Nos Partenaires

Auteur Sujet: la nutrition comme hygiène de vie quotidienne  (Lu 7946 fois)

14 avril 2015 à 11:10:53
Réponse #25

Claude Ponthieu


Tu l'utilises comme du beurre "standard" ?

Oui dans beaucoup de préparations culinaires, mais il faut aimer son goût particulier — le mieux est de faire des essais pour voir si le ghee nous convient ou non. ;)
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

14 avril 2015 à 13:51:42
Réponse #26

Troll


Bonjour,

Je suis un grand curieux en règle générale, mais pourrais-tu s'il te plait me dire quel goût cela a "plus ou moins" ? J'ai lu que cela pouvait vaguement rappeler la noix ou noisette. Confirmes-tu ?

En effet, ce n'est pas le prix que cela coûte si jamais je venais à ne pas aimer, mais je n'aime pas trop gâcher...et comme tu as l'air d'être particulièrement calé sur le sujet ;)

En te remerciant,

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

14 avril 2015 à 14:31:33
Réponse #27

Troll


Bonjour,

Cet écrit s'adresse principalement aux végétariens du forum ou amateurs de longues randonnées:

D'après mes recherches, il faut, si l'on veut se passer de viande (désolé pour les amateurs du régime paléolithique :p) créer des couples d'aliments afin de favoriser l'absorption des protéines.

Les voici:
1/ céréales - légumineuses
2/ céréales - produits laitiers
3/ légumineuses - oléagineux
4/ légumineuses - produits laitiers

Dans la première option, on associera dans la mesure du possible, un élément de la 1ere ligne et un élément de la 2nd (déjà exposé par David il me semble):
pois, pois chiche, haricot, haricot mungo, soja, lentille, fève
maïs, riz, blé, orge, avoine, seigle, millet, engrain

Dans la troisième option, on pourrait faire:
pois, pois chiche, haricot, haricot mungo, soja, lentille, fève
noix, noisettes, amandes, olives, noix de cajoux, avocats

Dans le cas des repas de bureau qui nous intéressaient précédemment, le pemmican est aussi envisageable à condition de ne rien avoir contre la viande.

Bien à vous,

Troll
Semper potest proficio

14 avril 2015 à 19:14:11
Réponse #28

Claude Ponthieu


… quel goût cela a "plus ou moins" ? J'ai lu que cela pouvait vaguement rappeler la noix ou noisette. Confirmes-tu ?

Franchement il est difficile de définir l’odeur et le goût du ghee qui me sont assez plaisants.

Il se combine avec nombre de plats — par exemple, faire revenir un riz avec le ghee, puis ajouter un peu de tamari, des graines de sésame et des feuilles séchées d’algues (nori).

Éviter de prélever du ghee avec un ustensile humide — risque de souillure qui permettra l’apparition de moisissure.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

15 avril 2015 à 09:13:59
Réponse #29

Troll


Bonjour,

J'essayerai donc...la curiosité est un vilain défaut parfois !

Tu dis :
"À conserver dans un lieu obscur, ainsi il peut se garder sans rancir plusieurs mois à température ambiante hors frigidaire."

Néanmoins, au travail, j'ai la chance d'avoir un frigidaire. Je le placerai plutôt en bas et au fond afin de limiter au maximum les variations thermiques lors des ouvertures.

Dans ces conditions, la conservation est la même, ou peu s'en faut, que pour du beurre ?

Au pire, il pourrait aussi bien se retrouver simplement dans un de mes tiroirs non régulièrement ouvert.

Une solution est-elle à favoriser ?

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

15 avril 2015 à 12:17:30
Réponse #30

Claude Ponthieu


Au pire, il pourrait aussi bien se retrouver simplement dans un de mes tiroirs non régulièrement ouvert.

Ma préférence  ;)
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

15 avril 2015 à 13:14:00
Réponse #31

Loriot


Les moisissures vont se développer sur certains sucres et utiliser certaines protéines.
Sur du gras, pur, elles ne trouverons pas de terrain propice à leur développement.
Donc un ghee bien fait se conserve bien.
A la longue, il peut devenir rance a cause de l'oxydation des graisses. Mais ca prend du temps, surtout si le contenant est bien fermé.
« Modifié: 15 avril 2015 à 13:35:36 par Loriot »
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

15 avril 2015 à 13:51:01
Réponse #32

Troll


Bonjour,

Etant plutôt buveur (de café hein !) et voulant, dans un premier temps faire l'expérience de si cela me plais / conviens ou non, je pense qu'il n'aura pas le temps de rancir !

J'attends vendredi soir avec impatience afin d'avoir un petit peu de temps devant moi pour en fabriquer. J'espère pouvoir au moins vous dire très vite si la préparation m'a plu !

Bien à vous,

Troll
Semper potest proficio

21 avril 2015 à 14:59:45
Réponse #33

Troll


Bonjour,

Un petit retour sur le beurre clarifié "façon Claude".

En premier lieu, je précise que la procèdure fournie pour en obtenir fonctionne parfaitement, sans le moindre souci !

En termes de goût, je trouve que cette préparation a un petit goût tirant légèrement vers la noisette. C'est en soit assez particulier mais j'aime assez.

Je l'ai testé dans le café le matin avant une longue randonnée, dans une logique "bullet-proof coffee" (Cf lien en fin de post) ou encore comme l'évoquais DM dans un post, c'est-à-dire, boire uniquement le café-beurre et ne pas petit déjeuner. Je précise que dans le cas où l'expérience n'aurait pas été concluante, j'avais embarqué avec moi de quoi miamer convenablement dès le moindre ennui.

Dans un mug de taille présumée normale, j'ai mis l'équivalent d'une cuiller à café pas trop bombée. Cela donne un goût un petit peu fruité à l'ensemble et aussi presque doucereux. Bref j'achète ! Le pot est maintenant dans mon tiroir, prêt à l'emploi.

Pour ce qui est d'une mise en situation, 'ai pu marcher ce WE pendant 5h d'affilée sans la moindre baisse d'énergie, sur un terrain irrégulier (grandes montées / descentes en pierres et en terre) et battu par les vents avec un sac léger d'environ 6kg. En effet, je vadrouillais le long des côtes de ma chère Normandie, entre Etretat et Le Havre.

Lorsque j'ai regardé ensuite l'heure pour la première fois, il était déjà le milieu de l'après-midi et je n'avais pas cette sensation de ventre vide. De retour de crapahutage, Madame voulait faire un tour sur le port, donc go. J'ai donc remarché sans problème jusqu'en début de soirée. Du coup, j'ai attendu le soir un bon plat de poisson pêché le jour même !

En conclusion, c'est une préparation à la fois simple, bonne et efficace. J'envisage d'en mettre dans des baniques / chapatis, histoire de voir.

http://www.huffingtonpost.fr/2014/03/03/cafe-au-beurre_n_4888552.html

Encore merci.

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

21 avril 2015 à 15:52:42
Réponse #34

Claude Ponthieu


Un petit retour sur le beurre clarifié "façon Claude".

Façon ayurvéda classique… ;)

Il est intéressant de connaître d’autres applications possibles de l’utilisation du ghee, voir sur le net.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

21 avril 2015 à 20:33:07
Réponse #35

Troll


Bonjour,

Il est en effet intéressant de faire un tour sur le net à propos du ghee. J'avoue avoir de grosses lacunes sur le sujet, que de fait je m'emploie à combler ! Comme dirait mon grand-père "il y a de quoi faire de beaux livres avec tout ce que je ne sais pas". Rien n'est plus vrai dans mon cas m'est avis.

Voici donc les informations que j'ai pu trouver ici et là, ne serait-ce que sur les premières pages de notre plus cher moteur de recherche, s'agissant d'applications.

=> peut remplacer l'huile dans une lampe
=> fortifiant général (comme l'huile de foie de morue !)
=> est excellent pour la digestion et est un anti-acididiant / correcteur d'acidité gastrique
=> une cuiller dans du lait chaud en fait un laxatif très doux
=> 2cc de ghee + 1cc de miel donnent un produit extrêmement énergétique et reconstructeur
=> un jus de grenade et une cuiller de ghee sont un excellent détoxifiant sanguin
=> soulage les brûlures, coups de soleil et peut faire office de baume à lèvres
=> bon pour la vue (grâce à la vitamine A et E)
=> facilite l'assimilation des vitamines liposolubles
=> contient des minéraux en quantités : sodium, calcium, magnésium, fer, phosphore
=> peut s'utiliser comme huile de massage pour la détente

Il y a ensuite des tas de recettes l'utilisant, dont celle-ci par exemple, simple et rapide (a priori), que l'on peut emporter dans la Verte
http://www.pankaj-blog.com/article-recette-dessert-indien-halva-video-48421327.html
(d'autres préparations sont aussi dispo sur ce blog)

Je continue donc mes recherches sur le sujet car il est très intéressant !

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

21 avril 2015 à 23:00:42
Réponse #36

Claude Ponthieu


=> une cuiller dans du lait chaud en fait un laxatif très doux

Juste avant le coucher et du lait en petite quantité — dans un petit verre. ;)


=> 2cc de ghee + 1cc de miel donnent un produit extrêmement énergétique et reconstructeur

La combinaison  50% ghee 50 % miel est considérée nul en ayurvéda — leurs effets respectifs s’annuleraient, certains textes considèrent même que la combinaison ghee/miel est toxique !
De plus le dosage dépend de l’effet désiré…

Pour résumer, mieux vaut comprendre ce que sont les principes ayurvédiques, notamment ce que sont les bases comme les 3 doshas, etc.


En guise d’introduction, Ayuvéda et nutrition
« Modifié: 21 avril 2015 à 23:08:41 par Claude Ponthieu »
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

22 avril 2015 à 10:11:48
Réponse #37

Troll


Bonjour Claude,

Je te remercie pour ton conseil de lecture. Il y a en effet beaucoup de références possibles, mais comme souvent, il est difficile d'arrêter un choix !

Il semble en effet être une bonne introduction tout en étant relativement complet sans vouloir étouffer sous la "technique"  ;)

Un achat dudit livre et ou au moins à minima une recherche poussée sur le sujet est plus qu'envisagé

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

27 avril 2015 à 13:04:57
Réponse #38

Troll


Bonjour,

Plus haut, nous parlions du beurre clarifié dans le cadre de différentes préparations. Il semblerait qu'il ne soit pas possible de démontrer directement son implication dans l'augmentation de la cholestérolémie chez la plupart des individus.

A priori, il peut être contributeur uniquement dans le cas d'une prédisposition génétique à synthétiser du LDL ("mauvais" cholestérol) ou bien dans le cadre d'une alimentation déjà riche et peu d'exercice.

Ce WE, nous parlions cuisine dans mon entourage. J'ai donc fait quelques recherches sur l'ail.

Il semble que la consommation de ce dernier, dans une proportion de 2-5g / jour (si cru) ou 10-15g/jour (si cuit), permette de réduire de façon notable le LDL. Cela est dû à la présence d'allicine, d'ajoène et autre flavonoïdes. L'oignon, faisant partie de la même famille, a les mêmes propriétés.

De plus, une quantité si minime d'ail est assez facile à intégrer, même s'il est cru, dans la plupart des régimes (paléo, végétarien, etc...). Pour ma part, j'en consomme très régulièrement dans bon nombre de salade de légumes (que je "couple" souvent à l'oignon).

Je poste donc ceci pour quiconque voudrait "compenser" une légère propension à consommer "un peu" de beurre ;)

Bien cordialement,

Troll

source: http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=ail_nu
Semper potest proficio

27 avril 2015 à 19:54:38
Réponse #39

b@s


on s'inquiète du beurre dans le bullet proof coffee, mais on en mangeait déjà sur les tartines pour pas mal d'entre nous... y'en a bien moins que sur trois tartines, non ?? :huh:

27 avril 2015 à 19:57:20
Réponse #40

Troll


Bonjour,

Beaucoup moins je pense. Pour ma part, je prends une cuiller à café pas spécialement bombée dans un mug. Je pense donc qu'il y en a moins en grammage en effet !

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

06 mai 2015 à 22:14:13
Réponse #41

Tompouss


Petit retour suite à l'introduction du Ghee dans mon café le matin depuis quelques semaines  (trouvé par hasard un pot tout fait dans la boutique où je fais les courses au moment où Claude et Troll en parlaient)

Déjà ça me tient au ventre bien plus longtemps que mon ancien petit dej, pas de sensation de faim avant 10h (je déjeune à 6h donc le 6h-12h est quand même loooong).

Pas de soucis en masse graisseuse, j'ai même baissé mais à mon avis vu ma corpulence mon corps a depuis toujours fait la chasse au gras. Mardi soir en rentrant d'une bonne rando VTT de 4h sans forcer dans les vosges (17h-21h, après une journé de taff de 7h à 16h30   ;#) la balance me disait 8% de masse graisseuse. Pourtant j'ai pris 2kg sur ce dernier mois, mais les séances "soft" de crossfit et de travail aux kettlebells ont dû aider à bouffer le gras et à en faire du muscle. Quand je dis soft c'est parce que je fais souvent 20-30min le matin à jeun, le soir est réservé au cardio ou autre avec bien souvent du running ou du VTT. Avec toujours le but de me faire plaisir, le crédo de Pavel cité par David "chaque entraînement doit me donner plus qu'il ne me prend" est souvent présent, moi qui avait souvent tendance à faire le bourrin bah là clairement ça fait du bien.

Bref, avis à ceux qui comme moi sont des crevettes : en changeant mon alimentation (sans cesser de me faire plaisir et sans me gaver, cf plus haut dans le sujet) et en optimisant ma préparation physique j'ai réussi à améliorer ma condition physique et gagné en confort dans ma vie de tout les jours (quasiment plus de fringales et ça avant c'était ma bête noire) et je m'approche d'un IMC "normal" quand avant j'était entre 19 et 20.
« Modifié: 06 mai 2015 à 22:19:44 par Tompouss »
Sometimes you gotta remember : everyone wasn't raised like you...

07 mai 2015 à 09:04:39
Réponse #42

Troll


Bonjour,

Je vais totalement dans le sens de Tompouss. Le ghee dans mon café du matin est vraiment un carburant long-terme.

Je petit-déjeune "normalement" (un peu d'avoine + son d'avoine et lait de coco froid avec de la cannelle) vers 6h30 en ayant fait autour de 30 à 40 minutes de sport avant (kettlebell systématiquement (S&S + un jour sur deux TRX et un tabata).

Lorsque j'arrive au travail, un grand café histoire d'avoir quelque chose à boire de chaud avec poil de ghee. C'est vraiment impeccable pour tenir le rythme jusque le repas frugal du midi vers 12h30 - 13h, sans avoir de coup de barre.

Niveau masse, là encore je vais dans le sens de Tompouss. Je n'ai pas pris de poids, j'aurais même encore un peu maigri selon la balance...sans doute à cause du kettlebell.

Bref, c'est vraiment une bonne invention le ghee ! Simple à faire (encore merci Claude ! ;) ) ce qui ne gâche rien !

J'avais aussi testé un simple café beurre avant une randonnée sur les côtes. Le midi, je n'avais pas mangé et malgré l'effort, il n'y a pas eu cette sensation de faim / coup de barre.

Je le conseille donc à celles et ceux qui doivent tenir longtemps entre un éventuel petit déjeuner et un déjeuner.

Bien à vous,

Troll
Semper potest proficio

07 mai 2015 à 09:52:50
Réponse #43

Claude Ponthieu


Pour celles ou ceux qui mangent des céréales, essayer de tester de la tsampa — elle peut être remplacée par de la farine d’orge mondé. ;)
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

07 mai 2015 à 10:18:49
Réponse #44

Pouçot


D'après mes recherches, il faut, si l'on veut se passer de viande (désolé pour les amateurs du régime paléolithique :p) créer des couples d'aliments afin de favoriser l'absorption des protéines.

Véto, camarade.  :)

La nutrition étant une science relativement moderne, tout le monde a tort et tout le monde a raison.
Ton affirmation est invalidée par le corps médical, et boudée par une très large majorité de nutritionnistes. D'ailleurs, on devrait plutôt parler d'acides aminés limitants et d'aides aminés essentiels, plutôt que de parler de protéines complètes ou non.

Bref, plutôt que de pondre un pavé indigeste, je te partage cet article, qui renvoie à des études et des liens intéressants.

07 mai 2015 à 10:48:30
Réponse #45

Troll


Bonjour,

Excellent article que celui de ton post en effet ;)

Cependant, on peut y lire "Il est désormais acquis par la recherche moderne qu’il est virtuellement impossible d’être carencé en un acide aminé essentiel avec un régime alimentaire végétal non transformé complet et naturel et un apport suffisant en calories" (dans le paragraphe "les besoins en acides animés")

Cela dit, je ne suis pas docteur ou nutritionniste, diététicien hein, donc pardonne mon inculture et très sans doute mauvaise compréhension ;)

Dans mon "régime" alimentaire (au sens habitude alimentaire)plutôt frugal, je ne mange que très peu de viande, si ce n'est des viandes blanches (volailles fermières "bio" de ma région) et du poisson, au moins autant. Autrement, je ne mange que des fruits et légumes bio à volonté ainsi que des céréales / féculents complets et légumineux.

En termes de quantités, je suis donc beaucoup plus "fruits et légumes" que viande on va dire.

Niveau laitage, je préfère les fromages de brebis / chèvre. Pour le "lait", je prends en général du lait d'avoine / coco / soja.

J'ai récemment passé la visite médicale pour mon travail, qui comprend différentes analyses. Je ne sais pas exactement ce que l'on recherche à cette occasion, mais on m'a dit que j'étais nickel dans tout.

Mes portions de viandes étant franchement modérées, saurais-tu m'expliquer comment il se fait que je n'ai pas a priori de carences (ni aux analyses médicales, ni en sensations (fatigue, vertige...)) ? C'est un sujet vraiment intéressant ! :) ;) Des vétos comme ça j'en veux bien tous les jours ;)

Bien cordialement,

Troll
Semper potest proficio

07 mai 2015 à 11:17:09
Réponse #46

Black timber wolf


C'est seulement quand on a trop de nourriture qu'on peut s' asseoir et discuter des meilleures façons de la manger.  ::)
« Modifié: 07 mai 2015 à 11:22:25 par Black timber wolf »

07 mai 2015 à 11:28:41
Réponse #47

Pouçot


Cela dit, je ne suis pas docteur ou nutritionniste, diététicien hein, donc pardonne mon inculture et très sans doute mauvaise compréhension ;)

Pardonnons nous mutuellement alors.
J'ai bien posé le postulat en écrivant que "tout le monde avait tort et tout le monde avait raison". C'est la condition sine qua non pour faire avancer la réflexion en général, et à plus forte raison dans ce domaine qu'est la nutrition, qui n'en est encore qu'à ses balbutiements...

Mes portions de viandes étant franchement modérées, saurais-tu m'expliquer comment il se fait que je n'ai pas a priori de carences (ni aux analyses médicales, ni en sensations (fatigue, vertige...)) ?

Je ne peux rien t'expliquer, simplement te donner un contre-exemple.
J'ai été végétarien peu ou prou 6 ans. Le tout conjugué à une vie saine (certains emploient le mot voyageur au long cours, j'utilise le mot clochard, pour ma part  ;D) où l'activité physique était de fait importante.
Sur la fin, je pesais entre 50 et 55 kgs pour 1m70 et j'étais tout sauf en grande forme. Simplement parce que je n'avais plus accès ni à des oeufs ni à de la viande...
Dorénavant, mon régime alimentaire est très semblable au tien, mis à part que je mange de la viande au moins une fois par semaine, et des oeufs quasiment tous les jours. Je suis dans mon poids de forme et je dois même faire attention pour ne pas devenir une petite boule de muscles trapue.

Ma conclusion, c'est qu'on néglige trop souvent le patrimoine génétique, en tout.
En nutrition, principalement. C'est aussi débile d'affirmer que le régime paléo est bon, qu'il est idiot de déclarer que le régime végétarien convient à tout le monde.
Pour ma part, je suis kabyle par mon père, et lorrain (sur au moins deux générations) par ma mère, avec une nette tendance pour le côté kabyle en terme de nutrition / construction physiologique et myologique (je fais du muscle même en marchant, en gros et j'ai à peu près la constitution d'un Gimli).
Me passer de céréales (le blé, l'orge, le maïs, principalement) et de viande (encore que ce soit plus vrai avec le poisson, mais trouver du poisson "bio", bonjour  ;D) me fait donc très vite perdre du poids et de l'efficacité physique.
De même, depuis que j'ai arrêté le lait de vache pour ne consommer que du lait de chèvre et/ou de brebis (plus rarement, d'amandes), ma flore intestinale me dit merci.

Des exemples comme ça, j'en ai légion (bien qu'il puisse exister des contre-exemples, également).
Pour moi, le concept le plus important, en tout, est de chercher à lier son patrimoine ET son potentiel génétique et son mode de vie. Parce que ce qui est vrai en terme de bouffe l'est aussi ailleurs.
La méthode Lafay, par exemple et pour rester dans le champ nutrition/prépa physique, pour efficace qu'elle soit sur certains types morphologiques, peut se révéler dangereuse pour d'autres (au passage, je préfère parler de muscles longs, de clavicules courtes toussa toussa, que d'ectomorphe, endomorphe ou mésomorphe, pour ma part).

C'est seulement quand on a trop de nourriture qu'on peut s' asseoir et discuter des meilleures façons de le manger.  ::)

Merci pour ta participation. C'était très instructif, et éclairant.
C'est seulement quand on a Internet qu'on peut s'asseoir et donner des avis pertinents de ce type. C'est très peu apprécié dans la vie réelle -mettons, dans un bistro-, de s'incruster dans une conversation, de ne rien dire d'intéressant, et de ne même pas payer son coup.  ;)

07 mai 2015 à 15:26:33
Réponse #48

Frax


Bonjour,

Pratiquant le "Warrior Diet" depuis cinq ans, je me suis dit que mon témoignage vous intéresserait peut-être. Je mets ce titre entre guillemets davantage pour nuancer mon propos que pour des raisons typographiques.
En effet, ce régime n'est pas à la portée de toutes les bourses et j'étais encore étudiante lorsque j'ai commencé. Même si elle s'est un peu améliorée par la suite, ma situation financière ayant toujours été serrée, je n'ai donc jamais pu/voulu l'appliquer à la lettre. J'ai donc jusqu'à présent adapté certains points, points que je suis en train d'affiner en ce moment, ma vie étant plus calme.

Personnellement, je m'y suis attaqué sur conseil d'un ami qui le pratiquait et en lequel j'avais placé une grande confiance.

Lorsque j'ai commencé, mon dos se bloquait régulièrement, rendant très douloureuse toute pratique physique. Cela m'avait dégouté du sport (ce qui n'avait pas arrangé la situation) et développé, mêlé à la tempête hormonale de l'adolescence, un surpoids notable. De plus, je viens d'une famille qui n'imagine pas vraiment faire ses courses ailleurs qu'en hard discounter, qui n'envisage pas un repas sans féculant raffiné pour que "ça tienne au corps" et qui affirme que les chips sont un légume comme un autre. Bref, un régime alimentaire à faire hurler n'importe quel nutritionniste. J'avais d'ailleurs développé une tendance aux crises d'hypoglycémie, comme pas mal de personnes dans ma famille. Pour couronner le tout, je sortais de plusieurs années d'insomnies carabinées qui m'avaient vraiment très affaiblie.

A dire vrai, au bout de cinq ans, je ne peux pas dire que je sois devenue une magnifique sirène de défilé, la raison étant simplement que je ne suis pas une grande sportive (d'autres de mes amis "adeptes", beaucoup plus sportifs sont aussi plus fonctionnels et dessinés. Comme dirait l'autre : on n'a rien sans rien). Cela étant, voici les points positifs :
- en tout, j'ai tout de même perdu 22Kg, petit à petit, que je n'ai jamais repris (ça peut aller beaucoup plus vite en fonction des morphotypes - petit bémol, la perte de poids est tout de même impressionnante au début) et ce malgré une vie stressante pour l'organisme car instable ;
- je peux compter sur les doigts de la main de Django Reinhardt les fois où je suis allée chez le médecin pour une maladie. Exit la traditionnelle grippe hivernale et autre saloperies du genre ;
- le gain de temps est considérable et la façon de penser une journée change complétement ;
- alors que ce point ça me faisait peur au début, je ne fait plus du tout de crise d'hypoglycémie ;
- la baisse du budget mensuel pour la nourriture est indéniable. Personnellement, j'ai choisi de laisser la différence au même poste pour pouvoir augmenter la qualité de la nourriture (bio bien compris, soutien à des producteurs locaux) ;
- mon "instinct alimentaire" s'est développé et il m'est beaucoup plus facile de savoir ce que mon corps à besoin d'ingérer sans trop me poser de question ou compter des calories ;
- mes goûts ont changé : l'odeur de certains produits industriels m'est devenue désagréable, voir me dégoute carrément, ce qui n'était pas le cas avant, bien au contraire. D'un autre côté, je me suis mise à apprécier un certains nombre de fruits et légumes que j'évitais avant ;
- mon niveau de forme générale à augmenté de façon vraiment significative.

Il y a surement d'autres points mais je ne m'en rends pas forcément compte, ou alors ça ne me vient pas forcément à l'esprit à la rédaction de ce texte.

En dehors du problème évident que peut poser le fait de supprimer plusieurs repas par jour, je souhaite également souligner quelques points qui pourraient poser problème à certains, notamment au début (compter un an, soit les quatre premières saisons) et auxquels on ne pense pas forcément :
- concernant le "déjeuner", le coût social peut être important, surtout pour les hommes. Il généralement est admis qu'une nana ne mange que très peu à midi car elle fait attention à sa ligne. Ce n'est pas vraiment le cas pour les hommes, surtout s'ils sont forts et que cela se voit. J'ai déjà vu/entendu parler de réactions vraiment agressives à l'encontre de certains de mes amis juste à cause de cela. C'est également compliqué de suivre ce régime lorsque l'on a certaines professions (ex : le commercial qui ne peut pas faire autrement que de participer à des déjeuners d'affaires)
- concernant le dîner, les jours de fêtes, les quantités avalées peuvent sembler indécentes à certains. Un de mes proches s'est même fait littéralement crier dessus par le cuisinier d'un restaurant au moment de sa commande. Fort heureusement, ça n'arrive pas systématiquement (la plupart du temps, on devient même vite la coqueluche des restaurateurs médusés). Cela dit, si le but était de rester discret, c'est loupé.
- les instincts, surtout au début, sont démultipliés. Ce n'est pas pour rien que le nom de cette méthode est le Warrior Diet. On a véritablement envie de croquer le monde entier, de s'y frotter, car on prend tout d'un coup conscience dans ses tripes que l'énergie est faite pour circuler et qu'on en a trop. Cela peut passer par une sensation de libération au niveau intellectuel (toute l'année) mais également certaines pulsions de violence (un peu le premier printemps avec un pic l'été) envers nos camarades humains mous ou, du moins, perçus comme tels, qu'il s'agisse du corps ou de l'esprit. Il est tout à fait possible des contenir ces ambitions primales en faisant du sport, encore faut il ne pas se laisser embarquer dans son euphorie pour ne pas se blesser. Enfin, lors du printemps ou de l'été, il est à noter une augmentation importante de la libido, ce qui peut poser problème aux célibataires qui auront du coup un peu plus de mal à canaliser leur énergie et qui devront donc être d'autant plus vigilants à ne pas se blesser à l'entrainement (ou à trouver d'autres solutions, la méditation peut être une des options).

La mise en avant de ces contraintes peut faire sourire mais il me semble qu'il faut les prendre en compte. Personnellement, lors de certains de mes jobs, je me suis rendue compte que je ne pouvais pas vraiment suivre mon régime strictement sans risquer quelques accrochages avec ma hiérarchie. A d'autres moments, j'ai délibérément choisi de me bourrer de croissants le matin pour m'abrutir et supporter plus facilement certains zombies.

En guise de conclusion, je dirais que le Warrior Diet n'est pas une réponse miracle pour la santé, ni pour les sportifs. Il existe d'autres approches saines. Il me semble qu'Ori Hofmekler lui-même change de régime alimentaire périodiquement en glissant l’anti-oestrogénique sur quelques périodes. Cela dit, je trouve intéressant d'apprendre à manger "moins" sans que cela soit une corvée car l'autonomie gagnée est appréciable. J'ai déjà vu des gens péter des câbles car ils n'avaient pas mangé le midi (alors qu'ils avaient pris leur petit déjeuner, voir, pour certains, une collation à 10h)... Franchement, c'est un peu flippant. De plus, par les temps qui courent, entre l'augmentation du coût de la vie et l'instabilité des approvisionnements, cette méthode ne me semble pas idiote. Un de mes amis m'a dit une fois que nous étions perpétuellement à neuf repas de la disette... Pour certains ça peut représenter moins de trois jours, pour d'autres neuf. Ça fait réfléchir.
Personnellement, je me sens très bien avec ce régime. Il fait partie des éléments qui me permettent d'avoir une meilleure conscience de mon environnement et qui participent de ma bonne santé générale, le tout sans me prendre la tête sur ce que j'ai le droit ou pas de manger (ce qui me gonfle prodigieusement habituellement dans la nutrition) en faisant confiance à mon instinct.

Dernière petite infos pour ceux qui pourraient être intéressés par la lecture du livre : il a été traduit en français. Malheureusement, cette traduction n'est pas terrible du tout. N'étant pas très forte en anglais, ma méthode consiste à lire le livre en français pour avancer plus vite et, lorsque je vois quelque chose de bizarre, je le confronte à la version anglaise (si besoin en me faisant aider).

Voili voilou

A++

Frax

edit : relecture pour correction de certaines fautes vraiment immondes.
« Modifié: 07 mai 2015 à 21:55:27 par Frax »

07 mai 2015 à 15:28:29
Réponse #49

Frax


Heu... désolée pour la longueur du message, je ne m'étais pas rendue compte en l'écrivant  :-[

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité