Nos Partenaires

Auteur Sujet: Consommer écolo  (Lu 3569 fois)

04 février 2015 à 23:02:23
Réponse #25

Thomas 47310


Y'a pas d'agression
Je l'ai pris comme ça sinon j'aurai fait un MP. D'où mon smileys également.

Le coté test, si on a les moyens et qu'on kif l'écologie pourquoi pas, mais c'est un peu la définition du bobo non?  ;)
Le vrai bobo est bien trop fainéant et friqué pour tester et faire lui-même. Il achète un fixie déjà recyclé
"Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements."
(Charles Darwin / 1809-1882)

04 février 2015 à 23:10:10
Réponse #26

Thomas 47310


Economie+ écologie...

Les deux ont pour racine commune oïkos, la maison. On oublie souvent que les deux termes devraient redevenir complémentaires plutôt que contradictoires.
"Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements."
(Charles Darwin / 1809-1882)

05 février 2015 à 12:10:14
Réponse #27

VERDUG0


Les légumes achetés aujourd'hui sont loin d'être bon pour la santé.

AH OUAIS?
Et t'as une source, parceque je vois partout que les pesticides c'est mauvais, mais que les legumes c'est bon.
J'ai pas trouve de source qui m'a convaincu que les pesticides etc font plus de mal que les legumes/ fruits

05 février 2015 à 14:36:25
Réponse #28

Cocoeau


Oulala que de posts ! je vais m'efforcer de répondre à tous :
-
Quelqu'un aurait des pistes en ce qui concerne l'habillement ?
(réponse également aux messages sur le même thème)
Internet fourmille d'annonces pour troquer et/ou revendre ou acheter des vêtements d'occase. C'est compliqué pour essayer, mais si tu connais ta taille pas de soucis !
J'achète rarement des vêtements, mais ceux que j'ai je les use jusqu'au bout : un jean troué devient un mini-short et 3 sacs à main, une robe abimée se change en petit haut, les chutes de tissus en bandeau pour les cheveux... etc. Bien sur il faut savoir un peu coudre (et en prendre le temps), et c'est mieux d'avoir une machine à coudre. En ce moment je cherche un tissus sympa pour des housses de coussin, d'ailleurs.
J'offre les surplus de réalisations couture à mes proches, parce que personne n'a besoin de 3 sacs à main quasi-identiques, mêmes recyclés :doubleup:

- Tu peux faire ta propre lessive (facile)
- Tu peux faire tout ton ménage avec juste du vinaigre, du bicarbonate et un peu de savon de Marseille véritable (Biocoop).
- Tu peux tendre vers le crudivorisme (moins de dépenses pour les cuissons, mode de vie plus "simple").
- Tu peux tendre vers le véganisme ou au moins le végétarisme (énorme impact sur l'environnement)
- Tu peux récolter facilement des végétaux comestibles à différentes saisons (hiver plus délicat)
- Tu peux faire tes achats en magasin de proximité, bio. En friperie. Sur leboncoin.
- j'essaye de tendre vers le végétarisme, je fais le ménage avec du vinaigre blanc et du jus de citron, j'essaye d'augmenter ma part de récoltes. J'achète d'occasion parfois mais pas en magasins bio, ceux de chez moi sont hors de prix !

La derniere solution et non des moindres à réfléchir si tout cela participe d'un projet de vie consiste à déménager non?
Ah, si seulement j'avais les moyens de payer un loyer au lieu de vivre dans le seul appart que peuvent me prêter mes parents... Malheureusement c'est pas pour demain, je fais partie des étudiants qui étudient trop pour travailler et dont les parents sont trop riches pour qu'ils touchent une bourse.

Quant à consommer local sans m'accrocher à tout prix à un label, c'est ce que je fais, je vais au marché chez les petits producteurs pas toujours bios mais surtout locaux ! Et sinon, mon AMAP est très pratique, et bio. :)

05 février 2015 à 16:04:36
Réponse #29

Gaueca


Pour tout ce qui est "récup" en terme d'habillement et de fournitures mobilier, j'utilise beaucoup "pinterest" avec les mots-clés (un peu bidon certes mais souvent utiles) "diy" suivi du nom anglais de ce que je recherche. Plus efficace que le français.

Pour des coussins (utiles pour dormir dessus, pour aménager un coin de vie ou le réaménager sans jeter ses meubles), les cosses de sarrasin, achetées en tant que paillage dans les jardineries, sont un rembourrage plutôt sympa. Bien, bien moins cher que les cosses d'épeautre... saines. Moins inflammables que du coton ou du rembourrage plastique qui coûtent les yeux de la tête.
Super oreillers à faire avec, aussi.

Thomas, merci pour la petite leçon de grec, ça me plaît !

Autres idées pour "consommer écolo"...
Les petits ruisseaux font les grandes rivières.

VOITURE
- Economiser ses trajets voiture : se prévoir une feuille de route pour faire en une fois ce qu'on fait d'habitude en trois fois (faire ses démarches administratives dans la même foulée que ses courses, finir en allant chercher ses gosses à l'école).
- Nettoyer sa voiture avec des produits simples, éviter les stations de lavage auto quand on peut l'entretenir rapidement avec un coup de grosse éponge et d'eau savonneuse.
- Pour l'entretien mécanique, j'en sais rien, j'y connais rien et je vois pas comment on peut utiliser des consommables écolos sur ce secteur...
- Privilégier quand on peut les trajets à pied, en dromadaire, en bus ou à vélo.

MAISON

- Trier régulièrement et drastiquement les bibelots, les conneries, les trucs cassés "mais réparables" qu'on ne réparera pas, et les donner/jeter. Ces trucs encombrent, prennent de la place et cette place, elle est pas gratuite (sauf si vous êtes propriétaires). Et un jour ils deviendront gênants dans leur surabondance. S'alléger...
- Dégager tous les bidules style "téléshopping" qui demandent de l'énergie inutile. Exit les 4 stations météos qui demandent une à deux piles chaques, bye bye les lampes "déco", etc etc. Bye bye le mini-four qui sert 3 fois par mois. La Tassimo qui baise 46 capsules pour 46 cafés ? une cafetière à l'ancienne sera plus durable. Celles à piston sont vraiment pratiques.
- Les multi-prises avec interrupteurs pour empêcher les bordels de se mettre en veille quand on veut les éteindre.

ANIMAUX
- Pensez à stériliser les bestiaux.
- La litière pour chats peut être remplacée par des copeaux de scierie (attention ceci dit, si sciure de pin, elle peut être mal supportée par votre animal, surtout si urine très chargée, ça donne des réactions chimiques pas jolies-jolies). Ou par des pellets pour poêle à bois.
- La bouffe : plutôt que de leur prendre des croquettes/pâtées qui ont un coût écologique assez immense (et une valeur nutritive pas top), du Dogador (in*ermarché et pi*ard en vendent), viande de volaille broyée crue, suffit ou peut être utilisé en alternance avec autre chose ("BARF" sur un moteur de recherche). La ration ménagère aussi, c'est pas mal...


On pourrait continuer des heures et des heures.

05 février 2015 à 20:01:22
Réponse #30

Thomas 47310


Ah, si seulement j'avais les moyens de payer un loyer au lieu de vivre dans le seul appart que peuvent me prêter mes parents... Malheureusement c'est pas pour demain, je fais partie des étudiants qui étudient trop pour travailler et dont les parents sont trop riches pour qu'ils touchent une bourse.

Tsssss tssss tsssss.... Déjà tu as un toit et gratos si je comprends bien et qui te permets te poursuivre tes études. Crois en mon expérience (mode vieux con quadra on) c'est plus qu'appréciable.

"Si tu n'as pas ce tu aimes, aime ce que tu as!" Proverbe bien naze mais qui aide à relativiser beaucoup de (faux) problèmes existentiels

As-tu analysé ton périmètre géographique dans la définition de ton cahier des charges? Y a peut-être ds délaissés, un bout de friche, un jardin à l'abandon chez des voisins, etc ?
« Modifié: 05 février 2015 à 20:23:41 par Thomas 47310 »
"Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements."
(Charles Darwin / 1809-1882)

05 février 2015 à 22:45:52
Réponse #31

Moleson


Y'a pas d'agression, Moleson est du genre à mettre les mains dans la terre, alors du coup l'histoire des lampes HP ça heurte un peu. Le producteur de ganga y retrouve vite ses billes, celui de tomate non. Le coté test, si on a les moyens et qu'on kif l'écologie pourquoi pas, mais c'est un peu la définition du bobo non?  ;)

Le problème n'est pas de trouver une solution définitive, mais de prendre en compte le coût totale de ce que l'on mange. Mais tu as raison c'est une façon de faire pousser les légumes.

Merci t'as résumé le fond de ma pensée.

Accessoirement quand je dis, le procédé XY est un truc de bobo-écolo, je traite personne de bobo-écolo. Idem si on me dit, là tu dis des conneries, je comprend pas, t'es un con.

L'écologie on peut la résumer à soi même ou on peut se dire je veux favoriser son développement. Et ce qui m'énerve un peu, c'est une tendance à l'écolo-bobologie qui permet très facilement d'arrêter de se poser des questions et de se dédouaner.
Si je veux réellement que notre monde change pour un mode résilient (et je suis convaincu pour différente raison que nous sommes à un tournant, moins pour des raisons purement écologiques mais plus pour des raisons socio-économiques) il faut que le mouvement soit un mouvement de fond.

Pour expliciter. Si je m'achète mon sac de terre bio que le mets sur mon balcon et que je plante des tomates, je vais avoir l'impression de faire dans le bio-écolo. Moi j'appelle cela de l'écolo-bobo.
Pourquoi ??

Sur les 10m2 de mon balcon je peux produire à tout casser sur une année 10'000 Kcal (pas des tomates) soit 3 jours de nourriture. La photosynthèse et la physique vont me limiter à ce résultat.  En oubliant que le bilan d'avoir acheté la terre est certainement nettement négatif.

Par contre si je me donne la peine, de trouver dans un rayon pas trop éloigné un producteur qui non seulement fait du bio, mais en plus de la vraie diversité, je vais favoriser son mode de production et cette manière réellement contribuer à une production agricole résiliente.

Qu'on me comprenne, je ne suis pas opposé à la plantation de tomates sur le balcon, sauf que c'est juste la porte d'entrée pour meubler intelligemment les 362 jours restants de l'année.

Comme l'a dit Chris-C, j'ai les mains dans la terre. Mais c'est un privilège, j'ai les moyens d'avoir une ferme, le terrain et le temps. Mais 80% de la population vit en ville, il faut un autre concept que celui la semi-autosuffisance.

Encore un point il y a les affirmations péremptoires du style je suis végétalien donc j'écologise. Ben non... Il y des tas de terrains agricoles qui ne se prêtent pas la culture mais qui sont parfait pour l'élevage d’animaux, inversement l'agriculture intensive par exemple détruit massivement la nature pour faire du soya, enfants chéri comme apport de protéine pour les végétaliens. On a même des exemple scandaleux comme le quinoa le petit dernier du végétalien-bobbo, ou l'on prive les populations autochtones pour le faire consommer dans nos métropoles.

Bref c'est beaucoup dans le nuances de gris et l'analyse fine et pas dans les slogans qui sont sont actuels.

05 février 2015 à 22:53:16
Réponse #32

Olivier


Je m'auto-quote:

Quelqu'un aurait des pistes en ce qui concerne l'habillement ?

... afin de vous remercier pour vos réponses.
Ma question avait également un autre sens: y a-t-il des marques recommandables qui privilégient une fabrication écologique ? Y a-t-il des tissus à privilégier ou à éviter ? Je crois par exemple que les jean's délavés sont une véritable catastrophe d'un point de vue écologique.

06 février 2015 à 03:25:46
Réponse #33

Claude Ponthieu


Quels sont vos définitions de consommer et d’écolo ?
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

06 février 2015 à 08:52:40
Réponse #34

Tompouss


Perso je m'efforce de consommer des produits locaux (mes nouveaux voisins vendent les produits de leur ferme et cultivent pas mal de légumes que je ne connaissait pas, chaque visite de leur boutique et les repas qui s'en suivent sont un plaisir) et de boycotter Monsanto (http://www.comment-economiser.fr/monsanto-marques-boycotter.html) et les industries pharmaceutiques (sauf cas de force majeur comme par exemple un choc anaphylactique je ne prend pas de médicaments et laisse mon corps faire son job) et je remarque aussi que depuis (4-5 ans) je suis très peu malade par rapport aux gens que je cotoie.

J'évite au max le "made in china" (ou autre contrée lointaine) même si ça devient super compliqué et privilégie l'artisanat quitte à payer plus cher, au moins ça fait vivre un humain et pas une firme (exemple pratique : je veux un buffet pour mon salon, au lieu d'aller dans un grand magasin d'ameublement je vais me tourner vers un ébeniste). J'évite les achats compulsifs de trucs que je vais soit stocker soit bazarder.

Je veille au traitement et recyclage de mes déchets de consommation (compostage, tri, mise en dechetterie de certains éléments). J'évite de trop chauffer chez moi (19°c c'est amplement suffisant). Pas d'ampoules surconsommatrice d'électricité (bon je suis pas sûr que les LEDS soient super écolo en elles même mais vu leur durée de vie ça fait un peu moins de déchets). des multiprises avec intérrupteurs pour éteindre et non mettre en veille les appareils electroménagers.  Je surveille ma consommation d'eau, récupère l'eau de pluie pour certains usages.

Sometimes you gotta remember : everyone wasn't raised like you...

06 février 2015 à 09:18:07
Réponse #35

azur


Pas d'ampoules surconsommatrice d'électricité (bon je suis pas sûr que les LEDS soient super écolo en elles même mais vu leur durée de vie ça fait un peu moins de déchets).
Ce qu'il faut garder à l'esprit, c'est qu'un éclairage pour la nuit quel qu'il soit aura un impact sur l'environnement, soit au moment de l'utilisation, soit à cause du besoin en énergie, soit pour la fabrication, soit en fin de vie.
Les led sont peut-être complexes à fabriquer, mais elles consomment vraiment peu d'énergie, ont une durée de vie très longue, et sont à priori moins polluantes en fin de vie que les ampoules à néon. Donc dans l'équation, il faut prendre en compte tous les paramètres.
La seule question que je me pose à leur sujet, c'est l'impact possible sur les yeux, car entre le spectre et le scintillement, ce n'est peut-être pas anodin.

Plus généralement, ceci est un exemple qui montre qu'il ne faut pas se laisser entrainer dans une vision dogmatique (label bio, pastille verte, marketing, médias...) mais préférer une approche pragmatique.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

06 février 2015 à 09:40:31
Réponse #36

Tompouss


La seule question que je me pose à leur sujet, c'est l'impact possible sur les yeux, car entre le spectre et le scintillement, ce n'est peut-être pas anodin.

Je n'y avais jamais pensé  :up: je vais me documenter sur le sujet et si je trouve des trucs intéressants je posterai les liens des fois que ça intéresse quelqu'un d'autre.

EDIT : Un article "abordable" de chez "les numériques" pas forcément une référence a matière de santé mais qui permet d'apréhender la chose http://www.lesnumeriques.com/danger-led-nos-mesures-dit-vraiment-rapport-calme-n16280.html
« Modifié: 06 février 2015 à 11:42:37 par Tompouss »
Sometimes you gotta remember : everyone wasn't raised like you...

08 février 2015 à 12:16:03
Réponse #37

Cocoeau


Tsssss tssss tsssss.... Déjà tu as un toit et gratos si je comprends bien et qui te permets te poursuivre tes études. Crois en mon expérience (mode vieux con quadra on) c'est plus qu'appréciable.

"Si tu n'as pas ce tu aimes, aime ce que tu as!" Proverbe bien naze mais qui aide à relativiser beaucoup de (faux) problèmes existentiels

As-tu analysé ton périmètre géographique dans la définition de ton cahier des charges? Y a peut-être ds délaissés, un bout de friche, un jardin à l'abandon chez des voisins, etc ?

J'apprécie ma chance, et je suis même très heureuse dans ce petit appart ! Mais je disais ça pour bien montrer que déménager, certes c'est une solution mais vraiment pas la plus simple - du moins dans mon cas !

Y a un bout de friche pas très loin, mais je n'ai aucune idée du proprio (la ville ? un particulier ?). La mairie accepte-t-elle de renseigner sur les coordonnées des propriétaires sans difficultés ?

08 février 2015 à 13:03:01
Réponse #38

Mezig


Peut être que la mairie te renseignera, sinon, tu à toujours l'option des commerçants du quartier: le rade, la boulangère ...etc... et eux te donneront l'historique du spot ( ça serrai dommage d'installer un potager sur une ancienne station service par exemple ) .
Pense également a te faire aider par des personnes du quartier dans ton projet, en effet tu n'y serra pas en permanence et une rotation sur le site dissuadera les éventuelles squateurs et autres pilleurs et plus tu serra impliquer dans le tissus social local plus ton site serra respecté.
Les anciens sont une valeurs sure car ils ont du temps, des conseils voir des ressources;  parle en aussi aux écoles qui sont toujours a la recherche de projets pédagogiques.
Reste modeste et ne cherche pas a investir toute la surface du terrain, tu risque de d'épuisé, le jardinage et une activité physique et régulière; vaut mieux se concentrer sur 2 ou 3 planches au début et agrandir petit a petit la surface cultivé.
Voila AMHA comment j'envisagerai les choses?
Bon courage
Les moyens sont la fin.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité