Nos Partenaires

Auteur Sujet: Expé bushcraft - Parc national de Sarek (Suède), la plus grande étendue sauvage d'Europe!  (Lu 5658 fois)

28 juillet 2015 à 10:29:57
Réponse #25

romstk


Salut Niko!
Alors? Pas trop de neige?
Avec l'été en retard de 3 semaines des fois c'était un peu coton... gués compliqués car rivières gonflées, ponts de neiges en train de fondre,... le bonheur quoi  ;D
"D'autre part, il y a des hommes qui s'arrangent à survivre, des individus entrainés qui échappent à la règle de l'évidence et de ce qui est prévu et qui ajustent leurs vies à toutes les règles étranges qu'elles peuvent rencontrer ou auxquelles elles sont forcées de s'assujettir."
Jack London

28 juillet 2015 à 12:21:57
Réponse #26

Mrod


"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

02 décembre 2015 à 19:57:51
Réponse #27

Nikolapland


Salut à tous!

Désolé pour le retard de retours, j'ai eu beaucoup de choses à gérer depuis mon retour et je n'ai pas encore eu le temps de mettre en forme mes 1200 photos et vidéos... :O

Mais pour les nouvelles, c'était probablement le plus beau voyage que j'ai pu faire jusqu'ici! :)

La neige était en effet très présente sur les sommets, notamment dans le quart nord-ouest de ma boucle, les baies quasiment absentes et les ressources assez limitées!
Les paysages sont très variés et le climat change en 500m, avec des températures passant de 0 à 30°C selon les secteurs.

Promis, dès que j'ai préparé les commentaires de toutes mes photos et vidéos, je les partage avec vous sur mon site, pour que vous ayez uen vision complète du voyage et les vidéos qui apportent un net plus au récit! ;)

En attendant, voilà déjà une sélection d'un certain nombre de photos!!! :) N'hésitez pas à me poser des questions pour plus d'infos  ;D

L'avion entre Stockholm et Gällivare : le 1er avait un ennui mécanique, donc il en ont affrété une deuxième : 2h de retard...


Le vol...


La gare de Gällivare


Première nuit à l'arrache sur un chantier à Gällivare : 10°C, il pleut et il est 1h du mat', donc pas le temps de chercher plus loin, juste pour une nuit...


Le bus : Gällivare-Jokkmokk, puis un autre de Jokkmokk à mon point de départ : Kvikkjokk, au sud-ouest du parc de Sarek


Petit tour par le musée lapon de Jokkmokk : ça vaut vraiment la peine d'y aller avant d'aller dans la nature, c'est extrêmement instructif (animaux, traces, plantes, etc.)


Arrivée à Kvikkjokk et la première rivière à traverser : la Kamajokk!


Un bateau me fait traverser par l'aval de la rivière et m'emmène un peu plus haut, jusqu'au début du sentier, sur l'autre rivière que je vais longer un moment,


Point de largage et début du sentier qui monte plein nord sur environ 40km...


2e passerelle à traverser, une eau à 3-4°C et un bon courant! Faut pas se planter...


1er bivouac



Jour 2 : forêts et marais


La salle de bain :)


Un des 3 refuges (tous les 15km environ), où j'aurai complété un peu mes réserves, vu les ressources assez limitées (plein de rivières, mais très complexes à pêcher du fait de la force du courant)


Premières neiges


No comment...  :doubleup:



On dirait pas, mais au moins large, la rivière fait 50m de large! Un coin qui ne rendra jamais aussi bien en photo, mais vraiment à couper le souffle!


2e bivouac auprès d'un ancien sauna Sami (peuple nomade lapon)


Une grosse truite à fumer en ce 2e soir de marche, pour bien manger pendant 3 jours :)


Au bord du lac...


Une petite hermine bien curieuse :)


Un lit de rivière à traverser



Un un ours (mort malheureusement), que j'ai eu la chance de voir, même si je l'aurai de loin préféré vivant :(


Plein de rivières, mais pas de poissons (je n'ai quand même pas trop insisté non plus lors de mes marches de journée : 10-12km/jour)


Surmulot?


Un p'tit couple de rennes


Le seul point sec du coin, bien exposé au vent, mais en plaçant bien le tarp comme il faut, j'ai dormi comme un bébé :)


Une petite rivière pour se rafraichir (refroidir même) les pieds


Dernier refuge avant de quitter les sentiers baliser et remonter dans le froid, la neige et la toundra (plus aucune plante haute)...


À travers les montagnes et les vallées glacées


Une famille de rennes


On bivouaque comme on peut. Par contre, pas de bois pour faire le moindre feu...


La direction c'est...quelque part vers là-bas (repéré la veille)...


Une nouvelle vallée à suivre vers l'est, jusqu'au "carré des prédateurs"!




Un renard en fin de pelage d'hiver


Une baraque fermée isolée au milieu de nulle part! Je l'utilise pour caler mon tarp et pour récupérer un peu de bois en dessous pour refaire un feu après 2 jours à traverser la neige et les rivières glacées.


C'est encore bien enneigé!


On rechange doucement de paysage, avec un peu plus de végétation buissonnante (bouleaux nains et saules lapons) : une vraie galère à traverser, en plus des gros éboulis rocheux sur les flancs de montagne!


Un pont de neige à traverser sur 20m...


La fameuse végétation...


C'est sympa quand même :)



Nos copains les lemmings : t'es mignon, mais un 'tout p'tit peu con (c'est pas la bestiole la plus maligne qui soit, mais c'est bien sympa à regarder  ::) )


Un renne blanc


Feu du soir...


Retour à la verdure!



Des élans...


Encore une hermine, mais avec encore une partie de son pelage d'hiver


Bivouac du 7e jour de marche


Recharge


Petite pause



Je vous laisse profiter, tout simplement...


Là, ça ne passe plus : il me faudra faire un détour de 10km pour passer par une passerelle, quelques kilomètres plus en amont...



Un soir de plus...les pies commencent à sentir le passage des rivières, marais, etc.




N'hésitez pas si vous avez des questions précises, j'y répondrai ;)

En remontant sur le plateau



Une magnifique buse pattue, qui se partage ici le ciel avec le pygargue à queue blanche :)


La  passerelle pour traverser : enfin! Mais il faut descendre sans dévier...sinon c'est fini!




Les rennes se rassemblent sur la neige pour se raffraichir!



Presque 2km à marcher là dessus...pour atteindre le sommet!


...mais ça vaut le coup! La Rapadalen!!






Toujours en grand confort  :doubleup:


Un vrai lac!


Et un bon repas!!! À fumer au bois de genévrier!  :lol:



La montagne que 'avais initialement décidé de traverser par le sommet...mais finalement non  :-\


Je rejoins un petit sentier pour quelques bornes et dors une nuit dans un petit refuge sommaire ou je crois un hollandais qui traversait l'Europe du sud au nord avec son chien (et au début avec son âne aussi) :




Et je reprends ma route, en quittant le sentier, pour ma plus dure journée : un terrain instable, des marais, 30°C et des moustiques par millions m'obligeant à porter un k-way pour réussir à avancer!






Je reprends de la hauteur de l'autre côté de la vallée, pour échapper aux moustiques et là...c'est le bonheur :)





Sur le plateau : c'est sobre, mais facile à parcourir ;) Attention toutefois aux limons-mouvants : des sortes de graviers mélangés à de la vase, où on s'enfonce d'un coup et très rapidement si on ne fait pas attention! Et encore un peu de neige ;)



Un petit coin sympa pour bivouaquer, avant de redescendre dans la végétation plus dense des derniers jours...avec une petite soupe de fleurs de myrtilles et camarines noires! ;)



Dans les bois, je tombe nez à nez avec une femelle élan et son petit :)



Bientôt la fin...je retrouve le chemin forestier qui mène vers la civilisation...  :(




Un mésangeai imitateur :)


Une dernière trace d'élan, sur un sentier, devenu chemin...qui deviendra route...




Et Tjåmotis : la fin de ce magnifique voyage :) Retour vers Jokkmokk, Gällivare et je quitte la Suède...en attendant une prochaine avanture ;)



Plus d'infos et plus de photos et descriptions (à venir) sur mon site : http://nikoxyd.free.fr ;)

Niko
Nikolapland
http://nikoxyd.free.fr
L'homme fait partie de la nature, il doit vivre avec et non la soumettre à sa volonté...

02 décembre 2015 à 22:36:58
Réponse #28

guillaume


Merci !

Pour tes pieds : qu'as-tu fais pour y remédier ? Le fameux feu ?

On dit qu'il faut qu'ils restent secs au minimum 8h par jour, je ne sais pas si c'était possible pour toi.

Merci par avance.

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

02 décembre 2015 à 22:47:29
Réponse #29

Ulf



03 décembre 2015 à 00:22:38
Réponse #30

romstk


Put*in à quelques jours près on se serait croisé...  ;)

Merci pour le partage!
"D'autre part, il y a des hommes qui s'arrangent à survivre, des individus entrainés qui échappent à la règle de l'évidence et de ce qui est prévu et qui ajustent leurs vies à toutes les règles étranges qu'elles peuvent rencontrer ou auxquelles elles sont forcées de s'assujettir."
Jack London

03 décembre 2015 à 07:14:04
Réponse #31

Merlin-Max


Merci pour le retour Niko', j'aurai plein de questions pour toi quand tu auras un moment, je pars dans le coin en 2017. ;)
L'âme sûre ruse mal. ;)

03 décembre 2015 à 12:13:57
Réponse #32

Ulf


J'aurai bien des petites questions sur ta façon de fumer le poisson !

03 décembre 2015 à 20:35:34
Réponse #33

Nikolapland


Salut à tous!

Guillaume, pour mes pieds, difficile en effet de garder les pieds au sec pendant 8h dans la journée, avec les traversées de rivières, de marais et des névés, mais dès que je faisais une pause, j'essorai mes chaussettes et aérais mes pieds et tous les soirs, je faisais bien sécher mes chaussures (tant que possible, mes chaussettes et mes pieds au coin du feu. Ensuite, une fois les pieds biens secs, je les massais avec une crème hydratante et mettais des chaussettes bien sèches spécifiquement gardées pour la nuit. Comme ça, mes pieds se remettais plutôt bien dans la nuit, mais ça ne remet pas à neuf pour autant! ;)

Romstk, on avait fait le point avant mon départ et en effet, à 2 jours près, on se croisait à Stockholm :) Une autre fois!

Ulf, pour le fumage du saumon, j'ai utilisé une version très simplifiée et courte, juste suffisante pour garder le poisson 2-3 jours, mais insuffisante pour une conservation longue durée. J'ai juste coupé les filets, séché avec un chiffon, puis un peu à l'air et au soleil (tant que possible), puis mis en pleine fumée pendant 1 à 2h. Pour la fumée, je prépare un petit feu histoire d'avoir un peu de braises, puis je l'étouffe avec des bouquets de branches de genévrier assez denses. Il faut bien surveiller, parce que dès que le genévrier sèche un peu, ça s'enflamme d'un coup et il faut éviter les flammes : le but n'est pas de cuire le poisson! Il faut donc avoir une grande quantité de branches disponibles et toujours un bouquet "vert" à côté du feu : dès que ça commence à s'enflammer, il faut écraser pour étouffer le feu (empêcher que l'air n'entre), puis mettre du vert par dessus. De temps en temps, il faut quand même soulever un peu les branches pour que les braises ne s'éteignent pas totalement.
Je suis parti 2 semaines en Alaska aussi en août, où j'ai fumé du saumon en plus grandes quantités et sur 4 jours, avec davantage de technique : filets > 12-24h dans de la saumure (mélange 2/3 sel - 1/3 sucre roux) > rinçage à l'eau claire > bien sécher les filets pendant 24h (voire 48h s'il fait humide, froid ou un temps couvert) en suspendant les filets par la pointe dans une zone aérée et au Soleil. Ensuite, même principe qu'au dessus, mais en plusieurs fois : 1h de fumage (j'avais fait ça avec des branches et feuilles de saule), 3 à 4 fois par jour, pendant 2-3 jours, soit une dizaine de fumages d'1h. Ca permet de bien sécher les filets en profondeur et donc d'avoir une meilleure conservation. Si le temps est chaud et sec, on peu le faire en moins d'étapes.  :doubleup:

Et Merlin-Max, t'as qu'a demander et je te répondrai tant que possible et aussi vite que je peux pour t'aider à préparer ton voyage! Et je suis dans la région parisienne, donc selon l'endroit ou t'es, pas de problème si tu veux qu'on fasse un point "en direct"!  ;)  :lol:
Nikolapland
http://nikoxyd.free.fr
L'homme fait partie de la nature, il doit vivre avec et non la soumettre à sa volonté...

03 décembre 2015 à 22:23:43
Réponse #34

You


Merci 1000 fois pour ce retour vivifiant.  :love:
Une question pour ceux qui, comme moi, hésitent à monter là-haut s'il ne gèle pas sérieusement : les moustiques, c'est vivable ?
Tu dis avoir dû mettre ta veste de pluie une fois, et être remonté en haut d'un tunturi venteux pour leur échapper, mais à te lire, ça n'a pas l'air si oppressant que ce que j'ai lu ailleurs.
Tu confirme ?

03 décembre 2015 à 23:40:40
Réponse #35

Nikolapland


Salut "You" :)
Les moustiques, il n'y a eu que cette fois-là où ils ont été vraiment difficiles à vivre, mais pour avoir testé le Nord à de multiples reprises (le sud de la Finlande par mes origines, tous les étés, la Laponie finlandaise de l'Est et de l'Ouest, l'Alaska à trois reprises et cette fois-ci, le nord de la Suède), je te confirme que c'est tout à fait vivable ;) Les moustiques et cératopogonidés (des petits moucherons qui t'arrachent un bout de peau) sont chiants quand il fait chaud, au coeur des forêts ou des marais, ou le soir au bord des milieux humides, mais avec un peu de self contrôle (les moustiques sont attirés par les hormones de stress qu'on dégage en s'énervant) et d'antimoustique, c'est tout à fait supportable et dès qu'il y a un peu de vent ou qu'on prend de l'altitude, ils disparaissent ;)
Par contre, mieux vaut prévoir quand même un antimoustique de réserve et évidemment, un filet pour la tête dans les zones les plus chargées et pour dormir :)
Pas de quoi annuler un voyage en tout cas, pour répondre à ta question, mais ce n'est que mon avis personnel!   ;D  ::)
Nikolapland
http://nikoxyd.free.fr
L'homme fait partie de la nature, il doit vivre avec et non la soumettre à sa volonté...

04 décembre 2015 à 11:19:29
Réponse #36

Kilbith


Bonjour,

Un gros merci pour l’énorme travail de retex que tu mets à la disposition de la communauté.  :doubleup:

 :)
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

05 décembre 2015 à 08:29:21
Réponse #37

Outdoorsman


"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

07 décembre 2015 à 01:35:44
Réponse #38

Loxapac


Merci Nico, super retour !
La curiosité que j'éprouve pour les pays nordique vient de redoubler... Je vais me prévoir un petit voyage dans ces contrées dans les prochaines années....
Vraiment magnifique.

07 décembre 2015 à 09:30:22
Réponse #39

Merlin-Max


Salut Niko',

merci pour les infos sur les moustiques et la nécessité d'avoir un change sec réservé pour la nuit.
Est-ce que tu as eu des difficultés avec le vent ou le sol pour ton abris?
Concernant l'avion, comment est-ce que tu as "emballé" et sécurisé ton sac?

PS: me rendant le moins possible à Paris je t'invite à me rendre visite si tu passes à proximité de la Chaîne des Puys. ;)
L'âme sûre ruse mal. ;)

07 décembre 2015 à 09:51:28
Réponse #40

raphael


Un simple mais grand merci pour le recit et les photos.

C'est une tache parfois fastidieuse mais qui apporte beaucoup a la communauté  :up:
Se connaitre et s'accepter


08 décembre 2015 à 00:53:50
Réponse #41

Nikolapland


Encore salut à tous :D

De rien pour le rendu, c'est normal! Après tout, on est là pour partager nos expériences et apprendre de chacun, alors à chacun d'y participer, à commencer par moi-même! ;)

Merlin-max, t'as bien raison d'éviter Paris! Je vais surement descendre -3 jours à Clermont du 15 au 17 janvier, pour le salon mondial de la pêche, où je dois retrouver le guide et depuis ami, de mes virées en Alaska, donc peut-être qu'on pourra se croiser à cette occasion.  :up:
Niveau sac, j'ai un sac à dos étanche Vertical 8. Niveau emballage et sécurisation, rien de bien particulier ; tout dépend du sac, du matos pris, etc., pour protéger les éléments fragiles. Je prends en général un petit sac à dos en toile (type Pocket bag), qui ne pèse rien et tient au creux de la main une fois plié, pour prendre en cabine, avec mes papiers (toujours en pochette étanche), mon appareil photo (fragile), une frontale et 2-3 bricoles. Ensuite, tout le reste est dans mon sac à dos en soute, avec les vêtements de dernier rechange et vêtements de nuit au fond, puis le sac de couchage juste au dessus, les divers autres vêtements (sauf pluie et mitaines, qui restent sur le dessus), la gamelle (qui contient un peu de matos : kuksa, cordelette, ligne de pêche, firesteel, fourchette) et sur le dessus, mon Leatherman charge (que je sors en arrivant), le tarp et cordelettes + vêtement de pluie (les éléments à sortir en priorité en cas de pluie). Sur les côtés à l'intérieur, protégés par quelques vêtements, je mets ma mini canne télescopique bien calée de tous les côtés et mon grand couteau (Cold Steel bushman bowie) et de l'autre côté, le panneau solaire+batterie et au dessus, la trousse de secours (facilement accessible). Le reste, c'est sur moi (évidemment, pas de liquides, ni aucun objet pointu ou tranchant en cabine).  ;#

Loxapac, content que le retour t'ai plu! Si t'as besoin d'infos ou conseils sur les pays nordiques, quels qu'ils soient, n'hésite pas à demander : au delà de mes origines finlandaises, je commence à bien connaître une large partie de la zone nordique de la planète.  :doubleup:
Nikolapland
http://nikoxyd.free.fr
L'homme fait partie de la nature, il doit vivre avec et non la soumettre à sa volonté...

08 décembre 2015 à 11:14:02
Réponse #42

hrk



14 janvier 2016 à 12:50:40
Réponse #43

Aleksi


Salut Niko, salut la compagnie !

Ma question concerne principalement l'organisation de tes journées. En bushcraft itinérant pour reprendre ta juste expression ;
-Combien de temps marchais-tu par jour ?
-Combien de temps consacrais-tu à la recherche de nourriture ?
-Vivres paquetés dans le sac au préalable (Si oui, quoi ?) ou 100% pachamama ?
-Quels moyens as-tu mis en oeuvre pour te nourrir, et quels étaient leurs limites ?
-De quoi se remplissait majoritairement ta gamelle, quotidiennement ?
-Après cette expérience, quels sont les améliorations auxquels tu penses ?

Merci de tes réponses, et voyage magnifique ! Les rennes blancs sont sacrés chez les Samis. As-tu pu identifier la cause de la mort de l'ours ?

A plus  ;)
Quand ma compagne et partenaire d'aventure se décide à publier quelques photos : http://eetiski.tumblr.com/

14 janvier 2016 à 17:58:53
Réponse #44

Tibaldog


Salut Niko, impressionnant ton périple en solitaire.
Ce qui me marque le plus c'est ton autonomie alimentaire.
Sinon, les mêmes questions qu'Aleksi du coup  ::)

Et un grand merci pour ton effort de retour d'expérience.


" Hier est derrière, demain est un mystère, mais aujourd’hui est un cadeau, c’est pour cela qu’on l’appelle le présent. "
Maître Oogway

26 janvier 2016 à 00:44:33
Réponse #45

Nikolapland


Salut à tous les deux!

Je vais essayer de répondre à toutes les questions:

- Mes journées faisaient environ 9h, depuis le moment où je partais de mon camp le matin, jusqu'à l'arrivée sur mon campement du soir, avec environ 2-3h de pause cumulée dans la journée (repos, photos, admiration du paysage, changements de chaussettes, cuisine, etc.). Pour ce qui est du temps de marche, ça faisait donc environ 6 à 7h par jour, pour environ 13-14km, auxquels il faut déduire le temps de recherche de nourriture, les petits détours, les recherches de pistes accessibles (oui ce n'est pas toujours évident, même sur la partie balisée des premiers jours), etc. En moyenne, ça doit faire environ 5h de vraie marche par jour, soit une vitesse moyenne de 2 à 3km/h.

- Pour la recherche de nourriture, tout dépendait du secteur et des ressources. Niveau végétation, je mangeais ou ramassais des plantes "à la volée" en marchant. Idem pour mes tentatives de chasse au bâton (utilisé comme arme sur les lagopèdes lorsque j'en croisais, mais c'est pas si facile que ça). Lorsque les conditions étaient propices je pouvais m'attarder entre 30min et 3h (max sur le lac où j'ai fait les 6 truites) pour pêcher, fumer le poisson, un peu de traque des lagopèdes ou faire une réserve de plantes. Difficile de dire exactement le temps passé à chercher de la nourriture, mais tout compris, ça devait faire entre1 et 4h par jour (recherche et préparation), sachant que sur certaines zones, je n'avais presque pas de nourriture (sur les plateaux enneigés notamment).

- Je suis parti avec pour seule réserve de nourriture, 1 ration de survie lyphylisée (nouilles au porc aigre douce) + 1 compote pomme/cannelle lyophylisée. Sur place, dans les refuges des 4 premiers jours et en voyant que les ressources (poisson et viande notamment) étaient plus difficiles à avoir que prévu et au regard du retard de l'hiver (quasi absence de baies), j'ai fait aussi au 2e jour, une omelette au fromage mangée dans un des refuges (oeufs, fromages, légumes laissés sur place par les gestionnaires du refuge) et j'en emporté 2 petites pommes de terre et 2 carottes emportées, puis au 4e jour (dernier refuge), j'ai acheté 1 ration de nouilles chinoises + 1 biscuit + 1 petit paquet de bonbons, avant de quitter les sentiers balisés. Sur les 2 semaines de marche, j'avais donc un total de 4 ou 5 repas légers en complément. Ça m'a notamment été utile lors de la traversée des sommets et de la vallée enneigés, entre le 4ème et le 6ème jour (inclus) durant lesquels les ressources naturelles étaient nulles (à part quelques rares camarines gelées).

- Au delà de ces ressources "anthropiques", je me suis nourri du poisson pêché, de grenouilles, de petits lagopèdes, de bouleau, de tussilage, de feuilles et fleurs de camarines et myrtilles, d'épicéa (infusions), de baies de camarines (sur les sommets enneigés : résidus de la saison précédente), d'épilobes... J'aurai pu chasser plus, mais j'ai préféré regarder les animaux dans la nature que de les tuer pour me nourrir (même si les repas étaient légers, c'était suffisant pour moi). Je ne me nourrissais généralement qu'une seule fois par jour avec quelque chose d'un peu consistant (mais en assez petites quantités) et sinon, ce n'était que du "grignotage" durant la marche.

- Concernant les limites, je citerai le retard de la fin d'hiver (quasi absence de baies : mieux vaut prévoir une virée en août pour ceux qui veulent y aller), le fort courant des rivières (pêche très difficile : seuls les lacs apportaient du poisson, lorsqu'ils n'étaient pas gelés) et mon absence d'armes efficaces pour la chasse, avec une temps limité pour le piégeage. Pour ces derniers points, je pense que je prévoirai un lance pierre efficace la prochaine fois (puissant et précis), parce qu'en itinérant, le temps est trop limité pour un piégeage efficace (pas le temps d'analyser correctement le terrain, temps de poser trop court, etc.).

- Pour les améliorations, à part le lance pierre, rien. C'était nickel (ce n'était pas mon premier voyage du genre si vous êtes passés sur mon site).

Voilà ;) J'espère avoir répondu à vos questions, mais n'hésitez pas si vous avez besoin de plus d'infos.

Niko
Nikolapland
http://nikoxyd.free.fr
L'homme fait partie de la nature, il doit vivre avec et non la soumettre à sa volonté...

02 février 2016 à 23:19:49
Réponse #46

Chris-C



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité