Nos Partenaires

Auteur Sujet: Techniques de pêche/chasse en Bushcraft itinérant?  (Lu 12589 fois)

13 janvier 2015 à 11:21:31
Réponse #50

Ulf


Je me permet d'ajouter mes deux balles.

En France, certaines larves d'insectes appartiennent à des espèces protégées (Lucane par ex).

Fouiller le bois mort pour trouver des larves ne devrait pas être pris à la légère.

Stou.

13 janvier 2015 à 11:28:56
Réponse #51

Mezig


Merci; j'ignorai.
Va falloir que je me documente la dessus
Les moyens sont la fin.

13 janvier 2015 à 12:01:00
Réponse #52

Arnaud


Pour la chasse à la palette par contre, je ne connais pas : aurais-tu un lien ou une explication?

La palette c'est un manche avec une planche au bout, genre de petite pelle à pizza ou grande raquette de ping pong bricolée, le plus solide possible, de longueur variable.

La "chasse" en elle même se pratique de nuit, le plus silencieusement possible et elle marche mieux dans les taillis ou haies avec beaucoup d'oiseaux (dortoirs).

Tu essayes de repérer les oiseaux endormis à la frontale. Quand tu en aperçois un branché pas trop loin, tu t'approches et tu essayes de l’assommer à coup de palette, tu le ramasses, lui tord le cou et dans la gibecière. Tu restes tranquille quelques minutes et/ou tu t'éloignes un peu pour te faire "oublier" par les oiseaux et tu remets ça.

C'est bien entendu une pratique illégale en France, mais historiquement on a longtemps considéré les différentes "pinsonnées" comme un amusement.


« When the last tree is cut, the last fish is caught, and the last river is polluted; when to breathe the air is sickening, you will realize, too late, that wealth is not in bank accounts and that you can’t eat money. »

13 janvier 2015 à 17:40:41
Réponse #53

Nikolapland


Salut,

Lambda:
  • Pour la pseudo-pêche au bâton, c'est exactement ce que tu dis : les poissons et amphibiens comme les grenouilles, sont trè sensibles aux variations de pression et aux ondes de propageant dans l'eau. Dans une eau pas trop profonde (10 à 50cm), il s'agit de venir avec un bâton assez large (5cm, voire plus mais ça devient alors assez lourd) et de frapper très violemment et à plusieurs reprises si possible, la surface de l'eau (pas forcément la grenouille ou le poisson directement) en essayant d'utiliser au maximum la surface de frappe du bâton (une pelle c'est encore mieux, mais on a rarement une pelle avec soi en expé  :lol: ). Évidemment, plus on est prêt du poisson ou de la grenouille, plus elle sera sensible : l'onde de choc dans l'eau crée un effet de saturation des récepteurs de l'animal, qui l’assomme quelques secondes : il suffit alors, à la main ou avec un filet/tee-shirt, de les attraper lorsqu'ils sont dans les vapes (cf. vidéo de mon expé en Roumanie où on s'est fait un bon repas de grenouilles vertes de cette manière et vu le nombre de grenouilles, ce prélèvement était négligeable en terme d'impact sur la population en place).
  • Pour les lemming, j'ai gouté une fois en Laponie finlandaise, mais il n'y a vraiment pas grand chose à manger dedans et au goût, c'est très moyen bouilli, mais j'aurai peut-être dû le griller. C'est vrai que vu le nombre de ces p'tits rongeurs en été (espèce non protégée), il y a de quoi se faire un petit repas en en capturant un peu plus, mais le poisson étant bien présent, avec un bien meilleur rendement énergétique, je n'ai pas insisté. ;)
  • Après, pour le fait de prendre des petits pièges, pourquoi pas, mais je pense qu'on peut fabriquer des petits pièges à rongeurs sans trop de difficulté en bidouillant un peu sur place. Dans le même style, il y a aussi les "glues à rats" qui peuvent être utilisées pour les petits rongeurs et oiseaux : pas très fin, mais efficace apparemment (jamais testé) : ça se trouve en animalerie je crois, mais il faut être rigoureux dans son utilisation : la glue ne séchant pas, il ne faut pas la laisser sur un site que l'on abandonne, au risque de tuer inutilement des animaux venant après le départ et restant collés!


Ulf :
C'est une excellent remarque! beaucoup d'espèces d'arthropodes, coléoptères ou non, sont protégées et nécessite souvent une connaissance très fine en entomologie pour les reconnaître, notamment au stade de larve. Cette source de protéines doit donc être utilisée avec une grande prudence!

Arnaud : merci pour ces précisions ;) Même si je ne me baladerai pas avec une pelle à pizza en rando, c'est une solution qui doit pouvoir s'improviser avec une branche ramifiée à l'extrémité en cas de nécessité.
Nikolapland
http://nikoxyd.free.fr
L'homme fait partie de la nature, il doit vivre avec et non la soumettre à sa volonté...

13 janvier 2015 à 18:46:44
Réponse #54

Hurgoz


Yo,

En me baladant sur le net (je n'ai pas testé, mais je ne vois pas trop où ça pourrait merdé), je suis tombé sur la technique dite "du filet japonnais" pour chopper les oiseaux:

On tend un filet japonais (donc fait de fils fins) entre deux arbres sur le passage des piafs. Malheureusement, c'est le genre de système qu'il est difficile de tester sans faire de casse, et très long à réaliser soi-même.

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

13 janvier 2015 à 19:31:45
Réponse #55

Djeep


BJR Technique des ornithologues pour le baguage des oiseaux HN
Allumez le feu :-)
Donnez un titre honorifique à un clampin et il se sentira l'âme d'un petit chef !

13 janvier 2015 à 19:36:12
Réponse #56

Hurgoz


Yo,

En effet, j'ai lu ça aussi. Toutefois, dans le cas d'un entraînement, desempétrer l'oiseau coincé dans le maillage, c'est pas de la première évidence: c'est fragile ces petites bêtes ;)

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

13 janvier 2015 à 21:37:52
Réponse #57

Ulf


Citer
C'est une excellent remarque! beaucoup d'espèces d'arthropodes, coléoptères ou non, sont protégées et nécessite souvent une connaissance très fine en entomologie pour les reconnaître, notamment au stade de larve. Cette source de protéines doit donc être utilisée avec une grande prudence!

De toutes façons, je crois qu'une larve sortie de son bois est condamnée.

14 janvier 2015 à 12:11:54
Réponse #58

Nikolapland


Yep!

Hurgoz / Djeep : La technique du filet japonais est en effet utilisée par les ornithologistes pour baguer les oiseaux. J'ai moi-même testé ça durant mes études sur des cincles plongeurs. Ça marche, mais ça demande quand même une certaine organisation et d'avoir un filet pas trop petit sur soi, ce qui est loin d'être évident.  :blink: Pour de la chasse, l'objectif n'est a priori, pas de maintenir l'oiseau en vie, mais pour de l'entrainement, il faut intervenir rapidement et délicatement, de manière à ce que l'oiseau ne s’esquinte pas dans les mailles du filet (savoir manipuler l'oiseau, lui masquer les yeux pour éviter qu'il ne panique, détacher l'oiseau : souvent en devant couper les fils du filet, etc.). Après, l'entretien d'un tel filet n'est pas toujours aisé sur le terrain : à réserver je pense, plus pour des sessions non itinérantes dans la nature ou à des fins scientifiques.  :)

Ulf : Une larve n'est pas nécessairement condamnée si elle est sortie de son bois : la majorité des larves, bien qu'ayant une capacité de déplacement assez limitée, peut malgré tout se mouvoir et aura naturellement tendance à aller se mettre à l'abri. Sorti du bois, mais replacé dans une zone un peu meuble d'une souche/d'un bois mort ou même du sol (les larves s’abritent parfois sous terre : lucane notamment parfois), et si elle ne se fait pas manger avant bien sûre, une larve ira se réfugier et reprendra sa place. Après, tout dépend des espèces : ce n'est pas une généralité et certaines larves se développent dans du bois dur et en étant sorties, elles auront plus de mal à y retourner.  :up:
Par contre, sous forme de chrysalide/nymphe, elles ne se déplacent plus et ont besoin d'une certaine stabilité thermique et en terme d'hygrométrie : sorties de leur coffrage, elles ont alors de fortes chances de dépérir.  :down:
Nikolapland
http://nikoxyd.free.fr
L'homme fait partie de la nature, il doit vivre avec et non la soumettre à sa volonté...

31 janvier 2015 à 20:20:26
Réponse #59

Hurgoz


Yo,

Concernant le piégeage des volatiles, je suis tombé sur le piège Mohave. Deux avantages:
  • Il permet de chopper petit gibier mammifère comme volatiles
  • On peut s'entrainer sans blesser les bestioles, à la condition de ne pas relever le piège au bout des trois semaines

Après, c'est un peu comme un piège en 4 et un assommoir, mais la technique de fabrication de la cage est, somme toute, sympa:

https://www.youtube.com/watch?v=dIZ6m1rsBGs

Edit: parcontre, autant il est facile de prouver qu'un piège d'entrainement (sans risque de piéger un animal ou de le blesser) est un entrainement, autant celui-ci est plus difficile à défendre face à un garde chasse (à moins de placer deux cales destinées à laisser pas mal d'espace pour que l'animal fuit....comme l'assommoir)

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

03 février 2015 à 20:44:04
Réponse #60

Nikolapland


Salut Hurgoz:)

Le piège Mohave, j'ai testé cet été! :) Bah...la cage est tombée plusieurs fois, mais rien... :( Je pense que malheureusement, les petits rongeurs (mulots et autres du type), arrivent très souvent à passer entre les mailles (ça se faufile dans...un trou de souris...c'est p'tites bêtes) ou à se creuser juste un petit espace pour passer en dessous, donc plus d'1cm d'espacement et ça te chope ton appât avant de partir. C'est donc un piège qui dépend beaucoup de l'endroit (nature du sol notamment), des espèces présentes (les petits rongeurs, c'est pas top pour ce piège, mais les oiseaux ça doit être bien si on arrive à les faire venir sous la cage) et bien entendu, de l'appât (un oiseau aura toujours du mal à se faufiler sous une cage, donc l'appât doit être sacrément attrayant et à part du pain ou des grains, que l'on ne trouve pas forcément facilement dans la nature...le reste attire tout de suite moins... :(
Enfin, comme on le voit dans la démo, avec des espacements assez épais, il faut au moins 6 étages de bâtons + plateau supérieur, soit au moins 25 bâtons bien droits (sinon, c'est la misère pour faire une cage qui tienne) à tailler + les bâtons de maintien. Pour une cage à mailles plus fines, il faut doubler ou tripler le nombre de bâtons. Ca fait donc, malgré un principe de base plutôt simple, un petit temps de préparation malgré tout et en itinérance, pas toujours le temps de préparer ça, sans parler du transport... :(

Par contre, c'est une technique qui, avec un peu d'expérience, peut tout à fait être pratiquée sur des campements de 2-3 jours et avec une certaine efficacité si les pièges sont bien placés. De plus, elle a l'avantage de ne pas tuer la proie et permet donc de relâcher d'éventuelles espèces menacées, sensibles, inintéressantes pour la consommation, etc. et ça, c'est top!  :doubleup:  :up:
Nikolapland
http://nikoxyd.free.fr
L'homme fait partie de la nature, il doit vivre avec et non la soumettre à sa volonté...

03 février 2015 à 23:43:26
Réponse #61

Hurgoz


Yo,

Je t'avoues que j'avais plutôt pensé au problème des rongeurs tels que les rats qui sont capable de faire des trous dans des conduites en métal, alors une cage en bois....mais bon, n'ayant pas testé, je ne sais pas. ;)

Pour ce qui est des piafs, un point qui m'est revenu à l'esprit et qui pourrait être à prendre en compte pour le piégeage, c'est aussi l'heure. Je m'explique: par chez nous, à la belle saison, les piafs sortent plutôt le matin pour manger (pour ça qu'on voit plus de longue-vue en bord de chemins à ces heures là), et évitent de trop bouger pendant les heures chaudes. Ils essaient après, en début de soirée, mais de façon assez sporadique. En hiver, c'est plutôt l'inverse: ils attendent que les t° remontent un peu pour prendre leur envole (question d'aéro-nautique ;) ). Du coup, j'me dis que pour piéger un piaf, au sol, à la belle saison, on est carrément en décalé par rapport à eux, à moins de bien appâter, et c'est encore pire en hiver.

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

05 février 2015 à 21:50:46
Réponse #62

Nikolapland


Salut Hurgoz!

Pourquoi serions-nous décalés en été, puisque (en tout cas c'est  mon cas) le piégeage se fait du soir au matin et toute la nuit. La nuit noire n'est en effet pas top, mais si on peut installer avant le crépuscule et relever à l'aube, pas trop tôt, on est dans les heures que tu donnes non?  :blink:
Nikolapland
http://nikoxyd.free.fr
L'homme fait partie de la nature, il doit vivre avec et non la soumettre à sa volonté...

06 février 2015 à 18:45:00
Réponse #63

florent.B


    Dans le même style, il y a aussi les "glues à rats" qui peuvent être utilisées pour les petits rongeurs et oiseaux : pas très fin, mais efficace apparemment (jamais testé) : ça se trouve en animalerie je crois, mais il faut être rigoureux dans son utilisation : la glue ne séchant pas, il ne faut pas la laisser sur un site que l'on abandonne, au risque de tuer inutilement des animaux venant après le départ et restant collés![/li]
    [/list]


    Vu chez plusieurs agriculteurs, sur une simple plaque de carton sur des passages que les rongeurs prennent pour aller vers de la nourriture.
    Les rats restent collés, s'appellent entre eux, et en une journée deux ou trois rats viennent se coller sur la plaque. Par contre, il restent vivants jusqu'à ce qu'on vienne les achever. C'est une méthode qui marche, mais l'animal souffre. Pas vraiment cool  :'( :'(
    Pour une situation d'itinérance sur du long terme par contre, je pense pas que ça soit très pratique, la colle n'est pas réutilisable.. Ca va vite rajouter du poids.  :down: :down:
    Muere lentamente quien se transforma en esclavo del hábito
    repitiendo todos los días los mismos trayectos,
    quien no cambia de marca,
    no se atreve a cambiar el color de su vestimenta
    o bien no conversa con quien no conoce.
    (Pablo Neruda)

    06 février 2015 à 18:56:02
    Réponse #64

    Hurgoz


    Yo

    Salut Hurgoz!

    Pourquoi serions-nous décalés en été, puisque (en tout cas c'est  mon cas) le piégeage se fait du soir au matin et toute la nuit. La nuit noire n'est en effet pas top, mais si on peut installer avant le crépuscule et relever à l'aube, pas trop tôt, on est dans les heures que tu donnes non?  :blink:

    Mais dans ce cas là, tu oublies les oiseaux (à part les nocturnes: et chouette et hiboux sont protégés ;) ).

    Tcho

    Hugo
    "Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

    07 février 2015 à 20:22:19
    Réponse #65

    Nikolapland


    Yep!

    Hurgoz, en effet, ce n'est pas ce que j'ai voulu dire : je rejoignais par mes mots, ton commentaire : capturer à l'aube et au crépuscule, ce qui colle à l'itinérance, vu qu'en journée, les déplacements rendent le piégeage impossible. Pour la nuit toutefois, en effet, peu de circulation de la part des oiseaux et pas ceux qu'on aimerait capturer en tout cas.  :doubleup:

    florent.B, pour ce qui est de la colle, il ne s'agit pas de badigeonner des mètres carrés de sol ou de forêt! Je n'ai personnellement jamais essayé, mais apparement, une quantité de colle relativement faible suffirait pour fixer un oiseau sur une petite branche (demande beaucoup moins de colle que pour une plaque pour rongeurs). Un tube doit ainsi d'après moi (encore une fois, ce n'est qu'une hypothèse au regard de la contenance d'un tube, rapporté à la taille d'une branche) pouvoir largement couvrir 2 semaines de trek, à condition bien sûr de l'utiliser intelligemment, en choisissant bien la taille et position de la/des branche(s) choisie(s), et sans déverser tout un tube pour capturer une simple mésange... Pour ce qui est de la souffrance de l'oiseau, il n'y a a priori pas de blessure en tout cas contrairement à beaucoup d'autres pièges, mais c'est en effet une technique où il vaut mieux contrôler assez souvent  :closedeyes: pour éviter qu'un oiseau ne s'épuise à essayer de se défaire, ne se colle de tous les côtés et finalement meurt d'épuisement...sans avoir eu le temps de voir s'il fait partie des espèces à garder!  ^-^ Après, si c'est un oiseau (ou autre) à relâcher, dissoudre la glue à l'huile de canola chaude semble une solution, mais là par contre (contrairement au tube de glue qui reste relativement léger), on prend du poids...
    Et encore une fois, je le redis : il ne faut surtout pas laisser ce type de colle en état de coller dans la nature! Brûler le bâton-collé ou l'enterrer une fois le piégeage fini!
    Nikolapland
    http://nikoxyd.free.fr
    L'homme fait partie de la nature, il doit vivre avec et non la soumettre à sa volonté...

    08 février 2015 à 19:50:38
    Réponse #66

    florent.B


    En effet, si tu colles juste quelques points bien appliqués sur une branche, le rapport "poids de la glue dans le sac/volatiles attrapés" devrait être plutôt bon.  :up: :up:
    (Ceci dit, pour que ce soit efficace faudrait mettre le piège suffisamment tôt pour que les diurnes soient encore actifs.)

    Pour les rongeurs, j'en suis pas aussi sur... Les fois où je l'ai vu appliquée, les agriculteurs mettaient la dose de colle.  :'( :'( (Après, ils s'en foutaient un peu du poids, voulaient buter TOUS les rats, et attendaient deux ou trois jours avant de venir récupérer...  :'( :'( )
    Muere lentamente quien se transforma en esclavo del hábito
    repitiendo todos los días los mismos trayectos,
    quien no cambia de marca,
    no se atreve a cambiar el color de su vestimenta
    o bien no conversa con quien no conoce.
    (Pablo Neruda)

    04 mars 2015 à 23:45:49
    Réponse #67

    Nikolapland


    Salut Florent!

    Pour la colle, en effet, je pense que le rapport poids/captures est plutôt bon...mais n'ai jamais testé et pour les heures, posant le campement vers 18-20h, les diurnes sont encore en activité.
    Pour ce qui est des agriculteurs...comment dire...sans vouloir dénigrer la profession ou ces travailleurs, le respect des doses et des modalités d'emploi a rarement été leur point fort, déjà pour les pesticides et engrais, alors je parle même pas de la glue...  :-\ Et avoir un rat plein de glue et en mettre des tonnes, ils s'en foutent d'autant plus qu'ils jettent toute la plaque à la fin avec les rats collés dessus : C'est de l'extermination de masse et c'est surtout pas ce que je souhaite!
    Nikolapland
    http://nikoxyd.free.fr
    L'homme fait partie de la nature, il doit vivre avec et non la soumettre à sa volonté...

     


    Keep in mind

    Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

    « [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
    avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


    Soutenez le Forum

    Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
    Discussion relative au financement du forum ici.


    Publicité