retrouver un adolescent de 16 ans emporté par la mer sur son paddle, mardi après-midi à Paea. Les conditions météorologiques étaient très mauvaises. Contrairement à certaines rumeurs qui circulent, sa planche n'a toujours pas été retrouvée.

Deux jeunes adeptes de paddle board s'étaient laissés surprendre par les mauvaises conditions météorologiques et un fort courant sortant, mardi après-midi, dans la passe Tevahi au niveau du PK 24 à Paea. "La mer est très agitée" nous avait-on indiqué sur place, tandis Météo France faisait état d'une vigilance jaune pour forte houle.

L'un des deux sportifs était parvenu tant bien que mal peu après 15 heures à regagner le rivage en passant par-dessus le récif. Il avait prévenu dès 16 heures le Centre de secours et de sauvetage en mer (MRCC) des difficultés qu'éprouvait son jeune copain, Matariki, 16 ans, à en faire de même.

L'hélicoptère inter-administration Dauphin a survolé la zone des recherches dès l'alerte donnée dans l'espoir de le retrouver, jusque tard dans la nuit de mardi, entre Paea et la pointe des pêcheurs à Punaauia. Les recherches ont repris ce mercredi depuis le lever du jour avec des moyens nautiques des pompiers, de la gendarmerie, de la FEPSM ainsi que de nombreux volontaires. L’avion CASA de l’armée de l’air effectuera quant à lui des recherches entre Tahiti et Moorea.

Contrairement à une rumeur qui circulait dès mardi soir, le paddleboard du jeune disparu n'était toujours pas retrouvé à la mi-journée, mercredi. Une planche rigide, rouge et jaune, qui permet aux sauveteurs de garder espoir sur l'issue de ces recherches : "C'est à la fois inquiétant et positif", expliquait à la mi-journée mercredi Clément Jacquemin, le directeur du MRCC. "On ne retrouve pas cette planche et on ne comprend pas pourquoi, après toutes ces recherches. Mais cela nous laisse espérer qu'il flotte encore. Dans ce cas, si la personne est toujours accrochée ou allongée dessus, elle peut se tenir en sécurité. Pour l'instant nous n'avons aucune raison d'arrêter nos recherches".

Mercredi la zone de recherche a été élargie à tout le chenal entre Tahiti et Moorea au moyen d'un ratissage à faible altitude par un Casa de l'armée de l'air. La frange côtière de Faa'a à Mataiea, est survolée par l'hélicoptère Dauphin jusqu'à 5 nautiques des côtes. Sur l'eau, la Fédération d'entraide polynésienne de sauvetage en mer (FEPSM) a dépêché sept embarcations pour venir en renfort des pompiers (trois jet ski) et des moyens de la gendarmerie. Les recherches doivent se poursuivre jusque dans la soirée, où les services de l'Etat seront amenés à considérer la poursuite des recherches.
« Modifié: 05 mai 2016 à 04:21:52 par huckleberry »

02 juin 2016 à 00:15:53
Réponse #63

Hurricane


J'ai un ami pompier en Corse. Il m'a raconté une de leurs interventions. Des vacanciers avaient payer pour deux jours de rando kayak en mer, avec un bivouac de nuit. Les encadrants ont déccider de passer outre les prévisions météo annoncées pour le deuxieme jour (buisness ?..).

résultat : Le vent s'est levé sur le retour du groupe de kayakistes. Ils sont tombés en état d'épuisement et ont du être secourus en mer....

Bon, hormis ça...

J'ai fini un montage vidéo mais elle dure 18 minutes. je vais tenter un téléchargement mais à mon avis c'est au moins 4 jours d'attente  :o
"Des choses simples pour des gens simples". Benoit, NDS.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité