Nos Partenaires

Auteur Sujet: Ecoute..... une idée...  (Lu 2094 fois)

11 décembre 2014 à 13:01:53
Lu 2094 fois

Anke


Bon, je "re-bondis" sur le post de Suzanne... Et sur ce que je vis actuellement, ce dont j'ai pu être le témoin ces 4 dernières années dans mon milieu "pro".

Le constat : y'a une réelle "détresse" ou tout du moins un véritable désarroi qui plane dans les professions tournées vers le "public".
Et y'a pas vraiment quelqu'un ( sauf finances, et tout le monde n'a pas les moyens de se payer un "psy"... Tu parles 45 balles la séance ! Et non remboursée evidemment...) qui peut " entendre" voire mieux ECOUTER ! Les gens qui, ont dans leur tripes la notion de mission,qui souffrent en leur fort intérieur mais qui ferment leur gueule.
Alors voilà l'idée :
Utiliser internet,  mails, skype et pleins d'autres moyens surement que je ne connais pas, pour proposer sans rien demander en retour ( oui, je sais : " une analyse doit être payante, si non, c'est pas efficace !" va te faire enc**er, c'est pas de ça dont je parle !) pour DONNER une oreille attentive, éventuellement des "conseils" ou des "pistes" à suivre aux "pros" qui peuvent en ressentir le besoin.

Voilà l'idée. Je ne sais pas si c'est raisonnable ou réalisable... Mais bon... Pouvoir proposer un "espace de bienveillance", ça serait peut-être pas pire....

Vous dites hein, je peux facilement déconner....

11 décembre 2014 à 13:09:55
Réponse #1

Camaro


En Belgique, on a ce genre d'initiative :
http://www.tele-accueil.be/

Il y a tres probablement l'equivalent en France, non ?
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ... mais parfois ca fait vachement mal.

11 décembre 2014 à 13:17:36
Réponse #2

Al Bundy


Par des pros ou une assoc avec une éthique et tout le bordel oui
https://www.sos-amitie.com/

Pour réaliser ça dans un cadre virtuel et non contrôlé, les risques de manipulation et de mauvais conseils (même si partis d'une bonne intention) sont énormes
Être libre consiste dans le fait de tirer du seul exercice de notre vie le sentiment de contentement. N.G.

11 décembre 2014 à 13:36:47
Réponse #3

VieuxMora


Bonjour Anke,

Quelques pistes (et je pense que tu les connais déjà).
- Les groupes Balint, groupes de parole et de debriefing destinés particulièrement aux personnels de santé.
- SOS amitié, structure généraliste et basé sur une écoute personalisée. (pour rebondir sur la proposition de Camaro)
Groupes virtuels par exemple traitant de l'addiction alcoolique:
http://www.alcooliques-anonymes.fr/qui-sont-les-aa/la-vie-des-groupes/134-les-groupes-virtuels.

Le besoin d'écoute est primordial, il est d'autant plus efficace que le ou les interlocuteurs ont un vécu facilitant l'empathie.

Ensuite il y a vraiment deux  situations très différentes, et complémentaires:
- Le face à face avec un écoutant, qui aide à l'élaboration d'un sens de ce que nous vivons/ revivons. 
- La participation à un groupe (au sens groupe restreint)
de parole/thérapie, où c'est dans la façon de prendre notre place par rapport aux autres que nous  pouvons trouver des infos sur nos façons de fonctionner et de vivre/revivre nos émotions.

Attention, il ne s'agit pas de discussions de salons, mais de vraies remises en question. 
Au delà des risques fréquents de tomber sur des charlots (comme en SD parfois, ainsi qu'on le lit parfois dans ce forum)
Mettre en route ces démarches change fortement la vie et les représentations, ainsi que les relations avec nos proches.

Un chemin à défricher et jamais fini.
« Modifié: 11 décembre 2014 à 13:45:21 par VieuxMora »

11 décembre 2014 à 15:13:17
Réponse #4

Phil67


Et y'a pas vraiment quelqu'un ( sauf finances, et tout le monde n'a pas les moyens de se payer un "psy"... Tu parles 45 balles la séance ! Et non remboursée evidemment...) qui peut " entendre" voire mieux ECOUTER !
Les psy... chiatres sont remboursés sécu et mutuelle (mais pas les autres psy*).

Ils ont une approche plus orientée "médicale" qu'"écoute" mais certains sont multi-casquettes avec des approches pluridisciplinaires tout en étant remboursés. En revanche leur planning déborde souvent.

Ne pas non plus négliger les pistes style CMP local ayant quelques fois des consultations pluridisciplinaires (également souvent surbookées).

Se renseigner également du côté de la médecine du travail qui commence p.ex. à prendre en compte sérieusement le burn-out (problématique assez proche).
Nous avons deux vies, la seconde commence lorsqu'on réalise qu'on en a qu'une.

11 décembre 2014 à 19:20:37
Réponse #5

curwood


Le debrief entre collègues ,c'est important.
Je ne pense pas que la thérapie de groupe  sur un forum soit une bonne idée.
Le meilleur  moyen que cela parte en looping non contrôlé.

11 décembre 2014 à 19:47:53
Réponse #6

Anke


curwood, je ne parlais pas de "debriefer" sur un forum et il ne s'agirais pas d'une thérapie de groupe, mais de "monter" un truc ( genre asso ppourquoi pas) qui pourrait garantir ( modération evidente, d'ailleurs, la modération, ça semble bien fonctionner ici...) une écoute personnalisée et individuelle avec un "référent de dialogue".
Là, j'en suis juste à une idée. Je ne sais même pas si c'est possible, si c'est malin, si ça peut être utile, et encore moins comment organiser le bidule... ;)

12 décembre 2014 à 07:39:48
Réponse #7

Boris


Bonjour,
dans les secpteurs sociaux et medicaux sociaux, il y a des instances qu in appelle  "analyse de pratique" il s agit pour une equipe de partir d une situationde travail et de developper autour de cela.
generalement ll analyse de pratique est animee par un intervenant: sociologue ou psychologue
l idee est de pouvoir aborder ce qui pose problème et de transformer le groupe "equipe" en "sanctuaire" .
Pour cela il faut des regles: bieveillance, ecoute active, confidentialité.  Absence de jugement
La pluspart des temps, les chefs de service et directeur sont absents

12 décembre 2014 à 10:36:06
Réponse #8

Suzanne


Anke, tu as une idée aboutie de ton projet. Des étapes intermédiaires pourraient permettre de mieux définir ce que cela devra être et acquérir l'expertise ?

12 décembre 2014 à 11:48:27
Réponse #9

musher


Utiliser internet,  mails, skype et pleins d'autres moyens surement que je ne connais pas, pour proposer sans rien demander en retour

C'est une très bonne idée.
Après celui qui est à l'autre bout, faut que ce soit un bon.

Tout le monde n'est pas capable d'écouter et d'absorber ce qu'il va entendre sans lui même péter un plomb.
D'avoir la bonne attitude (il y a plein de gens pleins de bonne volonté qui font plein de dégats en croyant bien faire)

Quand j'étais jeune, je me suis retrouvé aux Invalides avec des jeunes de mon age qui étaient revenus blessés des Théatres d'Opérations Extérieurs (les OPEX des années 80/90).
Je me suis retrouver involontairement à écouter leurs histoires, leurs cauchemars, leur "Pourquoi moi et pas eux ?" (surtout chez les survivants du Drakkar à Beyrouth), "Pourquoi j'ai pas pu le sauver ?"...

Quand l'équipe médicale s'en est rendue compte, elle nous a éloignés de ces jeunes car elle disait que nous avions pas été formés et que nous étions pas suivi pour faire ça.
En gros, nous étions pas préparés à nous prendre ça dans la gueule, à nous en détacher, à le digérer et à ne pas pêter nous même un plomb.

Comme les autres, il vaut mieux que cet espace d'écoute soit mis en place par des gens formés, suivis... plutôt que ce soit un espéce de Doccisimo 

12 décembre 2014 à 12:29:20
Réponse #10

Anke


Musher dit : " Comme les autres, il vaut mieux que cet espace d'écoute soit mis en place par des gens formés, suivis... plutôt que ce soit un espéce de Doctissimo  ".
Et il a absolument raison.

Pour ma part, j'insisterais plus sur des gens suivis que pour des gens formés.

Je m'explique.

J'ai vu des "gamins" formés de manière théorique aller vers des patients ou des familles confrontées à des situations humainement dures à supporter, à vivre tout simplement.
J'ai toujours eu une sorte de "recul" par rapport à ça. Mais ça ne tient qu'à moi evidemment. C'est surement un "a priori" comme j'en ai beaucoup...
Mais j'aurai du mal à "vider mon sac" devant un môme de 23 ans ( ça ne remet pas sa compétence en jeu bien sûr) plutot que devant quelqu'un qui ( à mes yeux hein !) aura une expérience de vie plus... "épaissie"... si on peut dire...

Vous croyez que j'aurai quelque chose à aller fouiner par là ?
Bon, je m'allonge sur le divan : "Quand j'étais petit, mon nounours je l'appelais Biquet ( t'es ooooooooooooooùùùùùùùùùùùùùùù Biquet ?) et je lui avait bouffé les yeux ! C'est grave ?"

J'ai eu une "chef" autrefois, Toutoune, qui avait "fait" le Liban. Purée ! Le "volume" de cette meuf ( lesbienne jusqu'au bout des ongles soit dit en passant...pffff... y'a pas de mal là), mais une expérience de vie, une empathie, une analyse et une écoute, pinaise, sans rire... Toutoune quoi...
" Anke, ça va  ? Ben moyen... Un p'tit café ? Allez c'est moi qui régale ! Vi, je veux bien..."
Et là on papote de tout et de rien, de la vie de famille, de mes gosses, de sa "copine" et là... l'affirmation qui te scotche :" ça a été dur hein ? Comment tu sais ? J'ai des yeux..."

Voilà... C'est ça qui manque...
C'est juste ça qui manque.

12 décembre 2014 à 12:40:40
Réponse #11

musher


Et là on papote de tout et de rien, de la vie de famille, de mes gosses, de sa "copine" et là... l'affirmation qui te scotche :" ça a été dur hein ? Comment tu sais ? J'ai des yeux..."

Voilà... C'est ça qui manque...
C'est juste ça qui manque.

Ca, aucune formation te le donnera.
Ca peut être une gamine de 17 ans qui te décortique jusqu'au fond du slip sans que tu es rien vu venir et un vieux de 50 ans avec un CV à faire palir mais qui voit rien car il a de la m**de dans les yeux.

Suffit de s'intéresser aux autres.

Ca s'appelle de l'empathie et c'est parait-il la première qualité d'un manager.

Sauf que maintenant dans le monde du travail (public, privé, associatif...), ça n'a plus la côté.

Je tournais le mois dernier avec une dame d'une age certaine qui travaille dans une assos pour la réinsertion professionnelle des personnes devenues handicapés.
Elle a récupéré en début d'année une "chef" qui a pas compris que perdre 10 minutes à discuter d'autre chose avec son interlocuteur était beaucoup plus efficient que suivre la grille d'entretien officielle pour lui faire embaucher un salarié handicapé.

 
« Modifié: 12 décembre 2014 à 12:50:46 par musher »

12 décembre 2014 à 12:44:43
Réponse #12

Anke



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité